Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

G.O.D. Complex de Serian Norua



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Serian Norua - Voir le profil
» Créé le 01/05/2017 à 02:14
» Dernière mise à jour le 01/05/2017 à 19:55

» Mots-clés :   Action   Aventure   Fantastique   Médiéval   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Prologue
Le jeune homme s'avança vers le balcon, calme et serein. Un léger sourire était discernable sur son visage. Dans le ciel face à lui, des avions défilaient par dizaines, y traçant moult dessins de leur fumée colorée. Il était vêtu d'une tenue militaire par-dessus laquelle était accrochée une toge rouge et dorée, et chacun de ses doigts était orné d'une lourde bague. Ses mains larges étaient recouvertes de vieilles cicatrices, signes des temps passés au combat.

Ses cheveux blonds rejetés en arrière et ses yeux d'azur contribuaient à générer en lui un charme fou, auquel peu de gens savaient résister. Dehors l'attendaient déjà deux hommes, également vêtus d'un uniforme militaire. Seul lui pouvait prétendre au port de la toge. Car après tout, il était bien l'Empereur. Le seul, l'unique Empereur.

Le son de ses lourdes bottes en cuir de Tauros résonnait sur les dalles de marbre de la chambre. Tous étaient là, toute une ribambelle d'officiers applaudissant chacun de ses moindres mouvements, l'observant comme s'il était descendu du ciel, et le félicitant dès qu'il se baissait pour ramasser son mouchoir de soie, tissé de la main même des plus grands tisserands de la région.

Oh, qu'il aurait aimé les voir disparaître, tous ces hypocrites sans nom, réfugiés derrière leurs codes, leur hiérarchie, leurs manières ; tout ce qu'il haïssait, dans le fond. Mais qu'importe, il était l'Empereur, alors ils lui obéiraient. S'il leur demandait de se jeter du balcon, l'incompréhension ferait rapidement place à l'obéissance.

Il sortit alors, et à peine son ombre fut-elle visible en haut du balcon que d'une foule maîtrisée s'éleva un cri d'émerveillement. Il s'arrêta, et posa ses lourdes mains sur le tissu.

— Le rouge vous va à ravir, votre Sainte Majesté, déclara platement un gradé.

— N'est-ce pas, répondit aussi platement l'Empereur. Dites-moi, colonel, où en sont les préparatifs ? Je souhaite fêter mon intronisation comme il se doit, voyez-vous.

— J'entends bien, reprit l'autre. Le G-Rank m'a récemment informé de l'état de lancement des armées. Selon eux, tout devrait être opérationnel ce soir, à vingt heures très précises.

— C'est splendide, sourit l'Empereur. Je veux que mon discours soit retransmis à travers toutes les chaînes mondiales à vingt heures et trente secondes très précises. Je veux que tous assistent au feu d'artifice qui embrasera le ciel de Johto.

Cet homme était de ces Hommes cueillis par Arceus lui-même, auxquels toutes les qualités avaient été attribuées. Qu'il ait la beauté, la ruse, l'intelligence, l'humour, la stratégie, la bienveillance, la justice, le courage, l'altruisme, tous le savaient. Et pour sur, tous l'en adulaient, subjugués par ce qui s'apparentait être un prophète, le messager du Créateur lui-même.

Mais si Arkheid F. Zadyrka s'était hissé au rang d'Empereur de Kanto, la plus vieille dictature au monde, alors à peine âgé de vingt-cinq ans, c'était uniquement grâce à un don unique : le God's Complex. Et bien que personne ne sache vraiment de quoi il en était question, cette aptitude mystérieuse avait permis à ses possesseurs d'atteindre le sommet de la pyramide infernale qu'était l'humanité.

Il est de connaissance commune que la ressemblance provoque l'association. Alors il en est ainsi pour le God's Complex. Que ceux qui ressemblent à Dieu en deviennent ses amis. C'était ainsi que le peuple de Kanto voyait son nouvel Empereur. Un dieu parmi les Hommes.

Arkheid F. Zadyrka se tourna vers son peuple, attendant furieusement son discours. Ce peuple était bien rangé en différents rectangles, caractéristiques de leurs différences. Devant eux circulaient des dizaines de blindés, chargés de représenter la force de l'Empire et d'assurer le show. En fond, il y avait les immenses buildings ultra-modernes de Safrania entourant la Place Impériale, le fief du pouvoir. Et au-dessus flottaient les titanesques Abîmes, vaisseaux-cités abritant le cœur de la force militaire de Kanto.

L'Empereur écarta les bras, tel un ange descendant parmi les Hommes, illuminant cette foule d'ignorants.

— Très cher peuple de la Nouvelle Kanto, je suis Arkheid F. Zadyrka, le nouvel et vrai Empereur de cette belle nation. Si je suis là, c'est pour exaucer la volonté d'Arceus. Le Créateur lui-même m'a envoyé, moi, son plus jeune fils, pour créer un paradis. Un paradis tant pour les Hommes, pour nous, que pour nos amis les Pokémon. Je veux, camarades, me battre main dans la main avec vous pour façonner ce monde meilleur, où le bonheur serait une valeur existentielle. Êtes-vous prêts à me suivre ?

Et le peuple abruti répondit par une ardente approbation, cri s'échappant du fond de leur âme. Âme qu'ils offraient d'ailleurs à cet homme comme une offrande, comme premier et terrible impôt qu'il leur imposait.

— Alors nous vaincrons. Car selon la volonté d'Arceus, selon la volonté de Kanto, selon ma volonté, selon notre volonté, les autres civilisations nous rejoindrons dans la lumière !

— Quel talent, fit le second militaire présent. Ou plutôt... Quel peuple stupide.

— Je partage ton avis, Fulguris, s'amusa l'Empereur. Ces pions seront parfaits sur mon jeu.

Mais à la différence de l'autre, cet homme là n'était non pas vêtu d'un uniforme, mais plutôt d'un simple costume noir fermé. Sur sa main droite était tatoué un triangle bleu.

— Il est temps pour notre grande nation de marcher, conclut finalement Arkheid. Il est temps de prendre possession du monde !