Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Après la fin de Cyrlight



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Cyrlight - Voir le profil
» Créé le 12/12/2016 à 10:51
» Dernière mise à jour le 13/07/2017 à 10:26

» Mots-clés :   Action   Drame   Fantastique   Mythologie   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 1 : Verge
« Out on the verge of the rest of our lives tonight
Top of the world and we're dressed to the nines tonight
Edge of the Earth and we're touching the sky tonight
Out on the verge of the rest of our lives »


Verge - Owl City et Aloe Blacc



- Du nerf, bon sang ! Tu es plus lent qu'un Magicarpe agonisant !

John pressa son allure déjà rapide. Les tempes grisonnantes et quatre ou cinq kilos en trop, il approchait de la cinquantaine, mais conservait tout de même une bonne endurance et une excellente condition physique, qu'il devait à sa carrière de militaire. Malgré cela, il ne parvenait pas à suivre le rythme infernal qu'Emily insufflait à leur course.

- C'est mou, tout ça ! s'exclama-t-elle.

La shasseuse allait bientôt fêter ses trente-six ans, un chiffre qui ne se lisait absolument pas sur son visage diaphane. Il possédait la même apparence qu'au temps où la Confrérie était encore unie, or sept années s'étaient écoulées. Elle n'avait pas pris une ride et conservait la même énergie qu'à l'époque. Ses cheveux rouge vif, coupés court, étaient très représentatifs de son tempérament dynamique.

- Tu n'es pas normale ! répliqua John. Voilà cinq bons kilomètres que tu mènes un train d'enfer et tu n'es même pas essoufflée.
- L'assurance de la jeunesse, voilà tout.
- Par rapport à moi, peut-être, mais pardonne-moi de te l'apprendre, tu es loin d'être encore une fringuante adolescente.

Emily esquissa un sourire. Ils couraient l'un à la suite de l'autre dans la forêt de Vestigion, où se trouvait toujours son petit pied à terre. Le monde étant à la fois sa maison et son terrain de jeu, elle n'avait jamais éprouvé le besoin d'en chercher un autre, pas même depuis que sa relation avec John était devenue plus sérieuse.

Elle prit appui sur une pierre moussue et se propulsa dans les airs pour agripper une branche d'arbre de ses doigts fins, à laquelle elle se balança à deux reprises, avant d'exécuter un salto vers l'avant. Elle en attrapa une autre avec autant d'aisance que son Chimpanfeu qui l'escortait.

- Frimeuse... marmonna John d'un air amusé.

Depuis qu'il l'avait rencontrée, Emily n'avait pas changé. Elle avait conservé sa témérité et son impulsivité qui, jusqu'à présent, ne s'étaient jamais retournées contre elle. La shasseuse avait un don inné pour se sortir de n'importe quel mauvais pas, et encore plus des situations désespérées.

Après la mort de Cassy, la Confrérie s'était à nouveau plus ou moins perdu de vue. La seule avec qui ses membres gardaient des contacts réguliers était Marion, puisqu'elle s'efforçait de les coordonner depuis Fiore, où elle avait repris son poste de Ranger en chef.

Ils surveillaient chacun de leur côté la région dans laquelle ils étaient établis. Esméralda, Marco, Sylvain et Bridget prenaient soin de Johto, Chloé et Hitaki de Kanto, Angus de Hoenn, tandis que John, Tina et elle-même gardaient un oeil sur Sinnoh.

Léa n'avait plus donné signe de vie depuis qu'elle était partie, nul ne savait où, en compagnie d'Athéna. Quant à Yohanna, d'après les informations qu'Emily avait pu glaner auprès de ses confrères, elle s'était exilée dans le Monde Inversé en compagnie de Lilith et Crios, afin que celui-ci puisse se rasséréner progressivement.

La plupart du temps, Satan demeurait avec eux dans cette autre dimension, mais il revenait souvent leur rendre visite sur Terre. Il n'était pas le seul légendaire avec qui la Confrérie conservait des liens. Scathach et surtout Lamia étaient restées en bons termes avec eux.

Devenue la nouvelle Alpha, Athéna veillait sur l'équilibre du monde, ainsi que sur les légendaires, mais elle avait laissé à la charge de la Confrérie le soin de protéger l'espèce humain. Sur ses ordres, Prométhée assurait la liaison entre Marion et elle, mais ses visites étaient très rares, du fait de l'antipathie que les dieux avaient toujours inspirée au glyphe vol.

- Perdu ! s'écria Emily.

Elle sauta sur les épaules du John avec la souplesse d'un Persian, sans le déséquilibrer. Celui-ci plaça ses mains sur ses mollets musclés afin de l'aider à se maintenir en place, mais la relâcha dès qu'elle émit le souhait de retrouver le contact du sol sous ses pieds.

- Ne fais pas ta mauvaise tête, le railla-t-elle pendant qu'il se renfrognait. Inari disait toujours que j'avais en moi quelque chose de plus que les autres humains, alors il n'y a aucune honte à ce que je sois meilleure que toi.
- Je ne suis pas jaloux. Tu ne cesses de me surprendre, c'est tout.

John passa un bras autour de sa taille et ils reprirent leur chemin avec plus de calme que cela n'avait été le cas jusqu'à présent. Ils n'étaient plus très loin de la vieille masure d'Emily, que l'humidité commençait à ronger. Elle s'y rendait une fois par mois au minimum, pour vérifier sa boîte aux lettres, car c'était là qu'elle recevait ses demandes de shasse. Sa réputation professionnelle n'avait fait que s'accroître au fil du temps et elle recevait plus de sollicitations qu'elle n'avait de temps à leur consacrer.

- Combien as-tu eu de shinies, cette année ? interrogea John.
- Six. C'est la première fois que je suis aussi proche de mon record en dix ans. L'ennui, c'est que les gens me croient si douée qu'ils exigent à présent des prouesses qui relèvent davantage du miracle que de la compétence. Trouver un shiny est suffisamment difficile ainsi, sauf qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de m'en réclamer certains issus d'espèces d'une rareté extrême. Il y a trois ans, j'ai passé huit mois sur la piste d'un Tarsal... Il se téléportait dès qu'il percevait ma présence, grâce à ses dons extralucides. Je ne l'aurais jamais eu sans l'aide d'Esméralda, d'ailleurs.

Le porteur du glyphe acier acquiesça d'un hochement de tête, tandis que sa consoeur et compagne écartait d'un geste de la main les broussailles qui leur barraient la route. Comme la plupart d'entre elles étaient constituées de ronces, elles entaillèrent superficiellement la peau diaphane d'Emily, qui n'y fit pas attention. La douleur était presque trop infime pour qu'elle la ressente et, bien qu'elle ignore d'où elle pouvait tenir cette faculté, elle guérissait beaucoup plus vite que la moyenne.

Lorsqu'elle atteignit la clairière obscure dans laquelle se trouvait son pied à terre, ses marques n'étaient déjà plus rouges. Elles commençaient même à disparaître. Emily leur jeta un rapide coup d'oeil, avant de pousser une exclamation de surprise lorsqu'elle découvrit ce qui l'attendait devant son antre.

Un gigantesque serpent, long de plusieurs mètres et doté d'écailles qui avaient la couleur d'une émeraude polie, était paisiblement enroulé autour de la vieille maison, dont le toit menaçait sérieusement de s'effondrer sur l'intérieur. Il faudrait qu'Emily songe à le réparer un jour, mais pour l'heure, elle était incapable de se concentrer sur autre chose que sur Rayquaza, qui entrouvrit une paupière pour la fixer de sa prunelle jaune.

- Qu'est-ce qu'il fait là ? s'étonna John lorsqu'il la rejoignit avec un léger retard.
- Pas la moindre idée.

Ils connaissaient tous Horus, l'un des fidèles bras droit d'Athéna, mais jamais celui-ci ne s'était déplacé personnellement jusqu'à la Confrérie, aussi était-il parfaitement normal pour eux de se sentir désemparé à la vue de son légendaire, qui semblait patienter.

- Tu... Qu'est-ce que tu nous veux ? demanda Emily.

Elle avait beaucoup moins de mal à tutoyer les divinités que ses confrères, en particulier lorsqu'il s'agissait des pokémon. Cela lui provenait de son éducation, où les bonnes manières avaient toujours été considérées comme un détail superficiel.

- Lui ? Rien. Il m'a juste conduite ici. Ça me paraissait beaucoup plus pratique que de devoir parcourir le chemin à pied depuis les Colonnes Lances.

La porte de la misérable habitation s'ouvrit sur une jeune femme à la beauté resplendissante. Elle possédait un visage sublime, pourvu de grands yeux bleus encadrés par des longs cils, une bouche pulpeuse à la teinte vermeille et de soyeux cheveux blonds qui descendaient jusque dans le creux de son dos.

Emily cligna des yeux à plusieurs reprises. Elle reconnaissait cette personne qui lui faisait face, en dépit de la quasi-métamorphose qu'avait subi son physique, mais elle avait du mal à croire qu'il s'agissait bien d'elle. Ce n'était qu'une enfant, lorsqu'elle l'avait vue pour la dernière fois, or elle était devenue une splendide créature.

- Léa ? Mais... Mais... Mais !

Ce fut le seul mot que la shasseuse se sentit capable de prononcer. À côté d'elle, John avait ouvert la bouche, aussi ébahi qu'admiratif, et ne semblait pas en mesure de la refermer de sitôt. L'un comme l'autre, ils n'en croyaient pas leurs yeux.

- Que... Que...
- Athéna et Némésis m'ont envoyée te chercher, Emily. Je te prierais de bien vouloir m'accompagner.
- Où ça ? bredouilla l'intéressée, incrédule. Et pourquoi ?
- À la Salle Originelle.

Léa ne donna pas d'autre réponse concernant l'objectif de ce déplacement. Le glyphe feu échangea un regard avec John, qui était tout aussi désemparé. Ils avaient beau avoir vécu des choses qui dépassaient l'entendement humain depuis qu'ils avaient rejoint la Confrérie, la vie ne cessait de les surprendre.

- D'accord, je viens. De toute façon, j'ai pas mieux à faire, alors...

Emily marcha en direction de Rayquaza et, lorsque John voulut l'imiter, il fut interrompu par un ordre sèchement sorti de la bouche de Léa. Même dans son attitude, elle n'avait plus rien de l'adolescente délicate et chaleureuse qu'elle avait pu être autrefois, bien qu'aucun d'eux ne l'ait connue avant sa rencontre avec Circé.

Elle était désormais froide, hautaine et dure, ce qui évoquait davantage la défunte maîtresse des poisons que la personnalité que le glyphe plante avait jadis possédée. C'était comme si son caractère avait été remplacé par celui de la légendaire à son trépas.

- Pas toi, Jonathan. Juste Emily.
- Je croyais que nous étions la Confrérie ? Que nous formions un groupe ? insista la shasseuse.
- Ne me dis pas que toi, que l'on surnomme l'Incendiaire, tu as peur ? répliqua Léa avec ce qui s'apparentait à un rictus.
- C'est pas le cas. Je t'ai simplement posé une question.
- Et voici ma réponse : ce qu'Athéna et Némésis ont à te dire ne concerne que toi, pas les autres. Tu seras ensuite libre de leur faire part de ce qu'elles vont t'apprendre si tu le désire.

Pendant que Léa prononçait ces mots, Rayquaza s'était redressé dans la mesure du possible, car le feuillage des arbres formait une barrière dense au-dessus de sa tête. La jeune femme tendit une main à Emily, qui hésita à s'en emparer. Elle l'observa, les sourcils froncés, non sans méfiance.

Léa n'avait jamais été leur ennemie, bien au contraire, pourtant la shasseuse n'était pas convaincue de pouvoir se fier à elle. Elle n'avait pas hésité à disparaître sept années durant. Cela laissait largement le temps à une personne de changer, surtout quand celle-ci ne semblait plus être tout à fait humaine.

Emily songea également à Athéna et à Némésis. Que lui voulaient-elles ? Elle savait que les deux divinités ne lui feraient aucun mal : l'une les avait protégés assidument d'Arceus, l'autre était à l'origine de la Confrérie. Une pointe de curiosité la poussait à découvrir le motif de cette convocation aussi soudaine qu'inattendue.

Si le glyphe feu n'appréciait pas le comportement presque dédaigneux dont Léa faisait montre, elle se résolut tout de même à accepter de la suivre. Elle tenait trop à connaître le fin mot de l'histoire pour refuser.

- Elle est entre de bonnes mains, déclara la nouvelle maîtresse des poisons à l'attention de John au moment où elles prenaient place sur l'encolure de Rayquaza. Elle n'a rien à craindre de nous. Nous avons toujours été et resterons toujours vos alliées.

Ce fut sur ces mots, où l'amitié qui nouait autrefois Léa à la Confrérie s'était à présent muée en une simple « alliance », que le serpent céleste s'envola. John ne le quitta pas des yeux jusqu'à ce qu'il ait entièrement disparu dans le firmament, déjà grandement masqué par les feuilles verdoyantes de la flore locale.