Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:17
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:17

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 6 : Le soir de la finale
Tsubasa se réveilla brutalement au beau milieu de la nuit, séparée de son lit douillet et le visage plaqué contre le parquet. Visiblement, elle était tombée et ce fut la douleur du choc qui se chargea de la ramener à la réalité. Se relevant pour s'asseoir sur le rebord du lit, elle pouvait sentir le rythme de son cœur qui était bien au-dessus la moyenne. Une simple main passée sur son front put lui confirmer une transpiration clairement pas due à la chaleur ambiante. Le stress en était la cause.

Encore un de ces maudits cauchemars où elle revivait malgré elle l'enfer de ses six ans, lorsque l'Incident Effacé avait transformé sa vie. Depuis son sauvetage, elle en faisait assez régulièrement et seule sa thérapie avait permis d'en diminuer la fréquence. Mais depuis le mois dernier, lorsque le Cercle des Proxys était sorti de nulle part pour tenter d'infiltrer les serveurs du CNI, Tsubasa avait fait une rechute. Au moins une fois par semaine, son sommeil s'en retrouvait compromis.

Se penchant pour atteindre le bouton de sa lampe de chevet, la brunette put constater qu'elle tremblait. Des maux de tête commençaient également à se faire sentir, tout son esprit étant occupé à ressasser les six mois les plus douloureux de son existence. Tsubasa avait l'impression de retomber en enfance, à l'époque où elle ne pouvait pas créer de liens sociaux et revivait continuellement l'incident par le biais de flashs incontrôlables. Le retour des Proxys ne s'était pas contenté de créer une obsession malsaine chez elle.

- Une autre nuit blanche qui m'attend... pesta la jeune fille en se levant, jugeant qu'il valait mieux rallier la salle de bain avant de dégurgiter son dîner au beau milieu de la chambre.

Titubant jusqu'à la porte de sa chambre, Tsubasa mit une bonne minute avant de pouvoir prendre la poignée sans s'écrouler sur le sol. Elle n'aimait vraiment pas ces moments où son corps décidait de la lâcher pour la laisser se débrouiller seule. Il lui suffit d'ouvrir la porte pour se retrouver nez à nez avec l'autre résidente du studio, qui se tenait sur le seuil. Vêtue de son pyjama orange à fleurs, Stella affichait un regard à la fois fatigué et inquiet, ses cernes ne faisant que grandir au fil des jours.

- J'ai entendu du bruit ? Tu as encore fait une crise ?

Elle parlait à voix basse, sur un ton doux. Avant de pouvoir lui répondre, Tsubasa eut un vertige et fut rattrapée au dernier moment par la journaliste pour éviter qu'elle ne se blesse. Lorsque la brunette fut retrouvée au bout de six mois d'enfer, elle n'avait plus de famille vers qui se tourner. Les forces de l'ordre prirent alors la décision de la confier à l'orphelinat le plus proche où elle serait bien entourée et pourrait suivre une thérapie pour se remettre de ses émotions.

Stella, alors âgée de quatorze ans à l'époque, s'était montrée très coopérative et d'une douceur incroyable. Tsubasa lui devait beaucoup concernant son rétablissement, sa tutrice fut un immense soutien pour elle dans les moments les plus difficiles. A ce jour, Stella demeurait la seule personne à qui elle avait pu se confier pleinement vis-à-vis de l'incident, dans les moindres détails, là où elle s'était simplement contentée de l'essentiel auprès de son ami Dennis.

- Tu en es à environ une crise par semaine, Tsubasa... souffla Stella en amenant sa protégée dans le petit salon pour l'allonger sur le canapé. Depuis un mois qu'elles ont repris de plus belle, je me fais un sang d'encre, tu sais ? Je pense que tu devrais suivre une autre thérapie.

Le visage pâle, même un simple mouvement lui demandait à présent trop d'efforts. Elle préféra ne pas répondre à cette dernière remarque. Si le Cercle des Proxys continuait à agir sur le Réseau Codélia sans que quelqu'un ne prenne la peine de les arrêter, Tsubasa doutait que son état ne s'améliore, même par le biais de soins. La thérapie apportée suite à l'incident lui avait fait du bien mais son état avait demandé d'attendre vers la fin de ses années de collège pour se stabiliser.

Elle était persuadée que la défaite des Proxys serait nécessaire à présent pour repartir sur de bonnes bases. Ce n'était pas une simple coïncidence si leur retour se passait au même moment que la reprise de ses crises. Stella ignorait les recherches que la jeune fille effectuait dans son coin et ne savait même pas que les Proxys pouvaient être reliés à l'Incident Effacé, une information simplement assumée par Tsubasa à cause de l'autre nom de l'affaire, le Projet Proxy, noté en fouillant dans les serveurs gouvernementaux.

- Je ne veux pas te forcer mais je suis persuadée que ça te ferait le plus grand bien, assura la journaliste virtuelle en sortant une bouteille d'eau du frigidaire. Imagine que ton état empire si tes crises ne s'arrêtent pas ? Je suis responsable de toi, Tsubasa…

- Je vais y réfléchir... murmura la concernée après avoir bu quelques gorgées.

La brunette le savait, elle devait rapidement mettre un terme à l'existence de ces maudits Proxys. Et cela demanderait qu'elle redouble encore plus d'efforts dans son enquête. En plus de son état actuel s'ajouta alors une frustration soudaine, se rappelant de la visite au Codélia Network Industries de la journée, peu fructueuse concernant ses objectifs personnels. Tout ce qu'elle avait pu découvrir était que son professeur Victoria Viltrust semblait également faire des cachotteries concernant l'affaire.

Tsubasa y avait réfléchi suite aux événements de cette excursion. Elle songeait à se confier plus sérieusement auprès de son institutrice au sujet de ses implications et de l'avancée de ses propres recherches, sans toutefois entrer dans les détails à propos de l'Incident Effacé. Avant son arrivée surprise dans la salle des serveurs, Victoria Viltrust tentait de fouiller à l'intérieur d'un ordinateur, certainement à la recherche d'informations. Peut-être qu'elle avait découvert quelque chose.

- Tu n'iras pas à l'université demain, décréta Stella en retenant un bâillement. Nous sommes en fin de semaine, profite-en plutôt pour te reposer et reprendre des forces pour lundi prochain. Je m'occuperai de contacter l'administration pour justifier ton absence.

- Demain, ce n'est pas... commença Tsubasa d'une voix faible.

- La finale du Festival Numérique, oui. Du moins la première, si on exclut le match bonus contre le détenant du titre. Je vais être débordée demain et c'est pour ça que je n'aimerais pas qu'on m'appelle au boulot pour me dire que tu t'es évanouie ou pire encore pendant les cours, expliqua calmement sa tutrice.

La victime jugea qu'une journée de repos ne serait pas de refus. En revanche, elle espérait être en mesure de se connecter sur le Réseau Codélia au cours de la soirée. Depuis leur réapparition, des sbires du Cercle des Proxys se montraient souvent lorsque la modération était au plus bas, à savoir pendant les matchs importants de la plate-forme. Quoi de mieux qu'une finale pour dénicher une de ces enflures après tout ? Peut-être que Tsubasa n'aurait pas besoin de discuter avec madame Viltrust si elle y parvenait.



***


- La même chose que d'habitude, mon cher !

Charlotte Linday ne perdait pas ses vilaines habitudes. Lorsqu'elle s'apprêtait à effectuer une grosse mission, elle aimait passer par la grande avenue du secteur quatre. Lieu prisé par les fans du Réseau Codélia, de nombreux rassemblements se produisaient lors du Festival Numérique afin de regarder les affrontements dans une bonne ambiance. De nombreux restaurateurs s'étaient installés là afin de profiter de la situation.

La cyber-chasseuse appréciait tout particulièrement la pizzeria de Virgil Aldren. Elle venait si souvent qu'elle disposait à présent de sa propre carte de fidélité, un détail qui la séparait des autres clients. La pizzeria en question était en extérieur, le propriétaire se contentant de cuisiner dans son petit camion personnel. Il avait installé quelques tables et chaises pliantes pour ceux qui souhaitaient déguster leur repas devant les matchs. Depuis quelques années, Virgil s'était fait une petite réputation grâce à la qualité de ses produits.

- La fameuse margarita de madame Linday, on commence à être habitués, déclara-t-il avec un sourire aux lèvres. Je m'en occupe de ce pas, vous pouvez prendre place en attendant, j'ai l'impression que cette chère Shironeko est en train de faire son habituel reportage de fin de compétition.

Charlotte venait de bonne heure car elle savait qu'elle ne pourrait pas rester sur place pendant le fameux match. Elle n'oubliait pas la mission confiée par son ami Edouard, il fallait qu'elle se démène pour dénicher des informations concernant l'utilisatrice Axerola et son possible lien avec le Cercle des Proxys. Un soir de finale se révélait parfait pour œuvrer dans ce but et Charlotte ne comptait certainement pas laisser passer cette chance.

Comme il était encore bien trop tôt avant que la masse de clients ne se précipite vers son établissement, Virgil put entretenir une conversation avec sa cliente tout en préparant sa commande. Le pizzaiolo se révélait être un homme d'une extrême gentillesse. Trentenaire, les cheveux noirs dissimulés par sa casquette bleue marine signature, il possédait une carrure impressionnante qui pouvait paraître intimidante, allant au-delà des deux mètres. Et pourtant Charlotte ne connaissait pas plus amical que lui.

- Je ne pense pas qu'il y ait un quelconque suspense concernant le gagnant de ce soir, avoua tranquillement Virgil. Mais après tout, les combats d'Elkira sont toujours amusants à regarder donc ce n'est pas un souci. Le plus intéressant sera dimanche, dans deux jours, quand elle affrontera Cataclysme. Malheureusement, je ne serais pas présent ce jour-là, c'est mon stagiaire qui tiendra la pizzeria.

- Un empêchement ? questionna Charlotte, curieuse.

- En effet, confirma-t-il sans entrer dans les détails. Disons que ma famille est très fan de Cataclysme et ils aiment qu'on soit tous ensemble pour regarder ses matchs. Encore heureux qu'il conserve son titre, il ne combat pas beaucoup grâce à ça.

Fut un temps où le vainqueur d'une édition du Festival Numérique devait repasser par toutes les étapes de la compétition suivante et la remporter pour conserver son titre. Mais tout comme la vieille règle de la mort subite, qui permettait d'apporter des conclusions aux matchs qui s'éternisaient, le fonctionnement avait changé il y avait environ trois ans. Depuis, celui qui détenait le titre était exempté et ne participait qu'à un match spécial l'opposant à celui qui remportait le tournoi qui suivait. La fameuse vraie finale.

Cataclysme, l'actuel numéro un de la plate-forme, n'avait jamais fléchi et de ce fait, ne combattait publiquement qu'une seule fois par mois. Détenant une grande popularité depuis son arrivée, qui avait chamboulé le sommet du classement général, ses affrontements devenaient donc des événements à ne pas rater. La cyber-chasseuse songea qu'Edouard Keyton avait bien raison d'effectuer son scan du Réseau Codélia pendant ce fameux match, là où l'attention de tout le monde serait portée sur la bataille.

- Elkira aura vraiment eu le champ libre cette fois-ci... souffla Virgil. Meijin ne s'est pas montré publiquement depuis sa défaite contre Cataclysme le mois dernier. Et même Skadia n'a pas participé. J'ose espérer qu'on les reverra le mois prochain. Ce serait dommage que ma clientèle baisse si les stars disparaissent de la circulation.

Charlotte ne suivait l'actualité du Réseau Codélia que de loin. Comme son travail avait des horaires aléatoires, elle ne pouvait pas toujours regarder les matchs et ne le faisait que lorsqu'elle était en repos. La brunette savait en revanche que ses deux servantes adoraient regarder la compétition ensemble sur la grande télévision du salon. Au moins cela permettait de distraire Kohaku l'espace de quelques instants, histoire qu'elle n'aille pas placer une bombe à retardement dans le lit de sa patronne.

Pensant soudainement à Kohaku, Charlotte ne put retenir un frisson. Cela faisait déjà deux jours qu'elle n'était pas retournée au manoir et même si Lisa lui assurait régulièrement par messages textuels que tout allait bien, elle préférait rester sur ses gardes. Elle n'oubliait pas la tentative de la fille rousse de provoquer un feu d'artifice dans la salle à manger uniquement pour tenter de faire apparaître en lettres brillantes « je veux être augmentée » dans l'air.

- Et voilà votre dîner, madame Linday ! s'exclama Virgil en lui présentant le carton contenant la pizza encore bouillante. Il est encore tôt. Le match ne va pas commencer pas avant plusieurs heures mais au moins vous serez tranquille.

- Je me suis présentée ici plus tôt justement parce que je ne pourrais pas être présente pendant la finale, avoua-t-elle avec un sourire gêné. Et puis, je n'ai jamais apprécié la foule, c'est trop bruyant. Pour me faire pardonner, vous pouvez garder la monnaie.

- Madame Linday... la pizza ne coûtait pas huit mille Pokédollars. Je vois que vous êtes toujours aussi généreuse sur vos pourboires.



***


Comme Stella le lui avait conseillé, Tsubasa avait limité ses actions pendant la journée, se contentant de regarder la télévision couchée sur le canapé du salon. Son visage était encore pâle de sa crise de la veille mais elle se sentait déjà un peu mieux. Alors que son regard était posé sur le reportage effectuée par sa tutrice, sous les traits de la journaliste Shironeko, elle n'oubliait pas son objectif de chasser du Proxy pendant la finale.

Son téléphone à la main, la brunette relut pour la cinquième fois le message sympathique de rétablissement que Dennis lui avait envoyé le matin, comprenant qu'elle serait absente pendant la journée. Elle se rappelait de sa promesse de regarder la vraie finale en sa compagnie, le match en question étant dans deux jours. Si elle parvenait à faire une avancée dans son enquête ce soir, elle n'aurait aucune raison de décliner l'invitation. Pouvoir se changer les idées lui ferait le plus grand bien.

Sa correspondante virtuelle Deltaziroh envoyait également des messages régulièrement pour prendre de ses nouvelles. Tsubasa, qui appréciait beaucoup de s'amuser avec elle sur le Réseau Codélia, se sentait mal à l'idée de la mettre de côté. Surtout qu'elle prétextait un début d'année scolaire chargé, en plein mois de novembre, afin de pouvoir consacrer ce temps à l'enquête sur les Proxys. La brunette se promit de rectifier le coche rapidement avec elle.

- Le match que vous attendez tous ne va plus tarder à commencer maintenant, déclara Shireneko avec enthousiasme, dissimulant sa fatigue d'une main de maître. Les sondages ne mentent pas et Elkira reste très loin de son adversaire dans les pronostics. Allons-nous assister à un retournement de situation ou aurons-nous le droit à une vraie finale opposant notre ninja favorite au grand Cataclysme, restez connectés pour le découvrir !

Tsubasa opta alors pour la position assise, jugeant que ces derniers propos de sa tutrice étaient le signal. Sa main ne tremblait plus, contrairement à la veille et son estomac avait cessé de remuer dans tous les sens. Certes, elle n'était pas vraiment au mieux de sa forme mais la jeune hackeuse jugeait que cela suffirait amplement. La plupart des sbires du Cercle des Proxys semblaient être des bras cassés, elle n'aurait pas de problème tant qu'elle ne faisait pas la rencontre de celui qui avait envoyé Alphamarie à l'hôpital.

Sa Codéwatch reposait sur la table basse séparant le canapé du salon. Tsubasa savait qu'elle ne risquait rien à se connecter en dehors de sa chambre. La seule autre résidente du studio ne rentrerait pas avant tard dans la nuit et la brunette savait qu'il valait mieux se déconnecter du Réseau Codélia lorsque le combat d'Elkira aurait pris fin. Au fond d'elle-même, Tsubasa espérait que cette première finale durerait le plus longtemps possible pour avoir du temps à revendre pour son enquête.

Attachant l'appareil en forme de montre à son poignet, l'étudiante ressentit à nouveau de la frustration lorsque les souvenirs de sa dernière connexion lui revinrent à l'esprit. Certains membres ne connaissaient pas l'existence de l'Incident Effacé. Elle espérait toujours que cela était dû au fait que l'information restait parmi les plus haut gradés et qu'elle ne faisait pas fausse route dans son affaire. Le Projet Proxy et le Cercle des Proxys ne pouvaient pas avoir été nommés ainsi sans qu'un lien n'existe entre les deux.

Fermant les yeux, Tsubasa appuya sur le bouton de la Codéwatch afin d'entamer la procédure. En l'espace de quelques secondes, l'atmosphère autour d'elle changea. Passant du bruit de la télévision qu'elle avait oublié d'éteindre à celui d'un public survolé par le match qui allait débuter. Tous les utilisateurs qui n'avaient pas eu la chance d'obtenir un ticket pour le stade se rangeaient sur le toit des nombreux bâtiments, entraînant une cohue à travers toute la cité Codélienne.

- Il va falloir que je m'éloigne un peu si je veux chasser du terroriste, songea-t-elle, grimaçant à cause du volume sonore.

Lorsqu'elle quittait son véritable corps pour celui entièrement de données d'Axerola, elle avait l'impression de devenir une personne plus saine, libérée de ses contraintes causées par l'incident. Pourtant, cela n'apportait pas une solution absolue à ses problèmes, pouvant sortir tout aussi facilement de ses gonds lorsqu'il était question de Proxys. Au moins, elle n'aurait pas à se soucier de ses antécédents avec sa crise de la veille si jamais elle devait effectuer un combat Pokémon ce soir.

Axerola prit dans sa main la Pokéball attachée à sa ceinture pour libérer son fidèle Roussil. Le Pokémon Feu était son unique partenaire, la jeune fille n'ayant jamais pris la peine d'aller en capturer d'autres. Elle savait que cela pouvait devenir une tare si sa guérilla contre les Proxys prenait de plus grosses proportions mais au stade où elle en était, Tsubasa demeurait persuadée que se rendre dans un des parcs naturels d'Ebravia pour capturer un Pokémon sauvage puis l'entraîner se révélerait bien trop coûteux en temps.

- Tes sens sont plus aiguisés que les miens, souffla-t-elle à son Roussil en posant ses mains sur ses genoux. Donc si jamais tu entends quelque chose qui échappe à ma vigilance, n'hésite pas à me prévenir. On repart à la chasse aux infos ce soir.

Le Pokémon Renard acquiesça d'un signe de tête avec un grand sourire pour montrer qu'il avait compris la situation. Il savait pertinemment que fléchir n'était pas une option. Sur le Réseau Codélia où les combats Pokémon étaient au-dessus des lois, Roussil savait que faire honte à sa dresseuse pouvait grandement la ralentir dans sa mission. Au courant du trouble de stress post-traumatique de Tsubasa et du retour de ses crises, il souhaitait diminuer au maximum le fardeau qu'elle portait.

Pénétrant dans la ruelle la plus proche, ni Roussil ni Axerola ne firent attention à la personne placée sur le balcon d'un immeuble environnant, les observant aux jumelles depuis leur arrivée sur le Réseau Codélia. Un avatar féminin aux longs cheveux oranges, vêtu d'un kimono rouge assez imposant et disposant d'oreilles de renard en accessoire sur sa tête. Un sourire apparut alors sur les lèvres de l'observatrice, comprenant qu'elle allait enfin pouvoir compléter son propre objectif.

- On dirait bien que suivre mon intuition était la meilleure des solutions, nota-t-elle sans contenir son euphorie. Voyons voir ce que tu peux me proposer ce soir, Axerola. Plus tu m'en révéleras sur toi et plus le nombre de zéros sur mon chèque augmentera, je compte sur toi.

Mirage, de son véritable prénom Marie-Anne Charlotte Geneviève Linday de Fravière, rangea sa paire de jumelles dans sa sacoche ramenée à sa taille. Elle en profita pour en sortir un grappin et le lança en direction du toit du bâtiment situé juste en face. Maintenant qu'elle avait retrouvé la trace sa cible, hors de question de la perdre de vue. Pour Charlotte comme pour Tsubasa, leurs missions respectives du soir ne faisaient que commencer.