Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Une amitié à toute épreuve de Skyla



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Skyla - Voir le profil
» Créé le 25/04/2013 à 18:20
» Dernière mise à jour le 29/11/2014 à 23:59

» Mots-clés :   Fantastique   Présence de personnages de l'animé   Présence de personnages du jeu vidéo   Présence de poké-humains

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 6 : Ilonara et mythologie
Une fillette d'environ huit ou neuf ans s'approchait du lac. Sa longue chevelure rousse était tressée en une seule natte qui atteignait ses genoux. Vêtue à l'ancienne, elle portait une longue robe blanche toute simple. Pieds nus, la fillette s'approchait du point d'eau, une torche d'une main et une cruche de l'autre. Elle coinça sa torche comme le gamin et se mit à genoux pour puiser de l'eau.

Le petit garçon s'approcha doucement pour ne pas l'effrayer. Sans résultat. La fillette poussa un cri, lâcha sa cruche et recula prestement, salissant ainsi sa robe blanche. Zahir plongea pour attraper la cruche avant qu'elle n'atteigne le fond. Une fois remonté, il tendit l'objet à la petite rouquine. cette dernière hésita un peu et reprit son bien.

- Qui ... qui es-tu, le questionna-t-elle timidement.

- Je m'appelle Zahir. Et toi ?

- Je ... je m'appelle Ilonara. Quel âge as-tu ?

- Dix ans et toi ?

- Je ... je viens d'avoir huit ans. Tu ... tu viens d'où au juste ?

- Je suis arrivé d'un tunnel par là-bas, lui dit-il en pointant l'endroit où brillait sa torche.

La fillette écarquilla les yeux.

- Tu ... tu viens de la surface ?

- Oui, pourquoi ?

- Je ... je n'ai pas le droit de parler aux gens de ton espèce ...

Ilonara se releva prestement. Elle prit sa cruche et sa torche et repartit de où elle était venue.

- Hé ! Attends-moi !

Zahir retourna rapidement vers son sac. Il rappela ses trois Pokémon, rangea les balles dans son sac, mit se dernier sur son dos, reprit sa torche et courut pour rattraper la fillette. Le gamin finit par la rejoindre.

- Qu'est-ce que tu veux dire par ''les gens de ton espèce'' ?

- Tu es un humain et je n'ai pas le droit de te parler.

- Bien sûr que je suis un humain ! Tu croyais que j'étais quoi ?

- Je ne sais pas ...

Le gamin s'arrêta brusquement.

- A ... attends ... tu es en train de me dire que tu n'es pas humaine ?

- Bah non je le suis pas ! Je suis une Elfe !

- C'est quoi un Elfe ?

- Tu ... tu n'as jamais entendu parler de nous ?

- Non.

Elle repris sa route. Zahir la suivit.

- Il y a très longtemps, alors que le monde venait à peine d'être créé, Arceus créa les Elfes pour peupler le monde. Il y avait dix-sept races en tout, une pour chaque type. Mon peuple vivait en harmonie avec la nature. Puis, vint la grande trahison de Giratina. Ceux qui le suivirent devinrent des êtres sans pouvoirs. Des humains en gros. Leurs pouvoirs devinrent des Pokémon.

- De quelle trahison tu parles ?

- Celle de Giratina. Tu ne la connais pas ?

- Non.

- Giratina a voulu créer sa propre race de créature pensante, mais sans l'accord de son épouse Palkia et de Dialga. Encore moins celle d'Arceus. Il a donc été banni dans le Monde Distorsion. Son épouse voulut le rejoindre, mais Dialga l'en a empêché. Arceus a séparé le temps et l'espace dans deux univers différents pour que leur combat ne détruise pas le monde.

- Et comme tu disais, ceux qui ont suivi Giratina sont devenus humains et leurs pouvoirs, des Pokémon ?

- C'est cela. Pour protéger ses fidèles, Arceus a ensuite caché les Elfes un peu partout sur le globe. Apparemment, ils nous a aussi effacé de la mémoire des tiens.

- Tu disais qu'il y avait dix-sept races d'Elfes ?

- Oui, une pour chaque type.

- Tu es de quel type, toi ?

- Je suis une Elfe Romiko.

- C'est-à-dire ?

La fillette rigola.

- Une Elfe psy si tu préfères.

Ils continuèrent à marcher en silence.

- Et on va où comme ça, demanda Zahir après un moment.

- Je rentre au village ... mais je ne sais pas si je dois t'y emmener ...

- Pourquoi ?

- Ma race se cache des tiens depuis si longtemps ... je crois que qu'ils ont peur des humains ...

- J'ai l'air méchant ?

- Non.

- Ne t'inquiète pas, dans le pire des cas, je dirais que c'est de ma faute si je suis avec toi.

- Ce qui est le cas. Tu m'as suivie.

Les deux enfants continuèrent leur chemin en silence. Le tunnel finit par grimper vers le sommet de la montagne.

- C'est encore loin ?

- Oui.

- Tes parents te laisse descendre seule ?

- Je suis prêtresse, ils n'ont pas le choix.

- Prêtresse ?

- Il y a seize familles au village. Chacune a un rôle particulier. La mienne s'occupe du coté religieux. D'ailleurs, c'est pour ça que je suis descendu au lac sacré.

- Le lac est sacré ?

- Si. Son eau guérit beaucoup de blessures. La famille dirigeante boit l'eau à l'honneur de la fête mensuelle, puis le reste du village se sert.

- Fête mensuelle ? Il y a vraiment beaucoup de chose que j'ignore, dit-il essoufflé, car le terrain était de plus en plus abrupt.

- Oui, tous les vingt-et-un du mois, on organise une fête pour un légendaire, dit la fillette qui ne semblait pas sentir les difficultés du terrain.

Au sommet, Ilonara et Zahir s'arrêtèrent devant un gouffre.

- On fait quoi maintenant ?

- Tu ne vois pas le pont ?

- Quel pont ?

- Suis-moi, il doit être invisible aux yeux des tiens pour nous cacher.

Le gamin agrippa une manche de la robe de sa nouvelle amie et avança prudemment. Un grand frisson traversa son corps quand il fut sur le pont car, puisqu'il ne le voyait pas, c'était comme si le garçon marchait dans le vide.

- N'aie pas peur, le pont est solide.

- Parle pour toi. Je te signale que moi, j'ai l'impression de marcher dans le vide au-dessus d'un gouffre sans fond !

Ce ne fut qu'une fois arrivé de l'autre côté que les frayeurs de Zahir cessèrent. Il suivit Ilonara qui continuait vers un tunnel. Une lumière brillait au fond de ce dernier ...