Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 06/03/2014 à 17:17
» Dernière mise à jour le 11/10/2017 à 21:51

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[Témoignage 3/3] On est en guerre
Bon, eh bien j'imagine que c'est à mon tour...
Tout de suite après l'épisode de Salmyre, on a eu un choix difficile à faire. Chercher un refuge et fuir le désert, ou alors s'y enfoncer pour essayer de retrouver les autres rescapés du laboratoire, ceux qui avaient suivi Thrak.

Cette décision, personne ne voulait la prendre. Soit on risquait nos vies pour des gens probablement déjà morts, que quasi-personne dans le groupe ne connaissait, soit on laissait ces inconnus crever et on essayait de sauver notre peau.

C'est Andrew qui a décidé. Personne n'osait dire quoi que ce soit, alors il a tranché. Nous d'abord. Tant pis pour les cobayes.

Je me rappelle avoir entendu de sacrées engueulades entre lui et Thrak, la nuit où il a pris sa décision. C'était pas un choix facile. Mais il fallait penser à nous. Le groupe primait.

On a commencé à marcher vers le nord, là où le désert disparaissait le plus vite d'après Andrew. C'était aussi par là que les gens s'étaient dirigés un peu après le Changement. Sauf que eux n'avaient pas un Tortank pour les approvisionner en eau. Parce qu'on avait beau avoir emporté des réserves, elles n'ont pas duré longtemps.

A mon avis, on n'a survécu que grâce à Tortank. Le jour, Amara le rentrait dans sa Pokéball, et ne le sortait que la nuit, pour qu'il s'imprègne du peu d'humidité que y'avait dans l'air. On était morts de soif en permanence, mais on tenait bon.

Enfin presque. On a perdu une personne du groupe, qui s'était pris une balle quand on a fui de Salmyre. Sa blessure s'est infectée et on n'avait rien pour la soigner... J'ai honte, mais j'ai oublié son nom. Y'a eu tellement de morts depuis...
Thrak était regardé bizarrement. Deux ou trois personnes se méfiaient de lui. Faut dire qu'on flippait tous un peu. Tout le monde avait remarqué ses vêtements percés, comme s'il s'était fait cribler de balles. Pourtant il marchait avec nous, serein, pas mort du tout. Certains avaient essayé d'en parler discrètement à Andrew, mais il leur avait dit de ne pas s'en faire.
Tortank dépérissait à vue d'oeil, et nous aussi. Nos vivres diminuaient de plus en plus et on commençait à se disputer sans cesse, à nous lamenter. Le soleil et le sable nous tapaient sur les nerfs. Certains disaient qu'on tournait en rond, qu'on allait y passer. Les autres se taisaient et suivaient Andrew sans poser de questions. Un type a abandonné, en demandant qu'on le tue sur place. On a essayé de le raisonner, de le traîner. Thrak s'est même proposé pour le porter. Rien à faire. Alors on l'a laissé là, avec une gourde et du pain. Il était foutu, mais il y a avait un minimum d'humanité à avoir.
Je sais même pas combien de temps est-ce qu'on a marché dans ce foutu désert. Plusieurs jours et plusieurs nuits, mais ça a paru durer tellement longtemps...

Et finalement, on a aperçu des montagnes au loin. Ça nous a fait tellement bizarre de voir autre chose que ce sable à perte de vue...
On a trouvé le canyon. Le canyon où on est là maintenant. Plein de grottes, avec de l'ombre, et une source souterraine qu'on n'a pas tardé à trouver. T'imagine pas comme on était heureux.
Mais y'avait pas que nous dans ce canyon. On a trouvé une voiture blanche, une voiture d'entreprise, marquée "X-Corp", laissée là, dans le sable. Y'avait encore de l'essence. Ce qui voulait dire qu'on n'était pas seuls.
Et on a vite trouvé les propriétaires. On est tombés sur cinq cobayes, qui se planquaient dans une caverne... Ils ont bien failli nous attaquer, mais Andrew et Thrak les ont calmés. Ils étaient affamés, épuisés et complètement paumés. Il y avait Elise, que tu connais déjà. Luc, un gars tout fin, avec des lunettes, un peu timide. Kate. Elle était marrante, elle. Un peu bizarre, mais drôle. Adam. Silencieux, sombre, mais l'air correct. Et Jakar... Lui, il était pas bien. Il se balançait d'avant en arrière, le cul par terre, en racontant des trucs sans queue ni tête. Il en faisait flipper pas mal, dans le groupe. Et surtout, il était complètement bossu, déformé, franchement dérangeant.

On les a recueillis. Aucun d'eux ne se rappelait de quoi que ce soit d'avant le Changement. On s'est présentés. On a raconté ce qui était arrivé à Salmyre. Ce qui était arrivé au monde. Et eux, ils nous ont raconté qu'ils s'étaient réveillés dans un laboratoire pas loin, bâti dans une montagne. Mais c'était pas le même labo que celui d'où venait Thrak, il en était certain. Et c'est là qu'on a commencé à se demander combien il y en avait, et pourquoi est-ce qu'on n'en avait jamais entendu parler avant le Changement.

On a décidé de s'installer au canyon. De toute façon, personne n'était en état de bouger. On avait des réserves pour encore à peu près trois jours. Bref, c'était la merde. Heureusement, il y avait la voiture. Elise nous a raconté qu'il y en avait d'autres au laboratoire en ruines, qu'ils s'en étaient servis pour s'enfuir.
Thrak et Andrew sont partis pour le laboratoire le lendemain. Amara a emmené son Tortank près de la source souterraine pour essayer de le remettre d'aplomb. Le pauvre tenait plus sur ses pattes.

Nous autres, on a attendu. Thrak et Andrew sont rapidement revenus avec un fourgon, en disant qu'il y avait plein de trucs à récupérer là-bas et qu'ils avaient besoin d'aide. Alors moi, Elise, Adam et deux autres personnes du groupe, on les a suivi jusqu'aux pics.

C'est de là que tu viens, Lyrian. Je vais pas te décrire l'endroit. T'as pas dû le remarquer dans ton état, mais au pied de la montagne, y'a une sorte de hangar creusé dans la roche. En fait, de base il était fermé, mais Thrak avait défoncé l'entrée avec une voiture. S'en était tiré sans une égratignure. On y a trouvé pas mal d'essence, des motos, des fourgons, et tout un tas de fournitures : des caisses, un peu de bouffe comme celle des cosmonautes, tu sais, le truc lyophil... ah non, tu vois pas, forcément. Bref. On a embarqué tout ce qu'on pouvait. Je crois que pendant deux jours, on a fait que des allers-retours. Y'avait aussi un ascenseur qui menait au complexe, mais il était en panne, et personne avait le courage d'aller explorer ce qu'il y avait là-dedans.

Andrew a décidé de tenter le tout pour le tout et de partir pour Salmyre. Il voulait vider l'ancienne planque, et trouver d'autres trucs qui nous seraient utiles. On lui a dit que c'était risqué. Mais il disait qu'on avait pas trop le choix. Alors un beau matin, lui et Thrak sont partis avec un autre homme du groupe. Trois fourgons.

Pendant qu'ils jouaient les aventuriers, nous, on essayait de faire des habitations potables dans les grottes, avec les rescapés du labo. Les cobayes... On s'est vite rendus compte qu'ils étaient... différents. Enfin on avait tout plus ou moins compris que Thrak était clairement trop fort et trop endurant, même pour quelqu'un de son gabarit, mais il avait fait beaucoup pour le groupe, et dans le désert, dès que quelqu'un essayait d'émettre des doutes, Andrew lui disait de se taire. On se demandait tous ce qu'ils avaient vécu exactement dans ces labos, mais on n'avait jamais vraiment le temps d'en parler avec toutes les tâches à faire, et ça les mettait aussi mal à l'aise que nous de s'imaginer comme des cobayes.
Bon, ok, déjà rien que le fait qu'ils soient quasiment tous amnésiques, c'était bizarre. Que Thrak ait l'air d'être une espèce de surhomme, c'était encore plus bizarre, surtout qu'il était aussi surpris que nous.
Mais parmi ceux qu'on avait trouvés dans le canyon, certains étaient pire que ça... Elise, ça allait, elle avait l'air normale. Gentille et tout. Pareil pour Kate. Luc chopait encore plus de coups de soleil que tout le groupe réuni, mais sinon, rien d'anormal.
Adam, par contre, il a commencé à refuser de sortir le jour. Il passait son temps dans les grottes, à dormir ou à aider à l'aménagement, mais pas moyen de le faire sortir. Il était toujours un peu distrait. Et la nuit, il se posait dehors et il regardait la lune pendant des heures. Louche, mais pas méchant.
Par contre, Jakar était clairement flippant. Il se balançait toujours comme un autiste, d'avant en arrière, assis par terre, en racontant des trucs bizarres, des histoires d'alter ego ou je sais pas quoi. Il ne répondait jamais quand on lui parlait. Des fois, il se levait brusquement et il agrippait quelqu'un en le regardant droit dans les yeux, puis il se mettait à hurler pendant des heures et il fallait le forcer pour qu'il lâche la personne.

La plupart du temps, on l'isolait dans une grotte. Et puis un jour, quand Elise est allée lui apporter à manger, elle l'a vu dessiner des motifs étranges sur les murs. Avec son sang.
Il s'était ouvert les veines avec un caillou. Quand elle a voulu l'arrêter, il l'a projetée au mur.
Elise s'est enfuie sans chercher plus loin, et elle est venue nous prévenir.

Au même moment, on a entendu le bruit d'un fourgon. Elise, Kate et Jim, un homme du groupe d'Andrew, sont allés s'occuper de Jakar tandis que nous, on aidait Thrak qui descendait de son camion.
Il nous a dit qu'ils avaient réussi à récupérer énormément de choses, et qu'ils avaient trouvé des gens à Salmyre. Et en effet, deux minutes plus tard, les deux autres fourgons sont arrivés. Andrew a fait descendre, quoi... une quinzaine de personnes ? On était stupéfaits. Thrak nous a dit qu'il s'agissait d'un groupe de survivants qui s'était planqué des condamnés, comme Andrew et les siens. Y'avait deux ou trois Dresseurs, dans le tas.
Parmi eux, il y avait Joshua, et sa petite sœur, Mara. Elle avait quoi... douze ans ?
On a aidé à débarrasser les fourgons tandis qu'Andrew réunissait tout le monde pour leur expliquer la situation. Comme quoi on s'était établis ici, qu'il y avait une source, de la nourriture, des armes, des véhicules, des vêtements. Qu'ils étaient tous les bienvenus.

Ces gens avaient l'air aussi marqués que nous. J'avais aperçu deux ou trois personnes qu'avaient pas l'air très bien, peut-être malades ou blessées... Certains crevaient la dalle. Amara et son Tortank, à peine remis, ont distribué de l'eau pour tout le monde.

Et c'est ce moment là que Jakar a choisi pour tout foutre en l'air. Il est sorti de sa grotte, ensanglanté, avec Elise et Kate sur ses talons. Elles criaient. Au début, on a pas vraiment compris, on n'entendait pas. Et puis pendant que Jakar courait vers nous, on a fini par comprendre ce qu'elles racontaient.

« Il a tué Jim ! Courez ! »

Ça a dégénéré au cauchemar. En deux secondes, on est passés de la joie de retrouver d'autres survivants à la panique générale. Jakar hurlait comme un fou, il était couvert de sang. Il a tendu les doigts vers un type et l'a fait décoller du sol, comme ça, par la pensée. On était morts de peur. Thrak s'est précipité sur lui pour le plaquer par terre, mais Jakar l'a fait voler d'un simple geste. C'était à mourir de peur... Il s'en prenait à tout le monde, dès que quelqu'un l'approchait, il l'envoyait valdinguer. Il m'a envoyée contre un rocher, ça m'a à moitié assommée.

Andrew a crié aux gens de s'enfuir, de se cacher dans les grottes. Jakar s'en est pris à une gamine. Mara. La sœur de Joshua. Il l'a faite léviter, pendant que son frère hurlait. Je me rappelle plus vraiment comment ça s'est passé ensuite... Tout le monde criait, moi j'étais toujours contre mon rocher, complètement sonnée... J'ai vu Elise essayer de le raisonner, de lui demander de poser la gamine, mais rien à faire. Joshua a voulu se jeter sur lui, mais je l'ai attrapé. Il ne m'a jamais pardonné de l'avoir empêché d'approcher Jakar.

La petite Mara hurlait de terreur. C'était... vraiment flippant. Elle planait à six mètres au-dessus du sol, en pleurs, pendant que Jakar lui hurlait des trucs incompréhensibles. Il avait vraiment perdu l'esprit.

Et puis il s'est mis à la faire léviter haut, très haut. Trop haut. On était tous comme pétrifiés, sans savoir quoi faire. Élise continuait à hurler à Jakar de relâcher la gamine. Sauf qu'il a fini par lui obéir... Jakar a relâché son emprise sur Mara. Joshua a hurlé. J'ai fermé les yeux. Y'a eu un coup de feu.

Quand je les ai rouverts, Mara était morte, par terre, et Kate avait abattu Jakar avec le flingue d'Andrew. Joshua hurlait, pleurait. Je l'ai lâché. Il a couru vers sa sœur.

Va convaincre les survivants de rester après ça. On était tous complètement traumatisés. Certains, comme Kate ou Élise, ont mis des semaines à se remettre. Il y a des gens qui voulaient partir. Andrew a réussi à en retenir quelques uns, mais d'autres ont préféré fuir que de rester avec nous. Avec les cobayes.
Joshua est devenu l'espèce de raciste que tu connais. Mais il n'était pas le seul. Andrew et Thrak ont été forcés de parler des laboratoires. Des expériences. Des pouvoirs que certains commençaient à développer.
Et la plupart des survivants ont commencé à avoir peur d'eux. A exiger qu'on se sépare d'eux. Andrew a toujours refusé, et même si aujourd'hui y'a quelques têtes de Tauros, la majorité se contente de vivre loin d'eux, de ne pas leur parler.

Tout ça, c'était y'a à peu près, quoi, quatre mois ? On a eu pas mal d'autres problèmes depuis... Bon, on a bien évolué aussi. On a mis la barricade en place. On a continué à récupérer des trucs, à Salmyre, un peu au labo aussi, même si on n'est jamais rentrés à l'intérieur du complexe. On récupérait des gens, de temps en temps. Perdus dans le désert, au début. Et en ville. Quelques cobayes qui sortaient du labo.
Jusqu'au jour où ce qui devait arriver est arrivé, et où le groupe de Salmyre, celui qui nous avait déjà posé problème, nous a repérés.. Faut dire qu'à force d'y aller en fourgon, ça laisse des traces dans le sable. Leur première attaque était y'a quoi... un mois et demi ? On les a repoussés avec les armes qu'on avait récupérées. On est à peu près aussi nombreux qu'eux, maintenant.
Mais ils continuent à nous harceler. On a perdu pas mal de monde à cause d'eux... J'imagine que leurs réserves de bouffe se vident petit à petit et qu'ils s'en prennent à nous pour ça. A peu près une fois par semaine, ils se pointent et ils essayent de nous descendre. C'est pour ça qu'on a des guetteurs partout.

On est en guerre.