Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 12/01/2014 à 08:13
» Dernière mise à jour le 12/06/2018 à 23:43

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 212 : Deux fronts, deux équipes
Mercutio en avait assez d'être en convalescence. En à peine un mois, il avait passé plus de quinze jours dans un lit, d'abord à cause de ces fichus Pokemon Méchas, et maintenant à cause de Dazen. Mais bon, il s'en sortait plutôt bien, à vrai dire. Mieux que Galatea. Miry avait dû rester éveillée deux jours entiers pour la maintenir en vie, alors qu'elle-même n'allait pas bien. Quand Galatea avait repris conscience, elle avait pu utiliser son propre Flux médical, bien supérieur à celui de Miry, pour se soigner elle-même. Enfin, plus ou moins bien sûr. Quelque soit son talent dans la guérison avec le Flux, ses blessures nécessitaient beaucoup de temps. Mais elle avait quand même assisté Miry dans l'opération délicate de Seamurd. Le garçon avait maintenant un poumon artificiel. Ça le dérangeait, mais au moins était-il hors de danger.

Mercutio avait appris tout ce qui s'était passé. Acutus était mort, en amenant Dazen avec lui. Mercutio ne savait pas si ça pouvait être qualifié de bonne ou de mauvaise nouvelle. Une chose était sûre : les Shadow Hunters devaient être furax maintenant. Mercutio trouvait très bizarre que cet Ithil qui avait réussi sans mal à infiltrer l'hôpital n'en ai pas profité pour les éliminer. À quoi pensait cet Erend Igeus qui tirait les ficelles des Dignitaires et de la Shaters ?

Et maintenant, qu'allaient-ils faire ? Continuer à chasser les Shadow Hunters privés du chef, ou enfin clore cette guerre qui durait trop longtemps ? Il ne leur restait que Céladopole puis enfin Safrania, la capitale, à conquérir. Les Dignitaires étaient acculés de toute part. De plus, Céladopole ne serait pas compliquée à prendre, car le maire de la ville était secrètement affilié à la Team Rocket avec qui il avait passé des accords. Beaucoup de ses habitants étaient pro-Rockets, et il y avait beaucoup d'espions dans les rangs de la police et même de l'armée là-bas. Puis restera Safrania. Certes, les Dignitaires avaient fait de la ville une vraie forteresse. La bataille serait longue, mais au final, la Team Rocket ne pourra que l'emporter. Pourquoi ne pas en finir maintenant ? La X-Squad s'occupera des Shadow Hunters restant lors de l'assaut final.

Quand ils furent autorisés à quitter l'hôpital d'Azuria pour rentrer à la base, la première chose que Mercutio fit fut de se lancer à la recherche de Silas Brenwark. Ce ne fut pas aisé. La GSR était étrangement très occupée partout, et en tant que chef en second, Brenwark était difficile à attraper. Mais il parvint à lui parler une minute, et exigea des renseignements sur Eryl et Zeff. Mais Silas haussa les épaules.

- Je crains de ne rien pouvoir vous dire, Mercutio. Je ne suis que le clone d'ombre de Silas. J'ignore ce que fait mon vrai moi à l'heure actuelle.

- Comment pouvez-vous l'ignorer ? S'agaça Mercutio.

- Quand j'utilise mon pouvoir, le vrai Silas et son clone deviennent des entités distinctes. L'un ne peut pas savoir ce que faut l'autre. Ce n'est que quand le pouvoir est levé que toute l'expérience et les souvenirs des deux se rassemblent en un seul. Mais il y a une chose que je peux vous dire. Je suis vivant. Si le vrai Silas était mort, son clone, c'est-à-dire moi, aurait disparu.

Mercutio se fichait un peu beaucoup de Brenwark, mais c'est tout ce qu'il put obtenir de lui, si ce n'était une solution plus facile pour avoir des nouvelles d'Eryl.

- Pourquoi ne pas l'appeler ? Demanda simplement Silas. Elle doit avoir pris son portable avec elle non ?

Mercutio secoua la tête en se traitant mentalement de tous les noms pour n'avoir pas pensé à quelque chose d'aussi débile. Peut-être qu'il avait été touché au cerveau aussi ? Il parvint à contacter Eryl, bien que la ligne soit trouble.

- Mercutio ? Fit la voix de sa petite-amie, brouillée par des grésillements.

- Eryl ! Tu vas bien ?! Où es-tu ?

- Sur le dos du Dracolosse du professeur Chen. On se rend à Almia depuis trois jours, et y'a pas beaucoup de réseau à cette altitude. Mais ne t'inquiète pas, je vais bien.

Elle lui parla toutefois de l'attaque du laboratoire du professeur par les deux Agents de la Corruption. Ce fut une surprise pour Mercutio d'apprendre que ce Mister Smiley était toujours vivant. Et ce n'était rien pour le rassurer, étant donné que Mercutio avait été totalement impuissant face à lui.

- Ne t'en fais pas pour moi, tenta de le rassurer Eryl. J'ai Zeff et Solaris avec moi. Tu sais à quel point ils sont forts non ?

Mercutio savait oui, mais ces deux là n'étaient pas spécialement les gens envers qu'il avait le plus confiance au monde. Il aurait aimé être là lui-même, et le lui dit, mais Eryl insista sur la nécessité de chacun de suivre sa propre voie et de mener ses propres combats. Apparemment, cette histoire de Gardiens de l'Innocence et d'Agents de la Corruption à laquelle Mercutio ne comprenait pas grand-chose concernait Eryl de près. Puis de toute façon, Mercutio avait assez été absent. La Team Rocket ne pouvait plus se passer de lui à l'heure actuelle, vu que la X-Squad avait reçu un ordre conjoint de Tender et de Siena de se rendre dans le bureau du général pour une nouvelle mission. Ça signifierait que les deux seront là. Bonne ambiance en perspective...

Mercutio ne comprenait pas ce qui clochait avec sa demi-sœur. Elle devait savoir que Galatea et lui étaient passés très près de la mort, mais n'était même pas venue les voir ou même s'enquérir de leur état. Bien sûr, Siena n'avait jamais été très démonstrative ou sentimentale, mais là, c'était presque insultant. De plus, ce qui se passait actuellement avec la GSR acheva de renforcer l'inquiétude de Mercutio. La X-Squad, en compagnie donc de Laurinda, attendait dans leur base l'heure de se rendre au rendez-vous, et écoutait les informations. Ils tombèrent bien vite sur un reportage, sans doute relayé par une chaîne pro-gouvernement, sur la GSR et sur ce qu'elle faisait ses derniers jours.

Déjà, Mercutio ne reconnut pas l'uniforme des gars de la GSR. On aurait dit qu'ils portaient maintenant des armures de l'espace, entièrement noires. Certains avaient, sur leurs bras gauche, une espèce de brassard qui produisait une lumière violette, et qui pouvait tirer des rayons que la X-Squad identifia vite comme étant de l'Eucandia, cette source d'énergie venant de la terre qui avait été exploitée par Zelan et sa Team Némésis. Le reportage montrait ces gars en noir détruire un petit village anti-Rocket, et ce en tuant les civils sans état d'âme. Mais le pire fut quand on montra ce que la GSR faisait dans les villes passées à la Team Rocket.

- Le colonel Crust a décrété la conscription obligatoire pour tous les hommes et femmes entre dix-huit et quarante ans, disait la journaliste. Tous seront obligés de servir dans la GSR, embrigadés de force tandis que l'on menace leur famille. Déjà, des milliers d'enfants ont été privés de leurs parents, et bien des parents on vu leurs enfants partir dans cette guerre qui n'est pas la leur.

On voyait plusieurs images où des hommes de la GSR défonçaient des portes en embarquant de force leurs recrues les plus bornées à ne pas venir. Il y avait des files de gens, encadrés par des GSR en arme, qui attendaient, maussades, de passer sur les registres pour se faire enregistrer.

- Dans le même temps, la GSR est passée à la vitesse supérieure concernant ses purges, reprit la journaliste. Ses règles deviennent plus dures, ses punitions plus sévères. Tous ceux qui sont soupçonnés de trahisons parmi la Team Rocket où les civils qui disent la servir sont impitoyablement pourchassés.

Et là, ça n'y allait pas de main morte sur les images. Les emprisonnements, les pelletons d'exécutions, les châtiments corporels avec fouet ou matraque... Et pendant ce temps là, on voyait les rangs de la GSR, toujours de plus en plus nombreux, défilés en chantant leur Marche de la Gloire et en mettant joyeusement feu à des maisons. On voyait quelque fois Siena, à la tête de ses hommes, dans une combinaison similaire, sauf qu'elle possédait un gant bizarre et épais dans lequel elle tenait son nouveau jouet, cet Ecleus sous sa forme d'arme. On la voyait à l'action, lançant l'éclair sur ses ennemis, le dirigeant comme elle le voulait avec son gant, tranchant et électrocutant à la ronde. On la voyait tenir ses discours enflammés sur le grand état Rocket, la puissance de l'humanité, et la nécessité d'un nouvel ordre mondial, tandis que ses troupes clamaient son nom, le poing levé vers elle. Puis la journaliste passa à un discours d'Erend Igeus en personne, qui réagissait aux exactions de la GSR sur le devant du balcon du Centre Général, à Safrania.

- Le colonel Siena Crust vient de nous dévoiler son vrai visage, disait-il. Celui de l'intolérance, de la sauvagerie, de l'inhumain. Elle n'est attirée que par le pouvoir et n'a cure de la souffrance des autres. Sa GSR est une odieuse machine mise en place par Giovanni parce que lui et ses généraux répugnent à gagner une guerre dans les règles. Mais très bientôt, j'en suis sûr, ils verront qu'ils se sont eux-mêmes fourvoyés sur la criminelle dont ils se servent pour nous combattre. Je le dis haut et fort en m'adressant à Giovanni : honte à vous ! Honte à vous de créer pareil personnage qui n'apportera que la ruine dans le monde. Et puisse Arceus avoir pitié de vous quand vous vous rendrez compte que Siena Crust n'est pas votre alliée, encore moins votre subordonnée.

Tuno pris la télécommande pour éteindre le grand écran, laissant son équipe dans la stupeur devant ce qu'ils venaient de voir. Le colonel soupira, et dit :

- Bon, qui commence ?

Galatea leva la main.

- Rien à voir, mais je trouve Erend Igeus super canon. Et je ne suis pas loin de penser la même chose que lui sur notre chère et tendre Siena.


***


Au même moment, le Boss de la Team Rocket, Giovanni, éteignit lui aussi sa télévision après le message qu'Erend Igeus venait de lui adresser. À ses cotés, il y avait ses deux enfants, Vilius et Estelle, ainsi que le général en chef Curlin Boxtown. Si Estelle et Boxtown étaient choqués, Vilius, lui, semblait plus gêné qu'autre chose. Gêné et en colère.

- Je dois remercier le ciel que ce gamin d'Igeus ne sait pas que j'ignorai tout des agissements récents de Crust, commença le Boss. Je ne serai alors pas passé pour l'enflure qu'il décrit, mais pour le crétin de service. Vilius, une explication ?

Son fils, pour une fois, paru à court de parole et de rhétoriques.

- Eh bien... Si ça peut vous rassurer... J'étais dans la même ignorance que vous, père. Crust ne m'a jamais averti d'une conscription, encore moins de ses purges dans nos villes conquises.

- Elle va trop loin, poursuivit Boxtown. Pas seulement pour l'image qu'elle donne de la Team Rocket. Son unité de francs-tireurs prend bien trop de liberté avec notre mode de fonctionnement...

- C'est bien plus que ça, général, intervint Estelle. Siena Crust nous défie directement. Quand la GSR conquit une ville, ce n'est plus le R rouge qui flotte au dessus de la mairie, mais bien le R noir avec un éclair. Crust ne réfère même plus le conseil de guerre de ses projets et de ses plans. Elle fait que ce qu'elle veut, et nous crache dessus par la même occasion.

Vilius tenta de défendre son alliée, mais sans grande conviction.

- C'est peut-être un peu exagéré...

Giovanni lui fit signe de se taire.

- Je t'avais mis en garde contre ses prises de liberté. Je t'ai dit de t'en occuper. Regarde où on en est maintenant ? La conscription ? Les purges ? Un hymne attitré ? Le culte de la personnalité ? Ce n'est pas la Team Rocket, Vilius. Pas celle que je dirige. Il faut que ça cesse. Ou on va se retrouver dans la situation qu'Igeus a décrite.

- Père, je vous conjure d'écouter... lança Vilius. Vous en prendre à Crust maintenant serait la pire des erreurs. Oui, c'est vrai, la GSR n'est pas contrôlable, et c'est justement pour ça que ce serait dangereux. Mettez-vous Siena comme ennemie, et nous aurons une guerre civile Rocket sur les bras. Le gouvernement n'aura plus qu'à nous écraser. Il nous faut continuer à travailler avec elle, jusqu'à que nous ayons gagné la guerre. Ensuite, nous nous assurerons de la remettre à sa place.

- Qui est ce « nous » ? Lui demanda ironiquement Estelle. Toi ?

- Je ne prétends pas avoir un contrôle absolu sur elle, lui concéda son frère, mais je suis le seul qu'elle accepte d'écouter.

- Et tu trouves ça normal ? Père est toujours le Boss, je te rappelle. Que quelqu'un se disant de la Team Rocket n'accepte pas ses ordres ne devrait pas être !

Vilius soupira ostensiblement, ennuyé.

- Allons, un peu de sérieux... Nous savons tous parfaitement que la Team Rocket n'est pas aussi structurée que nous le voulions, notamment du coté des hautes personnalités, les Agents Spéciaux et les commandants militaires. Si j'ai bonne mémoire, le Généralissime Karus n'a jamais obéit à la lettre aux ordres de notre grand-mère si ? Lord Judicar fait bien partie de la Team Rocket aussi, pourtant il ne se presse pas tellement pour satisfaire père. Pour Zelan, s'était pareil, même quand nous pensions qu'il était loyal. La Team Rocket favorise les ambitions, et l'ambition favorise l'autonomie. Nul doute que Siena œuvre pour son ambition, mais je crois aussi qu'elle fait ce qu'elle pense être le mieux pour la Team. Et c'est grâce à elle que nous avons tant progressé dans cette guerre depuis la débâcle qu'a causé Zelan, personne ici ne peut le nier.

Le général Boxtown hocha la tête un peu à contrecœur.

- Je dois admettre que c'est le cas. Mais quand même, la direction que semble prendre le colonel Crust est inquiétante.

- Laissez-la faire mumuse le temps qu'on gagne la guerre, insista Vilius. Ça ne devrait pas tarder. Un mois, tout au plus. Je sais que Siena prépare une opération conjointe avec la X-Squad pour s'emparer de Céladopole. Et avec la mort de Dazen de la Shaters, Safrania ne tiendra plus très longtemps. Quand nous serons maîtres de Kanto, on pourra recadrer Siena plus facilement. Intervenir maintenant serait suicidaire.

- Et par recadrer, tu entends quoi ? Voulu savoir Giovanni.

- Nous en avons déjà discuté, père. Il s'agit de la nommer Agent, bien sûr. Elle en a le pouvoir, la renommée et le prestige. Et de ce poste là, elle sera bien plus accommodante, j'en suis sûr, et nous aurons une vision d'ensemble sur ses faits et gestes. « Surveille tes ennemis, mais surveille encore plus tes amis ».

Giovanni haussa les sourcils. Vilius parlait vrai, mais ça ne lui plaisait pas. Cette Siena Crust était comme un Electrode chargé à bloc et prêt à exploser à la moindre fausse manipulation. Techniquement, c'était vrai que nommer Agent quelqu'un qui avait tendance à gesticuler et à faire parler de lui suffisait à le calmer et à le faire rentrer dans les rangs. Mais qui peut dire le résultat que ça aurait avec Siena Crust ? La seule chose qui pouvait un peu rassurer Giovanni, c'était, ironiquement, le fait que Vilius convoite son poste avec ardeur. Giovanni connaissait bien son fils et son ambition, et il savait que Vilius ne laisserait jamais personne lui passer dessus. S'il insistait tant pour que Crust devienne Agent, c'était qu'il pensait vraiment pouvoir la contrôler ensuite. Alors Giovanni allait se fier au caractère ambitieux et égocentrique de son fils.

- Vous en pensez quoi, Boxtown ? Demanda-t-il tout de même à son général suprême.

- Le plan de l'Agent 003 me parait raisonnable, monsieur.

- Estelle ?

- Vous prenez un risque, père, dit l'Agent 005. Et vous savez très bien pourquoi Vilius veut voir Crust en Agent...

Elle décocha un regard brûlant à son frère, qui lui sourit aimablement.

- Tu as toujours été jalouse quand je me trouvais des amis, ma chère sœur. Mais maintenant qu'Acutus est mort, on a encore une place de libre. Pourquoi ne pas nommer un de tes amis aussi ? Nous serons à égalité alors...

- C'est moi qui nomme mes Agents, les arrêta le Boss. Et je n'ai rien promis concernant Crust. Je vais faire comme tu m'as dit, et la laisser tranquille le temps de la fin de la guerre. On verra plus tard pour la nomination. Mais toi, tu vas aller lui parler, pour qu'elle se calme, tu m'entends ? Si elle franchit encore la ligne, c'est toi qui seras responsable.

Voilà qui était embêtant, songea Vilius. Car Siena avait dépassé la ligne depuis longtemps et n'avait aucune intention de revenir derrière.


***


Quand la X-Squad entra dans le bureau du général, Siena était déjà là, dans son armure noire brillante, sa cape à bordereaux bleus, son immense éclair qu'elle tenait dans son gant métallisé, et avec un truc bizarre sur l'œil gauche, une espèce de monocle teinté qui était accroché par derrière son oreille. Mercutio avait l'impression de voir une sorte de seigneur de guerre spatial, et pas la sœur avec laquelle il avait grandi. Après avoir vu le reportage sur elle et son unité, il put à peine masquer sa révulsion à son égard. D'ailleurs, le général se tenait le plus loin possible d'elle, sans lui adresser un regard. Une ambiance polaire. Heureusement, Galatea tenta de briser la glace avec son naturel enjouée, qui cette fois paraissait tout de même un peu forcé.

- Mais si ce n'est pas la grande sœur ?! Génial ton look. On dirait... euh... la version féminine de Lord Judicar, mais sans le masque.

- La grandeur appelle la distinction et l'impressionnable, répondit Siena. La vision que l'on donne de soi se reflète dans nos actes et dans le ressenti de nos troupes.

Galatea cligna des yeux, surprise par cette phrase guindée. Goldenger dit, tout naturellement :

- J'ai rien compris, pour sûr...

- Très profond, se força à dire Galatea. Mais euh... c'est quoi le truc que tu portes au visage ?

- Oh, c'est juste un dispositif qui me permet de voir derrière moi. C'est Natael qui me l'a fabriqué, en même temps que mon gant. Ça reflète tout ce qu'il y a derrière ma tête, sans que je voie ma tête. Il peut aussi tourner en même temps que mon œil, ainsi j'ai une vision globale autour de moi et je suis sans angle mort. Plus personne ne pourra m'attaquer sans que je le sache.

Galatea échangea un regard avec ses équipiers. La parano allait de pair avec la célébrité, apparemment... Tender toussota pour amener la conversation au sujet principal.

- Le colonel Crust ( Tender buta difficilement sur ce mot ) et moi-même avons décidé d'une opération visant à nous emparer de Céladopole. Comme vous le savez, le maire est des nôtre, ainsi que beaucoup de fonctionnaires, administratifs ou policiers. Céladopole est un fruit mûr qu'il est temps d'aller cueillir. La X-Squad et la GSR travailleront simultanément.

- Ça fait beaucoup pour une ville qui est déjà pratiquement déjà à nous, commenta Tuno.

- C'est nécessaire, car il se peut fort bien que les Shadow Hunters soient de la partie, répondit Siena.

Elle jeta un bref regard à Laurinda, sans cacher son mépris.

- Notre mission sera de nous emparer de tous les endroits stratégiques de la ville, poursuivit-elle. L'armée des Dignitaires est assez présente là-bas, mais ce seront des combats discrets, pas une bataille rangée. Une mission d'infiltration plus qu'autre chose. Ah, également, on doit protéger le maire. Ça fait parti de notre accord. On doit craindre, outre les Shadow Hunters, la présence de plusieurs dresseurs, sans doute mené par la championne Erika, qui seront fidèles aux Dignitaires. Galatea, Djosan et Goldenger, vous viendrez avec moi. Amenez donc aussi un de vos chiens-chiens Mélénis.

Mercutio fronça les sourcils, en se forçant de ne pas relever la vulgarité de Siena sur Miry et Seamurd.

- Qu'est-ce que ça veut dire ? Nous n'y allons pas tous ensemble ?

- Non, répondit Tender. J'ai reçu très récemment des informations qui amènent une mission conjointe, sur un tout autre sujet. Les Pokemon Méchas.

- Ils ont enfin été repéré ?!

- Oui. À Unys. La Team Rocket a quelque espions là-bas, et apparemment, le Maître Iris a fait part à la population de prendre garde, car un robot Suicune contrôlerai actuellement le Pokemon qu'ils nomment Kyurem Noir. C'est pour ça que la X-Squad sera divisée. Une moitié ira avec le colonel Crust à Céladopole, et l'autre enquêtera sur D-Suicune à Unys.

- Je crois que ça serait mieux si nous restions ensemble, insista Tuno. La GSR est assez puissante et nombreuse pour se charger seule de Céladopole...

- Oui, nous le sommes, assura Siena. Mais je veux quand même trois d'entre vous avec moi.

- Et on peut savoir pourquoi ? Demanda Galatea.

- Bien sûr. Parce que je ne vous fait pas confiance, et que je veux vous surveiller. C'est assez clair ?

- Ah oui, là j'avoue...

- Mais ne vous inquiétez pas, reprit Siena avec un sourire malsain. Je fournirai au groupe d'Unys trois de mes capitaines. Ainsi, ce sera un partage équitable, une véritable association entre nos deux unités sur deux fronts à la fois.

Et surtout, un bon moyen pour Siena de surveiller aussi le groupe d'Unys, songea Mercutio. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien craindre d'eux ? Qu'ils tentent de la renverser ? Tender n'était pas joyeux quand il dit :

- Bon, alors c'est réglé. D'un coté, à Céladopole, nous aurons le colonel Crust, ainsi que ses capitaines Althéï, Faduc et Sharon, avec Galatea, Goldenger, Djosan et Seamurd s'il veut venir. Et de l'autre, à Unys, Tuno, Mercutio, Laurinda, ainsi donc que Silas Brenwark, Ian Gallad et Esliard. C'est bon, pas d'erreur ? Demanda-t-il à sa fille d'un air maussade.

Siena hocha la tête.

- Parfait. Je vais donc transmettre ce fichu rapport au Boss le plus vite. Et je vous souhaite bonne chance à tous.


***


Juste après la réunion, Siena était allée dire un mot en privé à son fidèle Ian Gallad, à propos da la mission commune avec la X-Squad. Bien sûr, lui, Silas et Esliard savaient à quoi s'en tenir : surveiller la X-Squad. Les aider à se débarrasser de D-Suicune bien sûr, car Siena prenait elle aussi au sérieux la menace Mécha, mais surtout surveiller les agissements de Tuno. Car Siena avait été mise au courant. Ithil, le frère G-Man d'Erend Igeus, avait infiltré l'hôpital d'Azuria quand Mercutio et Galatea étaient incapables de se défendre. Il aurait pu les tuer, même Tuno à qui il avait face, mais ne l'avait pas fait, parce Erend ne voulait apparemment pas s'en prendre à la X-Squad. Et ça, ça avait mis la puce à l'oreille de Siena.

Qu'est-ce qu'Igeus attendait de la X-Squad ? Tuno l'avait-il secrètement rencontré ? Avaient-ils passé une alliance ? Pour l'éliminer elle ? Siena ne voulait rien laisser au hasard. C'était pourquoi elle tenait à présent à surveiller la X-Squad, et mieux encore à les séparer. Mais cette mission à Unys en groupe réduit était aussi l'occasion pour elle de régler un autre problème. C'était pour ça qu'elle voulait parler à Ian en secret. C'était le seul dont elle soit sûre à 100% qu'il lui était totalement fidèle, à elle et à personne d'autre.

- Ian, quand vous serez à Unys avec la moitié de la X-Squad... Il se pourrait que, pendant le combat contre D-Suicune, cette... Laurinda soit victime d'un tragique accident. Vous me comprenez, Ian ?

Le grand capitaine hocha la tête sans laisser transparaître ses émotions. D'ailleurs, Siena en venait parfois à se demander s'il en avait. Mais c'était mieux ainsi. On réfléchissait moins, certes, mais on obéissait plus.

- Agissez sans vous faire remarquer, ou n'agissez pas du tout, continua Siena. Oh, et n'en dites rien à Silas. Il m'est fidèle, je le sais, mais un peu trop gentil pour son bien. Après tout, c'est un Gardien de l'Innocence.






***********

Image d'un soldat GSR :