Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Corporation de Skriff



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Skriff - Voir le profil
» Créé le 11/07/2016 à 15:21
» Dernière mise à jour le 11/07/2016 à 15:21

» Mots-clés :   Action   Drame   Présence de poké-humains   Présence de transformations ou de change   Sinnoh

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 5 : Poursuite
Ben courrait. À toute allure, sans se retourner. Peu lui importait ce pauvre gosse, maintenant. Il savait que Ryan ne s'en sortirait pas. Aucun ne s'en était sorti. C'était pour ça qu'il avait fui. Parce qu'il savait, oh Arceus il savait, qu'il n'avait aucune chance face à une de ces créatures. Ce n'était pas la première qu'il en croisait. Et il savait que ce ne serait pas la dernière. La première avait détruit leur maison. La seconde avait assassiné le Pokémon d'Amelle... Et voilà la troisième, déjà... Ben n'en pouvait plus. Il avait tout perdu, tout. Depuis la première minute où elle l'avait mis au courant de tout ça, depuis qu'il avait accepté de l'aider et de la protéger, tout avait volé en éclats. Le jeune homme, bien que plus si jeune que ça, était habitué à l'aventure, à l'action, aux risques... Mais il n'avait pas pu dormir l'esprit tranquille, pas plus de six heures par nuit. Depuis quatre mois. Il n'en pouvait plus. Il était épuisé. Il était à bout. Il n'avait plus d'endroit où aller. Plus de maison, plus de travail, maintenant. Il ne lui restait plus que lui, ses Pokémon, et sa cousine.

Amelle était cachée dans un hôtel simple de Vestigion. Plutôt similaire aux autres par son aspect, il était assez confortable et peu cher, ce qui était une combinaison essentielle pour le duo de « fuyards ». Ils n'avaient plus beaucoup de d'argent, et le fait que leur seule source de revenus fixe soit coupée n'allait nullement arranger les choses, bien au contraire. Tandis qu'il courrait, Ben commençait à s'interroger sur l'avenir. Plus le temps passait et plus les issues se faisaient étroites... Tout avait commencé un jour comme un autre, où Amelle avait débarqué chez lui, à bout de forces, gravement blessée. Elle avait été attaquée par des hommes armés. Leur objectif ? L'éliminer, car elle avait été témoin de l'enlèvement d'une de ses collègues... Ils avaient décidé de réduire à néant une vie humaine, celle d’une innocente, qui plus est, rien que pour cela. Elle avait juste été là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ben s'était dit qu'il allait l'aider. Grossière erreur.

Oh, non, il ne regrettait pas d'avoir secouru sa cousine... Il l'aimait profondément, et savait que c'était une personne formidable. Mais s'il avait pu ne pas se fourrer dans ce guêpier, il l'aurait fait. Il n'avait, ce jour-là, pas mesuré l'ampleur de la situation. C'était probablement ce qui allait le tuer, d’ailleurs. Le fait qu’il n’était pas capable de mesurer les risques. Il avait décidé de jouer les bons samaritains, comme à chaque fois, et maintenant il se retrouvait poursuivi par cette saloperie de Corporation. Ben se faufila à l'intérieur de l'hôtel et monta les marches quatre à quatre, toujours suivi de ses deux fidèles Pokémon. Il arriva dans la chambre en trombe, surprenant Amelle qui se redressa dans un sursaut, attrapa, dans la panique, le pistolet qui était posé sur sa table de nuit et le pointa sur lui. Ils échangèrent un regard surpris qui dura de longues secondes. Elle baissa enfin l'arme, lentement, presque timidement, en le reconnaissant. Elle sourit nerveusement.

« Tu... Tu m'as fait peur... Je dormais à moitié...
- Désolé, Amelle. Je ne voulais pas te surprendre. Mais... C'est une urgence.
- Tu... Tu étais parti voir ce Ryan ? C'était un traître ?
- Non. Mais on s'est fait attraper. La Corporation a encore envoyé une hybride. Une Luxio cette fois.
- Ils en ont combien, à la fin... ? »

Amelle se laissa retomber sur le lit, désespérée. Elle qui était si optimiste, qui passait son temps à sourire... Depuis que tout cela avait commencé, elle avait complètement changé. Elle n’était plus vraiment la même personne, en fait. Mais lui aussi avait changé, après tout. Ils avaient vu et vécu des choses qu'ils auraient préféré ne jamais avoir à expérimenter. Et ils savaient qu'ils n'étaient qu'à la moitié du chemin. Ils fuyaient, ils fuyaient pour échapper à cette Corporation, mais ils savaient tous deux qu'ils allaient devoir se retourner, tôt ou tard. Ben craignait ce moment. Mais ils n'allaient pas pouvoir se cacher et s'enfuir pour toujours. La fatigue les mettrait à terre et leurs ennemis n'auraient qu'à les ramasser à la petite cuillère. Ils devaient être les premiers à agir. Les plus rapides. Et pour cela, un seul moyen : devenir assez puissants, eux et leurs Pokémons, pour tuer l’un de ces… L’un de ces “hybrides”. Ainsi, la Corporation aurait peur. Elle aurait peur d'eux et de leur puissance. Mais cela impliquait justement de se renforcer, ce qu'ils n'étaient pas en position de faire. Pour l’instant.

« Je suis épuisée, Ben... J'ai envie de dormir... On est vraiment obligés de partir maintenant... ?
- Non. Tu peux te reposer quelques heures. Essaye de dormir, ne t'inquiète pas, je veille sur toi.
- Merci... »

Sans attendre plus longtemps, la pauvre demoiselle se laissa retomber sur le lit, à bout de forces. Elle s'endormit en une trentaine de secondes. Cette nuit, c'était elle qui avait veillé. Ben avait pris le risque de sortir en la laissant seule et endormie pour aller voir Ryan. Était-il seulement encore vivant ? Lui qui espérait se trouver un allié, qui allait lui proposer de venir avec eux... Voilà que ses espoirs et ses projets avaient été abattus d'un seul coup. Mais comment les avaient-ils retrouvés ? Cette question torturait Ben. Malgré tous ses efforts pour effacer ses traces -ils avaient changé de nom sept fois ces derniers mois-, le fait qu'ils changent de ville tous les trois jours, qu'ils ne sortent quasiment pas, qu'ils ne parlent qu'à un nombre de personnes strict, seulement à ceux qu'ils connaissaient depuis des années... Rien à faire, ils se faisaient toujours débusquer, tôt ou tard. Ou par un hybride, ou par un membre de la Corporation qui essayait invariablement de les tuer. Impossible de les ramener à la raison ou de les prendre en pitié.

Le jeune homme s'assit sur le lit double qu'ils avaient pris. Il repensait à leur vie d'avant. Cela lui semblait étrangement loin, irréel, comme si ce n’était qu’un rêve dont il s’était trop vite réveillé. Amelle était une infirmière spécialisée dans le soin des Pokémon ; lui était un « aventurier des temps modernes », à la recherche de lieux inconnus qui pourraient profiter aux plus riches. Pourtant, il n’était pas rare que Ben gardât ses endroits préférés pour lui. Certes, il n'en avait pas trouvé tant que ça, mais c'était son métier à lui. L'aventure, l'action... Tout le contraire de sa cousine. Elle était celle qui souffrait le plus de la situation. Autant physiquement que moralement, elle était à bout. Elle s'en voulait terriblement d'avoir entraîné Ben dans cette tourmente qui les emprisonnait et ne les laissait jamais respirer ou entrevoir l’espoir d’un retour à cette autre réalité, celle de leur ancienne vie. Elle pleurait très souvent, la nuit. Elle repensait à son Pokémon, un Nanméouïe avec lequel elle avait grandi, qui avait été sauvagement assassiné par un de ces hybrides, un Grahyèna. Il avait bien failli avoir la peau de Ben, celui-là, d'ailleurs...

L’aventurier lâcha un long soupir. Ses Pokémon le suivaient toujours à la trace. Il avait entière confiance en eux. Ils étaient puissants et fidèles à lui. Toujours à ses côtés, depuis le début. Depuis qu'il avait reçu son Ningale et que celui-ci s'était divisé en deux Pokémon distincts, Ben ne les avait jamais quittés. C'était étrange de dire ça, mais ils étaient un peu les frères qu'il n'avait jamais eus. En effet, Ben était fils unique. Amelle, elle non plus, n’avait jamais de frère où de sœur. Pour combler ce vide, ils avaient tissé des liens semblables à ceux qu’on pouvait retrouver à l’intérieur d’une fratrie, et étaient à présent extrêmement proches. Ben entendit quelqu'un frapper à la porte. Il leva la tête et fixa la porte en bois. Ils n'attendaient personne. Et le service appelait toujours avant de passer. Ils n'avaient reçu aucun appel. Rien. Ce n'était pas normal. Quelques secondes passèrent, et on toqua de nouveau. Ben attrapa le pistolet posé sur le coin de la table de nuit, et se dirigea prudemment vers la porte. Il s’adossa au battant de bois, qui grinça un peu, et l'entrouvrit doucement.

« Qui est là ? »

Pas de réponse. L’écho de sa voix résonna quelques secondes, avant de s’estomper. Une main passa dans l’entrebâillement, comme pour ouvrir l'entrée en grand. Elle était couverte de fourrure bleue. Ben paniqua. L'hybride était revenue. C'était la merde. Dans la panique, il referma la porte brutalement, sur le bras de la jeune créature qui était de l'autre côté. Un hurlement presque inhumain, bestial, retentit. L’hybride le retira en toute hâte et le jeune homme s'empressa de fermer la porte à clé. Vite, vite, vite. Ils devaient fuir. Maintenant! Il se jeta presque sur Amelle et commença à la secouer. Ouvrant de petits yeux, des yeux encore pleins de sommeil, la jeune demoiselle rousse regarda autour d'elle, perdue. Ben lui cria presque de se réveiller, que l'hybride était littéralement à leurs portes et qu'il fallait fuir. Ni une, ni deux, elle sauta du lit, s'habilla en toute hâte. Ils réunirent leurs affaires, tandis que Luka tambourinait à la porte, leur hurlant d'ouvrir. Elle la détruirait très probablement dans peu de temps. La fuite était la seule solution. Ils s'approchèrent de la fenêtre et l'ouvrirent.

Ben avait prévu une fuite éventuelle. Il avait donc réservé une chambre qui offrait des escaliers de secours sur la paroi extérieure de l'immeuble. Ainsi, le duo et les Pokémon purent descendre dans la rue longeant l'hôtel, espérant ainsi semer la créature qui était à leurs trousses. Pour augmenter leurs chances d'y arriver, l’explorateur n'hésita pas à demander à son Ninjask de découper la vitre de leur chambre afin de parsemer le sol de bouts de verre pour la ralentir. Ils courraient dans la ville, bousculant les gens sur leur chemin. Il attrapa la main de sa cousine pour l’entraîner dans sa course, et ils accélérèrent le pas. Ils ne devaient pas s'arrêter, ils ne devaient pas se retourner. De toute manière, avec toute cette masse de gens, jamais Luka n'oserait se montrer. Ils étaient en sécurité, ici. Ils ralentirent une fois à bonne distance de l'hôtel, et soudainement, Amelle poussa une exclamation. Elle regarda tout autour d'elle, les mains tremblantes.

« Qu'est-ce... Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Ben.
- J'ai... J'ai oublié... J'ai oublié les clochettes !
- Les clochettes de ton Nanméouïe ? Tu les as oubliées dans la chambre ?!
- C'est... C'est mon dernier souvenir d'elle ! On doit les récupérer !
- Luka est à nos trousses, on ne pourra pas y retourner, c'est trop tard !
- J'irai seule. Attends moi dans un endroit bien visible, je reviens.
- C'est trop dangereux !
- Je peux pas laisser ça derrière ! C'est trop important ! »

Sans attendre de réponse, Amelle se détacha de l’emprise de Ben et fit volte-face, s'enfuyant à travers la foule. Ben, bousculé, la perdit de vue, et elle disparut au milieu des passants. Réussissant à s'extirper de ce courant humain, il retrouva ses deux Pokémon et leur demanda de chercher la demoiselle avant qu'il ne soit trop tard, puis partit à son tour dans sa direction. Mais plus il avançait vers l'hôtel, et plus il commençait à réaliser qu'il l'avait perdue. Non. Non. Non ! Il ne pouvait pas perdre Amelle, pas après tout ça !

« Merde ! » hurla-t-il en jetant son poing contre un mur.

Il en avait marre. Il en avait tellement marre. Il avait envie de se laisser tomber à genoux, de tout laisser tomber, et de se laisser mourir là. Il ne voulait plus se battre, courir, faire quoi que ce soit, depuis longtemps. S'il le faisait encore, c'était pour sa cousine. Mais s'il la perdait, tout cela n'avait plus aucun intérêt. À quoi bon se battre si ce pour quoi on le faisait a disparu ? Il savait que Luka la tuerait. Il savait que Ryan, ce pauvre gosse, était mort. Il le sentait. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'on trouve son corps. Amelle serait-elle la prochaine? Il ne l'espérait pas. Il fallait qu'il la retrouve. Rassemblant le peu de courage qu’il lui restait, il reprit son chemin aussi vite qu'il put afin de rattraper le retard qu'il avait pris. La main droite en sang, il s’élançait à la poursuite d’Amelle. Il y avait encore une chance. Il y avait toujours de l'espoir. Si ça se trouvait, elle réussirait à retrouver ses clochettes sans même croiser l'hybride. Il fallait y croire. Il fallait la rattraper. Il fallait qu'il...

Pourquoi était-il obligé de faire tant de choses?

Un. Rythme régulier des pas sur le sol bétonné.
Deux. Décor qui défile et accélération du rythme.
Trois. Porte qui s'enfonce et cris d'effrois.

Ben avait perdu la notion de l'espace et du temps. Il semblait être parti comme dans un autre univers durant cette course folle à la recherche d'Amelle. Il était rentré bruyamment dans l'hôtel, sans même chercher à pousser la porte ; d'un coup d'épaule, il l'avait presque enfoncée. Aussitôt qu'il fut à l'intérieur, la femme qui était derrière le comptoir poussa un hurlement de terreur. Haletant, suant, ses Pokémon en avant, il s'approcha de l'accueil et posa lourdement ses bras sur le meuble.

« Où. Est. Amelle.
- La... La jeune... La jeune f-f-f-femme rousse... ? Elle... Elle est descendue... Au sous-sol... Elle n-n-n'a pas voulu... »

Sans l'ombre d'un remerciement, l'aventurier fit volte-face et se tourna vers le passage qui s'enfonçait sous l'hôtel. Qu'allait-elle y faire ? Qui l'avait forcée à s'y rendre ? Une seule chose était sûre : ce qu'il allait y trouver n'allait pas lui plaire. Mais il était prêt. Il était prêt à affronter la mort pour ramener celle qui l'avait conduit à la braver, quelle que soit la forme de celle-ci. Alors, sans l'ombre d'une crainte, il s'avança vers l'escalier, sortant son pistolet et le pointant devant lui. Il marcha longtemps dans ce sous-sol. Il était en béton armé, avec des caisses un peu partout, poussiéreuses et couvertes de toiles de Mimigal. Progressivement, il s'aperçut que la lumière diminuait. En baissant les yeux, il aperçut alors un bout du tissu du vêtement de sa cousine. Il se pencha et le prit dans sa main. Qu'est-ce qui se passait ? Pourquoi... ? Était-elle... ? Il cligna des yeux, terrorisé. Il leva le regard et remarqua que les ampoules des murs avaient été brisées.

Ben sentait un sentiment étrange grandir en lui. De la peur et de l'appréhension. Il ne supportait pas cette atmosphère tendue, qui s’intensifiait à chacun de ses pas. Suivi à la trace par ses deux silencieux Pokémon, il en oublia presque leur présence. Il était seul, terriblement seul, dans cette cave miteuse où seules ses respirations résonnaient. Il espérait, très sincèrement, qu'Amelle était morte, tout d'un coup. Pour ne plus avoir à affronter son décès, plus tard. Il était de plus en plus mal à l'aise, au fur et à mesure qu'il avançait. Il sentait ces plaies invisibles qui s’ouvraient sur tout son corps. Celles de sa solitude. Il pensait pourtant qu’elles s’étaient refermées. Les ampoules allumées se faisaient de moins en moins nombreuses. Elles avaient toutes éclaté. Quelqu'un les avait-il détruites? C'était très probable, elles ne pouvaient pas exploser comme cela sans raison.

Et toujours pas de traces d'Amelle. Il commençait à craindre de ne jamais la revoir. Il était persuadé, maintenant, qu'elle était morte, et qu'il trouverait son corps électrocuté au moindre recoin de la pièce. Il devait faire demi-tour. Maintenant. Mais alors qu'il allait retourner en arrière, les lumières s'éteignirent. Il se retrouva plongé dans le noir complet. Il suffoqua. Oh non. Non. Non. Non. Non. Ben avait horriblement peur du noir. Et pire encore, il avait peur d'être seul, dans l’obscurité, sans repères, sans protection, avec un hybride à ses trousses. Il commença à trembler. Ses dents claquaient, il avait chaud, ses mains étaient brûlantes; un long filet de sueur coula le long de son visage. Il serra son arme, tétanisé. Ben était achluophobe depuis son enfance. Il ne savait pas exactement d'où venait cette peur panique du noir ; tout ce qu'il savait, c'était que dès qu'il n'y avait plus un soupçon de lumière, il se retrouvait incapable de bouger, comme pris dans la glace. Il était paralysé, complètement abattu, comme si l’obscurité lui était parfaitement insupportable. La peur était l'un des pires sentiments qui pouvait ronger l'aventurier. Il donnait toujours l’impression d’être sans craintes. Mais c'était là sa faiblesse. Les ténèbres.

« Sortez moi de là... ! »

Il laissa tomber l'arme et poussa un cri, se recroquevillant sur lui-même. Il était incapable de faire quoi que ce soit de plus. Il commença doucement à pleurer, laissant des sanglots silencieux l’envahir et parcourir son corps de spasmes tandis que son cœur s'embrumait, et que son esprit se fermait aux intrusions extérieures. Il ne devait pas voir qu'il était dans le noir. Il ne devait pas… Il ne devait pas avoir peur de l’obscurité, mais c'était plus fort que lui. Cette éternelle crainte de ne rien voir, d'être plongé dans les ténèbres, de ne rien comprendre à ce qui se passe.

« Ben, relève-toi !! »

Ces quelques mots avaient suffi à le sortir de sa transe. Il ouvrit les yeux. La lumière était revenue. Ébloui, il battit des paupières, complètement aveuglé. Une main se pencha devant lui et attrapa l'arme, avant sortir de son champs de vision. Ben se redressa brusquement et aperçut Amelle en face. Elle tirait avec le pistolet, des détonations fendaient l’air. Mais elle manquait sa cible, apparemment. Une ampoule éclata de nouveau. Que se passait-il ? Où étaient ses Pokémons? Pourquoi est-ce que Amelle était là et avait attrapé son arme ?!

« J'ai un de ces salopards à mes trousses. J'ai réussi à le semer dans ce labyrinthe, mais il a fait sauter les plombs pour me piéger. Heureusement, j'ai pu te retrouver grâce à ton cri. », expliqua-t-elle avec empressement.

Ben, était trop surpris pour dire quoi que ce soit. Il écarquilla alors les yeux, en regardant par-dessus son épaule. Il la poussa alors sur le côté d'un seul mouvement de bras, un hurlement franchit ses lèvres. Et un autre tir fusa.
Sauf que celui-ci venait de l'autre côté. Et qu'il venait de le toucher.