Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Les sombres histoires du Port de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 07/09/2015 à 05:13
» Dernière mise à jour le 20/02/2016 à 23:39

» Mots-clés :   Action   Policier   Présence de transformations ou de change   Sinnoh   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Affaire n°1 – Vu du ciel
_____Le vent dans ses plumes était une sensation unique qui lui avait manqué, il devait le reconnaître. Si interchanger trop souvent sa forme humaine avec sa forme de Corboss et inversement lui apportait un certain nombre de problèmes vis-à-vis de l'incompatibilité morphologique trop grande entre les deux espèces, voler n'en restait pas moins à ces yeux une compensation tout à fait suffisante.

_____Le monde vu d'en haut lui donnait l'impression que, le temps d'un voyage, il s'éloignait des petits et gros tracas terriens ; les factures, les impôts, le chômage, les manifestations bruyantes violemment réprimées, le taux de criminalité qui ne descend pas, la pollution... Tout cela ne l'effleurait pas à l'époque où il était jeune adulte et célibataire. Du moment qu'il pouvait sortir avec ses amis, qu'il réussissait à se débrouiller pour arrondir ses fins de mois – quitte à parfois charger des Cornèbre de chaparder de la nourriture pour son compte afin de réduire la dépense alimentaire –, que sa santé tenait la route et qu'il avait l'occasion de partager son lit le plus souvent possible avec une ribambelle de conquêtes d'un soir, il estimait mener la belle vie.

_____Et puis il l'avait rencontrée, elle, dans une boîte de nuit tout ce qu'il y a de plus banale. Alors qu'ils ne croyaient absolument pas au coup de foudre, ils s'étaient immédiatement plu, par-delà le simple rapport charnel que tous deux recherchaient à l'origine. Pour elle, il s'était trouvé une meilleure situation au lieu de simplement se contenter d'enchaîner les "boulots merdiques", comme elle disait en se moquant.

_____C'est sa présence qui lui avait donné la force et la patience de gravir les échelons à partir de pas grand-chose pour finalement devenir assistant d'un détective réputé, jusqu'à ouvrir son propre cabinet des années d'expérience plus tard. Il lui portait une confiance aveugle au point de lui confier tous ses secrets. Et elle l'avait accepté tel qu'il était, le lui prouvant encore le jour où ils se sont passé la bague au doigt. Après d'agréables nuits sous les draps, il lui murmurait souvent qu'elle avait fait de lui un homme bien. Ce à quoi elle avait répondu avec un doux sourire :


_____« Tu vas devenir papa. »


_____Lui qui jusqu'alors côtoyait l'envers de la société sans craindre sa dangerosité, ces quelques mots lui avaient fait prendre conscience si soudainement de tant de choses qu'ils lui avaient fait peur, trop peur...

_____Les eaux calmes du lac Vérité reflétaient le ciel en dessous de lui, et non loin Bonaugure s'étendait. Le soleil approchait l'horizon tandis qu'il amorçait son atterrissage, débarrassant son esprit des mauvaises pensées qui commençaient à ressurgir. Il se cacha dans la forêt alentour, ne se souciant pas des petits Crikzik s'enfuyant en l'apercevant, de peur de se faire manger, prévenant leurs congénères d'un bruit de xylophone spécifique.

_____Sa transformation se produisit en sens inverse, il sentit ses membres grandir tandis que ses plumes et plus douloureusement ses ailes se rétractaient, jusqu'à ce qu'il soit à nouveau le détective Ardghal Vargas des pieds à la tête. Il se débarrassa de son sac qui l'enserrait inconfortablement, n'étant pas conçu pour être porté par un homme, puis enfila ses vêtements et se dirigea naturellement vers la ville.

_____Au fil des années, celle-ci avait connu un certain développement, mais la périphérie était calme, essentiellement résidentielle, avec quelques parcs très appréciés des enfants et des personnes âgées.


_____« D'après les petites recherches que j'ai faites sur Internet avant de partir, elle habite dans cette rue... »


_____Il s'arrêta devant le portillon fermant l'entrée d'un jardin abondamment fleuri, entourant une maison visiblement récemment repeinte. Il appuya sans hésitation sur le bouton de sonnette près de la boîte aux lettres. Peu de temps après, la porte de l'élégante demeure s'ouvrit sur femme non moins élégante, sa chevelure d'encre parsemée de mèches grisonnantes tombant négligemment le long de ses épaules et de son dos. Visiblement, elle ne s'attendait pas à de la visite, car elle était déjà vêtue d'une robe de chambre.


_______Bonsoir, je peux vous aider ? demanda-t-elle poliment en marchant jusqu'au portail, simplement chaussée de mules.

_______Bonsoir Aurore, je m'appelle Ardghal Vargas, je suis détective privé, se présenta-t-il en lui tendant sa carte. Puis-je entrer vous parler un moment ?

_______Oh... Bien sûr... murmura-t-elle, l'air un peu soucieuse, en lui ouvrant pour le convier à la suivre à l'intérieur.


_____Elle l'invita à poser son sac au pied du porte-manteau et à s'asseoir dans le salon tandis qu'elle se dirigeait vers la cuisine.


_______Vous désirez quelque chose à boire ? J'ai vu sur votre carte que vous êtes de Rivamar, vous avez dû faire une sacrée route pour venir.

_______En effet et je vous remercie de vous en préoccuper, mais je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, répondit-il avec un sourire avenant.


_____Elle vint s'asseoir sur le canapé à proximité du fauteuil qu'il avait choisi, tenant entre ses mains une tasse de tisane fumante ; s'il n'avait pas remarqué l'anneau doré brillant à l'annulaire de la presque cinquantenaire top-coordinatrice, il n'aurait pas fait en sorte qu'il y ait des accoudoirs entre eux – son âge ne l'empêchait pas d'être pleine de charme et il était évident qu'elle savait en prendre soin. Mais il s'était promis de ne pas tenter quoi que ce soit avec des femmes mariées. Ses infidélités si elles étaient découvertes seraient déjà un problème, alors si l'adultère était double, ce serait encore pire.


_______J'imagine que vous avez déjà une petite idée de l'affaire qui m'amène, dit le brun en l'observant.

_______Oui... C'est à propos de Jessleen, n'est-ce pas ?... soupira-t-elle en lui jetant un regard inquiet.

_______C'est cela... Jamie, ou plutôt, James, est venu me faire part de toute l'histoire et m'a confié l'affaire. Je suis donc à sa recherche, mais les pistes sont maigres. J'ai donc besoin de vous. Vous étiez sur les mêmes lieux qu'elle le soir de sa disparition, je voudrais donc que vous me disiez tout ce dont vous vous rappelez, le moindre détail qui ait pu accrocher votre attention.


_____Pour la mettre un peu plus à l'aise, il ajouta avec bienveillance :


_______Prenez votre temps.


_____Elle lui rendit un petit sourire forcé pour faire bonne figure, mais ses prunelles bleues trahissaient son anxiété.


_______Je crains de ne pas pouvoir vous être d'une grande aide... Son comportement ne changeait pas de l'ordinaire, elle était déterminée, confiante, pleine d'énergie bien qu'elle ait fêté ses soixante-quatre ans il y a peu. Aussi loin que je me souvienne, même à l'époque où... elle faisait partie de la Team Rocket – elle avait compris qu'Ardghal devait forcément être au courant de cette partie de l'histoire pour le bien de son enquête – et qu'elle et sa bande tentaient de nous mettre des bâtons dans les roues, à Sacha, Pierre et moi-même, elle dégageait cette aura de fierté toute particulière, je dois bien l'admettre... Enfin. Pour en revenir à sa disparition... Le concours à Verchamps s'était bien déroulé, sans imprévu ni dans le public, ni dans les coulisses. Une journée normale, en somme, bien que nous aurions tous préféré que le temps soit plus clément ; il pleuvait à verse. C'est habituel dans ce coin de la région, cependant on espérait quand même une exception.

_______J'imagine, commenta brièvement le détective, attentif aux moindres détails du récit, même les moins passionnants, afin d'être le plus renseigné possible.


_____Mais le peu qu'il en apprenait suffisait à le contrarier. Si la météo était mauvaise à ce point, les traces du moindre mouvement suspect au sol ou même dans l'air grâce à une odeur quelconque, avaient probablement disparu rapidement. C'était le lieu idéal pour un enlèvement. Cependant il lui restait quelques cartes dans sa manche. Tout en réfléchissant, il écoutait toujours la top-coordinatrice qui posa son mug à moitié vide sur la table basse.


_______À la fin du concours, en milieu d'après-midi, il était prévu que j'aille au Parc Safari avec mon mari avant de retourner à Bonaugure. J'ai dit au revoir à chacun de mes amis sur place, dont Jessleen, qui est partie peu après en direction du parking. Je ne crois pas avoir noté quoi que ce soit de bizarre à ce moment-là non plus, je veux dire, j'ai bien vu sa voiture partir...

_______D'accord. Elle conduit, donc ? Vous avez une idée des endroits où elle aurait pu se rendre ? questionna-t-il.

_______Voilaroc, assurément. Non seulement elle y habite, mais en plus elle y profite bien de sa "retraite". Elle est incapable de rester en place, et cette ville lui correspond bien. Sa carte de fidélité au Centre Commercial est comme un prolongement de sa main, elle va souvent défier amicalement la championne d'arène locale, et elle est surnommée "la Reine du Casino"... C'est tout elle, ça, elle aime le luxe et qu'on la reconnaisse quand elle passe, aussi.

_______Je vois... Cependant, elle n'est jamais arrivée à destination, ou Jamie n'aurait jamais eu à signaler sa disparition. Donc cela s'est probablement déroulé aux abords de la ville, ou même sur le chemin. À moins qu'il y ait un autre endroit qu'elle fréquente, en dehors de Voilaroc ?

_______À part pour les concours, elle ne se déplace que rarement... Ah, parfois, elle se rend à la Tour Perdue. Vous savez, la mort de Miaouss, le troisième membre de leur équipe au sein de l'organisation criminelle, a beaucoup affecté Jamie et Jessleen... Il faut dire qu'il a vécu longuement, pour un Pokémon de son espèce. Il a une tombe à son nom, entretenue par leurs soins au moins une fois par mois. Elle ne m'en a parlé qu'une fois, me demandant de prendre la relève si eux aussi venaient à disparaître. Je n'y ai pas pensé immédiatement car elle n'a plus jamais abordé le sujet...


_____La zone de recherche s'étendait, et toujours plus de pièces s'ajoutaient au puzzle sans le résoudre. Très calme malgré son cerveau en ébullition, l'enquêteur hocha la tête et dit :


_______Merci pour ces informations. Changeons de sujet, je voudrais maintenant avoir votre version de votre entrevue avec Jamie, après la disparition de sa femme. Il ne s'est pas attardé dans les détails, mais apparemment, vous avez accepté de lui apporter votre aide dans le camouflage de son enlèvement.

_______C'est exact, je n'ai pas hésité, confirma-t-elle. Je ne peux pas me mettre à leur place, mais je n'ai pas de mal à deviner que se ranger après des années à vivre dans le crime n'est pas chose facile. Ils ont fait beaucoup d'efforts, ce sont des gens biens dans le fond, je crois qu'ils n'ont juste pas eu de chance dans leur vie, et que leurs erreurs n'ont rien arrangé. Certes, nous avons été ennemis, cependant, je crois que passé un certain âge, et suite à leur repentir, il faut savoir enterrer la hache de guerre.

_______Je comprends, ce sont des propos bien sages que vous tenez, murmura-t-il, un brin admiratif.

_______Je ne sais pas si je suis réellement sage de m'être impliquée dans cette sordide affaire, mais j'ai suivi mon instinct et mon sens du devoir. Si James a eu assez confiance en moi pour me demander de lui venir en aide, je ne pouvais pas rester bras croisés.

_______Malgré le danger ?

_______Je connais le danger depuis mes dix ans, monsieur Vargas. Et je ne suis pas naïve, je sais très bien que la justice ne triomphe qu'en surface, et qu'avoir réussi à tenir tête à la Team Galaxie dans ma jeunesse, et même à la Team Rocket, tient du miracle. Dans les ombres, il se trame toujours des choses horribles sur lesquels il est plus simple de fermer les yeux pour mener une existence normale. J'aimerais pouvoir changer les choses, or je n'en ai pas la force. Tout ce que je peux faire, c'est apporter mon maigre soutien à ceux qui me le demandent.


_____En prononçant ces mots, l'expression de son hôtesse s'était métamorphosée, laissant entrevoir une âme noble, courageuse et endurcie par un voyage initiatique porteurs de nombreux enseignements, mais gardant les pieds sur terre, consciente de ses propres failles.


_______Très bien, je ne vais pas vous embêter davantage, je vous remercie encore de votre accueil et de votre précieux témoignage, conclut Ardghal en quittant le fauteuil pour retourner près de l'entrée récupérer ses affaires. Soyez extrêmement prudente, comme vous l'avez si bien résumé... Les ombres ne sont jamais bien loin.

_______Je vous raccompagne jusqu'au portail, annonça-t-elle en posant négligemment un gilet sur ses épaules pour ne pas trop subir la fraîcheur de la nuit qui était tombée.


_____Il ne refusa pas cette aimable escorte et au moment de se séparer, alors qu'il regardait la Lune en estimant combien de temps il lui faudrait pour rentrer, Aurore lui confia :


_______Vous n'êtes pas ordinaire, je le sens. Vous dégagez cette même tristesse qui enveloppe le couple Leroy, enfin, Jessie et James, ou même Miaouss, de son vivant. Je présume que toute personne connaissant bien le revers de la médaille de ce monde se voit enveloppé de cette atmosphère. Je vous en prie, faites qu'elle rentre saine et sauve.


_____Pour toute réponse, il cligna des yeux et après un simple "au revoir", il tourna les talons. S'enfonçant dans la forêt, il rétrécit en gémissant, et une fois retransformé en Corboss, il s'agita dans tous les sens pendant plusieurs minutes, se débattant avec son sac pour le remettre tant bien que mal, se roulant sur le dos, poussant des croassements exaspérés et claquant du bec.


_____« Voilà pourquoi je préfère quand Lys est là, mais l'emmener avec moi aurait été trop long. Et puis, il avait sa propre part de "travail". »


_____Lissant ses plumes après un combat acharné contre sa besace, fin prêt pour le décollage, l'oiseau de malheur étendit ses ailes et en quelques battements puissants s'éleva dans les ténèbres puis se laissa porter par les vents d'altitudes.

_____Il arriva au petit matin à son cabinet, ayant davantage pris son temps qu'à l'allée afin de ménager ses forces, comme l'avait conseillé son assistant. Il se posa sur le garde-fou et tapa contre la vitre, plusieurs fois, ayant hâte qu'on lui ouvre afin de se permettre quelques heures de sommeil bien méritées et nécessaires. Les stores qui l'empêchaient de voir à l'intérieur remontèrent et dévoilèrent un visage mécontent qu'il se serait bien passé de voir maintenant, alors qu'il était exténué. L'idée de fuir l'effleura, or à peine amorçait-il un décollage à reculons que la fenêtre s'ouvrit et qu'un rayon rouge spécifique aux Poké Balls jaillit depuis la pièce, le touchant de plein fouet et le happant sans qu'il n'ait pu s'en défendre.


_______Oh non, cette fois je n'allais pas me faire avoir mon coco, tu ne te déroberas pas, grogna la femme qui venait de le rappeler de force dans une Love Ball, devant un Lysander qui se frottait l'arrière de la nuque, embarrassé.


_____« Il va me passer un savon de ne pas avoir réussi à la convaincre de ne pas venir... »


_____Après avoir bien refermé toutes les issues du bureau, elle appuya de nouveau sur le bouton central de la boule rose et blanche, qui libéra son prisonnier. Celui-ci chancela en se matérialisant, puis presque aussitôt, dans une fumée blanchâtre, il reparut sous sa forme humaine, cheveux ébouriffés, complètement nu et impudique.


_______Je déteste quand tu fais ça ! s'exclama-t-il en faisant jouer ses épaules, complètement courbaturé.

_______Je sais, c'est bien pour ça que ça m'amuse, minauda-t-elle. Et tu es charmant quand tu es en colère, surtout quand tu ne portes rien. J'en aurais presque envie de toi, là, tout de suite, si je n'étais pas fâchée.

_______Je vais vous laisser vous quereller... marmonna le jeune homme aux cheveux blancs, estimant qu'il n'avait pas à entendre cette conversation, se rendant dans la Privet Room.


_____Il referma la porte et appuya son dos contre un instant, puis il fouilla dans son tiroir personnel, en sortit un vieil MP4, avant de déplier un lit de camp pour s'y installer avec le dernier numéro de son magasine scientifique préféré, écouteurs vissés dans les oreilles et son à fond pour se couper du monde, tout en pensant :


_____« Sa femme sérieux... Quel numéro... »