Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

R. de Deadlier



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Deadlier - Voir le profil
» Créé le 20/10/2017 à 16:41
» Dernière mise à jour le 26/01/2018 à 18:51

» Mots-clés :   Action   Alola   Aventure   Organisation criminelle   Présence de personnages du jeu vidéo

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Lettre 3 : Stoppons la dévastation
Mon fils,

Voici la troisième partie de mon histoire. Le moment tant attendu, autant je l’espère par toi que par moi lorsque je l’ai vécu. Le moment où j’allais casser du déchet d’Alola. Ces abrutis qui m’avaient provoqués et m’avaient fait perdre mon superbe couvre-chef fait main et sur mesure. C'est avec la même application que j’allais leur infliger une correction tout aussi artisanale.

- Je répète. Lequel d’entre vous a eu les couilles ? insistai-je.

J’ai toujours détesté les tuteurs et les professeurs. Toi-même, je t’ai laissé apprendre et grandir seul, tout comme je l’ai moi-même fait. C’est ainsi qu’on se forge, dans l’adversité. On grandit en se frottant au monde et on en tire ses convictions. Et ce jour-là, j’avais décidé, pour une fois, d’apprendre quelque chose à deux ratés. Ou plutôt deux choses pour être exact. Le respect et la notion de grosse raclée mémorable.

Vu qu’aucun des deux n’osait me répondre, je m’avançai vers eux. Je vis à leurs pieds un Tadmorv, un Pokémon qui leur allait si bien songeais-je sur l’instant. Je ne pris même pas le temps de remarquer qu’il était bien plus coloré que nos Tadmorv de Kanto, car ça n’avait aucune importance sur le moment.

Même si je n’avais pas encore appelé Nidoking, ils savaient qu’ils étaient dans le pétrin. Plus j’avançai et plus ils reculaient, jusqu’à se retrouver bloqués par le mur du bâtiment derrière eux. Je suis certain que jamais ils n’avaient autant souhaité être des Pokémon de type Spectre.

- Oush m’sieur, faut se calmer. C’était pour rigoler, tu vois l’genre non ? tenta un des deux.

- Vous n’êtes que des déchets. Et il est temps que je vous apprenne votre place dans la chaîne alimentaire.

J’appelai Nidoking tout en les fusillant du regard. Ils n’allaient plus en avoir pour longtemps. Mon fidèle Pokémon approcha et dégagea leur ridicule petit Tadmorv d’un coup de queue, ce dernier ayant tenté de protéger ses dresseurs. Le Tadmorv vola loin avant de retomber dans l’océan. Sache que si jamais tu te posais la question, un Tadmorv ne flotte pas et est un piètre nageur. J’en ai maintenant fait l’expérience de visu. Et c’était instructif. Car ils n’allaient pas tarder à suivre.

- La…la chaine alimentaire ? bégaya celui qui devait être le propriétaire du Tadmorv.

- Voici comment fonctionne la chaîne alimentaire. Il y a d’abord vous. Puis vient l’herbe, les Rattata dans l’herbe, mon chapeau, les dresseurs d’élite et enfin moi-même. Des questions ?

- Euh, je… commença le deuxième type.

Mais avant qu’il n’ait pu finir sa phrase, j’intimai à Nidoking de lui octroyer une réponse aussi anticipée que fulgurante et douloureuse. Il le chargea contre le mur, et le piétina avec violence, avant de l’envoyer rouler dans les poubelles qui traînaient aux alentours. Il avait choisi le lieu de vie parfait pour ce déchet. Je ne pu retenir un sourire en voyant son sang qui repeignait désormais le mur de l’embarcadère, jusqu’aux poubelles où il reposait désormais. Les éboueurs auraient une sacrée surprise le lendemain matin. Je l’entendais encore vaguement gémir mais il ne bougeait plus, ou presque plus. S’il se remettait de ce coup là, je crois qu’il ne s’en prendrait plus jamais de sa vie à quelqu’un de mon calibre.

Voici la vraie peine des dresseurs de notre standing. Remettre à leur place des vermisseaux comme eux, et leur montrer qu’ils ne sont que des adversaires de troisième zone pour nous. Absolument pas des challenges.

- Pitié, je vous jure que même si j’suis dans la Team Skull, j’suis pas aussi pourri que lui ! tenta le seul encore en état de parler.

- La Team Skull tu dis ? repris-je. Voilà un nom bien ridicule. Il sied parfaitement à un déchet comme toi. Tu diras à tes « amis » qu’on ne forme pas une Team quand on est aussi pitoyable et faible.

Encore des types qui avaient cru pouvoir se la jouer en formant une équipe on dirait. Depuis quelques années, ça pullulait. Ce qui m’agaçait au plus haut point. J’étais bien placé pour savoir qu’il était important de garder une motivation et un objectif précis. Dans mon cas, je m’étais un peu trop perdu, je m’en rends compte maintenant. Maintenant je comprends ce que tu me reprochais, lorsque l’on s’est vu pour la dernière fois. Tu avais raison, j’étais devenue une loque faible, et sans objectif ni conviction.

Nidoking en termina avec le sbire de la Team Skull en lui collant un Ultimapoing en pleine figure, écrasant son crâne contre le mur et rajoutant un peu de rouge à cette symphonie sanguinolente. Je lui dis ensuite d’aller tremper ses mains dans l’eau pour se les nettoyer, qu’il ne reste pas avec le sang de ces déchets sur lui.

Je me rappelai alors la raison principale de ma venue jusque-là, aider ce gamin qui se faisait agresser par la Team Skull. Par chance il était toujours là. Enfin, pas vraiment par chance. Il semblait transi de peur en me regardant, presque tétanisé. Et bien quoi, il avait vu un fantôme ? Quelle petite nature, s’il se mettait dans cet état juste pour une démonstration de force. Ou alors j’étais beaucoup plus impressionnant que je ne l’aurai cru. Pourtant, en toute honnêteté, je trouve que j’avais été assez soft avec ces deux déchets. J’aurai pu prolonger leur agonie et jouer avec eux, mais j’eus la bonté de faire ça rapidement.

- Te voilà tranquille petit. Je crois qu’ils ne t’embêteront plus jamais.

- Euh, je…enfin…

- Ne me remercie pas. Ne me remercie surtout pas en fait, dis-je.

Je ne tenais pas à recevoir de merci d’un gosse. Rien que le fait de l’avoir aidé me répugnait déjà assez comme ça. D’ailleurs j’avoue, entre nous, que j’ai hésité à raconter ça. Mais je me suis dit que la suite n’aurait pas eu de sens si je ne racontais pas ce passage, qui bien que je l’ignorai, aurait des conséquences par la suite. Plus que je ne l’aurais cru en tout cas.

- Tu fais ton Tour des Îles, c’est ça ? demandai-je.

- Oui. Je devais aller voir le capitaine Althéo pour une épreuve, quand la Team Skull m’a…enfin vous savez, dit-il, semblant se reprendre un peu.

- Une épreuve ? Qu’est-ce qu’une épreuve ? questionnai-je.

- Et bien, euh…c’est une étape du Tour des Îles, pour se tester, en quelque sorte, expliqua-t-il plus ou moins bien.

Il avait toujours l’air stressé, et ça m’amusait malgré ses explications totalement confuses. Il parlait comme s’il était obligé de me répondre sous risque de conséquences. Quelle drôle d’idée. Ah non, en fait il avait totalement raison, il n’avait pas le choix. Lui aussi avait entendu la règle de la chaîne alimentaire après tout. Et il n’y avait pas besoin de s’attarder longtemps pour comprendre qu’il était assez bas dedans.

- Voilà qui m’intéresse. Où dois-je aller pour voir cette épreuve ? demandai-je avec un sourire qui était apparemment assez inquiétant.

- Je dois retrouver le capitaine à la Grotte Verdoyante, dit-il assez rapidement en réaction à mon sourire.

- Parfait. Je vais y aller à ta place. Tu vas gentiment me laisser ta place, n’est-ce pas ? Et tu ne raconteras notre petite histoire à personne...

- Oui...oui monsieur. Avec plaisir, répondit-il, toujours aussi rapidement.

C’était un bon petit dresseur en short ça. Il comprenait à qui il avait à faire. Je n’arrivai pas à retenir un petit ricanement de satisfaction tandis que je rappelai Nidoking dans sa Poké Ball. Je retrouvai quelques sensations intéressantes finalement sur Alola. Je rangeai la Ball dans ma mallette, me préparant à partir tandis que machinalement je cherchais à remettre mon chapeau sur ma tête. Mais mon couvre-chef n’était plus là. Je pestai en direction de la poubelle où végétait le sbire de la Team Skull, et donna un coup de pied dedans en partant, ce qui lui fit produire un gémissement qui, je dois bien le dire, m’amusa beaucoup.

Je repris la route en direction de la Grotte Verdoyante. En consultant mon Pokématos, je vis que ce n’était pas la porte à côté. J’étais au sud de l’île, à Ekaeka, et la grotte était tout au nord. Certes, Mêle-Mêle n’était pas grande, mais il me faudrait marcher un peu. Tout en faisant vite car j’étais censé avoir quitté l’endroit à cause du Doyen que j’avais contrarié. Il me fallait espérer ne pas croiser sa route. Surtout que le gosse irait sûrement pleurer dans ses jupons pour lui raconter ce que j’avais fait. Il avait tout du pleureur celui-là. Ce que ça avait le don de m’agacer.

Je décidai de ne pas m’attarder en ville et de vite la quitter. Après avoir quitté cet oasis de civilisations dans un désert de nature, j’étais revenu sur un chemin de terre. Encore. Certes, c’était mieux que le sable. Mais ça m’agaçait profondément d’avoir à arpenter les routes comme tous les dresseurs. Ce capitaine ne pouvait pas faire ses épreuves en ville, comme le font nos champions civilisés ? Non, bien sûr que non.

Cette épreuve avait intérêt à être intéressante et instructive. Et surtout, il avait intérêt à me laisser la faire. Je tenais enfin ma chance d’avoir un aperçu de ce Tour des Îles, et je n’allais pas la laisser passer. Oh que non.
Sur le chemin, je pu observer quelques dresseurs débutants en train de s’affronter ou de chasser le Pokémon sauvage. L’envie de casser leurs rêves en allant détruire leur petite équipe avec la mienne me taraudait, mais je me retins. D’une part j’étais pressé, et d’autre part j’avais autre chose à faire. Et puis au fond, je savais que ça ne m’aurait pas apporté satisfaction. J’avais passé des années à abuser des faibles, pour qu’au final j’en tire de moins en moins de plaisir. Les combats intéressants que j’avais livré ces dernières années se comptaient sur les doigts d’une seule main. Il faut dire que moi-même, j’éprouvai peu de motivation à me battre, ce qui, forcément, n’aidait pas.

Après plusieurs ennuyantes heures de marche que je vais t’épargner, j’étais enfin arrivé à la grotte Verdoyante. Le soleil n’allait pas tarder à se coucher, et j’aurai un magnifique ciel orangé pour faire cette épreuve. Je cherchai du regard ce fameux capitaine mais ne vit rien d’autre qu’une gamine ridicule aux cheveux roses avec un polo à motifs, des plus ringards. Dans le doute, je pris donc la décision de me diriger vers elle et de la questionner.

- Je cherche le capitaine de la grotte verdoyante, vous savez s’il est là ?

- Et bien vous l’avez devant vous, je suis Althéo, capitaine d’épreuve. Que puis-je pour vous ? me dit-il d’un air aimable qui changeait de mes autres interlocuteurs.

Je clignai des yeux quelques instants avant de lui répondre et le détailla du regard. Ce n’était pas une fille ? Des cheveux roses avec une coiffure féminine, un corps frêle, des vêtements pas très…masculins. Je sais que j’ai tendance à être assez classique et enfermé dans mes jugements. Mais là quand même…enfin bref, je divague. Et ne dis pas vague.

- Je viens participer à l’épreuve, dis-je avec aplomb.

Il me détailla du regard à son tour, surpris. Certes, je n’avais pas l’apparence classique du gamin en short députant son aventure, j’étais beaucoup plus distingué. Mais bon, il n’allait pas lui aussi commencer à me prendre le chou sur qui peut participer ou non à sa fichue épreuve ?

- Vous faites le Tour des Îles ? demanda-t-il, hésitant.

- Pour tout vous dire, pas vraiment. Mais j’ai aidé un gosse qui se faisait agresser par la Team Skull. Comme il ne se sentait pas bien après ça, et que je m’intéresse à vos coutumes, il m’a proposé de venir prendre sa place à l’épreuve. Il s’appelait… dis-je, avant de réaliser que j’avais oublié son prénom.

- Chrys ? Vous l’avez sauvé de la Team Skull ? C’est très noble de votre part. Ces racailles sont de plus en plus nombreuses et embêtent tout le monde. J’espère juste que vous n’aurez pas d’ennui à cause de ça, dit-il avec sollicitude.

Je riais intérieurement. Des déchets comme ça, il pouvait en venir par dizaines voire centaines, ça ne changerait rien. Au pire, je perdrais du temps, mais je les écraserai tous. Alors ce genre d’ennui, je voulais bien en avoir autant qu’il le voulait.
Il avait l’air plus compréhensif que Pectorius, et surtout plus candide. Une chance. Il gobait mon mensonge. Enfin mensonge, ce n’était pas un mensonge. Disons que j’avais un peu ar-rangé la vérité, mais j’avais bien sauvé leur fichu gosse de la Team Skull.

- Dites m’en plus sur l’épreuve, je vous écoute.

- Et bien cette épreuve consiste à entrer dans la grotte verdoyante et affronter ses habitants. Vous devez réussir à débusquer et affronter le Pokémon Dominant, dit-il.

- Le Pokémon Dominant ? répétai-je, intrigué.

- C’est un Pokémon plus gros et plus puissant que ses congénères, qui les dirige si vous voulez. Pour l’affronter lui et tous ses compagnons, vous aurez vraiment besoin de bien collaborer avec vos Pokémon. Vous en avez au moins, des Pokémon… ?

- Prenez-moi pour un idiot. Bien sûr que j’en ai. Ils sont là, dis-je en montrant ma mallette.

J’étais curieux de voir ce Pokémon Dominant. Visiblement, même chez les Pokémon sauvages, on se cherchait un chef de meute. Mais la façon dont c’était présenté par Althéo, semblait vraiment particulière. La notion de domination sur le groupe me parlait bien. J’étais curieux de voir si ce Pokémon Dominant serait apte à dominer quoi que ce soit après notre rencontre.

J’entrai donc dans la grotte verdoyante. Les locaux n’avaient pas été très imaginatifs pour lui trouver un nom. Pour résumer, il s’agissait d’une caverne sombre avec de la mousse de-ci de-là. Rien de bien original ou transcendant. Je cherchais les Pokémon du coin, et je vis passer un étrange Pokémon que je n’avais jamais croisé. Un genre de petit rongeur à la fourrure brune, sur le corps et jaune sur le dos, et doté d’une mâchoire disproportionnée. J’ai appris plus tard qu’il s’agissait d’une espèce nommée Manglouton, bien que je l’ignorai totalement sur le coup. Pour nous autres, de Kanto, Manglouton est un mot d’Alola qui signifie « Rattata ». Il n’y avait qu’à voir ces petites fouines détaler à ma simple vue pour être fixé. Ce serait trop facile.

J’allais plutôt chercher ce fameux Pokémon Dominant. S’il était plus gros, il serait facile à trouver. Je me décidai donc à faire le tour de la grotte avec Persian en guise d’escorte. Il en profita pour se dégourdir les pattes en courant après les Manglouton qui filaient se cacher dans leurs terriers.
Et puisqu’on parle de Rattata, j’en croisai aussi dans la grotte, mais des étranges. Noirs et debout sur leurs pattes arrières. Je ne sais pas ce qu’ils leurs donnaient à manger, mais ils avaient vraiment une étrange tête leurs Rattata. Tout comme son équivalent Manglouton d’ailleurs.

Après presque une dizaine de minutes de fouilles infructueuses, en ayant assez de voir ces rochers et cette mousse, je décidai d’accélérer le mouvement. Puisque je ne trouvai pas le Dominant, j’allais le faire sortir. Althéo avait évoqué le fait qu’il fallait vaincre aussi les Pokémon aux ordres du Dominant non ? Alors j’allais commencer tout de suite.
Je lâchai Kangourex en plus de Persian, histoire qu’elle aussi puisse s’amuser. Je leur indiquai la marche à suivre tandis que je m’adossais à une roche, observant joyeusement le massacre commencer.

Mes deux fidèles compagnons s’en donnèrent à cœur joie et commencèrent à écraser tous les rongeurs qui passaient à portée. Je vis que ça commençait à marcher, des lueurs se voyaient dans les recoins sombres de la grotte. Les Pokémon se massaient pour nous observer. Ils avaient l’air assez nombreux en plus. J’allais finir par croire qu’ils prenaient du plaisir à voir mes troupes vaincre leurs congénères.
Pourtant, même si je pensais que le Pokémon Dominant arriverait d’un instant à l’autre, ce ne fut pas le cas. Alors que je me perdais dans mes pensées, me demandant ce que j’avais loupé, je fus ramené à la réalité par une douleur. Une morsure au mollet. En baissant les yeux, je vis un Manglouton qui était arrivé jusque-là pour m’attaquer, tandis que Kangoureux et Persian s’étaient éloignés pour poursuivre d’autres Pokémon.

Agacé d’avoir été mordu, je dégageai le petit Pokémon d’un coup de pied violent et fit appel à Nidoking et Nidoqueen en même temps pour qu’ils l’écrasent violemment. Visiblement, voir leur ami se faire littéralement broyer fit enfin réagir les habitants de la grotte verdoyante. J’entendis un cri rauque retentir. Nous y voilà. Enfin, les hostilités allaient commencer. Je rappelai mes Pokémon pour qu’ils se mettent tout autour de moi tous les quatre.

Enfin, il arrivait face à moi. Ce qui se présentait comme une évolution de Manglouton. Un Argouste. Et il était d’une taille impressionnante, presque aussi gros que moi. Un gros rongeur. Gros certes, mais rongeur tout de même. Donc absolument pas de taille face à moi.
D’un cri sourd, il lança ses Manglouton contre nous, mais Nidoking et Nidoqueen firent barrage avec leurs attaques Telluriforce respectives, repoussant les nuisibles. Pour ma part j’avais à me concentrer sur le boss. Quelle étrange sensation que d’être dans la peau de celui qui devait combattre le chef d’un groupe. C’est donc ça qu’avaient ressenti ces gosses ?

Kangourex se lança dans un violent corps à corps contre l’Argouste, tandis que Persian restait à mes côtés. Kangourex était plus expérimentée et plus douée que le Pokémon sauvage, sa maîtrise se voyait. Le combat n’allait pas durer. Elle enchaînait les Uppercut tandis que lui tentait de la mordre comme il pouvait. Mais il n’avait pas dit son dernier mot. Ce lâche appela ses troupes pour l’aider, et je vis toute une marée de Manglouton venir se jeter sur Kangourex, qui, surprise, fut submergée.
Je serai les dents et sentais la colère monter en moi. J’avais encore eu trop confiance en moi. Allais-je de nouveau perdre ? Comme face à ce gosse qui avait ruiné mes espoirs il y a quelques années ? Ce souvenir me hantait encore, marqué au fer rouge. Et voir Kangourex être mise en difficulté dans une grotte le ravivait.

C’est comme si c’était hier. Dans une grotte de la Chute Tohjo, alors que j’avais enfin fini mon entraînement et me pensait revenu au pic de ma forme, j’avais entendu leur appel. Mes fidèles soldats me réclamaient de nouveau à leur tête et avaient réussi un grand coup pour me témoigner leur fidélité. J’étais bien décidé à les rejoindre mais il s’était dressé sur mon chemin. Ce dresseur. En short. Avec une casquette à l’envers. J’appris plus tard qu’il répondait au nom de Gold, et deviendrait un jour Maitre de Johto. Comment m’avait-il trouvé ? Je l’ignorai. Il venait se mettre sur mon chemin, comme un autre gosse avant lui.
Mais cette fois ci, ce serait différent. J’étais prêt. Je vaincrais. J’en étais persuadé. Et pourtant non. Ce fichu gosse m’avait battu lui aussi, j’étais humilié de nouveau ! Toutes ces années pour rien...tu aurais bien ri si tu m’avais vu j’en suis sûr.
Ainsi donc, j’avais de nouveau perdu, et abandonnai définitivement ma motivation et mon espoir de retrouver mon organisation. Et voici ce qui m’avait amené maintenant sur Alola, à la recherche d’une nouvelle reconstruction.

Tout ça me revenait à l’esprit en voyant Kangourex se faire mordre par des dizaines de Manglouton. Je n’allais pas perdre, hors de question. Plus jamais ! J’envoyais furieusement Nidoking et Nidoqueen à l’assaut, négligeant alors ma propre protection. Je vis qu’ils eurent un regard hésitant au moment de partir, mais ils finirent par se plier à mes ordres, à regret. Sans doute avaient-ils pressentis ce que j’allais engendrer.

Ils rossèrent le Dominant de coups, enchaînant les techniques. Les petits Pokémon n’arrivant pas à le défendre, se ruèrent vers moi, m’ayant identifié comme celui qui donnait les ordres. Mais je n’en avais que faire, j’étais focalisé sur ma cible principale. Je ne voyais même plus mon pauvre Persian qui se démenait comme il le pouvait pour les empêcher de m’atteindre, sans succès. Ils étaient trop nombreux.

Nidoking et Nidoqueen parvinrent finalement à étaler le dominant avec leurs efforts conjoints. Alors, tout se figea. Mes Pokémon se tournèrent vers moi, satisfaits du résultat, tandis que les autres semblèrent hésiter à continuer le combat. Toutefois ils ne baissaient pas la garde. Ne reconnaissaient-ils pas ma supériorité ? Pourquoi ne s’en allaient-ils pas ?

Alors, une fois encore, comme trop souvent depuis les chutes Tohjo, je cédai à la colère. Ils allaient se plier à ma volonté, de gré ou de force. J’ordonnai à Nidoking de continuer à frapper le Pokémon Dominant pourtant déjà K-O jusqu’à ce que les autres reconnaissent leur défaite. Mais il n’en fut rien. Au contraire, cela décupla leur propre rage.
Mes propres Pokémon hésitèrent à exécuter mes ordres, tandis que ceux de la grotte se jetèrent sur moi. L’instant fut bref mais intense. Je sentis leurs crocs et leurs griffes transpercer mon manteau et tenter d’atteindre ma chair. Heureusement, leurs griffes étaient trop courtes pour atteindre ma peau. Mais mon pauvre manteau, lui n’eut pas cette chance.

Je me débattis dans tous les sens tandis que Persian vint à la rescousse. Mais le pauvre fut à son tour accueillit par tous nos adversaires qui se jetèrent sur lui. Je vis alors mon plus fidèle compagnon coincé au sol sous une marée de Pokémon, tentant de bouger comme il pouvait, souffrant de multiples morsures par tout.

Ce fut cette vision qui me ramena à la réalité et me fit réaliser ce que je faisais. Je ne voulais pas le laisser souffrir ainsi. Je tentai de marcher jusqu’à lui comme je le pouvais et ne du mon salut qu’à l’intervention d’Althéo qui arriva, catastrophé, en vaporisant tout autour de nous du Repousse. Il nous regarda, moi et Persian, dans notre état pitoyable, et, pour une fois, je ne m’énervai pas en le voyant regarder avec pitié la loque devant lui. Car je me faisais tout autant pitié.


Voici comment cette nouvelle lettre se termine. J’espère que tu l’auras comprise comme il faut.

A très bientôt,
Ton père