Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Corporation de Skriff



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Skriff - Voir le profil
» Créé le 11/07/2016 à 14:27
» Dernière mise à jour le 11/07/2016 à 14:27

» Mots-clés :   Action   Drame   Présence de poké-humains   Présence de transformations ou de change   Sinnoh

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 3 : Solitude
Elle resta là, silencieuse, incapable de comprendre ce qui venait de se produire. Ses oreilles (en avait-elle encore ?) bourdonnaient, sa gorge était nouée. Passé l'état de choc après avoir vu quelqu'un de faire froidement abattre devant ses yeux, Lysa répondit alors à la Posipi, qui semblait assez fière de ce qu'elle venait de faire.

« Tu... Tu es...?
- Une tueuse à gages ? Oui. D'ailleurs Warren est sur ma liste d'attente. Mais on s'est fait choper en même temps...
- Correction, répliqua Warren, tu étais sur MA liste.
- On va dire que c'était donnant-donnant. Enfin, nous sommes tous dans le même cas, n'est-ce pas ? Des humains transformés en Pokémon... Pff, j'ai comme l'impression d'être dans une fiction écrite par un gamin prépubère...
- Ce n'est actuellement pas le cas, murmura Kydra. C'est bien la réalité...
- Et c'est justement pour ça qu'on va devoir se serrer les coudes bien qu'il est évident que nous venons tous d'horizons différentes ! annonça chaleureusement la Posipi. Bien, maintenant que nous sommes temporairement en sécurité, je propose que nous fassions connaissance.
- Je pense qu'il vaut mieux, à mon avis, que nous récupérions tout d'abord nos affaires respectives, avant cela. Et qu'on trouve une sortie, répliqua l'Insécateur.
- On fait ça sur le chemin, proposa Lysa. Ce sera toujours ça de pris. »

Quasiment tout le monde semblait assez d'accord avec cette idée. Ainsi donc, le groupe commença à se diriger vers le fameux hangar. Ils arrivèrent, en poussant une nouvelle porte, dans une salle métallique qui ressemblait un peu à un vestiaire. Il y avait de grands casiers argentés, avec chacun un numéro et un nom inscrit dessus. L'un d'entre eux était ouvert ; probablement celui de la Posipi.

« Warren, le tien est à droite du mien. On est les numéros 68 et 69... J'aime beaucoup le sens de l'humour de ces gars, grogna la tueuse à gages.
- Sérieusement ?! s'exclama-t-il en se ruant vers lui. Putain, je les retrouve, et... !
- Attendez, vous voulez dire qu'on a... Un numéro...? s'étonna Lysa.
- Effectivement, ça m'a surpris moi aussi. Je suppose qu'on doit être des cobayes, une connerie du genre, déclara la Posipi. Enfin. Cherchez votre casier et retenez votre numéro, ça vous sera sûrement utile plus tard. »

Chacun commença à inspecter les numéros sur les casiers, à tour de rôle. Presque comme si elle avait deviné, Lysa se dirigea automatiquement vers le numéro 24. Gagné. Son nom était inscrit dessus. Il était tout simplement impossible que ce numéro ait été choisi au hasard, ce n'était très sûrement pas un coup de chance. Maintenant, il restait à savoir la raison précise de pourquoi il avait été réellement choisi... Pour la narguer, pour l'identifier ? 24 était le numéro fétiche de Lysa. Pas de raisons particulières à cela, elle aimait juste tout particulièrement ce numéro. Ouvrant le casier avec prudence, elle en inspecta l'intérieur. Il y avait une vieille photo d'elle clouée au fond. En la voyant, la jeune femme se demanda si un jour, elle redeviendrait ainsi de nouveau... Baissant les yeux, elle aperçut alors ses vêtements qu'elle portait le jour où elle avait été enlevée, et...
Son bracelet de perles. C'est... C'était pas normal. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Lysa était sûre et certaine qu'il s'était cassé, ce jour-là. C'était un bracelet très précieux, que sa mère lui avait offert peu avant qu'elle ne... Enfin, qu'elle ne les laisse orphelins... Bref. C'était le dernier souvenir qu'il lui restait de ses parents, un objet très précieux à ses yeux...

Mais... Elle se souvenait très clairement l'avoir vu se déchirer quand les hommes étaient... Non, c'était probablement impossible. Elle l'enfila autour de sa patte droite, comme elle le faisait habituellement avec son bras droit. Aussitôt qu'il fut sur elle, elle se sentit incroyablement à l'aise, comme si le mettre avait apporté une grande sérénité à son cœur. L'Espérange fouilla le reste du casier mais ne trouva rien d'autre de concrètement intéressant. Ses vêtements ne lui serviraient à rien, maintenant... Et ils n'avaient pas spécialement de valeur sentimentale à ses yeux comme l'avait le bracelet. Faisant volte-face, elle s'aperçut alors que chacun avait récupéré ses propres affaires. La Posipi avait mis une ceinture beaucoup trop grande pour elle, la faisant passer deux fois autour de sa taille pour qu'elle tienne. Elle y mit son revolver noir, accroché de son côté droit. C'est alors que Lysa remarqua qu'il n'avait pas de chargeur. Étrange, comment pouvait-elle tirer avec s'il n'y avait pas de balle ?

Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir que Warren sortait un pistolet en tous points similaire, mis à part qu'il était blanc. Lui aussi avait une ceinture qu'il mit de la même manière que la Posipi, avant d'enfiler son arme du côté gauche. Ces deux-là formaient une sacrée paire. Elle comprenait mieux pourquoi ils étaient un Posipi et un Négapi... Cependant, au vu de ce qu'elle avait vu auparavant, ils étaient très loin de s'apprécier. En tournant la tête, elle s'aperçut que Kydra s'était elle aussi équipée, enfin, dans une certaine mesure. Elle avait mis un chapeau béret noir sur la tête, et avait elle aussi enfilé une ceinture autour de sa taille afin d'y accrocher une petite poche brune. Elle avait l'air étrangement plus menaçante, tout d'un coup... Mais c'était dans un bon sens ; Lysa sentait qu'elle pouvait lui faire confiance.

De son côté, le Lixy avait récupéré ce qui semblait être une sorte de sacoche gris acier, dans laquelle il mit plusieurs objets ; un téléphone, une bouteille d'eau, et... Une clé. Une petite clé dorée, un peu comme celles des maisons de poupées qu'on a quand on est petit... Mmh, visiblement, chacun avait des possessions plutôt particulières, par ici. Elle tourna de nouveau le regard pour voir le Sabelette sortir une chaînette argentée, qu'il se mit autour du cou. Cela semblait lui convenir et lui suffire car il ferma le casier et se dirigea vers le reste du groupe sans plus de cérémonies. Ainsi donc, chacun ayant récupéré ses affaires, ils se réunirent au centre du vestiaire, afin d'établir un plan d'action.

« J'ai vérifié rapidement les autres casiers. Ils sont tous vides, déclara Kydra.
- Les autres "cobayes" ont dû récupérer leurs affaires avant de prendre la fuite à cause de ces fameux renforts... supposa la Posipi. Bon, pas très grave, sur le fond. Ça veut dire qu'ils sont probablement déjà dehors...
- Vous pensez qu'ils ont réussi à sortir ? demanda froidement le Lixy.
- C'est très probable. La sortie était de l'autre côté du hangar, apparemment... répondit Kydra.
- Mais comment vous savez tout ça ? interrogea Lysa.
- En fait, j'étais avec le groupe, initialement. Seulement quand on a réalisé qu'il nous manquait des cobayes, une fois dans cette pièce, j'ai décidé de faire demi-tour pour venir vous récupérer. J'aurais très bien pu vous laisser. »

Il était évident que l'Insécateur avait volontairement accentué cette phrase afin de les faire se sentir redevables envers elle, ce qui était, au fond, en tous points logique. Elle avait raison sur un point : sans elle, ils seraient restés emprisonnés dans ces cages durant une durée indéterminée, voir même pour toujours... Mais Lysa se sentit malgré tout agacée de cette remarque qui était d'une certaine manière plutôt prétentieuse. Elle n'aimait pas les militaires, de toute façon.

« Bref, sortons et éloignons-nous le plus possible d'ici. Je vous rappelle qu'on est toujours dans la base de l'ennemi, et que nous ne sommes pas en sécurité... » reprit-elle.

Chacun hocha la tête d'un commun accord et ils quittèrent leur prison tous ensemble. Une fois dehors, ils s'aperçurent qu'ils étaient au bord d'une grande route nationale. En levant la tête, ils réalisèrent qu'il s'agissait d'un entrepôt pour une... Société de livraisons. Ils avaient donc été cachés là pendant si longtemps ? La route passait au milieu de la forêt, ainsi, en la longeant, ils réussirent à la regagner. Personne ne s'exprima sur le moment, trop pressés de fuir. Lysa se sentit tout de suite plus à l'aise tandis qu'ils s'éloignaient. Chaque pas qu'ils faisaient les protégeait d'un possible danger provoqué par ces... Ces gens. Maintenant qu'elle était au calme, capable de penser clairement, son esprit se voyait assailli de questions. Qu'est-ce qui s'était passé ? Pourquoi tout cela ? Qui étaient ces gens ? Qui étaient ceux qui l'avaient sauvée ?

Tout cela paraissait si irréel, et pourtant réel à la fois... Aujourd'hui, elle avait été transformée en Espérange, avait eu des visions et des pressentiments, avait volé avec des ailes faites de fourrure, et s'était enfuie d'une prison déguisée en hangar, avec des Pokémon anciennement humains ! Elle sentait très clairement ce nouveau corps, et avait déjà expérimenté quelques pouvoirs, mais c'était si... Incroyable. Après de longues minutes de marche, ils arrivèrent aux abords d'une sorte de promontoire rocheux formant une petite cave pas très profonde, mais qui leur permettrait de s'abriter des regards trop curieux. En y entrant, ils réalisèrent que la lumière du jour suffisait pour y voir, et chacun se laissa tomber, ou assis, ou allongé. Maintenant qu'ils étaient "à l'abri", ils ressentaient de nouveau la fatigue et la douleur. Tout ce qui avait été anesthésié par la panique revenait.

« Bordel, j'ai une horrible envie de dormir... grogna la Posipi.
- Je suis épuisée moi aussi, avoua l'Insécateur. Faisons une pause, nous avons beaucoup couru, aujourd'hui, et je pense que les événements récents nous avaient déjà assez épuisés... »

Lysa s'était allongée du mieux qu'elle le pouvait avec ce nouveau corps. Elle restait là, fixant le vide, incapable de parler. Une sorte de mutisme s'était installé progressivement, parce que personne n'était capable de commenter ce qui s'était passé. Chacun digérait tout ça. Après de longues minutes ainsi, la Posipi, bien décidée à briser la glace, se lança.

« Moi, c'est Anastasia Sexan. Appelez-moi juste Anna. Tueuse à gages depuis l'âge de dix-sept ans. Ça fait douze ans que je tue des gens au nom de diverses personnes, avec mon arme héritée de mon père, Ebony. Enchantée de vous rencontrer. »

Il y eut un silence. Puis l'Insécateur s'exprima à son tour.

« Kydra Quedrae. Ex-lieutenante de l'armée. J'ai démissionné à la fin de la guerre d'Unys, et je suis "à la retraite" depuis deux ans. Enchantée aussi, malgré les circonstances...
- Bon, eh bien... Warren Xanes. Tueur à gages aussi. Même âge qu'Anastasia. On est... Disons... Cousins par alliance. C'est de famille, le fait de buter des gens, je suppose. Un contrat a voulu qu'on se retrouve à essayer de se tuer l'un et l'autre. J'ai Ivory, l'arme jumelle de la sienne. Et putain, j'ai du mal avec cette forme de Négapi... J'ai vachement perdu en sex-appeal. »

Les autres échangèrent un regard qui en disait long, Anna murmurant une moquerie bien épicée, puis les derniers se lancèrent.

« Joshua. Trente-sept ans. Je bossais dans un bureau tout simple... Mais mis à part peut-être que j'étais un peu dresseur sur les bords, hem... soupira le Lixy.
- Lysa... Lysa Shane. Je... Je travaillais chez un fleuriste. J'ai... J'ai un petit frère, Ryan, pour lequel j'ai travaillé toute ma vie, et... Il m'a vue me faire enlever. Je ne sais pas s'il va bien, je l'espère sincèrement. Je ne sais pas... Ce qui m'arriverait, s'il lui arrivait quelque chose.
- Bon, vu que tout le monde se présente... se plaignit le Sabelette, mon nom c'est Andrew Swenders. Originaire de Rivamar. Pas grand-chose à dire sur moi à part ça pour être franc, ma vie n'est pas intéressante... »

Le tour de table étant ainsi fait et les noms échangés, l'atmosphère parut se réchauffer un peu. C'était peut-être le début d'une amitié, qui sait ? Lysa espérait qu'ils s'entendraient tous bien. C'était sans doute nécessaire pour leur survie qu'ils réussissent à coopérer tous ensemble... Au moins dans un premier temps, tout du moins. Mais bien vite, le petit réconfort d'avoir réussir à connaître les noms de ceux qui nous avaient aidé à fuir laissa place à une sorte de tension.

« Dites, vous pensez qu'on réussira à... Retrouver nos corps d'avant ? demanda le Lixy. Non pas que ça m'embête, mais...
- Si ça a marché dans un sens, ça devrait fonctionner dans l'autre. Déjà on devrait essayer de contacter les autorités compétentes, suggéra Kydra.
- Mauvaise idée, répliqua automatiquement Anna. Déjà, on est des Pokémon, actuellement, donc par définition à moins qu'un humain n'ait l'autorisation de nous garder avec lui, on dépassera jamais les frontières de la ville. Et j'ai pas l'intention de me vendre. Ensuite, Warren et moi, par exemple, ne sommes pas totalement clean, vous comprenez ? On vient de buter deux personnes, même si c'était par légitime défense.
- Trois, corrigea le Sabelette. Vous oubliez celui de la salle de repos.
- C'est moi qui l'ai tué, rappela Kydra. Et uniquement parce qu'il était dangereux.
- Bref, l'interrompit la Posipi, troisièmement, personne ne nous croira. Avez-vous déjà entendu parler d'humains transformés en Pokémon ? Déjà que des Pokémon parlent, c'est inhabituel, mais si on se pointe devant les autorités locales comme ça, au mieux ils vont nous transformer en cobayes de laboratoire comme on l'a apparemment été, au pire ils tirent à vue. »

Les arguments de la Posipi tenaient la route. Il fallait bien avouer que dans cette situation, ça allait être difficile d'aller voir la police ou autres... Allaient-ils donc devoir se débrouiller... Seuls ? Ils étaient perdus, au milieu de nulle part, probablement très prochainement poursuivis, dans un monde qui craignait ce qu'ils étaient devenus... Lysa avait peur. Elle n'avait pas envie d'affronter tout ça toute seule. Elle n'était pas faite pour le combat, ou ce genre de choses...

« Bon, la situation peut paraître désespérée, mais elle ne l'est pas tellement, au fond, déclara le Négapi. Ça pourrait être pire, ils pourraient nous attaquer là maintenant.
- Parle pas de malheur, couillon. Tu portes la poisse, répliqua Anna.
- Rooooh, ta gueule, toi, on t'a pas sonné.
- S'il vous plaît, évitez de vous quereller, d'accord ? demanda Lysa poliment. On devrait plutôt songer à une idée.
- Il y avait 80 casiers, pour être précise, affirma Kydra. Ce qui veut dire, 80 cobayes dans le même cas que nous. Si nous réussissons à retrouver le groupe et à nous y mettre tous ensemble, on a peut-être un moyen de faire une contre-attaque.
- T'es bien gentille, mais une contre-attaque contre QUI ? On ne sait même pas qui est notre ennemi, ce qu'il nous a fait, et surtout pourquoi ! s'écria le Lixy, furieux.
- Vas-y, si t'es si brillant, propose une idée ! le provoqua la Posipi.
- Déjà, on pourrait essayer de retrouver nos contacts à nous, répondit-il froidement.
- Cela les mettrait très probablement en danger... supposa Lysa. On devrait éviter de les mêler dans cette histoire...
- Bon, vous pourriez arrêter de dire n'importe quoi ? Vous me sapez le moral à vous la jouer comme quoi on a des choix, conclut brutalement Andrew. »

Il y eut un long silence après cette déclaration. Qu'est-ce qui était le pire ? La froideur de cette réplique, ou la dure réalité qui les lacérait à présent ? Andrew avait parfaitement raison sur le fond autant que sur la forme. Ils étaient dans une abîme profonde. Maintenant qu'ils étaient sortis, ils... Étaient perdus. Complètement perdus. Ils n'avaient plus de direction, plus d'avenir, plus de possibilités... Ils étaient juste... À la dérive, agrippés à un maigre espoir de s'en tirer, mais réalisant très rapidement que ce qu'ils croyaient être un radeau n'était en fait qu'un véritable fardeau. Ils n'avaient plus aucune option restante, si ce n'était rester là, en silence, à s'observer en chiens de faïence.

C'est alors qu'ils entendirent un bruit à l'entrée de la grotte. Quelqu'un venait d'y pénétrer. Chacun se remit d'aplomb, prêt à attaquer si le besoin s'en faisait sentir, malgré leur fatigue, leur douleur, et leur manque de volonté. La quête de la survie les motivait encore, quelque part. C'est alors qu'ils aperçurent la personne qui venait de paraître : elle avait les mains en l'air et souriait. C'était une magnifique jeune femme. Elle devait avoir une vingtaine d'années. Son visage était blanc comme la neige, sculpté comme on sculpterait de la glace. Elle avait de magnifiques lèvres rouge sang, des yeux argentés sublimes et luisants, un nez dessiné comme à la pointe d'une plume, et surtout, de magnifiques cheveux blonds et lisses, qui tombaient jusqu'à ses cuisses. Elle portait une tenue noire moderne, assez chaude apparemment, avec des mitaines laissant apparaître le bout de ses doigts fins et propres. Elle avait aussi des bottines noires de marque, et un sac en bandoulière gris argenté, qui semblait contenir pas mal de choses.

« Bonjour, messieurs dames. J'espère que je vous interromps pas au milieu d'une réunion importante ?
- QUI ÊTES-VOUS ?! hurla Anna en réajustant le viseur. »

Lysa se tenait prête, rétablissant le lien de protection avec ses alliés. Cependant, elle n'avait aucun mauvais pressentiment ; au contraire, la présence de cette femme la rassurait. Cette dernière, nullement impressionnée par les menaces d'Anna, continua à s'avancer calmement.

« Je viens en paix. Je suis une amie, croyez-le ou non.
- Je répète, qui êtes vous ?! demanda une fois de plus la Posipi.
- Zoey. Zoey Clint. Je suis une infiltrée au sein de la Corporation. Il s'agit de l'entreprise qui vous a enlevé.
- Comment on peut savoir si vous dites la vérité ?! l'interrompit Warren.
- Premièrement, je vous ai trouvés. Secondement, je suis seule -Lysa vous le confirmera. N'est-ce pas suffisant ? »

Ils échangèrent des regards surpris. En effet, ça tenait la route... Et Lysa ne sentait effectivement pas de présence autre qu'elle dans les environs... Enfin, ils n'en étaient pas au premier élément surprenant de la journée... Chacun baissa ses armes et essaya de reprendre son calme.

« Qu'est-ce que vous venez faire ici ? l'interrogea Kydra.
- Comme je vous l'ai dit plus tôt, je suis une amie. Je suis ici pour vous apporter un petit coup de pouce. Je pense que vous en avez bien besoin...
- Et en quoi vous pouvez nous aider ? répliqua sèchement Anna.
- J'ai des informations. Des informations sur vous et sur ce qui vous est arrivé. Entre autres. Mais permettez-moi de me présenter de manière convenable. »

Elle se mit en position de révérence et déclina son identité :

« Comme je l'ai déjà dit auparavant, je me nomme Zoey Clint. Je suis une demoiselle de 28 ans qui travaille pour le compte des forces de police internationales. Ma mission la plus récente a été de m'infiltrer parmi les rangs de la Corporation, où j'occupe le rang ironique de responsable de la section Espionnage & Renseignements. Enchantée de faire votre connaissance à tous.
- Enchantée également, répondit calmement Lysa. Vous... Pourquoi vous nous aidez ?
- Parce que c'est mon devoir, tout simplement. Je n'ai pas pu empêcher les enlèvements, alors je souhaite donner un petit coup de main aux victimes... Et cela commence par vous, déjà.
- Vous... Vous allez nous conduire jusqu'aux autorités et elles vont nous rendre notre apparence humaine ? Demanda alors Joshua.
- Non. Je ne peux pas. Autant pour certains d'entre vous, que pour moi. Je suis désolée. Mais je peux au moins vous aider à y voir plus clair.
- Vous ne voulez pas trop vous mouiller, c'est ça ? Grogna Warren.
- Je désobéis aux ordres en étant là, quel que soit le camp, sachez-le. Alors je vous prierai de taire d'où vous tenez les informations que je vais vous donner... »

Elle s'approcha, maintenant que toute la tension et la méfiance était retombée, et se mit à genoux sur le sol, mains posées sur ses cuisses, face à eux. Elle leur adressa un grand sourire.

« J'ai si peu de temps et tant de choses à vous dire... Alors allons directement à l'objectif sans prendre de chemins retords. »

Maintenant que tous l'écoutaient attentivement, elle commença son récit.

« L'organisation qui vous a enlevés... S'appelle la Corporation. Du moins c'est le nom que tous ceux qui savent lui donnent. Il s'agit d'un groupe de malfaiteurs ayant pour objectif... La création de l'être parfait. Et ils pensent que cette perfection est l'être à mi-chemin entre le Pokémon et l'humain.
- C'est pour ça qu'ils...? commença Lysa.
- C'est pour cela, oui. Vous étiez leurs cobayes. Mais malheureusement, ils ont échoué leurs expériences, car ils n'ont pas réussi à provoquer... La fusion. La fusion est l'union du côté Pokémon et du côté humain, afin de former un seul et même être. Corps, esprit, tout cela fusionne en un seul, l'équilibre parfait entre les deux races. Vous êtes des "expériences échouées" car votre corps est Pokémon, et votre esprit est humain...
- Ils veulent un être homogène, et nous sommes hétérogènes, en quelque sorte ? Demanda Kydra.
- C'est exactement cela. C'est pour cela qu'ils vous ont séquestré et vous ont laissé mourir à petit feu. Ils espéraient qu'un phénomène de fusion se produise malgré tout, ce qui n'est pas arrivé. Mais grâce à... La volonté de certaines personnes, vous avez tous pu vous évader, évitant un destin très regrettable. »

Il y eut un silence. Puis, Zoey reprit :

« Intérieurement, vous êtes les mêmes. Bien que vous puissiez avoir certaines influences du Pokémon que vous êtes devenus, vous n'avez pas changé. Ce sont votre corps, vos sensations, vos capacités, qui ont changé. Il va falloir vous y adapter, je le crains...
- Vous... Vous aviez autre chose à dire ? Demanda Lysa, voyant qu'elle n'avait pas fini.
- Deux choses... La première, c'est que bien qu'il y ait des expériences ratées... Certaines ont réussi. Ces personnes... Sont nommées les hybrides. Elles ont décidé, toutes pour différentes raisons, de travailler pour le compte de la Corporation... Et je pense qu'elles vont être chargées de vous retrouver et de... Vous éliminer. Mais n'ayez crainte, il s'agit de gens comme vous. Si vous trouvez les bons mots, que vous réussissez à les convaincre... Vous les ramènerez de votre côté.
- Génial, donc on a des gens qui sont censés être de notre côté qui ne le sont pas mais qui vont l'être quand même ? Récapitula Anna.
- Approximativement, c'est ça, avoua Zoey. Et, pour la seconde... Vous avez récupéré toutes vos affaires, n'est-ce pas ?
- Hum... Oui ? Confirma Kydra en regardant à tour de rôle ses camarades.
- Vous devriez avoir un objet... Qui doit avoir une importance majeure à vos yeux. Et qui n'était pas forcément censé se trouver là. Lors du... Processus visant à faire de vous des êtres "parfaits"... Les expérimentateurs ont utilisé des Pokémon de type Psy pour stabiliser votre esprit. Et en faisant cela, ils ont créé ce qu'ils appellent... Des Artéfacts. Ces Artéfacts sont l'incarnation matérielle de votre esprit, sous la forme d'un objet auquel est lié un souvenir puissant. L'avoir avec vous affecte votre puissance sensiblement, mais surtout, vous permet de rester maître de vous en toutes situations. Au contraire, l'avoir éloigné vous affaiblit et vous conduit à être plus... Instable. Vos émotions et sentiments négatifs sont accentués. Pour les hybrides, c'est même vital de l'avoir avec eux car cela leur permet de garder l'équilibre parfait.
- Donc... Euh... En gros s'il est détruit, on... Meurt ? Demanda Joshua.
- Non. L'objet se reconstitue. Si vous, vous mourrez, il sera détérioré, mais toujours présent. S'il est détruit après vous, il restera détruit, cependant... C'est un des malheureux ratés de ce qui vous est arrivé... »

Elle se redressa prudemment et les regarda de toute sa hauteur, souriante et rassurante malgré tout.

« Cet objet peut en dire long sur vous, tout comme au contraire ne rien dire. Je vous conseille de savoir duquel il s'agit ; ça vous sera utile. Mais je crois que vous le savez déjà, n'est-ce pas ? »

Lysa l'avait déjà pressenti. C'était son bracelet de perles. Pour Warren et Anna, très probablement leurs armes respectives. Pour Andrew, sans doute la chaînette argentée - mais pour les deux autres, très bonne question...

« Enfin, j'ai dit ce que j'avais à dire pour le moment. Je dois partir. Mais s'il y a des questions auxquelles je peux répondre...
- Qu'est-ce qu'on fait ? L'interrogea Joshua sans attendre.
- Ce que vous faites ? »

Elle mit les mains sur ses hanches, et fit volte-face, ses cheveux flottant dans les airs durant un instant.

« Vous retrouvez les autres cobayes. Vous convainquez les hybrides de vous suivre. Et vous nous aidez à démanteler la Corporation du mieux que vous le pouvez.
- Rien que ça ? Ironisa Anna.
- C'est plus facile à dire qu'à faire, mais vous n'êtes pas seuls. De plus, vous avez été choisis car vous êtes spéciaux, initialement. Vous êtes fragiles - après tout c'est la fragilité qui provoque la fusion, il fallait bien de plus grandes chances - mais vous êtes aussi emplis de traits et d'histoires qui vous seront utiles. Faites-en usage. »

Elle commença à quitter la grotte. Un instant, Lysa eut envie de l'arrêter ; il y avait... Tant de choses qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Mais... Non, elle ne se sentait juste pas le courage de s'élancer et de l'arrêter. C'était... Au-dessus de ses forces en l'instant présent. Elle... Elle savait qu'elle devait la laisser partir. Intérieurement, elle savait qu'ils la reverraient. Une fois qu'elle eut disparue, chacun retomba, comme à bout de forces. Tout ce qu'elle leur avait dit remuaient leurs émotions, leurs pensées... Lysa avait du mal à y voir clair, à ordonner ses pensées. Elle souhaitait que tout redevienne comme avant, qu'elle puisse oublier ce qui se passait : mais rien à faire, c'était impossible, elle n'y arrivait tout simplement pas...

« Bon, ben je suppose qu'on n'a plus d'autre choix que... De se battre, conclut Andrew.
- C'était pas toi qui disais qu'on était foutus ? rappela Anna. Rien n'a changé dans les faits...
- Le savoir, c'est le pouvoir, déclara le Sabelette, sûr de lui. Et puis ça vaut toujours mieux que de croupir ici. Au moins on sait quoi faire, à présent.
- Partir en quête de gens dont on ignore la position, et certains essayant probablement de nous buter ? Gé-nial... répondit Warren.
- Andrew a raison, dit Lysa. On ne peut pas se laisser faire. On doit faire de notre mieux pour renverser la situation à notre avantage. On en a les clefs. On est des cobayes ratés, certes ; mais des Pokémon avec une intelligence humaine. Cela nous donne un avantage qu'eux n'ont pas. »

Il y eut un silence. Lysa croisait les pattes anxieusement, baissant les yeux. Elle se rappela, du fin fond de son esprit, une sorte de petit proverbe que lui disaient ses parents, quand elle était plus jeune... "Du plus grand des désespoirs naît le plus beau et le plus fort de tous les espoirs"... C'était peut-être le moment ou jamais de mettre en application cette phrase, et d'en faire quelque chose de réellement utile dans la situation présente.

« Notre destin n'est pas fixé... On peut changer notre avenir autant qu'on le veut. Alors... On va le faire, d'accord ? Tous les six. Disons que c'est un marché. On coopère tous ensemble jusqu'à ce qu'on réussisse à retrouver forme humaine, d'accord ? »

Lysa les regarda à tour de rôle. Chacun se taisait. Finalement, elle avança à la patte au centre.

« On fait ça ? »

Kydra tendit sa faux pour la mettre au-dessus de sa patte. Elle déclara :

« Allez, on fait ça. »

Andrew hésita, s'avança à son tour, et posa sa patte sur la faux de Kydra.

« Ce n'est pas comme si j'avais spécialement envie de rester ici à ne rien faire... »

Joshua se rapprocha à son tour, et fit de même.

« Je ne pense pas vraiment qu'on y arrivera, mais ça vaut la peine d'essayer. »

Warren et Anna échangèrent un regard au même moment. Anna cracha :

« Je ne viens pas si lui il vient.
- Anna, ne faisons pas de caprices pour si peu. Vous êtes dans la même situation et vos pouvoirs dépendent l'un de l'autre. Vous ne pouvez pas refuser, ni l'un ni l'autre, déclara Kydra.
- Bon, d'accord... grognèrent-ils. »

Ils tendirent leurs pattes et les posèrent simultanément, l'une sur l'autre, sur celles du groupe. Ils se regardèrent, concluant ainsi leur pacte et leur serment de coopérer jusqu'à atteindre leurs objectifs communs. Lysa ne savait pas pourquoi, mais elle avait un bon pressentiment. Chacun retira sa patte, sauf les deux, qui les gardaient l'une au-dessus de l'autre.

« Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Joshua.
- On... On est collés, je crois. »