Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 21/01/2018 à 09:21
» Dernière mise à jour le 21/01/2018 à 09:21

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 345 : La Fédération des Alliances Libres
15 aout 2019. En ce jour, la capitale de Johto, Doublonville, était temporairement devenue la ville que le monde entier observait. Elle était totalement bouclée de A à Z, avec toutes les défenses que la Confédération Libre avait pu poster. L’espace aérien était aussi fermé, et même l’espace souterrain, protégé par des centaines de Pokemon Sol. La raison était très simple : Doublonville était aujourd’hui le point de rassemblement de plusieurs Chefs d’Etat de la planète et de leurs délégations. Les avions et autre transports militaires volaient en tout sens au dessus de la ville dans ce ballet d’allées et venues. Toute la ville était en effervescence, les gens se bousculaient, les véhicules bloquaient le passage.

À contrario, la place centrale de la ville devant la haute tour qui la surplombait était étrangement calme, comme si le temps s’y était arrêté. C’était là, à l’air libre, que devait se tenir la cérémonie de signature du Traité Constituant de la Fédération des Alliances Libres. Des journalistes du monde entier étaient présents pour retransmettre ce moment historique partout et en temps réel. C’était après tout la première fois, dans l’histoire du monde, qu’un tel pays né de l’alliance de tant de nations différentes allait voir le jour. Selon certain commentateurs, c’était là l’apogée de la Guerre Mondiale, ce pourquoi elle a dû éclater. Et parmi la foule de journalistes qui suivaient l’évènement, il y avait le duo phare Vurlin-Mogasus, célèbres pour avoir longuement suivi la X-Squad.

- Hemmmmmmmm… bonjour. Bonjour, ici Gelard Vurlin. Bienvenue, bienvenue sur la CTL. CTL pour Confed-Télé-Libre, oui, oui. Hemmmmmmmm… Du coup, en ce jour historique, ma chère Travili, va falloir peut-être songer à changer le nom de la chaîne ? Je vous pose la question !

- En effet Gelard, répondit la caméraman. La Confédération Libre, qui était une alliance militaire, devient la Fédération des Alliances Libres, un pays à part entière. Sans doute faudra-t-il renommer notre Confed-Télé-Libre en… Fed-Télé-Libre ?

- Fed-Télé-Libre… Oui, oui, c’est un nom tout à fait pertinent et recherché, hemmmm… Éclairons un peu nos téléspectateurs : qui pouvons-nous voir devant nous comme personnages importants ?

- Eh bien, vous voyez à ma droite une partie de la délégation d’Unys. Le président Tromps est accompagné, comme vous le voyez, de son célèbre Argouste domestique. Je distingue plus loin l’ancien maître Pokémon Balterik de Naya, récemment porté au pouvoir par le peuple après la guerre civile d’il y a plus d’un an. C’est au final onze pays différents qui signeront aujourd’hui la Charte d’appartenance à la Fédération des Alliances Libres.

- Onze pays, oui oui, confirma Lurvin. Je lis sur ma fiche qui est là que les pays en question sont Unys, Kalos, Rhode, Naya, Sinnoh, la République de Bakan, Hoenn, Almia, Holon et Filnadi. Bien sûr, je le savais, je n’avais pas de besoin de fiche. Ces onze états souverains vont donc en quelque sorte fusionner en un super-état fédéral, mais tout en conservant chacun leur identité et leurs pouvoirs décisionnaires locaux. C’est bien cela, ma chère Travili ?

- Tout à fait Gelard. Et à ces onze pays, il ne faut pas oublier ceux qui ont décidé de ne pas faire partie de la FAL tout en demeurant ses alliés, à savoir Fiore, l’Ordre Gueridias et le Royaume de Cinhol. Et, tout aussi surprenant, il est à noter dans la FAL la présence d’une ancienne organisation illégale et criminelle : la Team Rocket.

- Oui, oui, hemmmmmmmm… La Team Rocket. Cela peut surprendre nos téléspectateurs, car l’histoire récente de la Team Rocket est assez chaotique. Pouvez-vous les éclairer, Travili ?

- Naturellement. La Team Rocket a été créée en 1960, et jusqu’à récemment était considérée comme une organisation mafieuse infréquentable par la quasi-totalité des gouvernements du monde. Mais fin 2016, elle gagne la guerre contre les Dignitaires de Kanto, et établi un Protectorat dans la région. L’année suivante a vu la montée en puissance de Lady Venamia, et son accession au poste de Chef d’Etat du Protectorat. Elle a conquis dans la foulée Johto, et a remplacé le Protectorat de Kanto par le Grand Empire de Johkan. C’est la fin officielle de la Team Rocket. Mais Estelle Chen, fille de l’ancien Boss Giovanni, a fait sécession avec Venamia et a recréé une autre Team Rocket avec plusieurs de ses partisans. Cette nouvelle Team s’est alliée à la Confédération Libre d’Erend Igeus et est devenue l’une de ses forces incontournables, notamment par le biais de l’unité X-Squad que nous avions beaucoup suivi. Toute la question est de savoir qu’elle sera donc la place de la Team Rocket dans la nouvelle Fédération des Alliances Libres.

- Réponse dans quelque instants, car je vois que les choses commencent à bouger sur la tribune. Merci, chère Travili, pour ce résumé très instructif, oui, oui. Surtout, ne bougez pas, chers téléspectateurs, et ne changez pas de chaîne. Vous assistez en direct à la naissance du plus grand pays du monde, et ceci sur CTL… euh je veux dire sur FTL, Fed-Télé-Libre, hemmmmmmm.

Partout dans Doublonville, les écrans géants de retransmission s’allumèrent, dont celui installé sur la grande tour, juste au dessus de la tribune officielle. Les personnalités politiques prirent place une à une, et les hautes figures de la Confédération, dont la X-Squad, se mirent en rang devant l’entrée de la tour, d’où devaient sortir d’un instant à l’autre la Reine Eryl et le Haut Conseiller Wasdens. La flotte de la Confédération, elle, attendait en vol stationnaire en haut de la capitale, autant pour la protéger que pour l’image.

Si le monde entier avait les yeux rivés sur Doublonville, il n’en allait pas autrement pour Veframia. Vilius, assis à la table des réunions stratégiques aux cotés de Julian, regardait lui aussi cette cérémonie. Quelques hauts gradés et membres de la GSR étaient avec eux, dont Esliard qui grimaçait à chaque fois que sa vieille rivale journaliste Travili Mogasus prenait la parole pour des commentaires. Vilius avait fait aussi diffuser la retransmission sur tous les écrans de la ville. Officiellement, c’était pour que les fidèles soldats du Grand Empire voient qui étaient leurs ennemis, et à l’écoute de cet argument, la GSR n’avait pas protesté. Mais le but premier de Vilius était bien sûr de montrer à tous les citoyens la nouvelle voie qui s’ouvrait à eux, s’ils voulaient bien l’emprunter.

- Tout ceci n’est qu’une vulgaire mascarade, grommela le Généralissime Krova. L’alliance militaire qu’était la Confédération fonctionnait parce qu’ils avaient un ennemi commun : nous. Mais ils pensent réellement pouvoir fonder un pays unique en s’assemblant tous ? Les divisions politiques vont vite se faire ressentir, et surtout les tensions liées à la puissance militaire de chacun !

- Non, en réalité, il y a un moyen pour qu’ils acceptent de s’unir sans crainte les uns aux autres, fit Vilius. À voir si la Reine Eryl et Wasdens ont été assez intelligents pour y songer.

Et Vilius le souhaitait. Il n’était pas dans le secret concernant le contenu de la Charte, car Estelle ne lui avait rien dit, mais il n’était pas un novice en politique. Il fallait un dénominateur commun impartial à tous ces pays qui voulaient remettre une partie de leur souveraineté à une instance supérieure. En clair, Eryl avait tout intérêt à mettre chaque pays sur un pied d’égalité. Car il était clair qu’une petite région comme Holon serait inexistante face à la puissance que représentait Unys par exemple.

La Reine Eryl fit par apparaître sous les acclamations et les flash d’appareils photos, avec comme prévu, son fidèle Silvestre Wasdens à ses cotés. C’était lui le concepteur de la Charte, et nul doute qu’il allait être une des têtes pensantes de ce nouveau pays. Quand Eryl arriva sur la grande estrade installée juste au dessous de la tour, le symbole de la FAL, cet espèce de Lakmécygne entouré de onze étoiles bleues, apparut sur l’écran géant. Les diverses délégations, qui s’étaient levées pour l’accueillir, se rassirent d’un seul mouvement quand elle monta sur le pupitre pour prendre la parole.

- Aujourd’hui, les peuples ont décidé de s’unir pour prendre leur destin en main, commença-t-elle d’une voix forte et assurée. Les peuples ont décidé de s’unir contre la tyrannie et la corruption, et surtout pour la paix. La Confédération Libre était une alliance d’idéaux pour lutter contre l’idéologie nauséabonde que véhiculait le Grand Empire à travers le monde. Il est venu le temps pour ses membres de transformer ces idéaux en quelque chose de bien plus grand qu’eux, quelque chose de bien plus grand que les pays même qui composaient la Confédération. Nous nous reconnaissons en la justice. Nous nous reconnaissons en la démocratie. Nous nous reconnaissons en la liberté, et nous avons choisi l’innocence comme croyance commune. Nous sommes donc plus que des peuples divers qui ont fait une alliance temporaire. Nous sommes un seul peuple, fort de ses différences. Ce qui nous uni est plus fort que ce qui nous sépare, et séparés, nous ne le serons plus. Plus maintenant. Mesdames, messiers et Pokemon, aujourd’hui, la Confédération Libre devient la Fédération des Alliances Libres. Aujourd’hui, nous sommes un pays, uni et indivisible.

L’assemblée et tout le public derrière fondirent en applaudissement, après quoi Silvestre Wasdens prit la parole.

- Je vais exposer les 17 articles fondateurs de la Fédération des Alliances Libres, tels qu’ils ont été établis lors des négociations entre les différentes délégations. Au terme de cette lecture, les onze Chef d’Etats devront les approuver à l’unanimité, ce qui scellera la procédure de création de notre nouvelle nation. Article Premier : la Fédération des Alliances Libres, ou FAL en abrégé, est un état fédéral, qui rassemblent tous les pays qui se reconnaissent dans ses valeurs et qui accepteront de signer la Charte d’adhésion. L’appartenance d’une nation à la FAL est libre, et soumise au vote des pays membres. Sa sortie est tout aussi libre, et de la seule volonté du pays concerné.

Wasdens rajusta ses lunettes sur son nez, regarda un moment l’assemblée, et poursuivit :

- Article 2 : Tous les pays membres de la FAL manifestent leur attachement à la démocratie, aux droits de l’homme et du Pokemon, et à la recherche, en toute circonstance, de la paix dans le monde. Article 3 : Le pouvoir exécutif de la FAL sera exercé par un Haut Conseil de six membres élus à la majorité par les différents Chefs d’Etat des pays membres. La Reine Eryl Sybel, reconnue par tous comme garante de la paix et de l’innocence, siègera comme membre permanente. Le pouvoir législatif sera quant à lui exercé par un Parlement dont les membres seront élus dans chaque pays-membre, et donc le nombre sera proportionnel à la population desdits pays. Article 4...

À Veframia, au même moment, Vilius ricana ostensiblement :

- Le pays n’est pas encore créé qu’il y a déjà un gros couac dans la démocratie. Leur règle de nommer les membres de leur Parlement proportionnellement à la population de chaque pays-membres atteste déjà de la future domination des « grands pays » par rapport aux petits. Une région comme Unys pourrait avoir une centaine de députés, tandis qu’une minuscule comme Almia pourrait se retrouver avec une vingtaine seulement.

- Moi je trouve ça normal, renchérit D-Zoroark. Ce sont les plus forts qui l’emportent. C’est la loi de la nature.

- Ah mais j’ai jamais dit que je n’approuvais pas. Mais c’est bien loin des bons sentiments d’égalité et de démocratie parfaite dont nous bassinait Eryl.

Vilius n’imaginait pas toutefois que cette idée venait de la reine elle-même. C’était trop subtil, et ça démontrait un plan à long terme, une brèche à utiliser pour gouverner le tout de façon légale. Ça devait donc être signé Erend Igeus, à l’époque où il était encore avec la Confédération. Sans doute avait-il décidé de ça pour permettre au Grand Empire, une fois intégré à la FAL, d’avoir plus de députés que tous les autres pays-membres réunis, et ainsi permettre à Julian - et donc à Erend qui le contrôlerait dans l’ombre - de décider de tout à lui seul. Malin, le bougre…

Au lieu de la cérémonie, alors que Wasdens continuait d’énoncer ses articles sous l’œil attentif des caméras, le général Tender, debout avec les autres officiers de la Team Rocket, glissa un mot à l’oreille de sa boss.

- Vous savez qui seront ces six « Hauts Conseillers », madame ?

Sans quitter des yeux Wasdens, Estelle répondit :

- Ils devront être élus par les onze dirigeants des pays membres, sous leurs propositions. Donc on ne peut être sûr de rien. Mais la reine leur a déjà proposé quelques noms aves ses vives recommandations, sourit-elle à demi.

- Wasdens en sera donc, conclut Tender.

- Cela va de soi. Mon grand-père, le professeur Chen, est quasi sûr d’y siéger aussi. C’est un homme sage et connu dans le monde entier qui fait l’unanimité. Et le nom d’Adélie Dialine revient aussi, vu qu’elle est la chef d’un groupe de guerriers surnaturels censés être neutres et œuvrer pour l’harmonie dans le monde. Il nous faudrait au moins un Pokemon également ; à voir si Mewtwo accepte, bien que je le vois difficilement faire de la politique.

- Et le général Lance ? Et vous ?

- Le général Lance, ce n’est pas possible. C’est un G-Man, qui plus est le Grand Maître de l’Ordre. Il se doit de rester neutre politiquement, et ne peut pas être l’un des dirigeants d’un pays. Quant à moi, ce ne serait pas une bonne idée. Après Venamia, le peuple n’a pas envie de revoir quelqu’un au R rouge dans les hautes sphères du pouvoir. Mais nous aurons quand même un rôle, Hegan, et pas des moindres. Ça va être bientôt annoncé.

Wasdens continua d’énoncer à la suite ses articles, qui pour la plupart étaient assez techniques et relevaient du fonctionnement des institutions de la FAL. L’attention commença peu à peu à se dissiper, quand enfin, Wasdens lâcha une bombe :

- Article 16 : comme l’aspiration première de la FAL est la paix à n’importe quel prix, tous ses pays-membres devront renoncer à posséder une force militaire, quel qu’elle soit.

Là pour le coup, cet article provoqua pas mal de réactions, que ce soit parmi la foule, les journalistes, et plus largement partout dans le monde. À Veframia, dans la salle de réunion du Palais Suprême, les dirigeants du Grand Empire n’en crurent pas leurs oreilles.

- Renoncer à son armée ? Répéta Lucian Weiss, l’ancien Agent 007. Quelle est donc cette folie ?

Vilius arborait un sourire attendu.

- Ce n’est pas une folie, Weiss. C’était ce moyen dont je vous parlais pour que l’union de tous ces états fonctionnent. La suppression de toute puissance militaire nationale, pour que tous les pays-membres soient égaux. L’armée sera donc assurée par le nouveau gouvernement fédéral, qui prendra seul les décisions en la matière.

- Mais quelle armée au juste ? Demanda Krova. Sans les différentes forces militaires venues de tous les pays alliés, la Confédération n’était rien !

- Vous croyez ? Alors écoutez bien. Il reste un article, et s’il n’est pas celui à quoi je pense, je me rase le crâne.

Sous les yeux du monde entier, Silvestre Wasdens dévoila son dernier article.

- Article 17 : la Team Rocket constituera la seule force armée autorisée au sein de la FAL, pour protéger au besoin n’importe quel pays-membres, ou être déployée à la demande du Haut Conseil contre un état considéré comme un ennemi de la paix.

Cette mesure suscita encore plus d’étonnement partout dans le monde que la dernière. La Team Rocket, seule armée de la FAL ? Déjà, on craignait qu’elle ne tente de prendre le pouvoir, comme Venamia en son temps. Mais là, c’était différent, disait les autres. Venamia avait pris le pouvoir sur le terrain politique. Si là la Team Rocket n’avait aucun pouvoir politique, se contentant de suivre les ordres du Haut Conseil… Oui, ça pouvait fonctionner. Au final, la structure de la FAL était assez simpliste, mais équilibrée et globalement neutre.

- Madame Estelle Chen, reprit Wasdens avec un regard complice à l’adresse de son amie, commandante de la Team Rocket, acceptez-vous cette tâche ?

Estelle s’avança, pris un micro et déclara :

- La Team Rocket, organisation politiquement neutre et ne dépendant d’aucun des états-membres, l’accepte. En échange de subventions nécessaires, elle suivra à la lettre les ordres du Haut Conseil, et sera le bouclier de chacun des pays composant la FAL.

Et ce moment fut pour Estelle Chen l’aboutissement de toute une vie, l’idéal qu’elle avait espéré depuis toujours. La Team Rocket était enfin devenue une organisation officielle, légale et gouvernementale. Elle put difficilement retenir ses larmes. Wasdens acquiesça gravement, et céda à nouveau la place à la reine Eryl, qui s’adressa aux onze chefs d’Etat assis au premier rang.

- Vous avez entendu les 17 articles constituants de la FAL. Mesdames messieurs les dirigeants des onze pays-membres, acceptez-vous toujours de ratifier la Charte d’adhésion à la Fédération des Alliances Libres ?

Sans un mot, les onze dirigeants se levèrent comme un seul homme, sous les applaudissements de l’assemblée. Bien que ce fut convenu, Eryl se permit quand même un sourire.

- Alors, moi, Eryl Sybel, reine de la Confédération Libre, ait l’honneur de déclarer, en cet instant, la naissance officielle de la Fédération des Alliances Libres.

Tout le monde applaudit et poussa des vivats. Mais Eryl n’en avait pas fini. Elle leva la main pour réclamer le silence, et ajouta :

- Bien que le Haut Conseil n’ait pas encore été créé, les dirigeants des pays-membres et moi-même avons déjà pris une décision. Ce sera le premier acte de la FAL, sa première résolution. Bien qu’extrêmement affaibli par la disparition de sa Dirigeante Suprême, le Grand Empire de Johkan poursuit ses actions d’intimidations et d’oppressions. Il occupe actuellement injustement l’état souverain de Lunaris, et tient en otage le prince héritier légitime, Julian oc Lunaris. Le prince Julian était un ami et un allié de la Confédération, et il est donc tout cela pour la FAL. Le Grand Empire aura à répondre de ses actes criminels, et ses dirigeants seront jugés. Le prince Julian décidera librement la voie dans laquelle il veut amener son peuple de Lunaris. Pour toutes ces raisons, la FAL a décidé d’envoyer toutes ses forces à Veframia, pour y secourir le prince de Lunaris, l’aider à recouvrer son trône légitime, et mettre enfin à bas le régime mortifère d’un état criminel qui n’aura entraîné que la guerre, la corruption et la mort !

La reine Eryl leva le bras vers l’Est, en direction de Kanto, dans une posture guerrière, et l’assistance redoubla d’applaudissements, et même de cris d’assentiments. On entendit même les premiers « VIVE LA FAL ! VIVE LA LIBERTE ! », et les différents journalistes de la chaîne prirent grand plaisir à montrer cette foule dans tous les sens. Au Palais Suprême, Vilius se serait joint volontiers à ces cris. Il coula un regard à Julian à coté de lui. Ce sera bientôt fini, mon prince. Ils arrivent, enfin. Ce cauchemar sera fini ! Mais alors, l’écran se mit comme à grésiller. Il y eut des parasites, et le son se captait de moins en moins.

Vilius crut à un problème de leur propre écran, mais en réalité, c’était tous les écrans qui transmettaient cela qui étaient touchés. Tous ceux de Doublonville, particulièrement celui posé sur la Tour. La chaîne avait visiblement un problème. Ça craignait un peu pour une cérémonie de ce genre, mais au moins était-elle terminée. Mais alors que tout le monde se disait que ça devait être un bug sans importance, les écrans revinrent à la vie, et affichèrent tous la même chose : une femme en uniforme militaire noir, avec une cape bleue sombre, de longs cheveux lilas et des yeux vairons ; un gris glacial, et un autre d’un rouge effrayant.

- Eryl Sybel.

Tous les gens assistant à la cérémonie frémirent de peur, certains sursautèrent, d’autre même se mirent à crier d’effroi. Eryl se retourna quand elle entendit son nom et regarda l’écran géant au dessus d’elle avec ébahissement. Les chefs d’Etat des pays membres se levèrent de leur chaise comme s’ils avaient reçu un choc électrique. Partout dans le monde, les gens virent cette apparition dans leur télé, leur smartphone, leur ordinateur ou leur tablette. Vilius se leva de son siège malgré lui, les bras tremblants, le visage congestionné par le déni. Non, c’est pas vrai… Pas maintenant… PAS MAINTENANT ! Mais il n’y avait pas lieu d’hésiter ou de nier l’évidence : Lady Venamia était de retour.

- Par les dieux, c’est la Dirigeante Suprême ! S’exclama le Généralissime Krova.

S’il était heureux et soulagé, ce n’était rien face à la joie d’Esliard qui sauta de sa chaise et se mit à faire des bonds dans la salle en hurlant son bonheur. Julian lui, qui paraissait ne pas en croire ses yeux, semblaient hésiter entre la joie et l’inquiétude. À Doublonville, les journalistes et assistants techniques couraient dans tous les sens, tentant de voir d’où venait le piratage de leur canal, essayant sans succès de couper le réseau ou d’éteindre les écrans. Galatea, dans les rangs de la Team Rocket, serra les poings en voyant le visage de sa sœur aînée, qui n’était plus apparu depuis des mois. Elle semblait un peu plus vieille, ou du moins, plus fatiguée. On pouvait voir des rides sous les yeux. Mais ses yeux brillaient de la même lueur flamboyante et sans pitié qu’avant. C’était bien Lady Venamia.

- Eryl Sybel, j’observais ton petit numéro de loin, et je me suis sentis obligée d’intervenir, reprit Lady Venamia à l’écran. Très ingénieuse, cette Charte que tu as mise au point. Elle a un avantage très net : elle clarifie la situation comme jamais. Désormais, il y a deux camps qui se partagent le monde : ta toute nouvelle Fédération des Alliances Libres, et mon Grand Empire de Johkan. Le vainqueur remportera tout, et le perdant perdra tout. Ainsi soit-il. C’est là tout l’intérêt de la guerre, n’est-ce pas ?

Son sourire sinistre et son œil rubicond affichés dans tous les écrans de la ville donnèrent l’impression aux spectateurs et aux habitants que Venamia s’adressait directement à eux, en leur promettant l’enfer pour l’avoir trahie. Eryl fut même surprise à reculer de quelque pas de l’écran de la Tour Centrale.

- Tu comptes venir t’emparer de Veframia ? À la bonne heure. Je t’y attendrai. Tu veux me prendre ma ville, mon empire et mon fils ? Sache que je suis revenue, et que ça ne se passera pas pour toi aussi facilement que ces derniers mois. Tu veux Kanto ? Ne t’inquiète pas, je te le laisse. J’appelle tous mes fidèles partisans, et tous les civils qui veulent continuer à vivre dans un pays fort où règne l’autorité et l’ordre à me rejoindre à Veframia, où qu’ils soient en ce moment. Nous redémarrerons tout de là-bas, et nous reprendrons tous ce qu’on nous a volé peu à peu. Notre glorieuse nation imposera sa marque sur le monde et traversera les siècles. Longue vie au Grand Empire de Johkan !

À ce cri de la Dirigeante Suprême suivirent tous ceux qui, principalement à Kanto, attendaient son retour avec impatience. Tous les partisans du Grand Empire, remotivés après l’apparition surprise de leur charismatique dirigeante, sortirent de leur dépression et hurlèrent ce même cri à l’unisson. Dans la salle de réunion du Palais Suprême, tous les GSR présents firent le célèbre salut à Venamia en reprenant cette phrase. Partout dans la capitale résonnèrent des « Longue vie au Grand Empire de Johkan ». Encore sonnée mais ne voulant pas laisser à son ennemie le luxe d’avoir le dernier mot, Eryl, comme en un geste de défi, leva le poing et cria :

- Que vive la Fédération des Alliances Libres !

Cri qui fut reprit en chœur pendant plusieurs minutes par tous les participants à la cérémonie, et tous ceux qui, un peu partout dans le monde, désiraient la défaite du Grand Empire. Tandis qu’à Veframia, les « Longue vie au Grand Empire de Johkan » résonnaient en boucle, à Doublonville, c’était les « Que vive la Fédération des Alliances Libres ». Les deux capitales de Johkan étaient en train de se défier au même instant dans un duel de voix, fracturant plus que jamais cette région déjà pas mal cicatrisée. Et le monde, abasourdi par ce qui était en train de se passer en direct, retenait son souffle. Même jusqu’à ces quatre petites îles éloignées de la région Alola, où, dans un magasin abandonné, neufs individus habillés de costumes noirs regardaient comme tout le monde la retransmission télévisée. Au bout d’un moment, l’un d’entre eux, qui tenait une épée, se leva et dit :

- On y va.