Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 26/04/2015 à 08:10
» Dernière mise à jour le 13/04/2019 à 22:46

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 277 : Adieu la X-Squad
Ce voyage pour secourir le chef Brenwark n'avait pas commencé sous les meilleures augures. Eryl faisait toujours la tête. Mercutio avait bien essayé de lui parler pour arrondir les angles entre eux, mais elle prétextait constamment l'importance de la mission comme excuse pour s'emmurer dans son silence boudeur. Enfin, le silence, c'était juste avec Mercutio. Elle avait délaissé sa compagnie pour rester derrière avec Izizi et Solaris, ses collègues Gardiens, laissant Mercutio devant seul avec Miry qui montrait le chemin. Mercutio trouvait qu'elle était relativement injuste. Il ne tenta plus de l'aborder. Miry était de bien meilleure compagnie pour le moment. Comme si elle devinait son tourment, Miry déclara avec un léger sourire :

- Les disputes forgent le caractère durable d'un couple, Seigneur Mercutio. Il vaut mieux se disputer que de garder les malentendus pour soi.

Mercutio leva les yeux au ciel en attendant ça.

- Et qu'est-ce que tu en sais toi ? Répliqua-t-il d'un ton un petit peu trop venimeux.

Le visage de Miry se ferma.

- Rien, en effet. Je vous présente mes excuses, mon seigneur.

- Désolé, s'excusa rapidement Mercutio. Je ne suis pas habitué à être fâché avec Eryl. Et tout ce qu'il se passe actuellement...

Il soupira à nouveau, et soutint le regard de son amie Mélénis.

- Miry. Surtout, ne te fâche pas à ton tour, hein ? Mais j'aimerai, qu'après cette mission, tu rentres au Refuge avec Seamurd.

Miry cligna des yeux, surprise et un peu vexée.

- Vous aurai-je déçue d'une quelconque manière, Seigneur Mercutio ?

- Tu sais bien que non. Mais à l'origine, vous deviez nous protéger, Galatea et moi, d'Esva Nuvos. Vous êtes restés ensuite, en tâchant de ne pas trop vous impliquer dans un conflit qui ne concernait pas les Mélénis. Mais maintenant, ça dépasse tout ça. Nous allons peut-être rentrer en guerre contre notre propre sœur. Venamia ne lésinera sur rien pour tenter de nous faire souffrir. Tu dois...

Mercutio jeta un coup d'œil à Eryl derrière lui, puis murmura le reste de sa phrase.

- Tu dois amener le bébé là où Venamia ne pourra pas l'atteindre. Nous n'allons plus le lui donner maintenant. Il sera à toi, comme il se doit. Ce sera un Mélénis. Il devra naître et grandir au Refuge.

- Ce sera un honneur que d'élever votre enfant, Seigneur Mercutio, mais le problème reste le même pour vous, riposta Miry. Vous êtes l'Elu de la Lumière. Vous avez comme destin de combattre l'Endless, la première des catastrophes de l'univers même. Si vous mourrez lors de ce conflit, tout sera perdu.

- Faux, répliqua Mercutio. Maître Irvffus m'a dit que si je venais à mourir, un autre Elu de la Lumière sera obligatoirement nommé. Mais je ne compte pas mourir. Et je me battrai mieux en vous sachant en sécurité, toi et l'enfant. Regarde ce que Venamia a fait à Tuno. Je ne veux pas vivre la même chose.

Miry continua de marcher un moment en silence. Puis elle releva la tête.

- Comme vous le désirez, Seigneur Mercutio. Je rentrerai si vous me le demandez. Mais... n'obligez pas cet enfant que je porte grandir sans avoir vu son père. Il le mérite, et vous aussi.

Mercutio ne se sentait pas spécialement en droit d'intervenir en quoi que ce soit dans la vie de cet enfant qu'il avait engendré parce qu'on le lui avait demandé. Il valait mieux que Miry se trouve quelqu'un, et que ce quelqu'un soit un véritable père pour l'enfant. Mercutio songea alors qu'il s'était passé plus ou moins la même chose pour Elohius. Mercutio n'avait jamais pu pardonner à son père de les avoir abandonné, Galatea et lui. Mais il comprenait maintenant un peu plus ce qu'il avait du ressentir. Un enfant avait besoin de savoir d'où il venait, quelque soit les circonstances de sa naissance, qu'il n'avait pas choisi. Si Mercutio agissait comme Elohius avait agit avec lui, l'enfant de Miry éprouverait-il le même ressentiment à son égard ? Mercutio se souvint alors des dernières paroles de Kyria.

- Ce sera une fille, dit-il avec un sourire.

- Bien sûr, dit Miry comme si ça allait de soi.

- Tu le savais ?

- Les femmes Mélénis savent ce genre de chose dès le premier jour, certifia Miry.

- J'y connais pas grand-chose, mais je doute que le sexe de l'enfant soit décidé dès le premier jour.

- Ce n'est pas une question de biologie. Le Flux imprègne chaque être vivant. Le Flux de cet enfant est déjà en moi. Je le sens. Il est faible, mais je le perçois. Et le Flux nous montre toujours des choses, même si elles ne se sont pas réalisées.

- Oh ? Tu as eu une vision sur elle ?

- Rien de bien précis. Je sais seulement que ce sera une fille. Qu'elle sera forte, promise à faire de grandes choses. Et qu'elle aura vos yeux.

Mercutio fut soudain pris d'une bouffée de tendresse pour Miry et cette fille qui se créait lentement dans son ventre. S'il s'était écouté, il serait parti avec elle pour le Refuge, laissant Johkan se démerder avec Venamia. Il aurait étudié les sciences et l'histoire Mélénis avec Irvffus, et il aurait vu sa fille grandir, se comportant avec elle comme l'auraient fait tous pères normaux. Menant une vie de paix, une vie joyeuse, loin de toute cette horreur, loin de Venamia, des Agents de la Corruption, des Pokemon Méchas. Mais la voix d'Eryl le ramena à la réalité.

- Vous savez traverser la mer à pied, les Mélénis ?

Surpris, Mercutio et Miry regardèrent devant eux. En effet, Miry les amenait droit vers la côte nord-est de Kanto. Ne sachant pas où elle allait, elle se contentait de marcher vers où le Flux la dirigeait, et Mercutio n'avait pas non plus fait attention à leur destination.

- Bon, on peut exclure que les Agents de la Corruption soient localisés à Kanto alors, résuma Solaris. Une bonne chose.

- C'est juste mon double qui est là-bas, à ce que l'on sait, dit Eryl. Et le chef Brenwark avec un peu de chance.

- Miry et moi, nous pouvons voler. Solaris aussi. Je peux prêter Pegasa pour vous deux, fit Mercutio en regardant Eryl et Izizi.

Eryl hocha la tête sans rien dire, mais Izizi intervint.

- Je sais voler moi aussi, jeune crétinus. Ou marcher sur l'eau, à votre guise.

Eryl se souvenait l'avoir effectivement vu marcher dans les airs, et même à l'envers, alors qu'ils recherchaient la Pierre des Larmes. Elle ne lui avait jamais demandé comment il faisait. Avec Izizi, parfois, il ne fallait pas demander. Mais Mercutio n'eut pas cette gène.

- Comment c'est possible ça, m'sieur ?

- Oh oh oh... Vous preniez les Apôtres d'Erubin pour des incapables ? Chacun d'entre nous disposons d'une capacité ou d'un pouvoir. Explicable par la science, bien entendu. Je ne fais pas confiance à la magie. Tout le monde sait que la magie est source de conspiration.

Il leva une de ses mains entourée de bandelettes, et compta jusqu'à cinq.

- Silvestre Wasdens a dans le pommeau de sa canne un dispositif de réfection qui lui sert de bouclier d'énergie personnel. Vaslot Worm possède un fragment de Lunacier, un métal immensément rare et chef capable de stocker et de renvoyer toute forme d'énergie. Dame Cosmunia est un Pokemon, et possède donc les attaques y attenant. Le chef Brenwark dispose de la Bénédiction de Lumière réservé à tout les Premiers Apôtres. Quant à moi...

Il sorti un parapluie de sous son manteau, assorti à ses habits, et le montra aux autres comme s'il s'agissait d'un trésor inestimable.

- Le parapluie anti-gravité ! Clama Izizi. Un modèle unique et innovent, qu'un haut PDG de la science m'a offert après que j'ai démantelé une conspiration qui le visait. Voyez donc.

Il ouvrit son parapluie, et aussitôt, tel Mary Poppins, il commença à s'élever lentement dans le ciel, et à y marcher comme s'il avait un sol sous ses pieds. Il se mit même à l'envers, le parapluie en bas et les pieds en haut. Puis, cessant sa démonstration, il se laissa doucement retomber au sol.

- Effectivement, c'est prodigieux, fit Solaris, amusée. Mais vous aurez quand même besoin du Pegasa de Mercutio, monsieur Izizi. Vous n'irez pas assez vite en marchant.

- Très bien, mais ce Pegasa a intérêt à ne pas être affilié au réseau clandestin des trafiquants de semelles de chaussures.

Mercutio passa en revue tous les Apôtres d'Erubin dans sa tête. Izizi en avait oublié un.

- Et la comtesse Divalina ? Demanda-t-il en se souvenant de cette fille aux mèches multicolores et toujours dans les nuages. Elle a quelque chose, elle aussi ?

Izizi le regarda comme s'il avait déclaré appartenir à la plus grande conspiration du monde.

- On ne parle jamais de la capacité de la famille Divalina, garçon ! Veux-tu mourir ou quoi ?

- Euh...

- La comtesse dispose d'un grand pouvoir, Mercutio, expliqua Solaris. Un pouvoir qui se transmet de mère en fille dans sa famille depuis des générations. Mais les Gardiens de l'Innocence n'ont pas le droit d'en parler aux civils. De plus, depuis un certain temps, la comtesse ne peut plus utiliser son pouvoir comme il se devrait, et...

Eryl se racla la gorge, incitant sa consœur au silence. Solaris se tut et eut un sourire d'excuse. Mercutio haussa les épaules, ne cherchant pas à en savoir plus. Il appela Pegasa hors de sa Pokeball.

- Yooooooo, mon frère ! Hennit le Pokemon cheval aux ailes enflammées. Ça fait un moment que tu m'as pas sonné dis-moi !

- Désolé vieux. Tu te souviens d'Eryl ? Tu l'as déjà porté une ou deux fois.

Pegasa étudia la jeune humaine.

- Ouais. Je n'ai pas de problème à ce qu'elle pose ses jolies fesses sur moi, celle-là.

Eryl rougit et Izizi détailla Pegasa avec suspicion.

- Ce Pokemon ne me semble pas très net. C'est un syndicaliste ? Il protège les droits des cheveux parlants et pervers ?

Avant que Mercutio n'ait pu trouver une réponse pleine de philosophie, il sentit quelque chose dans le Flux. Comme un léger courant d'air, rapide et brutal. Quelque chose avait disparu d'un coup. Puis alors, ce fut comme si une tempête l'emporta. Par son lien gémellaire de Flux avec Galatea, il ressentit l'ouragan des émotions de sa sœur. Un tel afflux de haine et d'horreur qu'il en tomba à genoux. À coté, Miry tremblait. Elle se tenait les bras comme si elle était gelée, et ses yeux s'étaient embués de larmes. Les quatre autres regardèrent les Mélénis avec inquiétude.

- Qu... Qu'est-ce qui vous arrive ? Demanda Eryl.

Mercutio l'ignorait. Il savait juste qu'il s'était passé quelque chose d'horrible à la base, quelque chose qui avait mis Galatea dans un état pareil. Miry, elle, était en sanglot.

- Seamurd... il est... pleura-t-elle.

Mercutio compris alors. C'était la présence de Seamurd dans le Flux qu'il avait sentie disparaître. Comme il n'était pas trop proche de lui, il ne l'avait pas compris immédiatement. Mais Miry, qui le connaissait depuis longtemps, avait ressenti clairement ressenti sa mort. Et Galatea, qui devait être à ses cotés, avait assisté à ses derniers instants, ce qui expliquait son tourbillon d'émotions négatives que Mercutio sentait. Il se retourna vers où il venait, comme s'il pouvait voir de là les choses horribles qui se passaient à la base G-5 en ce moment même.


***


Galatea ne pouvait détacher les yeux de la forme inerte de Seamurd, au pied des marches de la base, la tête se vidant de son sang. Puis, inévitablement, le Flux contenu à l'intérieur de Seamurd se dispersa suite à son décès, rompit les barrières mentales de son corps, et le fit disparaître en une lumière aveuglante. Il ne restait plus rien de lui, seulement un léger trou fumant. C'était ainsi que les Mélénis disparaissaient après leur mort. Puis, au fur et à mesure que la stupéfaction cédait le pas à la colère, le regard de Galatea se porta en direction du capitaine Naulos, qui attendait dans la même posture, les bras croisés, avec toute son armée GSR derrière.

- NAUUUUUULOS !

Galatea sentait bouillir son Flux, prendre une teinte sombre. Elle se serait précipitée contre le mur de la base, qu'elle aurait démoli sans s'arrêter pour se jeter sur Naulos, si Zeff ne l'avait pas arrêté en lui empoignant le poignet.

- Arrête, fit-il. Tu veux provoquer un bain de sang ici ?

- Je veux... tuer... cette ordure !

- Moi aussi, répliqua Zeff en maintenant sa prise sur Galatea avec l'aide de son argent liquide. Mais si tu les attaques, tu vas pousser à l'assaut, et la base prendra cher ! Y'a une occasion pour tout !

- Zeff Feurning a raison, Galatea Crust, ajouta Djosan. Ce vil déchet de pourriture humaine paiera pour son crime odieux, mais point maintenant.

Galatea cessa de se débattre. La colère l'abandonna et elle tomba à genoux, accablée et en sanglot. Pourquoi avait-elle perdu Seamurd comme ça ? Elle était Mélénis ! Pourquoi n'avait-elle pas pu empêcher ça ?! C'était sa faute. Elle l'avait laissé y aller, alors que ce conflit contre la GSR ne le concernait en rien... Elle sentit alors une main se poser sur son épaule. Estelle la regardait avec une profonde tristesse dans ses grands yeux châtains.

- Je suis navrée pour votre perte. C'est moi qui ai autorisé ce plan. J'en prends la responsabilité.

Tender regarda l'écran de contrôle avec un profond dégoût.

- Quelqu'un venu pour discuter... Sans aucune sommation... C'est donc ça, la Team Rocket sous Venamia ?!

Il retira son uniforme de général ainsi que ses médailles, comme si les porter une seconde de plus allait le salir à jamais. Puis il composa la fréquence générale, pour s'adresser à tous ces hommes dans la base.

- Vous avez tous vu de quoi est faite la justice de la GSR, annonça-t-il, sa voix résonnant dans toute la base. Si l'un d'entre vous veut aller les rejoindre pour continuer à servir sous le R rouge, qu'il sorte dans les deux minutes qui vont suivre. Car moi, Hegan Tender, j'annonce démissionner de mon poste de général des armées Rockets, et je me déclare ennemi de Lady Venamia et de ses alliés. Il n'y aura aucune autre tentative de négociation avec eux. Ils ne représentent pas la Team Rocket que j'ai juré servir avec loyauté et honneur. Ils ne comprennent pas la loyauté et l'honneur ! Ils ne comprennent que le son des armes. Nous allons donc le leur faire entendre !

Au même moment, plusieurs cris de soutient retentirent dans la base. Pas un seul des hommes de Tender ne partie rejoindre la GSR dehors. Ceux qui étaient présents dans la salle de contrôle, la X-Squad comme les techniciens, firent comme Tender, jetant le R rouge de la Team Rocket par terre et retirant leur uniforme.

- Pardonnez-moi, madame, dit ensuite Tender en se tournant vers Estelle. J'aurai dû attendre vos directives, mais...

Estelle eut un geste de la main.

- Vous avez bien fait, général. C'était un bien beau discours. Quand nous serons débarrassés de Venamia et de sa GSR, nous réenfilerons nos uniformes. Pas avant.

- Oui madame.

- Préparez les défenses de la base, ordonna ensuite Estelle. Nous la protègerons le temps qu'elle décolle. Galatea, êtes-vous... en état de la faire voler ?

Galatea se releva, le regard sombre et déterminé.

- Oui madame. Je vais vous faire décoller ça très vite, alors accrochez-vous à ce que vous pouvez.

Galatea était sérieuse. Elle savait que la haine et les autres émotions négatives renforçaient le Flux, et elle comptait bien s'en servir. Elle savait que c'était risqué, que ça pouvait vous confronter au Flux Noir, mais actuellement, le Flux Noir était le cadet de ses soucis. Elle monta au plus haut étage de la base, là où avait été posé le siège de contrôle où les deux Mélénis locaux pouvaient se servir de leur Cinquième Niveau pour faire décoller le bâtiment entier. Pendant ce temps, Zeff, Djosan, Goldenger et Ithil se postèrent derrière les fenêtres de la base, prêts à riposter aux tirs de la GSR dès qu'ils commenceront à s'envoler. Même les Gardiens de l'Innocence participèrent. Wasdens utilisa un bouclier dorée bizarre, tout droit sorti du pommeau de sa canne, pour protéger une grande partie du mur d'enceinte de la salle de commandement.

Dès que Galatea commença à utiliser son pouvoir et que la base se mit à trembler, les GSR, sachant très bien ce qu'il en était, donnèrent l'assaut. Goldenger sauta par la fenêtre avec un cri de guerre héroïque, et prit sa forme Méga-évoluée. Avec sa rapidité et sa force, il stoppa les tirs d'obus des canons GSR, et en détruisit quelque uns par la même occasion. Djosan abandonna toute retenue et envoya à la bataille son Titank, son énorme Pokemon qui écrasa une bonne partie des GSR sous ses pattes quand il apparut. Zeff faisait danser son argent qu'il envoyait sur les vaisseaux de la GSR, détruisant hélices et moteurs et bloquant parfois leurs tirs, et Ithil se laissait tomber dans le sol, reparaissant aléatoirement dans les lignes ennemis, poignardant un GSR juste avant de se fondre à nouveau dans le sol, causant un chaos attendu.

La X-Squad n'avait que la moitié de leur force, et ils tenaient tête à un bataillon entier de GSR. Quant aux soldats fidèles de Tender, ils canardaient ceux de Venamia depuis les fenêtres de la base. Mais malgré tout ça, plusieurs tirs allèrent démolir plusieurs parties ou deux du bâtiment. La base commençait à grimper vers les cieux, mais trop lentement. Le capitaine Naulos avait ordonné un pilonnage massif d'au dessus, et Zeff eut peine à s'occuper de tous les vaisseaux présents. Quelques GSR parvinrent à pénétrer dans la base avant qu'elle ne soit hors de portée, mais là, ils furent accueillis par Tender en personne, accompagné de ses hommes et de son Pokemon, Ostralorreur.

Alors que la base, malgré le fait qu'elle ait subi des dommages, s'apprêtaient à dépasser les appareils de la GSR, Naulos activa quelque chose sur sa combinaison, et deux espèces de petites fusées se déplièrent derrière son dos. Un jetpack portatif. Zeff, qui volait grâce à ses ailes d'argent, regardait ce type arriver vers lui, pointant ses deux pistolets dans sa direction. Le Silvermod haussa les sourcils. Ce taré voulait-il crever à ce point ?

- C'est ça, amène-toi, murmura Zeff. Ça tombe bien, c'est bientôt l'anniversaire des jumeaux. Je vais offrir ta tête à Galatea.

Zeff n'avait jamais été très proche de Seamurd, ni ne lui avait beaucoup parlé, mais il avait été répugné par la façon dont Naulos l'avait tué. On ne tuait pas par surprise. Personne. Et encore moins quelqu'un de désarmé venu négocier. Même les barbares de la Garde Noire respectaient ces lois de la guerre. Naulos lui tira dessus. Zeff se couvrit avec un bouclier d'argent, mais les balles le traversèrent comme si de rien n'était. L'une d'elle atteignit Zeff à l'épaule, qui tangua dangereusement. Il jura dans sa barbe. Bien sûr. La GSR savait qui elle combattait, et question technologie, ils étaient mieux lotis que la X-Squad. En réponse, Zeff lui envoya une dizaine de piques d'argents, mais elles s'écrasèrent sur un bouclier violet qui entourait Naulos. Le même fichu bouclier d'Eucandia que Venamia possédait.

La base était déjà haute, et Zeff jugea plus prudent de se retirer. Ce Naulos était fort, et savait ce battre. C'était un tueur né. Zeff le savait, parce qu'il en était un lui aussi, bien qu'il se soit relativement assagi ces années passées avec la X-Squad. Zeff remonta jusqu'à la base, se posant sur le toit. Naulos ne le suivit pas. Il n'était pas bête. Mais il fit un petit signe des mains à Zeff, avec un sourire narquois, qui voulait dire : « ce n'est que partie remise, mon gars ». Zeff en pensait autant.


***


Même à l'infirmerie, clouée sur un lit d'hôpital, Tuno entendait tout ce qui se passait. Ce fut d'abord l'ultimatum posé par Naulos, puis son rappel quelque temps après, qui avait suivi un bruit de coup de feu. Tender avait du lui envoyer quelqu'un pour négocier, et ce quelqu'un s'était fait descendre. C'étaient pourtant des méthodes bien connues de la GSR ça. Ensuite, le général avait prononcé un petit discours, appelant toute la base à se soulever contre la GSR. Tuno sentait que ça allait chauffer très bientôt. Et étrangement, il ne tenait pas à ce que la GSR le retrouve. Il ne tenait pas non plus à demeurer dans cette base, alors qu'il savait très bien que tous les toubibs du monde ne pourraient faire pour lui.

Tuno se mourrait, lentement mais sûrement. Il en avait conscience. Ce produit chimique qu'il avait touché par mégarde, cette formule Sygma du Pokemon légendaire Darkrai, se rependait dans tous son organisme et modifiait son ADN. Une bonne partie du bras de Tuno était désormais totalement noire. Quand l'infection attendrait ses organes vitaux, Tuno allait connaître une mort lente et douloureuse. Enfin, la douleur, il la connaissait déjà. Il avait l'impression que le sang dans ses veines s'était transformé en acide. Les toubibs avaient beau le droguer de morphine et de lui faire tous les bandages qu'ils voulaient, Tuno n'avait plus connu une seule minute sans cette douleur atroce, qui empirait de jours en jours.

Tuno avait accepté la mort. Mais il ne voulait pas passer ses quelques derniers mois couchés ici, sans rien pouvoir faire. Il avait demandé à Tender de le faire sortir, qu'il aille vivre le peu qui lui restait où il voulait. Mais le général avait refusé, prétextant que tout espoir n'était pas encore perdu pour trouver un remède. Belles intentions, mais futiles. Le professeur Lirian, le plus grand généticien de ce siècle, avait travaillé des années sur cette formule, sans parvenir à la stabiliser. Ce n'étaient pas les toubibs de Tender, même aidé par Natael, qui allaient y parvenir en quelque mois.

Tuno savait qu'il était temps de saisir sa chance. Il se doutait que Tender allait demander à Galatea de faire décoller la base. Après cela, plus moyen pour lui de s'enfuir. Mais les médecins, craignant sa transformation, l'avaient attaché avec des cordons, surtout après qu'il se fut montré quelque peu violent. Mais Tuno devenait de moins en moins humain plus le temps passé. Son corps prenait des allures de celui d'un Pokemon. Et un Pokemon, ça savait faire des choses qu'un humain ne pouvait pas faire.

Tuno se concentrant sur son bras douloureux. Il ignorait si c'était encore de la chair ou des ténèbres. En tout cas, il avait découvert que s'il le voulait, il pouvait arracher d'une seule pensées ses bandages. Des espèces de flammes ténébreuses sortirent de son bras, réduisant en poussière les bandages. Tuno ne s'arrêta pas là. Il continua de se concentrer, faisant appel à ce nouveau pouvoir qui s'insufflait lentement dans son être profond. Celui de Darkrai. Celui des Ténèbres.

Les flammes grandirent, jusqu'à traverser le lit. Elles allèrent rebondir dans la pièce, détruisant une vitre et une partie du mur. Ça devait être une attaque Vibrobscur maladroitement exécutée. Mais elle fut suffisante pour dégager Tuno. Quand il se remit sur ses pieds, il tituba un peu, n'ayant plus l'habitude de se trouver debout. À ce moment, les fondations de la base commencèrent à trembler. Le décollage avait commencé. Tuno alla ouvrir la porte de la pièce, mais elle était fermée à clé. Pas un problème. Il la détruisit avec son bras noir. Il tomba alors sur un médecin qui passait par là.

- Colonel Tuno... Que...

Tuno ne lui donna pas le temps de donner l'alarme. Il l'assomma avec son bras normal, puis chercha à sortir du complexe. Dehors, une bataille faisait rage. Sortir par devant était exclu, sauf à se faire repérer et attraper par la GSR. Tuno passa donc par l'arrière. Avec un autre des ses Vibrobscur, il détruisit une partie du mur, et se faufila hors de la base. Elle était déjà haute, mais Tuno n'hésita pas, et se laissa tomber. Au lieu de se récupérer sur ses jambes, il brandit son bras noir. Ce dernier reçu le choc sans trop de mal, et Tuno se remit sur ses pieds avec adresse. Il avait mal. Il souffrait le martyr, mais il se sentait fort. Plus fort qu'il ne l'avait jamais été.

Tuno se faufila à travers la poussière due au décollage de la base. Les GSR, trop occupés à pilonner la base, ne le remarquèrent pas. Quand il fut assez éloigné, il s'arrêta pour souffler, en regardant la base G-5 se perdre dans les nuages. Il ne la reverrait probablement plus jamais. C'était pourtant le lieu où il avait passé la plus grande partir de sa vie. Et il n'allait plus revoir ses équipiers, également. Mais c'était pour le mieux. Il ne pouvait plus servir dans la Team Rocket. Il ne savait pas ce qu'il allait faire des derniers mois qui lui restait, mais il les vivrait comme bon lui semblerait.

- Adieu, la X-Squad, murmura-t-il en tournant le dos à la base.