Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 24/10/2015 à 03:15
» Dernière mise à jour le 25/10/2015 à 02:57

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[S2] Chapitre L : Les miracles existent
_____Il gardait le bras plié sur les yeux, comme s'il espérait se protéger ainsi. Mais le mal résidait en lui et nulle part ailleurs. Il serra les dents et essaya encore de se vider l'esprit, en vain. Cela revenait sans cesse, cela le tourmentait sans cesse. Et l'Ombre s'en délectait :


_______Je t'ai mieux dressé que je ne l'imaginais, c'est bien...


_____Damon, qui normalement aurait dû trouver une réplique cinglante afin de rabattre le caquet arrogant de sa seconde personnalité, ne réagit pas, s'acharnant dans sa tentative vaine d'ignorer les souvenirs qui l'assaillaient et le perturbaient. Ainsi que les émotions contraires qu'il éprouvait. Sa respiration peinait à se réguler, à l'instar des battements erratiques de son cœur. Il s'était réveillé de bien pire qu'un cauchemar. Et cela persistait, même conscient.


_______Et ce n'est qu'un début... N'oublie pas, à n'importe quel moment je peux te refaire endurer ça...


_____Il se sentait parasité. Il était parasité. Il n'avait pas d'autres mots pour définir ce qui le rongeait de l'intérieur, et modifiait sa perception du monde. Le plus insupportable n'était pas de repenser à ce qu'il avait subi, piégé dans son inconscient, la notion du temps distordue au point d'avoir cru y passer des mois. Le pire en vérité, c'était que le résultat de cette torture mentale se répercutait sur son conscient. Il en éprouvait une sainte horreur, et dans le même laps de temps, tel un poison se distillant lentement, une satisfaction malsaine. Et sa part obscure continuait de remuer le couteau dans la plaie avec un sadisme non dissimulé :


_______Tu ne veux pas sentir ta raison t'échapper davantage, n'est-ce pas ?...


_____Alors que son regard était parfaitement clair, qu'il avait le contrôle de lui-même, il savait pourtant que ses ténèbres avaient gagné du terrain. Sans avoir besoin de prendre le dessus, sans avoir besoin de le posséder, il gardait une emprise plus solide qu'auparavant sur son âme ; à tout moment, il pouvait le faire céder à la folie.


_______Tu ne veux pas devenir comme moi... N'est-ce pas ?



_____Sous conseil de Cresselia, Gardevoir n'avait pas mentionné auprès de Damon de tout ce dont l'oiselle lui avait fait part. Et pourtant, elle en mourait d'envie. Le jeune homme, le lendemain de son réveil, avait finalement consenti à ce qu'on lui prodigue les quelques soins dont il avait encore besoin, notamment pour son bras cassé. Il demeurait silencieux et évitait de croiser les regards. Il semblait ailleurs, troublé, déchiré de l'intérieur.

_____Quant à Raichu, il avait retrouvé sa vitalité en dehors de quelques pansements, notamment sur ses joues et sa queue ayant subi des brûlures à cause de son excès de foudre sur le Mont Avalanche. Il réparait distraitement l'arbalète qu'il avait confectionné pour l'humain, la majorité de son esprit préoccupé par une seule chose : sa quête du Muscari de Ho-Oh. Au vu des derniers événements, il n'avait pas eu le temps de poursuivre ses recherches. Mais maintenant qu'ils étaient tous plus ou moins soignés et qu'il leur fallait quelques temps de repos, autant le mettre à profit.

_____Il laissa son travail de côté pour l'instant, décidé à trouver cette plante une bonne fois pour toute. Il n'allait pas se laisser décontenancer parce que l'agent Porygon-Z lui-même, alors qu'il a vécu sur cette île, pense que c'est une légende ! Or ne sachant pas trop par où commencer, il interpella un Porygon au hasard.


_______Le muscari de Ho-Oh ? Désolé, je n'ai rien à ce sujet dans mes données...


_____Telle était la réponse qu'il recevait à chaque fois qu'il interrogeait quelqu'un d'autre. Évoli observait paresseusement son manège depuis sa couche, tout comme Rosélia. Au bout d'un certain temps, et après avoir fait le tour de la grotte sans obtenir d'indice, le Pokémon Électrique vint les rejoindre en soupirant, attrapant une des gamelles d'eau à disposition pour se restaurer – sa fraîcheur le fit grimacer.


_______Pourquoi tu t'acharnes alors que visiblement ça ne mène nulle part ? Tu te fatigues pour rien, fit remarquer la plante, sans méchanceté.

_______... Je m'acharne parce que c'est important pour moi, c'est une raison suffisante, non ? grogna-t-il.


_____La jeune exploratrice n'émit aucun commentaire, pensive. Gardevoir aurait donc raison en disant que tout but est un moteur suffisant pour persévérer quand il n'a pas ou peu d'espoir ?


_______... Je ne suis pas sûre de pouvoir comprendre. Mais si ça te tient à cœur à ce point, je te suggère de demander à tous les Porygon de se concerter au lieu de leur demander un par un, conseilla-t-elle. Ce serait plus rapide et efficace que de tous les chercher au risque d'oublier une personne qui en saurait plus que les autres...

_______... Je n'y avais pas pensé ! Merci ! s'exclama-t-il en bondissant sur ses pattes – en titubant légèrement à la réception car l'une d'elles est bandée –, filant vers l'espion se reposant non loin.


_______Monsieur Porygon-Z, enfin, agent... Je... J'aurais besoin d'un service... bredouilla la souris en entortillant sa queue entre ses pattes, soudain consciente qu'il s'agit de sa dernière chance d'en savoir plus.

_______Mmh, oui, Raichu, que puis-je pour toi ?


_____Il lui expliqua l'idée de Rosélia, ce à quoi le Pokémon informatique répondit par un acquiescement.


_______C'est tout à fait faisable, laisse-nous juste le temps nécessaire.


_____Sur ce, il émit des grésillements peu agréables à l'oreille, qui hérissa les poils, plumes et feuilles de ses équipiers, tandis que le bourdonnement digne d'une ligne à haute tension fut repris par tous les Porygon. Au moins cinq minutes plus tard et sans interruption de ce bruit qui avait fini par leur donner à tous mal au crâne, celui-ci cessa enfin et l'asgo le renseigna :


_______Il y a bien le plus âgé de nous tous qui possède des informations numérisées dans son esprit à ce sujet, il se souvient que tu lui as déjà posé la question or comme il est vieux, il a tendance à ne pas pouvoir se remémorer les données anciennes tout de suite... Nous l'y avons aidé. À son époque, il paraît que les vétérans, décédés de nos jours, avaient vu prier Artikodin devant cette fleur naissant au soleil couchant, et mourant dès que l'astre disparaissait à l'horizon.


_____La suite des explications de l'agent gouvernemental sonna comme un avertissement :


_______Autant vous dire qu'il était dans un endroit particulièrement difficile d'accès : le "toit" de cette grotte, c'est-à-dire loin au dessus de notre tête. Il s'agit du vrai sommet du Glacier Tourmente, ici, nous ne sommes qu'au maximum où les voyageurs et nous-mêmes pouvons aller. Ce sommet est entièrement fait d'une glace dure comme l'acier, qui ne fond pas sous les flammes, et plus glissante qu'une paroi savonneuse. Sans compter qu'un vent froid presque surnaturel ne cesse de serpenter autour, déstabilisant toute créature volante s'en approchant.

_______On comprend mieux pourquoi il n'y a que le seigneur des neiges qui a pu y accéder... soupira la doctoresse qui avait écouté.

_______Ils ont appelé ça une fleur mais ne l'ont jamais réellement vue... Cependant, effectivement, lorsqu'on va dehors et que l'on se place de manière à apercevoir la pointe de la montagne d'en bas, quand le soleil décline, on distingue un halo multicolore qui ne dure jamais très longtemps. Et si l'on hume l'air parfois, on sent un très, très léger parfum, qui ressemble un peu à l'odeur d'une salade de baies, termina la créature virtuelle.


_____À ces mots, sa collègue des forces spéciales du gouvernement toussota et annonça d'une voix tranquille :


_______J'irais bien faire un tour là-haut.

_______Hors de question que tu t'y risques, tu n'es pas encore rétabli, grosse poule, la réprimanda la femme-médecin.

_______Tss, et tu vas faire quoi pour m'en empêcher, m'attacher peut-être ? Essaie un peu... grinça la malade en arborant une expression menaçante.

_______Calmez-vous toutes les deux, supplia Raichu. Je vais y aller...

_______Ne dis pas de bêtises, comment veux-tu y parvenir ? gronda Gardevoir. Tu n'as aucun moyen de grimper !

_______De toute façon si j'ai décidé de monter, je monte, renchérit l'agente, inflexible. Et si ma santé t'inquiète, j'embarque le mioche avec moi, il me surveillera.

_______Te surveiller ? Tu veux qu'il fasse quoi si tu t'évanouis en plein vol ? Qu'il fasse tournoyer sa queue pour t'héliporter ?


_____S'invectivant de tout leur saoul, elles n'eurent la décence de s'interrompre que lorsqu'elles remarquèrent l'air sincèrement triste de la souris. Finalement, la Pokémon Étreinte maugréa :


_______Faites-en qu'à votre tête, comme d'habitude... Mais rappelez-vous que je ne soigne pas la mort...



_______Cresselia... J-j'ai peur... bredouilla Raichu.

_______C'est normal et je m'en fous du moment que tu ne te pisses pas dessus. N'oublie pas que tu es sur mon dos, grinça-t-elle. Bref, tu n'as pas oublié ce que tu as à faire ?

_______N-non, c-c'est bon... M-mais... J'ai vraiment p-peur...


_____Regard embué de larmes, il serra davantage sa prise autour du coup de sa "monture" qui se mit à toussoter et à agiter la tête pour lui signaler qu'il la gêne.


_______Rha, écoute microbe, ton comportement me rappelle celui de quelqu'un d'autre y a longtemps, et c'est fatiguant. Tu veux ta fleur, oui ou merde ? grogna-t-elle.

_______Ou-oui... bégaya-t-il d'une voix très faible.

_______J'entends rien, le vent est trop fort, mentit-elle sur un ton d'autorité.

_______Oui... redit-il à peine plus fort, sans conviction.


_____Agacée, elle fit exprès de perdre brusquement de l'altitude et d'en reprendre brusquement, dans le but pur et simple de le secouer. Il poussa des cris d'orfraie jusqu'à ce qu'elle arrête. Il faut dire qu'ils étaient très haut, et que le spectacle en dessous d'eux était d'une beauté terrifiante. Or justement, le Pokémon électrique se concentrait davantage sur l'aspect "terrifiant" que sur l'aspect "beauté". Il en était tétanisé.


_______Dis-le plus fort putain ! Tu as de la voix pourtant !

_______Oui, je la veux cette fleur... Plus que tout... Sans elle... Sans elle... geignit-il.

_______Pleurniche pas et répète-le ! TU VEUX CETTE FLEUR ? lui hurla-t-elle en reprenant son vol chaotique.

_______Iiiik !... Oui ! Oui je veux cette fleur ! s'exclama-t-il en fermant les yeux très fort.


_____Il refusait de voir le vide en dessous de lui, ou plutôt, le maëlstrom de neige impitoyable qui semblait vouloir les engloutir, la bouche tourbillonnante d'un gigantesque monstre à l'appétit sans fin, dévorant les cieux. Cette image lui paraissait toujours plus menaçante à mesure que l'oiselle se permettait ses imprudences.


_______T'ES PRÊT À TOUT POUR CETTE FLEUR ? reprit celle-ci en télépathie directe pour achever de le mettre en état de choc, mais en même temps, étrangement, d'augmenter sa volonté de vaincre, de survivre.

_______OUI ! s'égosilla-t-il tandis que des larmes roulaient, se frayant un chemin entre ses paupières serrées.

_______ALORS GARDE ÇA FIÈREMENT EN TÊTE ET SURTOUT, REGARDE BIEN !


_____Regarder ? Il ne veut pas, il ne veut pas ! Il voudrait retourner sur la terre ferme, sentir le sol rassurant sous ses pattes ! Il voudrait retourner au chaud, se cacher, s'endormir, oublier cette peur qui lui broie l'estomac !


_______Raichu, prépare-toi ! prévint l'agente, tendue.


_____Les dernières perles d'eau salée qu'il put produire furent arrachées à son visage par les multiples coups de fouet des vents de plus en plus violents à mesure qu'ils approchaient de leur but. Il n'avait plus le choix. Il fallait le faire. Il devait le faire.


_______Observe bien... Maintenant ! annonça sèchement l'espionne, l'air grave.

_______Maman... gémit-il tout en ouvrant les yeux, lesquels étaient animés par un mélange d'angoisse absolue et de détermination sans faille.


_____Il sauta tête en avant, droit vers l'enfer blanc qui l'appelait de ses vents sifflants.



_____Une trentaine de Cadoizo. Et donc deux fois plus de yeux ronds tournés vers leur gros tas de baies où s'étaient écrasées deux masses inconnues.


_______Quel atterrissage catastrophique... s'avoua à elle-même Cresselia en recrachant une Mepo. Si ce tas n'avait pas été là, on aurait survécu certes, mais je ne garantissais pas un état physique parfait...

_______J'ai cru mourir... J'ai cru mourir... Nom de... Nom de nom... murmura Raichu, à plat ventre, choqué, sa queue retombant mollement sur son visage.


_____Viser le centre des vents tournoyants afin de passer, littéralement, dans l'œil du cyclone, tel était l'objectif qu'ils s'étaient fixé. Et ils n'étaient même pas sûrs que cet œil existait réellement dans ces conditions climatiques, ni s'il était assez stable pour leur permettre le passage. Et concernant leur réception, c'était pire : ils ne savaient pas du tout à quoi s'attendre, raison pour laquelle la Pokémon Psy avait ordonné à la souris de sauter avant elle, lui expliquant qu'ainsi elle l'aurait en visuel pour atténuer le choc de son atterrissage avec Psyko, tandis que de son côté, elle se servirait de sa capacité à léviter. Elle craignait qu'en le gardant jusqu'au bout sur le dos, elle ne l'éjecte en freinant trop brusquement, et qu'en y songeant, elle ne freine justement pas assez et ne les écrase tous les deux au sol, ce qui leur aurait coûté la vie.

_____Néanmoins, malgré toutes ces zones d'ombre constituant de possibles failles dans leur plan, la tentative, finalement, était couronnée de succès. Épreuve chaotique, mais réussie. Les pingouins s'approchèrent craintivement, tout en laissant une grande distance entre eux et l'objet de leur inquiétude, c'est-à-dire les intrus ! Il s'exprimèrent tour à tour, complétant leurs phrases :


_______Q-q-qui êtes-vous ? Comment avez-vous pu passer le Blizzard ?

_______Allez-vous-en ! Cette endroit est notre seule maison, si vous êtes venus piller... On...

_______On se défendra et vous allez le regretter !

_______Je ne savais pas les Cadoizo si agressifs dans la région... Votre habitude est d'aider les voyageurs, pas de les menacer, non ? les interrompit l'oiselle de la lune.

_______N-Nous ne faisons rien de mal ! Rien du tout ! Nous nous protégeons, c'est tout !

_______Le temps est sur le point de s'effondrer à nouveau, les Pokémon deviennent fous et dangereux...

_______Nous devons nous méfier de tout le monde ! Nous n'avons pas le choix !


_____Serrés les uns contre les autres, sur la défensive, les volatiles s'étaient armés de leurs fameux paquets explosifs. Le Pokémon foudre s'approcha en levant les pattes :


_______Nous ne sommes pas venus pour vous attaquer ! Nous sommes désolés d'avoir débarqué comme ça, sans prévenir ! Mais il paraît qu'il y a un Muscari de Ho-Oh ici, et j'aimerais... Si vous êtes d'accord... Le cueillir...


_____Vu l'ambiance, l'apprenti explorateur s'attendait à des refus catégoriques, et même des comportements agressifs face à sa demande. Après tout, s'ils possèdent une fleur aussi incroyable, il serait normal qu'ils souhaitent la garder pour leur propre bénéfice ! Soigner n'importe qui de n'importe quelle maladie est un don divin... Tel était le pouvoir de cette plante...


_______... Le Muscari de Ho-Oh ne se cueille pas, enfin ! On prie devant, c'est tout ! clama alors le Cadoizo le plus proche de la souris.

_______Comment ça ? s'étonna celle-ci, ses oreilles s'orientant différemment à cause de l'incompréhension.

_______Bon... Vous semblez pacifiques... Tenez-vous tranquille, on accepte de vous montrer... consentit un autre pingouin.

_____En silence, la créature de type Psy et celle de type Électrique se laissèrent conduire jusqu'à une sorte de niche creusée en haut d'un petit promontoire magnifiquement sculpté dans la glace, d'une telle pureté que l'on pouvait voir à travers. Dans ladite niche s'élevait une fleur que le rongeur reconnut de suite. Elle était en tout point semblable à celle montrée dans le livre de botanique qu'il avait consulté chez les asgo ! En dehors d'un détail qu'il espéra faux...

_______Il s'agit d'un vieil autel... Il reflète les rayons du soleil couchant le soir, et à ce qu'il paraît, il apporte la bénédiction de l'être arc-en-ciel. C'est Artikodin qui l'a dressé et qui a invoqué les vents hurlants autour de notre refuge, il y a bien longtemps. Autrefois, notre peuple était plus important, nous comptions des centaines d'individus, et nous rendions services à toute la population. Après tout, nous sommes des sauveteurs dans l'âme !

_______Mais une catastrophe naturelle contre laquelle même notre seigneur n'a pu lutter s'est abattu sur nous, décimant les nôtres. La grotte qui nous abritait s'est effondrée. Se sentant coupable de n'avoir pu intervenir, pour se faire pardonner auprès des quelques survivants et leur permettre de faire le deuil de leurs compagnons, il a créé cet endroit inaccessible en nous promettant que ce serait à jamais notre havre de paix, et que peu à peu, notre espèce prospérerait à nouveau.

_______C'est une triste et belle histoire... commenta Raichu.

_______Seigneur Artikodin est quelqu'un de très sage et très bon. Mais depuis que le vol des Rouages, il a peu à peu perdu la tête. Son impuissance face à la déchéance progressive de son domaine l'affectait tellement... expliqua une femelle, l'air émue rien qu'en y repensant.

_______Et donc... Le Muscari de Ho-Oh... C'est... C'est autel... comprit l'adolescent. Je vois...

_______Une fable née de l'odeur d'un tas de baies, d'un jeu de prisme avec de la glace très pure, et d'une volonté de redonner de l'espoir, conclut sa partenaire à ses côtés.

_______Est-ce qu'on pourrait... Me laisser un moment ? Je voudrais... Prier...


_____Elle regarda son petit compagnon d'aventure avec étonnement mais ne protesta pas, s'éloignant. Quant aux Cadoizo, ils n'exprimèrent pas de surprise. C'était un lieu fait pour cela après tout, et quitte à ce que ce voyageur ait fait tout ce chemin, qu'il ait bravé les dangers pour venir ici, pour au final ne même pas trouver ce qu'il recherchait, il pouvait bien, au moins, se voir accorder ce moment de solitude.

_____Mais comme ils étaient au sommet d'une montagne, sur le pic raboté et aplati d'un glacier, le plateau n'était pas très grand, donc il n'avait que peu d'espace d'intimité, en fin de compte. Il s'en contenta. Tombant à genou face à l'autel, tremblotant, il laissa couler des larmes de pure déception, indifférent au spectacle du soleil qui justement s'apprêtait à s'éteindre derrière l'horizon inégal du continent de l'hiver.

_____Baignant dans une douce lumière bariolée digne de celle des plus beaux vitraux décorant les églises humaines, recroquevillé sur lui-même, Raichu laissait éclater ses émotions au travers d'une longue et déchirante plainte audible de tous.



_____Cresselia et Raichu étaient redescendus plus facilement qu'ils étaient montés, car les Cadoizo leur avait montrer un passage dissimulé semblable à celui qu'ils avaient emprunté pour monter le Glacier Tourmente ; un tunnel dans la glace, débouchant un peu au-dessus de l'abri de la famille de Porygon-Z, tout en étant invisible car son entrée était un renflement que l'on rebouche avec de la neige à chaque emprunt. En échange de ce service, ils devaient tenir secret son existence, et également celle de leur peuple. Cependant ils avaient le droit d'expliquer en partie le mystère du halo arc-en-ciel visible au soleil couchant. À présent, les étoiles parsemaient le ciel sombre et miraculeusement dégagé, en dehors de la micro-tempête perpétuelle autour du fameux sommet.


_______Vous revoilà, enfin ! Raichu, viens par là ! s'exclama Gardevoir en lui attrapant aussitôt la patte pour l'entraîner avec elle.

_______Je... Oui ?... répondit-il un peu mollement, se laissant faire, toujours sous le coup de la déprime suite à l'échec de sa quête.


_____Cresselia, dubitative, les suivit à l'intérieur où l'atmosphère était chargée d'une aura particulière. En fait, elle englobait tous les occupants, qu'il s'agisse des Porygon, de Rosélia, d'Évoli, et même de Damon qui pour le coup semblait un peu moins détaché des événements, observant du coin de l'œil le retour des deux aventuriers. Cette aura était... indéfinissable.


_______Qu'est-ce qui se passe ? demanda la souris en esquissant une moue inquiète, craignant une mauvaise nouvelle pour parfaire son malheur.

_______En fait... marmonna la jeune rose, cherchant ses mots. Comment expliquer... pardon si on a tous l'air si graves, tu peux te tranquilliser, nous n'avons rien de mauvais à annoncer, mais c'est si inattendu... euh, bah regarde. C'est bien ce que tu cherchais, n'est-ce pas ?


_____Elle tenait entre ses mains la Mini-Serre que lui avait offert le rongeur électrique, lequel l'observait attentivement. Elle souleva le couvercle. Et ce fut la troisième fois de la journée qu'il fondit en larmes.

_____Dans la terre gardée meuble et fertile par la machine, s'épanouissait une unique fleur. Une fleur unique. Le Muscari de Ho-Oh.



_____Raichu, éprouvé, dormait paisiblement. Pendant ce temps, Cresselia avait raconté aux autres leurs péripéties au sommet du Glacier Tourmente, en omettant, comme promis, de mentionner les Cadoizo. Elle avait simplement parlé de la présence du vieil autel de glace décomposant la lumière du soleil avant qu'il ne disparaisse. Et quand on lui avait posé des questions au sujet de l'origine de l'odeur de baie que l'on peut humer dans l'air par moment, elle s'était contentée de hausser les épaules.

_____La soirée était bien avancée. Tous partageaient un bon repas – la souris avait été réveillée pour l'occasion car il était nécessaire qu'elle reprenne des forces après son périple –, composé essentiellement de baies Willia et d'un saucisson sec "emprunté" aux humains pour Damon, encore une fois. Celui-ci était reconnaissant de la prévenance de Gardevoir qui avait fait cette demande pour lui, se rappelant qu'après des épreuves physiques très éprouvantes, ses tendances carnivores avaient tendance à se manifester. Bien sûr, cela ne valait pas la chasse, mais il était tout de repu, c'était le principal. Au moins ne serait-il pas tenté pendant la nuit de se lever pour croquer dans la cuisse de quelqu'un. La demoiselle psychique s'assit sur le lit à côté de lui et entama la conversation :


_______Cette affaire de muscari est incompréhensible, tu ne trouves pas ? Et il n'y a pas que ça. Cette humaine surgie de nulle part, capable de se téléporter, vous ramenant tous ici sans une explication... J'ai beau tourner et retourner tout ça dans mon esprit, je n'ai pas la moindre idée du pourquoi du comment.

_______En effet, moi non plus... murmura-t-il, regardant ailleurs.


_____C'était elle qu'il craignait le plus de regarder depuis son coma. Sa "punition". Cependant, involontairement, cela l'avait poussé à se montrer particulièrement froid et impoli envers elle, qui avait pourtant l'extrême amabilité de le soigner. Il avait adopté ce comportement inacceptable avec tout le monde.


_______Je voulais m'excuser pour... commença-t-il, tête basse.

_______Ah, chht, va, coupa-t-elle.


_____Elle lui prit la main, ce qui le surprit au plus haut point, si bien qu'il ne put s'empêcher de braquer ses yeux sur elle.


_______Gardevoir, attention... prévint-il à voix basse tout en essayant de se dégager, surveillant Cresselia du coin de l'œil, se rappelant qu'ils avaient l'interdiction d'avoir des contacts physiques.

_______T'en fais pas, j'ai obtenu une permission spéciale, assura-t-elle en serrant davantage pour qu'il cesse de résister.

_______... Et que me vaut cette honneur ? rosit-il. Je m'attendais plutôt à une gifle...

_______Dis-le si tu es déçu, masochiste, grogna-t-elle en adoptant un air vexé.

_______Non, non... Je suis assez cassé comme ça... plaisanta-t-il à demi.


_____Son expression faciale demeura hésitante voire triste. Notant cela et ne s'en étonnant guère, elle soupira et son visage s'illumina un peu tandis qu'elle prononçait ces quelques mots :


_______En tout cas, ces derniers jours m'auront appris une chose importante.

_______Ah oui ? dit-il, l'invitant à développer.


_____Elle hocha la tête et plongea les deux rubis constituant ses prunelles dans ses topazes bleues, celle visible à nouveau masquée par une Lentilscope, la première ayant été perdue sur le Mont Avalanche.


_______Les miracles existent, soutint-elle comme s'il s'agissait d'une évidence.


_____Un ange passa pour déposer l'esquisse d'un sourire sur les lèvres du jeune homme. Et ce malgré les pensées sombres qu'il refoulait en même temps vis-à-vis de la Pokémon Psy. L'Ombre s'en amusa en silence.



_______Dis, Theo, pourquoi as-tu fait ça ? demanda la mystérieuse jeune fille encapuchonnée.


_____En bas du Glacier Tourmente, près de l'entrée du passage qui permet son ascension, elle portait le petit garçon vêtu de blanc dans ses bras, contre sa poitrine, dans un geste presque maternel. Celui-ci avait la tête posée contre son épaule mais il ne semblait pas exprimer une quelconque affection. Son expression était toujours aussi neutre, indifférente.


_______Je ne comprends pas, comme d'habitude, soupira-t-elle. Enfin, tant pis, rentrons, d'accord ?

_______Me...yya... murmura-t-il alors.

_______Oui ?

_______... J'ai... mal...


_____Le sourire de la dénommée Meyya se fana un peu. Elle caressa son front.


_______Je sais, Theo. Je sais. C'est pour ça que je t'ai dit d'être prudent avec tes pouvoirs.


_____Même s'il n'en avait pas besoin, insensible au froid qu'il était, elle s'arrangea pour le couvrir également d'un pan de son manteau. Puis ils disparurent.



_____Note de l'auteur : À l'intention de tous les lecteurs : OUI JE N'AI PAS MIS LA RÉVÉLATION DE CRESSELIA, JE SUIS UN SAC À M**** :D !