Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Bolt de orca



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : orca - Voir le profil
» Créé le 10/02/2015 à 02:21
» Dernière mise à jour le 08/08/2016 à 14:03

» Mots-clés :   Action   Drame   Kalos   Présence d'armes

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Lac de montagne
En cette fin d'été les sentiers de la grande montagne étaient superbes, des fleurs multicolores dépassaient de l'herbe vert vif. De nombreux Papilusions volaient lentement près du sol, on entendait le sifflement des Ratentifs qui surveillaient leur terrier. Des Arckos et des Abos dormaient sur les pierres chauffées par le soleil cuisant. Bolt gambadait joyeusement dans l'herbe, il poursuivait les Papilusions gaiement. Guillaume et moi marchions depuis 10 heures, on ne s'était pas arrêtés depuis la destruction du char et on commençait à être fatigué par le poids de nos lourdes Kalachnikov. On s'est finalement arrêtés dans une prairie pour dormir en attendant le lendemain.

Nous n'avons eu pour nourriture que les rations de survie qui avaient survécu à l'attaque de l'obusier.
Nous avions vécu notre baptême du feu et nous n'avions absolument pas envie d'y retourner. J'ai engagé la discussion avec Guillaume.

-Guillaume, tu te rappelles du jour où nos amis sont morts.

- Ouais mec... Je m'en rappelle et j'aimerais bien l'oublier, c'est à cause de cette connasse d'extrémiste qu'on s'est retrouvé dans ce merdier... - Il réprima un sanglot, respira à fond et continua - Qu'est-ce que ça pouvait lui foutre qu'on vive en marge de la société? On n'était pas des parasites, on était indépendant de l'état pour survivre c'est tout et on était heureux, alors que là on est à des centaines de milles de chez nous, on est armés de Kalachnikov, on a failli mourir une vingtaine de fois, nos camarades sont morts... brûlés, tu te rappelles tous ces cadavres ?

-Ouais, je me suis senti vraiment mal devant ça, jamais vu autant de sang de ma vie, je n'avais jamais buté personne et maintenant j'ai une cinquantaine de morts à mon actif.

-Moi c'est pire, j'ai dû tracer ma route dedans et t'à beau savoir qu'ils sont mort, leur passer dessus avec un char, j'étais à la limite de gerber. Et quand on a déserté le char avant sa destruction... c'était un acte de lâcheté tu ne trouves pas ? Je me suis senti coupable après, qu'on soit vivant et eux morts, calcinés dans ce machin.

- C'était peu être lâche du point de vue d'un soldat, mais de celui d'un gars qui ne voulait pas brûler vif dans cette cocotte-minute c'est plutôt normal, croit moi que si les autres avaient su que le tank allait exploser ils seraient venus avec nous, mais je n'ai vu l'obusier ajuster son canon qu'au dernier moment et je n'ai pas pu les prévenir. C'est juste un réflexe de survie, même si ce qui est arrivé à Nikolaï et aux autres c'est très moche.

-Putain... Quelle merde et les seuls survivants du bataillon c'est pas les grosses brutes avec leur mitrailleuse lourde où les commandos survie, nan, c'est nous, les deux pauvres cons les moins entraînés de cette armée et un pokémon qui se rend même pas compte de ce qui se passe, le pauvre on devrait le laisser là.

- Si, je pense qu'il se rend compte que ça tourne pas rond, il compte sur nous pour l'aider, il nous à sauvé la vie tout à l'heure quand ces mecs étaient prêts à nous tuer. Il y a eu plein d'étude à leur sujet, les Pokémons sont des créatures formidables, ils sont très intelligents et ressentent des sentiments proches des nôtres, Bolt nous est reconnaissant de l'avoir sauvé, les voltalis vivent en clan, ils ne se baladent jamais seuls, celui-là a dû perdre le sien si on lui demande de partir il sera seul face à la nature et se laissera mourir, on l'a accueilli, on ne peut pas le laisser, si on part il aura le cœur brisé, si les gars de la caserne l'avaient pas recueilli il serait mort à l'heure qu'il est, rappelle toi comme il était maigre.

-Parce-qu'au milieu de ce chaos il aurait une chance?

- Il peut survivre avec nous, si on le protège et il pourra nous être d'un précieux secours en cas d'attaque, tu as vu comme il est puissant, c'est un atout précieux. On le garde point. Repose-toi maintenant on doit partir tôt demain, on s'abritera à Molzheim, ce n'est pas loin de cette montagne.

-J'espère pour nous que tu dis vrai mon pote, toi et moi on est les deux seuls survivants d'un clan et j'espère qu'on sortira vivant de cette guerre. Bonne nuit. - Termina-t-il avant de se coucher-.

Je repensais aux galères que nous avions endurés, mais aussi aux moments heureux de notre passé dans le squat tout en regardant le ciel étoilé où volaient des Mcioles et Lumnivoles et en écoutant le chant des Crikzik et des Ningales et le hululement lointain d'un Noarfang.
Bolt dormait en boule au milieu de nous, je lui caressais la tête jusqu'à m'endormir.
Nous nous sommes réveillés de bonne heure le lendemain. Prêts à continuer notre marche, nous avons marché dans la montagne pendant deux heures avant d'arriver sur la face qui appartenait à Kalos, nous étions dans une forêt de pins depuis laquelle on ne voyait pas la plaine, on ne savait pas sur quoi on tomberait.

En passant près d'un buisson de fougères un grognement hostile se fit entendre, nous étions obligés de continuer tout droit car d'un côté il y avait ces fougères et de l'autre un précipice avec une pente très raide.

À peine l'idée de saisir mon arme me traversait-elle l'esprit qu'un Grahyena me sauta dessus, ses grosses pattes me firent tomber d'un coup sec me frappant à la clavicule.
J'étais à terre, je tenais le Grahyena à la gorge l'empêchant de m'atteindre avec ses crocs. Je sentais les vaisseaux sanguins de sa gorge sous ses poils.
J'entendais le bruit sec des claquements de sa mâchoire à quelques centimètres de moi.Guillaume lui envoya un coup de crosse dans la tête, mais le pokémon canidé loin de s'en soucier le fit choir au sol d'un coup de patte. Je parvins à réunir mes dernières forces pour le faire basculer et une fois qu'il fut hors de contact avec moi un puissant éclair s'abattit sur lui, une attaque de Bolt, mais ce Grahyena était un gros mâle qui avait surement vu pire dans sa vie car il chancela à peine et s'étira en grognant prêt à sauter à nouveau quand Bolt lui sauta à la gorge. Il nous défendait réellement comme un membre de son clan, mais il était trop faible contre cet adversaire colossal qui mesurait près d'un mètre cinquante au garrot. Grahyena le détacha d'un coup de patte, Bolt roula dans l'humus et Grahyena se préparait à me sauter dessus une fois pour toutes. Mais cette fois j'étais prêt, mon fusil en main je tirais trois coups de feu sur le Grahyena le touchant au cœur.

Il poussa un dernier râle avant de tomber à terre tout en perdant son sang, me fixant de ses yeux rouges. J'avais tué pour la première fois un Pokémon de sang-froid, j'aurais aimé que ce moment n'arrive jamais, mais c'était ce Grahyena ou Bolt. Je me dirigeais vers lui, il allait bien, il avait seulement quelques égratignures dues à son vol plané. Une fois remis du coup qu'il avait reçu, Guillaume l'a pris dans ses bras et l'a serré si fort qu'il a failli l'étouffer.

-T'avais raison mec, sans lui tu te serais fait déchiqueter pendant que je me remettais du coup de patte qu'il m'a collé dans le pif.

- Ouais, et tu vois sans nous il ne serait pas venu à bout d'un adversaire aussi gros, ensemble on est plus fort, on est un clan, notre force c'est l'union ! Ensemble on pourra traverser Kalos et aider les armées à libérer la région pour à nouveau nous installer et vivre en paix. Ensemble rien ne nous arrêtera.

À la sortie du sentier tortueux la paroi où se trouvaient les fougères à laissé place à un lac de montagne d'une couleur bleue turquoise très limpide où des Poissirènes ondulaient gracieusement, où poussaient des plantes sauvages magnifiques, des edelweiss, des aconits des ancolies et où des Pokémons des montagnes s'abreuvaient ou jouaient, du Chétiflor à l'Ursaring
une dizaine d'espèces de Pokémons était présentes et évoluait en parfaite harmonie.

Hélas en se retournant on voyait que les conifères qui poussaient sur la pente abrupte avaient laissé la place à un panorama de cauchemar: des centaines de mètres plus bas on apercevait la plaine dévastée de Kalos, une vaste étendue de boue où des faibles lueurs indiquaient que des blindés brûlaient, seuls tenaient encore debout des systèmes d'irrigation agricoles et des pylônes électriques, une ville flambait au loin. Un simple tour sur nous-mêmes nous faisait changer de monde, d'un côté le lac paisible et de l'autre l'ancien champ de bataille et le lot d'horreur qui allait avec.

Nous avons décidé de rester au lac jusqu'au soir afin de traverser le champ de bataille abandonné de nuit pour d'éviter d'être repérés avec nos uniformes de l'armée de l'Est. Nous avons déposé nos Kalachnikov contre un gros caillou avec l'amertume de ne pas les y laisser pour de bon et nous sommes allés nous baigner dans le lac bleu. Je suis descendu dans les profondeurs du lac vers 10 mètres la lumière traversait encore parfaitement la surface tant l'eau était pur et même sans masque je voyais presque parfaitement les Poissirènes qui nageaient autour de moi. Nous avons joué avec tous les Pokémons présents sur le lac. Des pokémon réputés dangereux comme les Empiflors ou les Absols jouaient avec des Granivols et des Evolis. Bolt a fait connaissance et s'est amusé des heures durant avec une jeune Mentali jusqu'à un moment où tous les Pokémon se sont placés sur les rives du lac, même les types eaux ont sorti leur tête pour contempler on ne sait quoi.

Un Ronflex nous à invité à nous asseoir sur son gros ventre mou, une fois calés dessus nous avons vu que les Pokémon regardaient une grande porte taillée dans le roc d'une falaise adjacente au lac. Des lumières multicolores sont apparus dans l'obscurité, elles ont commencé à se rapprocher pour que finalement je découvre qu'il s'agissait de joyaux incrustés sur les cornes d'un Pokémon de 3 mètres de haut de couleur bleue et noire. J'avais déjà vu ce Pokémon dans mes livres d'enfant, mais je n'aurais jamais pensé qu'il existait réellement, quoique, on disait la même chose de Groudon avant qu'il n'émerge des entrailles de la terre pour tout détruire sur son passage.

Ce Pokémon j'avais déjà lu son nom il s'appelais... Rah!Je le sais c'est, Xerneas oui ! Attends ?! Est-ce que c'est une voix dans ma tête qui vient de me le dire ? Merde oui ! Le Pokémon il... me parle !? C'est impossible... il me dit qu'il vient tous les soirs au coucher du soleil, il célèbre avec les Pokémons présents le fait qu'ils ont la chance d'exister, ils sont conscients de cette chance et ils profitent tous de ce don merveilleux en faisant une fête ici chaque soir d'été, bon au moins je connais le concept mais il m'a pas parlé juste pour me dire ça ? Si ? Non il me dit aussi que les hommes détruisent la montagne en exploitant les mines, il me dit d'aller au bout de ma mission, de tuer Victoria pour qu'elle cesse de détruire les montagnes avec ces engins de forage, ses bulldozers et ses tanks. Il me dit aussi que Victoria doit une partie de sa puissance de feu à Yveltal, (c'est qui lui encore ? !) une créature maléfique qui souhaite l'annihilation des formes de vie et avec qui elle à fait alliance en échange du contrôle des régions qu'elle capturerait.

Yveltal gagne chaque jour en puissance et quand il sera assez fort il se réveillera et s'envolera (Putain, en plus il vole!). Xerneas dit qu'on doit faire vite car il est la cible prioritaire d'Yveltal et qu'il s'affaiblit en même temps que la montagne est rongée. Il a vaincu Yveltal il y a 500 ans et ce dernier veut se venger, il sera au maximum de sa force dans 6 mois. Si je tue Victoria, son armée se dissoudra et Yveltal redeviendra une larve affaiblie facilement destructible.

Après ces paroles il n'a plus rien dit et la fête à commencée, nous avons vécu des instants incroyables avec ces Pokémon sauvages. J'ai demandé à Guillaume et lui aussi à entendu Xerneas. Nous avons rempli nos gourdes de l'eau pure du lac bleu après quoi nous sommes partis vers minuit pour atteindre la ville vers 6 heures du matin, après avoir repris nos armes nous nous engagions sur un chemin de montagne qui descendait vers la plaine.