Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Après la fin de Cyrlight



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Cyrlight - Voir le profil
» Créé le 09/05/2017 à 09:29
» Dernière mise à jour le 09/05/2017 à 09:39

» Mots-clés :   Action   Drame   Fantastique   Mythologie   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 11 : Everything you're not supposed to be
« But I only wanted you to know
That I never wanted you to go
I know I was everything
You're not supposed to be
To someone that you love »


Everything you're not supposed to be - Mélanie Laurent et Damien Rice



John passait son temps à maugréer, accoudé à la vitre du Centre Pokémon de Frimapic. Celle-ci était recouverte d'une épaisse couche de givre, qui témoignait de la bassesse des températures extérieures.

Hitaki et lui étaient bloqués dans cet établissement depuis deux jours. Un puissant blizzard se déchaînait sur la ville et ses environs, rendant tout déplacement impossible. La route 217 était impraticable. Des congères s'étaient formées sur le chemin et représentaient une menace pour la vie des téméraires qui oseraient s'y aventurer malgré les conditions climatiques extrêmes.

Cela n'aurait pas pu tomber plus mal. Ils avaient dû mettre en pause les recherches qu'ils menaient pour retrouver Emily, et qu'ils désespéraient de voir aboutir. Même Lamia, en dépit de ses sens aiguisés, de son instinct de légendaire et de ses compétences en matière de pistage, n'avait encore trouvé aucune trace de la shasseuse depuis qu'ils avaient sollicité son aide.

- Café ? proposa Hitaki.

John accepta volontiers le gobelet fumant que son ami lui tendait. Il dormait peu, ce que ses yeux cernés et ses traits tirés permettaient de deviner aisément. La caféine l'aidait à garder le contrôle de ses nerfs, sans quoi ils l'auraient lâché depuis longtemps. Le glyphe acier savait qu'il ne devait pas s'inquiéter pour Emily, qu'elle s'en sortait toujours, quelle que soit la situation, mais il ne pouvait s'en empêcher.

- J'ai pu discuter brièvement avec l'infirmière Joëlle, informa Hitaki. La pauvre femme est surmenée à cause de tous ces fous qui tentent de braver la tempête et des pokémon sauvages blessés ou gelés. Des Rangers viennent d'arriver d'Almia, ceux de Fiore étant pour la majorité encore trop occupés.
- T'a-t-elle dit quand le climat allait s'améliorer ?
- D'après elle, pas avant plusieurs jours. Ce genre de tempête est fréquent dans la région.

John enfonça sa main qui ne tenait pas son verre en plastique dans sa poche et prit une profonde inspiration. Ils avaient combattu la Team Galaxie, puis la Confrérie originelle, or voici qu'ils se retrouvaient acculés dans un Centre Pokémon à cause de la météo. Cela lui semblait presque absurde.

- Si seulement Yohanna n'avait pas décidé de se terrer dans le Monde Inversé..., marmonna-t-il. Son aide nous aurait été précieuse. Elle aurait pu modifier le climat le temps pour nous de traverser la route 217 et de descendre vers le sud.
- Sauf que Yohanna n'est pas là, et je crois qu'il vaut mieux pour elle de ne pas rentrer de sitôt. Marion n'est pas la seule à la blâmer pour sa décision, Chloé était dans le même état d'esprit lorsque j'ai eu l'occasion d'aborder le sujet avec elle. Moi... Je la comprends. Lilith comptait beaucoup aux yeux de Cassy, et Cassy aux yeux de Yohanna. Si elle a pu trouver un semblant de paix dans le Monde Inversé, pourquoi pas ?
- Ce qu'on peut lui reprocher, c'est de n'avoir averti personne. D'un autre côté, je suppose que les autres auraient tenté de la dissuader. Toujours est-il que si les légendaires n'avaient pas propagé la nouvelle, nous aurions fini par devoir la chercher sur toute la surface de la planète, et en vain, parce que...

John s'interrompit. C'était précisément ce qu'ils étaient en train de faire avec Emily. Cette hypothèse ne lui avait jamais traversé l'esprit, pourtant elle semblait presque être la déduction logique des paroles qu'il venait de prononcer. Se pouvait-il qu'elle soit...

- Non, coupa Hitaki, comme s'il avait lu dans ses pensées. Qu'aurait-elle été faire avec les Renégats ?
- Se cacher là où aucun de nous n'aurait l'idée d'essayer la localiser. Après tout, elle est l'un des rares membres de la Confrérie à ne pas avoir de griefs contre Lilith et ses partisans. Qui plus est, c'est une grande amie de Lamia. Elle a peut-être accepté de nous aider uniquement pour nous tromper et protéger Emily.
- Je ne pense pas. Tu m'as dit que, juste avant de te quitter, elle t'a conseillé de te méfier de la mauvaise influence des légendaires. Compte tenu de ça, je doute qu'elle soit aller trouver refuge auprès de Giratina, Lilith et compagnie.
- C'est bien ça, le problème. Son comportement n'a aucun sens. Elle n'a jamais partagé la défiance de Marion à leur égard. Elle a même toujours eu de l'affection pour Satan, Scathach et surtout Lamia. C'est totalement illogique. Et absurde. Et...

John n'acheva pas sa phrase. Cela n'aurait servi à rien, puisque la situation dépassait son entendement. Il aurait aimé avoir une explication, une seule, pour s'expliquer l'attitude de sa compagne, mais elle seule pourrait la lui fournir, si elle décidait un jour de réapparaître.

Les portes électroniques du Centre Pokémon s'ouvrirent pour laisser entrer de nouveaux visiteurs. John n'y prêta aucune attention. Il sentit seulement le courant d'air froid se propager jusqu'à eux, qui étaient pourtant à nette distance. Même à l'intérieur, ils portaient leur manteau, car les radiateurs ne suffisaient pas à réchauffer l'atmosphère.

- John... fit Hitaki.
- C'est Marion qui avait raison. Une fois de plus.
- John...
- Tout ceci est une perte de temps. Emily est trop intelligente pour se laisser attraper tant qu'elle ne l'aura pas décidé.
- John...
- J'ai eu tort de t'embarquer avec moi dans cette histoire. Je suis désolé.
- John !

Las de se répéter pour rien, Hitaki avait entrepris de tirer son ami par la manche. Agacé par ce geste, John se retourna brutalement. Il fit face à son confrère, qui observait bouche bée l'autre extrémité de la salle, où se tenaient deux femmes. L'une avait une longue chevelure noire, parsemée de fils d'argent. Les cheveux de l'autre étaient teints dans une couleur rouge incandescente.

- Bonjour, Jonathan, salua Emily en accompagnant ses propos d'un signe de la main. Et bonjour, Hikaki.

Ils entrouvrirent les lèvres afin de lui répondre, mais aucun son ne les franchit, aussi bien pour l'un que pour l'autre. Ils étaient trop abasourdis pour réussir à prononcer un seul mot. La shasseuse fit un pas vers eux, mais pas davantage, de manière à leur accorder le temps de se remettre de leur surprise.

- Merci, parvint laborieusement à souffler John à l'attention de Lamia.
- Oh, je crois que je mérite même que tu te prosternes à genoux devant moi. J'ai dû aller chercher ta fiancée dans mon ancienne prison.
- Aux ruines Sinjoh ? déduisit-il aussitôt. Que faisais-tu là-bas ?
- Je te l'ai dit, j'avais besoin de réfléchir, marmonna Emily.
- Réfléchir à quoi ? Que s'est-il passé avec Léa ? Pourquoi...

L'Incendiaire le fit taire en plaquant un doigt sur ses lèvres. Ses traits, jusqu'alors relativement paisibles, se durcirent. Ses sourcils se froncèrent et la fossette qu'elle possédait à la commissure des lèvres disparut. D'un ton ferme, elle ordonna :

- Pas de question. Aucune. Jamais. Sinon je repars.

John acquiesça à contrecoeur. Il aurait voulu connaître la vérité, en particulier ce qui avait pu tourmenté à ce point son amie, mais il ne supporterait pas de risquer de la perdre à nouveau. Ces longs mois passés sans elle avaient été suffisamment interminables sans qu'il ait besoin de les prolonger.

- Comment avez-vous fait pour arriver jusqu'ici ? s'enquit Hitaki.
- Cette prouesse t'étonne-t-elle vraiment de notre part ? se moqua Lamia. Une légendaire et le glyphe feu sont tout à fait aptes à traverser un blizzard de pacotille.

Elles échangèrent un regard complice. John était convaincu que la fille d'Ève avait connaissance de certains détails qu'il ignorait, peut-être même de tout, et il ressentit une pointe de jalousie. Il devait pourtant l'accepter s'il ne voulait pas perdre Emily une seconde fois.

- En fait, nous avons passé la nuit à Unionpolis, avoua cette dernière. Ça m'a permis de reprendre contact avec la civilisation et de me rendre à peu près présentable. Comme Dracaufeu ne pouvait pas voler par ce temps, nous sommes venus à pied depuis la capitale. Ça nous a pris la journée.

John acquiesça et leur conversation fut interrompue par Hitaki, qui lui suggéra de contacter Marion à Fiore pour lui annoncer la nouvelle. Après l'avoir harcelée régulièrement pendant plus d'une année, le glyphe acier lui devait bien cela. Il éprouva un pincement au coeur à l'idée de s'éloigner d'Emily, même l'espace de quelques minutes, mais il se résolut à tourner les talons.

Il était sur le point de s'éloigner vers l'angle du hall où se trouvaient les visiophones quand la shasseuse le retint par la main. Elle le regarda dans les yeux, ses lèvres s'étirèrent pour former un sourire hésitant, puis elle se jeta à son cou. Elle le pressa contre elle de toutes ses forces, elle qui avait une poigne solide, tout en lui soufflant à l'oreille :

- Pardon.

John se dégagea de son étreinte, la contempla à son tour et lui rendit son sourire. Il savait combien ce geste coûtait à Emily, elle qui, d'après ses propres dires, avait hérité du caractère asocial de son père, ermite des temps modernes et aventurier solitaire.

- Pardonnée.

Il posa délicatement sa paume contre sa joue et caressa avec son pouce la ligne que formait son os, juste au-dessus de son oeil. Il l'embrassa ensuite sur le front, après quoi il lui prit momentanément congé d'elle pour s'installer face à l'un des visiophones.

Dans la salle, tout le monde observait leur petit groupe, en particulier Lamia qui avait de quoi attirer l'oeil. Elle ne portait rien d'autre qu'une chemise aux manches bouffantes, serrée par une épaisse ceinture en cuir que des lacets noués au niveau de sa taille maintenaient en place, et un pantalon moulant qui disparaissait en grande partie sous des cuissardes à talonnettes. Sa tenue n'était pas particulièrement adaptée au blizzard qui soufflait dehors.

Emily n'était guère mieux habillée, à ceci près qu'elle portait tout de même un manteau par-dessus ses vêtements. Même si elle n'était pas insensible aux températures extérieures, elle en souffrait toujours moins que ses homologues humains. Il s'agissait encore d'une faculté exceptionnelle à mettre sur le compte de sa moitié légendaire.

John ne tarda pas à revenir vers eux. Comme cela avait été fréquemment le cas au cours des dernières semaines, il n'avait pas réussi à joindre Marion, mais il était tombée sur l'une de ses collègues qui lui avait promis de transmettre à la Ranger un message de sa part.

- Puisque tout est réglé, je vais enfin pouvoir rentrer à Kanto, s'exclama Hitaki avec une pointe de soulagement. Enfin, dès que cette tempête me le permettra, car je n'ai ni un glyphe feu ni la témérité nécessaire pour avoir l'audace de le braver. J'ai négligé trop longtemps mes devoirs envers la région, sans parler de Chloé. Lorsque je lui ai laissé une lettre pour lui dire que je m'absentais pour une durée indéterminée, je ne pensais pas qu'elle se révèlerait si longue.
- Ce n'est pas comme s'il s'était produit une crise majeure pendant que tu n'étais pas là, souligna John. Les deux Confréries étant en paix et la Team Galaxie démantelée depuis longtemps, que peut-il se passer qui représente vraiment un danger pour l'humanité, ou pour nous ?

Le glyphe combat, imité par Emily et Lamia, approuva les paroles de son ami, puis ils éclatèrent de rire. En effet, que pouvait-il leur arriver de pire que de subir la persécution d'Arceus et de ses sbires ou la cruauté sans faille d'Éric, auxquelles ils avaient déjà été confrontés ? Aucun exemple ne leur venait à l'esprit, probablement parce qu'il n'en existait pas.