Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 23/11/2015 à 21:10
» Dernière mise à jour le 06/01/2018 à 18:28

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 35 : Ensemble.
Amara était en train d'installer Lina au dernier étage du centre commercial lorsque les cris avaient retenti. Elle avait couru à l'extérieur, inquiète, et s'était précipitée sur le parking, où les survivants couraient en criant.

Là, à une centaine de mètres d'elle, se trouvaient deux hybrides. Ils étaient à peine humains ; leur transformation avait atteint un stade bien plus avancé que n'importe lequel des cobayes de la colonie, hormis Kate. Leurs longs bras filiformes étaient plantés dans le corps d'un rescapé, dont ils tranchèrent la gorge à l'aide d'un appendice osseux à la place de leurs mains.

Sans réfléchir, Amara libéra son Tortank dans un éclair bleuté.

« Derrière moi ! Rentrez à l'intérieur ! » hurla-t-elle aux rescapés.

Les créatures, attirées par l'apparition du Pokémon eau, tournèrent la tête vers elle. Amara grimaça en avisant l'apparence cauchemardesque de ces monstres. On aurait dit des hybrides Sépiatroce. Étaient-ce eux, les fameux Nettoyeurs ? Les responsables du massacre du canyon ?

Quelques rescapés passèrent derrière Amara et s'engouffrèrent à l'intérieur du centre commercial. D'autres, paniqués, s'enfuirent vers le centre-ville. L'un d'entre eux fut intercepté par l'une des créatures, qui l'égorgea d'un geste précis. Le malheureux s'effondra au sol en émettant un gargouillis glauque, et mit plusieurs secondes à mourir.

« Tortank, Hydrocanon ! » ordonna la Dresseuse, réunissant son courage.

Le Pokémon grommela et abaissa ses canons. Un torrent d'eau fusa vers l'un des hybrides, qui fut percuté de plein fouet et projeté à une dizaine de mètres de là. L'autre, en revanche, darda sur le Tortank un regard mauvais.

« Encore, Tortank ! Projette-le contre le fourgon ! » s'exclama Amara.

Son Pokémon se contenta de rester planté là, immobile. Il fixait l'hybride Sépiatroce sans bouger.

« Tortank ? Tortank ! » s'écria la Dresseuse sans comprendre.

Le Pokémon se tourna vers elle, les yeux vides de toute expression. Amara recula d'un pas, hébétée. Derrière le Tortank, les deux hybrides continuaient d'avancer, agitant leurs tentacules dans les airs.

« Tortank ! Réponds-moi ! »

Rien à faire. Le Pokémon était comme hypnotisé ; il se contentait de fixer sa Dresseuse, le regard creux, les pattes le long du corps.

Alors, elle comprit. Ces hybrides avaient pris le contrôle de son Tortank. Tout comme un Sépiatroce aurait pu le faire.

Poussant un juron, Amara attrapa sa Pokéball, rappela son Pokémon et s'enfuit à l'intérieur du centre commercial, les deux créatures sur ses talons.

~*~
Jade rentra dans une voiture et se cacha sous la boîte à gants, terrorisée. Le Riolu qui l'accompagnait sauta sur le siège passager et la regarda en penchant la tête sur le côté, interloqué. Il aboya faiblement, mais la jeune femme lui intima de se taire.

Elle était morte de peur. Que pouvait-elle faire ? Ces créatures avaient décimé les pillards. Elle avait entendu une série de coups de feu près de l'hôtel de ville, suivie d'un silence éloquent. Les ex-détenus avaient été massacrés, et les filles avec qui elle vivait depuis tous ces mois avaient été comme... hypnotisées.

Elle était seule. Seule avec ce Riolu qu'elle ne connaissait même pas.

Que devait-elle faire ? Elle qui avait si longtemps rêvé de liberté se retrouvait désormais livrée à elle même, incapable de survivre dans ce monde noir. Quels étaient ces monstres ? S'agissait-il des cobayes dont avait parlé ce Kendall ? Le même genre que ceux qui avaient si longtemps tenu tête à Saed ?

Perdue, Jade se prit la tête entre les mains et écouta, attentive. Dehors, des cris résonnaient au loin, dans la direction du quartier commercial. Qui donc vivait là-bas ? Restait-il encore des gens à Salmyre qui ne soient pas tombés face au pillard ?

Aucune importance. Ces gens allaient bientôt mourir, eux aussi. Qui qu'ils fussent, ils finiraient eux aussi lacérés et égorgés, comme les pillards.

Le Riolu aboya alors, regardant quelque chose par la vitre. Surprise, Jade releva la tête et s'extirpa de sa cachette inconfortable pour observer elle aussi ce qu'il se passait dehors.

C'est alors qu'elle les vit. Une jeune femme blonde, légèrement plus âgée qu'elle, longeait prudemment la façade d'un bâtiment, suivie d'un adolescent presque adulte, un fusil dans les mains.

~*~
« C'est dégagé. » annonça Kate à voix basse.

Ils étaient parvenus à semer l'hybride qui les poursuivait, et essayaient à présent de retourner au centre commercial, avec la plus grande des prudences. Cela faisait une vingtaine de minutes qu'ils erraient dans les rues de Salmyre, s'éloignant petit à petit du centre-ville. Chaque bruit, chaque grincement les faisait sursauter ; ils osaient à peine parler, malgré que leur esprit fourmillât de questions. Tous deux avaient rapidement compris qu'ils avaient affaire à des hybrides - des hybrides Sépiatroce, avait suggéré Joshua -, les mêmes que ceux qui étaient responsables du massacre du canyon. A plusieurs reprises, ils étaient tombés sur des cadavres récents ; des pillards postés en faction qui n'avaient eu aucune chance.

Kate ne s'expliquait pas l'étrange sensation qui s'était emparée d'elle, là-bas, dans le hall de la mairie ; elle s'était sentie comme privée du contrôle de son corps. Si Joshua n'avait pas été là pour la tirer de sa transe, elle serait réduite au même état végétatif que les jeunes femmes qu'elles avaient aperçues dans les escaliers - ou pire.

Elle comprenait pourquoi ni les gens du canyon, ni les pillards n'avaient pu résister ; si ces hybrides étaient capables de paralyser ainsi leurs proies, de les hypnotiser, leur échapper s'avérait extrêmement difficile.

Ils s'étaient débarrassés de leurs revolvers vides, qu'ils avaient échangé contre les carabines des pillards ; des armes bien plus efficaces, mais qui ne risquaient pas de leur être d'une grande utilité, vu la facilité avec laquelle le monstre de l'hôtel de ville avait intercepté leurs tirs.

Tous deux franchirent l'angle et s'engagèrent dans une nouvelle ruelle, longeant la façade des bâtiments en priant pour ne pas faire de mauvaises rencontres. Quel genre de massacre était en train de se dérouler au centre commercial ? Ils les avaient laissés sans arme, avec Amara et son Tortank pour seule défense. En y repensant, Kate se dit qu'ils avaient été stupides. Mais comment auraient-ils pu envisager ne serait-ce qu'un instant qu'ils vivraient un tel enfer ?

« On est trop lents, pesta Joshua. Ils ont besoin de nous, là-bas.
- Du calme. On y est presque. »

A leur gauche, une porte de voiture claqua. Joshua et elle réagirent presque en même temps, et pointèrent le canon de leur arme vers l'origine du bruit, prêts à faire feu.

Une jeune femme courait vers eux, suivie d'un petit Riolu. Assez petite, elle était vêtue de vêtements déchirés. Ses longs cheveux bruns étaient sales, et sa silhouette maigrement musclée trahissait la malnutrition et l'effort physique qu'elle subissait depuis de longs mois.

« Ne tirez pas ! Pitié, ne tirez pas ! » s'exclama-t-elle.

Joshua poussa un juron, se dirigea vers elle, l'attrapa et la tira sans ménagement à l'ombre de l'immeuble.

« Tais-toi. Tu vas nous faire repérer, lui souffla-t-il impérieusement.
- Désolée... je... je voulais pas... bredouilla-t-elle, un cran plus bas.
- D'où est-ce que tu viens ? demanda Kate en baissant son arme.
- Je... J'étais avec les hommes de Saed. A l'hôtel de ville.
- Tu fais partie des pillards ? grommela Joshua.
- Hein ? Non, non ! Moi et les autres filles, on... on était leurs esclaves.
- Esclaves ? répéta Kate.
- Oui. On.. on devait faire les corvées, et... et leur obéir. Pour tout. Sinon, ils... »

Sa voix se tut, et Joshua lança un regard intrigué à Kate, qui hocha la tête. Le Riolu de la jeune femme dansait d'un pied sur l'autre, lorgnant sur eux un regard inquisiteur, comme s'il cherchait à les jauger.

« C'est quoi, ton nom ? demanda Joshua.
- Je... je m'appelle Jade.
- Tu sais te servir d'une arme, Jade ?
- N... Non. Je... j'étais cachée dans la voiture, et je vous ai vus, alors... alors je me suis dit que... que je pourrais vous suivre.
- Les autres filles dont tu parles, c'est celles que l'on a croisés à l'hôtel de ville ? Les espèces de somnambules ? interrogea Kate.
- Oui. Les... C'est à cause des monstres qu'elles sont comme ça. Il ne faut pas les regarder dans les yeux, sinon...
- Sinon on finit hypnotisé. Oui, on a remarqué, grommela l'hybride Métamorph en se massant les tempes.
- Comment ça se fait que tu aies pu t'en tirer ? questionna Joshua.
- C'est... c'est le Riolu qui m'a sauvée.
- Ce n'est pas ton Pokémon ?
- Non. Je l'ai trouvé, tenta d'expliquer Jade. Dans une Pokéball, sur un cadavre. »

Le Pokémon gémit, comme s'il venait de comprendre le sort de son ancien maître. Jade posa sur lui un regard désolé, certaine qu'il avait saisi ses propos. Kate inspira profondément.

« Bon. Ok, Jade. Nos amis se sont faits attaquer près du centre commercial. On va les aider. Ce sera probablement dangereux. Si tu veux rester ici, on comprend.
- Non. Je... Je veux venir avec vous.
- Alors silence. Et ne nous perds pas de vue. » acheva Joshua.

~*~
Lorsque Thrak entendit les cris en provenance du centre commercial, il poussa un juron. Saisissant son fusil, il sortit en trombe de l'appartement qu'il était en train de fouiller.

Benjamin et lui s'étaient dirigés vers un immeuble du quartier résidentiel qui tenait encore debout. Désireux d'optimiser leurs recherches, ils s'étaient chacun réparti un étage et entreprenaient de récolter ce qu'ils pouvaient dans chaque habitation.

« Benjamin ? » appela-t-il de sa voix tonitruante.

Pas de réponse. A l'étage inférieur de l'immeuble, un coup de feu éclata. Thrak se rua dans les escaliers sans perdre un instant.

Il déboula dans le couloir tandis qu'un hurlement de douleur éclatait juste à côté de lui.

« BENJAMIN ! » hurla le colosse d'ébène en se ruant vers l'origine du cri.

Un filet de sang coulait depuis l'entrée de l'un des appartements. Inspirant profondément, Thrak raffermit la prise sur son fusil à levier et franchit le pas de la porte.

Là, dos à lui, se trouvait un hybride en combinaison grise. Ses cheveux, de la même teinte violacée que sa tête, s'agitaient dans tous les sens, tandis que les deux tentacules qui lui servaient de bras se plantaient dans le torse de l'hybride Nidorino et le soulevaient du sol.

Thrak ne réfléchit pas. Il tira dans le dos de la chose, qui, occupée, ne put se défendre. La balle toucha l'hybride en plein dos, et la bête, interloquée, lâcha sa proie pour se tourner vers le colosse. Ce dernier tira à nouveau, mais un tentacule fusa à une vitesse inouïe vers lui, tandis que l'autre interceptait la balle, qui ricocha contre l'excroissance osseuse qui servait de main à la bête.

Thrak poussa un cri de douleur lorsque le tentacule lui lacéra l'épaule. Il se jeta sur le côté et recula, tandis que la chose le suivait dans le couloir, avançant tranquillement. Faisant fi de la souffrance, le colosse d'ébène tira à nouveau, mais là encore, la créature fendit l'air de son tentacule et la balle n'atteignit pas sa cible.

L'autre bras coupant de l'hybride partit droit vers lui, tranchant net le canon de son arme. Médusé, Thrak jeta ce qu'il restait de son fusil sur la créature, qui dévia nonchalamment le débris en poussant ce qui ressemblait à un ricanement.

Le colosse se jeta alors droit sur la chose en poussant un cri rageur. Surprise, la créature bascula sous le poids de Thrak, qui attrapa l'un de ses tentacules et l'approcha de la gorge de son adversaire.

L'hybride au teint mat poussa un hurlement lorsque l'autre appendice coupant s'enfonça dans son dos, entre ses omoplates. Le regard furieux, il ne lâcha cependant pas prise et enfonça l'excroissance osseuse dans la trachée de la créature, qui écarquilla les yeux. Incapable de lutter face à la force implacable du colosse, le monstre contempla son propre tentacule s'enfoncer dans sa gorge, résistant quelques instants avant de se décrisper et d'émettre un gargouillis inhumain.

La tête de la créature se renversa en arrière, et ses cheveux cessèrent de s'agiter. Thrak, haletant, saisit l'appendice fiché dans son dos et le retira avec un cri de douleur. Il lâcha le tentacule inanimé et tomba à la renverse, grièvement blessé. Le sang battait à ses tempes, et sa vue se brouillait. Avisant le sang qui tâchait abondamment ses vêtements, le colosse d'ébène se demanda s'il s'agissait du sien ou de celui de la créature qu'il venait de terrasser sauvagement.

Chancelant, il se redressa et tituba jusqu'au corps de Benjamin, qui gisait au sol, la gorge tranchée. L'hybride Nidorino était déjà mort.

Thrak attrapa le revolver du jeune homme et inspira profondément. Il devait retourner au centre commercial, aider les autres. Malgré ses blessures, il parvint à se relever à nouveau, et, s'appuyant lourdement sur le mur, regagna le couloir. Enjambant le cadavre de l'hybride aux tentacules, Thrak se traîna tant bien que mal vers les escaliers...

Avant d'apercevoir la deuxième créature, en tout point identique à la première, qui montait lentement les marches vers lui.

~*~
Amara grimpait les marches de l'escalator immobile quatre à quatre, jetant frénétiquement des regards dans son dos. Les créatures, pataudes, peinaient à la suivre, mais la Dresseuse ne se faisait aucune illusion ; en continuant à monter dans les étages, elle finirait par se retrouver acculée.

Le centre commercial était bien abîmé. La voûte du bâtiment, faite de verre, n'avait pas résisté aux secousses du Changement, et avait éclaté en une myriade de bris qui gisaient à présent au sol. Plusieurs piliers s'étaient effondrés ; les néons et les enseignes pendaient misérablement au bout des câbles électriques qui ne les alimentaient plus depuis longtemps. Organisé en mezzanines qui entouraient un atrium central, le centre commercial était construit de telle manière que l'on voyait le rez-de-chaussée depuis le dernier étage. Des ascenseurs de verre, depuis longtemps éteints, ralliaient jadis les différents paliers ; mais maintenant, il ne restait plus que les escalators, figés depuis que le courant avait disparu.

Amara continuait de monter dans ce décor dévasté ; elle ignorait combien de survivants avaient échappé à l'attaque, mais elle avait aperçu une ou deux silhouettes paniquées là-haut, au dernier étage, là où Lina était alitée.

L'espace d'un instant, Amara se demanda comment s'en sortaient Kate, Joshua, Thrak et Benjamin. Ils étaient probablement en train d'accourir vers le centre commercial ; en admettant qu'eux aussi n'aient pas été attaqués.

La Dresseuse secoua la tête pour chasser ces pensées. Elle devait se concentrer. La survie de Lina et des autres rescapés dépendait d'elle, et d'elle seule ; et si elle devait mourir aujourd'hui, alors elle défendrait chèrement sa peau.

Arrivée à l'avant-dernier étage, Amara se retourna et jeta un coup d'œil en bas, dans l'atrium. Deux niveaux plus bas, les hybrides, qui peinaient à gravir les escalators à cause de leurs tentacules encombrants, levèrent la tête vers elle.

Soudain étrangement nauséeuse, la Dresseuse eut la présence d'esprit de reculer et de se soustraire à leur champ de vision. Elle inspira profondément, comprenant qu'elle venait d'échapper de justesse au mal qui avait frappé son Tortank quelques minutes plus tôt.

Essayant de conserver son sang-froid, Amara étudia les environs. Elle devait se battre ; elle devait mettre au point un plan.

Face aux escalators se trouvait un poteau de béton autour duquel étaient adossés des canapés. Suffisamment épais pour supporter l'étage supérieur, le pilier était assez large pour qu'elle se cache derrière ; elle, ou son Tortank.

Sans perdre une seconde, elle s'abrita derrière le poteau et libéra son Pokémon, qui la regarda en clignant des yeux. Visiblement, il avait recouvré ses esprits.

« Tortank, murmura Amara. Tortank, écoute-moi. Ils vont arriver, et je vais avoir besoin de toi. Ne les regarde pas dans les yeux, d'accord ? Évite absolument de croiser leur regard. C'est compris ? »

Le Pokémon acquiesça en poussant un grommellement bourru.

« Bien. Dès qu'ils arriveront, on va devoir sortir d'ici et se battre. J'ai confiance en toi. J'ai toujours eu confiance en toi. Tu es prêt ? »

Le Tortank pencha la tête sur le côté, légèrement intrigué. Dans le discours de sa Dresseuse, on pouvait discerner une nuance de pessimisme résolu qui n'augurait rien de bon.

Le crissement strident qu'émettaient les appendices osseux des créatures en raclant le sol s'approcha, et Amara inspira profondément. Même sans risquer un coup d'œil hors de sa cachette, elle savait qu'ils étaient arrivés.

« MAINTENANT, TORTANK ! HYDROCANON ! » hurla-t-elle en désignant l'un des deux hybrides.

Les monstres, debout sur le palier de l'escalator, tournèrent la tête vers elle, surpris. Le Tortank sortit à son tour de derrière le poteau et pointa ses canons vers la cible que lui désignait sa Dresseuse.

Le torrent d'eau qui en jaillit percuta la créature de plein fouet, la propulsant en arrière, droit dans l'atrium. Avec un hurlement de rage, l'hybride tomba dans le vide, agitant ses tentacules, cherchant désespérément à se raccrocher à quelque chose. Sa chute de cinq étages mit rapidement fin à ses cris, et Amara sentit l'espoir la regagner.

L'autre hybride, déstabilisé pendant une fraction de seconde en assistant à la mort subite de son compagnon, se ressaisit rapidement et se jeta vers Tortank, tentacules en avant.

Amara attendit que la créature franchisse la distance qui la séparait de son Pokémon, puis ordonna :

« Tour Rapide, puis Repli ! Maintenant ! »

Son Pokémon, d'ordinaire pataud, pivota à une vitesse insoupçonnée, exposant son dos à l'attaque de l'hybride Sépiatroce. Les appendices chitineux de ce dernier rencontrèrent la carapace du Tortank, et ricochèrent sans lui infliger le moindre mal. Déstabilisée, la créature recula pour se repositionner. Amara ne perdit pas une seconde.

« Coud'Krâne et Draco-Queue! Allez ! »

Le Tortank poussa un cri rageur et asséna un formidable coup de tête à l'hybride, qui chancela. Sans perdre un instant, le Pokémon se retourna à nouveau et flanqua un coup de queue puissant à la créature, qui heurta la rambarde et manqua de tomber dans le vide.

Les deux tentacules de l'hybride s'agitèrent et fusèrent vers le Pokémon.

« Attrapes un de ses bras avec Morsure, et jette-le dans le vide ! » ordonna Amara.

Le Tortank poussa un cri de douleur lorsque l'un des appendices osseux s'enfonça dans son ventre. La Dresseuse grimaça. Avec rage, le Pokémon ignora l'ordre de l'humaine et attrapa l'autre tentacule dans sa gueule. Emporté par la colère et la douleur, il le sectionna net d'un claquement brusque des mâchoires, perdant sa prise sur son ennemi.

S'inquiétant pour son compagnon de toujours, Amara s'approcha de quelques pas. Le Tortank posa un genou à terre, grièvement blessé. Du sang coulait abondamment de sa plaie et du membre coupé de son adversaire. La créature contempla son tentacule sectionné à mi-longueur, pendait lamentablement le long de son flanc.

« Tortank ! » s'exclama la Dresseuse.

L'hybride tourna un regard fou de douleur vers elle.

Amara réalisa trop tard qu'elle s'était trop approchée du combat. La créature se désintéressa soudain de Tortank et s'élança vers elle. La Dresseuse plongea sur le côté, évitant de justesse un tentacule qui lui coupa une mèche de cheveux.

« TORTANK ! » hurla précipitamment Amara en se retournant.

Le Pokémon rugit et s'approcha en titubant de l'hybride au moment où celui-ci se jetait vers sa Dresseuse.

Le Tortank saisit la jambe du monstre dans sa gueule au moment où le tentacule perforait l'estomac d'Amara, qui poussa un cri de douleur.

La créature, se sachant condamnée, enfonça profondément l'appendice osseux dans le ventre de la Dresseuse. L'excroissance chitineuse ressortit de l'autre côté de son dos, la soulevant du sol.

Amara sentit la souffrance irradier dans tout son corps. La moindre cellule, la moindre parcelle de son être cria au supplice. Avisant le tentacule qui traversait son tronc, elle s'étonna soudain d'être encore en vie.

Une étrange sensation s'empara d'elle. Sa vue se brouilla, et elle distingua à peine son Tortank qui arrachait la tête de l'hybride d'un violent claquement de mâchoires.

Amara retomba par terre en même temps que la tête de la créature roulait au sol.

La Dresseuse aperçut son compagnon de toujours s'effondrer à côté d'elle, mortellement atteint. Les yeux embués de larme, elle sentit la douleur refluer, laissant la place à un sentiment cotonneux, comme si elle s'endormait.

En souriant, elle tendit sa main droite vers son Pokémon, qui apposa sa lourde patte dessus en gémissant de douleur et de désespoir mêlés. Elle souffla quelques mots pour le rassurer, mais ses forces l'avaient déjà abandonnée, et elle ne put émettre qu'un râle d'adieu bienveillant.

La dernière chose qu'Amara entendit fut la sourde lamentation de Tortank, alors que la vie la quittait. Une plainte lancinante, d'une beauté extrême, une beauté triste, qui sonnait comme une mélodie à ses oreilles.

Quelques secondes plus tard, le brave Pokémon s'effondra aux côtés du cadavre d'Amara, et tous deux entrèrent dans l'abîme tels qu'ils avaient toujours vécu : ensemble.