Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 19/10/2014 à 08:58
» Dernière mise à jour le 24/03/2019 à 22:46

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 250 : Ultra Méga Balèze évasion
La section spécialement spéciale D.U.M.B.A.S.S, dirigée par le colonel Duancelot, s'était infiltrée sur le territoire du Protectorat de Kanto, sous ordre du chef Erend Igeus. Leur mission : trouver la prison où étaient retenus le Général Peter Lance et les Dignitaires, puis les libérer, et tout cela sans aucun mort du côté des Rockets. Une mission que d'aucun aurait qualifié d'impossible, mais l'impossible n'était pas DUMBASS. Les cinq supers soldats de Johto avaient déjà trouvé la prison en question, à force d'un travail de renseignement aussi discret qu'efficace. Le capitaine Shizu Vanilla était une experte en informatique et cryptage réseau. Pirater le centre de données de la prison en question pour avoir la liste des prisonniers n'avait pas été trop compliqué.

Maintenant, il s'agissait de s'y infiltrer et de libérer leurs cibles. Les DUMBASS s'étaient réunis dans un bar café de la ville en question, où ils ne manquaient pas d'attirer l'attention des clients et des passants. Duancelot avait l'habitude qu'on le regarde de travers. Les gens ne savaient pas s'il était un Pokemon ou un nain habillé d'une armure. Dans les deux, il attirait les regards. Mais pas plus que le sergent Ernor, avec sa tenue de bagnard, ses boulets et son masque de fer, ou que le major Gardenis, avec son costume de festival fleuri. Une fois leurs boissons servis par un employé stupéfait d'avoir de tels clients, les cinq super soldats rapprochèrent leurs chaises de la table pour se chuchoter des choses. Ils ressemblaient à un comité super secret et super important, songea Duancelot.

- Je déclare ce briefing ouvert, oui oui oui, fit Duancelot. Au nom de la puissance DUMBASS, nous vaincrons.

- VI-RIL, fit le sergent Ernor.

- Je n'aurai pas dit mieux, approuva le lieutenant Antoine Guillaume en faisant tournoyer ses ciseaux.

- La prison se trouve en bordure de la ville, dit Duancelot. Shizu, tu as vérifié ses défenses ?

- Bien sûr qu'oui, t'es con ou quoi ? Répliqua la jeune femme habillée en rouge. Y'a d'ces foutus murs, barbelés, gardes, et même canons. La totale quoi. Putain, ça m'fout trop la rage !

- Les murs sont souvent infranchissables, mais aucun d'entre eux n'est pas franchissable, fit le major Gardenis en caressant une de ses roses.

- Ta gueule toi ! Ça veut rien dire tes conneries ! T'es lourd, enfoiré !

- LOURD, acquiesça Ernor. CA-NON.

- Aucun mur ni canon ne résiste à mes ciseaux, proféra le lieutenant Guillaume. Mais c'est contre mon sens de l'esthétique de m'infiltrer quelque part sans laisser la marque de mon art sur des visages humains !

- Le chef Igeus a bien précisé aucune victime, oui oui oui, lui rappela Duancelot.

- Je peux œuvrer sans tuer, bien que le résultat soit moindre...

- Pas d'opération d'art sur les gardes, dit le colonel d'un ton sans réplique. Pas cette fois, non non non. Tu ouvres un passage avec tes ciseaux, Ernor assomme tous ceux qui passent, on délivre nos prisonniers et on repart comme on est rentré. Une opération rondement menée. Une opération DUMBASS. Venez, sortons monter notre Level Dumbass avant la mission.

Les quatre autre acquiescèrent, et sortirent du bar pour se mettre en cercle au milieu de la rue, sous les regards interloqués des passants. Alors, ils se mirent à danser en hurlant « DUMBASS » à tout bout de champs, à tel point que les passants préféraient changer de rue plutôt de de passer devant ces malades mentaux. Quand ils eurent terminé, Duancelot déclara.

- Notre Level Dumbass est à 6500. Pas moyen que l'on échoue !

- Veuillez m'excusez, messieurs dame...

Un policier venait de faire son apparition, observant les cinq énergumènes avec méfiance.

- Vous troublez l'ordre public. Peut-on savoir qui vous êtes ? Vous faites parti d'un spectacle, ou quelque chose dans le genre ?

- SPEC-TACLE ! S'exclama le grand Ernor en faisant sursauter le policier. VI-RIL !

- Ce n'était pas un spectacle, monsieur l'agent, dit Duancelot. C'était la danse de la puissance DUMBASS.

Ça ne parut pas convaincre le policier.

- J'aimerai voir vos papiers.

- P'tain, mais nique ta mère, pauv' gland ! Fit Vanilla. Tu vois pas qu'on est en pleine mission secrète ? Gros naze. Tête de nœud.

- C'est de l'outrage à un agent public, gronda le policier. Veuillez me suivre jusqu'au poste, vous cinq.

- Ah la, nous voilà pris entre l'étau de la justice et la foi qui nous anime, déclara le major Garnedis. Une lutte constante de l'être pensant. La conscience est parfois un tel fardeau...

Antoine Guillaume pris le visage du policier entre ses mains, et l'examina en profondeur.

- Il y a matière à travailler. Oui... Mon cher monsieur, je vous annonce avec joie que vous pouvez devenir une œuvre d'art ! Vivante ou morte, à vous de voir.

Il sourit d'un air inquiétant en faisant tournoyer son ciseau. C'en fut trop pour le pauvre policier. Il recula prestement, dégaina son arme et s'écria :

- OK, je vous arrête tous les cinq ! Plus un geste, et posez vos armes ! Fusil, épée, lances, et même les ciseaux !

- J'peux le tuer, ce con ? Demanda Vanilla à Duancelot. C'est pas un Rocket, donc c'est pas interdit.

Le Pokemon secoua la tête.

- Inutile. Ce brave homme fait ce qu'il croit être son devoir, oui oui oui. Nous ne prendrons pas sa vie, parce que nous sommes les gentils. Sergent Ernor, veuillez-vous occuper de ce monsieur, sans trop l'abimer.

- VI-RIL, acquiesça Ernor en s'avançant.

- STOP ! Restez où vous êtes, ou j'ouvre le feu !

- FEU. VI-RIL.

Le policier tira, mais la balle dévia de sa course, se faisant attirer par l'un des boulets noirs qu'Ernor soulevait. Le sceau jaune sur ses boulets brillait, manifestant ainsi la puissance électrique qui s'en dégageait.

- Le magnétisme, cher monsieur, expliqua Duancelot en levant le doigt comme un professeur. Marqués de mon sceau de foudre, les boulets d'Ernor peuvent attirer ou repousser tout ce qui est en acier.

Le sergent Ernor s'empara du policier, qu'il souleva comme un meuble fragile.

- Lâchez-moi ! Lâchez-moi sur le champ ! Fit le policier en se débattant inutilement.

Ernor l'amena jusqu'à une poubelle qu'il vida de ses ordures, avant de faire rentrer le policier de force dedans. Après quoi, il fit plier l'acier de la poubelle pour la cloisonner avec la seule force de ses bras, empêchant ainsi l'agent de sortir. Tout cela sous les regards de plusieurs habitants qui se hâtèrent de prendre la fuite en criant. Ernor revint vers Duancelot, apparemment tout content.

- OC-CU-PER MON-SIEUR. PAS ABI-MER. VI-RIL.

- Oui sergent, beau travail, mais on s'est fait finalement un peu remarquer, oui oui oui. Dépêchons-nous d'en terminer ici. Direction la prison. DUMBASS ! Rassemblement !

L'unité se mit en rang, Duancelot en tête, et ils se mirent tous à sprinter avec d'amples mouvements de jambes. Duancelot commença une chanson d'aspect militaire, et chacune de ses phrases fut reprise par les quatre autres, plus ou moins en synchro.

- On est la section DUMBASS !

- On est la section DUMBASS !

- Les supers-soldats d'la région Johto !

- Les supers-soldats d'la région Johto !

- On va casser d'la Team Rocket !

- On va casser d'la Team Rocket !

- Pour faire plaisir au chef Igeus !

- Pour faire plaisir au chef Igeus !


Aucun d'entre eux ne parut remarquer qu'ils étaient en train de clamer à tous ceux qu'ils croisaient leur identité et leur intention, alors qu'ils étaient censés opérer secrètement. Mais comme les passants les prenaient pour des fous, personne ne fit trop attention à leurs paroles. Une fois en vue de la prison, Duancelot se mit à en étudier la configuration. Elle était effectivement bien fortifiée et protégée, mais cela semblait dans l'optique de résister à une invasion ou un bombardement. La Team Rocket n'irait jamais penser se faire infiltrer par cinq personnes. Quoi que, la section DUMBASS pouvait représenter une armée à elle seule. Ils auraient facilement pu la prendre d'assaut de front, mais le chef Igeus avait bien spécifié une intervention discrète.

- Combien de gardes en extérieur à votre avis ? Demanda Duancelot.

- Vu la surface à couvrir et ceux qu'on aperçoit sur le mur du devant, je dirai une petite quinzaine, affirma Antoine Guillaume.

- Shizu, tu peux tous les mettre hors d'état de nuire avant qu'un seul d'entre eux ne donne l'alarme ?

- Evidement, tu m'prends pour qui, putain de colonel ? En viser quinze me prendra dix secondes avec mon bandeau.

- Alors faisons ça. Des balles de type électrique seulement, oui oui oui. Pas de morts.

- C'est bon, j'ai pigé... P'tain, t'es lourd, sale con.

- Major Gardenis, si tu veux bien...

Le chevalier fleuri tira son épée et la planta dans le sol, alors que son sceau vert gravé sur la lame se mit à briller.

- Que pousse la vie, clama Gardenis. Que pousse notre champ de vision, plus haut que ces murs qui entravent la liberté !

Une petite plante se mit à pousser en accéléré à l'endroit où Gardenis avait planté sa rapière. Le capitaine Shizu se mit au-dessus d'elle, et la plante se muta en une immense liane qui entraîna la jeune femme à plusieurs mètres au-dessus du sol, et bien au-dessus de la prison, de telle sorte qu'elle ait une vue globale et parfaite sur toutes ses cibles. Elle se mit alors directement à tirer en continu, visant gardes sur gardes et faisant mouche à chaque fois. Son fusil brillait d'un sceau électrique, et tous les Rockets qu'elle touchait sombraient dans l'inconscience suite à un choc à la tête. Elle n'en rata aucun ; c'était impossible quand elle portait son bandeau oculaire de précision. Et comme elle l'avait promis, elle le fit en une dizaine de secondes. Pas un Rocket n'eut le temps de donner l'alarme. À peine avaient-ils le temps de voir leur camarade tomber qu'ils se firent toucher eux aussi. Pour faire bonne mesure, le capitaine Vanilla tira sur les quelques caméras qui se trouvaient là.

Une fois ceci fait, ce fut au tour du lieutenant Antoine Guillaume d'opérer. Il se mit à découper le mur d'enceinte avec son ciseau, creusant dans le béton comme si ça n'avait été que du beurre. Le sceau acier que Duancelot avait posé sur les instruments de Guillaume leur permettait de couper à peu près n'importe quoi. Puis enfin, le sergent Ernor acheva le mur en utilisant ses boulets, qu'il contrôlait grâce à un lien électrique né d'un sceau de Duancelot. Le Pokemon savait que son unité était forte, mais qu'elle ne devait sa force que grâce à sa magie des sceaux. C'était sa capacité spéciale, Sceaux Magiques, qui était l'âme de la section DUMBASS. Le Général Van Der Noob l'avait d'ailleurs recruté pour ça. S'il avait pu, Duancelot aurait utilisé sa magie des sceaux sur l'armée de Johto entière, mais il ne pouvait s'en servir que sur un nombre limité d'objets ; d'où la section DUMBASS.

Duancelot savait qu'il était un Pokemon peu commun, mais il ne se souvenait pas pourquoi. Son passé restait flou. Les humains lui avaient dit qu'il était un très ancien Pokemon, ayant appartenu à la famille royale des régions Johto et Kanto quand elles étaient unifiés à l'époque de la monarchie. Mais ça ne lui disait rien, ou pas grand-chose.Tout ce qu'il se rappelait, c'était qu'il avait toujours adoré combattre pour prouver sa force, et qu'il adorait commander aussi. Sa fierté et son arrogance avait fait de lui un voyou jusqu'à que Van Der Noob le rencontre et le dirige vers le droit chemin. Duancelot lui serait toujours reconnaissait pour ça, et le servirait donc encore longtemps, eut-il été un Pokemon de rois.

Duancelot s'efforça de revenir à l'instant présent. Il n'avait pas à laisser son esprit divaguer alors qu'il était en mission. Les cinq membres de la section pénétrèrent dans l'enceinte de la prison. Les Rockets à l'intérieur devaient avoir deviné qu'il se passait quelque chose de pas normal dehors, et ils débarqueraient d'un moment à l'autre. Le sergent Ernor aurait pu les accueillir tout seul et se charger d'eux, mais ça aurait signifié l'échec de la partie de la mission qui impliquait « aucune victime ».

- Shizu, balles électriques explosives à toutes les entrées, oui oui oui, ordonna Duancelot.

- Pas b'soin d'me l'dire, enculé !

Le sniper de la section tira deux fois de chaque côté de chaque porte. Cela ne fit rien pour l'instant, à part relier les deux impacts électriques d'un mince éclair. Quand les portes commencèrent à s'ouvrir et les Rockets à arriver, au moins trois d'entre eux à chaque issue foncèrent sans faire attention dans le filin électrique, et perdirent connaissance comme les autres. Le reste des Rockets, ayant vu leur camarade devant eux tomber, se montrèrent plus prudents, et virent l'éclair. Ils passèrent en dessous, ou appelèrent leurs Pokemon à la rescousse. Les DUMBASS les laissèrent arriver. Ils étaient maintenant encerclés par une vingtaine de garde et plusieurs Pokemon.

- Je m'en charge, fit Duancelot à ses équipiers. Seul.

- Les mains en l'air, qui que vous soyez ! Ordonna un officier Rocket.

- Qui que nous soyons ? Mais nous sommes les Déjantés Ultra Méga Balèzes Approximativement Supers Soldats ! Dummmmmmmbass !

Duancelot activa ses sceaux de glace et de feu sur son épée. Un tourbillon de flamme et de blizzard l'envahit, forçant à reculer les Rockets avec stupéfaction. Certains ouvrirent le feu, mais leurs simples balles n'eurent aucun effet sur le corps en acier du Pokemon. Duancelot sauta, avant de planter son épée dans le sol. Une épaisse couche de glace vint recouvrir une grande partie des Rockets et Pokemon devant lui. Puis, à renfort de saut périlleux et de haute voltige, il entreprit méthodiquement d'assommer avec la garde de son épée les gardes restant. Les humains ne représentaient aucun danger pour lui. En revanche, il se méfiait des Pokemon. Son double type Acier/Fée, unique en son genre, faisait qu'il ne craignait que deux seuls type : le Sol et le Feu. Il repéra de suite les Pokemon de ce type là et les mis K.O rapidement. Le reste ne fut qu'une formalité. Quand il eut fini, il vérifia pour être sûr. Tous étaient assommés, congelés ou légèrement blessés, mais il n'y avait aucun mort.

- Ah, colonel ! Clama Gardenis. Toujours aussi époustouflant ! Mon cœur chavire en des eaux éternellement agitées à la vue de tant de maestria de votre part !

- COLO-NEL VI-RIL, ajouta Ernor.

- Nous n'en avons pas encore fini, non non non, répondit Duancelot. Il nous faut libérer nos prisonniers. Dépêchons. Sans doute les Rockets auront demandé des renforts.

Ils ne se donnèrent pas la peine de passer par une porte ; Ernor démolit proprement le mur pour aller plus vite. À l'intérieur de la prison, ils tombèrent sur quelque autres Rockets qu'ils étalèrent facilement. Les prisonniers, derrière leurs barreaux, firent entendre leur voix, sifflant les Rockets et acclamant les DUMBASS, demandant qu'ils les libèrent.

- On libère tous ces rustres aussi ? Demanda Antoine Guillaume.

- Nous n'avons reçu aucun ordre les concernant, répondit Duancelot. On ignore aussi pourquoi ils sont emprisonnés. Tous ne sont peut-être pas des prisonniers politiques. On s'en tient à notre mission, oui oui oui.

Ni le général Lance ni les Dignitaires n'étaient avec les autres prisonniers. Sans doute devaient-ils être enfermés à part, dans une cellule plus sûre. Duancelot savait du général Van Der Noob que Peter Lance était un maître G-Man de type Dragon. Comment pouvez-t-on retenir enfermé une telle personne, au juste ? La réponse lui fut fournie quand ils passèrent devant une cellule sans barreaux, individuelle, avec des vitres en verre. À l'intérieur, il y avait un homme sans âge aux cheveux rouges, l'air hagard. Duancelot reconnu avec difficulté le général Lance. Il avait aux poignets des espèces de bracelets roses. Duancelot sentit de là une puissance de type Fée émaner de ces entraves. Bien sûr... le type Dragon était totalement inefficace face au type Fée ; on avait donc crée ces bracelets spécialement pour le général, sans doute avec de l'ADN de Pokemon Fée.

Duancelot brisa la vitre et entra dans la pièce. Le G-Man le regarda avec stupeur. Lance paraissait bien différent des clichés habituels qu'on avait de lui. Pas de cape, pas d'épée, il était mal rasé et avait les yeux hantés. Obligé de porter ces menottes qu'il ne pouvait supporter, son esprit semblait au bord de la rupture. Un traitement indigne pour l'homme qu'il était. Duancelot brisa les entraves de type Fée avec ses doigts en acier, et tout de suite, le regard de Lance se fit plus clair, comme s'il revivait.

- Qui... qui êtes-vous ?

Duancelot sourit intérieurement. La question que toute l'unité attendait. Ils en profitèrent pour refaire le même show qu'ils avaient fait à Igeus, mais sans la musique cette fois. Quand ils eurent fini, Lance cligna des yeux et secoua la tête.

- Quitte à avoir des hallucinations, j'aurai préféré qu'elles aient un minimum de sens...

- Nous ne sommes pas des hallucinations général, non non non, répliqua Duancelot. Nous sommes la section spécialement spéciale du Général Gontran Van Der Noob, le commandant en chef des armées de Johto. On est venu vous sauver !

- Van Der Noob ? Répéta Lance. Cet incapable ?! Pourquoi diable ferai-t-il quoi que ce soit pour moi ?

- Il tient ses directives de monsieur Erend Igeus, le Chef d'Etat provisoire de Johto.

Cette fois, l'espoir sembla renaître dans les yeux de Lance.

- Ah, Igeus s'en est donc tiré ? Je trouvais bizarre qu'il ne soit pas avec les autres Dignitaires, et j'ai craint que Crust ne l'ai exécuté en personne.

- Le chef Igeus continu la lutte contre la tyrannie de Lady Venamia, aux coté du général Van Der Noob. Ils ont besoin de vous, monsieur.

- Très bien. Je commençais à m'ennuyer ici.

Le général sorti de sa cellule, ses forces revenues. Il regarda de droite à gauche comme s'il s'attendait à voir des gardes surgir.

- Vous avez fait le ménage, ici ?

- Oui oui oui, avec l'efficacité habituelle des DUMBASS. Mais on doit trouver les anciens Dignitaires ; ordre du chef Igeus.

- Ces incapables incompétents sont très bien où ils sont, grommela Lance. C'est de leur faute si Kanto est à présent entre les mains des Rockets. Ils ne seront d'aucune utilité à Erend.

- Nous ne discutons pas les ordres du chef, répliqua Duancelot.

Lance soupira, et partit à leur recherche avec eux. Ils les trouvèrent dans des cellules classiques, mais séparées, un étage plus haut. Presque tous se mirent à gémir en voyant Lance passer, à le supplier ou à lui ordonner des choses. Le général les fit tous taire d'un geste d'autorité.

- Soit vous la fermez, soit vous restez tous là ! Je n'ai aucune envie de vous prendre avec moi, mais monsieur Igeus en a décidé autrement. Vous pourrez lui adresser vos remerciements à genoux.

Lance se servit de ses pouvoirs dragons retrouvés pour faire exploser les barreaux. Le défilé bruyant des anciens Dignitaires commença à se diriger vers la sortie, tout contents. Le dernier d'entre eux, un homme un peu plus jeune que les autres aux cheveux bruns lisses, salua Lance avec chaleur.

- C'est bon de vous voir, général. Permettez que je vous adresse nos remerciements les plus profonds.

- Monsieur Wasdens. Vous au moins, vous méritez de sortir. Ça a dû être dur de rester enfermer avec tous ces idiots pendant si longtemps, non ?

- Oh, au bout d'un moment, ils se sont tus, sourit Wasdens. Mais avant cela, il m'est arrivé, à ma grande honte, d'espérer que le colonel Crust vienne nous exécuter, juste pour ne plus avoir à les supporter. Et, euh... qui sont vos amis ?

Il dévisagea les membres des DUMBASS d'un air étonné.

- Mes sauveurs, directement envoyés par Erend Igeus. Vous êtes prêts à reprendre du service, Silvestre ?

- J'étais surtout prêt à renoncer et à accepter la dominance Rocket. Mais si le jeune Igeus est toujours dans le coup, alors j'en suis aussi. Je l'ai su dès que je l'ai rencontré ; ce gamin a le pouvoir de faire des miracles.

- Oh que oui, acquiesça Lance. La preuve : il a réussi ce coup avec pour seul soutient le général Gontran Van Der Noob !

- Pauvre enfant, soupira Wasdens avec commisération.

Même parmi les Dignitaires, la réputation du général Van Der Noob semblait acquise. Normal après tout ; c'était eux qui l'avaient placé à la tête des armées de Johto, sachant très bien qu'un idiot serait aisément manipulable. Duancelot reprit la tête des opérations.

- Très bien messieurs, votre attention s'il vous plait, oui oui oui ! On va quitter cet endroit en bon ordre, et dans le calme. Nous avons un transporteur caché dans la ville la plus proche. Ensuite, direction Johto, et ce sera pour notre section spécialement spéciale une autre mission réussie à son actif. DUMBASS !

- DUMBASS ! Hurlèrent les quatre autres à l'unisson.

- Mais avant, notre danse de la victoire.

Les cinq super-soldats se mirent en cercle et commencèrent à bouger comme des tarés, enchaînant les cabrioles et les poses burlesques. Ils finirent tous à l'envers, la tête entre les jambes et les bras écartés, sous les yeux ahuris des prisonniers.

- Finalement, j'aurai peut-être dû rester dans ma cellule, murmura Lance.