Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 28/09/2014 à 09:11
» Dernière mise à jour le 28/09/2014 à 09:11

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 247 : DUMBASS
Erend Igeus ne savait pas trop quoi penser des nouvelles qu'il venait de recevoir. L'armée de Johto venait juste de repérer plusieurs personnalités de la Team Rocket quittant un édifice abandonné au nord de Rosalia ; un édifice qui, soit dit en passant, n'avait rien à faire là, comme s'il était apparu d'un coup d'un seul. Et parmi les Rockets qui se trouvaient là-bas, il y avait les deux pires ennemis d'Erend, Lady Venamia et Vilius.
Erend ne savait pas de quoi il devait être en colère. D'avoir laissé entrer à Johto en toute discrétion deux des plus grands leaders de la Team Rocket, ou alors de les avoir laissé s'échapper ? Car en s'infiltrant sur le territoire de Johto, c'étaient eux les agresseurs. Erend aurait donc pu les canarder à sa guise sans craindre de déclencher lui-même la guerre. Le petit souci, c'était qu'il y avait des Mélénis avec eux, dont Galatea Crust. Il aurait été inutile de leur chercher des noises, à eux...

Mais si la X-Squad avait participé à cette action, Ithil devait sûrement être au courant. Erend attendait le rapport de son demi-frère sur ce qu'il s'était passé dans ce labo avec impatience. Il semblait y avoir eu des combats à l'intérieur, signe que la Team Rocket avait affronté quelqu'un, ou quelque chose. Ce que les soldats de Johto avaient trouvé était encore plus stupéfiant. Plusieurs tubes d'un liquide inconnu, qui était d'ores et déjà en analyse. Que diable était ce laboratoire, et qu'est-ce que la Team Rocket est venue y faire ?
Erend avait besoin de réfléchir, de s'accorder une pause, aussi avait-il demandé à son secrétaire de ne recevoir personne aujourd'hui. Même sa confidente, Ladytus, vaquait à ses occupations autre part. Bien sûr, ce genre de précaution ne s'appliquait pas au général Van Der Noob, qui déboula dans le bureau, avec l'air d'être le maître de l'univers, et en clamant son éternel :

- Igeus, mon garçon !

Erend serra les dents, se força à la patience, et mit sur ses lèvres un sourire des plus douloureux.

- Général. Quelles nouvelles ?

- Que des bonnes, mon garçon, que des bonnes ! J'ai enfin réuni mon unité spécialement spéciale, chargée de délivrer le général Lance et les Dignitaires. Ils sont ici, prêts à vous servir.

Erend se frotta les yeux. Il ne savait pas trop ce que Noob allait lui sortir, mais il était sceptique. Des soldats entraînés par Gontran Van Der Noob lui-même n'auguraient rien de bon. Enfin, ce n'était pas comme s'il attendait quoi que ce soit de lui non plus. Il avait lancé cette idée de mission de secours pour occuper Noob afin d'avoir la paix. S'il y avait la plus petite chance que ça fonctionne, et bien tant mieux, mais Erend était avant tout réaliste. Réussite et Van Der Noob n'allaient pas bien ensemble. Cet homme était un artiste de l'incompétence, et une seule action couronnée de succès serait une tâche dans sa carrière vouée à la médiocrité la plus absolue.

- Très bien, général. Je serai ravi de rencontrer vos hommes.

- Naturellement. Parce que si vous les rencontrez, vous les verrez. Laissez-moi donc vous présenter l'élite de Johto, les cinq membres les plus puissants de son armée, j'ai nommé... la section spécialement spéciale D.U.M.B.A.S.S !

Erend cligna les yeux, pensant avoir mal entendu.

- Euh... vous pouvez répéter ?

Mais avec un sourire, Van Der Noob claqua des doigts, comme annonçant un spectacle à venir. Soudain, la porte du bureau d'Erend fut proprement défoncée, et cinq individus firent leur entrée en roulant au sol, à force de cabrioles ridicules. Erend en resta collé de stupeur sur son siège. Les cinq personnes lui tournèrent le dos, et une musique militaire entraînante résonna dans la pièce. Van Der Noob avait préparé son show avec minutie. Puis, un à un, les cinq individus se retournèrent, pour se présenter devant Erend. Le jeune homme en demeura scotché, tant le ridicule était absolu.
Le premier qui se retourna, celui tout à gauche, était une masse de muscle habillé en prisonnier, avec des bandes blanches et noires. Il portait des bracelets aux bras et aux jambes, accrochés à des boulets. De plus, il avait un masque sur le visage, apparemment clouée à son cou. Quand il s'exprima, ce fut d'une voix grave, sauvage, et extrêmement lente.

- SER-GENT ER-NOR, HO-MME VI-RIL, AU RAP-PORT !

Le second, tout à droite, était un homme fluet, à la coupe de cheveux étrange, portant tout l'attirail du coiffeur, de ses habits jusqu'à ses ciseaux. Son sourire faisait froid dans le dos d'Erend.

- Lieutenant Antoine Guillaume, le coiffeur fou, au rapport !

La troisième, à côté du sergent Ernor, était une femme, en robe et en corset rouge, et avec un chapeau plat agrémenté de deux pâquerettes. Elle avait les cheveux roux, et un bandeau qui cachait son œil gauche. Elle tenait deux espèces de carabines relativement antiques.

- Capitaine Shizu Vanilla, mortelle pimprenelle, au rapport !

Le quatrième, à droite d'Antoine Guillaume, était remarquable par sa tenue, une espèce de manteaux à cape rouge de noble, avec bordures dorées, et avec des roses collées partout. Il portait derrière le cou ce qui semblait être un buisson entier, et avait un chapeau à plume noir des plus extravaguant. Il avait comme arme une rapière, dont la poignée était elle aussi faite de roses.

- Major Gardenis, le chevalier fleuri, au rapport !

Et enfin, le dernier, au centre. Il faisait la moitié d'un humain normal, et Erend se demandait si c'était un nain. Mais il ne pouvait pas le savoir, car l'individu portait une armure intégrale avec un casque à corne, et derrière lui, une cape brune rapiécée. Il tenait une épaisse épée qui devait faire deux fois sa taille ; une épée qui brillait à chaque bords en bleu et en orange, tout comme l'armure de la personne. Sa voix nasillarde et enfantine était encore plus ridicule que sa taille.

- Colonel Duancelot, petit mais fortiche, au rapport !

Puis, s'étant tous présentés, ils se réunirent en un défilés de pauses toutes plus stupides les unes que les autres. Ils dirent en même temps, d'une voix pas du tout synchro :

- D.U.M.B.A.S.S ! Nous sommes les Déjantés Ultra Méga Balèzes Approximativement Supers Soldats !

La musique cessa. Le spectacle était apparemment terminé, et Erend ne savait pas s'il devait rire ou pleurer. Van Der Noob, lui, était très fier de la prestation de son équipe, et applaudit bruyamment. Sans doute prenait-il l'air assommé d'Erend pour de l'admiration, car il dit :

- Alors, vous avez vu, mon garçon ? Vous êtes étonnés, vous aussi, hein ? La section spécialement spéciale que j'ai moi-même formé ! Ils vous en bouchent un coin n'est-il pas ?

Erend se força à recouvrer ses esprits et sa voix.

- En... en effet, général. Ils sont, euh... très surprenants.

- Bien sûr. Comme j'ai dit, ils sont l'arme ultime de Johto. La Team Rocket tremblera en entendant leurs noms, car s'ils tremblent, c'est qu'ils auront peur, vous voyez ? Car ma section DUMBASS utilise la magie des sceaux de puissance. Une force surnaturelle énormément énorme.

Van Der Noob s'approcha de sa section, et commença à les présenter un par un.

- Voyez, le sergent Ernor. Il a passé vingt ans en prison pour avoir démembré à main nues un homme alors qu'il avait douze ans à peine. Le brave homme collectionne les os de ses ennemis. Il s'en fait de jolis colliers.

- VI-RIL, acquiesça le sergent Ernor.

- Il se sert de la magie des sceaux sur ses boulets pour qu'ils deviennent des orbes électriques surpuissants, continua Van Der Noob. Par contre, prenez garde à ce qu'il reste toujours attaché. Ernor est un brave garçon, mais un tout petit peu remuant. Il lui arrive de détruire quelques habitations, mais rien de bien méchant. Pour le repas, prévoyez cinquante kilos de viande... par jour bien sûr.

- VI-RIL, grogna à nouveau le grand sergent.

- Ah, et voici le lieutenant Antoine Guillaume. Un coiffeur de grand talent, mais qui a été condamné à la prison à vie parce qu'il a pris la mauvaise habitude de couper les visages de ses clients à la place de leurs cheveux.

- Mon art était juste incompris, se justifia Antoine Guillaume en faisant tournoyer ses ciseaux. Les visages que je façonnais... c'était de purs chefs d'œuvre ! Un si beau mélange d'expressions fortes, allant de la terreur la plus absolue à la douleur la plus abominable, en passant par un désespoir si fort qu'il en était fabuleux !

Le coiffeur fou étudia soudainement Erend avec une attention particulière.

- Vous, par exemple, monsieur... Vous avez un visage très intéressant, très caractériel. Si vous laissiez mes ciseaux vous travailler un peu, je suis sûr que vous deviendrez une pièce d'art vivante... ou pratiquement vivante.

- Allons lieutenant, cessez d'importuner le chef Igeus, le rabroua Van Der Noob avec un sourire paternel. Comme vous le voyez, mon garçon, Antoine est sujet à quelques caprices plus ou moins légaux, mais je vous assure que sa magie des sceaux sur ses ciseaux le vaut bien. Un sceau de renforcement d'acier, qui les rend indestructibles et capable de couper n'importe quoi.

Il passa à la jeune femme en corset rouge et au visage méprisant.

- La capitaine Shizu Vanilla. Un excellent officier, qui se sert de la magie des sceaux sur ses fusils pour leur faire divers éléments. Le bandeau qui recouvre son œil gauche est le fruit d'une intense recherche technologique, qui lui permet de viser et toucher sa cible à n'importe quelle distance et vitesse. Son seul petit problème, c'est...

- Hé, général de mes deux, vous n'avez pas fini d'raconter ma vie à c'gosse ?! Éclata la capitaine Vanilla d'une voix grincheuse et insultante. C'est quoi son problème d'ailleurs à ce minus, hein ? Il a l'air d'avoir un bâton enfoncé dans le cul ! P'tain, sa tête me revient pas. J'vais lui niquer sa race !

Van Der Noob toussota.

- Le capitaine Vanilla souffre d'une légère tendance à l'irrespect et à l'insulte envers tout le monde ou presque, expliqua-t-il à un Erend choqué. Mais à part ça, elle est parfaite.

Il se tourna ensuite vers l'homme habillé en noble fleuri.

- Le major Gardenis ! Un homme des plus distingués, aussi habile à l'épée que dans l'art lyrique.

- Ahhhhhh, soupira le major de façon théâtrale. Cette langueur abjecte qui saisit mon cœur ! Ô destin ! Ô vie ! Que n'ai-je pu naître en tant que fleur, subsistant du soleil et du repos de l'âme ! La vilénie humaine est telle... OHHHHHH, MON ARCEUS ! Je ne puis... non, je ne puis ! Ces éternels combats... mon âme saigne, et je ne pourrai alors m'élever au destin qui m'est choix !

- Un peu trop habile dans l'art lyrique, même, ajouta Van Der Noob. On comprend rarement où il veut en venir, mais sa magie des sceaux, scellée dans son épée, lui permet d'utiliser la nature et les plantes à son avantage, et de les faire pousser partout.

- La mer et l'amour ont l'amer pour partage. Et la mer est amère, et l'amour est amer, et je ne puis que couler, sans plus jamais revoir le ciel, chantonna Gardenis.

Erend laissa le poète à ses proses, pour tâcher de se concentrer sur le dernier membre de cette unité DUMBASS, le plus étrange.

- Et donc le dernier, mais pas le moindre, le colonel Duancelot, annonça Van Der Noob. Il est le commandant de la section DUMBASS, et son fer de lance. Car c'est de lui que provient la magie des sceaux. Son épée la produit, et il peut en donner une partie à d'autres objets. Lui, il utilise une magie double. Montre au chef Igeus, Duancelot.

Le petit chevalier en armure brandit sa large épée, et deux sceaux furent visibles dessus. Un orange, et un bleu clair. Alors, son épée fut recouverte de glace d'un côté, et de feu de l'autre, de même que toute l'armure du petit bonhomme.

- Euh... très impressionnant, avoua Erend. Mais d'où provient cette magie, au juste ?

- C'est la capacité spéciale du colonel Duancelot, expliqua Van Der Noob. Sceaux magiques, qui lui permet d'associer un type de Pokemon spécifique à n'importe quel objet.

- Ce... colonel Duancelot est donc un Pokemon ?

- Oui oui oui, acquiesça Duancelot de sa voix enfantine. Je suis un Pokemon. Le plus brave, le plus vaillant de tous ! Duancelot, c'est moi, oui oui oui. De type acier et fée, et pouvant utiliser des attaques de type glace et de type feu. Je suis le meilleur, oui oui oui.

- Duancelot est, selon toute vraisemblance, un Pokemon unique, expliqua Van Der Noob. Le fait qu'il puisse parler le rend sans doute proche d'un Pokemon Légendaire, bien que je n'aie pas encore trouvé de légende y faisant référence. Personne ne sait d'où il vient, pas même lui. Un jour, il y a quelques années, il est arrivé à Johto, et il défiait en combat singulier chaque personne qui lui tombait sous la main. Il a causé pas mal de grabuge, mais j'ai repéré son potentiel, et grâce à lui, j'ai pu fonder la section DUMBASS. Ce sont tous des personnes qui s'étaient écartés du droit chemins, désœuvrées. J'ai pu mettre leur grand talent au service de la vraie justice.

Erend ne savait pas trop quoi penser. Ces cinq énergumènes semblaient tous aussi crétins que leur général, mais d'un autre côté, il fallait attendre avant de juger de leur utilité.

- Très bien général. Vous leur avez expliqué la mission ?

- On la connait, ta mission à la con, trou duc, intervint le capitaine Vanilla. Nous fait pas chier, sale enfoiré, ou je te bouffe les yeux !

- Le capitaine Vanilla vient de vous faire part de son enthousiasme à réaliser cette mission, traduisit Van Der Noob.

- Nous n'échouerons point, fit le major Gardenis. Rien n'est jamais perdu pour l'âme qui refuse l'échec. La volonté nous nourrit de sa ténacité, au-delà des vastes prairies ensoleillées, dont nous contemplons avec émerveillement l'infini.

- VI-RIL, grogna Ernor en retour.

- Euh... bien, tâcha de reprendre Erend. Lance et les Dignitaires sont détenus dans une des prisons Rockets, bien que j'ignore laquelle. Vous devrez opérer en secret, sans que personne ne puisse vous rattacher à l'armée de Johto. Et bien sûr, interdiction de tuer quiconque sur le territoire de Kanto : si on vous démasquait, ça équivaudrez à une déclaration de guerre de notre part.

- Ne pas tuer ? S'étonna le lieutenant Antoine Guillaume. Mais la mort est un ingrédient souvent nécessaire au plus bel art !

- MO-RT. VI-RIL ! Acquiesça Ernor.

- Tu vas suivre les ordres, lieutenant, oui oui oui, le rabroua Duancelot. Le chef Igeus est notre leader. Nous accomplirons la mission dans ses moindres détails, oui oui oui. Section spécialement spéciale DUMBASS, rassemblement !

Les cinq soldats se réunirent en cercle, comme s'ils s'échangeaient un plan de bataille. Puis, d'un coup, ils se mirent à hurler et à tourner dans une espèce de danse étrange, en scandant le nom débile de leur section. Ça faisait penser à Erend à des anciennes danses vaudous pour invoquer les esprits ou quoi que ce soit d'autre. Quand ils eurent fini, Duancelot déclara.

- Bien. Notre Level Dumbass est à 4000. Cela suffira pour cette mission, oui oui oui. Section spécialement spéciale DUMBASS, en rang !

En un alignement parfait, ils quittèrent le bureau d'Erend, sous le regard presque attendri de leur général.

- Ce sont les meilleurs. Les meilleurs vous dis-je, mon garçon ! Parce que s'ils sont les meilleurs, ils ne sont pas les pas meilleurs, vous voyez ?

Erend acquiesça poliment, puis se trouva une excuse pour sortir. Il avait besoin de prendre l'air. Les absurdités de Noob l'avaient toujours épuisé, mais là elles avaient dépassé un stade encore jamais franchi. Il avait dans l'idée d'aller se promener un peu en ville, de ne plus réfléchir à rien pendant quelques minutes, mais à l'accueil, il tomba sur son secrétaire personnel qui se chamaillait avec quelqu'un.

- Le chef Igeus est indisponible. Combien de fois devrai-je vous le répéter ?

- Mais j'avais rendez-vous avec lui, se plaignit une jeune femme. Un rendez-vous prévu depuis deux mois déjà !

- Si vous voulez bien me donner votre nom, nous pourrons reporter votre entrevue à un moment où...

- Vous ne comprenez pas... C'est important, ce que j'ai à lui dire !

Erend s'avança, curieux. Il n'avait jamais rencontré cette jeune femme, sinon il s'en serait sûrement souvenu. Elle devait avoir son âge, de longs cheveux violets, des yeux noisette, et un visage des plus charmants. Erend la trouva belle, très belle. Et autant il était fatigué, autant il n'avait pas pour habitude d'ignorer de belles filles si elles venaient à demander un rendez-vous avec lui.

- Je suis Erend Igeus, se présenta-t-il à la jeune femme. À qui ai-je donc l'honneur de m'adresser ?

La fille se tourna vers lui, soulagée, et Erend put constater qu'elle était encore plus belle de près. Ce n'était pas seulement de la beauté au sens premier du terme. Elle semblait dégager quelque chose, comme une aura de bonté et de pureté qui transportait Erend.

- Je suis Eryl Sybel, monsieur Igeus. Je suis une envoyée de Monsieur Oswald Brenwark, et je devais vous rencontrer aujourd'hui...

- Ah oui, les fameux Gardiens de l'Innocence, se souvint Erend.

Oswald Brenwark, le célébrissime avocat, avait des liens dans tous les hauts milieux, et donc naturellement dans la famille d'Erend. Le jeune homme l'avait connu quand son père traitait avec lui d'affaires et d'autres. Récemment, cet homme l'avait appelé par téléphone, lui parlant un peu de l'organisation qu'il dirigeait secrètement, et du fait qu'il allait envoyer un représentant lui expliquer tout ça en détail.

- Je suis désolé, c'est ma faute si on vous a refusé l'entrée, lui dit Erend. Cela fait des jours que j'étais fatigué par tant de travail, et je me suis permit de me prendre une journée sans me soucier de mes rendez-vous. Mais je vais vous recevoir. Suivez-moi.

Il remonta dans son bureau, Eryl à ses côtés. Erend était sûr de ne l'avoir jamais vu, pourtant, son nom lui disait vaguement quelque chose, sans qu'il mette la main dessus. C'est alors qu'il se souvint. Ithil avait déjà cité son nom lors de ses rapports. Cette fille était proche de la X-Squad, car elle était la petite-amie de Mercutio Crust. Aussitôt, Erend connu une profonde déception ; une déception qui l'amusa de suite après. Il invita la jeune femme à s'asseoir.

- Voulez-vous quelque chose à boire, mademoiselle Sybel ?

- Je vous en prie, juste Eryl. Et non merci, chef Igeus.

- Dans ce cas, ce sera juste Erend pour vous. Vous êtes donc une représentante des Gardiens de l'Innocence ? Je n'ai hélas pas bien saisi ce qu'était vraiment ce groupe quand monsieur Brenwark m'en a parlé.

- Vous connaissiez bien monsieur Silvestre Wasdens, apparemment, dit Eryl. Il faisait partie des nôtres. Et il nous a dit vous avoir interrogé sur ce qu'il s'est passé dans la région Bakan il y a quatre ans, notamment sur certains Pokemon en particuliers...

Erend déglutit, l'esprit rongé par de mauvais souvenirs. Oui, Silvestre lui avait bien posé des questions, quand ils étaient tous deux Dignitaires de Kanto. Des questions sur un trio de Pokemon qu'Erend avait eu à combattre lors de la crise de Bakan...

- Ces trois-là étaient les représentants d'un groupe nommé les Agents de la Corruption que nous combattons, poursuivit Eryl.

- Oui... ce nom ne m'est pas inconnu.

Ithil, son espion dans la X-Squad, avait déjà mentionné ce groupe mystérieux d'ennemi. Mais Erend les avait rencontrés bien avant. Trois d'entre eux, des Pokemon, étaient en parti responsable du carnage et de la guerre qui a suivi à Bakan, la région maternelle d'Erend. Ils avaient déclaré être des Agents de la Corruption, et servir un maître en particulier.

- Ces Pokemon ont amené une succession d'évènements qui ont provoqué des millions de morts et de souffrance, fit Erend. C'était là le seul but qu'ils recherchaient.

- C'est ce que les Agents recherchent toujours, confirma Eryl. Ils corrompent le cœur des hommes ou des Pokemon, pour apporter ruine et douleur. Le Pokemon qu'ils servent, Horrorscor, se nourri de tout ça, dans le but de ressusciter. Si on a décidé de vous en parler, ce n'est pas parce que vous avez été confronté à eux dans le passé, mais parce qu'on a des raisons de penser que tout ce qui se passe actuellement - la prise de pouvoir de la Team Rocket à Kanto, la GSR, la guerre - est de leur fait. Ou du moins en partie. Il est clair qu'ils en profitent, et ils commencent à sortir de l'ombre pour agir directement. La destruction de Mauville... ce n'était pas la Team Rocket, c'était eux.

- Je vois. Vous pensez donc que Venamia... pourrait être liée d'une façon ou d'une autre avec ces gens-là ?

Eryl se fit hésitante.

- Nous n'en sommes pas sûr. En tout cas, ils profitent clairement de ses actions. Il est probable que les Agents soient infiltrés dans la Team Rocket, à un certain niveau. Mais également dans l'Assemblée de Kanto, et peut-être même chez vous, à Johto. Pour faire régner la corruption, ils n'hésitent pas à provoquer des conflits. Nous les Gardiens, nous les combattons depuis longtemps et nous continuons, mais nous ne pouvons plus le faire seul. Il faut que les différents gouvernements prennent conscience de leur menace, et cessent de faire leur jeu en se combattant entre eux.

Erend était d'accord. Il n'avait sûrement pas besoin d'un nouvel ennemi maintenant, surtout depuis qu'il avait eu connaissance de l'existence de ces Pokemon Méchas. Ah, que ça serait bien si la Team Rocket se montrait raisonnable et qu'ils s'allaient tous contre ces menaces extérieures... Hélas, une quelconque alliance avec la Team Rocket serait impossible tant que Venamia serait aux responsabilités. C'est ce qu'il fit savoir à Eryl.

- La paix sera impossible avec Venamia. Si elle est un outil des Agents de la Corruption, alors ils l'ont bien choisi.

- Il n'y a pas que Venamia dans la Team Rocket, insista Eryl. Elle ne représente presque plus qu'elle-même. Il y en a beaucoup chez eux qui ne sont pas d'accord avec ses méthodes et ses projets. J'ai déjà discuté avec le sénateur Treymar de Parmanie. Le Chef d'Etat Giovanni lui-même n'apprécie pas Lady Venamia. Vous pouvez lui passer par-dessus et négocier directement avec lui. Une paix est nécessaire, chef Igeus, et vite. Les Agents préparent quelque chose. Et si la guerre recouvre toute la région Johkan quand ils commenceront, rien ne pourra les arrêter.

Erend acquiesça. Il n'avait jamais été pour la guerre. Il savait que la guerre ne ferait que renforcer Venamia, alors que la paix l'affaiblirait politiquement.

- Le problème, Eryl, c'est que pas grand monde dans la Team Rocket n'est prêt à faire le premier pas. Giovanni a beau se défier de Venamia, il ne peut pas l'ignorer. Et l'Assemblée de Kanto est gangrénée par la GSR et ses soutiens. Je suis prêt à négocier pour la paix, mais qui aurai-je en face de moi ? Le sénateur Treymar est bien gentil, mais il ne représente pas la Team Rocket. Vos amis de la X-Squad ne sont qu'une faction infime et guère haut placée.

- Vous devez taper parmi les Agents Spéciaux, chef Igeus, répondit Eryl. Tous ne sont pas du côté de Venamia et Vilius.

- Le fils de votre chef est l'un d'entre eux, si je me souviens bien...

Eryl hésita.

- Silas... est quelqu'un de gentil. Mais un peu trop proche de Venamia. J'ignore ce qu'il fait avec elle, d'ailleurs. Mais selon mon ami Mercutio, la plus virulente opposante à Venamia est l'Agent 005, Estelle, la fille du Chef d'Etat Giovanni. Et il y a aussi Kyria, l'Agent 008, qui a la guerre en horreur. Il vous suffit de les rencontrer sans que Venamia ne soit au courant.

Erend ricana.

- Il me semble, en ce moment, que notre chère Lady Venamia est au courant de tout...




********

Image des Dumbass :