Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:23
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:23

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 10 : Le signal Cybérien
- Tiens, le reportage qui couvre la finale a déjà commencé ? Cette réunion m'aura pris plus de temps que je ne le pensais…

Ivan Malverik referma calmement derrière lui la porte de son appartement. Une habitation pittoresque qui ne comportait que deux pièces majeures, l'une pour dormir et l'autre pour se laver. Mais pourtant, malgré ses allures banales, il s'agissait là d'un centre d'opération important pour l'un des membres les plus éminents du Cercle des Proxys. Ivan était ce que l'on pouvait appeler un commandant, l'une des rares personnes auxquelles le grand patron acceptait de faire des confidences sur leurs objectifs.

Du haut de ses vingt-huit ans, il se détachait déjà des hommes ordinaires. Il faisait partie des Proxys, le groupe qui sauverait bientôt l'humanité d'un désastre imminent. Pour le moment, comme les nombreux sbires ignorants qu'ils exploitaient en les laissant dans l'ombre, sa principale mission restait de retrouver rapidement le fameux CE-01. Ou Cybéria Entity de son nom complet. Tant qu'il vagabonderait en liberté dans la dimension numérique, il leur serait impossible de poursuivre leurs plans.

Grand et maigre, Ivan Malverik ne de distinguait pas pour son physique. Il disposait de cheveux bruns courts toujours coiffés comme il se doit. Son visage un peu creusé laissait apparaître des cernes marquantes sous ses yeux. En plus d'être un membre important des Proxys, il travaillait en tant que commercial dans une entreprise qui vendait des voitures, ce qui occupait une bonne partie de ses journées. Une fois dans la pièce principale, il déposa son manteau sur son lit personnel, dévoilant le costume-cravate qu'il portait en dessous.

- Monsieur Ivan, vous êtes de retour ! s'écria bruyamment une voix féminine qui ne manqua pas de le ramener brutalement à la réalité. Je commençais sérieusement à m'inquiéter !

Ivan Malverik ne vivait pas seul dans son petit appartement. Il partageait le logement avec sa principale coéquipière dans l'organisation terroriste. Une assistante qui l'aidait dans son travail en lui fournissant diverses informations sur les événements se déroulant au sein du Réseau Codélia. Le seul problème résidait dans sa personnalité, cette dernière semblait littéralement vouer un culte à son bienfaiteur, le considérant presque comme un dieu.

L'assistante lâcha alors son immense pot de glace à la fraise qu'elle dégustait en regardant la télévision, où le reportage de la célèbre Shironeko venait de prendre fin. Elle attendait jusqu'ici le début de l'affrontement entre Cataclysme et Elkira. Se levant aussitôt du lit où Ivan venait de déposer son manteau, elle se plaça aussitôt en face du nouveau venu. Et s'en perdre une seconde, elle se baissa pour se prosterner devant lui, sa tête tellement basse que son front finit même par toucher le sol.

- Comme tu peux le voir... répondit-il d'un ton neutre, ne prêtant pas attention au comportement excentrique sa camarade. Je suppose que les recherches de CE-01 ne donnent toujours rien…

- En effet... répondit-elle avec déception, relevant légèrement la tête. Impossible de déterminer où il se cache, j'en suis toujours au point mort.

- Le patron met un point d'honneur à ce que l'intelligence artificielle soit entre nos mains le plus rapidement possible. Nous ne pouvons pas nous permettre de traîner. Certes, il dispose d'un plan B au cas où nous n'y parviendrons pas mais celui-là prendrait du temps à se mettre en place et mettrait en péril la sécurité d'Ebravia. Autant éviter d'en arriver à de telles extrémités…

En tant que membre éminent des Proxys mais également ami de longue date de leur leader, Ivan demeurait l'un des privilégiés qui pouvaient se rendre aux réunions majeures et rester au courant de l'avancée des projets du groupe. Son assistante, bien que techniquement aussi bien gradée que les sbires dispensables, en savait un peu plus que la moyenne mais Ivan était défendu de lui parler des secrets de l'Incident Effacé ou de ce fameux plan B si la capture de CE-01 échouait lamentablement.

- Peut-être que je devrais me tailler les veines en guise de châtiment pour mon incompétence…

- Tu n'as peut-être pas besoin d'en arriver à de telles extrémités, tu ne penses pas, Arisa ? soupira l'homme brun à la cravate en s'asseyant sur le lit.

Âgée de dix-neuf ans, Arisa Harriet ne vivait à présent que pour apporter son aide à Ivan. Petite, ses cheveux blonds étaient attachés en deux chignons enroulés de chaque côté de sa tête, certaines mèches lui recouvrant l'intégralité du front. Ses yeux jaunes, encore plus cernés que ceux de son bienfaiteur, donnaient l'impression qu'elle ne dormait jamais. Elle disposait aussi d'une dentition très poussée au niveau des canines au point où l'on pouvait presque la confondre avec les vampires que l'on voyait dans les films.

Contrairement au commandant Proxy, un homme plutôt froid et qui savait garder son calme, Arisa arborait constamment le sourire aux lèvres. Un sourire particulièrement dément qui, mêlé à ses yeux surexcités lui donnait des airs de folle à lier. Elle rougissait constamment et parlait à toute vitesse, pouvant parfois passer d'un sujet à un autre sans même s'en rendre compte. Son dévouement complet pour Ivan demeurait la principale raison pour laquelle il la conservait en tant qu'assistante.

Ivan se souvenait de sa première rencontre avec Arisa, un moment difficilement oubliable. Cela remontait à une dizaine d'années alors que lui-même était encore un étudiant en école de commerce. Une très jeune Arisa, perdue et déboussolée, semblait errer dans des ruelles abandonnées des secteurs pauvres d'Ebravia. La blonde l'avait attaqué mais finalement, il était parvenu à calmer ses ardeurs. Du moins partiellement car Arisa demeurait toujours une victime de ses pulsions.

- Peut-être que je pourrais retourner participer aux recherches avec les autres sbires ? Suggéra-t-elle.

- Il en est absolument hors de question, trancha fermement Ivan pour qui la question ne se posait même pas. Je t'ai laissé une chance de faire tes preuves et tu t'es empressée d'envoyer l'utilisatrice Alphamarie à l'hôpital alors que nous tentons de faire profil bas. Tu vas rester soigneusement dans le monde réel en tant que support, c'est ce qui te convient le mieux.

De plus, Arisa était prohibée de quitter le logement sans être accompagnée. A cause de ses agissements d'il y a dix ans, la demoiselle disposait d'une prime sur sa tête pour meurtres répétés. Comme elle n'avait jamais pu être retrouvée, Ivan ne doutait pas que les services de police soient passés à autre chose mais il savait qu'il prenait de gros risques en hébergeant une criminelle. L'avantage d'être un Proxy sur le Réseau était qu'il pouvait dissimuler sa véritable identité et agir sans risque de perdre son emploi et se retrouver en prison.

- Tu es vraiment certaine que ce soit une bonne idée de manger ton pot de glace avec un poignard ? interrogea Ivan alors qu'elle reprenait place en face de la télévision avec sa nourriture froide favorite.

- Il n'y a plus de cuillères propres... avoua piteusement Arisa, qui venait déjà de se faire une vilaine plaie sur la joue droite en l'espace de quelques secondes.

- Remarque, tu as l'habitude je pense…

Son assistante lécha alors le sang qui s'échappait de la coupure avant de poursuivre la dégustation de sa crème glacée. Même si le commercial en automobiles appréciait le dévouement de la fille blonde à son égard, sa mentalité parfois instable pouvait se révéler perturbante. Mais tant qu'elle continuait son travail efficace, il tenait à la garder à ses côtés. Cela lui enlevait une épine de pied et permettait de concilier sa vie virtuelle de Proxy et la véritable.

L'une des plus grandes fiertés d'Arisa restait sa collection personnelle de poignards. Elle en possédait pas loin d'une centaine, tous différents les uns des autres. Et Ivan ne doutait pas que certains n'avaient pas juste servi de cuillère. Nul doute que si la situation évoluait et que le Cercle des Proxys devait commencer à assassiner des gens pour avancer, elle n'aurait aucune difficulté à y parvenir. Une fille que l'on préférait avoir de son côté plutôt que contre toi.

- C'est normal le bruit strident qui provient de ton ordinateur, Arisa ? demanda alors Yvan, sortant des documents de son travail de la malette qu'il transportait avec lui.

- Avec le son de la télévision, je n'y avais pas fait attention. J'ai lancé un programme terminé par mes soins récemment pour tenter de détecter la signature de CE-01. Ce doit être le résultat de l'analyse... j'espère que c'est une bonne nouvelle, histoire que je n'aie pas à me poignarder pour me faire pardonner…

Pour pouvoir venir en aide à son bienfaiteur au maximum de ses possibilités, Arisa était rapidement devenue une experte dans le domaine de l'informatique. Ivan lui-même n'y connaissait pas grand-chose mais cela pouvait se révéler très utile pour découvrir très rapidement l'identité d'un utilisateur du Codélia ou tenter de créer des utilitaires intéressants pour leurs missions. De ce côté-là, Arisa avait toujours fait preuve d'une grande créativité.

Au courant du scan déployé par le Codélia Network Industries dès que le match débuterait, Ivan se rendait bien compte qu'il s'agissait de dernière chance de mettre la main sur l'intelligence artificielle avant tout le monde. Si CE-01 était capturé par l'entreprise, la situation allait se complexifier. Malgré tous les efforts de leurs hackeurs, le Cercle des Proxys ne parvenait pas à pénétrer les défenses du propriétaire de la plate-forme. Perdre CE-01 à cause du CNI risquait d'être définitif et le commandant préférait ne pas y penser.

- CE-01 a laissé échapper un signal d'une demi-seconde par accident il y a vingt minutes... balbutia Arisa, le visage plus écarlate que jamais. Monsieur Ivan, je crois savoir où peut se trouver l'IA !

Si depuis environ un mois qu'il se baladait sur le réseau, CE-01 avait su faire preuve de prudence et de discrétion, il devenait de plus en plus difficile de lutter face à des programmes de repérage de plus en plus perfectionnés. Le signal délivré par mégarde était pratiquement indétectable mais n'échappa finalement pas à la vigilance de la jeune fille blonde. Jetant un coup d’œil à l'écran d'ordinateur, Ivan nota la localisation. Un immeuble situé dans une zone abandonnée de la cité Codélienne.

- Le Codélia Network Industries est bien trop occupé à préparer le scan, ils n'auront pas fait attention à un signal aussi bref, déclara-t-il, retrouvant le sourire. Je vais me rendre immédiatement sur place en espérant qu'il ne soit pas parti de là. Essaye de ne pas te couper un doigt pendant mon absence, Arisa.



***


- Cybéria Entity 01 ? Mais qu'est-ce que c'est le Cybéria ? demanda Tsubasa, perdue.

- Cela faisait partie des informations que j'ai pu récupérer dans les locaux du CNI, révéla Victoria en ouvrant le dossier sur son ordinateur. Le nom de dossier Cybéria a attiré mon attention et même si je ne dispose pas de toutes les données, j'ai pu apprendre des choses très intéressantes.

Le professeur d'informatique ouvrit l'un des fichiers qu'elle avait eu la chance d'obtenir lors du transfert, qui parlait un peu plus en détail de CE-01. Cela corrobora ce que Victoria lui avait dit auparavant, une intelligence artificielle errait à l'heure actuelle sur le Réseau Codélia sans être retrouvée. Une image floue d'une créature d'apparence humaine était affichée mais Tsubasa ne pouvait pas en tirer quoi que ce soit, étant de trop mauvaise qualité.

La brunette songea avec amertume que découvrir son existence n'allait pas lui être très utile. Certes, c'était le fruit de la convoitise du Cercle des Proxys mais si même eux ne parvenaient pas à le retrouver, elle n'y parviendrait probablement pas elle non plus. L'utiliser comme moyen de pression pour les interroger sur l'Incident Effacé était une idée séduisante mais sans une piste sur son emplacement, elle ne souhaitait pas mettre la charrue avant les bœufs.

- Qu'est-ce que cette intelligence artificielle a de si spécial... soupira-t-elle. Et cela ne nous avance pas sur la question de la nature du Cybéria.

- Je n'ai malheureusement pas pu rester suffisamment longtemps dans la salle des données pour le découvrir, avoua Victoria, qui ne souhaitait pas abandonner pour si peu. En revanche, j'ai pu dégoter un enregistrement de l'agression de Héléna et ça m'a permis de faire un lien intéressant.

La femme blonde montra à son élève un enregistrement basse résolution des derniers instants de l'utilisatrice Alphamarie dans la dimension virtuelle. La cadette de Victoria semblait effectivement tenter de protéger quelque chose que le Proxy encapuchonné souhaitait récupérer. Des zooms aux endroits appropriés permettrait de visualiser la même silhouette étrange que sur la fiche de CE-01. Et comme l'incident s'était produit récemment, cela voulait dire que personne n'avait encore trouvé l'IA.

Tsubasa ne savait plus où donner de la tête. Toutes les actions entreprises par le Cercle des Proxys depuis leur retour avaient simplement pour finalité de récupérer une foutue intelligence artificielle. Envoyer une fille comme Héléna Viltrust à l'hôpital dans un état pire que la mort pour quelque chose que l'on pouvait simplement programmer à nouveau lui était inconcevable. Victoria avoua qu'elle-même ne cernait pas vraiment la situation mais jugeait que l'éclaircir se révélerait possible une fois l'IA en leur possession.

- Le Codélia Network Industries s'apprête à scanner le réseau pendant la finale, expliqua-t-elle. J'ai donc redoublé d'efforts pendant ces quelques jours en sacrifiant mon temps de sommeil pour mettre en place un programme qui permettrait de le localiser. Certes, le code est un peu bancal mais j'ai pu tirer profit au maximum des quelques données que j'ai récupéré dans leurs locaux.

- Vous avez pu trouver quelque chose ?

- Quoi que puisse être CE-01, il est très malin. Tant qu'il ne relâche pas un signal par mégarde, le retrouver relève de l'impossible. J'ai installé mon programme sur mon téléphone portable pour surveiller l'avancement en t'attendant à la pizzeria. Et figure-toi que j'ai finalement détecté quelque chose quand nous sommes arrivées au véhicule.

L'écran de l'appareil, qui affichait une carte de la cité Codélienne, indiquait la provenance d'un signal d'une vingtaine de secondes dans l'un des quartiers les moins fréquentés. Si CE-01 ne s'y trouvait peut-être plus à l'heure actuelle, il s'agissait là d'une preuve inéluctable que leur cible devait être dans les parages. Il ne leur restait plus beaucoup de temps avant que le Codélia Network Industries n'ait le dernier mot concernant cette chasse à l'IA.

En jetant un coup d’œil à l'un des écrans où était diffusé l'émission de télévision consacrée à la dimension numérique, Tsubasa apprit que les deux finalistes n'avaient pas encore fait leur apparition dans le stade, le point de départ du circuit Haute-Vitesse où ils comptaient se livrer une lutte sans merci. En se connectant dès à présent à proximité du signal, la jeune hackeuse pensait qu'elle aurait peut-être une chance de se montrer plus rapide que les dispositifs employés par le CNI.

- Il est écrit partout sur ton visage que l'envie d'allumer ta Codéwatch te démange Tsubasa, nota Victoria avec son habituel sourire amusé. Tu es certaine que c'est une bonne idée ? Je pourrais très bien aller là-bas moi-même pendant que tu restes ici.

- Le fait que Deltaziroh est en collaboration avec Axerola est un secret connu seulement de nous deux. Certes, vous avez un utilitaire pour vous masquer mais ils finiront par passer au travers, c'est dangereux. Je me suis déjà exposée à des Proxys, ce sera bien moins risqué que ce soit moi qui me présente.

Victoria ne répondit pas, son élève venait de marquer un point. L'idée d'exposer Tsubasa à des potentiels terroristes lui déplaisait toujours autant mais le problème restait que l'une comme l'autre savaient se montrer particulièrement bornées. Le professeur d'informatique comprenait bien que malgré tous ses efforts, elle ne parviendrait pas à l'empêcher de participer activement à cette guérilla contre le Cercle des Proxys. Cette affaire passée devait vraiment être terrible pour que Tsubasa leur en veuille à un tel niveau.

Déterminée, la brunette retroussa la manche de sa chemise pour avoir pleinement accès à sa Codéwatch. L'intelligence artificielle ne l'intéressait pas plus que ça mais elle restait une piste solide pour poursuivre son enquête. Peut-être que ce CE-01 connaissait quelque chose sur l'Incident Effacé ? Tsubasa en doutait mais cela ne risquait rien de tenter le coup. Dans le pire des cas, elle pourrait toujours opter pour son plan de s'en servir de moyen de pression pour faire parler les Proxys.

- Sois prudente, souffla Victoria, dont le sourire s'effaçait. J'ai déjà le cas de ma sœur sur la conscience, j'aimerais bien éviter que tu te retrouves dans la même situation qu'elle alors que j'aurais pu l'éviter.

- Je me déconnecterai au moindre souci ! promit-t-elle alors que l'écran de son appareil en forme de montre s'allumait.



***


- Messieurs, il est grand temps de préparer le lancement de notre opération !

Le dernier match du Festival Numérique approchant de son lancement, Edouard Keyton se trouvait en compagnie de son équipe technique dans une salle privée des locaux du CNI. Le chef de la Sécurité n'avait qu'une seule mission, très simple. Scanner efficacement le Codélia, déterminer l'emplacement exact de CE-01 et ce, avant que les Proxys ne finissent par leur mettre la main dessus. Même si Charlotte lui avait confirmé que l'utilisatrice Axerola connaissait l'existence de l'IA, Edouard ne la jugeait pas dangereuse pour l'instant.

Scanner le Réseau Codélia se révélait particulièrement périlleux. Pendant toute la durée de l'opération, l'espace virtuel se retrouverait sans protection contre les attaques pirates. Pendant une dizaine de minutes, les hackeurs pouvaient s'en donner à cœur joie. Pour cette raison, Edouard avait décidé d'exécuter le procédé pendant la finale du Festival Numérique, lorsque le Codélia serait le plus animé, sans publier la moindre annonce à ce sujet.

Le chef de la Sécurité savait pertinemment que les hackeurs les plus talentueux pouvaient parfaitement mettre en place un programme de localisation s'ils disposaient de suffisamment de données concernant CE-01. Mais Edouard n'avait pas souhaité partir sur cette voie. Cela entrait dans le domaine de l'illégalité et pouvait mettre en péril l'intégrité de l'entreprise toute entière. Scanner était donc le seul moyen à leur disposition pour ramener l'entité Cybérienne dans leurs rangs.

- CE-01 est en capacité de se balader sur le réseau comme bon lui semble. Malgré son statut d'intelligence artificielle, il peut réfléchir aussi efficacement qu'un humain. On peut donc attendre de lui un comportement imprévisible et non mécanique. Il échappe aux Proxys depuis un bon mois, il ne se laissera donc pas attraper aussi facilement.

Assis à la table des opérations, Edouard Keyton nettoya ses lunettes carrées à l'aide d'un chiffon. Maintenant entouré de ses meilleurs techniciens, il savait que l'analyse de la plate-forme se passerait dans de bonnes conditions. Même en tant que chef de la Sécurité, ce qui lui offrait une place non négligeable dans la hiérarchie de l'entreprise, il ne connaissait pas tous les détails concernant CE-01. Certains secrets restaient conservés par les plus hauts sièges du CNI.

Edouard ne cherchait pas le conflit avec ses supérieurs, il en connaissait déjà davantage concernant le Cybéria que les simples employés, qui pensaient simplement qu'il s'agissait d'une IA ayant échappé au contrôle de l'entreprise. L'homme aux lunettes carrées comprenait que chaque personne disposait de son propre rôle. Le sien était de récupérer CE-01 avant leurs adversaires. Et il ne comptait pas faillir à cette tâche capitale.

- Vous lancerez le scan du Codélia dès l'instant où le coup d'envoi du match entre Elkira et Cataclysme sera lancé, ordonna-t-il à son équipe. Comme vous le savez déjà, la sécurité du réseau s'en retrouvera réduite, je vous conseille donc de faire preuve d'efficacité pour localiser notre cible. Je tiens à vous rappeler que cette opération se base sur la simple hypothèse que les Proxys ne feront rien d'irréfléchi alors que l'activité du Codélia est au plus fort.

- Oui monsieur ! s'exclamèrent en cœur l'ensemble des techniciens.

Le chef de la Sécurité joignit ses mains au dessus de son bureau, qui faisait face aux deux rangés d'ordinateurs et d'employés. C'était bien la première fois depuis l'histoire du virus Pandora qu'il s'inquiétait autant à l'idée de pouvoir perdre son emploi dans l'entreprise. Lui qui avait mis toutes les chances de son côté et redoublé d'efforts pour en arriver à un tel stade ne souhaitait pas être congédié pour avoir laissé une intelligence artificielle dans la nature.