Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:11
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:11

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 2 : La mission
Tranquillement assise sur son canapé, Charlotte Linday regardait la télévision à des heures impossibles, un immense pot de glace à la vanille placé entre ses genoux. Elle n'était pas vraiment passionnée par ce qui se passait sur l'écran, où une histoire de romance à l'eau de rose défilait, mais c'était son petit moment de réconfort après une rude journée de travail. Avec le Cercle des Proxys qui continuait ses manigances sur le Réseau Codélia, elle recevait encore plus d'offres qu'à l'accoutumée.

Venant d'atteindre la vingtaine, Charlotte était la dernière fille du défunt chancelier Linday, l'une des plus grandes figures financières de la mégapole d'Ebravia. Des magouilles effectuées à son insu par un membre de sa famille avait empêché la jeune femme de profiter de sa part de l'héritage, si bien qu'elle fut contrainte de survivre par ses propres moyens. Elle pouvait se vanter d'avoir réussi haut la main à ce niveau-là, étant devenue une redoutable cyber-chasseuse.

Repoussant une mèche brune de sa chevelure mi-longue qui tombait constamment entre ses deux yeux, Charlotte commençait à ressentir une certaine fatigue. Nul doute qu'elle n'attendrait pas la fin de l'épisode avant d'aller se coucher. Elle comptait passer le jour suivant sur le Réseau Codélia afin d'enquêter sur ces mystérieux terroristes malmenant les systèmes de sécurité. Obtenir des informations lui permettrait de pouvoir les revendre à des possibles clients intéressés.

Charlotte finit par remarquer un son nuisible qui la trouble dans le visionnage de son feuilleton et attrapa la télécommande pour baisser le volume et en déterminer la nature. Elle ne tarda pas à comprendre que son téléphone portable était la source du problème. Posé sur la table basse en mode vibreur afin de ne pas réveiller ses servants qui devaient dormir à poings fermés, il grondait et manqua de tomber sur le sol avant que sa propriétaire ne le rattrape.

- Il est quasiment une heure du matin, personne ne m'envoie des messages aussi tard d'habitude... murmura-t-elle en déverrouillant l'appareil.

Posant son pot de glace afin d'améliorer son confort, Charlotte jeta un œil à sa messagerie pour en avoir le cœur net. Malgré sa fatigue, elle sentit la cadence de son cœur s'accélérer et l'excitation monter en elle. Le destinateur était Edouard Keyton, chef de la Sécurité au sein du Codélia Network Industries et un de ses clients habituels lorsqu'un problème survenait dans la dimension numérique. La brunette savait que les missions données par cet homme amenaient toujours à des primes d'au moins six ou sept chiffres.

<<Edouard Keyton>> Je sais qu'il est tard mais j'ai une mission importante à te confier. N'hésite pas à me recontacter à n'importe quelle heure dès que tu auras ce message.

Comme il était responsable de tout ce qui touchait à la sécurité concernant l'espace de réalité virtuelle, Charlotte ne doutait pas qu'Edouard devait avoir une pression importante sur ses épaules. Durant toutes les années où elle avait pu le côtoyer, elle retenait surtout l'image d'un homme passionné par son travail mais très inquiet à l'idée de le perdre. Et avec les manigances des Proxys depuis quelques semaines, la situation ne devait pas être au beau fixe.

Comprenant qu'Edouard était certainement toujours à son bureau, elle éteignit la télévision et lança l'application d'appel vocal en espérant l'attraper avant qu'il ne rentre chez lui. Elle ne souhaitait pas passer à côté d'une mission qui pouvait rapporter gros sous prétexte qu'elle dormait la nuit comme les gens normaux. Sans surprise, le visage de l'employé du CNI apparut rapidement sur l'écran de son téléphone. Charlotte nota qu'il semblait encore plus éreinté qu'elle.

- Bah dis donc, c'est assez inhabituel de recevoir des appels de ta part en pleine nuit, Edouard ! commenta-t-elle en retenant un baillement.

- J'aimerais que tu me rendes un petit service, Charlotte. Rémunéré comme il se doit, bien entendu. Il faudrait que tu enquêtes sur une utilisatrice du Codélia et que tu me donnes un maximum d'informations à son sujet. Son pseudonyme est Axerola.

Le chef de la Sécurité lui expliqua que cette Axerola était entrée en contact avec un sbire des Proxys dans la soirée et l'avait vaincu au cours d'un combat Pokémon. Une personne bien inhabituelle étant donné que tout le monde faisait bien attention à éviter ces terroristes comme la peste. Comme aucun cyber-chasseur n'accepterait de combattre la menace de front, Edouard ne savait pas comment il allait s'y prendre pour écarter les gêneurs. Axerola avait donc attiré son attention.

Charlotte reçut en pièce jointe le profil de la cible pour la mission. En plus d'avoir un mystérieux lien avec les Proxys, Axerola semblait bien déterminée à conserver ses secrets. En temps normal, le CNI avait de puissants moyens à sa disposition pour retrouver à quel nom était associé chaque compte. Or, il n'était pas possible d'en faire de même avec Axerola. Cette dernière était donc forcément un hackeur talentueux ou alors recevait l'aide de quelqu'un.

- Tu sais très bien que je n'aime pas dévoiler l'identité de ceux qui souhaitent la dissimuler, soupira Charlotte. Cela ne me dérange pas d'enquêter sur cette Axerola mais il ne faudra pas compter sur moi pour que je te dise qui elle est dans la vraie vie, si jamais je parvenais à élucider le mystère.

Même si Charlotte était une femme vénale et dépensait son argent de façon très compulsive, elle avait tout de même ses principes. Elle refusait de dévoiler au grand jour des utilisateurs qui faisaient en sorte de masquer l'information sur leur identité. Elle-même ne souhaitait pas être exposée et elle ne le souhaitait à personne, pas même à ses pires ennemis. Edouard Keyton était parfaitement conscient de cette particularité de Charlotte, il avait donc fait appel à elle en parfaite connaissance de cause.

- Ne t'inquiète pas Charlotte, je veux simplement des informations sur l'utilisatrice Axerola, pas sur la personne qui se cache derrière son compte. Apprendre sa véritable identité ne m'apporterait rien et n'arrangerait pas la situation actuelle du Codélia.

- Dans ce cas, je suppose que je peux accepter sans problème ta petite mission. Tu avais bien parlé d'une rémunération, non ? Combien de chiffres ? demanda la brunette, qui ne perdait pas le nord.

Le salaire pour cette opération demeurait dans les normes habituelles du Codélia Network Industries. Propriétaire du phénomène de société le plus imposant des dernières décennies et comptant des millions de joueurs, la société générait des sommes astronomiques d'argent chaque année, se comptant en centaines de milliards de Pokédollars. Cela permettait à Edouard de payer grassement les cyber-chasseurs qui travaillaient pour lui.

Charlotte demanda tout de même s'il ne serait pas judicieux d'envoyer au préalable un message privé à Axerola pour tenter d'établir le contact. Le chef de la Sécurité lui expliqua toutefois que cette action comportait un risque et qu'il valait mieux éviter que la concernée soit au courant que le CNI s'intéresse désormais à elle. Pour tenir tête au Cercle des Proxys, elle pouvait très bien être un terroriste encore plus dangereux cherchant à éliminer la concurrence.

- Tiens d'ailleurs, vous avez progressé dans votre recherche de Machin Zero Un ? questionna subitement la demoiselle, qui venait de se rappeler de ce simple détail.

- Machin Zero Un... oh, tu veux parler de CE-01 ? Charlotte, tu n'es pas censée être au courant de son existence, c'est un secret du CNI extrêmement bien gardé dont moi-même je ne connais pas complètement tous les détails. Où as-tu obtenu cette information ?

- Si la curiosité est un vilain défaut alors j'ai un gros défaut, avoua-t-elle avec un grand sourire. Disons que j'ai simplement... fouillé dans quelques recoins du CNI. Les Proxys n'arrivent pas à pénétrer mais moi, j'ai travaillé pour le CNI à de maintes reprises, je connais des moyens détournés.

L'argent n'était pas la seule motivation de Charlotte en effectuant un tel métier. Cela venait sûrement du fait qu'elle était issue d'une famille aristocratique, mais elle aimait bien en savoir plus qu'elle ne le devrait. En effectuant des missions un peu partout, elle étendait son domaine d'expertise. Concernant le CNI, elle n'en connaissait pas tous les secrets, dont certains étaient très bien conservés mais quelque chose d'aussi trivial que l'existence de CE-01 ne pouvait pas échapper à sa vigilance.

Comprenant qu'il ne pouvait rien lui cacher, Edouard lui expliqua sans entrer dans les détails que la recherche de CE-01 ne donnait pour le moment aucun résultat. Une bonne partie des modérateurs de son équipe surveillaient constamment la cité Codélienne pour tenter de le localiser sans le moindre succès. Charlotte ne comprenait pas pourquoi il ne faisait pas appel à elle pour participer aux recherches mais apparemment, c'était une affaire qui devait être résolue en interne.

- Si on ne parvient pas à mettre la main sur lui d'ici la vraie finale du Festival Numérique, nous comptons effectuer un scan complet du réseau pendant le match. C'est le seul moment où on peut le faire. La sécurité sera amoindrie pendant le scan mais le Cercle des Proxys ne tentera rien à une heure de grande activité.

- C'est un risque que tu prends, non ? demanda Charlotte, perplexe.

- Effectivement. Mais laisser CE-01 se balader dans la nature l'est davantage, expliqua calmement Edouard en retenant un bâillement. Je pense que le Cercle des Proxys cherche lui aussi à mettre la main dessus. Ils veulent certainement pirater nos serveurs pour forcer le scan à notre insu. Si nous tardons trop, le CNI va se faire devancer et je n'ose pas imaginer ce que ces gens-là ont prévu de faire avec une telle intelligence artificielle entre leurs mains.

Si Charlotte connaissait l'existence de CE-01, elle ignorait toujours le sens de cet acronyme et en quoi cette IA était si spéciale. En réalité, la brunette ne disposait d'aucun talent informatique pour tenter de hacker elle-même les serveurs du CNI, elle s'était simplement contentée de soudoyer un employé pour avoir des informations. Mais comme celles sur CE-01 coûtaient horriblement cher, elle s'est contentée du strict minimum le concernant.

- Pour le moment, contente-toi de découvrir ce que cette Axerola mijote. Nous nous occupons de l'IA, ce n'est pas de ton ressort. Ce serait bien si tu avais quelques données à me transmettre d'ici notre tentative de scan, tu as quelques jours devant toi.

Edouard coupa la communication, l'écran du téléphone portable de Charlotte redevenant obscur. Ne pouvant rester éveillée que par la force de sa volonté, la brunette jugea qu'il était grand temps d'aller se blottir dans ses draps bien douillets. Elle posa donc son appareil sur la table et entreprit de quitter son canapé pour rejoindre sa chambre. Toutefois, elle avait oublié l'existence de son pot de glace à moitié terminé et posé sur le sol depuis quelques minutes si bien qu'elle se prit les pieds dedans.

Sa chute sur le plancher en bois provoqua un sacré vacarme et la douleur qui s'en suivit fut amplement suffisante pour la sortir de son état léthargique. Heureusement pour elle que ce petit incident n'entraîna aucune blessure. Même si sur le Réseau Codélia, les utilisateurs se séparaient pendant un moment de leurs corps de chair et de sang, Charlotte tenait tout de même à garder le sien en bon état. Plus longtemps elle vivrait, plus d'argent elle pourrait accumuler.

- Madame Charlotte, est-ce que tout va bien !? s'écria soudainement une personne extérieure, ouvrant la porte du salon avec fracas comme si sa vie en dépendait.

- Aucun problème, assura Charlotte en levant le pouce pour indiquer sa situation. J'ai juste mis les pieds là où il ne fallait pas. Désolée de t'avoir fait peur Lisa, tu peux retourner te coucher. N'allons pas réveiller ta sœur, je préfère éviter qu'elle soit de mauvaise humeur demain matin…

Elle nota tout de même qu'il ne s'était même pas écoulé une vingtaine de secondes entre le vacarme provoqué par sa chute et l'arrivée de sa servante aux cheveux écarlates dans le salon. Encore heureux qu'elle se soit présentée dans son pyjama roses à fleurs et son bonnet ridicule sans se changer au préalable. Parfois, Charlotte se demandait d'où pouvait venir de tels réflexes surhumains. Peut-être devrait-elle réfléchir plus sérieusement à cette histoire d'augmentation de salaire.



***


- Tsubasa ? Tu m'écoutes ?

La jeune fille regardait fixement le mur de la cafétéria depuis plusieurs minutes sans dire un mot. Elle n'avait toujours pas digéré son échec cuisant de la veille avec ce sbire complètement ignorant des Proxys. Un mois entier d'efforts réduits à néant parce qu'elle n'avait pas effectué sa filature avec la bonne personne. D'autant plus que cela la forçait maintenant à repartir de zéro, elle aurait dû au moins demander des informations sur les supérieurs de ce groupe quand elle en avait eu l'occasion.

Son ami Dennis Keyton profitait de la pause déjeuner pour lui parler des dernières actualités concernant le Festival Numérique qui battait son plein sur le Réseau Codélia. Contrairement à elle, qui se contentait habituellement de regarder la chose de loin, il était un véritable passionné qui ne ratait jamais le moindre match. Et depuis l'apparition des Proxys le mois dernier, l'attention de Tsubasa concernant autre chose diminuait à une vitesse ahurissante.

- Désolée, se justifia-t-elle en attrapant la fourchette posée sur son plateau. Je repensais au cours d'informatique de tout à l'heure…

- Tu as dormi pendant la quasi-totalité des deux heures, fit remarquer Dennis avec un sourire amusé.

A cause de son incident passé, Tsubasa était sortie du système éducatif pendant quelques temps. Depuis son retour, au moment d'entrer au collège, elle n'avait pas souvenir d'avoir eu un autre ami que Dennis. Elle avait encore du mal à ressentir de l'empathie pour les personnes dont elle n'était pas vraiment proche et cela la coinçait quelque peu pour tenter de s'ouvrir. La jeune fille n'aimait pas parler de ce qui s'était passé autrefois, Dennis n'en connaissait que les grandes lignes et avait promis de garder ça pour lui.

Le garçon, du même âge que Tsubasa, disposait d'une chevelure grise qui partait dans tous les sens. Plutôt grand pour son âge, son visage transpirait la bienveillance en permanence. La brunette ne pouvait pas se rappeler l'avoir déjà vu en colère malgré toutes leurs années d'amitié. Faisant partie du club de basketball de l'université Vermillion, il disposait également d'un corps bien bâti et habitué aux sensations extrêmes. Tout le contraire de son amie et de sa silhouette fine.

- Le Festival Numérique, donc... souffla l'adolescente en enroulant une partie de ses spaghettis autour de sa fourchette. Je n'ai pas regardé les quarts de finale hier, j'étais plutôt occupée pendant la soirée. Il s'est passé quelque chose d'important ou pas ?

- Elkira s'est qualifiée haut la main, son match est celui qui a duré le moins longtemps, répondit Dennis, qui avait très bien senti le ton désintéressé de son amie. Je trouve dommage que Meijin ne participe pas à cette édition, apparemment il ne s'est plus connecté après sa défaite contre Cataclysme lors de la vraie finale du mois dernier…

Si Tsubasa n'y avait jamais accordé beaucoup d'importance, Dennis disposait d'une véritable passion pour les dresseurs d'élite de la plate-forme. Cataclysme, Elkira et Meijin en étaient les trois meilleurs et revenaient souvent dans leurs conversations. L'un des rêves de Dennis était de serrer un jour la main de l'un d'entre eux. Même si Dennis disposait de son propre compte et avatar, il ne combattait que très peu et uniquement avec des personnes qu'il connaissait, dont Tsubasa elle-même.

Le jeune homme lui proposa de venir chez lui le soir de la vraie finale du Festival Numérique afin qu'ils regardent l'affrontement ensemble. Lorsque le tournoi se terminait avec le dernier match, le grand vainqueur obtenait le droit d'affronter le champion en titre dans un match additionnel afin de tenter de lui dérober sa place. D'où le nom de vraie finale pour le différencier de la finale habituelle. Depuis qu'il était arrivé sur le Réseau Codélia, Cataclysme détenait le titre et ne l'avait jamais concédé.

- Je ne sais pas trop…

Tsubasa en était arrivée à un stade où elle considérait même ses études comme un frein dans sa guerre personnelle contre le Cercle des Proxys. Ce dernier mois comptait parmi les pires de sa vie, excluant ceux couvrant l'Incident Effacé. Elle qui pensait avoir tirer un trait définitivement sur son passé l'avait vu revenir à elle sans prévenir et elle ne parvenait plus à s'en détacher. Mais d'un autre côté, cela lui ferait certainement du bien de pouvoir se changer les idées, même le temps d'une soirée.

Dennis avait bien remarqué que sa camarade ne se sentait pas bien depuis quelques temps, même s'il n'avait pas fait le rapprochement avec l'apparition du groupe de terroristes. Il donnerait beaucoup pour lui remonter le moral mais ne savait pas trop comment s'y prendre. Tsubasa refusait de se confier sur ce qu'elle ressentait réellement et lui-même ne pouvait pas tout comprendre simplement en la regardant. Il essayait tant bien que mal d'être un soutien pour elle le temps qu'elle retrouve la forme.

- Je ne te force à rien, prends le temps d'y réfléchir tranquillement. Mais je pense tout de même que tu en as besoin, expliqua Dennis en sortant son téléphone de la poche de son pantalon.

- Tu as peut-être raison, je suis trop à cran en ce moment, avoua Tsubasa alors que son interlocuteur commençait à regarder les dernières actualités du Réseau Codélia sur son appareil. Je verrai comment je me porte le soir de la vraie finale mais je vais peut-être venir finalement…

S'attendant à voir un nouveau sourire apparaître sur le visage de Dennis, la jeune fille fut surprise d'être accueillie par la réaction exactement inverse. Le garçon devint pâle à une vitesse ahurissante alors qu'il lisait quelque chose sur son téléphone. Plutôt que de lui expliquer directement, il lui passa l'appareil pour que Tsubasa puisse lire l'article rédigé par sa tutrice. Contrairement à son ami, elle ressentit davantage de colère que d'effroi en apprenant la nouvelle.

Agression sur le Réseau Codélia !

Le Cercle des Proxys a encore frappé ! Ce jour-même en pleine matinée, l'utilisatrice Alphamarie a croisé la route de l'un d'entre eux et n'en est pas sortie indemne. Le CNI a refusé de livrer des détails concernant cette affaire mais il semblerait que la pauvre Alphamarie ait vu son compte effacé à la suite de dommages causés par le membre du Cercle.

Aux dernières nouvelles, la personne derrière le compte d'Alphamarie s'était connectée dans un cybercafé et a été immédiatement transférée à l'hôpital le plus proche. Nous ne connaissons pas à l'heure actuelle la gravité de ses blessures mais nous lui souhaitons le meilleur des rétablissements. Nous accordons également une pensée à ses proches dans ces moments difficiles.

Votre serviteur, Shironeko.


Tsubasa tomba des nues. Jusqu'ici, les Proxys s'étaient contentés d'agir en douce et de tenter de pirater le CNI, elle demeurait bien placée pour le savoir. Comment un tel accident avait pu se produire ? Même si les programmes du Codélia protégeaient les avatars des dégâts, notamment ceux causés par les capacités des Pokémon, il était possible de les endommager en insistant continuellement. Il s'agissait d'un fait connu de tous. Passé un certain stade, les dommages peuvent avoir des répercutions sur le véritable corps.

La jeune fille, malgré ses enquêtes régulières, ne comprenait pas ce que ses ennemis cherchaient à faire en piratant les serveurs du Codélia. Est-ce que cette Alphamarie, dont Tsubasa découvrait à peine le pseudonyme à l'instant, détenait quelque chose dont ils souhaitaient s'emparer ? Ce fut la seule hypothèse qui lui vint en tête, étant donné qu'ils restaient bien discrets dans leurs manigances, une agression de cette ampleur allait clairement les mettre sur le devant de la scène.

- C'est horrible, murmura finalement Dennis au bout d'un moment. Je n'aurais jamais pensé qu'un jour, quelqu'un serait actuellement blessé depuis l'intérieur du Codélia... nous sommes tous conscients des risques mais ce n'était pas arrivé jusqu'ici. Je n'imagine même pas l'enfer que doit vivre sa famille en ce moment... et ça pourrait avoir des répercutions sur le Festival Numérique et le Codélia en général…

- On dirait bien que je vais devoir mener ma petite enquête sur cette Alphamarie après la fin des cours. Même si je préfère ne pas fouiller dans la véritable identité des utilisateurs, découvrir la sienne pourrait peut-être me permettre d'avancer, songea Tsubasa pour elle-même.