Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:50
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:50

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 21 : Le message privé
Une fois n'était pas coutume, Tsubasa rentrait seule après la fin des cours. Après être sortis de l'amphithéâtre de chimie, Dennis avait évité toute conversation superflue avec elle. Même si cela la peinait, il valait mieux une simple dispute amicale que son camarade se retrouve en danger en connaissant tous les détails de cette histoire. La jeune fille espérait toutefois que ce ne serait que temporaire, elle ne souhaitait pas non plus se brouiller avec son ami de longue date.

Tsubasa n'était pas dupe, elle savait que Dennis comprendrait et la laisserait tranquille. Cela allait juste nécessiter un peu de temps. Le moins qu'elle pouvait faire en attendant restait de poursuivre son enquête et découvrir la vérité sur les Proxys et l'Incident Effacé. Elle hésitait à rendre visite à madame Victoria à son camping-car mais jugea qu'elle pouvait rester chez elle aujourd'hui si son professeur d'informatique n'avait pas besoin de CE-01.

Elle connaissait à présent le nom de son ennemi, MoonCross. Sa prochaine mission était d'accumuler des données le concernant afin de le retrouver dans le monde réel. Si quelqu'un pouvait possiblement la renseigner sur l'affaire ayant ruiné sa vie, c'était bien lui. En dehors de son rôle de leader du Cercle des Proxys, CE-01 ne semblait pas savoir autre chose à son sujet. Mais au moins, la brunette disposait d'un point de départ.

- Tu viens de recevoir un message privé, miss Axerola... intervint l'intelligence artificielle, l'extirpant de ses pensées brumeuses.

- Sûrement encore un petit malin qui veut me rencontrer, j'en reçois des tonnes depuis la finale. Rien de préoccupant donc.

- Miss Axerola, je te conseille de regarder celui-ci, ce n'est pas à un petit malin auquel nous avons affaire ici. Ou alors un très grand petit malin…

Tsubasa préféra ne pas renchérir, posant enfin les yeux sur l'écran de sa Codéwatch. Elle remarqua alors la notification indiquant l'arrivée d'un message privé, comme Cyby l'avait prévenu. Mais celui-ci se révélait finalement différent par rapport à tous ceux qui étaient passés depuis son affrontement avec Ethergeist. L'expéditeur n'était autre que Cataclysme, le numéro un incontesté du Réseau Codélia, qui fut présent lors de son coup d'éclat de la finale.

La jeune hackeuse peinait à y croire. Pourquoi donc Cataclysme chercherait à la contacter maintenant ? Serait-il intéressé par ses capacités en matière de dressage ? Pourtant, même si tous les internautes l'élevaient au rang de « justicière virtuelle », elle n'avait au final pas fait long feu contre Ethergeist afin de laisser les deux premiers du classement général terminer ce qu'elle avait commencé. Inquiète, elle ouvrit aussitôt le message pour en lire le contenu.

<< Cataclysme >> Chère Axerola.
Je prends la peine de te contacter via à un message privé pour te proposer un petit match. Tu as attisé ma curiosité depuis la finale du Festival Numérique et je souhaiterais voir ton potentiel de mes propres yeux. Accepterais-tu un match Haute-Vitesse contre moi ? Le Réseau Codélia est moins actif à cette heure-ci et nous pouvons modifier nos avatars le temps du combat afin de ne pas être reconnus. Si la réponse est positive, n'hésite pas à me le faire savoir.


- Je crois que nous avons un problème... souffla Tsubasa avec effroi.



***


Dennis referma la porte de son domicile derrière lui. Un appartement de petite taille mais suffisant pour lui, sachant qu'il y vivait seul la grande majorité du temps. Il était composé de trois pièces, à savoir le salon, la salle de bain ainsi qu'une chambre. La solitude le guettant toujours chaque soir, le jeune homme ne sortait que rarement de la première, suivant les actualités du Réseau Codélia sur son ordinateur, tranquillement blotti dans sa couverture.

Mais cette fois-ci, la situation se révélait différente. Vers la fin des cours, son grand frère lui avait envoyé un message pour le prévenir qu'il était libre pour la soirée et qu'il rentrait à la maison. Un tel événement ne se produisait qu'à de rares occasions, Edouard ayant des horaires de boulot absolument horribles et dormant généralement à l'hôtel le plus proche des locaux du CNI. Même s'ils restaient souvent en contact, Dennis ne le voyait souvent que deux fois par mois.

- Je suis rentré ! s'exclama-t-il alors qu'il retirait ses chaussures sur le seuil.

Il se précipita alors vers le salon, son cœur battant la chamade. Les préoccupations concernant cette intelligence artificielle mentionnée par Tsubasa derrière lui. Une certaine crainte qu'Edouard ait finalement un empêchement de dernière minute ne quittait pas son esprit. Mais à son grand soulagement, le chef de la Sécurité pour le compte du CNI se trouvait bel et bien dans la pièce. Le petit frère sentit toute sa pression retomber d'un seul coup.

Visiblement arrivé depuis peu, Edouard n'avait pas encore pris la peine de retirer son uniforme de l'entreprise. Sur la table se trouvait une poche indiquant qu'il était passé dans un fast-food pour récupérer le dîner. Malgré ses nombreuses qualités concernant son travail, l'homme aux lunettes carrées ne possédait en revanche aucun talent concernant la cuisine, contrairement à son cadet qui avait l'habitude de préparer lui-même ses repas.

- J'ai préféré t'épargner la peine de faire à manger, se justifia-t-il en se levant sa chaise pour aller serrer Dennis dans ses bras. Cela fait une éternité depuis la dernière fois que nous avons pu passer un peu de temps ensemble. Tu m'as manqué, Dennis.

- Ton boulot est important, je comprends. Mais comment ça se fait que tu aies pu te libérer ce soir ? Il s'est passé quelque chose dernièrement ? Je croyais que les soucis du Festival Numérique te donnaient beaucoup d'heures supplémentaires…

- Je vais t'expliquer ça du mieux que je peux. Tu dois mourir de faim, non ? Dépêchons-nous de manger avant que cela ne refroidisse !

Edouard ne pouvait pas dire toute la vérité à son cadet concernant les événements qui tourmentaient le Codélia Network Industries en ce moment. Inutile de l'inquiéter sur le fait qu'il risquait actuellement son poste dans cette affaire et qu'un échec allait les placer tous les deux dans des conditions peu enviables. Mais ne souhaitant pas lui mentir non plus, il se contenta de ne raconter qu'une partie de la vérité en omettant certains détails.

Alors qu'ils prenaient place autour de la table, Dennis alluma le téléviseur sur la chaîne consacrée au Réseau Codélia du matin au soir. Sa chaîne favorite qui lui permettait de rester au courant de ce qui se passait et qui proposait également des rediffusions des meilleurs combats de la journée. Shironeko, la plus célèbre des journalistes, effectuait un reportage sur Skadia, numéro sept au classement général, qui était réapparue la veille pour livrer un match d'exhibition.

- Je suppose que tu dois en savoir un petit peu si tu as suivi la finale d'il y a deux jours. Je me suis montré évasif dans mes conversations avec toi de peur qu'elles soient interceptées, on n'est jamais trop prudent, commença Edouard après avoir bu quelques gorgées de sa boisson gazeuse. Il s'est passé certaines choses pendant l'affrontement entre Cataclysme et Elkira qui mettent la société dans une position un peu délicate.

- L'intervention d'Axerola ?

- En effet. Tu comprendras donc que je ne peux pas vraiment tout expliquer à une personne extérieure à l'entreprise, même si elle fait partie de ma propre famille. Mais pour aller à l'essentiel, Axerola est entrée en possession d'un élément qui pourrait mettre en péril la sécurité du Réseau Codélia.

Dennis déposa son hamburger dans son assiette. Il avait bien cerné que Tsubasa ne souhaitait pas le mettre dans la confidence au sujet de cette affaire et s'était donc abstenu de la harceler, surtout après qu'elle ait révélé un certain détail par mégarde. Cet élément dont parlait Edouard devait être l'intelligence artificielle. Ce qui le surprenait en revanche, c'était qu'elle semblait apparemment dangereuse. Ce n'était pourtant pas le genre de Tsubasa de vouloir détruire le Codélia où elle adorait effectuer des matchs contre Deltaziroh.

Le jeune homme comprenait maintenant qu'Edouard était chargé de retrouver Axerola et récupérer cette IA qu'elle conservait précieusement. Où était-elle, par ailleurs ? Malgré sa passion pour l'informatique, la brunette n'emmenait jamais son ordinateur portable à l'université par peur de se le faire voler. Peut-être que le programme restait confiné dans sa chambre. Une pensée désagréable lui vint en tête. Vu qu'il savait où se trouvait la cible du CNI, devait-il dénoncer Tsubasa à son grand frère ?

Le dilemme qui s'était présenté à lui après la discussion dans l'amphithéâtre refit surface. D'un côté, aider Edouard mais trahir son amie dans le processus. Ou bien protéger son amie mais gêner indirectement Edouard dans son travail. Il ne souhaitait pas causer du tort à l'un ou à l'autre. Il en arriva donc à la conclusion qu'il devait se taire. Si son aîné parvenait à retrouver la trace de Tsubasa, ce ne serait pas de sa faute et il n'aurait rien à se reprocher.

- Dennis, tu es sûr que tout va bien ? Tu m'as l'air bien pâle, tu n'es pas tombé malade j'espère... intervint l'employé du CNI, le sortant de son flux de pensées néfastes.

- Hein ? Oui pardon, j'étais en train... de penser à un examen que je dois préparer pour la semaine prochaine. Il est très important pour la suite du semestre donc je suis un peu stressé, déclara le cadet en parlant de la première chose qui lui passa par la tête.

- Je vois. C'est vrai que tu dois faire attention à tes études si tu souhaites trouver un emploi convenable par la suite. En tout cas, je te déconseille de postuler au Codélia Network Industries, les horaires ne sont pas fantastiques, soupira Edouard avec une pointe d'ironie.

Le garçon aux cheveux gris n'avait pas encore pris la peine de réfléchir à son futur. Il n'excellait pas dans un domaine scolaire particulier mais ne péchait dans aucun d'entre eux également. Mis à part l'informatique où Tsubasa lui venait constamment en aide. Il souhaitait tout de même tenter de trouver un métier qui lui permettrait d'exprimer sa passion pour la dimension numérique. Si travailler au CNI n'était pas possible, pourquoi ne pas tenter de finir journaliste après tout ?

- Et voilà qui va mettre un terme à cet entretien ! annonça Shironeko à travers le téléviseur. Un grand merci à Skadia qui a accepté de se connecter pour prendre part à ce petit rendez-vous. J'espère que ses réponses vous inciteront à donner le meilleur de vous-même pour tenter de la rejoindre parmi les plus grands dresseurs du Réseau Codélia !



***


Stressée, Tsubasa venait de changer de direction pour repartir en sens inverse et courait aussi vite qu'elle le pouvait pour rejoindre le parking où madame Victoria laissait habituellement son camping-car. L'institutrice devait absolument être prévenue au sujet du message privé de Cataclysme de toute urgence. Même si la jeune hackeuse refusait la proposition de combat de la part du champion, cela pourrait entraîner des complications pour la suite.

- Je ne comprends pas pourquoi tu t'inquiètes, avoua Cyby, imperturbable. Cataclysme est bien le type qui a affronté Ethergeist pendant le Festival Numérique, non ? S'il en était un lui-même, pourquoi s'amuserait-il à attaquer l'un de ses alliés au lieu de se retourner contre toi ?

- Programme de pacotille, tu es à côté de la plaque. Cataclysme ne savait pas qui j'étais et là, il s'amuse à me demander un combat. Cela ne peut pas être pour juger ma puissance, réfléchis un peu. J'ai fait n'importe quoi contre Ethergeist, il a dû prendre ma relève. S'il n'est pas un Proxy lui-même, cela ne peut vouloir dire qu'une seule chose.

- Il agit pour le compte du Codélia Network Industries ?

- Ah, je vois que tu as encore un peu de jugeote finalement.

Tsubasa savait pertinemment que le Cercle des Proxys n'était pas son seul adversaire tant que l'entité Cybérienne serait en sa possession. Ce message privé venant de Cataclysme se révélait bien trop louche pour que l'origine ne soit pas de l'un de ces deux camps. Et comme le premier ne se montrait pas vraiment logique, cela limitait grandement les possibilités. Mais pourquoi Cataclysme ? Existait-il un lien entre lui et le CNI ?

Sans s'arrêter de courir, la jeune hackeuse jeta un rapide coup d'oeil à l'heure sur sa Codéwatch. Normalement, madame Victoria se trouvait dans son véhicule à présent. Maintenant qu'elles s'étaient alliées, le professeur d'informatique allait devoir s'habituer à la voir débarquer à l'improviste, ce ne serait ni la première ni la dernière fois que cela se produirait. D'autant plus que Victoria étudiait encore les données reçues de Cyby et elle souhaitait se tenir au courant de l'avancée des recherches.

Il ne fallut pas longtemps à la brunette pour rejoindre sa destination. Le fameux parking situé dans l'avenue la plus grande du secteur quatre, juste à côté de la pizzeria où elles avaient fait leur rencontre IRL. C'était relativement proche de l'Université Vermillion ainsi que d'une sympathique épicerie. Victoria avait choisi le meilleur coin pour rester et se faciliter la vie. Diminuer les trajets entre son boulot ou le remplissage de son frigidaire avec son domicile improvisé lui permettait de gagner du temps.

- Madame Victoria, c'est une urgence, il faut que je vous voie ! s'exclama-t-elle en reprenant son souffle, frappant contre la porte à l'arrière du véhicule.

Comme elle continuait de donner des coups contre la porte sans s'arrêter, elle manqua de blesser son professeur au visage quand elle vint finalement lui ouvrir. La femme blonde commençait à être habituée aux excès de sa partenaire et ne s'en soucia pas trop, l'invitant plutôt à entrer à l'intérieur. La respiration encore saccadée, la brunette prit place sur l'un des fauteuils disponibles en face de l'attirail technologique de Victoria.

Cette dernière attrapa une canette de soda afin que Tsubasa puisse se désaltérer et lui expliquer la raison de sa venue imprévue. N'ayant pas le courage de travailler à son bureau de l'Université Vermillion, l'institutrice avait préféré rentrer dans son petit coin à elle, pensant avancer sur la correction des copies d'examen. Mais au final, la tentation fut trop forte et elle avait fini par retourner à l'étude des données de l'entité Cybérienne.

- Je suppose qu'il doit y avoir une raison incroyable pour que tu sois dans un tel état, déclara-t-elle avec une pointe d'amusement, buvant une gorgée de la bière qu'elle avait laissé en plan à côté de sa souris.

- Miss Axerola a reçu un message privé qui serait apparemment alarmant au point où elle commence à voir des complots partout, expliqua l'intelligence artificielle sur un ton las.

- Un message privé ? répéta Victoria, perplexe. Pourtant, tu en reçois des tas depuis ton combat contre Ethergeist, non ? Est-ce que ça valait la peine de débarquer en trombe ici alors qu'il commence à faire nuit ?

Tsubasa détacha alors sa Codéwatch de son poignet pour la brancher à l'ordinateur et afficher sur l'écran le contenu du texte écrit par Cataclysme il y avait moins d'une heure. Le professeur comprenait mieux pourquoi son amie se montrait aussi inquiète. En effet, cela était grandement suspect que le dresseur numéro un du Réseau Codélia propose un affrontement Haute-Vitesse, même en retouchant leurs avatars pour ne pas attirer l'attention.

Ce procédé fonctionnait moins bien que le programme de Victoria vu qu'étudier leur profil révélerait leur pseudonyme. Mais cela restait grandement utilisé par les utilisateurs les plus populaires lorsqu'ils voulaient profiter de la plate-forme sans avoir des hordes de fans sur le dos. Étudier un profil nécessitait d'ouvrir le menu tactile et de le diriger vers la personne dont on souhaitait obtenir les informations. Dans une cité virtuelle aussi vivante, on ne pouvait pas s'attarder sur tous les passants.

Victoria n'hésita pas une seule seconde. Pour elle, cela relevait de l'évidence qu'il fallait refuser aimablement cette demande. Axerola ne devait absolument pas se montrer au sein de la dimension numérique pour le moment. Tant que Tsubasa resterait dans le monde réel, la retrouver serait bien plus difficile pour le Cercle des Proxys et le Codélia Network Industries. Il ne fallait pas tout ficher en l'air maintenant sous peine de perdre Cyby.

- Je vais lui envoyer la réponse. J'espère juste que cela ne va pas entraîner des répercussions. Comme je ne pense pas que Cataclysme travaille avec les Proxys, j'en suis arrivée à la conclusion qu'il bossait en collaboration avec le CNI. En livrant ce combat, ils auraient certainement pu trouver un moyen de me retirer Cyby.

- Je pense à la même chose, approuva Victoria. Cataclysme n'a aucune raison valable de vouloir t'affronter. Sans t'offenser, même si tout le monde t'appelle la « justicière virtuelle », tu as passé la majorité du combat contre Ethergeist évanouie, c'est lui et Elkira qui ont fait le plus gros du travail.

- Je ne vais pas me vexer, c'est la vérité... si le Métalosse d'Elkira n'avait pas été là, j'aurais probablement subi des dommages qui se seraient répercutés sur mon vrai corps. J'ai très bien compris que je dois me montrer plus prudente.

Le soir de la finale, elle avait agit sur pulsion. Elle dont l'existence gravitait autour des Proxys avait immédiatement sauté sur l'occasion de combattre l'un d'entre eux. Mais maintenant, elle prenait conscience du danger qu'ils représentaient. Si les sbires ne valaient rien, Ethergeist n'était pas dans la même catégorie. Pour cette raison, elle avait pris la décision de commencer à se rendre dans le parc non loin de son studio pour y entraîner son Roussil.

Tsubasa y avait fait un tour la veille en prenant congé de son professeur. En peu de temps, le Pokémon Renard avait fait quelques progrès. Il était un peu plus agile et lançait ses attaques plus rapidement. Tsubasa savait que la prochaine étape serait de rejoindre des réserves naturelles d'Ebravia où des Pokémon sauvages vivaient en liberté afin de se constituer une véritable équipe. En continuant de se reposer sur Roussil, elle courait droit à la catastrophe.

- Bon, nous pouvons laisser ça derrière nous, dit Victoria alors que Tsubasa envoyait enfin sa réponse. Figure-toi que j'ai fait une découverte concernant Cyby que nous pourrons peut-être utiliser à notre avantage. Vu que c'est le sujet, cela permettrait de t'aider à pallier certaines de tes lacunes concernant les matchs.

- De quoi s'agît-il ? s'enquit la brunette, dont la curiosité avait finalement pris le dessus sur toutes les inquiétudes récentes.

- Le circuit Haute-Vitesse. Les données qui le composent sont identiques avec certaines portions du code que j'ai pu récupérer de Cyby. Cela signifie qu'il y a un lien entre le Cybéria et ce flux. Et grâce aux informations dont nous disposons, je pense pouvoir concevoir un petit programme qui nous permettrait d'acquérir de nouvelles capacités en les extrayant du circuit. Le terme « Cybéri-attaques » se trouvait en commentaire dans le code de Cyby, cela ne doit pas être anodin.

N'ayant plus trop regardé le code de CE-01 après les révélations sur le Cybéria de la veille, Tsubasa ne comprenait pas entièrement où son professeur voulait en venir. Mais elle avait au moins cerné une chose, il leur serait apparemment bientôt possible de devenir plus fortes en utilisant le circuit Haute-Vitesse à leur avantage. Et comme le Cybéria était scellé et à l'écart des Proxys, elles seraient les seules à pouvoir en faire usage. En mixant cela avec les bonus Codéliens, il y avait moyen de créer de beaux effets de surprise.

- Ma mémoire est endommagée donc je ne me souvenais pas de ce détail, admit Cyby. En effet, je pense qu'avec le programme que Vicky compte créer, il y aura moyen d'obtenir des capacités inconnues de tous et les stocker dans la mémoire de la Codéwatch pour les utiliser à volonté par la suite, même sur la terre ferme. Mais cela demandera tout de même de se rendre sur le circuit pour en récupérer.

- Vicky ? répéta Tsubasa sans comprendre.

- Je crois que Cyby parle de moi, répondit Victoria avec un grand sourire, très contente qu'une intelligence artificielle soit capable de trouver des surnoms mignons.

Il était de fait public que l'envoyé du Cybéria appréciait bien plus le professeur d'informatique que la personne qu'il côtoyait à présent au quotidien. Mais de là à pouvoir inventer des appellations affectueuses, c'était quand même étrange. Même parmi les intelligences artificielles, Cyby ne devait pas être ordinaire. Déjà qu'il pouvait converser comme n'importe quel être humain. Quels autres mystères pouvait-il renfermer ?

Concernant les Cybéri-attaques, Tsubasa n'y voyait aucun inconvénient. Il leur suffirait de se connecter discrètement avec le programme altérant l'apparence pour en stocker un maximum. Malheureusement pour elle, Victoria fut contrainte de la contredire immédiatement. Ce serait elle qui s'occuperait de ça, étant donné que l'implication de Deltaziroh n'était connue de personne. Son programme pouvait être brisé par des hackeurs expérimentés et il valait mieux éviter de mettre Axerola à découvert.

- J'en conclus qu'il faudra attendre que j'affronte un ennemi mortel pour stocker moi-même des Cybéri-attaques et les utiliser, soupira Tsubasa, déçue. C'est dommage mais je peux le comprendre. Elles ont intérêt à être impressionnantes par contre !

- Ne t'emballe pas trop, je dois encore programmer l'utilitaire qui nous permettra de convertir les données du circuit Haute-Vitessse en Cybéri-attaques, rappela Victoria avec amusement. J'ai fait le plus gros du travail hier soir mais je pense qu'il me faudra bien quelques jours pour avoir une version 1.0 fonctionnelle.

- Je peux vous aider avec le programme ?

- Je préfère le faire moi-même, je n'aime pas passer par des tiers quand je code quelque chose. Tu peux rentrer chez toi, si tu veux, je ne vais pas te retenir. D'autant plus que je vais aussi devoir avancer sur la correction des copies ce soir, je risque encore de me coucher tard…

- Vous avez raison, approuva la jeune fille qui cessa de se balancer sur son fauteuil. Cataclysme ne m'a pas répondu, il a peut-être laissé tomber l'idée de m'affronter. En tout cas…

Cette dernière se stoppa brusquement dans sa phrase, les yeux rivés sur les écrans qui filmaient plusieurs points stratégiques du Réseau Codélia. Ne comprenant pas son attitude, la femme blonde fit pivoter son siège afin de comprendre la nature du problème. Son visage enthousiaste vira à la frayeur en l'espace d'une fraction de seconde. Au sein de la cité Codélia, un utilisateur bien connu des deux comparses venait de se connecter à l'instant. Ethergeist.