Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Gemini Soul T.1 - Dans l'Ombre du Futur de Caelys



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Caelys - Voir le profil
» Créé le 11/02/2017 à 18:49
» Dernière mise à jour le 26/07/2017 à 23:34

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre V - Sacrement
Un rêve. Voilà un mot parfait pour définir ce que vivait actuellement le jeune arcko. Car Yami, son évaluateur, lui avait révéler avant l’heure que sa performance lui assurait une place parmi les Partisans. Depuis, Nayati était comme sur petit nuage.

Ava, assise à sa gauche, semblait dans le même état. Elle, n’avait guère eu les résultats de son Épreuve mais paraissait réellement confiante. Cela égayait davantage l’arcko, il ne pouvait imaginer vivre cet honneur sans elle. Oh, bien sûr, il aurait toujours Namarok, Isha voire même Yami avec qui partager cet instant mais ce ne serait pas pareil sans elle… Ava était son amie d’enfance, sa meilleure amie !
La seule chose qu’il voulait là, maintenant, était de partager ce moment avec elle car après tout, il leur appartenait.

Sans comprendre ce qu’il voyait, comme s’il était déconnecté de la réalité, Nayati vu passé les élèves choisis par le Dieu du Temps pour devenir des aspirants puis enfin, vint leur tour.

– Maintenant, commença le Seigneur Dialga, vint le moment que je préfère le plus depuis que vous, mes suivants, m’avez voué votre vie. Le sacrement des Partisans. Ces deux jeunes pokémons que vous voyez là, entre mon Bras-Droit et Isha, se sont durement entraîner durant ces dix dernières années afin d’être prêt à me servir et viennent de passer leur Epreuve.

Le dragon fit une pause pour regarder dans leur direction, provoquant un frisson d’excitation chez le gecko.

– Ava, fille d’Ohanzee et Nirvelli, approche-toi et entends les résultats de ton Épreuve !

L’évolie, tremblante à la fois d’excitation et d’appréhension, échangea un regard emplit d’espoir avec Nayati avant de s’avancer fièrement vers leur seigneur et maître.

– Bien que tu sois jeune et peu expérimentée des véritables batailles, tu as parfaitement réussi à faire face à trois Luxen connus comme étant les Blue Rescues. Tu en a, certes, laisser un s’échappé mais non sans lui avoir infligé de grave dommages et mis KO les deux autres. La ruse dont tu as fait preuve a comblé tes lacunes et te permet ainsi d’être digne de rejoindre le rang de mes Partisans.

Sur ces mots, le Seigneur Dialga fit luire les griffes de sa patte droite d’une lueur métallique et d’un geste vif, se trancha légèrement son autre patte. Il fit signe au noctunoir de lui apporté le bol qu’il tenait pour y verser quelques gouttes de son sang bleuté. Puis il utilisa son pouvoir temporel pour stopper le flot sanguin. Sûrement en vu de mon propre sacrement, pensa Nayati. Ensuite, le dragon bleu nuit aux veine oranges ordonna à Isha de poser le bol devant la petite renarde.

– Boit mon sang et reçoit l’Éternité !

Ava s’exécuta. Lorsqu’enfin, elle eut fini de laper le bol, une aura bleuté surgit de son petit corps et se rassembla au niveau de sa poitrine pour former un étrange et singulier dessin. Le symbole du Temps. Le symbole de Dialga !

– A partir de maintenant et ce jusqu’à ce que mon cousin, Yveltal le Faucheur, te prenne la vie, tu seras ma Partisane !

Tous applaudirent, ravis que la petite Ava ait enfin rejoint les rangs du Lord du Temps. Nayati se joignit à eux, sans s’apercevoir que Namarok – à la droite du Dieu – faisait semblant de frapper dans ses mains. Celui-ci fit alors signe à l’évolie de s’asseoir à sa gauche avant de demander le calme.

– Nayati, fils des félons, approche et entends les résultats de ton Épreuve !

Le gecko sortit brusquement de sa bulle à ce commandement. Bien sûr, Nayati s’était attendu à ce cruel rappel. Malgré tout ce qu’il pouvait dire, il restait le fils de Nosh et Lune tout comme ces derniers continuaient d’étendre leur ombre sur lui. C’était inévitable. Mais quand même… pourquoi cela me fait si mal de penser à eux ? Je les ai pourtant reniés ! Et soudain, tel un serpent, le doute s’insinua dans le cœur du jeune arcko. Et si, en vérité, Yami lui avait menti ? S’il lui avait fait miroiter une place dans l’armée du Seigneur Dialga pour au final dire à celui-ci qu’il avait lamentablement échouer ? Et…et…et… et si ce n’était pas un sacrement mais une exécution qui l’attendait ?

L’idée de s’enfuir jusqu’à la Forêt Crépuscule et d’y appeler les Luxen lui traversa l’esprit. Tu aurais dû partir avec eux ce jour-là…, lui murmura une petite voix dans sa tête. Sans pouvoir l’empêcher, Nayati se mit à trembler de peur. Toutes les cellules de son corps lui hurlaient de fuir ! Je dois partir ! VITE !

Une large main se posa alors sur son épaule gauche, le faisant sursauter. Lentement, Nayati leva la tête et croisa le regard de son mentor. Loin d’exprimer une jouissance malsaine, le regard d’Isha ne dégageait que chaleur, réconfort et amour. Bien qu’extrêmement surpris, le soulagement envahit l’âme de l’adolescent. Isha était là ! Et tant que le noctunoir serait là, le gecko ne risquait rien car il était son mentor. Son protecteur.

Laisse la crainte et la peur t’abandonner, Nayati. Ton enfance est finie désormais, il est temps pour toi de suivre ta destinée peu importe où elle te mènera.

Comme si ces simples phrases avaient été une incantation, la peur et le doute disparurent de son cœur. D’un hochement solennel, l’arcko remercia le spectre avant de s’avancer fièrement vers l’estrade de pierres créer par les villageois juste devant Bourg-Rouage où se tenait son Dieu, toutes craintes à présent envolées.

Les villageois, le voyant s’approcher d’un pas assuré du Seigneur du Temps, turent instantanément leurs ragots qu’ils avaient commencés lorsqu’il fut appelé. Car en cet instant, Nayati avait la prestance d’un Partisan !

Quand celui-ci arriva finalement aux pattes du dragon bleu nuit aux veines orangés, ce dernier lui offrit un sourire sincère.

– Nayati… comme je viens de le dire, tu es la progéniture de deux serviteurs m’ayant trahit, et pourtant je t’ai malgré tout choisis pour devenir un de mes Partisan. Sais-tu pourquoi ?

– Je l’ignore, Maître Dialga, finit par avouer le jeune gecko, étonné de la tournure de son sacrement.

– Je t’ai choisi parce que, malgré l’absence de tes parents, la solitude et la haine liée à ton nouveau statut, tu as persévéré dans la voie que tu voulais suivre depuis ton plus jeune âge : devenir Partisan !

Nayati ne sut quoi dire en réponse à cette déclaration et le Dieu continua.

– Mais, à cause de ce statut si particulier qui était le tien, j’attendais de toi bien plus qu’un simple aspirant. Et, au vu du résultat de ton Épreuve, j’ai eu raison de te confier à Isha.

Nayati tourna la tête vers ce dernier. Il fixait le Seigneur Dialga d’un regard triste, comme s’il déplorait la perte d’un être cher. Cependant, l’adolescent n’eut guère le temps de réfléchir à ce sujet car la divinité annonça enfin les résultats de son Épreuve.

– Pour faire face au deux Luxen que Yami t’avais donné comme cibles, tu as su faire preuve de stratégie et d’une grande volonté. De plus, animé par la rage de vaincre, tu ne m’as non pas apporté des prisonniers mais les cadavres de nos ennemis, me démontrant ainsi où se place ta dévotion.

Sur ces paroles, le Bras-Droit fit léviter lesdits cadavres bien hauts, afin que tous puissent les contempler. De nombreuses exclamations parvinrent aux fentes du gecko, ainsi que les murmures des conversations. Que le maître des lieux fit taire d’une phrase.

– C’est donc lavé de toute honte et l’honneur vengé que tu rejoins le rang de mes Partisans.

Le Seigneur Dialga plia sa jambe avant gauche de manière à placer sa blessure juste au-dessus du bol. Il lâcha alors l’emprise qu’il exerçait sur son flot sanguin, lequel s’écoula dans le récipient jusqu’à le remplir. Alors seulement la divinité referma sa blessure avec son pouvoir temporel.

– Bois mon sang et reçoit l’Éternité !

Presque religieusement, Nayati prit le bol dans ses pattes avec d’infinies précautions. Il observa longuement le sang divin qu’il allait ingurgiter d’ici quelques minutes. Curieusement, il était bleu. Au vu des veines orangées parcourant le corps du dragon, l’arcko aurait juré que son sang serait orangé lui aussi.
Puis il regarda tour à tour Ava, Namarok, s’attarda un peu sur Isha, Yami et revient sur le Dieu. Le remerciant silencieusement d’avoir crut en lui malgré l’acte de trahison de ses parents, il porta le bol à sa bouche et le vida en quelques gorgées. Comme pour l’évolie, une aura bleuté surgit de son corps avant de se concentrer sur son épaule droite pour y faire apparaître le symbole du Temps.

– A partir de maintenant et jusqu’à ce que le Faucheur prenne ta vie, tu seras mon Partisan.

Peu applaudirent parmi les villageois de Bourg-Rouage mais Nayati n’en avait que faire. Car ceux qui comptaient pour lui, eux, le firent. De plus, Ava l’avait rejoint et l’armée du Seigneur Dialga toute entière s’était mise à scander leur nom.

– AVA ! NAYATI !

Les deux nouveaux Partisans échangèrent un regard complice. Leur rêve s’était enfin réaliser !

***
Samaël et Shinobu furent recrachés sans ménagement par l’Anneau d’Hoopa devant l’entrée de l’immense palais fait de platine où résidait le Dieu des Dimensions. Le soulagement s’empara des deux Luxen : ils étaient de retour à Inversia !
Ayant finit son office, l’anneau retourna se poser sur la corne de son propriétaire qui les pressa de questions :

– Sam, Shinobu ! Vous n’êtes pas blessés ? Où sont Night et Sable ?

L’humain sentit son cœur se serrer en entendant leur nom et les larmes reprirent de plus belle.

– Ils… ils sont, hoqueta-t-il sans réussir à finir sa phrase.

– Sable et Night sont morts.

Voilà. Shinobu l’avait dit. Sable et Night étaient morts, tué de la main même de l’être aimait le plus après ses parents, son grand-frère Nayati. Pourtant, le garçon n’éprouvait ni haine ni colère à son encontre. Seulement une profonde peine.

– Oh…, ne trouva qu’à dire Hoopa, soudain mal à l’aise. Vous voulez que je l’annonce à leurs parents ?

– Nan, s’écria Samaël. Je le leur dirai !

– Samaël…, commença le ninja en se tournant vers lui.

– Je sais que Yamika est une tes amies, Shinobu, mais il faut que l’un de nous fasse un rapport à Giratina sinon ils… ils seront morts pour rien ! Et puis tu expliques mieux que moi, de toute façon.

L’humain fixa l’amphinobi de son regard océan. Il lui demanda silencieusement d’accepter. Au bout d’un moment, celui-ci détourna le regard en soupirant. Il avait gagné.

– D’accord… Je vais faire mon rapport.

Samaël le remercia d’un faible sourire et commença à descendre les marches du palais lorsque Shinobu l’interpella.

– Samaël !

– Oui ?

– Ce n’est pas ta faute, alors ne t’en veux pas.

Il ne répondit pas et leur tourna le dos. Si, c’est ma faute ! J’aurai pu faire en sorte de les sauver et pourtant… et pourtant… je n’ai rien fait. Je les ai juste… regardés mourir ! Secouant la tête pour chasser ces idées noires, le garçon reprit sa route.

Il descendit les marches du palais, répondit vaguement aux salutations que lui lançaient ses camarades rebelles puis se dirigea vers ce que les Luxen nommaient le quartier inversé. Pourquoi un tel nom ? Eh bien parce que les bâtiments de ce quartier avaient la tête en bas. Comment faisaient-ils pour ne pas s’écraser au sol ? La gravité.
Sur Tero Nova, le noyau faisait office de centre gravitationnel mais ici, sur Inversia, ça fonctionnait différemment. Il y avait des centres de gravité un peu partout, de tel sorte qu’on pouvait marcher sur les murs ou au plafond exactement comme au sol. Et justement, Yamika et Wakanda, les parents des renardeaux, vivaient là-bas.

Samaël s’y rendit d’un pas rapide, sans apprécier le changement de vu qu’il affectionnait tant d’ordinaire. D’un coup d’œil, il repéra le bâtiment qu’il cherchait, y pénétra et monta jusqu’au cinquième étage. Arriver face à leur porte, il marqua un temps d’arrêt. Se rendant compte qu’il pleurait toujours, il voulut essuyer ses larmes mais elles revenaient encore et encore. Du coup, il abandonna.

Fixant la porte de l’appartement des renards, le garçon se disait qu’il devait toquer pourtant, quelque chose l’en empêchait. Il avait peur. Peur de ne pas trouver les bons mots. Peur de ne pas être en mesure de leur expliquer ce qu’il c’était passé. Alors, comme à chaque que la peur envahissait son être, le garçon recourra à l’astuce que son père lui avait enseigné. Il accepta ses peurs.

N’étant plus entravé par les chaînes de la peur, le préadolescent respira un bon coup et toqua à la porte. Un goupelin ne tarda pas à lui ouvrir.

– Sama… Qui y a-t-il ? Pourquoi pleures-tu ? Et où sont les enfants ?

– Je…

Il n’arrivait plus à parler tant l’émotion lui nouait la gorge.

– Il est arrivé quelque chose aux enfants ?

A défaut de pouvoir émettre un mot, le garçon se contenta d’hocher la tête. Wakanda s’apprêtait à le submerger de question quand une fourrure rouge, grise et noire apparut dans son champ de vision. Celui – ou plutôt celle – à qui elle appartenait passa d’abord en coup de vent dans le couloir derrière le sorcier renard avant de revenir vers eux.

– Samaël ? C’est bien toi ?

Nouveau hochement de tête.

– Mais… c’est quoi toutes ces larmes ?

– Trésor, intervint Wakanda. Il est arrivé quelque chose à nos petits.

Le mâle l’avait dit sur un ton calme pourtant, si on tendait bien l’oreille, on pouvait percevoir le tremblement de sa voix. De plus, lorsque l’humain observa la zoroark, la tristesse et la résignation brillaient dans ses yeux. Pas de doute possible : ils avaient comprit.

– Je vois…, chuchota presque celle-ci avant reprendre un peu plus fort. Merci d’avoir prit sur toi pour venir nous l’annoncer, Samaël. Je sais que ça doit être dur pour toi. D’ailleurs, il y a quelque chose que je voudrais savoir – mon compagnon aussi je pense – et c’est comment sont-ils…

Yamika ne termina pas sa phrase, sans doute était-ce trop dur pour elle aussi de le dire. Malgré tout, le préadolescent comprit. Elle lui demandait de leur conter comment Sable et Night avaient rendu l’âme. Cela risquait, certes, de remuer le couteau dans la plaie mais ils méritaient de savoir. C’était normal. Yamika et Wakanda étaient leurs parents après tout.

Samaël hocha la tête pour montrer son accord.

– Merci, le remercia cette fois le goupil de feu. Entre, on y sera mieux pour t’écouter.

Les deux renards l’invitèrent à rentrer et lui indiquèrent où se trouvèrent le salon. Tout en s’y rendant, le garçon observa la décoration de l’appartement. Contrairement à la serre de son père, il n’y avait pas beaucoup de meubles, juste ce qu’il fallait. Avec quelques cristaux devenant luminescent à la tombée de la nuit. Car oui, Inversia n’avait pas été touché par la Paralysie Temporelle Planétaire. Quant aux murs et au plafond, ils semblaient ne pas existés et montraient l’aube se levant sur Tempora. Ce spectacle laissa le jeune humain bouche bée.

– Ça surprend toujours la première fois, n’est-ce pas ?

Samaël se retourna pour se retrouver nez à nez avec Yamika.

– Époustouflant conviendrait mieux, dans mon cas, répondit le garçon. Mais c’est quoi ? De l’illusion ou de la magie ?

Tien ? J’ai retrouvé la parole.

– Un mélange des deux enfaite, avoua Wakanda en les rejoignant dans le salon avec des boissons. Yamika a étendu son champ d’illusions sans penser à quoique ce soit et moi, j’y ai rajouté quelques runes magiques. Résultat, quand on regarde autour de nous, on y voit nos rêves les plus profonds. Nous, nous y voyons désormais nos enfants…

Sa voix mourut dans sa gorge à la fin de sa phrase et un silence pesant s’installa. La femelle montra à Samaël une table basse. Tous trois s’assirent à même le sol autour de la table et le mage posa les boissons dessus. Si le couple prirent chacun un verre, le garçon n’y toucha pas. Il avait la gorge si sèche qu’il avait l’impression que celle-ci resterait engluée s’il buvait. Aussi préféra-t-il s’abstenir.

Le silence finit par s’installer et Samaël, voyant les regards attentifs des renards, respira un grand coup et sécha ses larmes. Alors il leur expliqua tout. Du début à la fin. L’arrivé de leur groupe sur Tempora, le voyage qu’ils ont fait jusqu’au Temple Alakazam où Shinobu et Night n’arrêtaient pas de s’envoyer des piques, ce que Sage leur a apprit sur la PTP et où trouver de plus amples informations, l’attaque surprise des Partisans, la mort des renardeaux et leur fuite. Puis il se tut, attendant la réaction des deux parents.
Celle-ci ne se fit pas attendre, d’ailleurs. Si Yamika enfouit son visage dans ses mains en murmurant « Mes petits anges… » tout en sanglotant, son compagnon réagit de façon plus virulente.

Wakanda se jeta sur le garçon et se mit à ruer de coup poing tout en le traitant de toutes les insultes lui venant à l’esprit. Celui-ci ne se défendait pas, jugeant qu’il méritait amplement. Il fallut que la zoroark le plonge dans une illusion pour qu’il arrête et le prit dans ses bras pour le consoler.

– Pourquoi ? demanda-t-il faiblement, le regard dans le vide. Pourquoi ne les as-tu pas sauvés ? POURQUOI N’AS-TU PAS TUE LEUR ASSASSIN POUR LES VENGER, SAMAËL ?!

– Tué Nayati ? répéta le garçon en s’asseyant péniblement. Je ne le ferai jamais. Il est mon grand-frère et je l’aime !

– Ce monstre n’est PAS ton grand-frère ! Il ne l’a jamais été et ne le sera jamais ! ET PUIS COMMENT PEUX-TU AIMER L’ASSASSIN DE TES MEILLEURS AMIS ?!

Samaël ne lui répondit pas. Certes, il comprenait la colère et la haine de Wakanda à l’encontre de Nayati, elle était légitime, mais lui éprouvait seulement de la rancœur envers lui-même. Il restait incapable d’haïr le gecko. Quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe, quoique tu fasses… je t’aimerai éternellement, mon frère.

– Samaël…, fit alors Yamika. Wakanda ne s’est plus ce qu’il dit. Ne lui en veux pas. Il lui faudra du temps pour que cette blessure cicatrise, aussi je te demanderais de ne pas revenir nous voir.

– Je comprends, assura le préadolescent en se remettant debout. Au revoir…

– ET NE REVIENS JAMAIS ! JAMAIS !

Et sur cet ultime hurlement, le garçon quitta l’appartement, laissant derrière lui des parents effondrés. Une fois leur porte fermé, il s’apprêta à utiliser son Bracelet Spatial accroché à son poignet droit et sertie d’une perle rose quand une voix retentit dans sa tête. La voix de Nayati.

Tu n’as jamais été et tu ne seras jamais mon frère ! Seulement une épine dans la patte du Seigneur Dialga que me ferai une joie de massacrer. Et après toi, se sera le tour de MES parents que tu as détourné du droit chemin. Mais je ne m’arrêterai pas là… je n’aurai de cesse de vous traquez et de vous tuez jusqu’au dernier ! Se sera à ce moment, et seulement à ce moment-là, que mon âme trouvera le repos.

Sans savoir pourquoi, Samaël sourit à cette déclaration pleine de menace et de promesse de mort. Son frère avait beau dire ce qu’il voulait, le garçon avait une place dans son cœur. Car après tout, Nayati lui avait répondu. C’est donc à la triste et joyeux qu’il appuya sur la perle rose en chuchotant :

– Inversia, maison de Lune et Nosh.

Une douce lueur rose l’enveloppa et la seconde suivante, il disparut.