Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 13:08
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 13:08

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 1 : Mon nom est Axerola
Le pic d'activité du Réseau Codélia était jusqu'en début de soirée. Au-delà, les utilisateurs se déconnectaient lentement les uns après les autres jusqu'à ce que la cité virtuelle ne finisse par devenir déserte jusqu'au jour suivant. A quelques exceptions près, des insomniaques restaient toujours en ligne jusqu'à des heures impossibles sans parler de quelques complots pouvant se tramer dans l'ombre, la plupart du temps pour de l'argent, lorsque la modération était limitée.

- Roussil, termine-le avec Lance-Flammes !

Le Pokémon Renard ne perdit pas une seconde, attrapant le bâton reposant habituellement dans son immense queue touffue. Depuis le début de l'affrontement, il avait conservé un avantage net et certain sur son adversaire, un pauvre Ténéfix qui ne savait plus où donner de la tête. Grâce à son fidèle accessoire, Roussil généra un jet ardent que le Pokémon Spectre et Ténèbres ne put éviter, son endurance atteignant ses limites.

Ce dernier s'écroula lourdement sur le sol en béton dans un bruit sourd, signe que cette fois-ci, il ne parviendrait pas à se remettre sur ses deux pattes. Son dresseur, un homme dont l'avatar était dissimulé par un immense manteau noir, tomba sur le sol de terreur. Lui, un membre du Cercle des Proxys, venait de perdre contre un utilisateur lambda. Une fille qui ne paraissait pas très âgée, même si l'apparence des avatars pouvait être trompeuse.

- Maintenant, tu vas tenir ta part du marché comme convenu.

Le dresseur vaincu, le visage dépité, attrapa la Pokéball à sa ceinture pour rappeler son pauvre Tenefix à l'intérieur. Au même moment, son ancienne opposante fit quelques pas en avant vers lui. Le ciel de données du Réseau Codélia s'alignait sur un véritable système de jour et de nuit, diminuant la luminosité passé une certaine heure. Lorsque la jeune fille victorieuse se fut suffisament rapprochée, il se révéla capable d'analyser plus en détail son avatar.

Tout chez elle semblait ramener au domaine de l'aviation. Elle était vêtue d'une veste marron en cuir qui aurait certainement coûté une fortune s'ils ne se trouvaient pas dans un univers virtuel. Ses yeux bleus perçants demeuraient dissimulés derrière une paire de lunettes dont la sangle était attachée à l'arrière de sa tête. Sa chevelure azur, attachée en double couettes des deux côtés de son crâne laissait échapper des mèches rebelles au niveau de son front.

- Je t'ai déjà dit que je ne savais pas de quoi tu voulais parler ! s'exclama le perdant en posant un pied derrière l'autre pour tenter d'augmenter la distance entre eux.

- Ne fais pas l'innocent, je sais très bien que vous autres enfoirés des Proxys êtes les instigateurs de l'Incident Effacé ! Tu ne m'auras pas en faisant les yeux doux.

A presque minuit en pleine semaine, le Réseau Codélia était déjà bien déserté. Personne ne viendrait les déranger dans une ruelle déserte, pas même les modérateurs du Codélia Network Industries qui ne pouvaient pas surveiller l'intégralité de la cité en direct. La jeune fille savait qu'elle ne tirerait rien de cette histoire, cet homme, bien que portant le manteau noir officiel du Cercle des Proxys, n'avait aucune raison de lui mentir après s'être fait humilier au cours d'un combat.

Comprenant que les simples sbires ne devaient pas être au courant de toute l'histoire, elle décida d'abandonner pour le moment. Elle qui avait passé des semaines à tenter de coincer l'un d'entre eux pour lui tirer les vers du nez se révélait bien déçue en ce moment. Lâchant un soupir d'ennui, elle attrapa la sphère rouge et blanche qui ornait à sa ceinture et appuya sur le bouton pour rappeler son Roussil à l'intérieur pour un repos bien mérité.

- Il va falloir que je trouve un moyen de faire sortir les grands chefs hors de leur trou, marmonna-t-elle pour elle-même, sur un ton si bas que l'encapuchonné ne pouvait pas l'entendre.

Tournant le dos à celui qu'elle venait de vaincre, elle s'apprêtait à quitter la ruelle. Comme elle avait eu besoin de nombreux jours avant de se retrouver tête à tête avec un membre du Cercle des Proxys, elle ne doutait pas de devoir attendre encore un long moment pour obtenir une autre chance. Si près du but et pourtant si loin. La quête pour découvrir la vérité concernant cet événement nommé l'Incident Effacé ne faisait que commencer.

- Attends... balbutia le vaincu, encore sous le choc de sa défaite. Il n'y a pas grand-monde pour tenir tête aux Proxys... qui es-tu ?

- Je m'appelle Axerola, se présenta simplement l'intéressée sans se retourner. Et tu ferais bien de retenir ce pseudonyme car je serais celle qui s'occupera de démanteler tout ton groupe de copains, j'ai un compte à régler avec vous.



***


Tsubasa Albiki ouvrit les yeux. La voilà de retour dans sa chambre mal rangée après un échec cuisant mettant un frein à ses recherches. Couchée sur son lit, elle regardait le plafond, d'un air morne et sans énergie. Elle qui pensait vraiment pouvoir faire un pas en avant dans sa découverte de la vérité, elle venait de faire face à un pétard mouillé. Bien sûr que des sbires sans intérêt du Cercle des Proxys ne pouvaient pas être au courant de l'existence de cet incident.

Son apparence hors du réseau n'était pas si éloignée de son alter-ego Axerola. Sa chevelure brune en double couettes restait la même, devenant brune, de même que ses yeux brillants passaient du bleu au marron. Elle disposait d'une silhouette fine et d'une taille normale pour une fille de son âge, venant à peine d'atteindre la majorité. Elle possédait également un exemplaire des lunettes d'aviateurs que son avatar arborait fièrement, qui étaient posées sur son bureau, un cadeau de sa mère maintenant décédée.

Se redressant après quelques minutes, elle posa son regard sur l'ordinateur portable allumé sur son petit bureau. Elle n'avait pas terminé ses devoirs pour le lendemain, comme à son habitude. Et ce n'était pas à minuit passé qu'elle trouverait le courage de s'y mettre. La jeune fille prit tout de même la peine de se lever pour aller refermer son appareil, histoire que la lumière générée par l'écran ne la dérange pas lorsqu'elle se coucherait pour de bon.

Manquant de trébucher sur un blouson qui traînait sur le sol, Tsubasa se promit également de faire le grand ménage dans sa chambre un jour, une promesse qui demeurait non tenue depuis déjà bon nombre de mois. Les vêtements s'accumulaient partout dans la petite pièce, que ce soit à même le sol, sur son bureau, même sur son lit, sans qu'elle ne puisse puiser la force de les ranger dans son armoire. Stella Wilson, sa tutrice légale, la réprimandait souvent à ce sujet.

- Je vais devoir tout reprendre de zéro à partir de demain, songea-t-elle avec amertume. J'espère en tout cas que je ne fais pas fausse route... le fait que ces enfoirés s'appellent les Proxys ne peut pas être une simple coïncidence.

Le fait que ce sbire n'avait pas pu l'éclairer au sujet de l'Incident Effacé ne faisait qu'amplifier ses doutes. Les recherches préalables effectuées par Tsubasa ne pouvaient cependant pas être trompeuses. Hackeuse talentueuse, elle avait infiltré à maintes reprises les serveurs du gouvernement pour son simple amusement. Mais depuis le mois dernier et l'apparition soudaine de ce groupe de terroriste appelé le Cercle des Proxys, le divertissement avait complètement disparu de ses raisons.

L'Incident Effacé, comme son nom l'indiquait, avait été étouffé afin de préserver la sécurité des victimes. Presque douze ans après sa fin, peu de gens étaient au courant qu'il avait réellement existé. Les principaux concernés, leurs familles, les mystérieux investigateurs de cette horreur et certainement les haut placés du gouvernement demeuraient les seules exceptions. La seule donnée que Tsubasa avait pu récupérer était que l'Incident Effacé portait également un autre nom, le Projet Proxy.

Il s'agissait là de sa seule piste pour le moment. Et tant qu'elle ne parviendrait pas à connaître les véritables visages du Cercle des Proxys, elle ne pourrait pas avancer. L'incident avait laissé des traces irréparables chez Tsubasa et l'apparition soudaine de ce groupe de terroristes le mois dernier avait permis la création d'une obsession malsaine. Pour le meilleur et pour le pire, elle demeurait connectée au Projet Proxy et elle comptait bien se venger pour tout ce qu'elle avait subi dans sa jeunesse.

- J'ai encore reçu un message pendant que je chassais ce sbire ignorant, constata la jeune fille en jetant un œil à l'appareil accroché à son poignet. C'est sûrement encore Deltaziroh... je devrais arrêter de lui mettre des lapins, ce n'est pas sa faute si j'en suis arrivée là.

<Deltaziroh> Désolée de te déranger à nouveau, Axerola. Je sais que tu as l'air très occupée dernièrement mais comme ça doit déjà faire un mois que nous n'avons pas pu jouer ensemble, je tenais à te dire que j'attends avec impatience le moment où tu auras à nouveau du temps libre.

Sa correspondante sur le Réseau Codélia s'était montrée très compréhensive, même si Tsubasa ne lui avait bien entendu pas parlé de ce qu'elle s'amusait à faire depuis l'arrivée du Cercle des Proxys. Axerola comme Deltaziroh ne s'intéressaient pas plus que ça à l'aspect compétitif de la dimension numérique. A la suite d'une rencontre par le plus parfait des hasards, quelques mois auparavant, elles s'étaient liées d'amitié et se connectaient souvent ensemble pour s'affronter.

Depuis le mois dernier, ce n'était plus d'actualité. Tsubasa se trouvait en permanence des excuses pour consacrer son temps libre à la chasse au Proxy. Elle se sentait mal à l'aise de mentir à une amie mais elle sentait bien qu'aucune autre alternative n'était possible. Absolument hors de question de mêler quelqu'un d'autre à toute cette histoire. L'Incident Effacé était son affaire et son passé, elle seule devait en découvrir la vérité.

- Encore un tout petit peu de temps et je pourrais peut-être retourner m'amuser avec toi, murmura la brunette en détachant la Codéwatch de son poignet pour la poser sur son bureau. Même si je n'ai pas obtenu d'informations aujourd'hui, j'ai quand même l'impression d'avoir fait un pas en avant. Je vais bien finir par en terminer avec cette affaire…

Elle ignorait presque tout de Deltaziroh, malgré leurs mois d'amitié. Elles attendaient l'une comme l'autre de pouvoir se rencontrer dans le monde réel pour se parler de vive voix de leurs vies. Tout ce que Tsubasa savait au sujet de sa correspondance, c'était qu'elle avait une petite sœur, également présente sur le Réseau Codélia. La jeune fille n'avait toutefois pas pris la peine de demander son pseudonyme et ne l'avait jamais rencontrée directement.

Avec ses talents dans le hacking, Tsubasa pouvait très bien déterminer la véritable identité de n'importe qui sur le Réseau Codélia en étudiant attentivement le profil des utilisateurs. Elle ne servait pas vraiment de ce talent, respectant la vie privée des autres personnes. Cela incluait bien évidemment Deltaziroh, bien qu'elle soit curieuse à son sujet. Le manteau noir arboré par les membres du Cercle des Proxys était en réalité un programme permettant de masquer les pseudonymes de ceux qui les portaient, afin de les protéger.

Une longue journée à l'université l'attendant le lendemain, Tsubasa hésitait à se coucher. Elle était toute seule dans le petit studio appartenant à sa tutrice, cette dernière disposant d'un travail parfois aux horaires impossibles. Mais ce fut au moment où la brunette pensa à Stella qu'elle entendit du bruit provenant de la pièce principale. A minuit passé, il semblerait que l'adulte responsable en ait terminé avec son boulot pour la journée. Tsubasa ouvrit la porte de sa chambre et traversa rapidement le petit couloir pour la rejoindre.

- Ah, tu es encore debout, Tsubasa ? J'essayais de ne pas faire trop de bruit au cas où tu dormirais déjà, je ne t'ai pas réveillée j'espère ? demanda la tutrice en déposant son sac à main sur un des sièges entourant la table.

Stella Wilson était une femme de vingt-six ans, plus petite que sa protégée mais qui ne s'en offusquait pas. Sa chevelure inhabituelle s'arrêtait au niveau de ses épaules, étant majoritairement noire mais disposant tout de même de quelques mèches blanches. Stella se teignait les cheveux pour les uniformiser mais étrangement, cela ne tenait jamais plus d'une journée la forçant à le faire continuellement chaque fois qu'elle devait se rendre au boulot.

Sa profession était intimement lié au Réseau Codélia. Stella portait le pseudonyme de Shironeko. Un nom loin d'être anodin car connu de la quasi-totalité des utilisateurs de la plateforme. Elle officiait en tant que journaliste, disposant de sa propre émission quotidienne et tenant ainsi au courant tout le monde de l'actualité. Elle avait le double travail de commentatrice lors des matchs les plus importants des compétitions officielles. Cela lui donnait malheureusement un emploi du temps relativement chargé.

- Tu rentres vachement tard aujourd'hui, nota Tsubasa pendant qu'elle retirait son manteau en fourrure. Pourtant, c'était hier les quarts de finale du Festival Numérique, non ? Ils t'ont encore retenue pour rédiger des trucs, je suppose ?

- Ne m'en parle pas, j'ai dû faire des heures supplémentaires pour écrire un article, comme tu t'en doutes. Tu savais que le Cercle des Proxys a encore tenté de s'infiltrer dans les serveurs du Codélia Network Industries la semaine dernière ? Ils me rendent la vie impossible ceux-là, vivement que le CNI fasse enfin quelque chose à leur sujet.

- Oui, vivement…

Stella n'était pas au courant des activités secrètes de sa colocataire. Si jamais elle venait à apprendre que Tsubasa s'amusait à chercher à entrer en contact avec un groupe de terroristes, elle l'empêcherait certainement de se connecter sur le Réseau Codélia pendant une très longue durée indéterminée. Les deux filles se connaissaient depuis de nombreuses années, ayant vécu toutes deux au sein du même orphelinat, et avaient tissé un lien fort.

Disposant d'une vue épouvantable, Stella portait généralement des lentilles de contact pour corriger ce défaut, sauf lorsqu'elle les perdait. A ce moment-là, elle devait revenir à ses vieilles lunettes rondes qui lui donnait des airs d'intello. Avec sa silhouette élancée, son visage bien construit et ses yeux azur pétillants, elle était très populaire au bureau. Malheureusement pour ses collègues, Stella n'avait ni le temps ni l'envie de se lancer dans des relations amoureuses à l'heure actuelle.

- Tu n'as pas cours demain, Tsubasa ? interrogea l'adulte responsable, ouvrant le frigidaire pour attraper une bouteille de thé glacé. Il est presque une heure du matin. J'ai eu vent de tes siestes en informatique, que je pardonne vu ton niveau avancé mais je n'aimerais pas être appelée parce que tu piques un roupillon pendant les autres cours…

Ne pouvant retenir un bâillement suite à cette remarque, la brunette jugea que son responsable légal n'était pas dans le tort. Sa passion pour tout ce qui touchait à l'informatique l'avait amenée à devenir bien trop talentueuse dans le domaine par rapport au reste de ses camarades, si bien qu'elle s'endormait souvent. Son professeur Victoria Viltrust avait déjà abandonné l'idée de la raisonner à ce sujet là et la laissait faire.

- La phase finale du Festival Numérique bat son plein, je ne vais pas être bien présente lors des prochains jours, rappela Stella après avoir bu une gorgée de sa bouteille. Je compte donc sur toi pour être responsable et ne pas t'attirer d'ennuis. Que ce soit à l'université ou sur le Codélia, on ne peut jamais savoir ce que ces maudits Proxys ont derrière la tête.

- Ne t'en fais pas pour moi, je vais me montrer prudente, assura Tsubasa, avec un léger pincement au cœur compte tenu de ce qu'elle faisait dans le dos de sa tutrice. Il y a la sortie organisée aux locaux du CNI par ma classe d'ici quelques jours, j'en profiterai pour demander à quelqu'un comment ils s'en sortent pour éliminer les Proxys.

- Je doute qu'on te réponde franchement, déclara Stella, souriante.



***


- Attends... il n'y a pas grand monde pour tenir tête aux Proxys... qui es-tu ?

- Je m'appelle Axerola. Et tu ferais bien de retenir ce pseudonyme car je serais celle qui s'occupera de démanteler tout ton groupe de copains, j'ai un compte à régler avec vous.


- Axerola…

Il faisait nuit depuis déjà un bon moment mais Edouard Keyton, chef de la Sécurité pour le compte du Codélia Network Industries, n'avait toujours pas quitté son bureau. Lui qui laissait généralement la modération nocturne aux techniciens de nuit faisait des heures supplémentaires à n'en plus pouvoir. La faute aux interventions multiples du Cercle des Proxys, qui semblait déterminé à s'infiltrer dans leurs serveurs privés.

Depuis un mois que ce groupe de terroristes avait fait surface, le pauvre Edouard dormait peu. De part leurs actions, celles rendues publiques comme celles tenues secrètes, les Proxys pouvaient nuire au Réseau Codélia sur le long terme. L'employé le savait pertinemment. Il se trouvait à présent sur un siège éjectable tant que la menace n'aurait pas été éradiquée. Son supérieur hiérarchique n'accepterait certainement pas un échec cuisant et Edouard finirait par être renvoyé si la situation n'évoluait pas.

Edouard Keyton était un homme qui approchait lentement de la trentaine. Tout chez lui transpirait le professionnalisme, de sa chevelure verte soigneusement coiffé à son costume cravate parfaitement repassé. Son regard constamment fermé était encadré par des lunettes carrées qui tombaient régulièrement vers la partie inférieure de son nez, le forçant à les réajuster. Il tâchait de ne pas le montrer ouvertement mais il demeurait perpétuellement sous pression.

- Si nous ne retrouvons pas rapidement CE-01…

Voyant l'heure sur son ordinateur, Edouard jugea qu'il était inutile de rester dans les locaux du CNI davantage. Mais avant de partir du bâtiment, il décida d'envoyer un message privé. Le chef de la Sécurité possédait divers contacts parmi les cyber-chasseurs, auxquels il faisait appel lorsqu'il se retrouvait dans l'embarras. Mais même contre plusieurs millions de Pokédollars, aucun d'entre eux n'accepterait d'affronter des terroristes.

A sa grande surprise, seulement une poignée de secondes après avoir envoyé un message à un cyber-chasseur habitué des missions du Codélia Network Industries, il reçut un appel entrant de la part de ce dernier. L'acceptant, Edouard se retrouva alors en tête à tête avec une jeune fille au grand sourire. L'homme aux cheveux verts ne prit pas la peine de lui demander pourquoi elle était encore debout et décida d'aller directement aux faits.

- Bah dis donc, c'est assez inhabituel de recevoir des appels de ta part en pleine nuit, Edouard !

- J'aimerais que tu me rendes un petit service, Charlotte. Rémunéré comme il se doit, bien entendu. Il faudrait que tu enquêtes sur une utilisatrice du Codélia et que tu me donnes un maximum d'informations à son sujet. Son pseudonyme est Axerola.