Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:13
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:13

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 3 : Vengeance alimentée
Retournant à son studio après la fin des cours, Tsubasa nota sans grande surprise qu'elle allait encore passer la soirée toute seule. Avec l'incident survenu dans le Réseau Codélia au beau milieu de la journée, nul doute que Stella allait encore rentrer bien après le coucher du soleil. La brunette plaignait beaucoup sa tutrice, qui se tuait à la tâche pour leur permettre de vivre décemment. Heureusement pour elle que sa passion pour sa profession demeurait indéfectible.

La brunette attrapa un yaourt à boire dans le frigidaire avant de filer dans sa chambre, où elle déposa immédiatement son sac à dos sur le lit. Elle songea avec un mélange d'amertume et d'amusement qu'elle ne risquait pas de faire ses devoirs ce soir encore. Sans perdre une seconde, elle pressa le bouton de son ordinateur portable, posé sur son petit bureau, afin d'en allumer l'écran. Pas de connexion au Codélia ou de chasse aux Proxys ce soir mais une recherche qui pouvait très bien avoir son importance.

- J'espère obtenir au moins un indice, même tout petit…

Tsubasa ouvrit la petite fenêtre afin de faire rentrer un peu d'air frais, prit place sur son fauteuil et commença à se balancer. En temps normal, une fois sa journée à l'université terminée, elle recevait un message de soutien de Deltaziroh. Cette dernière ne savait pas dans quoi son amie s'était embarquée mais espérait que ses problèmes seraient vite résolus. La brunette se contentait généralement de remerciements, en lui assurant qu'elle reviendrait très bientôt pour s'amuser avec elle sur le Codélia.

Étrangement, Tsubasa n'avait encore rien reçu de sa part mais ne s'en inquiétait pas vraiment. L'apparition de Deltaziroh dans sa boîte de messagerie n'était pas quelque chose d'acquis. Sa correspondante virtuelle avait une vie en dehors du réseau elle aussi après tout. Lorsque son ordinateur fut enfin allumé et utilisable, la jeune fille se rendit dans ses dossiers personnels remplis d'utilitaires flirtant avec l'illégalité. Elle comptait utiliser l'un d'entre eux pour obtenir des éclaircissements sur l'affaire Alphamarie.

Une utilisatrice pourtant banale à première vue. Lorsque Tsubasa fouilla dans les données la concernant, elle ne vit rien sortant de l'ordinaire. Sa place au classement général comportait quatre chiffres, elle combattait souvent avec un Ludicolo et participait de temps à autre à certains éditions mensuelles du Festival Numérique. Une archive référençait même une confrontation passée contre Meijin, l'actuel numéro trois de la plate-forme.

- Si cette fille a été attaquée par les Proxys, ce n'est pas sans raison. Il doit y avoir quelque chose…

La jeune hackeuse aurait préféré ne pas avoir à en arriver là mais malheureusement, elle n'avait plus vraiment le choix. Activant l'un de ses utilitaires, elle ne tarda pas à obtenir une information dont seul le CNI pouvait disposer. La véritable identité d'Alphamarie. Ressentant un mélange de stress et d'excitation, Tsubasa sentit le rythme de son cœur doubler à l'intérieur de sa poitrine, alors qu'elle posait son regard sur le nom et le prénom qui s'affichait à l'écran.

Alphamarie s'appelait Héléna Viltrust. Une donnée certainement inutile pour beaucoup mais qui avait un certain intérêt pour la brunette. Viltrust n'était pas un nom commun donc cela ne pouvait pas être une simple coïncidence. Il s'agissait également du nom de son professeur d'informatique à l'Université Vermillion, comme quoi le monde était vraiment petit. La bonne nouvelle demeurait que cela lui faciliterait grandement la tâche pour la suite des opérations.

Initialement, si jamais elle devait en arriver à obtenir la véritable identité de la victime, Tsubasa comptait trouver dans quel hôpital elle avait été transportée afin de lui rendre visite, en se faisant passer pour une de ses amies. Mais maintenant, elle n'aurait pas besoin de recourir à de telles extrémités, il lui suffisait d'interroger directement son institutrice, qui avait forcément un lien de parenté avec Alphamarie. D'autant plus que le lendemain se déroulerait l'excursion scolaire au CNI, où cette dernière serait accompagnatrice.

Relier le vrai nom au pseudonyme ne se faisait malheureusement que dans un seul sens. Autrement, Tsubasa aurait pu s'arranger pour découvrir si madame Viltrust disposait d'un compte sur le Réseau Codélia afin de lui envoyer directement un message privé. Mais la jeune fille n'était pas dérangée, un jour de plus ou de moins ne changerait rien. Mieux, elle allait peut-être accepter de se rendre chez Dennis pour regarder avec lui le match de demi-finale d'Elkira. Deltaziroh ne semblait pas libre aujourd'hui après tout.



***


Victoria Viltrust restait persuadée que le sort s'acharnait contre elle, il ne pouvait pas en être autrement. Son nouveau travail de professeur lui apportait déjà une source de stress considérable, en partie à cause de ces fichus examens d'entrée qui lui prenaient une éternité à corriger. Mais maintenant, elle n'allait plus parvenir à trouver le sommeil. Tout ça à cause d'un terrible événement survenu un peu plus tôt dans la journée, alors qu'elle donnait ses cours à l'Université Vermillion.

L'institutrice avait manqué un appel de l'hôpital du secteur quatre d'Ebravia, n'ayant pas senti son téléphone portable vibrer dans son sac posé sur son bureau personnel. Elle avait toutefois abandonné en catastrophe le reste de ses cours après avoir découvert la raison de cet appel. En apprenant la vérité, elle était littéralement tombée des nues. Même si en temps normal, elle envoyait toujours un message à sa correspondante virtuelle après la fin de sa journée, elle en avait même oublié de le faire.

Sa cadette de deux ans Héléna, qui combattait régulièrement sur le Réseau Codélia sous les traits de son avatar Alphamarie, avait été sauvagement agressée par les terroristes du Cercle des Proxys. On pouvait qualifier de miracle le fait qu'elle ait eu la décence de se servir de sa Codéwatch dans un cybercafé plutôt que dans un lieu isolé. Dans le cas contraire, personne ne lui serait venu en aide lors de sa sortie forcée de la plate-forme.

En apprenant l'hospitalisation de sa sœur, Victoria n'avait pas perdu une seconde pour rejoindre l'hôpital, où elle se trouvait toujours à l'heure actuelle. L'état de santé d'Héléna l'inquiétait. Il s'agissait du premier cas d’agression virtuelle enregistrée sur le réseau depuis sa création. Le siège du Codélia Network Industries l'avait également contactée pour lui assurer qu'ils enquêtaient sur les Proxys et prendraient en charge tous les frais de l'hospitalisation. Avec son maigre salaire, Victoria n'aurait pas pu sauver sa sœur.

Tout le monde savait que si un avatar subissait des dommages dans l'espace numérique, cela pouvait entraîner des répercussions, généralement mentales, sur le véritable corps de la personne. Et dans la situation présente, les dégâts furent tellement importants que les données d'Alphamarie avaient complètement disparu de la plate-forme. Victoria n'avait pas encore vu dans quel état se trouvait sa cadette, de quoi amplifier encore davantage ses inquiétudes.

- Ces maudits Proxys ne perdent rien pour attendre, songea-t-elle avec colère en serrant le poing sous la table. Ils ont fait une grave erreur en s'en prenant à Héléna, je vais utiliser mes compétences en informatique pour les traquer et déterminer où ils se planquent. Héléna n'avait rien à voir avec leurs histoires, je ne laisserai pas passer ça.

Une Victoria bien inhabituelle attendait qu'on vienne la chercher pour rejoindre sa petite sœur. Elle qui d'habitude était douce et serviable, elle fumait intérieurement. Ses yeux azurs généralement étincelants de malice ne laissaient transpirer que la colère, qui déformait également les trais de son visage fin. Victoria souffla sur une mèche de ses cheveux blonds qui tombait entre ses yeux pour la déplacer avant de continuer à boire son café, manquant de briser la tasse en la serrant trop fort.

Assise à la cafétéria de l'hôpital, elle espérait que l'attente ne durerait plus trop longtemps. En attendant, elle relisait ses conversations passées avec son amie du Réseau Codélia, jugeant qu'il valait mieux éviter de la contacter aujourd'hui. Axerola était certainement occupée comme à son habitude et Victoria ne tenait pas à lâcher toute sa colère sur elle sans aucune raison. Déterminée à rendre la monnaie de leur pièce aux Proxys, elle ne souhaitait pas non plus impliquer qui que ce soit.

Victoria ne pouvait pas se sortir de la tête la dernière discussion entretenue avec Héléna. Comme la dernière édition du Festival Numérique en date battait son plein, elle s'était entraînée dur avec l'intention de concourir. Malgré son niveau moyen, Héléna montrait une grande motivation à l'idée de détrôner Cataclysme, l'actuel meilleur utilisateur du Codélia. Mais suite à l'intervention non désirée des Proxys, cela ne risquait pas d'arriver avant longtemps.

- Vous êtes madame Viltrust ? intervint alors une voix extérieure, extirpant aussitôt Victoria de ses pensées sombres et néfastes.

- Euh oui... c'est bien moi, confirma cette dernière en reconnaissant l'un des médecins qui avaient pris sa cadette en charge. Comment va Héléna ? Est-ce qu'elle est sortie d'affaire ?

- J'ai bien peur que votre sœur ne soit toujours dans le coma, répondit son interlocuteur, l'air désolé. Les dommages qu'elle a reçu dans le Réseau Codélia ont eu un impact conséquent sur son cerveau. Même si elle est pour l'instant hors de danger, nous ne pouvons pas attester du moment où elle retrouvera connaissance... ni dans quel état elle sera à cet instant.

- Je vois…

- Nous n'avons jamais eu affaire à un tel cas causé par le Codélia. Votre sœur n'a vraiment pas eu de chance, il est fort possible qu'elle conserve de graves séquelles à son réveil. Perte de mémoire, de la parole ou de l'usage de ses jambes, nous ne pouvons encore rien affirmer.

La nouvelle tomba comme un coup de massue pour Victoria. La situation était donc encore pire qu'elle ne l'aurait imaginé. Sa haine grandissante envers le Cercle des Proxys ne faisait que croître toujours davantage à chaque minute. Elle comptait bien assouvir sa vengeance et leur faire payer cet affront misérable. Mais pour le moment, elle devait garder le sens des priorités. Elle demanda donc au médecin si Héléna pouvait recevoir des visiteurs.

L'homme à la blouse blanche lui confirma que c'était possible mais que la pauvre victime ne risquait pas de pouvoir lui répondre. Il ajouta toutefois que lui et son équipe feraient tout leur possible afin de minimiser les dommages mentaux qu'elle subirait au moment de reprendre connaissance. Tentant de contenir sa rage intérieure, Victoria remercia vivement son interlocuteur. Au moins, sa bonne étoile avait assuré que Héléna soit mise entre les mains de personnes compétentes.

Une fois que le docteur l'eut renseignée sur l'étage et le numéro de la chambre où sa petite sœur avait été transférée, Victoria ne perdit pas une seconde et se leva de sa chaise pour quitter la cafétéria. L'enseignante d'informatique ressentait à présent, en plus de sa colère envers les Proxys, un mélange d'impatience et d'appréhension. Certes, elle souhaitait se retrouver au plus vite en compagnie de sa cadette mais la voir dans un tel état risquait de lui faire un choc.

La jeune femme blonde profita de son bref séjour dans l'ascenseur pour respirer un grand coup et évacuer son stress. Maintenant, elle ne pouvait plus reculer. Peu importe la situation dans laquelle se trouvait Héléna, elle se devait d'être présente dans ces moments difficiles. En se retrouvant devant la porte de la chambre, Victoria fut prise d'un instant d'hésitation. Sa main tremblait alors qu'elle tentait d'attraper la poignée en marbre.

- C'est ta sœur, songea-t-elle avec force pour se convaincre. Tu ne peux pas la laisser tomber maintenant. Sois forte, Victoria. Fais-le pour elle.

Finissant par prendre son courage à deux mains, elle tourna alors lentement la poignée pour provoquer l'ouverture de la porte grinçante. Son cœur battait la chamade alors qu'elle posait le premier pied au sein de la pièce muette. Elle reconnut la silhouette de Héléna, couchée dans un lit bien trop grand pour elle. Le visage de son aînée se crispa aussitôt. Oui, l'état de santé de la victime était peut-être bien pire qu'elle ne l'avait imaginé.

Un bandage était enroulé autour de son front, dont le corps se révélait également parsemé d'électrodes en tout genre. Un inhalateur lui fournissait en permanence de l'oxygène. Les yeux fermées, elle demeurait parfaitement immobile. Si la situation avait été différente, on aurait pu croire qu'elle dormait paisiblement. Pour Victoria, ce fut quelque chose de très désagréable à regarder. Mais pour le bien de sa cadette, elle se devait de maintenir le regard.

- Je ne sais pas si tu peux m'entendre mais je suis là, déclara la grande sœur en s'asseyant sur le rebord du lit, attrapant la main froide de l'inconsciente.

Héléna ressemblait grandement à son aînée. Elle disposait de la même chevelure blonde caractéristique des Viltrust, bien que la sienne tombait dans le dos alors que celle de Victoria se stoppait au niveau des épaules. Le visage de la cadette, dissimulé en grande partie par l'inhalateur était plus rond et ses joues plus creusées. Depuis leur plus jeune âge, Héléna avait toujours eu plus de succès auprès des garçons, étant plus extravertie que sa grande sœur.

Victoria ne voulait pas lâcher la main de sa sœur, même si elle savait qu'elle n'aurait pas de réponse. Elle comptait rester là le plus longtemps possible. Ses inquiétudes du quotidien concernant son travail à l'Université Vermillon n'étaient plus d'actualité pour le moment. Elle aurait le temps de se soucier de ses contrôles à corriger plus tard. En revanche, elle ne pourrait pas se désister concernant l'excursion au CNI du lendemain, surtout maintenant qu'elle avait des raisons plus personnelles de vouloir pénétrer leurs locaux.

- Je te promets de retrouver l'enfoiré de Proxy qui t'a mis dans cet état, murmura-t-elle d'un ton décidé. Peu importe si je dois aller à l'autre bout du monde, pirater les comptes de tous leurs sbires ou mettre en péril l'équilibre du réseau, je vais mettre la main sur lui et lui faire payer.

Victoria savait pertinemment que la victime n'aurait pas voulu qu'elle en arrive là. Héléna avait toujours eu un meilleur contrôle de ses émotions par rapport à elle. Mais l'institutrice ne comptait pas reculer devant cet affront. Les Proxys avaient commis une erreur monumentale en la faisant sortir de ses gonds. Si le siège du Codélia Network Industries se révélait incompétent pour les contrer, alors elle allait s'en charger seule. Ses connaissances en informatique lui seraient d'une grande aide dans cette affaire.



***


Edouard Keyton se retrouvait très souvent surchargé de travail mais ces derniers temps, cela ne faisait qu'empirer. Entre les tentatives de piratage orchestrées par le Cercle des Proxys, la gestion du Festival Numérique, la recherche continue de CE-01, Axerola et maintenant cette histoire d’agression envers un utilisateur, il ne savait plus vraiment où donner de la tête. Ce dernier détail montrait que le réseau n'était plus aussi sûr qu'on ne pouvait le penser, il était de son devoir de corriger rapidement ce problème.

L'homme au costume-cravate avait pris la décision de couvrir tous les frais médicaux d'Alphamarie, histoire de convaincre sa grande sœur, qui vivait avec elle, de ne pas porter plainte contre eux. Cette triste histoire pouvait mettre à mal la poursuite du Festival Numérique mais Edouard avait pris la décision de le laisser continuer. Il avait besoin que cette vraie finale se déroule sans accroc pour effectuer le scan qui lui permettrait de localiser CE-01, il n'aurait pas d'autres occasions et le temps pressait.

Vu que leur menace ne se limitait maintenant plus simplement à du piratage, des messages de prévention envers les Proxys étaient maintenant continuellement diffusés sur le serveur afin de sensibiliser les utilisateurs réguliers de la plate-forme. Edouard doutait que ces maudits terroristes s'en soient pris à Alphamarie pour le plaisir, il devait y avoir une autre raison. De ce fait, les autres joueurs de la dimension numérique n'étaient probablement pas en danger pour le moment.

Assis à son bureau parfaitement organisé et rangé, Edouard continuait d'observer l'écran de son ordinateur, derrière le verre de ses lunettes carrées. Il venait enfin de recevoir un enregistrement vidéo de qualité concernant l’agression d'Alphamarie de la part de son équipe de modération. Le chef de la Sécurité comptait partir de là afin de découvrir si possible l'identité de la personne ayant causé l'incident, voire d'autres indices qui leur permettrait de mettre un terme à la menace.

- Pourquoi cherchez-vous à capturer une si petite chose ? demanda la voix fluette d'Alphamarie.

- Cherche pas à comprendre, il est nécessaire pour l'accomplissement du projet des patrons. Si tu ne coopères pas, je me verrais contrainte de le reprendre de force ! s'exclama une voix féminine appartenant au membre des Proxys.

Ce visionnage provenait nettement d'une allée déserte de la cité Codélienne, où la pauvre victime s'était retrouvée coincée sans pouvoir appeler à l'aide. Comme le Festival Numérique battait son plein et qu'elle était déjà éliminée de la compétition, Alphamarie affrontait d'autres utilisateurs sur la terre ferme. Si son adversaire du moment s'était rapidement déconnectée à l'arrivée du Proxy, elle n'en avait étrangement pas fait de même. L'inquiétude était toutefois bien visible sur son visage.

- Je suis navrée mais vous ne m'inspirez pas vraiment confiance, je ne peux pas vous le laisser. Dîtes-moi plutôt ce que vous comptez faire de lui et peut-être que je reverrai ma position. Il ne semble pas vouloir vous accompagner…

- Je n'en sais rien et je m'en fiche. Pour la dernière fois, ne t'interpose pas et laisse-moi le récupérer. Ce serait dommage que j'endommage ton avatar avec mon programme. Je n'aime pas faire ça, ce n'est pas marrant si on ne peut même pas voir le sang couler. Tu es consciente de la situation dans laquelle tu te trouves ? Ton vrai corps ne s'en remettra peut-être pas…

- Il va falloir me passer sur le corps, je n'ai pas peur d'une petite fille ! s'exclama Alphamarie, d'une voix toutefois mêlée d'angoisse et de détermination.

- Les gens comme toi me rendent malade... ce n'est pas faute de t'avoir prévenue.

La qualité de la vidéo déclina rapidement suite à l'explosion provoquée par le Proxy, qui attaquait visiblement directement Alphamarie grâce au programme mentionné précédemment. Edouard tenta tout de même de rester attentif au moindre détail qui risquait de lui échapper. Mais tout ce qui pouvait malheureusement être retenu de cette offensive était la terroriste qui criait quelque chose au sujet de la "bestiole" qui prenait la fuite.

Comprenant qu'il ne pourrait rien tirer de plus de cet extrait, le chef de la Sécurité revint en arrière afin d'obtenir une vision plus claire de l'avatar du terroriste. Rien de bien surprenant de ce côté, le célèbre programme en forme de manteau noir dissimulait son visage et bloquait les analyses qui permettraient de déceler son pseudonyme. Tout ce qu'Edouard pouvait en tirer est qu'il s'agissait d'une femme, ce qui ne l'avançait pas à grand chose.

- Que peut bien être cette petite chose mentionnée par Alphamarie ? se demanda alors Edouard en reportant son attention sur la vidéo. Est-ce que…

En effectuant un zoom sur l'image, il n'eut pas besoin de terminer sa phrase afin d'obtenir une confirmation. Il fut en mesure de noter la présence d'une silhouette de très petite taille, proche de la vingtaine de centimètres, qui s'était cachée derrière la jambe droite d'Alphamarie pendant la conversation. Une silhouette bien connue du Codélia Network Industries, l'objet de toutes les convoitises. Alphamarie avait simplement été une victime collatérale dans la quête des Proxys de capturer CE-01.

Leurs ennemis n'étaient pas passés à grand chose de mettre la main sur l'intelligence artificielle, ce qui motivait grandement Edouard à maintenir le Festival Numérique afin d'effectuer son scan dans les plus brefs délais. Mais pour le moment, il devait s'assurer que l'excursion organisée par une classe de l'Université Vermillon dans leurs locaux se passe sans le moindre problème, histoire de ne pas donner une autre raison de véhiculer une mauvaise réputation au sujet de leur entreprise.

Le hasard avait voulu que la grande sœur d'Alphamarie soit professeur de l'établissement et accompagnateur. Edouard souhaitait s'excuser en personne pour cette terrible histoire et lui assurer qu'il ferait tout son possible pour arrêter les Proxys. Il comptait laisser son bras droit Henry Linday, chef-adjoint de la Sécurité, s'occuper de prendre en charge les élèves et les autres accompagnateurs le temps de la visite de l'entreprise.

- Ces Proxys me rendent vraiment la vie impossible...