Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Gemini Soul T.1 - Dans l'Ombre du Futur de Caelys



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Caelys - Voir le profil
» Créé le 04/07/2016 à 20:26
» Dernière mise à jour le 26/07/2017 à 23:11

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre III - Sage
Lorsque Yami pénétra dans la salle d’entraînement pour leur annoncer la nouvelle, les deux aspirants combattaient toujours. Ils semblaient si concentrés sur leur duel que l’absol dût attirer leur attention.

– Il est bon de voir à quel vous êtes dynamiques, aspirants, commenta-t-il, mais je vous serais gré de bien vouloir garder cette énergie pour les opposants de notre Seigneur.

Les concernés cessèrent aussitôt de combattre et se dévisagèrent pendant quelques minutes avant d’échanger un sourire. Puis, ils se précipitèrent vers lui en courant. D’ailleurs, ils s’approchèrent si près que Yami aurait pu compter les étoiles scintillant dans leurs yeux s’il l’avait voulu.

– Alors L’Épreuve est enfin arrivée ?! s’écria l’évoli, folle de joie. Vous savez qui sont nos évaluateurs ? Oh, s’il vous plaît, messire Yami, dites-le-nous !

L’adolescente le regarda droit dans les yeux en baissant ses oreilles et prit un air adorable comme elle savait si bien le faire. Une esquisse de sourire naquit sur le visage du loup ailé. Cette scène lui rappelait tant sa sœur lorsqu’elle essayait de le réconforter…

– On va enfin pouvoir casser du Luxen ! renchérit l’arcko d’un air enthousiaste, le sortant de ses vieux souvenirs.

– Ne sois pas si impatient ! le réprimanda Yami. C’est en fonçant tête baissée que l’on tombe dans le piège de nos ennemis. Ne l’oublie jamais.

L’enthousiaste du gecko, visiblement douché par ses réprimandassions, s’évapora pour laisser place à la honte, la frustration et la souffrance.

Curieusement Nayati, depuis qu’il avait rejoint les aspirants, essayait d’impressionner l’absol en permanence. Un peu comme s’il pensait que celui-ci parlerait de lui au Seigneur Dialga. Le loup ailé ne comprenait pas vraiment sa motivation mais comptait bien le prendre sous ses ailes pour le modeler comme il l’entendait.

– De plus, ajouta-t-il plus calmement, nous devons attendre vos mentors. Après tout, cette affaire les concerne également.

Pour accentuer ses dires, le pokémon désastres désigna d’un mouvement de tête le spectre et son compagnon lupin à moitié caché par une des nombreuses colonnes de la salle. Car ces derniers, bien qu’ils avaient dû le sentir arriver avant de le voir – les Partisans se « sentent » entre eux via l’Éternité qu’ils reçoivent du Seigneur Dialga, l’avaient royalement ignoré jusqu’à maintenant. Ces deux là, comme beaucoup sur Tempora, ne semblaient pas l’apprécier. Dommage pour eux, Yami n’en avait que faire de ce que ces gens-là pensaient de lui. Il était le bras-droit du dieu de Temps et en tant que tel, les autres lui devaient obéissance. Quant il ordonnait, eux obéissaient, que cela leur plaise ou non. C’était aussi simple que ça.
Néanmoins, devant son insistance et celle des aspirants, le noctunoir et le lucario finirent par se joindre à eux en gardant le silence, refusant catégoriquement de le saluer. Ce dont l’absol ne s’offusqua pas, ayant l’habitude.

– Maintenant que tout le monde est là, je vais pouvoir annoncer les directives données par notre Seigneur…, reprit Yami après s’être assuré que tout le monde l’écoutait. Namarok, tu présideras la cérémonie du recrutement des nouveaux aspirants aux côté de notre dieu.

Impassible, le lucario dénommé Namarok se contenta d’hocher la tête pour signaler qu’il avait entendu. Malgré tout, le loup ailé le surprit couler un regard interrogateur vers la jeune évolie, son aspirante. Qui s’occuperait de son évaluation ?

– Ensuite, la jeune Ava se verra évaluer par le mentor de son cher camarade. L’Épreuve que tu passeras se déroulera à la Forêt Crépuscule : un groupe de Luxen a été vu près de nos champs de baies.

– J’en ai le sang qui bouillonne… Que j’ai hâte de leur faire face ! s’écria la petite renarde en griffant le sol. Ils ne feront pas long feu parce que je vais les massacrer !

– Je n’en doute pas une seconde, l’approuva Yami, attendrit. Tu es une gue-

– Ava ! le coupa Namarok d’un ton rude. Ne fais pas des promesses que tu ne seras pas en mesure de tenir, tu risques de décevoir les autres.

– J’en suis parfaitement capable, messire Namarok ! rétorqua celle-ci.

– Chacun en est capable mais il y a une différence entre dire une chose et l’accomplir. Garde cela en tête.

Maugréant dans sa barbe, l’évoli rejoignit le spectre pour échapper à cette discussion stérile. Durant leur échange, l’ange démoniaque avait gardé le silence. Cependant, ce lucario ne payera rien pour attendre car il avait horreur qu’on l’interrompe au beau milieu d’une phrase !

– Le prochain qui m’interrompt gagnera un aller simple pour Umbra, prévint-il d’une voix calme mais lourde de menace.

Bien que lui ne croyait absolument pas à la soi-disant vie de l’âme après la mort, Yami ne se privait jamais de s’en servir pour exercer son contrôle sur son entourage (hormis le Seigneur Dialga, évidemment). Après quelques minutes, les deux aspirants ne purent s’empêcher de trembler de peur tandis que la méfiance s’installa dans les yeux de Namarok. Il sourit intérieurement : jamais il ne lasserait de l’effet qu’il obtenait en disant cette phrase !

– Bien…, reprit-il. Se sera tout, à moins que vous n’ayez des questions.

L’asbol ailé leur laissa le temps d’absorber l’information. Il avait exprès d’omettre les directives concernant le jeune gecko, autant pour narguer le spectre que pour désemparer l’aspirant. Leur réaction, ainsi que celle de ses deux autres interlocuteurs, ne firent pas attendre.

Ava semblait à la fois interloquée et outrée que son camarade fût oublié, Namarok plissa les yeux, et Nayati ne cessait d’ouvrir et fermer sa bouche tout en le fixait comme si le ciel venait de lui tomber sur la tête. Le pauvre devait se demander pourquoi le sort s’acharnait ainsi sur lui. Quant au noctunoir, il plissa également l’œil et consentit finalement à lui adresser la parole.

Qui s’occupera d’évaluer Nayati ? demanda le cyclope par télépathie orale avec soupçon.

– Le Seigneur Dialga m’a personnellement quémandé de m’en charger, répondit Yami, indifférent bien qu’il jubilait intérieurement.

– V-Vous m’en voyez véritablement honoré, messire Yami ! s’exclama le gecko dont la voix la voix tremblait quelque peu à cause de l’émotion. Je jure sur Arceus le Créateur de ne pas vous décevoir, ni vous ni le Seigneur Dialga.

– La remarque de Namarok veut pour toi également, rétorqua l’ange démoniaque.

Yami savait que sa phrase l’avait blessé malgré que l’arcko n’en laisse rien paraître. Sachant quelle question viendrait ensuite s’il restait là, l’absol prit congé des deux Partisans et de l’aspirante en faisant signe à l’adolescent de le suivre. Ce qu’il s’empressa de faire, trop heureux que ce soit lui qui l’évaluait. Il va rapidement déchanter quand je vais lui expliquer en quoi consiste son Épreuve, ricana le bras-droit du maître des lieux.
Nayati, qui le suivait de près, semblait impatient de pouvoir impressionner son évaluateur car il le submergea de questions :

– Où va-t-on, messire ? Va-t-on casser du Luxen ? Quel est mon Épreuve ? D’ailleurs, pourquoi vous n’avez pas voulu en parler devant les autres ? J’ai une Épreuve spéciale ?

Arrivés au seuil de la salle de téléportation, Yami stoppa brutalement sa marche, faisant ainsi tomber l’arcko qui marchait derrière lui, et se tourna vers l’aspirant.

– Le Temple Alakazam, non loin des vieilles ruines du Vaisseau Arc-en-ciel sera notre destination, commença-t-il, et oui, il y aura des Luxen. Pour le reste, tu devras attendre qu’on soit sur place.

– Mais…

– Il n’y a pas de mais ! J’ordonne et tu obéis à moins bien sûr que tu ne veuilles me défier et ainsi prouver que tu tiens de tes félons de parents, chose que tu ne souhaites pas… N’est-ce pas, petit aspirant ?

L’absol ailé s’était approché de ce dernier pendant qu’il parlait. Tant qu’il n’était qu’à quelques centimètres du visage du gecko, lequel pouvait à présent bien voir l’ardente flamme brulée dans ses yeux rubis. Cependant, comme Yami s’y attendait, le petit arcko ne put tenir sous son regard ardent et finit par baisser la tête.

– …Nan messire, chuchota-t-il. Ce n’est pas ce que je souhaite.

– Et que souhaites-tu, petit aspirant ?

Curieusement, là Nayati trouva la force de relever les yeux et d’affronter sans ciller le regard ardent de son évaluateur.

– Je veux prouver que j’ai ma place ici, auprès de vous et du Seigneur Dialga ! Que je lui suis loyal et que je mérite de devenir un de ses Partisan ! Mais surtout, que je n’ai rien à voir avec ces traîtres honnis que vous nommez « mes parents » !

Un grand sourire se dessina sur le visage du loup ailé tandis qu’il s’éloignait de l’adolescent. Voilà ce qu’il voulait entendre !

– Tant mieux car je vais t’offrir une magnifique occasion de nous prouver tout cela, à moi et au Seigneur Dialga… Maintenant viens et ne pose plus de questions.

– Oui, messire Yami !

Sans un mot de plus, Yami guida le petit aspirant dans la salle de téléportation. Celle-ci regroupait d’ailleurs le plus grand nombre de pokémons dans la Tour du Temps. Car c’était par là que pénétraient ceux qui n’avaient pas eu le bonheur de naître avec le pouvoir que le dieu de l’Espace avait accidentellement légué aux pokémons psy durant la Guerre de Babylon. Ce pouvoir – la téléportation – n’était cependant pas aussi puissant que celui de la divinité car il ne permettait seulement de se téléporter dans des endroits que l’on avait déjà vu. Mais cela restait pratique.

Le bras-droit du dragon intemporel se demandait souvent pourquoi un de ses parents ne possédait ce pouvoir. Vu qu’il se transmettait par le sang, Yami aurait pu voyager par ses propres moyens. Comme sa sœur et son père !
Son regard se fit soudain lointain, comme s’il se remémorait un vieux souvenir, puis le voile de la nostalgie recouvrit ses yeux. Kira, ma sœur… Où es-tu passée durant tout ce temps ?

– Sire Yami ? Tout va bien ?

Yami, sortit de ses pensées et de sa nostalgie, posa ses yeux sur Nayati. Ce dernier l’observait, un brin d’inquiétude brillant dans ses pupilles.

– Ce n’est rien, petit aspirant. Pressons à présent, ces fils de ponchien ne vont pas nous attendre toute la journée.

N’attendant guère de réponse, l’absol ailé se dirigea d’un pas ferme vers les porygons et leur demanda d’une voix sèche de les téléporter au Vaisseau Arc-en-ciel.

***
Au Temple Alakazam, justement, un vieil alakazam méditait. Cependant, l’arrivée quelque précipitée d’un groupe de pokémons le tira de sa méditation. On ne pouvait dire que cet érudit soit étonné de recevoir de la visite car il savait qu’un jour quelqu’un viendrait chercher des réponses. Non, ce qui l’étonnait, c’était plutôt le temps que ses visiteurs ont mis pour se poser des questions. Comment diable pouvait-on trouver normal de vivre dans un monde mort et froid que celui-ci ?

– Salutation Sage, déclara une voix que le vénérable ancêtre n’avait pas entendu depuis fort longtemps.

L’alakazam prénommé Sage ouvrit enfin ses yeux pour les poser sur l’amphinobi qui lui faisait face.

– Shinobu…, répondit Sage avec bienveillance, te voir réveille en moi la nostalgie des Temps Jadis. Que deviennent Aaron et l’équipe de ton frère ainé ?

– Aaron lutte vaillamment contre les sinistres plans de Dialga Primal aux côtés de son jeune fils, Aurio. Quant aux Blue Rescue, ils combattent également pour la cause des Luxen et en se moment même, ils font diversion à la Forêt Crépuscule pour nous donner du temps ici. Donc…

– Bla, bla, bla ! fit une voix fluette derrière la grenouille ninja. Tu parles trop, Shinobu.

Sage porta son regard sur l’origine de cette voix et aperçut un jeune zorua. La nostalgie étreignit son cœur. Quelque chose dans l’attitude rebelle de ce petit effronté lui rappelait une vieille connaissance…

– Je sais, Night…, soupira le shinobi.

– On dirait pas, rétorqua le renard ténébreux. Le Temps file.

– Mon petit-frère n’a pas tord, Shinobu, intervint une roussile. Nous perdons l’avance que les Blue Rescue nous ont donné et tu sais que lorsqu’on joue avec Dialga Primal, chaque secondes comptent.

– Je sais, Sable, je sais…

Shinobu ne put s’empêcher de soupirer. Tout à coup, il semblait beaucoup plus vieux qu’il ne l’était déjà. Le vieil alakazam s’en voulut un peu, par sa faute, son jeune ami se faisait réprimander par un zorua haut comme trois pommes et qui, à vue de nez, ne devait pas avoir plus de dix ans. Aussi décida-t-il de faire revenir l’attention sur lui.

Sage toussa, rappelant ainsi aux Luxen où ils se trouvaient.

– Mh ! Êtes-vous venus pour finir dans les sombres cachots de la Cour des Condamnés ou bien pour récolter des informations ? Les Partisans ne tarderont pas, vous savez… peut-être sont-ils même déjà en chemin.

– Très bien alors venons-en au fait, Sage… dit nous ce que tu sais sur la PTP.

– Que voulez-vous avoir exactement ?

– Tout. Absolument tout !

– Fort bien. Approchez-vous, je vais vous expliquez ce que je sais à propos de la Paralysie Temporelle.