Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:45
» Dernière mise à jour le 17/05/2019 à 16:27

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 19 : Le vendeur de pizzas
- Le menu spécial Linday, je suppose ?

- Effectivement, on ne peut rien vous cacher. Doublez simplement la quantité, je prends aussi commande pour un ami.

Charlotte ne changeait rien à ses habitudes. Le lendemain des événements entourant le Festival Numérique, elle s'apprêtait à rendre visite à son ami Mister Phoenix, notamment pour étudier plus en détail les identités d'Axerola ainsi que de Deltaziroh. Sur le trajet, elle avait décidé de s'arrêter à son endroit préféré de toute la mégapole, la pizzeria de Virgil, là où s'était notamment déroulée la rencontre IRL entre les ennemies du Cercle des Proxys.

Pour gagner du temps, la cyber-chasseuse avait transmis à son camarade toutes les informations en sa possession, afin qu'il puisse commencer les recherches de son côté. Edouard Keyton avait appelé Charlotte dans la matinée pour lui expliquer la situation actuelle dans les locaux du CNI. Apparemment, Axerola s'était emparée du fameux CE-01, mettant à la fois les Proxys et l'entreprise dans l'embarras. Déjà très amusée par la tournure des événements, Charlotte devenait de plus en plus intriguée par l'utilisatrice.

Si le chef de la Sécurité avait certifié qu'il s'occupait lui-même de ce problème, il était prêt à lui donner des compléments de prime si elle découvrait quoi que ce soit de son côté. Charlotte détenait probablement l'information la plus précieuse, l'identité d'Axerola. Mais son code d'honneur l'interdisait formellement de le fournir. Si la cyber-chasseuse disposait de bon nombre de défauts, elle prenait très à cœur cet aspect-là de la vie virtuelle des gens qui se servaient du Codélia.

- Vous avez regardé la finale hier soir ? interrogea Virgil avec son enthousiasme naturel, préparant en parallèle la commande de sa cliente. Mon stagiaire m'a confirmé que vous étiez passée ici mais repartie avant que le match ne commence…

- J'ai pu en voir une partie à la télévision, confirma Charlotte tout en posant son bras sur le comptoir. Je ne me serais jamais attendue à ce que les Proxys décident de se montrer. Certes, ils ont déjà agressé une utilisatrice mais en temps normal, ils font plutôt profil bas.

A cette heure encore peu avancée de la journée, Virgil ne croulait pas vraiment sous les commandes et pouvait se permettre d'entretenir une discussion en compagnie de sa cliente préférée. L'homme étant un fan autoproclamé de Cataclysme, le numéro un de la plate-forme, Charlotte ne montrait aucune surprise à le voir amener les événements de la veille au centre de la conversation aussi vite. Il faut dire que c'était la toute première fois qu'ils devaient reporter un match de compétition, la finale d'autant plus.

Toute la presse ne parlait que de l'intervention du Proxy et d'Axerola, cette dernière étant maintenant labelée « la justicière virtuelle » pour avoir eu l'audace de combattre l'un des terroristes aux yeux de tous à un tel moment. La chaîne de télévision consacrée au Réseau Codélia cessait habituellement les reportages après les possibles entretiens avec les finalistes d'après-match mais cette fois-ci, cela avait duré bien longtemps. Les rumeurs couraient déjà au sujet du surmenage de la pauvre Shironeko.

- Cela donnerait presque envie de savoir ce qui se trame dans l'ombre. On ne sait pas vraiment ce que veulent les Proxys ou cette Axerola. Mais c'est peut-être ma curiosité qui parle... souffla Charlotte en arborant un grand sourire.

- En effet, ajouta Virgil sur un ton qui laissait toutefois sous-entendre l'inverse. Mais je ne doute pas que Cataclysme et Elkira ont dû être secoués par tout ça. Ils ne cherchaient qu'à régler leurs comptes pour obtenir le titre…

Bien sûr, Charlotte ne s'attendait pas à ce que tout le monde partage sa soif de connaissances. Cela avait toujours été dans sa nature depuis son entrée dans le monde des cyber-chasseurs. Dès que quelque chose d'inhabituel se déroulait sur le Réseau Codélia, elle devait absolument en apprendre tous les détails, que ce soit dans le cadre d'une mission ou non. Et entre cette intelligence artificielle mystérieuse, le groupe des Proxys et maintenant Axerola, elle avait de quoi s'occuper pour un bon moment.

En attendant que les pizzas soient prêtes, la jeune femme en profita pour attraper son téléphone portable et envoyer un message à Mister Phoenix. Il s'agissait là surtout de le prévenir qu'elle ne mettrait pas très longtemps à arriver. Si le siège de Phoenix System, la célèbre entreprise de robotique dépourvue de rivaux, se trouvait au beau milieu du secteur neuf, réservé à l'industrie, Charlotte avait déjà fait appel à un taxi pour gagner du temps.

- A en voir votre expression, vous avez l'air de vouloir tout découvrir de ce complot, madame Linday. Je vous conseille tout de même de faire attention, on parle de cyber-terroristes. Mieux vaut laisser le CNI régler cette histoire et attendre de voir ce que la presse nous révélera ensuite…

Le pizzaïolo ne pouvait pas connaître la profession de son interlocutrice, justement payée pour se documenter sur les complots virtuels et parfois même les déjouer selon les demandes de ses clients. Même si elle appréciait beaucoup Virgil, elle ne pouvait pas se permettre de dévoiler son travail ouvertement sous peine de se mettre inutilement en danger. A l'heure actuelle, seuls Edouard Keyton et son collègue et rival cyber-chasseur Bloody Braxter connaissait le lien entre Charlotte Linday et Mirage.

- Je n'ai pas l'intention de me mettre en danger, assura-t-elle, amusée. Je laisse le combat de front à Axerola et au Codélia Network Industries.

- Bien, je n'ai pas envie de perdre ma meilleure cliente, avoua Virgil. Nous n'avons pas vraiment les détails concernant Alphamarie mais d'après les rumeurs, elle serait entre la vie et la mort dans un hôpital dont le nom n'a pas été donné pour la protéger.

- C'est sûr que le cas d'Alphamarie n'est pas enviable, je ne souhaite cela à personne..

Si Charlotte respectait à la lettre son code d'honneur concernant l'anonymat sur la dimension virtuelle en refusant les missions qui demandaient de les dévoiler publiquement, elle faisait parfois des entorses à contrecœur pour avancer dans ses petites enquêtes personnelles. Alphamarie s'appelait en réalité Héléna Viltrust. Le même nom de famille que la femme derrière les traits de Deltaziroh. Son instinct lui soufflait que cela ne pouvait pas être une simple coïncidence.

Après une bonne dizaine de minutes de cuisine intensive, Virgil tendit une poche en plastique à sa cliente, contenant les cartons des deux pizzas margaritas qu'elle dégusterait bientôt en compagnie de son ami directeur d'entreprise. Charlotte attrapa son porte-monnaie afin de régler la commande mais comme à son habitude, n'avait pas la monnaie. Elle déposa donc un tas de billets dont la valeur dépassait largement celle du prix de deux pizzas.

- Vous pouvez garder la monnaie.

- Madame Linday, dix mille Pokédollars pour un simple repas, ça reste quand même très osé.



***


- Ma chère Marie, cela faisait un bon moment que tu n'étais pas passée me voir, je commençais à m'inquiéter pour toi.

- Moi, je m'inquiète toujours de devoir te répéter en permanence à chaque conversation de ne plus m'appeler comme ça, Phoenix... soupira la concernée en déposant sa poche plastique sur le bureau du directeur de Phoenix System.

Le nom complet de la cyber-chasseuse était Marie-Anne Charlotte Geneviève Linday de Fravière. Si autrefois, elle était reconnue publiquement en tant que « Marie-Anne », elle ne supportait plus d'être nommée ainsi depuis qu'elle avait coupé les ponts avec ce qui restait de sa famille. Maintenant, la demoiselle préférait passer par son deuxième prénom, quelque chose qui avait malheureusement encore du mal à entrer dans la tête de son ami roboticien.

Sa servante Kohaku se référait parfois à elle en passant par son prénom de naissance lorsqu'elle souhaitait passer pour une rebelle. Edouard Keyton du CNI le faisait également par le passé, lorsqu'il avait entamé sa collaboration avec elle. Mais l'employé de la société gérant le Réseau Codélia avait rapidement compris le problème et utilisait à présent « Charlotte », contrairement aux deux autres. La demoiselle ne pourrait décidément pas échapper à son passé.

- Je viens parler informatique avec toi, comme tu t'en doutes. Tu as fait ce que je t'ai demandé hier ? questionna-t-elle en attrapant l'un des sièges libres pour s'asseoir.

- Bien entendu, ce fut un jeu d'enfant !

Mister Phoenix se démarquait surtout pour son physique. Une question que personne ne lui avait jamais posé était celle de sa couleur préférée. Le violet restait la seule qui se démarquait, que ce soit dans sa chevelure brillante, les verres de ses lunettes de soleil dont il ne se séparait jamais ou son costume-cravate toujours impeccable, même pendant ses ateliers de robotique. Proche de la quarantaine, Phoenix était parfaitement bien conservé pour son âge.

On ne pouvait toutefois pas en dire autant de son bureau. S'il n'était pas sale à proprement parler, il demeurait toutefois très mal rangé. Des croquis et plans en tout genre traînaient dans les moindres recoins et Charlotte n'avait pas arrangé les choses en renversant une partie d'entre eux pour poser leur repas sur le bureau, violet bien évidemment. Si la cyber-chasseuse n'y connaissait rien en informatique, elle considérait néanmoins la robotique comme un des hobbies favoris.

Charlotte savait que Mister Phoenix travaillait en ce moment même sur un prototype d'androïde ultra-perfectionné, bien qu'elle n'ait pas encore assisté aux travaux ni vu l'état actuel du projet. Ce n'était pas la première tentative du directeur de Phoenix System dans ce domaine par ailleurs. Quelques années auparavant, son premier androïde avait tout simplement pris la fuite de l'entreprise sans jamais donner de nouvelles. La demoiselle gardait toutefois le contact avec lui, à l'insu de son ami.

- La madame Viltrust dont tu m'as parlé s'appelle Victoria. Comme la seule donnée que tu m'as donné était son statut de professeur, je suis entré dans la base de données de tous les établissements d'Ebravia de niveau lycée et au-delà jusqu'à la retrouver. Elle enseigne à l'Université Vermillion du secteur trois mais c'est sa première année, expliqua Mister Phoenix en faisant pivoter son écran pour montrer à Charlotte des images de la femme blonde vue la veille.

- C'est bien elle, effectivement ! confirma la brunette en déposant son haut-de-forme sur ses genoux. Le nom de Viltrust n'est pas très répandu, ce doit être la grande sœur de Héléna Viltrust, la fameuse Alphamarie agressée par les Proxys récemment. Comme la discussion entre elle et Axerola n'a eu lieu que partiellement chez Virgil, je ne peux pas deviner ses intentions. La vengeance, non ?

- La vengeance serait le choix le plus logique. Surtout si les rumeurs concernant la situation actuelle d'Alphamarie sont vraies…

Charlotte entrait là dans un domaine qu'elle ne maîtrisait pas. Dans sa famille, elle était la plus jeune de quatre enfants mais l'amour fraternel lui restait étranger. Si l'un de ses frères aînés Charles-Henry Richard Léopold Linday de Fravière n'avait que quatre ans de plus que sa cadette, ils vivaient déjà à l'époque dans des mondes très différents. Là où elle aspirait à la liberté, lui voulait le pouvoir. Charlotte savait qu'il opérait maintenant en tant qu'assistant d'Edouard mais ne l'avait jamais revu après la destruction de leur famille.

Concernant son autre frère, il travaillait maintenant en tant que politicien et s'était accaparé l'héritage familial, mettant les trois autres dans l'embarras. Charlotte n'était même pas certaine de s'être retrouvée dans la même pièce que lui plus de cinq fois dans sa vie, ils avaient presque quinze ans d'écart après tout. Pour ce qui était de Hildegarde Forvedge Alberta Linday de Fravière, son aînée de cinq ans, elle n'avait plus du tout de nouvelles. Elle pouvait être morte depuis longtemps que Charlotte ne le saurait même pas.

- Et concernant Axerola, tu as du nouveau ? poursuivit-elle en essayant de ne pas repenser aux membres de sa famille avec qui elle avait décidé de couper tout contact.

- La retrouver avec un simple prénom n'aurait pas été possible mais comme tu m'as affirmé qu'elle était l'élève de Victoria Viltrust, ce fut assez rapide après la première recherche. Tsubasa Albiki, étudiante à l'Université Vermillion depuis deux mois.

Encore une fois, Charlotte put confirmer qu'ils ne faisaient pas erreur sur la personne grâce aux photos disponibles dans leurs dossiers respectifs. Là où Edouard devait en ce moment-même lutter pour trouver des indices concernant Axerola, elle avait à présent toutes les cartes en main. Même si elle s'entendait bien avec le chef de la Sécurité et que cela la peinait qu'il risque son poste, ce n'était pas à elle de divulger à autrui l'identité d'utilisateurs. Même s'ils possédaient une intelligence artificielle convoitée avec eux.

Après avoir avalé une part de sa pizza, Mister Phoenix demanda à sa commère ce qu'elle comptait faire de ces données. La demoiselle hésita un peu avant de répondre, n'en étant pas certaine elle-même. La meilleure chose à faire pour le moment était certainement de rendre directement visite aux concernées afin de possiblement apprendre des informations lui ayant échappé dans ses soudoiements répétés d'employés du Codélia Network Industries.

- Tu n'es pas en train de jouer avec le feu en cachant leurs identités à ton principal client ? questionna le directeur de Phoenix System. Si tu perds ton partenariat avec le CNI, ce serait un coup dur pour ta carrière. Difficile de trouver des clients qui sont aussi généreux sur leurs primes…

- Edouard connaît mes principes à ce sujet. Et j'ai omis volontairement de lui parler de ces détails ou même de l'implication de Deltaziroh. C'est regrettable pour lui mais il faut savoir faire des choix. Je ne peux pas demeurer une cyber-chasseuse si je m'amuse à faire ami-ami avec tout le monde…

Si Charlotte n'avait pas spécialement un mauvais fond, elle ne se considérait pas comme une bonne personne pour autant. Elle aimait l'argent, la reconnaissance et pouvait mettre des couteaux dans le dos de ses alliés si cela lui apportait quelque chose. Même si elle ne comptait pas lui venir en aide, elle espérait tout de même qu'Edouard parvienne à satisfaire ses supérieurs pour éviter d'être rétrogradé ou pire, renvoyé du CNI.

- Vu l'heure qu'il est, je ne pense pas que ce soit très utile que je me présente à l'Université Vermillion, je vais rater Axerola, déclara la demoiselle en jetant un œil à l'heure sur son téléphone portable. Et demain, je dois aller dans un magasin de botanique pour ramener cette fichue plante carnivore que Kohaku a mise dans le salon. Dans deux jours donc…

- Ma chère Marie. Vu que tu comptes entrer directement en contact avec Axerola, il y a une requête dont j'aimerais te faire part. Rien de bien méchant, révéla Mister Phoenix, soudainement animé par un enthousiasme vif. Je voudrais que tu en discutes avec elle directement si cela ne te dérange pas.



***


- Je vais bientôt pouvoir aller me reposer…

La grande avenue du secteur quatre se vidait peu à peu, les passants commençant à rentrer chez eux les uns après les autres. Même si la finale du Festival Numérique allait être reconduite d'ici quelques jours, la compétition était techniquement déjà terminée. Virgil Aldren savait que ses meilleurs chiffres d'affaires étaient directement liés aux compétitions organisées sur le Réseau Codélia. Il ne comptait donc pas fermer boutique bien tard ce soir.

Pourtant, alors que le pizzaïolo n'avait pas pris la moindre commande depuis presque une demi-heure, un homme s'extirpa de la masse pour s'approcher de son comptoir. Virgil ne tarda pas à le remarquer et se mit aussitôt sur ses gardes. Il avait immédiatement noté la présence du badge qu'il portait au niveau de la poitrine de son uniforme. Virgil savait pertinemment que ce badge n'était arboré que par les employés du Codélia Network Industries.

- J'espère vraiment qu'il souhaite venir en tant que simple client, je ne tiens pas à me retrouver mêlé à leurs histoires, songea-t-il, amer. Moi qui commençais vraiment à m'épanouir dans cette nouvelle vie dans le monde des pizzas.

Tout chez ce nouveau venu respirait le professionnalisme, de son costume cravate parfaitement repassé à sa chevelure verte soigneusement coiffée. L'expression de son visage restait neutre mais en s'y attardant suffisamment, on pouvait remarquer qu'il semblait crispé. Il tâcha toutefois de ne pas le montrer ouvertement lorsque son regard croisa celui du commerçant, histoire de conserver sa crédibilité. Virgil se rappelait l'avoir vu il y a quelques années.

Même si sa situation avait fini par se stabiliser, le grand homme entretenait un rapport assez spécial avec la société qui gérait la dimension numérique. Son avatar, Cataclysme, était en réalité le deuxième dont il revêtait les traits au sein du Réseau Codélia. Autrefois connu comme le Roi du Réseau, Virgil avait souhaité repartir de zéro après un triste épisode passé sur la plate-forme qui avait conduit à la suppression de son compte. Le CNI avait certes accédé à sa requête mais connaissait à présent sa véritable identité.

Jusqu'ici, l'entreprise s'était révélée honnête envers lui. Aucune révélation sur les liens entre Cataclysme et l'ancien Roi du Réseau n'avait filtré, même après que Virgil ait pu devenir le meilleur utilisateur une nouvelle fois avec son deuxième avatar. Mais par les temps qui couraient, avec le Cercle des Proxys qui semait la pagaille, il n'avait jamais douté que le Codélia Network Industries finisse par se tourner vers lui pour lui demander service.

- Je suis vraiment navré... déclara-t-il alors que l'employé se trouvait à proximité. Je suis en train de fermer, vous arrivez un peu trop tard. Je peux vous recommander de revenir demain si vous le souhaitez, je serai ouvert toute la journée.

- Tout va bien, je ne suis pas venu pour consommer, assura le nouveau venu d'un ton aimable. Je viens vous voir dans le cadre de mes fonctions. La personne qui m'intéresse n'est pas vraiment le vendeur de pizzas si vous voyez ce que je veux dire.

Virgil lâcha un soupir, comprenant que ses soupçons étaient bel et bien fondés. Il ne souhaitait pas se retrouver mêlé au combat que menait le CNI contre le Cercle des Proxys. Le numéro un de la plate-forme s'était simplement retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment lors de son match face à Elkira mais il ne voulait pas poursuivre dans cette voie. Après ses mauvais choix du passé, il n'aspirait à présent qu'à une vie tranquille.

- Je me nomme Edouard Keyton et j'occupe le poste de chef de la Sécurité au sein du Codélia Network Industries, se présenta-t-il en déposant sa carte sur le comptoir. Croyez-moi que j'aurais préféré ne pas venir à votre rencontre mais je me trouve actuellement dos au mur sans aucune autre solution. Serait-il possible de s'entretenir avec vous ? Je sais qu'il est tard mais je ne voulais pas vous déranger pendant votre travail.

- Hélas, je ne pense pas avoir le choix. Je ne sais pas pourquoi vous venez directement me voir ici plutôt que de me contacter sur le réseau mais je me réserve tout de même le droit de refuser votre requête si elle ne me convient pas. Je ne tiens pas à être impliqué dans de sombres affaires à nouveau.

- Je vous remercie de m'accorder un peu de votre temps. Je vais donc tâcher d'aller à l'essentiel. Vous avez vu juste, j'aurais besoin de votre aide pour résoudre un problème qui touche notre société.