Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Les sombres histoires du Port de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 27/07/2015 à 01:50
» Dernière mise à jour le 19/02/2016 à 21:02

» Mots-clés :   Action   Policier   Présence de transformations ou de change   Sinnoh   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Affaire n°1 – Le suicidé passera deux fois
_______Bordel, si maintenant notre argent passe par les fenêtres ! Il nous avait à peine reversé un acompte de deux mille Pokédollars ! râla Ardghal, qui se frayait un chemin dans la foule en jouant des coudes et d'un badge de police – subtilisé à une policière au cours d'une fouille d'un genre particulier – qu'il brandissait pour imposer autorité.


_____Comme il était d'une stature remarquable, c'est sans trop de difficulté qu'il s'approcha du corps inerte. Tandis qu'il se penchait à ses côtés, il entendit au loin des sirènes.


_____« Je n'ai pas beaucoup de temps... » pesta-t-il en enfilant des gants en latex.


_____Sans grand espoir, il prit le pouls : évidemment, il s'avérait qu'il était en présence d'un cadavre. Ne s'encombrant pas de sentiments, il entama une fouille minutieuse. Imperméable à l'agitation autour de lui, il tiqua cependant lorsqu'une voix forte l'apostropha :


_______Monsieur Vargas, pourquoi ne suis-je pas surpris ?

_______Edric, quel plaisir... siffla l'intéressé en se redressant, le dominant par sa taille.


_____Loin d'être impressionné, le nouvel arrivant soupira en refermant la porte de la voiture de police qui l'avait conduit ici, puis lui lança un regard suspicieux, tandis que des officiers s'affairaient à sécuriser la zone.


_______Ne soyez pas aussi familier avec moi, lui reprocha-t-il. Puis-je connaître la raison de votre présence ici ?

_______Elle est évidente, cet homme est mort sous mes bureaux, Inspecteur Conrad, grogna le détective. Comment pourrais-je rester passif ?

_______Mmh, vous avez été témoin de la scène ? demanda ledit inspecteur, sur un ton plus professionnel, sortant un calepin.

_______Seulement d'une partie. Je l'ai vu passer devant ma fenêtre avant qu'il ne s'écrase au sol.

_______Il se serait donc jeté de votre immeuble. Qu'y faisait-il, était-ce un habitant ?


_____L'interrogé rajusta son Stetson noir, orné par ses soins de longues plumes de chaque côté, noires également, couchées vers l'arrière. Il sortit son paquet de cigarettes de la marque Chartorus et s'en alluma une, silencieux.


_______Je vous prierai de coopérer, monsieur Vargas, nous mettre des bâtons dans les roues n'arrangera pas nos relations, s'agaça le lieutenant.

_______Tss. Il était venu me confier du travail. Il était seul, et il n'est resté que le temps des quelques formalités requises, il ne dégageait pas spécialement d'aura de tension ou de peur. Lorsqu'il est parti, je ne l'ai pas accompagné, je suis resté dans mes locaux. Mon associé l'a croisé, si vous avez encore des questions, adressez-vous à lui.

_______Quel genre de travail ?

_______Mon témoignage ne vous donne pas le droit de vous mêler de mon job, Edric.

_______Vous vous mêlez bien souvent du nôtre pourtant, Ardghal.

_______Je ressens une certaine tension ici, messieurs... intervint Lysander qui salua d'un geste du menton le policier.

_______Bonjour monsieur Wollemia, se calma l'agent. Vous tombez bien, votre chef ci-présent m'a fait savoir qu'il fallait que je m'adresse à vous en tant que potentiel témoin.

_______Je n'ai pas vu grand-chose. Je venais de chez moi, je l'ai croisé dans le couloir menant au bureau. Je n'ai pas fait plus attention que ça avant de rejoindre mon employeur. Par la suite je suis resté avec lui et dix à quinze minutes plus tard, nous l'avons vu passer devant notre fenêtre.

_______Avez-vous entendu de l'agitation au préalable ?

_______Rien de plus que des cris de passants. Presque immédiatement après il est tombé.

_______Parfait, nous n'avons rien de plus à vous apprendre, maintenant je voudrais retourner travailler. Je vous serais reconnaissant d'y retourner également et de vite le terminer, les flics et les morts, ça fait fuir les clients, grinça le détective privé en tournant les talons, suivi par son assistant.


_____Un des hommes sous le commandement du lieutenant vint le voir, et l'instant d'après celui-ci interpella de nouveaux les deux protagonistes :


_______Un instant, nous voudrions fouiller votre immeuble, ou plus précisément le dernier étage. D'après plusieurs témoins, la victime se serait jetée de cette fenêtre.

_______Ça ne me concerne pas, ce n'est pas mon immeuble, répondit Ardghal en soufflant la fumée de sa cigarette. Je ne suis que locataire.


_____Sur ce, il repartit définitivement en direction de son cabinet, ses lèvres s'étirant un peu.


_______Ah là là, il va passer une excellente journée s'il essaie de discuter avec la gardienne... soupira son collègue, arborant lui-même un petit sourire.


_____Ils gravirent les escaliers et poussèrent la porte coupe-feu du premier palier, ouvrant sur couloir et plusieurs portes d'appartements. Sur la toute première, on pouvait lire sur une plaque de faux or :


A. Vargas – Détective privé
Sonnez avant d'entrer


_____Ils entrèrent et passèrent devant la petite salle d'attente qu'ils avaient aménagée immédiatement à droite, les toilettes à gauche, une porte fermée à clé avec un écriteau renseigné de la mention "Privé", qui en réalité n'est qu'un coin cuisine-salle-de-bain-chambre-fourbi, surnommé pour rire la "Privet Room". La porte au fond de ce petit couloir formé entre chaque pièce ouvrait sur le bureau en lui-même, avec son mobilier et ses dossiers bien classés. Mais lorsqu'il pénétrèrent ledit bureau, Lysander resta sans voix, et son patron tira sur sa Chartorus d'un air intéressé.

_____Assis sur le siège qu'occupait son associé précédemment, mains croisés sur les genoux et l'air calme, une personne les attendaient ; le sosie parfait de l'homme qui s'était jeté dans le vide.

Pokémon #430
_______Bien bien, mon argent ne s'est pas envolé, finalement... plaisanta Ardghal en croisant les pieds sur son bureau, enfoncé dans son fauteuil pour déguster ses nouilles instantanées du bout de ses baguettes maniées à la perfection.

_______Cette histoire promet encore bien des ennuis, mais elle est tombée à point nommé pour te détourner de tes responsabilités envers ma sœur, hein ? ronchonna Lysander en roulant de ses yeux rouges plus clairs que ceux de son chef.

_______Lys, on a effectivement plus le temps de discuter de ça. Récapitulons. Notre client s'appelle Jamie Leroy, ou plutôt James Morgan, il doit avoir passé la soixantaine. Il est un ancien membre de l'organisation criminelle originaire de Kanto appelée la Team Rocket, qui a été temporairement démantelée par un groupe d'enfants. Ses coéquipiers et lui-même se sont rangés à ce moment-là, changeant de noms, il est devenu éleveur de Pokémon tandis que sa femme et ex-partenaire, autrefois appelée Jessica, est devenue une coordinatrice qui brille encore maintenant sous le nom de Jessleen Leroy.


_____Attentif, le surnommé Lys souffla sur ses propres nouilles avant de relever ce détail :


_______Effectivement, et nous avions fait le rapprochement avec les médias qui avaient annoncé il y a une semaine la disparition de cette même Jessleen à la sortie d'un concours Pokémon. Laquelle avait été retrouvée à peine quelques jours plus tard, alors qu'elle était rentrée chez elle de manière tout à fait naturelle et avait annoncé "avoir oublié de prévenir son mari qu'elle avait été invitée à passer quelques jours chez Aurore après la compétition", une autre coordinatrice célèbre qui était également présente au même concours. Celle-ci a confirmé sa présence lorsque la police lui a demandé, et l'affaire a été classée.

_______Sauf qu'évidemment, si c'était aussi simple, ce "Jamie" ne serait pas venu nous voir, poursuivit le brun. Il s'avère qu'en réalité sa femme n'a toujours pas été retrouvée, et qu'avec la complicité d'Aurore il a feint son retour après avoir reçu un appel téléphonique de son ravisseur qui lui en donnait l'ordre. Celui-ci, en échange de la vie de son épouse, désire qu'il retrouve et assassine lui-même les enfants qui ont causé la perte de la Team Rocket.

_______Or James n'est pas dupe et a appris que la Team Rocket était en train de se remettre sur pied depuis plusieurs années déjà ; en tant qu'ancien membre de cette organisation, il a de fortes chances qu'après avoir fait le sale boulot, il soit lui-même tué ainsi que sa femme. Notre tâche est donc de localiser la fameuse Jessleen... Mais pourquoi son mari a-t-il simulé son suicide ?


_____Le jeune homme aux cheveux blancs commençait à peine à manger que son employeur achevait de boire le bouillon qui restait au fond de son "cup noodle".


_______C'est un procédé comme un autre dans le monde du crime quand on ne veut pas se salir les mains, expliqua ce dernier après avoir avalé. Afin que la personne victime de chantage désignée pour le meurtre soit plus simple à éliminer par la suite, on la fait passer pour déjà morte à l'aide d'un Metamorph qu'on lui offre à cet effet, spécialement entraîné pour ça – cette même méthode utilisée pour simuler le retour de sa femme. James fait semblant d'obéir, pour gagner du temps certainement, et endormir la méfiance des kidnappeurs. C'est également pour cela qu'il ne s'est pas directement adressé à la police. Trop flagrant.


_____Ardghal se remit correctement sur son siège, posant son menton large et puissant sur ses mains croisées.


_______Bien, reprit-il. Il n'y a eu aucune rencontre, seulement des instructions téléphoniques. Le numéro dont s'est servi le ravisseur pour le contacter était évidemment masqué. Nous avons pourtant un point de départ : les cibles.

_______Si je me rappelle bien, il a surtout mentionné le nom de Sacha Ketchum. Apparemment, il serait la cible prioritaire. Je vais immédiatement approfondir mes recherches à son sujet.

_______Parfait. Moi je vais devoir aller rendre visite à cette "Aurore" qui a accepté de marcher dans la combine de Jamie. Elle fait partie des dernières personnes à avoir vu Jessleen, aussi faibles soient-elles il y a des chances qu'elle ait remarqué quelque chose qui pourrait nous mettre sur une piste.

_______Tu prends la voiture ?

_______Elle habite à Bonaugure, c'est à l'autre bout de la région. Il vaut mieux que j'y aille en Vol.


_____Lysander haussa un sourcil, puis s'exprima, l'air soucieux :


_______En Vol ?... Sois prudent, tu sais bien que tu dois faire attention à toi.

_______Je sais, ton père m'a rabattu les oreilles avec ça, mais nous manquons de temps. Et puis la facture d'essence me sortirait par les yeux, soupira l'enquêteur.

_______Au sujet de mon père, c'est une raison de plus pour faire gaffe à ta santé. Si tu dois encore lui rendre visite, il y a de fortes chances qu'il apprenne ta liaison avec Echo. Et il n'aura pas autant de retenue que moi...

_______... Je sais ça aussi. Bref, je serai prêt dans cinq minutes, quand je reviendrai te voir, il faudra que tu m'aides à mettre mon sac, comme d'habitude.

_______Bien sûr.


_____Sur ces mots, Ardghal quitta le bureau et sortit ses clés pour entrer dans la Privet Room. Véritable petit studio étudiant à l'intérieur-même de l'appartement, dans cette pièce s'entassait un lavabo, un micro-onde, un meuble fourre-tout, un mini-frigo, une machine à café, deux lits de camp pliés le long d'un mur, une radio, une télévision, et surtout au sol un bazar monstrueux composé de cadavres de paquets de chips, de bouteilles et canettes de bière vides, de livres et magazines divers, allant du roman d'auteur à la revue pornographique.

_____Le désordre s'était accumulé au fil des nuits que son collègue et lui-même avaient passées ici lors d'affaires particulièrement ardues nécessitant beaucoup de recherches. Comme l'un et l'autre s'accusaient de l'état des lieux et ne mettaient aucune volonté à faire le ménage, rien n'allait en s'arrangeant.


_____« Faudra ranger ça un jour... » songea-t-il une énième fois en recoiffant d'une main sa chevelure de jais en arrière.


_____Il ouvrit un tiroir contenant des affaires personnelles, soit quelques tenues de rechange, un sac dont les sangles sont étrangement arrangées, des Pokéballs, ainsi qu'un revolver Colt Python 357 Magnum et ses recharges – grand fan de City Hunter, il n'avait pu s'empêcher de se procurer ce "petit bijou", ainsi qu'il l'avait décrit à son équipier, qui de son côté ne s'intéressait pas vraiment à l'univers du manga, encore moins à une série aussi vieille.

_____Il empoigna la sacoche et bourra son arme, ses Balls, une chemise, un jean, un caleçon, des chaussettes et des Derby. Ses affaires ainsi préparées, il se déshabilla entièrement et balança dans un coin ses habits. Il inspira et expira profondément, se massant instinctivement la nuque où s'étendait un tatouage à l'encre noire, un simple triangle autour duquel s'enroulait une vipère, mythique ancêtre de Séviper.

_____Il se concentra et sentit naître une chaleur peu agréable au creux de son ventre. Celle-ci envahit la totalité de son corps qui tressauta et laissa échapper une fumée tiède et blanchâtre. Il grogna de douleur alors que la totalité de son organisme subissait une transformation radicale qu'il n'avait plus endurée depuis longtemps. Il se força à ne pas bander ses muscles, tandis que le monde autour de lui grandissait – ou plutôt qu'il rapetissait.

_____Bientôt, ses maux s'atténuèrent jusqu'à disparaître. Il s'ébroua autant que faire se peut dans cet espace restreint qui n'était pas du tout à son avantage, puis sautilla à reculons en traînant le sac hors de la Privet Room pour retrouver Lysander. Celui-ci s'accroupit pour sangler ledit sac sur son dos comme son patron le souhaitait, veillant à ce qu'il n'entrave pas ses mouvements, puis il dit :

_______Bon, c'est fait, je t'ouvre la grande fenêtre.

_____Il s'exécuta et s'écarta pour laisser son chef grimper sur la rambarde. Tourné vers l'extérieur, il s'élança et étendit ses ailes pour prendre son envol, lâchant un croassement repris par plusieurs Cornèbre sauvages lui exprimant leur respect, voyant en lui leur chef : un fier Corboss filant vers les cieux.