Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Après la fin de Cyrlight



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Cyrlight - Voir le profil
» Créé le 13/01/2017 à 09:26
» Dernière mise à jour le 27/01/2017 à 15:03

» Mots-clés :   Action   Drame   Fantastique   Mythologie   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 4 : Qui suis-je ?
« Si les miens me sont étrangers
Alors que faire et où aller
Pour enfin être en paix? »


Qui suis-je ? - La légende du Roi Arthur



- Ça fait longtemps que tu le savais ?
- Un certain temps.

Cette réponse, obtenue de la bouche de Léa, arracha une grimace dédaigneuse à Emily. Comment avait-on pu lui dissimuler un tel secret depuis sa naissance ? Comment son père, cet aventurier de renom, avait-il pu taire sa rencontre avec Sulfura et Aphrodite, lui qui lui contait chacune de ses épopées lorsqu'elle était encore enfant ?

Certaines choses prenaient désormais leur sens dans son esprit. Elle comprenait à présent mieux, comme Némésis le lui avait fait remarquer à juste titre, pourquoi elle était en tous points supérieure au reste de l'humanité.

Elle saisissait également les raisons qui avaient poussé Wilbert à lui faire promettre de ne jamais s'approcher des pokémon légendaires. Il devait sans doute avoir trop peur qu'elle découvre la vérité au sujet de ses origines. À présent que c'était le cas, elle le vivait très mal.

Elle... La fille d'Aphrodite... Cette femme, cette déesse, qu'elle avait combattue avec acharnement, qu'elle avait même manqué de tuer à une reprise... C'était insensé. C'était insensé, et pourtant cela répondait à toutes les questions qu'elle aurait été susceptible de se poser dans sa vie.

- Pourquoi est-ce que tu n'es pas venue me le dire avant ? s'enquit sèchement Emily.
- J'attendais l'ordre d'Athéna. Elle est l'Alpha, c'était à elle de choisir le moment le plus opportun.
- À elle ? Tu es mon amie, Léa. Tu me devais bien ça.
- Non, coupa-t-elle, avec une pointe de colère dans la voix. Je ne suis plus des vôtres et je ne dois rien du tout à quiconque, surtout pas à vous. Je fais partie de la Confrérie originelle, je suis soumise à Athéna. Je n'ai plus rien à voir avec vous. C'est terminé.
- Comment est-ce que tu peux te permettre de parler de la sorte ? Qu'est-ce que tu fais de Tina ? Il lui a fallu des mois pour se remettre de ton départ. Et de Marion ? De Chloé ? Comment tu peux être égoïste à ce point ?
- C'est ainsi que les choses doivent se passer. Je n'ai rien d'autre à ajouter.
- Rien d'autre ? Ah ouais ? Parce que moi, j'ai pas fini ! s'emporta Emily. Tu n'as pas le droit de rappliquer comme ça dans mon existence pour me lâcher une foutue révélation de ce genre sans me rendre des comptes d'une quelconque façon.
- Je n'ai rien lâché du tout. Je n'ai fait que te conduire auprès d'Athéna. C'est elle qui a jugé que le moment était venu pour toi, ainsi que pour Aphrodite...
- Stop ! Ne prononce pas le nom de cette garce devant moi ! Je ne veux pas entendre parler d'elle. Jamais. Ce n'est pas ma mère. Ce n'est rien qu'une... Une...

Le glyphe feu s'interrompit, incapable de trouver ses mots. Un flot d'injures brûlait de franchir la barrière que formaient ses lèvres, tandis que Rayquaza planait mollement au gré du vent, en perdant de l'altitude pour se rapprocher du sol. La Forêt de Vestigion était déjà en vue.

- Vous êtes pareilles, toutes les deux, cracha soudain Emily.

Ce fut la première fois, sur tout le trajet du retour, que Léa daigna orienter son regard dans sa direction. Les prunelles de la shasseuse scintillaient tellement qu'un brasier semblait se consumer à l'intérieur. En cet instant plus que jamais, elle méritait son surnom « d'Incendiaire ».

- Pendant dix siècles, Aphrodite a été le Caninos d'Arceus et toi, tu es en train de te comporter exactement de la même façon. Je t'ai vue à l'oeuvre, tout à l'heure. Tu te prosternes aux pieds d'Athéna. Tu ramperais devant elle si le peu de dignité qu'il te reste ne t'en empêchait pas.
- Tu me parles de dignité ? As-tu conscience du privilège que ça représente d'être à son service ? Elle est l'Alpha, celle qui est parvenue à ramener la paix après plus d'un millénaire de guerre entre les légendaires.
- Si elle était si douée que ça, elle n'aurait pas attendu si longtemps avant d'y parvenir. Et si elle n'avait pas attendu, ta précieuse Circé serait encore de ce monde, tout comme Artémis et Cassy, et tu ne serais pas devenue cette bêcheuse que tu as l'air d'être maintenant.

Léa ne releva pas. Elle ne parut ni blessée ni offusquée par les propos d'Emily. Elle se contenta de conserver une expression neutre, étonnant contraste avec celle, furieuse, de son ex-consoeur, pendant que Rayquaza transperçait le feuillage dense et verdoyant des arbres.

- Tu es arrivée.

La nouvelle maîtresse des poisons n'eut pas besoin de prononcer cette brève phrase dans son intégralité. Celle qui l'accompagnait avait déjà sauté du dos du dragon d'émeraude alors que celui-ci se trouvait encore à une bonne demi-douzaine de mètres du sol. Dès que Léa s'en aperçut, elle lui ordonna de reprendre son ascension.

Emily se réceptionna en souplesse dans l'herbe humide. Elle n'allait rien se casser, bien sûr. Du sang de légendaire coulait dans ses veines. C'était la raison pour laquelle, en dépit des nombreux accidents dont elle avait été victime au cours de ses aventures, elle n'avait jamais été grièvement blessée.

Lorsqu'elle se redressa, Rayquaza disparaissait déjà dans le ciel. Il n'avait pas perdu de temps. Lui comme celle qui le chevauchait étaient certainement très pressés de retrouver leur maîtresse, de se pâmer devant elle.

Si la shasseuse n'avait jamais eu aucun grief contre Athéna, elle était dorénavant prête à lui reprocher tous les maux de la Terre, même ceux dont elle n'était pas directement responsable. Pour Emily, elle ne valait pas mieux qu'Aphrodite, et Némésis ne trouvait pas plus grâce à ses yeux.

John, qui avait attendu patiemment dans la vieille masure, en sortit presque aussitôt. La shasseuse ignorait combien de temps elle s'était absentée. Dans la Salle Originelle, il paraissait s'écouler autrement. Elle n'aurait toutefois su dire si c'était plus lentement ou plus vite.

- Alors ? interrogea-t-il. Que te voulait-elle ?

Emily hésita à répondre. Devait-elle dire la vérité ? La Confrérie avait combattu avec tant d'acharnement leurs homologues légendaires. N'était-ce pas une trahison que de s'avérer parente avec l'une d'entre eux ? Si le glyphe feu était elle-même révulsée à cette idée, qu'en serait-il des autres ? Rare était ceux qui portaient les légendaires dans leur coeur, encore moins les anciens partisans d'Arceus.

- Je...

Elle ne pouvait pas le dire. Pas même à John, qui était pourtant la personne de qui elle était la plus proche. Emily avait eu une enfance solitaire, avec un père souvent absent et rarement affectueux. Elle n'éprouvait pas le besoin irrépressible de se blottir dans les bras de quelqu'un, pas même les siens, pour chercher du réconfort. Si elle devait en trouver, bien qu'elle en doute, ce serait seule qu'elle y parviendrait.

- Je suis désolée. Je dois partir.
- Partir ? Maintenant ? Pourquoi ? Et pour aller où, surtout ? s'étonna-t-il, les yeux aussi ronds que des pokéball.
- Je n'en sais rien. J'ai besoin de réfléchir. De... Laisse tomber.
- Ah non ! C'est trop facile. Qu'est-ce que Léa te voulait ? Qu'a-t-elle bien pu te dire pour que tu te comportes de la sorte ?
- Rien. Rien du tout. Nous ne nous sommes presque pas parlées. Quant au reste... N'insiste pas, John. Tu n'obtiendras aucune réponse de moi. Je veux seulement que tu me fiches la paix.

L'homme connaissait le mauvais caractère naturel de son interlocutrice, mais il ne put s'empêcher d'être déstabilisé par son attitude. D'ordinaire, elle ne se permettait jamais de s'exprimer ainsi avec lui, en dépit de ses manières souvent très brutales.

- Emily, tu...
- Tu es sourd ? Je t'ai dit de me laisser tranquille !

Elle hurla si fort que quelques Cornèbre décollèrent de l'arbre dans lequel elles devaient certainement nicher. John blêmit. Malgré son courage de militaire, il n'était pas assez fou pour songer à braver Emily. Pas même le plus brave des individus n'aurait risqué de la contrarier alors qu'elle semblait tellement en colère, même s'il aurait bien voulu savoir pourquoi.

- Est-ce que Léa a l'intention de revenir ?

La shasseuse s'apprêtait déjà à disparaître dans les arbres lorsqu'il lui soumit cette interrogation. Il aurait voulu essayer de la retenir, mais il savait que tous ses efforts se seraient soldés par des échecs. Personne ne pouvait soumettre la volonté d'Emily. Elle faisait ce qu'elle voulait. La seule solution était de l'accepter.

- Non. Elle ne le compte pas, ni maintenant ni jamais. Léa est morte, d'accord ? Elle n'existe plus. Elle... Elle n'est plus rien. Ne mentionne jamais à personne que tu l'as vue aujourd'hui, d'accord ? Ni ce qui vient de se passer, d'ailleurs.
- D'accord, mais... Pour quelle raison ? demanda John.
- Parce que tôt ou tard, ça finirait par atteindre les oreilles de Tina, et je crois qu'il serait préférable pour elle de continuer à croire que son ancienne meilleure amie a été dévorée par un troupeau de pokémon sauvages ou découpée en morceaux par un tueur fou, plutôt que de savoir quel monstre insensible elle est devenue.
- À ce point ?
- Un conseil... murmura-t-elle si bas qu'elle n'était pas sûre qu'il l'entende. Méfiez-vous des légendaires et de leur influence. Vous pourriez le regretter amèrement. Il suffit de regarder Cassy, Sven et Léa pour s'en rendre compte.
- C'est ça ? s'enquit-il. Tu as peur de finir comme eux ?
- Moi ? Je n'ai peur de rien. Et je préfèrerais crever qu'avoir un jour la mentalité de l'une de ses satanées divinités. Je suis une humaine. Je suis une humaine !

Emily répéta ces mots à voix haute, dans l'espoir de s'en convaincre. Elle n'était pas comme eux. Elle ne tournerait pas le dos à ce qu'elle était, comme Léa l'avait fait suite à la mort de Circé. Elle ne se prosternerait pas non plus face à un maître absolu, ce qu'ils faisaient tous devant Athéna, et qu'ils avaient également fait autrefois devant Arceus.

- Pardon... souffla-t-elle en secouant la tête. Pardon.

Elle allait se mettre à courir pour s'éloigner quand la voix profonde de John l'interrompit une dernière fois. Elle lui jeta un rapide regard par-dessus son épaule. Elle ne pleurait pas. Emily ne pleurait jamais. « Exactement comme les légendaires » nota-t-elle malgré elle.

- Est-ce que tu vas revenir ? demanda le glyphe acier.

Elle s'accorda une minute pour réfléchir à la réponse qu'elle pouvait bien lui offrir. Au final, elle se contenta d'un haussement d'épaules, qu'elle accompagna d'une courte déclaration :

- Honnêtement ? Je ne sais pas.