Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Après la fin de Cyrlight



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Cyrlight - Voir le profil
» Créé le 31/12/2016 à 01:31
» Dernière mise à jour le 31/12/2016 à 01:34

» Mots-clés :   Action   Drame   Fantastique   Mythologie   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 3 : Bad blood
« Now we've got problems
And I don't think we can solve 'em
You made a really deep cut
And baby, now we've got bad blood, hey ! »


Bad blood - Taylor Swift et Kendrick Lamar



Emily secoua la tête avec véhémence. Tout ceci était absurde. Elle ? La fille d'Aphrodite ? Impossible. Comment son père aurait-il pu la connaître, et surtout comment aurait-il pu enfanter avec une légendaire, ces êtres qui n'éprouvaient pour la majorité que du mépris à l'égard du commun des mortels ?

- Stupide... pesta la shasseuse. C'est complètement stupide. Ce n'est pas ma mère. Elle ne peut pas l'être. Ma mère était...

Emily s'interrompit. Comment était-elle, au juste ? Wilbert Munhaüs ne l'avait jamais évoquée et il avait défendu à sa fille de poser des questions à son sujet. Le glyphe feu ne savait rien d'elle, pas même son nom. Il lui avait juste révélé qu'elle ne la connaîtrait jamais et que cela valait mieux ainsi.

Cela ne voulait rien dire, cependant. Si Aphrodite était sa génitrice, Emily le saurait. Quelque chose en elle la reconnaîtrait, au lieu de quoi elle ne ressentait absolument rien, alors qu'elle se tenait face à elle. Qui plus est, elles ne possédaient aucune ressemblance physique. La Beauté portait bien son surnom, contrairement à l'Incendiaire, qui n'avait pas une apparence des plus reluisantes.

- Jamais aucun d'entre vous ne se serez abaissé à donner naissance à un bâtard avec un humain, cracha-t-elle.

La déesse ne soufflait mot. Elle se contentait de scruter Emily avec insistance. L'espace d'une seconde, elle parvint à plonger son regard dans les iris bruns de la shasseuse, avant que celle-ci ne les détourne, rouge de colère.

- Si... murmura Aphrodite. C'est toi. C'est bien toi. Je suis désolée, j'aurais dû m'en rendre compte avant. Je... Pardon.

Elle étendit une main vers Emily, que cette dernière repoussa violemment avant de bondir en arrière, de façon à se placer hors de sa portée. Elle grogna d'un air féroce, pendant qu'une lueur enragée apparaissait dans ses yeux.

- Ne me touchez pas ! Je vous l'interdis ! Et vous, là... Pourquoi est-ce que vous me faites ça ? Pourquoi est-ce que vous me racontez ces conneries ?
- Emily ! tonna Léa. Tu sembles oublier à qui tu t'adresses. Athéna et Némésis n'ont pas pour habitude de mentir, tu devrais pourtant le savoir. Calme-toi et écoute ce qu'elles ont à te dire.

L'Alpha se leva de son trône. Elle avait toujours la même démarche gracieuse qu'autrefois et cette beauté simple qui pouvait presque rivaliser avec le charme envoûtant qu'Aphrodite dégageait au quotidien. Les bras croisés sur sa poitrine, elle se mit à arpenter l'espace devant son siège royal.

- Je comprends que cette révélation te perturbe, Emily. Tu as grandi sans ta mère, et tu découvres aujourd'hui qu'il s'agit d'une femme, d'une légendaire, que tu as combattue presque à mort à plusieurs reprises. Il est normal que tu...
- Combien de fois vais-je devoir vous le répéter ? Cette. Garce. N'est. Pas. Ma. Mère !

Chaque mot qui jaillit de la bouche du glyphe feu fut savamment articulé et prononcé avec toute la haine dont elle était capable. Elle jeta un regard méprisant à Aphrodite, qui affichait désormais une expression empreinte de mélancolie. La Beauté murmura :

- Hélas, je crains que si. Je... Effectivement, j'ai eu un enfant avec un être humain. Avec ton père. J'ai accouché dans le plus grand secret grâce à l'aide de Volupté et de Prométhée, qui se sont ensuite chargés de conduire mon bébé là où il serait en sécurité. Arceus nous aurait tuées toutes les deux si je t'avais gardée avec moi. Il fallait que tu disparaisses pour qu'il n'ait jamais vent de ton existence.
- Que je disparaisse ?

Emily poussa un cri offusqué. Comment Aphrodite osait-elle lui parler de la sorte ? Elle serra les poings. Si elle n'était pas parvenue par miracle à contenir l'impulsivité qui la caractérisait, elle lui aurait certainement lancé un Ultralaser au visage.

- Réfléchis une seconde, intervint Némésis. Ton métabolisme a cessé de vieillir. Tu possèdes des capacités physiques avec lesquelles aucun humain ne peut rivaliser, pas même le plus doué qui soit. Tu insuffles naturellement à tes pokémon une force bien supérieure à celle de leur espèce. Tu es plus robuste et tu guéris plus vite que n'importe qui. Cela n'a-t-il donc jamais éveillé le moindre soupçon chez toi ?

La shasseuse se mordit l'intérieur de la joue. Elle avait toujours eu le sentiment d'être au-dessus des autres, sans avoir besoin de souffrir pour cela d'un égo démesuré. En effet, elle disposait de compétences que nul n'égalait. Comment aurait-elle pour autant pu supposer que ses dons lui venaient d'une origine semi-légendaire ?

- Tu portes le glyphe feu, souligna Athéna. Le type de Sulfura. Ce n'est pas un hasard. Il n'y a pas de hasard.

Emily observa Aphrodite de la tête aux pieds. Elle devait admettre que les propos des déesses étaient sensés, pourtant elle ne pouvait toujours pas se résoudre à les accepter. C'était au-dessus de ses forces. Ce récit lui paraissait en tous points déraisonnable, malgré sa véracité apparente.

- En admettant que je consente à imaginer que tout ceci puisse être potentiellement vrai... Qu'est-ce que je suis censée dire, moi ?

Les trois légendaires présentes, ainsi que Léa, furent interloquées par sa question. Elles se concertèrent mutuellement du regard, sans savoir ce qu'il convenait de lui répondre. Emily ne leur accorda pas le temps de la réflexion. D'une voix vibrante de colère, elle poursuivit :

- Si vous êtes vraiment ma mère, vous auriez pu me garder avec vous et me cacher.
- Pour t'offrir la même vie que les Renégats ? Une fuite de tous les instants et une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête ? Qui souhaiterait cela pour son enfant ?
- C'était vraiment pour moi que vous aviez peur, ou pour vous-même ? aboya Emily. Pas assez de m'abandonner, vous êtes retournée vous prosterner aux pieds de votre précieux Arceus, tout en ayant conscience de ce qu'il me ferait s'il découvrait que j'étais venue au monde ! Comment peut-on être aussi lâche ?
- Agir comme je l'ai fait était la meilleure façon pour moi de m'assurer qu'il ne le saurait jamais. Le choix n'a pas été facile, Emily, mais il s'imposait de lui-même.
- Rien ne s'impose ! Vous ne m'avez pas protégée. Vous avez essayé d'avoir ma peau, à maintes reprises. À Atalanopolis, sur le Continent Perdu, aux Colonnes Lances... Si je n'avais pas été capable de me défendre, vous auriez laissé Sulfura me crever les yeux sans le moindre remord.
- Je... Je regrette tellement. Emily... Comment aurais-je pu... Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé que je te reverrais un jour. Il n'y avait qu'une chance infime pour qu'il s'agisse de toi, et pourtant...
- Pourtant, vous avez tenté de me tuer. Comme vous auriez tué n'importe qui d'autre se serait trouvé à ma place.

Les lèvres pulpeuses d'Aphrodite se figèrent, entrouvertes. Aucun mot supplémentaire ne s'en échappa. Par sa virulente répartie, la shasseuse était parvenue à la réduire au silence.

- Je vous déteste, d'accord ? gronda Emily. Vous et tous les autres. On est peut-être en paix maintenant, mais ça ne change rien à ce qui s'est passé, du moins pour moi. Vous n'êtes qu'une bande de psychopathes fanatiques qui ont servi un dieu complètement taré et égocentrique.
- Ce...
- La ferme ! J'en ai assez entendu comme ça sans que vous ayez à nouveau besoin de la ramener. Qu'est-ce que vous allez me servir, comme excuse bidon ? Que vous ne saviez pas qui j'étais ? C'est bon, j'ai pigé. Que si vous aviez été au courant, vous n'auriez jamais touché à un seul cheveu de ma tête ? Vous auriez décapité celle des autres, à la place. Pendant toutes ces années, j'ai haï ma mère parce que je lui en voulais de ne pas avoir été présente dans ma vie. À présent que je sais qui elle est, ce sentiment est encore pire, parce que personne, pas même le dernier des orphelins, ne souhaiterait être l'enfant d'une femme telle que vous.

Emily donna un violent coup d'épaule à Aphrodite, ce qui la secoua, lorsqu'elle passa devant elle, avant de fondre vers Léa. Elle plongea son regard dans les prunelles bleues, éteintes, de la jeune femme, et d'ordonna :

- Ramène-moi sur Terre. Tout de suite.

La nouvelle maîtresse des poisons reporta son attention sur Athéna, qui lui donna son accord d'un simple hochement de tête. Elle tourna alors les talons et la shasseuse lui emboîta le pas, pressée de quitter au plus vite cet endroit. Dès que l'immense porte de la salle du trône se fut refermée derrière elles, Aphrodite détacha ses yeux des battants pour les poser sur Athéna.

- Vous m'avez laissé l'affronter, lâcha-t-elle. Vous saviez qu'Arceus me faisait combattre ma propre fille, mais vous ne m'avez rien dit. J'aurais pu la tuer... Tout à l'heure, vous avez prétendu avoir veillé sur elle. Comment ? En me la livrant en pâture sans que j'en aie conscience ?
- Personne ne vous a forcé à le faire, Aphrodite. Mon camp vous a toujours été ouvert. Vous auriez pu le rejoindre, mais votre inimitié à mon égard et votre orgueil vous en ont empêché. Vous avez préféré lutter contre la Confrérie aux côtés d'Arceus. Quant à moi, j'ai fait mon possible pour les garder en vie. Je connaissais leurs capacités de défense et, chaque fois qu'elles étaient dépassées, j'intervenais, d'une quelconque façon. Je leur ai sauvé la vie plus de fois qu'eux-mêmes en ont conscience.
- Tout à l'heure, vous avez déclaré que vous n'étiez pas là pour me juger, et encore moins pour me condamner, mais c'est précisément ce que vous avez fait. Si tel n'avait pas été votre dessein, vous m'auriez révélé la vérité au sujet d'Emily depuis longtemps, mais vous vous êtes tu, comme vous l'avez toujours fait. Vous déguisez habilement vos reproches, mais cela ne m'empêche pas de les distinguer sous vos belles paroles. Vous n'avez jamais compris que je puisse rester auprès d'Arceus quand mes idéaux étaient si différents des siens, cependant moi non plus, je ne saisirai jamais pourquoi vous, fidèle partisane auto-proclamée de la paix et du pacifisme, vous avez attendu que la situation soit si désespérée et que tant de sang ait déjà coulé avant de mettre fin à une guerre que vous auriez déjà pu faire cesser.
- Aphrodite ! appela Athéna alors que celle-ci tournait également les talons.
- Vous êtes peut-être l'Alpha et vous nous avez peut-être réunifiés, mais cela ne change rien à mon opinion sur vous. En dépit de tous vos élégants discours, vous ne valez pas mieux qu'aucun d'entre nous, que nous soyons des membres de la Confrérie originelle ou des Renégats.

Sur ces mots, Aphrodite suivit les pas d'Emily et de Léa, déjà parties depuis plusieurs minutes, et disparut hors de la salle. Un soupir échappa à la fille de Zeus, qui se rassit sur son trône pour prendre son visage entre ses mains. Elle repoussa ses cheveux vers l'arrière avant de s'adresser à Némésis :

- C'était à vous que mon titre aurait dû revenir. Elle a raison : je n'en suis absolument pas digne. Vous, vous ne commettez jamais d'erreur, n'est-ce pas ?
- Tu seras une bonne Alpha, Athéna, déclara la justice. Je ne t'aurais pas proposé de le devenir si je n'en étais pas convaincue et, comme tu viens de le rappeler, je ne commets jamais d'erreur, du moins pas en ce qui concerne mes jugements.