Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Après la fin de Cyrlight



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Cyrlight - Voir le profil
» Créé le 12/12/2016 à 10:57
» Dernière mise à jour le 12/12/2016 à 11:23

» Mots-clés :   Action   Drame   Fantastique   Mythologie   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 2 : L'aigle noir
« Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part
Surgit un aigle noir »


L'aigle noir - Barbara



- C'est ici que tu vis ?

Les traits d'Emily se crispèrent. Ni elle ni aucun autre membre de la Confrérie, du moins à sa connaissance, n'était revenu aux Colonnes Lances suite à l'affrontement qui les avait opposés à Cronos et au trépas de Cassy. Elle sentit son corps se raidir quand Rayquaza fondit vers le plateau.

Le combat avait grandement détérioré le site. Lorsque les archéologues s'en étaient aperçus, ils avaient donné comme explication les fâcheuses conséquences d'une tempête extrêmement violente, due à l'altitude. Cela manquait d'imagination, mais qui aurait pu se douter qu'une guerre de titans avait eu lieu au sommet du Mont Couronné ?

- Pas ici. Au-dessus.

La shasseuse pencha la tête vers l'arrière, pour ne distinguer rien d'autre que le ciel grisonnant. Léa ne prononça pas le moindre mot, pas même une indication supplémentaire pour guider son regard qui se perdait dans l'éther. Au bout de quelques secondes, quelque chose se produisit.

Un rectangle à la blancheur immaculée venait d'apparaître au-dessus du plateau. Il était relié aux vestiges des Colonnes Lances par un escalier qui semblait taillé dans une matière transparente, comme s'il était constitué de verre.

- La Salle Originelle a été totalement détruite il y a plus de mille ans de ça, lors de l'offensive des Renégats contre Arceus, révéla Léa. Aucun mortel n'a jamais pénétré à l'intérieur, à l'exception de Pandore, ce qui ne lui a pas réussi.
- Pourquoi m'y conduire ? questionna Emily, suspicieuse.
- Athéna a supervisé toute sa reconstruction, pièce par pièce, quartier par quartier, avec quelques ajouts et modifications, d'après ce que j'ai cru comprendre. Sans être laxiste, son règlement est bien plus souple que celui du précédent Alpha. Tout le monde est assez unanime à ce sujet.
- Léa, est-ce que tu t'entends parler ? On dirait qu'on t'a lobotomisé le cerveau ! Tu te prends vraiment pour une légendaire ?
- J'en serai bientôt officiellement une. Je vais reprendre la place que Circé a laissé vacante au sein de la Confrérie à sa mort.

Emily ouvrit la bouche, mais la referma aussitôt. Impulsive et franche de nature, elle brûlait de déverser oralement ce qu'elle avait sur le coeur, cependant elle était convaincue que cela n'aurait servi à rien. Son avis serait sans effet sur l'attitude froide et hautaine dont la jeune femme faisait preuve.

Rayquaza survola les marches qui conduisaient à l'entrée du temple divin et s'engouffra à l'intérieur. Dès que sa queue fut ramenée le long de son corps, l'accès disparut. Léa sauta à terre et invita sa consoeur à en faire de même. Le glyphe feu atterrit dans une posture féline sur le sol. Il était composé d'un matériau inconnu sur Terre.

- De l'orichalque, informa la nouvelle maîtresse des poisons, à la vue de son expression interrogative. Le métal des dieux.

Emily acquiesça d'un hochement de tête distrait, comme si connaître la réponse ne l'intéressait déjà plus. Elle emboîta ensuite le pas à Léa, qui la conduisit dans un dédale de couloirs si gigantesques que des pokémon tels que Groudon ou Giratina pourrait y tenir debout sans la moindre peine.

Malgré la distance qu'elles parcoururent dans cet endroit qui semblait presque infini, elles ne rencontrèrent personne. La shasseuse aurait été pourtant curieuse de découvrir si Athéna était parvenue à réconcilier pour de bon Confrérie et Renégats ou s'ils continuaient à s'éviter, à défaut de se faire la guerre.

- Nous y sommes.

Léa s'immobilisa devant une double porte démesurée, encore plus grande que toutes celles qu'elles avaient croisées jusqu'à présent. Elle poussa les battants avec autant de facilité que s'ils avaient pesé le poids d'une plume, ce qui était potentiellement le cas grâce à un enchantement quelconque.

Le glyphe plante s'écarta du chambranle pour permettre à Emily de se placer au centre à sa place. L'ouverture béante donnait sur une salle qui, a elle seule, devait posséder la superficie d'un palais dans le monde d'en bas.

Le trône n'était plus le même qu'au temps d'Arceus. Plus petit et plus sobre, en dépit de ses dorures finement ciselées, il était adapté à la taille d'un humain, non pas d'un pokémon. Athéna se trouvait d'ailleurs dessus, élégamment assise dans sa robe à fourreaux blanche. Elle portait une fine couronne argentée sur ses cheveux aussi sombre que l'ébène.

Némésis se tenait à sa gauche, droite et fière, les mains jointes dans le creux de son dos. Elle les fixait de ses prunelles d'onyx, impénétrables, d'une noirceur similaire à celle de sa chevelure. Sa bouche écarlate était pincée et donnait à son visage cette expression hautaine qu'il avait toujours possédé. Emily n'en tint pas compte. Pour le peu qu'elle connaissait la légendaire, elle savait qu'il ne fallait pas s'en offusquer.

Les mortels avaient toujours eu moins peur de Némésis que l'ensemble de la Confrérie originelle, parce qu'ils n'avaient jamais véritablement été témoin de l'une de ses inégalables colères ou victimes de l'un de ses châtiments sans appel, mais aussi parce qu'elle était leur instigatrice.

Léa s'inclina avec déférence devant les déesses, un mouvement que celle qui l'accompagnait n'imita pas. Emily avait beau se tenir face aux personnes les plus puissantes de l'univers, cela ne changerait rien à son caractère. Il était impensable qu'elle se soumette par ce simple geste devant quelqu'un.

Aucune d'elles ne parut s'en vexer. La Justice conserva une expression neutre, pendant que le visage d'Athéna s'adoucissait davantage, grâce au sourire bienveillant qu'elle esquissa.

- Tu sais ce qu'il te reste à faire, désormais, indiqua-t-elle à Léa. Va la chercher.

L'intéressée hocha la tête, puis disparut dans le labyrinthe que formait la Salle Originelle. La shasseuse ne bougea pas d'un pouce. Elle se contenta de fixer à tour de rôle les deux femmes, tentant de ciller le moins possible. Ce n'était pas une tâche très difficile pour elle ; en avait l'habitude.

- Bienvenue parmi nous, Emily. Comment vas-tu ?

L'intonation d'Athéna était amicale, mais le glyphe feu ne se départit pas de son scepticisme pour autant. Il aurait fallu que la déesse soit absurde pour la convoquer ici avec tant de cérémonies dans l'unique but de lui demander de ses nouvelles, or elle n'était pas ainsi. Elle était de loin la plus intelligente de tous, Emily le savait.

- Évitez de tourner en rond et allez droit au but, s'il vous plaît. Je n'aime pas cet endroit. Plus vite je serai repartie et mieux ça vaudra.
- Dans ce cas, nous allons tâcher d'être brèves, même si le sujet que nous tenons à aborder avec toi ne peut se limiter à une série de phrases rapidement échangées. Némésis...
- As-tu remarqué quelque chose d'étrange, Emily ?
- Pas récemment, et si c'était le cas, j'aurais adressé un message à Marion à Fiore, soit par visiophone, soit par Roucool. C'est elle qui gère tout ça. Elle est bien encore chef de substitution, non ?
- Notre question ne portait pas sur la Confrérie, mais sur toi précisément, intervint Athéna. Dois-je en conclure que rien ne t'interpèle à propos de ton corps, de ton organisme ou même de tes facultés ?

La shasseuse s'accorda une minute pour réfléchir. Où l'Alpha voulait-elle en venir ? À quoi rimait cette histoire ? C'était à n'y rien comprendre. Athéna l'avait-elle véritablement contactée, au point de renvoyer Léa sur Terre, avec la seule volonté de lui poser des questions sur sa santé ?

- Je vais très bien, merci. Je pète le feu et...
- Justement. En années humaines, tu as presque trente-six ans, n'est-ce pas ? Le tiers d'une vie mortelle, approximativement.
- Oui, et alors ? L'important, c'est de rester jeune dans sa tête. Bien sûr, vous, les légendaires, vous avez pas ce problème. Soit dit en passant, je trouve que Léa a pris un sacré coup de vieux depuis la dernière fois, mais...
- En ce qui te concerne, Emily, c'est plutôt le contraire, l'interrompit Némésis. Tu parais beaucoup plus jeune que tu le devrais, et il y a une explication à cela. Ton métabolisme a considérablement ralenti son développement.
- Ça m'a pas spécialement interpelée. Qu'est-ce que ça veut dire, d'abord ? C'est une faculté liée à mon glyphe ?

Les divinités échangèrent un regard, juste avant que les portes de la salle du trône s'ouvrent. Léa pénétra de nouveau à l'intérieur. Cette fois-ci, elle était accompagnée par une femme plantureuse à la peau hâlée, aux longues boucles dorées et aux magnifiques yeux cyans, si éblouissante qui aurait fait pâlir de jalousie n'importe quelle humaine.

Aphrodite marqua une léger étonnement à la vue d'Emily, mais elle ne fit aucun commentaire. Elle se dirigea simplement vers elle pour lui tendre la main, comme si elle avait oublié le nombre de fois où elles s'étaient affrontées l'une et l'autre avec une haine farouche. Ce n'était pas le cas du glyphe feu, qui refusa catégoriquement de la serrer.

- Ce temps-là est derrière nous, insista la Beauté. Vous avez été une adversaire redoutable, mais à présent, il n'y a plus de camps réellement distincts.
- C'est pas une raison pour que j'accepte de faire du copinage avec les anciens caninos d'Arceus.
- Aphrodite... coupa Némésis avant que la conversation dégénère. Que s'est-il passé, il y a trente-six ans, au Mont Braise ?

Les sourcils d'Emily se froncèrent d'incompréhension, un sentiment qui ne fit que s'accentuer lorsqu'elle vit l'humaine de Sulfura, debout face à elle, blêmir. De la sueur perla sur son front lisse et sa bouche s'entrouvrit, tremblotante.

- Je... Il ne s'est rien passé. Rien du tout, marmonna-t-elle d'un ton mal assuré.
- Et à la Tour Cendrée, quelques mois plus tard ? Toujours rien ?
- Vous... Vous savez, n'est-ce pas ?
- Bien sûr que nous savons, reprit Athéna d'une voix beaucoup plus clémente que celle de la Justice. Nous ne sommes pas là pour te juger, cependant, et encore moins pour te condamner. Ce que nous voulons, c'est la vérité.
- Pourquoi ? demanda Aphrodite. Pourquoi maintenant ? Venez-vous seulement de le découvrir, ou...
- Non. J'ai toujours été au courant, avoua l'Alpha. Les Zarbi m'ont rapporté ton sacrifice à l'instant où tu l'as fait. Une mère ne devrait jamais être contrainte d'abandonner son bébé, pas même pour le protéger. Ta bravoure n'a sûrement eu d'égale que ta peine, et c'est en récompense de ce courage que, pendant tout ce temps, j'ai pris soin de veiller sur cet enfant sans que quiconque le soupçonne, pas même toi.

Les prunelles d'Aphrodite se troublèrent, comme si elles tentaient de verser des larmes qu'elle ne possédait pas en tant que légendaire. Le regard d'Emily passa respectivement d'elle à Athéna, puis Némésis, et enfin à Léa, dont le visage était hermétique.

- Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? s'exclama-t-elle. Quel est le rapport avec moi ?
- Absolument tout, Emily. Ce bébé auquel Aphrodite a dû renoncer... C'était toi.