Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 14/10/2017 à 17:35
» Dernière mise à jour le 14/12/2017 à 17:58

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre -05 : Toucher au but
Will et Tia étaient restés silencieux pendant plusieurs secondes suite à la révélation du Rex. Le détective aurait juré que son cerveau s’était déconnecté. Il avait l’impression d’être debout au bord d’un gouffre sans fond, dont les abysses renfermaient des histoires manipulations génétiques et de projets secrets qu’il était incapable de comprendre, de digérer.

Tia fut la première à réagir – et sa réaction fit frissonner l’ex-Elitien.

La fille du Chancelier éclata de rire. Certainement pas par joie, non. A en juger par l’éclat de folie incrédule qui perçait dans son hilarité, Will sut qu’elle était aussi perdue que lui.

« C’est une très belle histoire, lança-t-elle avec ironie, oubliant toute prudence. Vraiment. Des hybrides humains-Pokémon ? Mon père qui finance des recherches top secrètes ? Vous avez une sacrée imagination. »

Le Rex fouilla dans la poche de son veston, sans répondre. Il ne souriait pas – il ne montrait pas le moindre signe d’énervement non plus. D’un geste las, il sortit une petite carte plastifiée de sa poche, et la jeta à Tia, qui cessa de rire.

Will se pencha vers la jeune femme et jeta un regard au pass. Il écarquilla les yeux. Il s’agissait d’une sorte de carte d’accès, assez ancienne, mais bien conservée. Un logo familier, la croix de X-Corp, trônait dans le coin supérieur droit.

« Duncan Fawkes, généticien en chef, lut Tia d’une voix blanche. Projet Apocalyptica.»

Le détective compara la photo assortie au pass au visage du Rex. C’était bien lui. Avec vingt ans de moins, mais c’était bien lui.

« J’étais le chef d’équipe, lança le Rex.
- Et comment est-ce qu’on passe de généticien à baron du crime, au juste ? » demanda la jeune femme, acerbe.

Will lui donna un léger coup de coude pour lui rappeler de tenir sa langue. Ils étaient toujours à la merci du Rex, et son Grahyena était capable de les tuer en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Ce n’était pas le moment de s’oublier.

Fort heureusement pour eux, le Rex ne sembla pas prendre ombrage des sarcasmes de Tia.

« J’ai toujours refusé d’expérimenter sur des cobayes humains. Créer et modifier des embryons, c’était une chose, mais expérimenter sur des individus conscients et adultes, c’en était une autre. Mon éthique était peut-être floue, mais je ne voulais pas dépasser cette limite. C’est pour ça que je travaillais sur le projet Apocalyptica – parce que contrairement aux autres investisseurs, ton père était le seul qui travaillait avec des embryons artificiels, et non pas des cobayes. Mais ça a rapidement changé. »

Le quarantenaire soupira, et l’espace d’un instant, Will réalisa l’immensité du fardeau qui devait peser sur sa conscience.

« On avait atteint un premier succès avec Lina et Anastasia. Mais elles étaient fragiles. On a placé les embryons dans des utérus artificiels, puis dans des couveuses après la naissance. Vous n’imaginez pas les trésors de technologie qui ont été déployés à l’époque pour les maintenir en vie. Et malgré tout, l’une des deux a commencé à présenter des problèmes.
- Anastasia, murmura Tia.
- Oui. Plusieurs tares congénitales, des malformations génétiques, un retard au développement… Le même genre de problèmes qui avait poussé les autres équipes à expérimenter sur des sujets humains adultes, au lieu de modifier des embryons. Quant au deuxième sujet, il présentait des caractéristiques parfaitement humaines. Malgré son statut d’hybride, Lina ne développait pas le moindre pouvoir, pas la moindre trace des gènes Pokémon qu’elle portait en elle. Ce qu’on avait considéré comme un succès au départ a commencé à prendre un goût plus… amer. »

Il lâcha son reste de cigare sur le sol et l’écrasa du pied, maussade.

« Tout le monde dans l’équipe a rapidement compris qu’Anastasia ne vivrait pas, et que Lina était asymptomatique. Et un autre problème s’est posé : les exigences de Taylor. Nous étions la seule équipe assez folle pour s’évertuer à combiner plusieurs gènes de Pokémon avec des embryons humains, là où les autres équipes ne se concentraient que sur un seul type de Pokémon, ce qui était déjà assez difficile et engendrait des spécimens malformés physiquement et mentalement. Nous, on devait non seulement se débrouiller pour que le sujet résultant ait une intelligence et une apparence humaine, mais Taylor a également commencé à exiger que les spécimens soient fertiles – un exploit qu’aucune des équipes classiques n’avait réussi.
- Les hybrides sont stériles ?
- Oui. Comme la plupart des croisements inter-espèce. Qui plus est, l’impératif de fertilité posait un autre souci : même si l’on parvenait à rendre les Apocalyptica compatibles entre eux, une bonne moitié de leur génotype était celui de Taylor, et le manque de diversité génétique auraient rendu la progéniture consanguine. Mais Taylor ne voulait rien savoir. Il voulait des résultats. Et lui qui avait toujours refusé d’expérimenter sur des humains a fini par être convaincu en voyant les avancées des autres équipes. Et quand il a ordonné qu’on oublie les embryons pour se concentrer sur la modification d’individus déjà adultes ou presque, j’ai su qu’on venait de franchir un pas. »

Le Rex soupira et se passa une main sur le visage.

« J’ai été le seul de l’équipe à refuser ouvertement. Les autres membres jalousaient les résultats prometteurs des autres départements – eux aussi voulaient mettre au point des hybrides viables et performants. Je crois qu’ils ne voyaient plus que le défi scientifique du projet. A aucun moment, ils ne se sont arrêtés pour s’interroger sur l’éthique de ce qu’ils s’apprêtaient à faire.
- Mais vous avez dit que le projet Apocalyptica a été rendu possible par un des gènes de mon père, non ? demanda Tia. Un gène rare qui rendait la combinaison avec autant d’ADN Pokémon possible.
- Exact. Une prédisposition génétique dont ne bénéficiaient pas les cobayes humains. On avait réussi à greffer plusieurs gènes de plusieurs Pokémon à des embryons humains, mais un organisme adulte est beaucoup moins malléable, et sans la mutation de ton père... On savait tous pertinemment qu’avant de réussir à répéter l’exploit avec un humain adulte, il y aurait beaucoup de cobayes à mourir lors des essais.
- Alors vous êtes parti, devina Will.
- Oui. C’était presque deux ans après la réussite en demi-teinte de Lina et Anastasia. L’équipe ne s’intéressait déjà plus à elles – elles étaient des prototypes, des essais ratés, sans plus. Elles n’avaient plus aucun intérêt, et les mesures de sécurité pour protéger leurs couveuses étaient minimales. Alors avec Morgan, un autre collègue qui partageait mon point de vue, on les a enlevées. Il m’a aidé à les cacher au regard de Taylor, et on a fui la région de Salmyre pour venir se réfugier ici. Après quoi, Morgan est resté dans l’équipe, et a tout fait pour saboter les avancées du projet de l’intérieur.
- Mais comment est-ce que vous avez fait pour survivre ici ? Pour échapper à mon père ? Pour monter votre empire ?
- C’était simple. C’était à cette époque que ton père a commencé à voir sa carrière politique décoller. Je savais que ce n’était qu’une question de temps avant qu’il n’envoie des mercenaires ou des Elitiens me débusquer et nous tuer, moi et les filles. Alors je me suis tourné vers le seul parti qui avait une raison de s’opposer au gouvernement : les gangs de l’époque.
- Et ils vous ont accepté, comme ça ? Un généticien ?
- Je n’ai jamais dit qui j’étais. En revanche, je leur ai montré que j’avais un moyen de pression considérable sur Taylor. J’ai fait chanter ton père, en le menaçant de divulguer la vérité sur le projet Apocalyptica s’il n’obéissait pas à mes demandes. Dissuader les Elitiens de faire des descentes à tel endroit, fermer les yeux sur tel ou tel traffic… Tout ce qui arrangeait les affaires des gangs. Il tenait trop à sa carrière pour se rendre compte que ces négligences permettaient aux organisations criminelles de grossir, de se rassembler et de se fédérer. Et petit à petit, j’ai acquis de l’influence et des moyens, suffisamment pour mettre Lina et Anastasia à l’abri de ton père.
- Voilà pourquoi vous avez toujours eu une certaine immunité vis-à-vis des Elitiens… murmura Will.
- Oui. J’étais le parasite dont il ne pouvait pas se débarrasser, ricana le Rex. Plus sa carrière politique progressait, plus j’exigeais de choses de lui, et plus je gagnais en influence à mon tour. Et en quelques années, j’ai fédéré la majorité des gangs de la surface, et je suis devenu intouchable. »

Il s’interrompit, et pendant quelques secondes, ils restèrent tous les trois ainsi, dans la cellule, sans prononcer un seul mot. L’esprit de Will fourmillait de mille questions, mais petit à petit, les rouages se remettaient en place, et les déclics se faisaient.

« Jusqu’au jour où la Résistance a commencé à vous mettre des bâtons dans les roues, lança alors Tia à sa droite.
- Pas vraiment. Je me moquais de la Résistance – tout ce qui nuisait à Taylor m’aidait indirectement, et puis plus vous le teniez occupé, moins il cherchait à mettre la main sur Lina et Anastasia. Non, c’est ton intérêt pour elles qui a commencé à me faire peur.
- C’est pour ça que vous avez cherché à me faire tuer ?
- J’ai cherché à te dissuader de continuer, d’abord, grommela le Rex. Les menaces de mort, celles qui t’ont poussé à recruter Stelmar, t’ont été envoyées sous mon ordre. Ensuite, j’ai fait installer des mouchards chez toi. Et quand Edge m’a dit que tu t’étais arrangée pour comparer ton ADN à celui d’Anastasia quand je l’ai envoyée dans la clinique, j’ai bien cru que tu avais tout deviné.
- Comment est-ce que j’étais censée deviner qu’elles étaient des sortes de croisements mi-humains mi-Pokémon ? cracha Tia.
- Je ne pouvais pas prendre de risques, expliqua calmement le baron du crime. J’avais les moyens de les protéger de ton père, mais si la Résistance s’était mise à chercher Lina et Stasie elle aussi, j’aurai rapidement été débordé. Et je n’avais pas de moyens de pression sur toi, pas de quoi te faire chanter.
- Alors vous avez contacté Riviera pour organiser l’assassinat, devina Will.
- Oui.
- Qu’est-ce que veut Riviera ? questionna Tia. Je n’arrive pas à comprendre ses motivations. C’est lui qui m’a recommandé de recruter Will, et c’est Will qui a déjoué sa tentative d’assassinat. Pour qui travaille-t-il réellement ? Vous ? Mon père ?
- Riviera est probablement le type le plus intelligent dans toute cette histoire. Je ne sais pas exactement quels sont ses objectifs, mais je suis sûr qu’au final, sa seule allégeance, c’est lui-même. A l’origine, c’était une taupe que ton père a placée dans la Résistance, comme je l’ai fait avec Edge. Il a rejoint le mouvement sur son ordre.
- Ça n’a pas de sens, rétorqua Tia. C’est Riviera qui m’a fourni l’enregistrement du drone qui prouve que mon père a manigancé l’attentat de la Chancellerie d’il y a huit ans. C’est lui qui a permis la création de la Résistance. Il était là dès le début. Pourquoi mon père lui aurait ordonné de contribuer à créer un mouvement destiné à le renverser ?
- Je ne sais pas. Tu n’auras qu’à lui demander. »

Will et Tia le regardèrent sans comprendre. Le Rex se releva de sa chaise en soupirant. Il se mit à faire les cent pas, l’air soucieux, avant d’annoncer soudain :

« Il y a quelque chose de gros qui s’annonce. Je ne sais pas pourquoi, mais ton père semble avoir abandonné tout espoir de garder le pouvoir. C’est comme s’il s’en foutait. Il a cherché à devenir Chancelier toute sa vie, et maintenant, il ne fait plus aucun effort pour garder sa position, et je veux savoir pourquoi. Et j’imagine que toi aussi. »

Le baron du crime se retourna vers Tia et fixa cette dernière, qui hocha lentement la tête. Il prêchait une convertie.

« J’ai les moyens de vous faire atteindre la ville haute, voire même la Chancellerie. C’est là que ton père s’est retranché avec tous ses Elitiens. A mon avis, tu es la seule personne au monde capable de l’atteindre et de le faire parler.
- Attendez, objecta Will. Hier, vous avez essayé de nous faire tuer, et aujourd’hui, vous nous avez capturés et fait torturer. Et maintenant, vous nous proposez de nous aider ?
- La situation a changé, répliqua le Rex. Omnia telle qu’on la connaît est amenée à disparaître, on le sait tous. Je ne suis pas fou au point de m’accrocher à un empire qui va s’effondrer d’un instant à l’autre.
- Donc vous nous relâchez ? Comme ça ?
- On n’est pas ennemis, à moins que vous en décidiez autrement.
- On n’est pas vraiment en position de décider quoi que ce soit… ironisa Tia.
- Je vous relâcherai dans tous les cas, répondit le Rex. Les deux filles sont en sécurité, et même si vous les cherchiez, vous m’avez prouvé que vous n’aviez pas d’intentions hostiles envers elles. Si vous voulez quitter Omnia et fuir ce bordel, libre à vous, je vous laisserai faire. Mais j’imagine que je ne suis pas le seul à vouloir le fin mot de l’histoire. »

Il regarda la fille du Chancelier droit dans les yeux, et Will grommela. Evidemment. Evidemment qu’elle allait accepter. Il était donc le seul à avoir un peu de bon sens ?

« C’est du suicide, protesta le détective. Revenir à Omnia était déjà une idée à la con, Tia. Tu n’es pas sérieusement en train d’envisager de te rendre à la Chancellerie pour voir ton père ?
- Tout ça nous dépasse, Will, répondit la jeune femme d’une voix faible. Cette histoire de manipulations génétiques, d’hybrides ? Je ne sais pas ce que mon père a comploté pendant toutes ces années, mais s’il est soudain prêt à abandonner sa position de Chancelier aussi facilement, ça veut dire qu’il touche au but. On ne peut pas le laisser faire. »

Will s’apprêtait à répondre quand le Rex l’interrompit :

« J’ai mentionné mon ancien collègue, Morgan. Celui qui est resté dans le projet Apocalyptica pour essayer de le saboter. Je n’ai pas eu de nouvelles de lui pendant plusieurs années, mais il m’a contacté il y a plusieurs jours. Selon lui, Taylor a commencé à soupçonner l’existence d’un traître dans le projet, et a morcelé les équipes dans plusieurs laboratoires différents. Celle de Morgan a réussi à créer le premier sujet Apocalyptica viable il y a quelques semaines, mais il est possible qu’il y en ait d’autres dans d’autres labos.
- Alors c’est pour ça que mon père n’essaye même plus de négocier avec la Résistance pour garder son siège ? Il a déjà gagné ?
- En tout cas, il en a l’air convaincu. Et c’est bien ce qui me fait peur. »

Tia acquiesça, et le silence retomba. Elle et le Rex tournèrent le regard vers Will, qui crispa les mâchoires. Le détective, endolori, leva les yeux au ciel, puis capitula.

« D’accord. Je viens. »