Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Battle : Go! de Serian Norua



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Serian Norua - Voir le profil
» Créé le 20/02/2018 à 17:28
» Dernière mise à jour le 20/02/2018 à 21:46

» Mots-clés :   Alola   Aventure   Humour   Présence de personnages du jeu vidéo

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Ch.2 : Welcome aboard
« Et donc apparemment, cette année il y a un nouveau type d'affrontement, où les Pokémon doivent défendre leur dresseur.

— Ouais je vois. Donc on doit te protéger, c'est ça ? Y'a vraiment que nous pour faire le sale boulot.

Notre route à Keunotor, Flamiaou et moi venait de commencer, même si honnêtement ça ne m'arrangeait pas vraiment... Pourtant c'était amusant de voir à quel point le chat arrivait, peu à peu, à me donner envie d'y participer, voire de gagner. Je dis bien l'ENVIE, parce que au-delà du psychologique, notre équipe restait la même.

Il devait être seize heures quand nous montâmes sur le bateau, depuis le port d’Ekeke. Je n'ai même pas cherché à savoir comment ce foutu rafiot s'appelait, car franchement je m'en cognais pas mal. En ce qui concernait l'état moral du groupe, c'était très simple. On avait moi, blasé de tout, et dont le seul but dans la vie était, à l'heure actuelle, d'aller me reposer dans ma cabine. Venait ensuite Keunotor, certainement le plus heureux. Vous vous souvenez, quand j'ai disais qu'il avait des étoiles dans les yeux, un peu plus tôt ? Et bah ce n'était ABSOLUMENT rien, comparé à cet instant. Ce n’étaient même plus des étoiles, maintenant, mais carrément des phares qu'il avait. Apparemment, découvrir du paysage lui faisait plaisir. Enfin, le clou du spectacle, le caca sur le gâteau : Flamiaou. Pourquoi ? Avez-vous déjà vu un chat cracheur de flammes dictateur avare ? Moi oui, et j'étais actuellement en train de discuter avec lui. Pour vous le dire d'une manière plus compréhensible, les mots qu'il me sortaient le plus souvent étaient « récompense » ou « un milliard ». Bon le dernier c'est pas un seul mot, mais vous m'avez compris. Ensuite, chaque fois que je me plaignais, il me menaçait. Vous connaissez, les régimes totalitaires ? Moi aussi, je viens de découvrir en direct.

— Oui, c'est à vous de faire ça. Et justement, ça m'inquiète un peu...

Il sortit ses griffes. Et sérieusement... Con de moi.

« Mesdames et messieurs, ladies and gentlemen, I'm your capitaine de bord, and I invite you to rejoindre your cabines for the départ. Thank you and good voyage. »

Kwa ? Ou plutôt, WTF ?! C'est quoi ce capitaine au juste, à parler deux langues différentes ? Franchement, il ne m'inspirait pas confiance, lui. Encore une raison pour rester chez moi.

— KEUNOTOR ! se mit à crier Flamiaou. (le castor s'approcha) Viens là, on va aller s'entraîner, tous les trois. Dans un bateau comme ça, y'a forcément un terrain.

— S'entraîner à quoi ? je demandai. Il nous faudrait un adversaire et j'ai pas trop envie d'affronter quelqu'un, là... Enfin avec d'autres Pokémon, peut-être...

— Déjà, il faut que tu voies de quoi nous sommes capables, Keunotor et moi.

De pas grand-chose, je pense. Mais je m’abstins de le de dire, craignant le terrible chat. Je jouai plutôt la carte de la sûreté.

— Eh bien... J'ai Keunotor depuis plusieurs années, donc je connais ses capacités. Entre autres.

— Oui oui, mais si tu fais marcher ta mémoire tu te souviendras que quelques heures plus tôt, il a appris une nouvelle capacité. De plus, tu ne sais pas ce que MOI je sais faire. Et enfin, tu ne sais pas ce qu’ENSEMBLE, nous pouvons faire. Moi non plus, mais ce sera justement l'occasion de découvrir. (il vit que j'hésitais) Bon, si on s'est barrés de chez toi, c'est pas pour faire spectateurs, mais pour gagner, hein READ ? Si tu veux revenir en arrière vas-y, mais j'espère que t'es bon nageur.

Franchement, j'hésitais. Je me noierais, c'est sûr, mais j'avais tellement envie de les laisser ici, ces deux lourds, pour revenir chez moi. D'un autre côté, ma mère ne m'aurait pas ouvert. Ah, elle et ses principes à la con...

« Mesdames et messieurs, ladies and gentlemen, I'm your capitaine de bord, and I tiens à vous dire that nous n'arriverons to destination only demain morning, because we faisons the tour des îles of Alola. Thank you for your compréhension. »

Ah, j'ai oublié de dire quelque chose : je suis malade en bateau :). Et c'est encore pire la nuit. C'est donc dans la joie et la bonne humeur que je me dirigeai vers la balustrade, afin de déverser dans la mer tout le contenu de mon repas du midi. Je vous passe les détails. A côté, Flamiaou soupira.

— Et il se plaint de nous, celui-là... Sérieux, bonhomme, on n’est même pas encore partis.

Il se tenait sur ladite balustrade et me toisait de son air condescendant habituel. Soudain, nous entendîmes un bruit sourd, et le bateau se mit à bouger. Le chat, de là où il était, perdit l'équilibre – par chance, peut-être – et tomba. Dans l'eau. Enfin, par exactement. Pris de panique à l'idée de perdre l'un de mes Pokémon, même si je ne l'apprécie pas vraiment, j'arrêtai de vomir l'espace d'un instant. Mais par chance encore une fois, il s'était accroché à la coque avec ses griffes. Rassuré, je soufflai de soulagement, mais c'est ce moment précis que mon ventre choisit pour refaire des siennes, et je régurgitai admirablement sur la tête de Flamiaou. Voyant la petite bête couverte de liquide visqueux, je me mis à rire.

— ARRETE TES CONNERIES ET REMONTE-MOI ! hurla-t-il.

— J'vais pas te toucher comme ça, t'es tout sale ! ris-je. Va te laver dans la mer, au pire.

— DECONNE PAS, JE SUIS DE TYPE FEU BOULET !

— T'es vraiment pas drôle, soupirai-je.

— MIAAAAAAAOUUUU !

Excédé par l'attitude rabat-joie de mon compagnon, j'allai chercher un bout de ficelle sur lequel il pourrait s'accrocher. J'en trouvai une, justement, longue d'une dizaine de mètres et assez fine. Je la pris autour de mon épaule et revins vers lui.

— Tiens vas-y attrape, lui dis-je en lançant la corde.

Prudemment, il l'attrapa, et y planta ses griffes.

— Bon, par contre tu ne reviens pas ici tant que t'es pas propre. Accroche-toi bien, je vais te plonger doucement dans l'eau.

— Qu... QUOI ?! NON ARRETE ! (ne l'écoutant pas le descendis tranquillement) RED ! RED, FAIS PAS LE CON !

Comme il se rapprochait dangereusement de la surface de la mer, Flamiaou tenta de grimper le long de la corde pour rejoindre le pont. Quant à moi, la longueur qu'il me restait diminuait, et bientôt je n'eus plus de marge.

— Bon, t'as gagné, t'iras pas dans l'eau, lui dis-je. Mais du coup...

Il ne comprit pas. Et c'était normal. Je saisis fermement la corde, et commença à la balancer, afin qu'il prenne de la vitesse.

— TU FAIS QUOI ?! continua-t-il à crier. JE VAIS MOURIR ARRETE !

Finalement, utilisant toute ma force, je le lançai en l'air, en direction du bateau. Lorsqu'il disparut de mon champ de vision, j'entendis un « bong », signe qu'il était arrivé à destination.

— REEEEED, JE VAIS TE TUER !! fit-il, quelques secondes plus tard.

Et merde. Un Flamiaou en colère, je ne pense pas que ce soit une très bonne chose. Surtout CE Flamiaou.

S'ensuivit une longue course-poursuite entre le Pokémon et moi, à travers tout le bateau. Finalement, trop épuisé pour continuer à courir, il me rattrapa et me crama la gueule. Je vous passe une nouvelle fois les détails. Et lorsqu'il fut calmé, nous nous retrouvâmes tous trois, avec Keunotor.

— Bon, fit le chat, comme je disais nous devons dès maintenant nous entraîner. Des objections ?

Nous fîmes non de la tête.

— Bien. Du coup, direction la salle d'entraînement. Comme je l’ai dit il y en a forcément une dans ce tas de ferraille.

N'ayant rien d'autre à ajouter, nous nous mîmes docilement à la recherche de ce mystérieux terrain où nous pourrions nous entraîner. Et tout juste cinq minutes plus tard, nous réussîmes à le localiser, puisqu'il était sur le pont, en fait. Donc à trente mètres de notre position. Quand je vous dis que notre équipe est vraiment la pire au monde. Bref, une fois sur place, je constatai avec une joie sans nom que d'autres dresseurs étaient déjà présents. Arceus soit loué, esquivons cet endroit et allons nous entraîner dans les sous-sols.

— Hé, les morveux ! lança Flamiaou à l'adresse des dresseurs.

J'étais pétrifié. Littéralement, je n'osais même plus respirer. Ils se retournèrent, et dévisagèrent le chat.

— Tu veux quoi, le minou ? ria l'un deux.

Bon, ils avaient pas l'air trop violents au moins, même plutôt sympas je dirais, mais c'était très mal engagé.

— Ça vous dit un combat contre nous ? J'ai envie de vous exploser.

C'est moi qui allait me faire exploser, oui. Qu'importe, je ne pouvais pas rester en retrait à jouer les chochottes. Il fallait que je sois un héros, un vrai, qui n'a peur de rien. Bombant le torse, je m'approchai et vint me placer aux côtés de Flamiaou. Je le dévisageai, puis j’allai à la rencontre des trois dresseurs.

— Euh... E-Excusez-moi... Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de mon Pokémon... Je crois que c'est le fait d'être sur un bateau, il est tout chamboulé.

Un héros, moi ? Bordel.

Le plus proche posa sa main sur mon épaule.

— T'inquiète, mon pote, y'a pas de souci. Mais tu veux quand même un match ?

Oh sérieux, trop de bonté en cet homme. Forcément, je ne pouvais refuser !

— Euh oui, si ça ne te gêne pas... En deux contre deux, sachant que je n'ai que ces deux Pokémon avec moi, ça ira ?

— Niquel, niquel ! me lança-t-il en allant se placer de l'autre côté du terrain.

Les deux autres dresseurs s'écartèrent. J'allais clairement me faire pulvériser.

— FLAMIAOU ! KEUNOTOR ! REUNION STRATEGIQUE ! leur criai-je.

— Ça va, on est à dix mètres, on t’entend ! râla le chat.

Je les rejoignis rapidement, et nous formâmes un cercle. Approximatif, le cercle.

— Bon... Euh... Comme c'est moi le dresseur, c'est à moi de prendre les directives, alors...

— Abrège.

Je réfléchis quelques instants, puis je pris une grande inspiration.

— Alors. Selon les règles du Grand Festa, dans le cas ou plusieurs Pokémon combattent, c'est forcément en même temps. Du coup, ce combat devrait nous permettre de renforcer la cohésion de groupe. J'ai pas l'habitude de faire des combats, loin de là, mais j'ai déjà pu observer mon père le faire. Et il est champion, au passage. Donc, je dois être certain : Keunotor, tu connais comme capacités Charge et Patience ? (il hocha la tête) Et toi Flamiaou, j'ai cru comprendre que tu connaissais Lance-flamme, mais ensuite ?

— Hum... Je maîtrise Combo-griffe il me semble, Morsure, et deux trois attaques de flammes. Y'a de quoi faire avec ça, déjà.

— Parfait. Ça va être un combat de test, on va dire, car il faut que nous établissions des combinaisons. Donc... Prêts ?!

— Oui ! s'exclamèrent-ils.

Pour la première fois depuis bien longtemps, j'étais assuré. Et j'avais assuré, aussi. Peut-être que je m'habituais à mes Pokémon ? Je ne saurais le dire, mais quoi qu'il en soit, j'avais la classe, c'était certain.

Nous nous mîmes donc en place, de notre côté du terrain, et l'autre dresseur fit appel à ses Pokémon.

— Galegon, Vortente, à vous de jouer !

Oui, j'allais clairement me faire pulvériser. Mais j'avais un avantage évident : le type. Contre Vortente, un Pokémon de type Plante, des attaques Feu suffiraient. Toutefois, le danger était Galegon, puisque son double type Acier et Roche supprimait l'efficacité des attaques Feu contre lui. Si je devais réserver chaque Pokémon pour faire un un contre un, ce serait Flamiaou pour Vortente, et je tenterais de jouer tank avec Keunotor contre Galegon. Je grinçai des dents. Est-ce que cette petite bête de vingt kilos pouvait vraiment survivre face à un monstre qui en pesait cent de plus ? Pas le choix, je crois.

— Prêt ? m'adressa le dresseur.

Une petite foule s'était amassée, et un homme s'était désigné pour faire l'arbitre.

— Oui.

— Alors que le combat commence, fit l'autoproclamé arbitre.

Que le lynchage commence, oui ! Qu'importe, je dois tout donner, le tournoi est dans trois semaines !

— Keunotor, utilise Patience et retiens-toi jusqu'à mon signal ! lui adressai-je.

Peut-être lui en demandai-je trop... Dans tous les cas, je n'avais que ça à faire pour le moment.

— Vortente, utilise Fouet Liannes vers Keunotor !

Le bougre, il n’aurait pas pu viser Flamiaou ?! Tant pis, je sais comment le contrer.

— Galegon, attaque Bélier sur sur Flamiaou ! enchaîna mon adversaire.

Il n'aurait pas dû tant se hâter. Mais c'est aussi bien pour moi.

— Keunotor, Flamiaou, tenez-vous prêts ! A mon signal...

Lorsque les Pokémon adverses furent suffisamment prêts, je déclenchai ma stratégie.

— Maintenant, échangez de place !

Cette décision surprit l'autre. En effet, la proximité de mes Pokémon me permettait de les intervertir, pour se retrouver dans le un contre un prévu.

— Flamiaou, Lance-flamme, très vite ! Keunotor, esquive et riposte immédiatement avec Patience !

Tandis que Vortente lançait ses fouets, le chat exécutait son attaque, et l'autre ne put rien faire, repoussé par le feu. De l'autre côté, le castor esquiva tant bien que mal l'attaque Bélier de Galegon, et à peine ftt-il hors de danger qu'il lui asséna un violent coup dans le flanc, là où son armure était la moins épaisse.

— Bien joué ! leur dis-je. Keunotor, replace-toi auprès de Flamiaou.

— Comme si j'allais te laisser faire... Galegon, Griffe Acier !

Mon Pokémon fut touché par l'attaque, n'ayant pas eu le temps d'esquiver, et se prit de lourds dégâts. Il roula sur le sol et bien qu'il ne soit pas encore KO, ce coup l'avait pas mal amoché.

— Galegon, finis-le avec une attaque Écrasement !

Le Pokémon sauta à quelques mètres de hauteur, et chuta en direction de Keunotor. Bon sang... Je pourrais peut-être lui faire exécuter l'attaque Armure, il doit être capable de la maîtriser. Cependant, je n'ai pas le temps. Il me faut agir vite, très vite !

La panique monte en moi, et je me mets à trembler, tandis que la masse d'acier tombe vers mon compagnon au sol.

— Pas le choix, murmura Flamiaou. (il se tourna vers son allié) KEUNOTOR ! ATTAQUE ULTRA-LASER !

— Qu.. Quoi ?! je m'étouffai. Ultra-laser ?!

Et vous savez ce que c'est, le pire ? C'est qu'apparemment, il la connaît, cette compétence. Sérieusement.

La créature au sol releva la tête, bien que sonnée, et commença à se charger d'énergie, tandis que Galegon arrivait sur lui.

— Comme si ton Keunotor pouvait maîtriser une telle attaque, me lança le dresseur.

Je me dis exactement la même chose, ducon !

— DEPECHEEEE !! s'exclama Flamiaou.

A l'instant où le Pokémon Acier s'écrasa sur le castor, il fut atteint par un intense rayon blanc. Tout le bateau trembla, et comme le laser était condensé entre les deux bêtes, il y eut une explosion, puis un violent souffle. Enfin, le Galegon fut projeté par le tir d'une vingtaine de mètres dans les airs, avant de s'écraser au sol, provoquant un bruit sourd. Tout le monde autour resta sans voix, hormis Flamiaou « qui le savait ».

— Je rêve... murmurai-je.

Lorsque la fumée de l'explosion eut disparue, je pus constater que Keunotor était KO. De l'autre côté, malgré le fait qu'il soit mal en point, le Pokémon Armurfer se releva, me faisant de nouveau grincer des dents. Même ça, ce n'était pas suffisant ? Certes, il était blessé, mais le sacrifice de Keunotor se révélait quasi-inutile, maintenant. Flamiaou ne pourrait pas en gérer deux à la fois.

— Je dois t'avouer que je suis assez impressionné, me concéda le dresseur. Jamais je n'avais vu un Pokémon aussi faible utiliser une attaque de cette ampleur. Cependant, ce n'est pas suffisant. Poursuivons le combat. Galegon, utilise Tête de Fer !

La créature fonça sur le chat, la tête brillante.

— Et à l'instant où il sera attaqué, utilise Machouille, Vortente !

Voilà, c'était ça que j'attendais, l'occasion de me débarrasser de cette foutue plante carnivore.

— Flamiaou, je suis désolé. Tu risques de subir quelques dommages, mais tiens bon.

— T'inquiète, bonhomme, me répondit-il. Je te fais confiance.

Ça me faisait chaud au cœur de l'entendre dire ça. J'attendais. J'attendais. C'était insupportable, mais il fallait. Et au moment où Galegon arriva sur mon Pokémon...

— Maintenant, saute... lui criai-je.

Il sauta donc, évitant la Tête de Fer du Pokémon Acier. Mais Vortente fondit sur lui, et le saisit tout entier dans sa gueule.

—... et attaque Lance-flamme à pleine puissance !

Mon adversaire afficha des yeux ronds, comprenant où je souhaitais en venir.

— Vortente, recrache-le vite ! ordonna-t-il désespérément.

Trop tard. Flamiaou prit une grande inspiration, et déversa un torrent de flammes dans la gueule du Pokémon Plante, qui se retrouva fumant, KO.

— Tss... Galegon, Queue de Fer.

Se dégageant de l'emprise de la créature évanouie, il retomba, et ne pouvant rien faire, se prit l'attaque Queue de Fer de plein fouet, qui l'expulsa au loin.

— Flamiaou, non ! m'écriai-je.

— T...Tout va bien, répondit-il en se relevant.

Il était tout de même salement touché, et ses pattes tremblaient.

— Finis-en avec Damoclès, Galegon.

Le Pokémon chargea alors de toute sa vitesse vers mon chat. Bordel, il faut que je trouve quelque chose. Je sais ! Un combo de feu. Sachant qu'il est bien amoché, il doit être en mesure de déclencher son talent Brasier, qui augmente la puissance de ses attaques de ce type.

— Flamiaou, je vais devoir te demander encore un petit effort. Utilise Lance-flamme, avec toute ta puissance ! Et ne t'arrête que quand il est à un mètre de toi !

C'était dangereux, mais ça valait le coup d'essayer. Le petit Pokémon s'exécuta, et cracha autant de feu qu'il pouvait sur l'adversaire, qui ne prenait même pas la peine d'esquiver. Il était affecté, c'était évident, mais pas suffisamment. Aussi, la condition de Flamiaou réduisait la force de ses attaques.

— Et maintenant, saute juste au-dessus et Roue de Feu !

Lorsque Galegon fut à sa portée, il sauta donc, et tourna sur lui-même, entouré de flammes. Malheureusement, ce n'était pas suffisant.

— Encaisse, et finis-en avec Fulmifer, ordonna l'autre.

Fulmifer, une attaque qui inflige l'équivalent de cent cinquante pourcents des dégâts reçus. Je suis dans une mouise intersidérale.

— Tu n'aurais pas dû abattre tes dernières cartes aussi bêtement. Surtout que les dégâts que Galegon a reçu, ce sont ceux depuis le début du match. Ultra-laser compris.

En effet, mon dernier mouvement n'était pas suffisamment réfléchi. Je n'ai fait que dépenser les dernières forces de Flamiaou. Il était peu probable que mon Pokémon puisse résister à une attaque suplémentaire.

— J'abandonne ! déclarai-je.

— Galegon, stop !

L'arbitre siffla, et le chat retomba sur ses pattes, avant de s'écrouler. Il était KO, malgré le fait qu'il n'ait pas subi l'attaque Fulmifer.

— Le vainqueur est Galegon ! indiqua l'arbitre, ne connaissant pas le nom des dresseurs.

A ma droite, Keunotor gisait sur le dos. Devant moi, c'était Flamiaou, sur le ventre. L'autre s'approcha de moi, et me tendit la main.

— C'était un magnifique combat, me dit-il. Enchanté, je suis Vincent.

J'avais perdu, indéniablement. Je m'y attendais, mais il faut dire que tout ne s'est pas passé comme je pensais Vous avez géré, les gars.

— Enchanté, moi c'est Red.

— Red ? C'est pas commun comme nom, ça !

Je souris. Pourquoi n'ai-je pas dit Read ? Peut-être que j'étais fier de l'exploit que je venais d'accomplir.

— En effet, répondis-je, nous ne sommes que deux à le porter.

Il sourit à son tour.

— Amène tes Pokémon se faire soigner au centre, il y en a un juste en-dessous. (il tourna les talons) J'espère que nous nous reverrons.

— Tu vas au Grand Festa ? m'écriai-je.

— Oui, mais d'abord je passe rendre visite à ma grand-mère. Si toi aussi, alors nous nous y retrouverons sûrement. En tout cas, je suis content d'avoir affronté un dresseur de ton niveau.

[MUSIQUE FIN]

De mon niveau ? Je me demande ce qu'il dirait s'il apprenait que c'est mon premier vrai combat. Enfin bref, je ramenai Keunotor dans sa ball et allai chercher Flamiaou. Autour, la foule s'éloignait petit à petit, me laissant seul. Je soupirai. Pourquoi ? Alors là, aucune idée. J'avais juste envie de soupirer, comme cela m'apparaissait normal dans cette situation. Et aussi parce qu’on arrivait le lendemain... Ce combat avait fait monter en moi l'adrénaline que je n'avais jamais connue, et... Merde, faut que j'aille les faire soigner, on réfléchira après !

Bon voilà, je me retrouvais à poireauter, assis à une table du centre Pokémon, tandis que mes compagnons étaient traités dans une des salles au fond. Donc je disais que peu à peu, je ressentais l'envie de participer au Grand Festa. Je ne dis pas que ça m'excite au point de pas en dormir la nuit, sachant que je n'ai pas encore dormi en ayant cette idée en tête, puisque c'est notre premier jour de voyage et bordel cette phrase va être épiquement longue – oui ce mot n'existe pas, mais rien ne m'empêche de foutre le mot EPIQUE et de le transformer en adverbe –, mais tout de même ça devient intéressant. Oui oui, relisez-là quatre fois pour bien comprendre. Moi-même je suis pas sûr que ce soit encore français, donc je ne relève pas les yeux.

Breeeeef, une – ou deux – petite heure plus tard, l'infirmière Joëlle, munie de ses cheveux rose bonbon dégueulasses et accompagnée de son fat Leveinard, me ramenait la Pokéball contenant mon stupide castor ainsi que le f*ckin' camionneur.

— Alors, la forme, fillette ? m'adressa-t-il.

— Et toi, mieux que tout à l'heure ? lui rétorquai-je.

— Franchement, je t'ai trouvé assez impressionnant, quand tu nous guidais pour le combat. Ça change de d'habitude.

Il m'ignore complètement, l'enfoiré. Ah et aussi : « d'habitude » ?! On se connaît depuis six heures, pour rappel. Bref, il ne faut pas que je m'énerve, c'est censé être une scène agréable.

— Malheureusement, poursuivit-il, on a perdu. On manque encore d'entraînement.

Meeeeeerciii, Captain Obvious, pour ton précieux commentaire ! Qu'il est con ce chat, parfois.

— Oui mais pour un premier combat et contre un adversaire plus puissant, on s'est pas mal débrouillés. Et d'ailleurs, je n’ai pas compris, pour le coup du Ultra-laser... C'est toi qui lui a appris ?

Ma remarque semblait drôle, puisqu'il se mit à rire.

— Moi ? Et quand ça ? Je lui ai appris juste Patience, rien d'autre. Non, pour Ultra-laser, j'ai tenté le tout pour le tout. Ce Pokémon est con comme ses pieds, donc y'a pas de raison qu'il puisse pas maîtriser TOUTES les capacités. Fin c'est ma logique, quoi. Et encore, j'avais prévu de le faire utiliser Spatio-Rift, mais j'étais moins convaincu que ça allait marcher. Il faut plus d'entraînement.

Et il disait ça le plus naturellement du monde, comme si pour lui, c'était évident qu'un putain de Keunotor puisse maîtriser ce genre de capacités. Son raisonnement ne tenait pas la route mais pourtant, je commençais à me demander s'il n’avait pas raison...

— Bon... dis-je. En tout cas, ce combat m'a épuisé, que dirais-tu d'aller faire une petite sieste ? »

Il hocha la tête. Enfin ! On était sur la même longueur d'ondes. La journée avait été chargée en émotions, et je n'avais qu'une envie, c'était de m'endormir et me réveiller le lendemain matin à Albarosa. Tiens, j'ai oublié de vomir, pendant le combat. Va falloir rattraper ça pendant la nuit.