Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Le destin des Primordiaux de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 24/01/2016 à 09:07
» Dernière mise à jour le 23/05/2019 à 22:56

» Mots-clés :   Action   Aventure   Cross over   Présence de Pokémon inventés   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 4 : Erend et Venamia
J'ai peur. Est-ce que je m'engage dans la bonne voie ? À rechercher ces pouvoirs antiques qui dépassent largement la compréhension humaine ? Nous sommes limités. Je le suis aussi. Ce que je veux, c'est que les humains puissent dépasser ces limites. Et pour cela, il me faudra peut-être les détruire pour ensuite les recréer.



*****



Erend s'était entouré de ses conseillers et de ses alliés pour un nouveau conseil de guerre. Il en faisait un tous les mois. Bien sûr, comme aucune action ressortait de ces réunions, on pouvait légitimement se poser la question de leur utilité. Mais ça servait avant tout à faire le point sur l'avancée du conflit à Elebla et à Hoenn. Même si Erend n'agissait pas pour le moment, il avait nombre d'espions pour surveiller les faits et gestes de Venamia. Ce conseil de guerre de la Confédération Libre était aussi le premier auquel assistait Estelle Chen, leader officieuse des rebelles Rockets. Erend avait tenu à l'inviter. Il fallait qu'il commence à faire des rebelles Rockets ses alliés véritables.

Outre Estelle, il y avait bien sûr les généraux Peter Lance et Gontran Van Der Noob, des fidèles d'Erend. Lance était l'ancien commandant en chef des forces armées de Kanto, et le dirigeant de l'Ordre G-Man. Suite à la défaite des Dignitaires il y a deux ans, Lance avait été fait prisonnier par la Team Rocket, et Erend l'avait libéré. Depuis, Lance le servait fidèlement. Quant à Van Der Noob, il était lui le patron des armées de Johto, mais servait plus de symbole qu'autre choses. C'était un bourgeois notable qui ne devait pas savoir de quel coté tenir une arme. Mais en tant que chef de l'unité Dumbass, qui était si utile à Erend, Van Der Noob avait encore sa place à ses cotés.

Du coté de Stormy Sky, c'était le second de Syal, le capitaine Kagezo, qui la représentait tandis qu'elle était partie en mission de reconnaissance au nord. Stormy Sky, avec ses dix vaisseaux mères, sa flotte d'Airplanners et ses centaines de Pokemon vol était la force de frappe principale de la Confédération. Erend faisait raisonnablement confiance à Syal, qu'il connaissait depuis la guerre contre Cinhol, mais il se doutait que le Grand Amiral Skadner ne lui avait pas prêté une flotte entière juste par amitié. Une fois Venamia vaincu, il voudrait sûrement une partie de ses territoires.

La République de Bakan était représentée par son président, Glen Kearney, son général des armées, Willis, et l'ambassadrice à Cinhol, Leaf Haldar. Son homologue et mari, Deornas Haldar, ainsi que le duc Isgon, régent du royaume, représentaient Cinhol. Il y avait aussi Bob, dresseur et ancien militaire, qui représentait les champions d'arène de Kanto. En temps normal, ce rôle était celui de Régis Chen, mais il était apparemment fort occupé en ville à veiller sur Galatea Crust. Mewtwo représentait les Pokemon qui se battaient pour la Confédération. Erend ne savait pas trop si Mewtwo était l'allié de Régis Chen ou d'Estelle Chen, mais une chose était sûre : sa puissance était telle qu'il fallait évidement qu'il soit dans son camps, aussi Erend prenait toujours garde de le brosser dans le sens du poil. Enfin, Erend avait amené ses deux assistantes, Ladytus et Velca Seleis.

- Chers amis et camarades, commença Erend, merci d'être venus. Au nom de notre souveraine, Eryl Sybel, Reine de l'Innocence, j'ouvre ce septième conseil de guerre.

La reine en question n'était pas là, bien sûr. Eryl avait beau être de nature divine, son esprit restait celui d'une jeune femme un peu naïve et influençable, qui ne comprenait pas grand-chose à l'art de la guerre. Il reviendrait à Erend de lui faire ensuite un résumé de ce conseil... en omettant les choses qu'il ne voulait pas qu'elle entende et en insistant sur celles qu'il voulait qu'elle sache, bien évidement.

- Commençons, si vous le voulez bien, par la situation à Johkan. Général Lance, vos anciens disciples G-Man, Clément Psuhyox et Marion Karennis, sont sur place incognito pour espionner le régime de Venamia. Des choses à signaler ?

Le général à cape se leva. Si Peter Lance avait l'allure d'un homme dans la quarantaine, tout le monde ici savait qu'il avait le double de son âge. Les G-Man étaient connus pour vieillir lentement et vivre longtemps.

- Les jours passent et se ressemblent à Johkan, dit-il. La tyrannie de Venamia progresse petit à petit, sans que la population n'y trouve à redire. Il faut dire que depuis que Venamia a pris le pouvoir, la sécurité règne plus ou moins dans tout le territoire. À grand renfort d'oppression bien sûr, mais c'est un fait : le peuple est satisfait de Venamia.

- Un peuple qui renonce à sa liberté pour plus de sécurité ne mérite aucune des deux, commenta le président Kearney.

- Le peuple de Johkan a beaucoup souffert ces derniers temps, monsieur le président, fit remarquer Lance. Il a eu deux guerres consécutives, et plusieurs gouvernements qui se sont succédés sans amélioration. Venamia incarne à ses yeux la stabilité et la paix. Mais si j'en crois l'opinion, le peuple n'est pas vraiment favorable à la politique de conquête de Venamia. Bien sûr, il garde ça pour lui. Tous ceux qui s'amusent à critiquer ouvertement la Dirigeante Suprême ont tendance à disparaître étrangement les uns après les autres.

- Dirigeante Suprême ?! Répéta le duc Isgon d'un air dégoûté. Quel est-ce titre pompeux, par les couilles d'Arceus ?

- C'est désormais le titre officiel de Venamia, expliqua Lance. Ce n'est plus Chef d'Etat, mais Dirigeante Suprême. Son lieu de pouvoir est le Palais Suprême, et la capitale a été renommé Veframia en son honneur. Quant aux territoires qui sont sous sa domination, on doit désormais parler du « Grand Empire de Johkan ».

- Pitoyable, commenta le général Van Der Noob. L'arrogance de cette jeune sotte frise le mauvais goût.

- Des nouvelles du professeur Chen ? Demanda Erend.

- Il est apparemment à Sinnoh, chez le professeur Sorbier, répondit Lance. Sinnoh est encore épargné par cette guerre, mais il ne pourront pas rester neutre très longtemps. Sinnoh est un allié de longue date d'Hoenn, et aussi un ennemi de la région Balawis, qui justement a rejoint la cause de Venamia.

- On peut penser que le vieux Chen est en train de convaincre les huiles de Sinnoh de nous rejoindre, avança Bob. Il faudrait leur envoyer quelqu'un pour négocier.

Erend hocha la tête. Il avait déjà prévu de contacter le gouvernement de Sinnoh, une région qui avait l'avantage de posséder une armée sérieuse et organisée.

- Qu'en est-il du front, général ? Demanda ensuite Erend.

Lance fit apparaître une carte holographique de la région Hoenn.

- Ce que vous voyez en rouge sont les parties qui sont tombées face à Venamia. Comme vous pouvez le constater, elle a déjà pris la moitié de l'île. Les forces gouvernementales continuent de résister à Lavandia, mais si Venamia ne l'a pas encore prise, c'est qu'elle est en ce moment occupée à Elebla. J'ai entendu dire que le Conseil des 4 d'Hoenn ainsi que le Maître Marc se sont lancés dans la bataille, mais... c'est loin d'être suffisant. En plus de son armée, Venamia a lancé sur Hoenn ces sept Pokemon diaboliques qu'elle tient du Marquis des Ombres, ces Démons Majeurs. Ils valent une armée à eux seuls, et leurs capacités de destruction dépassent toute mesure. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'Hoenn ne tombe entièrement sous la coupe de Venamia.

Un silence maussade accueillit les déclarations du général.

- Et Elebla ? Demanda le général Willis de Bakan.

- La région est très vaste, ce qui ralentit nettement la Team Rocket, mais il est clair que l'Empire Lunaris n'est pas de taille à lutter. Sa technologie est archaïque, et l'Empereur Octave disperse trop sa flotte d'Asmolés pour protéger diverses villes à la fois.

Erend n'avait jamais vraiment rencontré l'Empereur Octave de Lunaris, mais ce qu'on lui avait dit de lui allait dans ce sens. C'était un faible. Un homme bon, sans nul doute, mais faible. Il refusait de sacrifier quelque uns de ses sujets pour combattre Venamia de face avec toutes ses forces. Un dirigeant noble et aimant pour son peuple, mais un piètre stratège. Avec une région de la taille d'Elebla, Erend, s'il avait été aux commandes, auraient pu faire tourner Venamia en bourrique pendant des années. Octave allait tout perdre en même pas un an. Il n'évoluait pas dans la même catégorie qu'Erend ou Venamia. Si le jeune homme haïssait son ennemie, il la respectait aussi pour ses talents militaires et tactiques. Venamia était son opposée, mais aussi son égale. Octave lui était totalement hors jeu. Ça surprenait même Erend que Venamia, alors qu'elle était encore Siena Crust, se soit tant entichée de ce type au point de lui faire un enfant.

- Je prévois de rejoindre la partie avant que Venamia n'ait pris Hoenn et Elebla à la fois, dit Erend à l'assemblée. Mais on en pourra en sauver qu'une. Je pense qu'il sera nécessaire de sacrifier Elebla pour reprendre Hoenn. L'île présente une prise stratégique plus importante qu'Elebla, surtout si l'on veut s'attirer les bonnes grâces de Sinnoh.

- Nous allons donc abandonner l'Empire Lunaris ? Demanda le président Kearney. Je ne suis pas sûr que la reine approuve...

- Nous reprendrons Lunaris quand nous le pourrons, répondit Erend. Une fois qu'elle l'aura entièrement conquis, Venamia n'aura pas plus de succès à le défendre qu'Octave.

- Mais elle aura le temps de commettre des massacres infâmes d'ici là, intervint Leaf qui partageait l'avis de son employeur. L'Empereur Octave est un allié, et il sera le premier à mourir quand Venamia l'aura entièrement dépossédé.

Erend se retint d'hausser les épaules. À vrai dire, le sort de cet empereur ne le préoccupait pas beaucoup.

- C'est malheureux, mais nous devons être réalistes. Nous ne pourrons pas nous battre sur deux fronts ; pas quand Venamia a derrière elle toute la puissance de la Team Rocket ainsi que l'appuis du Marquis des Ombres et d'Arceus sait quelles horreurs il peut invoquer. Reconquérir tous les territoires que Venamia aura pris sera une perte de temps et de moyens. Notre but, c'est Venamia elle-même. Ce ne sera que quand son régime sera tombé que nous serons en mesure de secourir les populations opprimées.

- Avez-vous parlé de cela au prince Julian, messire Igeus ? Demanda le duc Isgon. En tant qu'héritier légitime de l'Empire Lunaris, il a je pense un droit de regard sur cette décision.

- Julian a trois ans et demi, lui rappela Erend avec un pointe d'agacement. Mais croyez bien que quand il sera en âge de prendre la place qui lui revient de droit, il aura tout mon appuis et mon soutient.

- Même en sachant que c'est le fils de cette Venamia ?

- Surtout en sachant cela. Le soi-disant Grand Empire de Johkan que Venamia veut créer n'est pas dénué d'intérêt. Venamia est une dictatrice qui s'est alliée à des puissances obscures, c'est un fait, mais l'idée d'une grande nation forte comme elle la voit n'est pas totalement à jeter.

Kagezo, le représentant de Stormy Sky, fronça les sourcils.

- Vous pouvez développer, monsieur Igeus ?

- L'idéal est de se débarrasser de Venamia, mais en gardant ensuite la structure gouvernementale qu'elle aura crée, expliqua Erend. Pas forcément un empire, mais quelque chose ressemblant à un grand Etat Fédéral, ou chaque région qui y fera partie gardera son autonomie d'administration, mais devra se plier aux lois supérieures de l'Etat. En cela, le prince Julian nous sera utile. Il pourra être vu par le peuple que l'héritier naturel de Venamia. Si nous le soutenons, une passation de pouvoir pourra se faire sans heurt.

- Et bien sûr, vous, vous serez là derrière cet enfant, à le conseiller gentiment sur la façon de diriger ce grand Etat, ironisa Mewtwo.

Erend lui adressa un sourire aimable. Il ne lui avait pas échappé que le Pokemon Génétique ne lui faisait guère confiance. Sans doute parce qu'il pouvait pénétrer les esprits avec ses pouvoirs psychiques, et que ce qu'il avait vu dans l'esprit d'Erend n'était pas de nature à le rassurer.

- Je n'ai aucune ambition démesurée, si telle est votre crainte, mon cher Mewtwo. De plus, même si le prince Julian venait à régner sur ce genre de grande nation, il ne pourra pas le faire seul. Nous ne supprimerons pas une dictatrice pour la remplacer par un dictateur. Julian aura besoin d'un conseil régnant, d'une assemblée, ce genre de choses qui sont les fondements de la démocratie.

- Et la reine Eryl ? Demanda Kearney. N'est-elle pas destinée à régner sur quelque chose quand tout cela sera fini ?

- Sa Majesté s'est décidée à devenir le porte-étendard de notre Confédération uniquement pour contrer la menace que représentent Horrorscor, le Marquis des Ombres et ses Agents de la Corruption. La reine est l'incarnation de l'innocence et de la paix, ce pourquoi nous nous battons. Quand nous aurons triomphé de la corruption, nous nous devrons de fonder une société basée sur les préceptes qu'elle défend. Elle deviendra alors une autorité morale, mais se refuse à diriger quoi que ce soit.

Elle en serait bien incapable, d'ailleurs, songea Erend. Eryl était parfaite dans son rôle de pseudo-déesse qui veillait sur eux, mais on ne pouvait pas gagner une guerre et encore moins diriger un pays avec uniquement de l'innocence.

- Enfin, je pense qu'il est inutile de trop nous projeter vers l'avenir, reprit Erend. Le plus important, pour le moment, est de vaincre Lady Venamia et ses alliés.

Erend exposa au conseil ses plans d'action pour stopper la conquête de Venamia à Hoenn le moment venu, et réussi à lui faire accepter un délai d'encore un mois. Mais ses alliés commençaient à s'impatienter. Erend savait qu'il ne pourrait pas rester inactif encore longtemps. Quand ils furent tous partis, Erend resta seul dans la pièce avec ses deux assistantes, Ladytus et Velca. Il s'autorisa un long soupir.

- Vous voyez, mes chères amies ? L'avantage d'une alliance à grande échelle comme ma Confédération, c'est l'armée qu'elle représente. Mais son inconvénient majeur, c'est d'écouter les avis de chacun et de parvenir à contenter tout le monde, ou tout s'écroule. Je dois dire que j'envie un peu Venamia et son régime totalitaire. Elle, elle décide de tout sans se soucier de l'avis de personne.

- Mais c'est précisément ce système que tu désires combattre, Erend, remarqua Ladytus.

- Certes, mais parfois, pour combattre une chose, il nous faut utiliser la même chose. Ça s'appelle combattre le mal par le mal. Ceux qui pensent qu'on pourra vaincre Venamia sans se salir les mains se font des illusions. Comme ce Mewtwo, là...

Erend s'assombrit à pensant à ce Pokemon. Il ne l'aimait pas.

- Je veux bien admettre que ses pouvoirs défient l'imagination, mais ce fichu Pokemon est trop ancré dans sa propre justice. Il a ses convictions, et se contrefiche de celles des méprisables humains que nous sommes. J'ai toujours peur que d'un coup, l'envie lui prenne d'aller attaquer Johkan à lui tout seul.

- Il parait qu'il a été crée par la Team Rocket, dit Velca en classant ses documents. Et avec des procédés pas très nets. Ça ne m'étonnerai pas qu'il soit un peu torturé du cerveau.

Erend en avait entendu parler, oui. Ce Pokemon, inconnu jusqu'alors au bataillon, affirmait lui-même qu'il était un clone amélioré de Mew conçu par la Team Rocket sous ordre de Giovanni, il y a de ça plus de quinze ans. Quand on savait cela, on ne pouvait que se questionner sur le personnage...

- Mewtwo dit se battre pour la paix des Pokemon dans le monde et le salut de ceux de Johkan, mais je sens en lui une noirceur inquiétante, dit Erend. Faudra faire gaffe, avec lui.

Velca acquiesça, mais Ladytus dit :

- C'est juste que vous autres humains n'avaient pas l'esprit suffisamment ouvert pour le comprendre.

Erend regarda sa Pokemon et amie avec amusement.

- Tu fais dans l'infériorité humaine, toi aussi maintenant ?

- Les humains sont doués dans beaucoup de domaine, admit le Pokemon Fée, mais ils sont souvent en bas de l'échelle niveau relation avec les Pokemon. Je vais parler à Mewtwo, entre Pokemon intelligents que nous sommes. Je le comprendrai sûrement mieux que toi.

- Fais donc, l'invita Erend.

Ladytus se retira, puis Erend s'étira en se levant.

- J'ai quelque chose d'autre de prévu pour aujourd'hui, Velca ?

- Seulement une rencontre avec une association de dresseurs de Bakan, à 18h00, répondit la jeune femme. Il s'agit de les mobiliser pour en recruter le plus possible dans la Confédération.

- Oui, je vais leur montrer Triseïdon, et ils se bousculeront tous pour me rejoindre, rigola Erend. Bon, je vais aller faire un résumé du conseil à Eryl. À plus tard.

- Bonne journée à toi, répondit Velca avec un grand sourire.

Dès qu'Erend fut parti, le sourire de Velca fondit comme neige au soleil. Velca Seleis, du haut de ses vingt neuf ans, était une femme qui, on pouvait le dire, avait réussi dans la vie. Elle était native de Johto, et, dès l'âge de douze ans, elle avait fini dans les huit premiers de la Ligue Pokemon. Trois ans plus tard, à quinze ans, elle finissait première. Mais le dressage était loin d'être son seul domaine. Elle avait aussi suivi une scolarité exemplaire, qui lui avait valu d'intégrer la prestigieuse Haute Académie Velgos de Bakan. Elle avait alors vingt ans. C'est là qu'elle avait fait la connaissance d'Erend, ce jeune prodige qui avait intégré l'Académie à à peine douze ans. Ils étaient devenus amis, en dépit de leur différence d'âge.

Quand Erend et Velca en étaient à leurs troisièmes année d'étude, Castel Haldar déclara la guerre à Bakan. Avec ses armées venues de Cinhol, ce monde parallèle, il prit la capitale Fubrica et assassina tous les sénateurs. Erend et son demi-frère Zayne Alston, qui avaient vu leur mère sénatrice mourir en direct à la télé, entreprirent de créer un groupe de dresseurs de l'Académie pour se soulever contre Castel. Velca en avait fait partie. Elle avait même combattu à leurs cotés lors des tristement célèbres Jeux du Courage de Castel. Et elle était tombée amoureuse de Zayne, ce jeune homme sombre et mystérieux au charme envoûtant. Juste avant la bataille finale, Velca lui avait révélé ses sentiments, et Zayne lui avait alors promis que s'ils gagnaient et qu'ils survivaient tous les deux, ils pourraient être ensemble.

Ils avaient bien gagné, mais hélas, Zayne avait périt, lâchement assassiné par Castel Haldar. Pendant qu'Erend et ses compagnons combattaient Enysia, la Marquise des Ombres, dans le monde d'Arceus, Velca était restée au chevet de Zayne, et avait assisté à ses derniers moments. Quand Zayne est mort, quelque chose s'était brisé en Velca. Et voilà que quelque heures après, Erend revenait, tout triomphant, avec le Triseïdon et l'épée de Zayne en main. Il avait même révélé qu'il aurait pu faire ressusciter son frère par Arceus, en service rendu pour avoir défait Enysia, mais qu'il avait refusé, affirmant que ce n'était pas ce que Zayne aurait voulu.

Dès lors, Velca n'avait pas pu s'empêcher de haïr Erend. Le haïr parce qu'il avait survécu, et pas Zayne. Le haïr parce qu'il s'était accaparé les armes de son frère. Le haïr parce qu'il aurait pu le ramener et qu'il ne l'avait pas fait. Bien sûr, elle avait caché ses sentiments, et avait suivi Erend quand il est retourné à Johkan, devenant sa secrétaire puis son assistante personnelle aux cotés de Ladytus. Un poste haut placé, qui avait nombre d'avantages. Mais son ressentiment pour Erend n'avait jamais faibli. Dernièrement, il avait même augmenté, quand Velca avait vu ce dont quoi Erend était capable pour parvenir à ses fins : laisser Venamia conquérir Kanto et détruire Safrania juste pour prouver qu'il avait raison et augmenter sa popularité, puis gazer les anciens Dignitaires pour s'emparer de leurs armées. Erend avait beau pester sans arrêt contre Venamia, Velca ne voyait pas bien en quoi il était différent d'elle.

Ainsi, juste après la bataille d'Hoenn, Velca avait décidé de changer d'employeur, et ceci dans le plus grand secret. Si elle continuait à servir Erend et à lui sourire, ce n'était que pour mieux l'espionner. Erend était partie faire le résumé du conseil de guerre à sa pseudo reine ? Fort bien. Velca allait faire le sien à sa patronne également. S'enfermant dans ses quartiers à double tour, elle composa sur son ordinateur une fréquence de connexion qui la reliait directement à un holoprojecteur à Kanto. Plus précisément, un holo miniaturisé, qui se trouvait en permanence dans le brassard de la nouvelle patronne de Velca. Quand Velca la contacta, celle-ci répondit presque immédiatement, et son visage s'afficha sur l'écran de Velca. Un visage jeune mais sévère, qui semblait sculpté dans l'albâtre, avec une combinaison d'yeux vairons des plus inhabituelles : un d'un bleu glacial, platonique et implacable, et l'autre d'un rouge brûlant, instable et fou.

- Dirigeante Suprême, ici Velca Seleis, murmura Velca.

- Ah, ma chère Taupiqueur, répondit Lady Venamia de sa voix veloutée et cruelle. Tu m'apportes des nouvelles du terrier d'Igeus ?

- Il sort d'un conseil de guerre à l'instant, madame.

- Fais-moi la version courte pour le moment ; je suis en pleine manœuvre au dessus d'Elebla. Tu m'enverras ton rapport détaillé en vocal plus tard.

- Oui madame. En résumé, Erend a encore réussi à gagner un délai supplémentaire avant de lancer la Confédération contre vous. Il espère que vous continuiez à vous éparpiller à Elebla, pour pouvoir vous reprendre facilement Hoenn le moment venu.

- Je vois... fit Venamia. Un plan logique quand on connait le bougre. Il a fait passer Elebla pour perte et intérêt. Et les autres acceptent ça ?

- Le président Kearney a émit des réserve, et je pense que la reine Eryl est contre également, mais je ne doute pas qu'Erend saura les ranger à sa cause... comme toujours.

- Bien sûr. Il sait se montrer persuasif, ce garçon. Et sinon, d'autre choses à signaler ? Comment se portent Estelle et sa bande de traîtres ?

- Toujours bloquées à Cinhol, mais Erend commence à inviter Estelle à ses réunions. De même, il autorise les membres de la X-Squad à se rendre dans le monde réel sous surveillance. Il a par exemple envoyé Mercutio Crust et Zeff Feurning sur une mission avec Stormy Sky.

- C'est qu'il espère bientôt les mettre dans sa poche. Et mon fils ? Tu as des nouvelles ?

- Rien de nouveau, madame. Le prince Julian se trouve toujours à Cinhol, en compagnie du roi Alroy, avec qui il serait devenu ami. Ah, et apparemment, Erend compterai dans le futur se servir de lui pour s'emparer légitimement de votre empire. Il a l'intention de le placer à votre place et de diriger le tout en coulisse.

Le regard de Venamia semblait partager entre la haine et l'admiration. Sa voix en revanche opta pour la haine et la haine seule.

- Erend Igeus est genre d'homme à se servir d'un enfant innocent pour asseoir ses ambitions de domination. Tu en es consciente maintenant, Velca ?

- Oui madame.

- Il a laissé mourir son frère, ton cher et tendre, pour s'emparer de ses trésors et de sa gloire, comme tu m'as dit. C'est un être méprisable.

- Il l'est, madame.

- Continue à bien me servir, et il ne nous nuira plus longtemps. Après cela, je respecterai notre accord. Je soufflerai un mot à Horrorscor pour qu'il ramène ton cher Zayne Alston du Royaume des Ombres. Horrorscor est un Pokemon qui a transcendé la mort elle-même. Ce n'est pas une barrière pour lui.

- Je... j'ai hâte de ce moment, Dirigeante Suprême, fit Velca en s'inclinant.

Car oui, Velca Seleis n'avait pas changé d'allégeance gratuitement. Si Erend était un salaud, Venamia l'était sans doute plus encore ; Velca ne se faisait aucune illusion à ce sujet. Mais Venamia, contrairement à Erend, pouvait lui ramener Zayne. Forte du soutien du Marquis des Ombres et partageant son corps avec l'âme d'Horrorscor, elle pourrait ressusciter Zayne, comme Castel l'a fait avec Enysia. Elle l'avait promis. Quand le monde lui appartiendra, Venamia lui renverrai Zayne. Velca ne se souciait que de ça.