Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Mauvaise Pioche de Skytcho



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Skytcho - Voir le profil
» Créé le 25/08/2015 à 21:34
» Dernière mise à jour le 25/08/2015 à 21:34

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
02- La petite surprise
La balle rouge atterrit sur le sol, s'ouvrit, et d'une lumière blanche, quelque chose jaillit. Ce Pokémon était bleu, avec deux longues oreilles plates. Il semblait heureux, et adressait un grand sourire à la première personne qu'il avait vue de sa vie. Il tenait sur deux petits pieds ronds, et avait une courte queue noire, qui tapait un peu sur le sol, sûrement à cause de l'excitation de ce petit être d'environ 60 centimètres.

- Ah ? fit Seb, plutôt étonné de ce qu'il était en train de voir. Il s'attendait plutôt à un colosse comme Tyranocif ou Charkos, comme il avait l'habitude de voir dans les films. Puis, il se rappela de ce détail : « les Pokémon sont encore des bébés, par conséquent, ils sont encore faibles et dociles ». Au moins, il a l'air plutôt sympa, reprit-il. J'ai hâte qu'il grandisse et qu'il devienne fort.

Il le fit rentrer dans sa Pokéball, avec difficulté, ne sachant pas qu'il fallait appuyer sur le petit bouton circulaire blanc. Une fois ceci fait, il revint dans la foule, et demanda l'heure à un passant. Il apprit qu'il était quatorze heures trois. Sa mère ne revenait le chercher seulement qu'à seize heures. Il décida donc de se renseigner sur sa trouvaille, afin de connaître ses attaques, et de l'entraîner. Il entra dans les hôtels, en demandant à des personnes de l'accueil d'éclairer sa lanterne, mais la plupart riait en apercevant son Pokémon, et lui disaient qu'il était original. Persuadé que tout le monde se moquait de lui, il partit en direction du pont, et demanda au gardien s'il pouvait l'aider :

- Excusez-moi monsieur ! lui demanda-t-il, en lui montrant son Pokémon. Est-ce que vous pouvez m'aider à mieux connaître mon Pokémon s'il vous plaît ?
- Oh ! C'est le Pokémon que tu as reçu grâce à la chasse au Pokéball sur l'île déserte ? Eh bien… Cette espèce se nomme Okéoké, ce sont des Pokémon très rares, que l'on ne peut pas trouver à Unys. Tu connais Hoenn ? On en trouve que là-bas, et ça fait une trotte.
- Génial ! Donc il est super rare alors ! Et il est fort ?
- Eh bien, soupira l'homme. Disons qu'il est particulier. En tout cas, il est très résistant, et les Pokémon qui le croisent auront trop peur de s'enfuir, et c'est un très bon atout. Le problème, c'est que c'est un Pokémon qui ne possède pas la moindre force physique, et qui est incapable de frapper un adversaire, donc de lui causer le moindre dégât directement. Par contre, il est capable par exemple de riposter n'importe quelle attaque, ce qui renvoie les dégâts qu'il a subit, et qui les rend deux fois plus puissants !

- Ah, alors il ne sait que subir… dit-il d'une voix triste.

Sébastien était un peu déçu. Il trouvait qu'il n'avait pas eu de chance de tomber sur un Pokémon qui ne sait pas attaquer. Sa robustesse ne l'a pas convaincu, et il en voulait maintenant aussi un peu à Clara de lui avoir donné ce Pokémon, et de garder l'autre. Il s'en alla, et attendit près du parking au milieu de la place, en attendant que sa mère arrive. Il s'endormit alors au bout d'un moment sur le muret près des voitures.

- Petit ! Eh, réveille-toi, lui cria quelqu'un.
- Euh… Que, je.

L'homme qui venait de perturber son sommeil avait un grand chapeau blanc et un costume beige et rouge, avec une petite cravate verte. Il avait de longs cheveux bruns, et avait de gros yeux marron. C'était le maire de la ville, celui qui avait présenté la grande chasse aux Pokéball.

- Qu'est-ce que tu faisais endormi ici gamin ? Tu risques d'avoir froid.
- Ah, répondit doucement Seb, ne réalisant pas trop qu'il venait de se réveiller hors de sa chambre. Je ne me souviens plus. Ah, j'attendais ma maman.
- Elle n'est pas encore là ? Bah écoute je vais parler avec toi en attendant.

Il s'assit à côté de lui et lui demanda comment il s'appelait, quel âge avait-il, etc. Des questions assez simples, mais il voyait bien que l'enfant était un peu triste, pour une raison qu'il ignorait. Il prit le risque de demander ce qui n'allait pas.

- Hm, grogna Sébastien. J'ai récupéré ça. Il appuya sur le bouton de la balle qu'il avait dans - Je vois… murmura l'homme. Mais tu sais, c'est une chance. Réussir à gagner avec ce Pokémon prouvera ta force à toi. Il va falloir être stratégique, et mesurer les dégâts que peut encaisser ton Pokémon. Si tu arrives à faire ça, tu seras quelqu'un de très puissant, et tu pourras être fier de ça. Je pourrais même dire qu'avoir Okéoké aujourd'hui est une grande chance. À propos, ne voudrais-tu pas le renommer ? Lui donner un nom ?
- Bah. Je ne sais pas encore, je vais y réfléchir. Ah ! C'est la voiture blanche de ma maman là-bas, je vais devoir y aller. Au revoir monsieur.
- À plus. Bonne soirée.

Joseph et sa mère étaient dans la voiture. Seb rentra en cachant son Pokémon derrière son dos. Il le fit ensuite rentrer. Le véhicule démarra, et sa mère lui posa des questions simples, comme « Comment s'est passée ta journée ? » ou « As-tu vu ton Pokémon ? ». Le garçon fit mine de ne pas avoir vu le Pokémon, pour éviter que son frère se moque de lui. Il repensait quand même aux paroles du maire, qui lui avait dit que c'était une grande chance d'être tombé sur ce Pokémon. Il ne le croyait pas, mais d'un côté il se demandait s'il n'y avait pas une part de vérité.

La circulation était rapide, à part quelques voitures, ou camions, il y avait d'arrêts que pour des feux rouges. Une petite demi-heure plus tard, la famille arriva dans Volucité. Le ciel commençait déjà à s'assombrir, et les lumières des buildings commençaient à s'allumer. C'était un beau spectacle, même lorsque l'on est habitué à l'observer.

- C'est beau, hein ? demanda la maman de Sébastien.
- Oui, oui c'est joli.

Une fois rentrés dans leur appartement, les deux frères se dirigèrent vers le salon, plus précisément sur le canapé, en regardant la télé. Comme les deux n'étaient jamais d'accord sur les chaînes, il y avait souvent beaucoup de disputes. Lorsqu'ils étaient d'accord, le calme prenait le dessus, et ils étaient comme hypnotisés, incapables de détourner les yeux de l'écran. Leur mère, pendant ce temps-là, préparait des pâtes et des steaks pour un dîner plus tôt que prévu.

Une fois le repas commencé, les jeunes se jetaient sur le ketchup, et s'empiffraient sans prendre le temps d'avaler. Et puis, après un film de soirée sur la télévision, ils partaient tous dans leur chambre, aller dormir. La plupart des journées se déroulaient de cette façon. Puis, après une nuit, tout recommençait.


Le lendemain matin, un réveil plutôt calme pour la famille, dans les alentours de dix heures du matin. Levé le premier, Seb se lava, s'habilla et descendit discrètement en bas de son immeuble. la poche, et le Pokémon bleu sortit, tout sourire. Un monsieur m'a dit qu'il n'était même pas capable d'attaquer son adversaire. Qu'il pouvait juste riposter, et je trouve ça nul.
Il se dirigea ensuite vers le pont le plus long d'Unys, le pont Sagiciel. Il mesurait plus de 1820 mètre, et faire l'aller-retour était assez long. On évitait donc de le faire inutilement. Mais le garçon voulait mieux connaître son Pokémon et apprendre à bien l'utiliser. Une fois le grand pont derrière lui, il était près de la forêt d'Empoigne. Beaucoup de dresseurs s'y trouvaient, souvent pour s'entraîner ; mais lui connaissait un petit coin tranquille, avec quelques Pokémon sauvages.

- Hockey… Ah, j'ai oublié son nom ! Pokémon, go !
- Ok ?

Le Pokémon Ravi était toujours aussi heureux de voir un peu le monde extérieur. Il ne connaissait pas l'environnement dans lequel il se trouvait, mais il trouvait ça sympathique. Sébastien, lui, hésitait un peu. D'un côté, il devait obtenir l'expérience d'un combat, d'un autre côté, il n'avait pas la moindre idée de comment le faire combattre, il ne connaissait même pas ses attaques. Ne lui laissant pas le temps de réfléchir, un Venipatte sortit d'un buisson en rampant, et semblait plutôt heureux d'avoir de la compagnie.

- Veni, veni !
- Quoi ? Qu'est-ce que c'est que ce truc.

Comme pour lui répondre, l'insecte cracha un dard de sa petite bouche, qui atteignit Okéoké dans l'« oreille » gauche. Après un petit gémissement, il se mit à bouger bizarrement, comme s'il essayait de patauger dans l'eau. Mais il n'y avait pas d'eau. Le dresseur ne comprenait pas. Son Pokémon venait d'utiliser l'attaque Trempette, une capacité bien connue pour être complètement inutile. Le Pokémon Chilopode n'hésita pas, il se mit à rouler vers sa cible. Okéoké se prit l'attaque de plein fouet, mais gardait son sourire, même si on pouvait sentir qu'il ne se sentait pas aussi bien que d'habitude. Mais cette fois-ci, il se mit à applaudir son adversaire, comme pour le féliciter.

Venipatte apprécia l'action, et se précipita plus rapidement que la fois précédente sur son punching-ball. Et là, le Pokémon bleu tomba à la renverse, l'attaque était bien plus puissante que tout à l'heure. Son dresseur ne savait plus quoi faire, et décida de faire rentrer la créature dans sa Pokéball. Il prit ensuite les jambes à son cou, s'enfuyant par peur du Venipatte. Il ne s'arrêta pas une fois sur le pont, et ne se retourna que lorsqu'il fût arrivé à Volucité, en sueur, haletant avec difficulté. En entrant dans le passage pour regarder les informations, quelqu'un lui cria soudainement dessus :

- Tiens tiens. Qu'est-ce que tu fiches ici ?
- Maman ? Ah, bah. Je suis allé entraîner mon… Pokémon.
- Oh, et alors, c'est quel genre, il est mignon ?
- Bah, tiens. Regarde.

La Pokéball s'ouvrit sur le sol et laissa sortir Okéoké, qui visiblement semblait un peu fatigué.

- Oh ! Il est… Il est beau ! C'est un Okéoké n'est-ce pas ? Il est très rare. Mais pas commode à entraîner.
- Ah ça je l'avais remarqué !

Il fit rentrer son partenaire et partit dans la direction de son immeuble en grognant. Son Pokémon ne savait que faire trempette et applaudir les autres. Il n'y a aucun intérêt. Une fois rentré chez lui, il rentra dans sa chambre, verrouilla la porte et se mit à pleurer.