Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:46
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:46

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 20 : Requête auprès du champion
Virgil referma la porte arrière de son camion après avoir laissé entrer son invité surprise. Même si le soleil déclinait déjà à l'horizon, le vendeur de pizzas se doutait bien que les raisons qui poussaient l'employé du CNI à entrer en contact avec lui devaient préférablement rester secrètes. Les quelques rares fans du Réseau Codélia qui traînaient encore dans l'avenue à cette heure-ci pour regarder leurs dresseurs favoris combattre rentraient chez eux peu à peu.

C'était à l'arrière du camion que Virgil rangeait tous les ingrédients nécessaires à la confection de ses pizzas. Il avait toutefois tenté de rendre l'endroit plus agréable, étant donné qu'il y passait le plus clair de son temps. Le grand homme ne possédait pas son propre domicile fixe, préférant vivre sur les routes. De ce fait, il rendait souvent visite à son frère cadet, employé de la célèbre entreprise de robotique Phoenix System, qui lui possédait le sien.

Ne s'attendant pas à du grand luxe, Edouard s'abstint de faire le moindre commentaire au sujet des nombreux cartons qui étaient posés les uns sur les autres un peu partout dans la zone. La luminosité n'était pas optimale mais le propriétaire du véhicule avait pris la peine d'installer quelques ampoules afin d'y voir plus clair quand la nuit tombait. Le salarié du CNI préféra s'asseoir rapidement autour de la petite table où Virgil se reposait habituellement en dehors de ses services.

Alors que le chef de la Sécurité s'occupait d'attraper l'ordinateur portable rangé dans sa sacoche, le pizzaïolo ouvrit son petit frigidaire pour prendre en main deux bouteilles de bière. Il en proposa alors une à son invité, qui accepta de bon cœur. Même si Virgil n'appréciait pas vraiment la venue du Codélia Network Industries dans sa vie privée, il préférait ne pas oublier les bonnes manières. Il attendait néanmois d'en savoir plus avant d'accepter toute proposition.

- Est-ce que vous…

- Si je me souviens que vous faisiez partie du jury lors de ma demande concernant un nouveau compte ? Oui, monsieur Keyton, je n'ai pas oublié.

Edouard lâcha un sourire. Cela remontait déjà à trois ans plus tôt. Après la fin de l'incident concernant le virus Pandora, dont l'ancien Roi du Réseau avait été tenu responsable, Virgil s'était lui-même présenté aux locaux de l'entreprise pour faire sa requête. Ainsi était né Cataclysme, qui restait toutefois sous surveillance pour éviter un autre problème de cette ampleur. Mais l'actuel numéro un avait retenu sa leçon, cela lui avait pris plus de vingt-cinq mois avant de participer au Festival Numérique pour la première fois.

- Je sais que je dispose d'un certain contrat avec le CNI au sujet de ce deuxième compte, soupira le vendeur en prenant place sur la chaise en face de celle d'Edouard. Et je me doute bien que vous devez avoir plein de soucis ces derniers temps avec les Proxys qui s'affirment de plus en plus sur le réseau…

- Effectivement, je ne vous cache pas que la situation est un peu tendue, confirma-t-il sans lever les yeux de son écran, visiblement à la recherche de quelque chose.

- Avant d'entrer dans le vif du sujet, je préfère vous prévenir que je n'ai pas l'intention de devenir un ennemi des Proxys ou de leur faire face. Cette affaire pendant la finale du Festival Numérique sera ma seule implication, vu qu'ils me sont tombés dessus sans prévenir pendant que j'affrontais Elkira. Je n'aspire qu'à une vie tranquille à présent…

Edouard tourna alors l'écran de son appareil afin de le présenter à son interlocuteur. S'attendant à voir apparaître un fichier ou une image quelconque en relation avec le Cercle des Proxys, Virgil se montra surpris en voyant s'afficher autre chose. Un enregistrement de l'utilisatrice du Réseau Codélia entrée inopinément sur le circuit Haute-Vitesse la veille. La fameuse Axerola qui faisait la une de toutes les informations depuis ce matin.

- Je comprends tout à fait votre envie de vous tenir à l'écart de ces gens-là. Ils sont très dangereux et ce n'est pas à vous de leur faire face, expliqua le chef de la Sécurité en relevant ses lunettes carrées. Si je vous rends visite ce soir, c'est pour une toute autre raison.

En essayant de limiter les informations qu'il délivrait, Edouard tâcha d'expliquer le plus efficacement possible le problème qui se posait à présent. Grâce à des procédés inconnus, Axerola était entrée en possession d'un programme d'intelligence artificielle à la fois recherché par le CNI et le Cercle des Proxys. Un programme qui pourrait facilement mettre en péril le futur du Réseau Codélia s'il se retrouvait entre de mauvaises mains.

Virgil écoutait attentivement ses propos sans donner un avis clair. Certes, ce n'était pas exactement ce à quoi il s'attendait mais cela restait tout de même intimement lié aux cyber-terroristes qu'il souhaitait éviter à tout prix. L'employé du CNI voulait qu'il tente d'entrer en contact avec Axerola afin de lui dérober CE-01 avant qu'un désastre ne se produise. Une mission qui allait se révéler bien compliquée tant les données concernant l'utilisatrice restaient bien pauvres.

- L'acronyme de cette IA est CE-01, poursuivit Edouard en conservant son ton professionnel. Je vous passe les détails concernant ses fonctionnalités et le danger qu'il peut représenter. Les enregistrements que nous possédons du combat entre Axerola et Ethergeist montrent qu'elle la conserve au sein de sa Codéwatch.

- Axerola est une énigme pour absolument tout le monde, fit remarquer Virgil en déposant sa bière sur la table basse. Je ne doute pas que des petits malins lui aient envoyé des tas de messages privés en tout genre mais si elle avait répondu à ne serait-ce qu'un seul d'entre eux, je pense que l'information serait rapidement arrivée sur le net.

- Nous-mêmes sommes incapables de déterminer l'identité d'Axerola alors que nous avons les outils pour. De plus, nous ne pouvons pas confirmer si elle collabore avec quelqu'un ou si elle agit seule.

Le vendeur de pizzas ne voyait pas vraiment quoi ajouter. Si le chef de la Sécurité avait tenu à le rencontrer en dehors de ses heures de travail, c'était pour lui demander de retrouver Axerola. Une tâche semblant moins périlleuse que d'affronter les Proxys directement, à première vue. Mais le champion du Codélia n'était pas dupe. Cette IA convoitée par le CNI était réellement dangereuse, Edouard ne s'en cachait même pas. Il ne tenait pas à risquer sa vie. Un comportement lâche mais assumé.

Edouard lui-même comprenait, aux réactions de son interlocuteur, que le convaincre d'accepter cette mission ne serait pas une partie de plaisir. Il aurait tant aimé ne pas se retrouver dans une position aussi délicate mais faire appel à Cataclysme restait sa seule option viable. Compte tenu de la situation, l'homme au costume-cravate tenait à confronter Axerola avec un utilisateur confirmé de la plate-forme. Comme Elkira était introuvable, il devrait alors se rabattre sur Meijin, le troisième au classement.

- Je pensais que les Proxys souhaitaient simplement apporter le chaos sur le réseau et que le CNI faisait de son mieux pour les arrêter. Mais visiblement, la situation est bien plus complexe que ça avec vos histoires d'intelligences artificielles pouvant apporter la ruine. J'espère que vous comprendrez donc ma décision de décliner votre demande, répondit finalement Virgil.

- Je me doutais bien que nous en arriverions là, hélas…

Le chef de la Sécurité joignit ses deux mains sur la table, la déception clairement lisible sur son visage jusqu'à alors impassible. Il avait envisagé un refus de la part du vendeur de pizzas mais aurait préféré ne pas se retrouver poussé dans ses derniers retranchements. Faire pression sur lui en le menaçant de révéler aux médias l'existence du double-compte restait une option. Mais Edouard ne pouvait pas s'y résoudre, jugeant que ce serait contraire à ses principes.

En revanche, il ne pouvait pas repartir bredouille autrement ce serait lui qui aurait des problèmes. La directrice du département de la Sécurité, Eléonore Nakano, lui avait très bien fait comprendre que son poste était en jeu dans cette affaire. Si Cybéria Entity 01 n'était pas rapidement ramené dans les locaux de l'entreprise, il n'allait pas faire long feu. Son travail demeurait primordial pour le confort de sa petite famille, il ne pouvait pas s'en passer.

- Cette histoire ne vous concerne en rien, je comprends tout à fait. Je ne vais pas tenter d'insister pour vous faire changer d'avis si vous ne souhaitez pas collaborer. Mais je préfère que vous sachiez que ma venue ce soir n'a pas été demandée par mes supérieurs, je me suis présenté de mon propre chef.

- Vous pensiez que je serais redevable à l'entreprise de m'avoir permis de revenir sur le Codélia après la suppression de mon premier compte ? demanda Virgil, notant qu'Edouard semblait sortir de son rôle d'employé du CNI.

- Effectivement, admit-il avec un sourire gêné. Je suis un peu dos au mur concernant CE-01 et Axerola. Et si je ne retrouve pas rapidement la situation en faveur du CNI, la personne à qui je rends des comptes n'hésitera pas à se débarrasser de moi. Mes parents sont à l'autre bout du monde et j'ai un petit frère à charge. Comme je ne peux pas me permettre de finir licencié, je me suis donc tourné vers vous.

Pendant l'espace d'une petite seconde, le champion du Codélia se surprit à hésiter sur son avis définitif. Jusqu'alors totalement professionnel, son invité paraissait maintenant se confier à lui. Il ne s'adressait plus au chef de la Sécurité mais bel et bien à l'être humain qui se trouvait derrière ce poste. Relativement doué pour lire le comportement des gens, Virgil doutait qu'il s'agisse d'un piège pour le sensibiliser et le forcer à accepter. Il restait toutefois sur ses gardes.

- Admettons que je m'allie avec vous pour récupérer l'IA d'Axerola. Comment comptez-vous faire pour entrer en contact avec elle ? Elle n'a pas l'air de vouloir se connecter depuis hier. J'ai beau être Cataclysme, je ne peux pas non plus faire de miracles…

- Vous pourriez simplement lui envoyer un message pour lui proposer un combat. A une heure de basse activité par exemple. Nous sommes mardi demain, ce n'est pas un jour très actif entre les personnes qui travaillent et les étudiants qui sont en cours. Il est fort probable qu'elle refuse mais cela ne coûte rien d'essayer. Je peux installer un programme sur votre Codéwatch qui vous permettra de récupérer CE-01 depuis celle d'Axerola par le biais d'un combat Haute-Vitesse.

Il ajouta alors qu'il disposait d'une solution de secours si jamais Axerola ne prenait pas la peine de répondre au message. Mais si cette dernière possédait vraiment une haine envers les Proxys, elle tomberait forcément dans le piège. Une méthode pas très plaisante mais sa position au CNI lui permettrait de passer outre les problèmes. Au point où il en était, il ne voulait reculer devant rien pour récupérer CE-01 avant que madame Nakano ne souhaite se passer de ses services.

Virgil lâcha un soupir. Le lui-même d'il y avait cinq ans, le populaire Roi du Réseau, aurait clairement refusé la coopération. A cette époque, il ne voyait que sa propre personne et souffrait d'un ego beaucoup trop grand, même pour lui. Mais maintenant qu'il avait pris du recul, sa personnalité au sein du Codélia se rapprochait de celle qui présentait dans le monde réel. Un homme simple et souriant qui n'hésitait pas à venir en aide aux plus démunis.

Les confidences d'Edouard sur sa vie privée permettaient au pizzaïolo de mieux comprendre ses actions. Il jugea donc que prendre un peu de son temps pour régler cette affaire ne coûtait rien. Son stagiaire serait ravi d'effectuer des heures supplémentaires pendant ce temps-là. En revanche, son ambition de rester éloigné de tout conflit demeurait intacte. Des limites devraient donc être posées concernant son implication dans la capture de cette intelligence artificielle.

- J'enverrai un message privé à Axerola pour lui proposer un combat Pokémon. Si elle refuse, nous appliquerons votre proposition. Je la combattrai alors sur le circuit Haute-Vitesse pour récupérer votre IA. Après cet affrontement, je me retire de cette affaire, même si je ne suis pas parvenu à accomplir votre demande. Et il va de soi que j'en ferai de même si Axerola ne se montre pas du tout.

- Je vous remercie infiniment d'avoir pris le temps d'y réfléchir ! s'exclama le chef de la Sécurité, les yeux brillants. Vos conditions sont les miennes, je ne vous demanderai rien de plus une fois cette tentative passée. Si elle résulte en un échec, je prendrai sur moi de trouver une autre solution sans devoir passer par vos services.

Un air soulagé s'afficha sur le visage de l'homme à la cravate. Après avoir accédé à son poste actuel, il n'avait pas vécu beaucoup de sérieux temps de crise au sein du CNI. Perdre son emploi à cause d'une intelligence artificielle pouvait à la fois compromettre son futur ainsi que celui de son petit frère Dennis. Il fallait maintenant espérer que l'intervention de Cataclysme permettrait de coincer Axerola et récupérer ce qui ne lui appartenait pas.



***


- Tsubasa, est-ce que je peux te parler sérieusement ?

Pendant le premier cours de la journée du mardi, signé par le retour de la brunette au sein de l'Université Vermillion, ce fut Dennis qui pris les devants. Si la jeune fille s'était montrée évasive au sujet des événements du Festival Numérique lorsque son ami lui avait posé la question, nul doute qu'il ruminait intérieurement au point de ne pas pouvoir suivre correctement le cours. Et au sein de l'amphithéâtre, personne ne prêterait attention à eux tant qu'ils converseraient à voix basse.

Tsubasa savait qu'inventer un mensonge au sujet de sa présence sur le circuit Haute-Vitesse allait se révéler compliqué. D'autant plus que les rapports officiels publiés par le CNI et les articles de Shironeko ne faisaient pas mention de l'entité Cybérienne qui se trouvait en ce moment-même à l'intérieur de sa Codéwatch. Tsubasa s'était creusée la tête pour créer une histoire crédible pour Dennis mais n'y était pas parvenue. Elle se contentait donc d'éviter les questions pour le moment, ne sachant pas quoi faire d'autre.

- Si c'est au sujet du devoir à rendre en informatique la semaine prochaine, je t'assure que je vais t'aider à le... commença-t-elle.

- Non non, ce n'est pas ça, coupa rapidement Dennis histoire que la conversation ne s'éparpille pas. Tu sais très bien de quoi je veux parler. De ton apparition lors du combat entre Cataclysme et Elkira d'il y a deux jours. Cela s'est passé peu de temps après que tu m'aies demandé des informations sur un utilisateur. Ethergeist, c'est ça ? Je n'aurais jamais pensé que ce serait un Proxy…

La spécialiste du hacking faisait pivoter son stylo dans sa main par simple réflexe mais le fit tomber sur le sol suite à la remarque. Elle n'était pas vraiment surprise qu'il refasse une tentative pour lui tirer les vers du nez. Enfermés dans un amphithéâtre pendant encore quelques dizaines de minutes, il lui serait difficile d'ignorer le sujet sans se montrer méchante inutilement. Tsubasa sentait son cœur qui battait la chamade, elle n'aimait pas du tout cette situation.

Décidément, elle regrettait de plus en plus que son meilleur ami connaisse son pseudonyme sur le Réseau Codélia, cela lui aurait permis d'éviter ce problème. Tentant de gagner du temps en vain, elle se baissa afin de ramasser son stylo qui avait roulé jusqu'aux pieds de l'élève assis devant elle. Tsubasa n'était pas vraiment douée pour mentir sans y être préparée, cacher la vérité serait ici plus simple mais pas une mince affaire pour autant. Elle ne devait surtout pas mentionner que Victoria était l'alter-ego réel de Deltaziroh.

- Même si tu refuses de m'en parler, je sais très bien que tu as des problèmes depuis le mois dernier. Cela concorde avec la première mention officielle des Proxys. Qu'est-ce que tu cherches à faire en les confrontant directement ? Ce n'est pas à toi de t'occuper de ça, le CNI et mon frère doivent mettre les bouchées doubles pour éradiquer la menace qu'ils représentent…

La concernée, inquiète, jeta des regards brefs autour d'elle. Peu de gens semblaient passionnés par les propos tenus par le professeur de chimie malgré son micro et de multiples conversations permettaient de créer un léger brouhaha ambiant. L'échange entre elle et Dennis restait donc inaudible pour ceux qui n'y participaient pas, d'autant plus qu'ils parlaient très bas. Même si Tsubasa doutait qu'un Proxy se cache dans sa classe, parler de ça dans un lieu public la dérangeait vraiment.

Elle continuait d'éviter de regarder son ami dans les yeux. La jeune fille comprenait très bien que Dennis était sérieux dans ses propos et souhaitait obtenir des explications. Il avait déjà effectué une première tentative sur le chemin de l'Université Vermillion sans succès. Tsubasa ne savait pas comment choisir ses mots afin de ne pas dévoiler des données compromettantes. Mais masquer l'existence de CE-01 ou de Victoria rendrait son histoire incomplète.

- Dennis... murmura-t-elle en peinant à construire ses phrases. Effectivement, ma vie est un peu mouvementée ces derniers temps. Et remplie d'événements dangereux. C'est principalement pour ça que je préfère ne pas t'en parler, parce que je souhaite te préserver. Imagine qu'il t'arrive quelque chose par ma faute, je ne pourrais jamais me le pardonner.

Elle avait décidé de jouer la carte de la sécurité, celle que Victoria avait tenté à maintes reprises d'utiliser au cours de la soirée pour l'empêcher de combattre le Cercle des Proxys. Elle doutait que cela suffise à convaincre Dennis, qui allait forcément se montrer curieux sur ce qu'elle trafiquait dans son coin. Mais elle ne pouvait pas se résoudre à lui en parler. Le garçon aux cheveux argentés connaissait déjà quelques détails concernant l'Incident Effacé, ce qui le plaçait au-dessus des gens normaux.

- J'essaye d'avoir au moins une conversation par jour avec mon frère, surtout les jours où il n'est pas capable de rentrer à la maison, révéla Dennis sans cligner des yeux. L'autre jour, quand tu es apparue sur le circuit, j'aurais très bien pu lui envoyer un message pour lui donner ton identité. Je ne l'ai pas fait par respect pour toi. En revanche, même s'il ne souhaite pas m'inquiéter, Edouard a vraiment l'air d'être dans une situation compliquée depuis la finale.

- Écoute... je ne sais pas ce que le CNI souhaite accomplir avec cette IA mais pour le moment, j'en ai besoin pour faire pression sur les Proxys. Quand j'en aurais terminé avec eux, je ferais en sorte de la remettre en personne à ton frère s'il le faut.

- Une IA ? Quelle IA ?

Tsubasa plaqua ses mains contre sa bouche avec effroi. Ces propos lui avaient échappé naturellement sans qu'elle n'y fasse attention. Si cette discussion s'éternisait davantage, nul doute qu'elle commetrait des impairs encore plus graves. Révéler l'implication de madame Viltrust dans ce combat n'était pas à exclure totalement. Décidant de rester muette à partir de maintenant, elle tourna son regard vers le professeur de chimie pour tenter de se distraire.

Dennis comprenait très bien que son amie n'avait pas divulgué ces informations par envie et ne chercha donc pas à insister. Ainsi donc, voilà le problème auquel était confronté son aîné. Une intelligence artificielle que le CNI souhaitait absolument récupérer. S'il continuait sur son optique de ne rien dire à Edouard au sujet de la véritable identité d'Axerola, cela reviendrait à trahir sa famille. Mais le faire reviendrait à trahir son amie. Il se retrouvait donc coincé dans un dilemme des plus terribles.

- Et bien, tu n'es vraiment pas douée avec les secrets, miss Axerola... déclara Cyby dont la voix fut couverte par le bruit ambiant de la pièce.