Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Les sombres histoires du Port de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 19/02/2016 à 20:20
» Dernière mise à jour le 19/02/2016 à 22:32

» Mots-clés :   Action   Policier   Présence de transformations ou de change   Sinnoh   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Affaire n°1 – Une femme, et quelle femme !
_____Chassé de la Privet Room par un Ardghal épuisé et très, très grognon, Lysander continuait de bouquiner dans le bureau, tout en écoutant du jazz. C’est son patron qui lui a fait découvrir ce genre musical. Celui-ci lui conseille des titres que son employé ajoute régulièrement à sa playlist très éclectique, contenant presque un millier de titres. Heureusement, il a choisi son MP4 en raison de ses quelques soixante-quatre gigas de mémoire. Bon, il l’a trouvé d’occasion sur un site internet. S’il en avait acheté un neuf, il aurait aisément pu trouver plus performant.

_____Mais il faut dire qu’il ne roule pas sur l’or, l’assistant-détective. Peu importe les périodes, que les affaires soient florissantes ou non, ou bien qu’il s’implique davantage dans son travail, son salaire n’a jamais changé en deux ans de service. Et en plus, les trois-quarts du temps il lui est reversé en retard. Il n’est pas si mauvais que ça, il suffit à vivre, en somme, sans plus. Une fois qu’il déduit son loyer, ses factures, ses impôts, ses courses les plus élémentaires pour se nourrir et s’habiller, entre autre… il faut avouer qu’il ne lui reste pas de quoi faire des folies.

_____Or il ne changerait de job pour rien au monde, malgré le fait qu’il possède largement les capacités de faire carrière dans à peu près n’importe quelle branche. Sans compter que s’il informait sa famille d’une éventuelle décision de reprise d’études, celle-ci lui apporterait le soutien financier nécessaire. Actuellement, elle ne l’aide pas car il ne les a tout simplement pas averti des quelques difficultés qu’il rencontre parfois, lorsqu’un achat imprévu grignote le peu d’argent qu’il parvient à mettre de côté. Il ne veut pas embêter ses parents avec ça, tout comme sa sœur évite également de les solliciter.

_____Et puis, au-delà du simple fait d’être son embaucheur, Ardy est un ami de longue date ; ils se sont toujours soutenus, il a confiance en lui, il sait qu’il ne l’abandonnera pas en cas de coup dur. Lys’ le perçoit même un peu comme le grand-frère qu’il n’a jamais eu. Lui qui est taillé comme un mannequin, la carrure musculeuse de son aîné lui procure un sentiment de protection. Cependant il ne l’admettra jamais devant lui.

_____En plus, il couche avec sa précieuse petite sœur, ce connard. Certes, dans l’histoire, c’est plutôt cette dernière qui, folle amoureuse, et pas aussi innocente qu’elle voudrait le faire croire, a profité de ses habitudes de débauché pour se rapprocher de lui sur le plan physique, jusqu’à atteindre son cœur. Quant à la raison pour laquelle elle s’est éprise de lui à ce point… le jeune homme préférait ne pas y songer.

_____Du bruit dans le couloir le tira justement de ses pensées. Quelqu’un s’invitant sans sonner et laissant la porte claquer contre le mur dans son élan, c’était signé.


_______Ah, Lyly, dis-moi, est-ce que tu aurais vu un sac-à-main dans le coin ? s’exclama la femme de tout à l’heure, faisant irruption dans la pièce tout en farfouillant d’une main dans sa cascade de boucles châtaines.

_______Ici, soupira-t-il en pointant du doigt ledit sac, qu’il avait posé par terre en s’installant dans le fauteuil où elle l’avait laissé par mégarde. Et arrête avec ce surnom…

_______Tu me sauves, Lyly ! le remercia-t-elle en ignorant – exprès – sa dernière remarque. Je suis sûr que ce maudit corbac a fait exprès de ne pas me prévenir que je l’oubliais en partant ! Il dort encore ?

_______Non, tu es bruyante à en réveiller les morts… se plaignit une voix rauque derrière elle.


_____Le concerné les avait rejoints, l’air grincheux, coiffé comme un épouvantail, seulement vêtu d’un vieux jogging.


_______Tu tombes bien, mon emplumé. Je ne suis pas juste venue récupérer mes affaires. Je voulais te donner ça aussi. Inutile de te dire qu’Edric va me passer un sacré savon s’il apprend que je t’ai fourni ces documents, alors ne fanfaronne pas trop devant lui, même si ça te démange à chaque fois que tu le vois.


_____Sur ces mots, elle lui tendit une petite clé USB noire customisée avec un sticker des Rotten Enigma B., un groupe de metal industriel populaire. Son mari la prit tout en masquant un bâillement, ce qui n’empêcha pas ses yeux fatigués de s’illuminer d’intérêt. Elle esquissa un petit sourire, les siens profonds comme des onyx rivés sur lui, avant de lui mettre quelques coups de coudes indolores dans les abdominaux tout en raillant :


_______Allez, faut se remettre au boulot, maintenant, feignasse.

_______C’est ce que je comptais faire après avoir récupéré, râla-t-il, mais à cause d’une certaine enquiquineuse…


_____Elle lui tira la langue et le contourna pour se diriger vers la sortie, tout sourire ; elle s’accorda juste le temps de lancer avant de partir pour de bon :


_______Lyly, veille à ce qu’il ne perde pas ma clé, c’est ma dernière !


_____« Aucun risque, c’est toujours elle qui les égare, pas lui… » se fit pour réflexion l’assistant tandis que son chef se massait les tempes en grimaçant, avant de marmonner :


_______Je sens que je ne vais de toute façon pas réussir à me reposer aujourd’hui… Autant bosser tout de suite, "Lyly".

_______Ne t’y mets pas aussi, "l’emplumé", répliqua l’intéressé en pinçant les lèvres.

_______En même temps regarde-toi, tu entres dans du trente-quatre, ma belle, le taquina Ardghal. Elle te jalouse rien que pour ça et elle n’est pas la seule. Quel éphèbe tu fais.

_______Un éphèbe qui te ferait bien manger son pied dans la bouche, ronchonna le jeune homme en levant les yeux au plafond. Bon, on les regarde, ces documents ?


_____S’installant dans son fauteuil de bureau, Ardghal attendit patiemment que son PC démarre, s’allumant une cigarette. Lysander ouvrit la fenêtre pour que la pièce ne sente pas le tabac, et resta debout près de son patron qui inséra la clé USB dans un port libre et ouvrit le dossier nommé "EtatEnquete28_09_49". Quelques sous-dossiers et une bonne dizaine de fichiers s’affichèrent sous leurs yeux. Quand le détective ouvrit le premier, le logiciel de traitement de texte l’informa qu’il ne faisait pas moins de 23 pages.


_______… Lys’, tu as ton ordi portable, histoire qu’on se partage le boulot pour aller plus vite ? Parce que si tous les docs font cette taille, on n’a pas fini d’en bouffer.

_______Désolé, Echo l’a embarqué sans me laisser le temps de protester. Ça fait presque une semaine que je râle pour le récupérer mais elle fait la sourde-oreille. Je me demande qui lui a appris ça.

_______Au lieu de faire du sarcasme, va nous préparer du vrai café, on va en avoir besoin…


_____L’enquêteur entama une lecture attentive tandis que son assistant se dirigeait nonchalamment vers la Privet Room. Il revint plusieurs minutes plus tard avec une cafetière pleine et deux tasses qu’il remplit, puis il fit un autre aller-retour pour ramener un tabouret, afin de s’asseoir près de son supérieur. Ils passèrent ainsi plusieurs heures à éplucher minutieusement les rapports, prenant des notes et alternant les grands silences d’intense réflexion ou les discussions denses et sérieuses.

_____Vers deux heures de l’après-midi, ils furent finalement rappelés à l’ordre par leurs estomacs, et s’accordèrent une pause. Ardghal revêtit une tenue décente, faisant même l’effort de se passer un coup de peigne. Il décida d’allumer le poste de télévision. Tombant sur un feuilleton sans grand intérêt, il zappa puis revient une chaîne en arrière quand il crut reconnaître une figure familière à l’écran.


_____« … Et donc, professeur Wollemia, en reprenant les travaux effectués par le professeur Sorbier, et avec l’appui du professeur Platane, vous avez annoncé que ses théories sur l’évolution sont fausses. Comment a réagi la communauté scientifique face à vos découvertes révolutionnaires ? Pensez-vous réussir à percer tous les secrets qui entourent l’évolution des Pokémon ? »

_____« Avec tout le respect que je vous dois, j’aimerais apporter une nuance importante à vos propos. Je n’ai jamais dit que les théories de mon prédécesseur étaient fausses. J’ai dit que certaines étaient incomplètes. Le professeur Sorbier s’est consacré à ses recherches pendant plus de soixante-dix ans, je salue ce travail remarquable et les quelques lacunes qu’il contient, car ils constituent un excellent prétexte pour prendre sa suite et ainsi faire de fabuleuses découvertes. Quant à la réaction de la communauté scientifique… fidèle à elle-même, ai-je vraiment besoin de la décrire alors que sa violence risque d’être coupée au montage ? »


_______Ton père n’a rien perdu de son charisme à ce que je vois, ricana-t-il en voyant Lysander le rejoindre tandis qu’il déplaçait son lit de camp face à la télé, en guise de banc.

_______Oui, c’est assez paradoxal qu’il soit autant à l’aise avec les médias alors qu’il les déteste, sourit celui-ci qui s’assit dessus, portable en main, composant le numéro d’un livreur de pizza. Profite bien de ses talents d’orateur maintenant, parce que s’il a vent de ta liaison avec ma sœur, il ne perdra pas de temps à converser avant de te casser en deux.

_______Rabat-joie, grogna le trentenaire. Bref, prends une Pepperoni Royale pour moi, comme d’habitude. Pendant ce temps, je vais donner quelques instructions à mon groupe.


_____L’assistant ne releva pas, discutant déjà avec un vendeur. Le détective le laissa donc seul, quittant leur cabinet pour grimper les escaliers de l’immeuble jusqu’au toit dont il avait les clés.

Pokémon #430
_____À peine franchit-il la porte de fer rouillée et fit-il quelques pas dehors qu’une douzaine de Cornèbre se massèrent à ses pieds en croassant, déposant des baies devant lui, ainsi que diverses babioles scintillant au soleil. En effet, ils le reconnaissent et le considèrent toujours comme leur chef en tant qu’humain, ils conservent donc le même comportement avec lui que sous sa forme de Corboss. Ardghal secoua la tête en signe de négation et s’adressa à eux tout naturellement, sachant parfaitement qu’il serait compris :


_______Je ne suis pas venu vous voir pour des offrandes, donc gardez-les, faites-vous plaisir.


_____ Des cris joyeux de la part des Pokémon Ténèbres lui répondirent avant qu’il n’agite la main pour réclamer le silence. Il reprit, ses yeux rouges rivés sur eux avec autorité :


_______En revanche j’aurais plusieurs missions importantes à vous confier. Écoutez-bien mes instructions. (Il en désigna deux.) Corsaire, Kornebourg, survolez Verchamps et ses alentours en quête d’un indice sur cette personne, retenez-la bien, jusqu’à la couleur de ses boucles d’oreilles. (Il leur montra une photo de "Jessleen".) Si vous trouvez quelque chose de suspect, que l’un d’entre vous revienne me faire un rapport au plus vite. Mais surtout ne vous étonnez pas de ne rien remarquer du premier coup d’œil ou si vous rentrez bredouille : la piste n’est pas fraîche, et nous avons affaire à des professionnels.


_____Les oiseaux concernés poussèrent des cris que leur chef interpréta comme un acquiescement, puis s’envolèrent aussitôt.


_______Bien, maintenant, Canif, Charbon et Kiwi, portez ce message à notre client. (Il enroula un papier autour de la patte du surnommé Canif.) Soyez discrets. Il se trouve à Voilaroc. Que deux d’entre vous restent là-bas pour surveiller les environs tandis que le troisième me portera sa réponse. S’il se passe quelque chose d’important, qu’un des deux vienne me prévenir en laissant l’autre poursuivre la surveillance.


_____Trois autres corbeaux s’éloignèrent donc par les airs en piaillant. Les sept restants reçurent les mêmes consignes :


_______Rendez-vous à la Tour Perdue, qu’un d’entre vous fasse un détour par Bonville pour prévenir le Prof que c’est moi qui vous envoie, il saura quoi faire. Il vous accompagnera, escortez-le et obéissez-lui, comme d’habitude. Vous devez trouver la tombe de Miaouss. Il risque d’il y en avoir plusieurs mais le Prof saura laquelle est la bonne.


_____Sa requête fut cette fois accueillie par ce qui ressemblait à des plaintes. Les volatiles s’échangeaient des regards furtifs et inquiets.


_______Ah, j’ai compris, ronchonna l’humain en repérant leur manège. Je vous récompenserai tous avec une belle grosse boîte de Poffins, et ce ne sera même pas à vous de me rapporter les baies pour la confection, compris ?


_____Au début, les petites créatures s’observèrent encore avec hésitation, mais la gourmandise emporta leurs doutes et ils s’en allèrent à leur tour. Cependant, Ardghal savait qu’il n’était toujours pas seul sur le toit. Une voix féminine trop connue s’éleva pour confirmer ses pensées :


_______Tu comptes encore sur moi pour me mettre aux fourneaux, mon emplumé ?

_______Ils adorent tes biscuits, leur en promettre est encore le meilleur moyen de les faire travailler quand ils sont réticents… répondit-il en tournant la tête vers sa femme qui sortait de sa cachette – même si elle n’était pas réellement cachée –, derrière quelques caisses entreposées là.

_______Normal, je mets toujours un philtre d’amour dans ce que je cuisine. Sinon, qu’as-tu pensé des documents que je t’ai fournis ?

_______J’en pense que vous pédalez autant dans la semoule que nous. Les indices sont très maigres et presque inexploitables. Vous n’avez rien tiré du Métamorph qui imitait le cadavre de Jamie, et vous n’avez aucune idée de la raison pour laquelle sa mort a été simulée. Et vous venez seulement de comprendre que la Jessleen qui était réapparue était une fausse. Bref, je n’ai pas besoin de poursuivre ma lecture pour savoir que je n’apprendrai rien – mais je le ferai quand même par acquis de conscience. Raison pour laquelle j’ai besoin du père de Lys’, même si je n’apprécie pas trop avoir des dettes envers lui.

_______Et de ce que j’ai pu comprendre, ta bande n’aime pas trop avoir affaire à lui non plus. Pourtant il n’est pas méchant, juste un peu froid et râleur. Je l’aime bien, moi, et toi aussi, je le sais bien.


_____Il ne pipa mot à cette affirmation. Elle esquissa un petit sourire avant d’annoncer en retournant vers la porte :


_______Bien, j’espère que tu viendras à bout de l’enquête, bien que je ne sache pas sur quoi elle porte exactement. Si tu vas jusqu’à demander de l’aide à monsieur Wollemia, c’est qu’il n’y a pas d’autres manières d’obtenir des informations. Et cette méthode ne peut malheureusement être utilisée par nous autres, la police, donc nous ne pouvons rien faire. Je retourne au bureau.

_______Attends Meg… l’interpela son mari avant qu’elle ne parte. Au sujet d’aller chercher Néo à l’aéroport demain…

_______Tu n’es pas sérieux… l’interrompit-elle en devinant déjà ce qu’il s’apprêtait à lui dire. Tu lui avais promis d’aller le chercher, alors tu vas t’arranger pour le faire, un point c’est tout. Moi je ne peux pas me libérer, je suis en déplacement demain.

_______Mais…


_____La porte de fer claqua derrière ses longs cheveux bouclés, coupant court à la discussion. Il poussa un profond soupir et s’apprêtait à allumer une cigarette quand il se rappela que Lysander avait commandé des pizzas, lesquelles devaient probablement avoir été livrées depuis le temps qu’il était là-haut. Il redescendit et rejoignit le jeune homme qui était déjà en train de manger la sienne.


_______On a à manger pour ce soir au fait, l’informa celui-ci en le voyant revenir. Meg est repassée il y a quelques secondes pour nous filer des restes. Elle avait oublié de nous les laisser quand elle est venue nous donner sa clé USB.


_____Le détective nota en effet le sac isotherme posé à côté du lit de camp. Il l’ouvrit, curieux, pour y trouver deux belles parts de quiche emballées dans de l’aluminium. Il ne put s’empêcher de songer tristement :


_____« Un philtre d’amour dans tout ce qu’elle cuisine, hein ? Je dois être immunisé, à force… »

Pokémon #430
_____La route 209 semblait s’être perdue dans une autre dimension. S’enfonçant dans l’épaisseur d’un brouillard digne de la route 210, fixant avec nervosité sa Pokémontre mise en mode GPS, un dresseur débutant tentait de se rendre sans se perdre à Unionpolis. La silhouette inquiétante de ce qu’il devinait être la Tour Perdue, lugubre masse sombre nichée au cœur de la brume, ajoutait à son angoisse. Bon sang, qu’est-ce qu’il aurait aimé que son cher Baudrive soit capable d’utiliser Anti-Brume ! Décidant de le sortir de sa Poké Ball au moins pour être rassuré par sa compagnie à ses côtés, il fouilla dans sa poche quand soudain des cris rauques le pétrifièrent sur place.

_____L’instant d’après, une nuée d’ombres noires et le frôlèrent dans un concert insupportable de croassements et de battements d’ailes. Effrayé, le garçon agita les bras dans tous les sens en hurlant comme un diable. Son Pokédex, offert il y a quelques heures à peine par le professeur Wollemia de Bonville, tomba au sol et s’ouvrit de moitié, s’allumant accidentellement et annonçant de sa voix robotique résonnant dans le silence alentour :


_____« Cornèbre, le Pokémon Obscurité. On dit que rencontrer un Cornèbre la nuit est signe de mauvais augure. Il apparaît près des… »