Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Le Grand Essaimage T.1 : L'éveil de l'Essaim de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 30/03/2016 à 10:25
» Dernière mise à jour le 13/01/2017 à 21:26

» Mots-clés :   Action   Drame   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés   Région inventée

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 4 : L'attaque de l'Essaim
Mariam Coleinst avait terminé sa mission. Elle aurait pu partir, mais elle tenait à rester encore à la base des Dunes Vides, ou de la colonie Orblanbel, comme il fallait maintenant l’appeler. Elle voulait analyser tous les résultats possibles et imaginables de l’œuvre de son Novus. Sans doute serait-elle amenée à l’utiliser à nouveau, dans un autre lieu, pour le compte d’un autre gouvernement. Aussi devait-elle être sûre de son bon fonctionnement. Et pour le moment, tout se passait à merveille.

Le vaste et grand désert sans vie qu’étaient les Dunes Vides resplendissait aujourd’hui d’une herbe verte et brillante, d’arbres, de fougères, de ruisseaux, de lacs. Déjà des centaines de Pokemon en provenance des colonies voisines y avaient trouvé refuge. L’équipe scientifique de Mariam, tout en s’efforçant de ne pas abîmer cette toute nouvelle et passionnante nature, recueillaient les données de chaque fleur, de chaque mètre carré d’herbes, de chaque étendue d’eau. Le Novus avait chargé cette terre stérile d’enzymes génétiquement modifiées à partir de divers ADN de Pokemon, dont plus particulièrement celle des Shaymin, ces petites créatures immensément rares capables de propager la flore partout où ils allaient. Pour l’instant, ces enzymes étaient encore actives, ce qui signifiait que la flore poussait toujours à une vitesse anormalement rapide. Mariam tenait à les désactiver avant de s’en aller. Il fallait que le lieu trouve un équilibre naturel.

- Etude hydromorphologique de l’échantillon I-541 B7 en cours, fit la voix mécanique de l’assistant de Mariam, Pollux.

Pollux était le seul véritable ami de Mariam, mais il avait la particularité de ne pas être un humain. Il n’était même pas un être vivant. En fait, c’était un programme que Mariam avait elle-même créé, il y a six ans. Un algorithme artificiel possédant une intelligence presque autonome. Pollux s’exprimait par le biais du Gantolesque de Mariam, le gros appareillage électronique qui recouvrait son bras droit. Le Gantolesque permettait à Mariam de tout contrôler à distance, et possédait pas mal de gadgets très utiles pour l’étude scientifique.

- L’échantillon I-541 B7 provient de la même extraction que l’échantillon I-129 N3, rétorqua Mariam à Pollux. Les données seront les mêmes.

- Négatif, assura Pollux. Je détecte un écart de 0,00003 ppb de plomb entre les deux échantillons. Cause recherchée : les prélèvements se trouvaient à six mètres, cinquante-trois centimètres, dix-huit millimètres, sept dixièmes de millimètres et trente-trois virgule cinq centièmes l’un de l’autre.

Mariam retint un soupir. Le problème avec Pollux, c’était qu’il était un peu trop psychorigide. Mais bon, ça, c’était la faute de Mariam. C’était elle qui l’avait programmé ainsi.

- Laisse tomber les eaux, et contente-toi de vérifier la teneur de l’air. Elle se module de façon assez large d’un jour à l’autre.

- Analyse en cours. Résultats attendus dans approximativement sept minutes.

Mariam abandonna un moment ses écrans et ses graphiques pour se tourner vers le gouverneur Othos, qui observait à travers la baie vitrée l’étendue de son nouveau domaine. Le Conglomérat n’avait vraiment pas mis longtemps à nommer un gouverneur pour la nouvelle colonie ; personne encore n’y vivait, à part quelques Pokemon. Mais Othos faisait preuve d’un enthousiasme débordant, et ne cessait de surveiller le travail des scientifiques.

- Ce sera une colonie formidable, disait-il en se frottant les mains. J’en ferai la plus belle colonie du Conglomérat ! Je dépasserai même Satro et sa Première Colonie ! Je vois déjà ça d’ici… Les plus beaux immeubles qu’on puisse créer de tous le Conglomérat, implantés en plein dans ce décor de rêve ! Un mélange sublime entre la nature dans toute sa pure beauté et la civilisation dans toute sa splendeur moderne ! Oui… Orblanbel sera le joyeux du Conglomérat, et je serai le gouverneur fétiche du président Fitvirol.

Othos ne cachait pas son ambition et son avidité. Mariam avait un peu peur de ce que ce type allait faire à sa création, mais ce n’était pas trop son problème, à dire vrai. Elle avait été payée - gracieusement - pour transformer ces landes désertiques en un paradis tropical. Ce que le Conglomérat en ferait ensuite ne la concernait pas. Un des scientifiques de l’équipe de Mariam ricana et parla à voix basse à une de ses collègues de telle sorte que le gouverneur ne l’entende pas.

- Tu penses que les colons se nommeront eux-mêmes les Orblanbeliens ? Ou les Orblanbelis ?

- Les Orblanbecs, ça sonne mieux, dit l’autre avec un sourire ironique. Franchement, on a passé quatre ans à trimer pour transformer ce foutu désert en zone habitable, et le vieux roi n’a rien trouvé de mieux comme nom que ce truc débile…

Mariam leur lança un regard d’avertissement, et ils retournèrent à leur travail, penauds. Le gouverneur Othos n’en finissait pas de déblatérer ses grands projets pour la colonie, quand Mariam reçut un rapport de la station Nord. Pollux le lui retransmis intégralement.

- Signes de vie étranges détectés à dix heures. Ils sont nombreux, et arrivent vite. Peut-être une colonie entière de Pokemon.

Mariam s’approcha de la vitre pour regarder ça, et étouffa une exclamation. Il y avait des centaines de points noirs dans les cieux qui venaient vers eux, et autant sur le sol. Tous les scientifiques de la salle se levèrent pour observer ce phénomène.

- Qu’est-ce que c’est ? Demanda le gouverneur Othos. Des oiseaux ?

Mariam secoua la tête. Elle les voyait plus distinctement à présent. C’étaient des insectes. Des centaines et des centaines de Pokemon insectes, de toute races, de toute sortes, avec des ailes ou pas. Beaucoup d’entre eux avaient une apparence que Mariam n’identifia pas. Ils ressemblaient à des espèces de grosses fourmis avec souvent des parties de leurs corps enflammées. Mais il y avait aussi pas mal de Pokemon qu’elle connaissait, comme des Dardagnan, des Yanmega, des Pyrax… Mariam n’en avait jamais vu autant, et tous encerclaient à présent la station Nord comme des loups affamés.

- Quelqu’un est en train de filmer ce qu’il se passe ? Demanda un des techniciens. C’est extraordinaire ! Qu’est-ce qu’ils…

Soudainement, sans aucune sommation d’aucune sorte, l’armée de Pokemon insectes ouvrit le feu sur la station Nord, la pulvérisant d’un coup sous les assauts de plusieurs centaines d’attaques à la fois. Un court silence stupéfait laissa place à une panique générale. Les alarmes se mirent à sonner à l’unisson, et les techniciens se bousculaient pour tenter de lire les multiples rapports sur leurs écrans. Dehors, l’armée de Pokemon insecte se mit à ravager la colonie, brûlant la végétation, faisant s’écrouler les quelques structures installées, déracinant les arbres et vaporisant les points d’eau.

Ils s’en prenaient aussi aux quelques scientifiques et ouvriers qui se trouvaient au dehors, les attrapant tandis qu’ils se débattaient avant de les démembrer et parfois de les dévorer. Ceux qui avaient de la chance furent tout simplement tués par leurs attaques spéciales, le plus souvent de longs jets de flammes. C’était un carnage des plus totals. En moins de deux minutes, la florissante colonie d’Orblanbel fut plongée dans le chaos et la désolation. Mariam était atterrée, et ne savait pas quoi faire. Mais le gouverneur Othos, lui, semblait au-delà de l’horreur. Il était épouvanté, et aussi en colère.

- Que font-ils ? MAIS QUE FONT-ILS À MA COLONIE ?!!

Il tapait des poings contre la vitre, outré.

- Monsieur le gouverneur, fit précipitamment Mariam, il nous faut ordonner l’évacuation au plus vite !

- Hors de question de laisser ces Pokemon saccager mon trésor ! S’exclama Othos. Vous là, dégagez d’ici !

Il poussa brutalement le technicien en poste des communications, pris le micro et monta le volume à fond, s’adressant aux Pokemon insectes.

- Ceci est un territoire humain ! Leur cria-t-il depuis le micro. Vous n’avez pas le droit ! C’est un acte de guerre envers le Conglomérat !

Sa diatribe furieuse n’eut pour seul effet que d’attirer l’attention des insectes, dont plusieurs fonçaient à présent vers eux. Les agents de la base commencèrent à s’enfuir les uns après les autres. Mariam jugea le moment venu de les imiter. Elle était une scientifique, pas une héroïne. Le problème, c’était qu’il n’y avait qu’un seul transporteur volant ici, et qu’il ne serait jamais assez gros pour contenir tout le monde. Mariam préféra partir par ses propres moyens. L’engin qu’elle avait conçu, le Novus, était un appareil monoplace, bien que pouvant être piloté à distance. Son blindage était renforcé, et bien plus apte à la faire filer d’ici que le petit avion de la base. La scientifique donna ses ordres à Pollux par le biais du Gantolesque.

- Amène le Novus ici, immédiatement.

- Le Novus est actuellement en train de survoler la zone Quadrant 7 pour analyser le quota de…

- Oublie les analyses ! Fais le venir, vite ! C’est une question de survie !

- Ordre confirmée. Module de fuite prioritaire enregistrée. Arrivée du Novus dans une minute et trente-sept secondes.

Durant ce temps, le gouverneur Othos continuait d’exprimer son indignation aux Pokemon attaquants.

- Vous allez le regretter ! S’égosilla-t-il. J’ai des contacts hauts placés ! Ils vous feront payer ce que vous faites, répugnantes créatures que vous êtes !

Les Pokemon insectes commencèrent à attaquer la base. Bien plus renforcée que la précédente station, elle tint bon face à ce déluge d’attaques, mais commença à trembler sur ses bases. Un des Pokemon insectes brisa la vitre. Il s’agissait de l’une des fourmis géantes que Mariam ne connaissait pas. Celui-là avait le corps noir, des ailes, deux pattes et des flammes en guise d’antennes.

- Présence hostile confirmée, dit Pollux. Pokemon détecté. Fourficiaise, l’une des formes évoluées de Fourniaise. Les Fourficiaise ont le rôle d’officiers dans la ruche des Fourniaise. Ils commandent les soldats Fourniolaise, et ont aussi le rôle de gardes royaux de la reine.

Mariam aurait trouvé cette description vaguement intéressante en d’autres circonstances, mais pour le moment, elle se fichait pas mal de qui était ce Pokemon. Une chose était sûr, il n’était pas venu là pour leur dire bonjour. Tandis qu’elle reculait contre le mur, incapable de quitter le Fourficiaise des yeux, le gouverneur Othos fit un pas vers lui et le pointa du doigt.

- J’exige de parler à votre chef, ordonna Othos. Toute cette situation est des plus irrégulières !

Le Fourficiaise produisit un son bizarre qui se rapprochait de « Gzbzzz bz ggzbz » avant de se jeter sur Othos. Indifférent à ses cris, il entreprit méthodiquement de lui arracher membres après membres. Mariam ferma les yeux mais elle entendit toujours les hurlements du gouverneur ainsi que le bruit répugnant. Elle se retint de vomir et rouvrit les paupières, car les cris d’Othos avaient cessé, et le Fourficiaise se tournait à présent vers elle. L’instinct de survie de Mariam prit le pas sur sa peur. Après la carrière qu’elle avait eu, ça la dérangeait un peu de terminer dépecer par un insecte géant.

- Pollux, module de défense Alpha-6, ordonna-t-elle.

Elle pointa son Gantolesque vers le Pokemon, et un puissant arc électrique alla le frapper en plein torse. Le Fourficiaise grogna, et cracha une gerbe de flammes dans sa direction.

- Pollux, module Voile Miroir ! Cria Mariam.

Ce fut comme un écran rose était sorti du Gantolesque, et recouvrit Mariam. Quand l’attaque feu la toucha, elle rebondit sur elle pour revenir à son expéditeur. Mariam ne s’était jamais encore servie des modules de défense Pokemon qu’elle avait intégré dans son Gantolesque, mais elle était ravie de les avoir mis. Au même moment, Mariam vit le Novus en vol stationnaire juste devant elle, derrière la vitre brisée du poste d’observation. La base, elle, continuait à trembler de plus belle sous les assauts des centaines de Pokemon insectes dehors, et allait finir par s’effondrer. Quand un second insecte rentra dans la base - une autre fourmi de feu, mais avec le corps orange et quatre pattes, et sans ailes - Mariam activa à distance l’ouverture du cockpit du Novus.

- Pollux, active le module anti-gravité ! Ordonna Mariam.

Elle se précipita alors vers la fenêtre, et sans plus d’hésitation, elle sauta dans le vide. L’option anti-gravité du Gantolesque lui permettait de rester dans les airs quelque secondes, et ce fut suffisant pour rejoindre le Novus et s’installer dedans. Derrière, les deux Pokemon insectes utilisaient leurs attaques spéciales contre elle, mais le blindage du Novus tenait bon. Mariam, s’efforçant de ne pas trop trembler, prit les commandes et commença à s’éloigner de ce champ d’horreur.

Plusieurs Pokemon insectes volants la prirent en chasse et l’attaquèrent. Mariam ne se faisait pas trop de souci. Le Novus pouvait résister à une dizaine d’Ultralaser lancés en même temps. Ce qui n’était pas le cas des autres engins. Le transporteur de la base venait de décoller, avec l’intérieur le personnel qui prenait la fuite. Mais il fut vite rattrapé par les insectes, et ne mit guère longtemps à exploser sous leurs tirs. Mariam serra les dents. Elle connaissait plusieurs de ces gens, elle avait vécu et travaillé avec eux depuis quatre ans. Une émotion la traversa, qu’elle n’avait pas encore ressentie depuis le début de l’attaque. La colère. La colère pour ses collègues tués. La colère pour ce lieu de rêve qu’elle avait créé et qui brûlait à présent sous ses yeux.

- Pourquoi vous faîtes ça ? Cria-t-elle pour elle-même. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’on vous a fait ?!

- Les Pokemon de dehors ne peuvent vous entendre d’ici, lui signala inutilement Pollux.

Mariam ne répondit pas, trop occupée à manœuvrer le Novus pour qu’il esquive les différentes attaques provenant de derrière. Le Novus était résistant, mais n’était pas conçu pour attaquer, ni pour aller vite. Elle ne parviendrait à fuir suffisamment loin avant que son engin ne cède enfin devant tous les Pokemon qui la prenaient en chasse. Du moins, pas en direction du Conglomérat. Mais selon sa carte holographique, elle n’était pas loin de la forêt du Continent Perdu, et donc d’Exodia. Elle pourrait leur demander de l’aide.

Elle se dirigea donc vers le nord, quand une attaque plus forte que les autres fit trembler le Novus. Mariam regarda son écran qui montrait l’arrière et eut un hoquet de stupeur. Des dizaines de Foretress l’entouraient, et l’un d’entre veux venait de se faire exploser sur elle. Un second fit de même, se lançant sur le Novus et utilisant son attaque Explosion. Mariam fut ballotée sur son siège par la secousse, et un signal d’alarme apparut sur l’écran de contrôle.

- Intégrité de la coque endommagée, annonça Pollux. Défenses à 70%.

- Sans rire… marmonna Mariam.

Les Pokemon Insecte n’avaient pas l’air de vouloir la lâcher. À ce rythme-là, Mariam ne pourrait même pas aller jusqu’à Exodia. L’explosion suivante fit descendre les défenses de la coque à 40%, et Mariam se hâta de se trouver un dieu à prier, ce qu’elle n’avait jamais fait avant. La quatrième explosion perça le blindage du Novus, et Mariam ne put retenir la chute de l’appareil sur la forêt qu’elle était en train de survoler. Elle fut rudement secouée par cet atterrissage en catastrophe, mais par miracle, ou bien grâce à sa prière improvisée, le Novus n’explosa pas.

Bien qu’endolorie de partout, Mariam se dépêcha de sortir de l’appareil et de s’en éloigner le plus possible avant que les Pokemon insectes ne descendent. Les arbres ici étaient hauts et épais, ce qui la cachait à leurs yeux, mais pour l’instant seulement. Elle se prit sa blouse de scientifique plusieurs fois dans des ronces et autre plantes qui se trouvaient en abondance ici. Elle trouva un arbre sur lequel elle put grimper un peu. Bien sûr, les insectes la trouveront de suite ici, mais Mariam avait quelques autres tours dans son sac.

- Pollux, activation du Méta-matériel, murmura précipitamment Mariam alors qu’elle entendait déjà le bruit des ailes de ses poursuivants. Dispositif de réfraction de la lumière.

- Dispositif enclenché. Autonomie calculée : trois heures et vingt-six minutes.

- Silence radio, ordonna-t-elle.

Les Pokemon Insecte venaient d’atterrir, et examinaient l’épave du Novus. Il y avait un de ces Fourficiaise, comme celui qui avait tué Othos. Le reste était en majorité des Scarhino, des Dardagnan, et des Foretress. N’ayant trouvé personne à l’intérieur du Novus, ils regardèrent à droite à gauche. Mariam se trouvait pourtant à quelques mètres d’eux, sur un arbre bien en vue, mais aucun d’entre eux ne la vit. Tout simplement car elle avait activé le module invisibilité de son Gantolesque. Bien sûr, ce n’était pas parfait. Ça ne cachait ni les sons ni l’odeur, et si jamais elle bougeait, même un petit peu, son corps refléterait une certaine lumière qui la rendrait visible un court instant.

Tout ce qu’elle put faire, ce fut de rester immobile et silencieuse, respirant à peine, et priant de toutes ses forces que les Pokemon insectes se mettent à la pourchasser ailleurs. Ce qu’ils firent au bout d’un moment. Mariam descendit de son arbre, mais ne désactiva pas son invisibilité pour autant. Elle l’avait échappé belle, mais n’était pas encore tirée d’affaire, loin de là. Elle était seule dans une forêt hostile, sans savoir à quelle distance elle se trouvait d’Exodia. La nuit allait commencer à tomber, et la forêt du Continent Perdu était réputée pour abriter toute une gamme de Pokemon sauvages et généralement carnivores.

- Pollux, mon vieux Pollux… On est dans la mouise, toi et moi…


***


Insandre observa le résultat de la vengeance qu’avait perpétrée la ruche des Fourniaise sur les humains. Tout brûlait sur des lieux à la ronde. Les structures de métal qui avaient abrité les humains étaient renversées, en morceaux. Tous les humains eux-mêmes avaient été tués. Ça avait apaisé l’esprit de la ruche dans le Thisme, mais ça n’avait pas soulagé leur profond malheur suite à la destruction de leur royaume et à la mort de millions d’entre eux. Une horreur qui incombait aux humains. Ils n’avaient eu que ce qu’ils méritaient.

Mais Insandre le sentait dans le Thisme ; l’Essaim ne comptait pas s’arrêter là. Les humains devraient payer plus encore. Pour le génocide qu’ils avaient commis, tous ceux qui vivaient en marge du Continent Perdu devront disparaître. Cela faisait des années maintenant que les humains ne cessaient de dévorer des territoires, réduisant petit à petit ceux de l’Essaim. Ce qu’ils avaient fait il y a quelques jours au territoire de la ruche des Fourniaise était la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. L’Essaim était furieux.

Insandre ne faisait pas partie de la ruche des Fourniaise. Il n’était pas de leur famille. Les Fourniaise et leurs différentes évolutions étaient des Pokemon Insecte et Feu, alors qu’Insandre était Insecte et Dragon. Un double type assez rare parmi les siens, ce qui lui valait une attention particulière du Roi. Le Roi attendait beaucoup de lui, et l’avait élevé comme son fils, alors qu’Insandre n'avait jamais connu ses parents. Mais Insandre était encore jeune. Et il apprenait au contact des autres Pokemon insectes. Il était un invité de la ruche des Fourniaise quand les humains avaient frappé. Il avait réussi à s’en tirer, ce qui n’était pas le cas de milliers d’autres.

Avec leur engin diabolique, les humains avaient transformé le désert où vivait la ruche des Fourniaise en une terre fertile et humide. L’Essaim n’avait rien contre ce genre de paysage, mais si les Fourniaise vivaient dans le sable, il y avait une raison. L’énorme fourmilière sous le sable avait été totalement ravagée par cette transformation brutale. Les tunnels avaient été inondés, noyant des milliers de pauvres Fourniaise. Les survivants avaient pris la fuite, mais aujourd’hui, ils étaient revenus avec des renforts de l’Essaim, pour reprendre ce qui était à eux.

Insandre marchait en compagnie de l’un des rois survivants de la ruche, un Fourmonaise. Se tenant sur deux jambes, à la façon des humains, ils portaient une couronne de feu, avaient une longue barbe blanche et une tunique flamboyante qui recouvrait leur corps insectoïde. Insandre ignorait combien de rois avaient réussi à survivre à la destruction de la ruche. Un certain nombre, il l’espérait. Les Fourmonaise étaient les reproducteurs de la reine, et sans eux, pas d’enfants.

Dans la ruche des Fourniaise, avant la catastrophe, il y avait environ dix-mille Pokemon. Deux mille d’entre eux étaient des Fourniaise, le tout premier stade d’évolution, et donc en majorité des enfants, bien que parfois, il y ait quelques vieux Fourniaise qui n’avaient pas encore évolué. Les huit mille autres Pokemon étaient répartis dans les six castes d’évolution des Fourniaise. En effet, un Fourniaise, comme son cousin le Terdeira, pouvait évoluer de six façons différentes.

La première forme, la plus commune, était le Fourniolaise, le soldat de la ruche. Il y en avait environ trois mille. L’autre forme plus commune était le Fourvriaise, qui occupait les fonctions d’ouvrier de la ruche. Ils étaient dans les deux mille. Les Fourgeniaise, les ingénieurs, commandaient les Fourvriaise. Quant aux Fourficiaise, ils dirigeaient les soldats, et protégeaient la reine. Les deux castes représentaient environ deux mille cinq cents âmes dans la ruche. Seuls les plus doués Fourniaise pouvaient évoluer en Fourgeniaise ou en Fourficiaise.

Puis il restait la caste des rois, les Fourmonaise. Ils étaient choisis spécialement par la reine comme reproducteurs. Et enfin bien sûr, la caste des reines, les Foureinaise, mères de la ruche. Il n’y avait qu’une seule reine qui gouvernait et qui donnait naissance aux Fourniaise, mais il y avait quelques autres Foureinaise, des jeunes, qui se préparaient à prendre la succession de la reine. Comme cette dernière avait péri lors de la catastrophe, il faudrait que l’une d’entre elles prenne sa place. Et désigner une nouvelle reine parmi les Foureinaise prenait du temps, ce qui ajoutait à la confusion et au désarroi de la ruche des Fourniaise dans le Thisme.

Bien que n’étant pas des leurs, Insandre était malheureux pour eux, et voulait les aider. Il voulait faire payer aux humains. Tous les autres Pokemon de l’Essaim, ayant ressenti la catastrophe dans le Thisme puis la colère des Fourniaise, étaient eux aussi mobilisés pour rendre aux humains la monnaie de leur pièce. Mais le Fourmonaise à coté d’Insandre était loin de ressentir le besoin d’exprimer sa haine. Il était totalement abattu.

- Tant de morts, soupira-t-il. Tant de malheurs. Tant de destruction…

- Nous vengerons les vôtres, lui assura Insandre. Les humains vont payer cet acte ignoble.

- La vengeance n’amène qu’encore plus de destruction, jeune seigneur Insandre, répliqua le vénérable Fourmonaise. Les humains sont puissants. Ils possèdent des armes dont nous n’avons pas idée. Comme celui qui a détruit notre ruche…

- L’a-t-on retrouvé ? S’enquit Insandre. Je l’ai vu voler dans le ciel, plusieurs des nôtres à ses trousses.

Fourmonaise se plongea dans le Thisme pour y chercher la réponse. Insandre aurait pu faire de même, mais ne faisant pas parti de la ruche des Fourniaise, il aurait considéré cela comme très malpoli. Le Thisme était le lien primaire et mental qui unissait tous les Pokemon insectes de l’Essaim. Le Roi en était le centre, celui qui commandait tout, celui qui reliait tous les Pokemon entre eux. Mais chaque ruche avait son propre accès dans le Thisme, son propre secteur de pensée.

- Nos officiers disent que l’appareil s’est écrasé dans la Forêt-Monde, dit enfin Fourmonaise. L’humaine qui le pilotait reste introuvable.

- Il nous faut au moins détruire cet engin abominable, dit Insandre.

- La Forêt-Monde est sacrée pour nous, rétorqua le Fourmonaise. Nous n’avons pas le droit d’y utiliser une seule de nos attaques.

Insandre retint son agacement. Les Fourniaise avaient toujours été d’une grande superstition. Mais il était vrai que les Pokemon de l’Essaim, même le Roi lui-même, évitaient la Forêt-Monde. Le Thisme ne marchait pas bien à l’intérieur. C’était comme s’il y avait un autre lien qui s’y superposait.

- Vous continuez à chercher l’humaine quand même ? Demanda Insandre. Si c’est elle qui faisait marcher cet engin, c’est elle qui mérite le plus d’être tuée.

- Oui oui, nos soldats se sont dispersés dans la Forêt-Monde et la pourchassent, répondit Fourmonaise d’un air presque indifférent. Veuillez m’excuser maintenant, jeune seigneur Insandre. Je dois vite rejoindre les autres rois pour qu’on désigne au plus vite notre nouvelle reine.

Insandre le laissa partir. La ruche des Fourniaise allait tenter de reconstruire leur fourmilière, maintenant qu’ils avaient repris leur territoire. Ils étaient trop assaillis par le chagrin et par la nécessité de tout reconstruire pour se préoccuper plus longtemps des humains. Mais Insandre, lui, n’avait pas apaisé sa rancœur à leur égard. Et tous les autres Pokemon de l’Essaim non plus.

Le petit Pokemon s’empressa de réunir un groupe, dans lequel se trouvaient plusieurs représentants de la ruche des Terdeira. Comme les Fourniaise, les Terdeira étaient des Pokemon Insecte et Feu, et comme eux, ils pouvaient évoluer en six Pokemon différents. Les six même castes que pour les Fourniaise. Mais si les Fourniaise étaient d’ordinaire pacifiques et sages, les Terdeira, eux, étaient bien plus vicieux. Ils aimaient se battre, ils aimaient tuer, et étaient par nature des envahisseurs, prompts à prendre possession des autres ruches. Insandre ne les aimait pas beaucoup, mais en l’occurrence, s’il y avait bien des Pokemon dans l’Essaim qui ne demandaient qu’à aller attaquer les humains, c’était bien eux. Insandre alla s’adresser à l’un de leurs rois, les Termoneira.

- Les Fourniaise ont récupéré leur terre, mais les crimes des humains restent entiers. Je sais que les humains ont plusieurs de leurs villes au sud d’ici. Je vais monter une expédition punitive, au nom du Roi. Qui est avec moi ?

Des centaines de Pokemon insectes, toutes familles confondues, firent savoir leur enthousiasme dans le Thisme. Insandre sentait même la présence divine et omnipotente du Roi, qui, pourtant à des lieux de là, donnait son accord. Les humains avaient commis une terrible erreur. Ils avaient réveillé l’Essaim. Et maintenant qu’il était réveillé, il ne saura se rendormir avant d’avoir purgé toute cette terre - la leur - de la présence de cette vermine humaine. Alors peut-être, comme la légende le prédisait, l’Essaim allait enfin faire la rencontre de leur Reine…





***********

Image d'Insandre :



Image de la ruche des Fourniaise :



Image de la ruche des Terdeira :