Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 23/12/2012 à 09:25
» Dernière mise à jour le 06/04/2018 à 00:33

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 138 : Le monde d'Horrorscor
Après la chute de Zelan, et alors que Siena gisait sans connaissance sur le sol dévasté, Suicune s'apprêtait à une autre attaque qui l'aurait débarrassé de ces humains, quand N se posta devant lui.

- Il suffit, ami Suicune. Ne confond pas justice et vengeance aveugle. Tu ne ferais que te rabaisser au niveau des humains !

Suicune cessa de préparer son second rayon, mais dévisagea intensément le jeune homme aux cheveux verts.

- S'interposer devant un des chiens légendaires, enfants de Ho-Oh, et leur proie, est un acte très dangereux, N, renchérit le Pokemon de façon menaçante.

- Tu n'as pas besoin de tuer ces gens-là, insista le roi des Pokemon. Vois donc ; celle-ci n'est qu'une enfant... Elle n'est pas coupable des atrocités de la Team Freedom.

- Tu prétends te battre pour la liberté et le libre arbitre des Pokemon, et tu oses me dicter ce que je dois faire ou non ?! Tu es peut-être différent des humains normaux, mais leurs gènes d'arrogance existent quand même en toi. Nous sommes les Pokemon, les premiers venus sur cette planète qu'a crée pour nous le Premier, Mew. Nous sommes une race puissante et sauvage, malgré les efforts des humains pour nous domestiquer. Nos mœurs ne sont pas les tiennes. Les humains doivent payer !

- Mes hommes sont en train d'appréhender les véritables coupables, dit N. Nous te les remettrons, et tu en feras ce que tu en veux. Mais laisse les innocents en paix. Je me bats pas seulement pour les Pokemon. Je me bats pour les faibles, pour la justice, pour un monde meilleur.

Ce fut ce moment que choisit un Makuhita se trouvant à coté de la jeune humaine évanouie pour intervenir. Il parla longuement, approuvant les paroles de N, affirmant que ces humains là n'étaient pas les mêmes que la Team Freedom, et implora pour leur pitié en se mettant à genoux devant le vent du nord. Ce dernier renâcla, puis abdiqua.

- Fort bien. Je vais laisser la vie à ces vermines là. Mais ma soif de sang n'est pas encore apaisée, N, sache-le.

- Je comprends. Je vais m'employer à la réduire un peu.

Deux sbires Plasma arrivèrent justement avec un Gendaï tremblotant et sanglotant, prêt à s'évanouir devant le regard de braise de Suicune.

- Pi... pitié, seigneur, balbutia-t-il en s'agenouillant devant N. J'ai été embobiné par Vrakdale ! Il dispose de pouvoirs effrayants... C'est un monstre. C'est lui le coupable de tout ceci, je...

Ecœuré, N n'osa même pas s'adresser à lui. Il s'éloigna, allant vérifier la santé de la jeune fille blessée à terre, laissant l'esclavagiste à son bourreau. Ses cris résonnèrent longtemps avant que Suicune n'ait tranché une grande partie de sa chair. Quand il fut rassuré quant à l'état de santé de Siena, N se retourna vers ses hommes, qui tentaient de ne pas regarder le spectacle peu ragoutant de Gendaï offert en pâture à Suicune, qui, de toute évidence, n'avait rien contre la chair humaine à diner.

- Rappelez tous vos Pokemon, ordonna le jeune homme. Venez en aide à tous les blessés, Pokemon comme humains. Que tous les sbires Freedom que vous avez capturé soient remis aux Pokemon de Suicune. En échange, j'attend de toi et de tes amis qu'ils cessent immédiatement toute violence contre les humains innocents, ajouta-t-il en direction du vent du nord.

Sans attendre la réponse de Suicune, il partit avec ses sbires, quand une explosion retentit, alors que les combats étaient censés être terminés. N leva la tête, en même temps que Suicune. C'était l'homme à la cape noir à grand col rouge, et au visage brûlé toujours fumant, celui que les espions de la Team Plasma et de Suicune avaient identifié comme étant le mystérieux boss de la Team Freedom. De son corps semblait sortir une étrange puissance, et il dévisageait Suicune et N avec un horrible sourire.

- Eh bien, eh bien... J'ai attiré du beau monde chez moi aujourd'hui. Le roi des Pokemon et le vent du nord en personnes ! Désolé de ne pouvoir faire plus pour vous accueillir.

- Ta mort suffira, cracha Suicune.

Il bondit vers Vrakdale en rugissant, quand ce dernier brandit le poing, repoussant Suicune d'une autre explosion. Plusieurs Pokemon vinrent en aide à leur chef, ainsi que N et ses sbires Plasma. N ne savait pas quel genre de monstre ils affrontaient, mais une chose était certaine : ce Vrakdale était bien plus qu'un humain.


***


Zelan n'était plus que douleur. Physique, bien sûr. La chute lui avait broyé la cage thoracique ainsi que ses jambes, qu'il ne sentait plus. Il peinait à respirer, crachait du sang, et la moitié de son visage semblait être du plasma en fusion. Quant à son œil gauche, il ne marcherai plus jamais. Mais malgré tout ça, c'était la douleur mentale qui primait. Il avait vu beaucoup de ses camarades périr, son père être égorgé par Suicune, et maintenant, sans nul doute que Siena avait connu le même sort. Et tout cela... tout cela... c'était les Pokemon qui l'avaient fait ! Alors qu'Erik et son fils les avaient toujours bien traité comparé aux sbires Freedom. Pourquoi ? Pourquoi cette injustice ?!

Même avec un œil en état de marche, Zelan ne voyait rien autour de lui, même plus la lumière en haut. Il était très en profondeur de l'excavation. Jamais il ne pourrait remonter. Il était condamné à mourir ici, de ses blessures ou de soif, oublié de tous, malgré toutes les épreuves qu'il avait traversé, et ce uniquement pour guérir sa mère... La douleur, la colère et l'injustice lui arrachèrent un hurlement de déni.

- Je les hais, grinça-t-il. La Team Freedom, les Pokemon... Je les hais TOUS !

Alors, dernière chose qu'il cru possible dans sa situation, une voix lui répondit.

- Oui... Je sens cette haine. Elle est si brûlante... Elle me rend si fort...

Le jeune garçon se paralysa, sa colère envolée, seule restant la peur. Cette voix... elle était froide comme le néant, sombre comme l'abysse. L'air même s'était rafraichi.

- Qui... Qui est-là ? Demanda Zelan. Qui êtes-vous ?

- Qui je suis ? Je suis toi, Zelan. Je suis ta colère, ta haine. Je suis la haine de tous les êtres vivants...

La caverne s'éclaira grâce à une lumière rouge qui provenait de devant Zelan. Elle sortait d'une pierre, lisse, qui semblait être un fragment d'un morceau plus grand. Sa couleur n'avait rien en commun avec la roche des alentours. C'était sans doute la fameuse pierre que recherchait la Team Freedom. Ce dont Zelan était sûr, c'est qu'il y avait quelque chose à l'intérieur.

- Oh, tu peux ressentir ma présence ? s'étonna la voix. Bravo. Ta haine doit vraiment être forte. Mais la haine ne fait pas tout. Il faut aussi de la volonté. La volonté de changer les choses. L'as-tu, Zelan ?

- Mais qui êtes-vous, à la fin ?!

Une ombre sembla s'échapper de la pierre, jusqu'à former une silhouette fait de ténèbres. Zelan avait l'impression de regarder à travers le vide spatial. Un tourbillon rouge apparut au centre de cette apparition, et une bouche crochue s'ouvrit, révélant un intérieur rouge sang. Zelan n'était plus seulement terrifié. Il était fasciné.

- Mon nom est Horrorscor, le Pokemon de la Corruption. Et je ne vis que par la haine...

L'ombre de l'apparition enveloppa entièrement Zelan, qui nageait dans un océan rouge et noir immatériel.

- Non... laissez-moi... fit-il faiblement.

- N'aie crainte. Je vais dévorer ta haine. Ta peur. Ton amour. Je serai toi, et tu seras moi. Puis nous agirons pour la mise en place d'un monde nouveau. Un monde de paix. Regarde !

Une vision apparut dans les ténèbres rougeoyante. Celle d'un monde sublime, beau, pur. Les Pokemon disparus, il n'y avait plus aucun conflit, car tous les conflits naissaient à cause des Pokemon, directement ou indirectement. Horrorscor lui montra ce futur resplendissant, où Zelan se voyait, plus vieux, avec Siena à ses cotés. Ils s'aimaient, ils avaient des enfants... Mais ce n'était pas tout. Son père et sa mère étaient là eux aussi.

- Dans mon nouveau monde, la mort cessera d'être, lui susurra la voix d'Horrorscor. Et avec elle disparaîtront tous les malheurs de ce monde. Toi, tu seras adulé. Vois.

Et il vit. Il se vit devant des milliers de gens, tous le regardant avec adoration. Ils le vénéraient, lui qui avait sauvé l'humanité et rendu si belle. Et dans cette foule, il voyait entre tous le visage admiratif et plein d'amour de Siena.

- Comment ? Comment atteindre ce nouveau monde ? Supplia Zelan. Est-il réel ? Est-il possible ? Comment faire ? Dîtes-le moi !

- Il est à porté de main de tous bons ambitieux qui possèdent en eux la puissance et la volonté. Je sens beaucoup de volonté en toi. Il ne te manque que la puissance. Et je vais te la donner...

Soudain, toute l'obscurité et la lumière rouge qui entourait Zelan se troubla et pénétra dans son orbite endommagé. Le jeune garçon sentit comme si quelqu'un violait son âme. Quelque chose était en train de s'infiltrer en lui. Quelque chose de sombre, de répugnant, d'à peine vivant. Mais quelque chose de fort, qui apporta à son corps et à son esprit un pouvoir inimaginable.

- La vérité et la liberté n'existent pas en ce monde. Tu ne les trouveras... que dans le Monde d'Horrorscor !

Zelan sourit, son œil désormais unique brillant d'une lueur rouge.


***


- Eh petite, tu vas bien ? Parle-nous !

Siena ouvrit difficilement les yeux, bien que consciente depuis quelques minutes. Deux sbires de la Team qui avait attaqué le complexe avec les Pokemon la regardaient, inquiets.

- Tu es blessée quelque part ?

Oui, Siena était blessée. Mais dans son cœur et dans son âme, là où ces blessures seraient difficilement guérissable. Un rapide coup d'œil autour d'elle suffit à appréhender le chaos ambiant. La Team Plasma étaient en train de rassembler les blessés, et les cadavres aussi, souvent plus nombreux. Celui de Zelan, il n'aura même pas la chance d'être inhumé convenablement. Siena ne mit pas longtemps à reverser des larmes. Les deux sbires tentèrent de la rassurer.

- Tout va bien maintenant. Ne t'inquiète pas, c'est terminé. Nous vous avons sauvé de ces vils esclavagistes.

Sauvé ? La belle affaire... Plus de la moitié d'entre eux étaient morts. Mais Siena ne se donna pas la peine de répliquer. Elle en avait assez. Elle en avait assez vu. Plus rien ne la retenait ici. Elle voulait juste rentrer chez elle... Un peu plus loin, des bruits d'explosion continuaient de retentir. Les deux sbires se regardèrent, inquiets.

- Le Seigneur N et Suicune affrontent toujours le boss des Freedom. On devrait peut-être aller les aider ?

Ainsi, Vrakdale était encore envie ? Si il y en avait bien un qui méritait de périr, c'était celui-là.

- Tu rigoles ? S'exclama l'autre. Si le Seigneur N et Suicune galèrent, qu'est-ce que tu veux que l'on fasse ?! On va se faire tuer en moins de deux, c'est tout !

- Vous ne croyez pas si bien dire...

Siena sursauta, et regarda fébrilement tout autour d'elle. Elle avait reconnu cette voix, bien qu'elle fut différente. Plus sèche. Plus dure. Mais c'était bien celle de Zelan. Peut-être les miracles existaient-ils finalement en ce monde ? Le jeune garçon surgit d'où il était tombé, de la crevasse. Mais pas avec ses mains. Il semblait soulevé par des espèces de mains noires et très longues qui sortaient de tous son corps. Il semblait vraiment changé. Son visage, toujours avenant et joyeux, s'était assombri, et une lueur que Siena ne lui connaissait pas brillait dans son œil désormais unique.

Autre chose, il tenait une pierre entre ses mains. Une pierre blanche. Mais tout ces détails n'étaient rien pour Siena. Zelan était en vie. Mieux encore, à part son œil de perdu et la moitié de son visage couverte de cicatrices, il semblait aller bien, malgré cette chute mortelle. Siena sentit ses lèvres s'étirer en un sourire, et elle fonça vers lui, avide de le prendre dans ses bras. Mais Zelan ne l'enlaça pas. Il se contenta de la regarder d'un air étrange, avide, presque effrayant. Siena recula malgré elle.

- Zelan ?

- Tiens, Siena ? Tu as survécu alors ? Je suis content. Tu vas pouvoir observer de près. Vois le nouveau pouvoir qu'Horrorscor m'a donné ! Le pouvoir de la vengeance !

- Eh gamin, qu'est-ce que tu...

C'était l'un des sbires Plasma qui venait de parler. Mal lui en prit, car avant la fin de sa phrase, un des bras de ténèbres de Zelan lui traversa le thorax. Le sbire n'eut aucun cri malgré son regard surpris et effrayé. Son corps se mit à noircir, à se ratatiner sur lui-même, jusqu'à qu'il ne reste plus qu'une silhouette granuleuse qui s'évapora au vent en cendres noires. L'autre sbire hurla pour appeler des renforts. Zelan se retourna vers tous les sbires Plasma qui accouraient, suivis de leurs Pokemon. Il sourit, et déchaîna l'enfer sur eux. Siena ne put que regarder sans comprendre, sans réagir. Le cauchemar n'était pas fini. Non, il venait de commencer.


***


Vrakdale cessa son combat contre N, ses Pokemon et Suicune d'un coup. Il retourna d'où il venait et un sourire étira son visage ravagé.

- Alors, elle a enfin été trouvé, murmura-t-il. Voilà qui plaira au Marquis des Ombres, sans nul doute...

- Qu'est-ce que tu marmonnes ainsi ? Demanda N.

- Tu devrais te dépêcher de rejoindre tes hommes, gamin qui se prétend roi, ironisa le boss de la Team Freedom. Ou tu risques de les retrouver en petits morceaux.

Des cris terribles et des bruits de combats leurs parvinrent à ce moment là. Le sourire de Vrakdale s'élargit encore plus.

- Ah... non, en fait, c'est déjà trop tard pour eux.

Puis il baissa le bras et s'en alla.

- Notre petite joute fut intéressante, mais je n'ai plus rien à faire ici. Ma mission est accomplie. Profitez-bien du temps présent, Seigneur N, Seigneur Suicune. Profitez-en tant que vous pouvez. L'ère des Pokemon sera bientôt révolue... et on entrera dans celle de la corruption !

Son rire accompagna ses paroles tandis qu'il disparaissait dans un panache de fumée.


***


Zelan était devenu une machine à tuer. Les sbires Plasma, les Pokemon, et mêmes les esclaves survivants... personne n'était laissé pour compte par les bras qui semblaient fait d'ombre et les rayons rouges et noirs sortant des véritables mains de Zelan. Le jeune garçon semblait lui s'être perdu dans une folie meurtrière. Son aura était entourée de ténèbres, et il éclatait de rire à chacun de ses meurtres. Siena n'arrivait pas à s'expliquer la nature des nouveaux pouvoirs de Zelan. Ni la raison le poussant à une telle cruauté. Elle se fichait aussi un peu du sort de ses victimes. Elle voulait seulement qu'il arrête. Qu'il redevienne le Zelan d'avant, pas cet inconnu nimbé d'ombre et gloussant d'un rire de fou. La jeune fille s'élança vers lui, en le prenant dans ses bras pour qu'il cesse. Son corps était d'une chaleur extrême au touché, mais Siena tint bon.

- Arrête ! Je t'en prie, Zelan, arrête ça ! Je ne veux pas... Je n'en peux plus !

Zelan cessa effectivement sa folie meurtrière, mais pour dévisager Siena d'un regard glacial.

- Pourquoi arrêterai-je ? Ces hommes, et leurs Pokemon... Ce sont eux qui nous ont fait souffrir, Siena !

- Je sais mais... Tu n'es pas comme ça, Zelan ! Pas toi... Tu es quelqu'un de gentil !

- Gentil ? Ça veut dire quoi, ce mot ? Se laisser tuer sagement alors qu'on nous attaque ? Ne pas se défendre ou répliquer de peur de faire du mal ? Abandonne toutes ces idioties, Siena. Tu ne pourras pas appréhender le nouveau monde d'Horrorscor de cette façon. La vengeance, c'est la justice.

C'était comme si Siena avait un étranger devant elle. Elle ne comprenait pas ce qui a pu lui arriver. Mes ses soupçons se portèrent sur la pierre étrange que tenait Zelan. Ce que recherchait la Team Freedom, n'était-ce pas justement une pierre censée avoir de grands pouvoirs ? Et pour que Zelan tienne pareil discours digne de Vrakdale, cette pierre devait avoir un effet néfaste sur lui.

- Lâche là, Zelan, lui demanda-t-elle. Lâche cette pierre !

Quand Siena tenta de la lui arracher des mains, elle fut empoignée par la gorge par l'une des nombreuses mains noires de Zelan, et maintenue deux mètres au dessus du sol. Elle suffoqua tandis que celui qui avait été son meilleur ami et protecteur souriait d'un air mauvais.

- J'ai un but, maintenant, Siena. Ma vie à désormais un sens. Horrorscor m'a donné ce sens. Mon esprit s'est illuminé, tu comprends ? Je vois tout avec clarté désormais... Je dois purifier ce monde des Pokemon, et apporter la liberté aux humains. Cet objectif est absolu, il passe avant tout. Même avant toi. Je t'aime bien, Siena, mais si tu t'avises de te mettre au travers de mon chemin, je t'écraserai.

Il serra encore plus la poigne de sa main surnaturelle. Des lumières dansèrent devant les yeux de Siena, et elle se demanda vaguement si sa gorge ne serait pas écrasée avant qu'elle n'ait le temps de mourir du fait du manque d'air. C'est alors que quelque chose percuta Zelan, lui faisant lâcher prise. Siena s'effondra au sol, toussant allègrement, tandis que son fidèle ami Makuhita s'était élancé vers Zelan pour la sauver. À présent, le garçon était à terre, et le Pokemon combat le ruait de coup de poings. Il fut bien vite propulsé quand Zelan retrouva l'usage de ses sombres pouvoirs. Il se releva, le visage en sang et tuméfié.

- Saleté de Pokemon ! Cracha-t-il.

Il prépara visiblement une attaque puissante, vu les ombres qui se condensaient sur sa main, mais il n'eut pas le temps de la lancer que Siena s'était déjà jetée sur lui. Ils roulèrent sur le sol dévasté et parmi les cadavres, jusqu'à que Zelan ait le dessus, qu'il plaque Siena au sol, et qu'il ne lève sa main obscurcit de puissance maléfique. Mais il arrêta son geste, juste à quelques millimètres du visage de Siena, en pleur. Il resta un moment ainsi. Siena crut bien que son heure était arrivée, que Zelan allait abaisser sa main et la détruire comme il avait détruit tant d'hommes et de Pokemon. Mais finalement, il n'en fit rien. Il se leva et s'éloigna d'elle.

- Reste là et continue à pleurer, si tel est ton désir, dit-il en partant. Moi, pendant ce temps, je vais agir. Ce monde est pourri, Siena. Je vais le changer. Mais pour cela, je vais devoir le détruire. J'espère que d'ici là, tu l'auras compris. Et quand ce sera le cas, je t'attendrai. Dans tous les cas, en bien comme en mal, on se reverra.

Siena resta couchée, immobile, bien après que Zelan ne fut parti. Elle dut s'endormir longtemps, car quand elle se réveilla, elle apprit qu'elle se trouvait dans une des bases de la Team Plasma dans la région d'Unys. Le garçon aux cheveux verts qui se faisait appeler N, qui semblait être le chef de la bande, lui expliqua qu'elle fut l'une des rares survivantes du carnage, et que ne sachant pas très bien quoi faire d'elle, N l'avait amenée chez lui, et l'avait soignée. Siena lui en était reconnaissante, de même que N avait aussi ramené Makuhita, qui était resté du début à la fin au coté de Siena.

Des jours passèrent. Des semaines. Des mois. Ce qui c'était passé à Cuplens était un traumatisme dont Siena ne guérirait sans doute jamais. Et pourtant, elle avait essayé. Elle s'était elle-même charcuté le dos avec un couteau pour effacer l'ignoble sceau de la Team Freedom marqué au fer rouge. Mais elle n'avait pas encore trouvé le courage et la volonté de retourner dans sa base Rocket. N s'est révélé être un hôte agréable et gentil, qui n'exigeait rien d'elle et faisait tout pour qu'elle se sente à l'aise. Apparement, il se sentait un peu responsable de sa situation. Il avait voulu en savoir plus sur elle, mais Siena n'avait jamais rien dit. Elle ne souhaitait pas qu'il sache qu'elle venait de la Team Rocket. D'après ce qu'elle avait compris, la Team Plasma et la Team Rocket avaient des idéaux totalement contraires. Puis finalement N cessa de l'interroger, et affirma qu'elle pouvait rester ici autant qu'elle le voulait.

Siena demeura donc un moment avec la Team Plasma. Des gens très idéalistes, souvent utopistes et bizarres, mais au final sympathiques, car ils traitaient admirablement bien les Pokemon. Makuhita aussi aimait bien l'endroit ; c'était certain qu'il était bien mieux traité ici, où les Pokemon étaient adulés, qu'aux excavations de Cuplens. De plus, Makuhita s'était lié d'amitié avec plusieurs Pokemon de la Team Plasma. Siena envisagea donc un moment de rester indéfiniment ici. La cause Plasma lui semblait bien plus digne d'intérêt que la cause Rocket. De plus, la Team Plasma n'était pas autant militarisée que la Team Rocket, et tous ses membres étaient plus ou moins égaux. Ses seuls chefs étaient N, bien sûr, que les sbires appelaient « Seigneur » ou « Sire », ainsi que sept Sages, de vieux bonhommes à l'air sympathiques et attentionnés.

Siena pourrait facilement devenir sbire Plasma malgré son âge, et défendre les droits des Pokemon avec à ses cotés son ami Makuhita. Une nouvelle vie, un nouveau départ, après ce qu'elle avait vécu. Mais plus le temps passait, plus elle songeait avec nostalgie à sa vie dans la base G-5, et à la compagnie de son frère et de sa sœur, ainsi que de son père Penan. Rien de tout ce que la Team Plasma aurait à lui offrir ne vaudrait ça. Finalement, après cinq mois passé aux cotés de N, elle parla au Roi des Pokemon de son intention de partir, et lui dit au passage la vérité sur ses origines. N fut surpris, certes, mais pas en colère. Il semblait à Siena que rien ne pouvait mettre ce jeune homme ne colère, si ce n'était des Pokemon qui souffraient par la faute des humains.

- Le monde n'est ni blanc ni noir, lui dit-il. Il y a autant de couleurs qu'il y a de pensées et d'idéologies. C'est ce pluralisme qui fait l'intérêt de ce monde. Car si tout le monde pensait pareil, il n'y aurait certes pas de conflit, mais il n'y aurait pas de progrès non plus. Le monde serait enlisé dans l'immobilisme et le déclin. Or, il ne se construit que par la confrontation éternelle entre l'Idéal et la Réalité. Toi, Siena, tu es une jeune fille courageuse, intelligente et en empathie avec les Pokemon. Je suis rassuré de savoir qu'il existe des êtres tel que toi dans la Team Rocket. Sache que tu auras toujours mon amitié.

Ce fut décidé. Siena en parla avec Makuhita. Elle savait que le Pokemon se plaisait ici, et lui proposa de demeurer aux cotés de N. Mais il ne voulut pas l'abandonner, et partit avec elle, prêt à devenir son Pokemon. Ce fut la seule chose que Siena ramena de son aventure dans les excavations de Cuplens, avec des souvenirs douloureux. Elle ne put dire la vérité à Penan, Mercutio et Galatea. Elle en avait trop honte. Et si jamais la Team Rocket apprenait qu'elle avait eu des contacts amicaux avec la Team Plasma, elle pourrait faire une croix sur tout projet de carrière en son sein. Elle inventa donc un mensonge, comme quoi elle aurait fait le tour de la région pour en apprendre plus sur les Pokemon et finalement capturer Makuhita.

Penan ne fut pas dupe d'un mensonge si grossier, surtout après sept mois de disparition. Mais il voyait bien que Siena ne pouvait ni ne voulait en parler, et lui forcer la main ferait plus de mal que de bien. Puis il était tellement soulagé de la retrouver qu'il laissa passer, et finalement, cette disparition fut oubliée. Mais pas pour Siena, qui chaque nuit revivait l'enfer de Cuplens, le rire de Zelan et son visage congestionné par la folie et la rage. Chaque nuit, elle entendait sa voix, qui lui promettait que leurs chemins se croiseraient à nouveau. Elle tenta d'oublier tout ça en se donnant au maximum pour la Team Rocket, et cacha ses émotions en se renfermant aux yeux de tous, en devenant froide et distante. Mais au fond d'elle-même, elle ne pouvait se leurrer. Elle savait qu'elle retrouverait Zelan un jour ou l'autre. Et qu'au final, cette rencontre se solderait par une tragédie de plus...








***************


Note de l'auteur : Et voilà, c'est la fin de ce mini-arc sur le passé de Siena et Zelan ; au prochain chapitre, nous revenons à l'instant présent. Certains d'entre vous serons peut-être déçus par cette fin, car je n'ai pas traité de l'arrivée de Zelan dans la Team Rocket et comment il a fait pour devenir l'Agent 002. Mais si je ne l'ai pas fait, c'est à souhait. J'ai pensé que ça ferait un thème sympa pour le concours en fin d'arc. Le but serait pour ceux qui désirent s'inscrire d'écrire ce chapitre, qui raconte ce que Zelan a fait durant ces huit années. Son engagement dans la TR, la rencontre et le recrutement des Armes Humaines, son plan, etc etc...

Tout ça en un chapitre comme les miens, et je prendrai celui que je trouve le meilleur et je l'intègrerai officiellement dans la fic, en tant que chapitre 138.5 par exemple. Vous pouvez commencer à y réfléchir, mais n'écrivez pas tout de suite. Le concours ne commencera que quand l'arc sera terminé, et connaître la fin de l'arc me parait indispensable avant d'écrire quoi que ce soit sur Zelan. Surtout que je préciserai certaines règles pour l'écriture de ce chapitre.




EDIT : Et voici donc le chapitre en question, celui qui a su le plus gagner mes faveurs parmi les trois que l'on m'a proposé. Voyez-le comme un OS indépendant centré sur Zelan quelque temps après les évènements de Cuplens, qui retrace sa rencontre avec ses futures Armes Humaines et le déroulé de son plan.







Chapitre 138.5 : Destin brisé ( par Deadlier, vainqueur du concour )




Des cris montaient, le sang volait. Il la voyait. Des combats avaient lieu, des belligérants trépassaient. Il la sauvait. Tout semblait se rapprocher d'une situation totalement chaotique. La fin de ce monde ? Elle était encore loin, mais cela sonnait à ses oreilles comme une annonciation de cet évènement. Il l'avait vu, les Pokemon avaient agressé les humains. La vérité lui était alors apparue, ce choc salvateur qu'il n'aurait su expliquer lui avait ouvert les yeux. Cette sous-espèce à laquelle il avait toujours voué le plus profond respect, qu'on lui avait appris à traiter en égal, l'avait remercié en attentant à sa vie.

Tout cela ne pouvait plus durer, il l'avait ressenti au plus profond de son être, il devrait rétablir la vérité et la justice dans ce monde gangréné par des êtres impurs aux pouvoirs trop dangereux. L'espèce humaine ne devait plus se laisser marcher sur les pieds par ces monstres. Combien de temps avait duré cet instant ? Il n'aurait su le dire, tant le sentiment de puissance qui l'habitait l'enivrait. Il n'avait pas tout de suite compris ce qu'il lui arrivait, mais il l'avait senti, il s'était vu instaurer une mission. Et il partait l'accomplir. Mais quelle mission ? Et par quels moyens ? Il ne savait pas, il ne savait plus...il avait probablement erré pendant des heures, cet artefact si puissant à la main, après avoir écrasé cette rébellion de sous-créatures, avant de sombrer dans une inconscience la plus totale.

Zelan eut un rictus en revoyant cette scène. C'était peu après l'incident de Cuplens, lorsque le surplus de Ténèbres lui était monté à la tête. Mais maintenant il ne craignait plus ces ondes noires, il y vivait en permanence. Son esprit était un étroit refuge obscur dans lequel se logeait son Dieu et seul ami, Horrorscor. Il se sentait en symbiose avec lui, prêt à sauver ce monde de sa déchéance. Lorsqu'il regardait derrière lui il n'avait plus aucun regret.

Une nouvelle image sortit des ténèbres, c'était le sourire d'une jeune femme. C'était elle qui l'avait recueillie après son malaise. Elle l'avait nourri et logé alors qu'il avait tout oublié. Du moins il le croyait. Il avait en fait simplement eu peur de sa propre puissance, peur d'Horrorscor. Lorsqu'il avait revu le monde sans Pokémon d'Horrorscor, il aurait voulu se donner la mort pour l'arrêter...mais elle sut lui redonner goût à la vie. Avec elle, la vie semblait si belle que Zelan en oublia totalement l'être de la corruption.

- Une erreur qui aurait pu s'avérer fatale, résonna une voix caverneuse.

- Rassurez-vous, je ne m'en rends que trop compte. Ce que j'ai pris comme l'évènement le plus traumatisant de ma vie fut en réalité salutaire.

Zelan faisait référence à ce qui allait dès lors lui arriver. Son exploit de Cuplens ne parut pas inaperçu aux yeux de tous. Des personnes vinrent pour lui peu de temps après. La jeune femme tenta de le sauver mais les hommes lâchèrent leurs Pokémon sur elle. Il ne put qu'assister impuissant à ce spectacle. Des Démolosse et des Grahyena s'acharnant sur son amie, qui disparaissait sous ses yeux au fur et à mesure des coups de griffes et des crocs de ces monstres. Il aurait voulu user de ses pouvoirs pour vaincre mais ils ne vinrent jamais. Sombrant dans l'inconscience une nouvelle fois, ce fut alors qu'il entra pour la seconde fois en contact avec celui qui deviendrait son Dieu.

- Une fois de plus, des innocents meurent sous la haine des Pokémon, résonna cette voix qui le faisait alors frissonner.

- Vous... vous deviez m'aider à les vaincre ! Et elle est morte... par votre faute !

- Par ma faute dis-tu ? C'est toi qui t'es détourné de moi. Tu t'es dressé contre moi et une fois de plus tu n'as pas pu sauver un être cher.

- Je ne veux plus que cela se reproduise...plus jamais vous m'entendez ? Plus jamais ! Hurla en pleurs le jeune garçon.

L'image de lui-même entrain de pleurer arracha un ricanement à Zelan. Quelle faiblesse. Pour être fort il fallait savoir se détacher, il le savait. Il avait tout sacrifié pour offrir un monde meilleur aux autres, quitte à ce que lui n'ait jamais le droit au bonheur. Il le ferait pour toutes ces personnes qui souffraient de ces sous-espèces crées par Arceus. Une autre image lui vint à l'esprit. Un homme à l'air malfaisant, dont l'œil unique inspirait le dégout. Son œil gauche perdu ou éternellement clos. Personne n'avait jamais su le dire. C'était le grand responsable. Celui qui l'avait tué. Ce type n'avait plus rien d'humain... ce n'était qu'un monstre. Son rire sardonique faisait trembler ceux qui étaient à sa merci. Il s'en souvenait très bien...

Zelan avait retrouvé ses esprits dans une cellule froide, humide et inquiétante. Pourtant il n'était pas seul, une clameur infernale s'élevait de l'unique ouverture de la pièce, une minuscule fenêtre. Il y avait vu quelque chose d'étrange, une arène ressemblant à celle où l'on faisait combattre les sous-créatures. Sauf que c'était des humains qui s'y battaient. L'un d'entre eux aurait inspiré la peur à n'importe qui, sauf à lui. Il semblait possédé lors de son combat, habité. Et il massacrait son adversaire sans une once de pitié, dans des éclats de démence. A la fin du combat, l'on put entendre son nom...un matricule quelconque. Zelan ne l'avait pas retenu mais peu importe, il avait compris. Ils étaient du bétail. Des monstres. Ici, c'étaient eux les erreurs, ceux qu'on faisait se battre, juste pour l'amusement du public. Juste pour des jeux d'argent. Juste pour les haïr.

- Le propre de l'homme est d'exploiter son prochain, pas vrai ? L'avait interrogé une voix.

- Peut-on savoir qui vous êtes ? Avait répondu Zelan, méfiant.

Un homme en blouse blanche s'avança dans la lumière. Ce souvenir était limpide. C'était la première fois qu'il rencontrait Crenden. Et déjà, il était flegmatique, peu concerné par son univers.

- Ton médecin, en quelque sorte. C'est moi qui dois gérer tous les sous-humains du patron. Et j'avoue que tu es le plus passionnant, je n'ai pas réussi à trouver l'origine de ton pouvoir, et pourtant sa puissance est exceptionnelle.

- Tu es bien téméraire. Cette puissance pourrait t'annihiler, tu le sais ?

- Tous imbus de leur puissance... Ne cours pas ce risque, le patron voit tout, et peut te tuer d'ici grâce à ce que je t'ai injecté. Ou pire, t'envoyer ad vitam aeternam dans L'Ailleurs.

- L'Ailleurs, c'est quoi ça encore ?

- Ma plus grande réussite scientifique, un portail vers un autre monde. Un endroit vide de vie, de temps et d'espace. Une prison idéale en sorte.

Crenden avait su évoquer son intérêt, déjà. Mais Zelan n'eut pas le temps d'en savoir plus, il était téléporté dans l'arène il ne sut comment. Il s'y retrouva seul, sous les sifflets de la foule. « Monstre », « Erreur de la nature », « Sous-humain ».... Ce terme déjà employé par Crenden revenait souvent. C'est donc ainsi qu'on appelait le bétail ici. Il fut annoncé dans un interphone qu'il ne combattrait pas le champion mais une « abomination ». Et il avait vu la pire chose que la nature n'ait jamais engendrée. Son cri l'informa de son identité, un Démolosse. Mais il n'avait plus rien de ce Pokemon... il était difforme, bossu, ses excroissances osseuses étaient bien plus longues qu'elles ne devraient l'être, ses crocs dépassaient de sa gueule, ses cornes étaient au nombre de trois et semblaient tordues. Une sous-créature. Encore pire que les autres.

- Vas-y, bouffe ce sous-humain ! Hurla une voix.

Un sous-humain ? Contre une sous-créature ? En y repensant, Zelan eut un petit rire amusé. S'ils avaient su....ils avaient peur des personnes comme lui, à tort. Ils les sauveraient même contre leur gré. Même s'ils ne le méritaient pas. Ce combat fut plus compliqué qu'il ne l'aurait cru, le mutant lui avait sauté à la gorge dès le début des hostilités. Son haleine fétide lui montait au nez. La vue de ses crocs pourris le rebutait. Il revit alors cette scène...son amie se faisant dévorée par une meute de sous-créatures, de.... C'est là que tout c'était passé.

- Ressens cette haine Zelan, laisse-là t'envahir. De pareilles choses ne peuvent plus être autorisées à vivre.

- Plus jamais elles ne le feront... plus jamais...

- Entrevois ce que je veux t'offrir...

L'espace d'un instant, il avait vu un monde d'humains. Un monde sans Pokémon, un monde où tous étaient heureux. Il s'était vu se faire remercier par toutes ces personnes, se faire appeler le sauveur. Il l'avait vu elle, blottie entre ses bras, tenant dans les siens la plus merveilleuse des créations de l'univers. Leur création. Ils se regardèrent et...

- Mais tout pourrait s'arréter... si tu mourrais ici...

Tout disparut. Un monde de chaos, encore aujourd'hui il redoutait ce spectacle. La jeune femme aux cheveux lavande elle aussi attaquée par des sous-créatures, sans pouvoir réagir. Les humains s'éteignant les uns après les autres. Lui, effondré au sol, se faisant tué par un monstre bleu... Ce qui suivit était resté flou dans son esprit. Il se souvenait d'un râle de colère, et d'une sensation immense d'énergie lui parcourant le corps. Il entendit aussi le cri du monstre, sa chair et ses os se brisant sous le choc d'une énergie infiniment plus noire que la sienne. Les cris de peur et de stupeur d'un public affolé par le spectacle, terrorisé par l'obscurité qui envahissait peu à peu l'arène.

Sa colère et sa haine allaient tout emporter. Dans le nuage noir qu'il avait soulevé, il aperçut un éclat rouge, et tout s'arrêta. Un mal de crâne l'envahit, tout se mit à tourner. Que se passait-il ? Tout repassait en boucle dans sa tête....le chaos, Horrorscor, Siena, les sous-créatures, la destruction du monde, la fin des humains, Siena, la haine, la colère, Siena, le monstre bleu, les crocs, la mort.

- Encore aujourd'hui, cette vision te perturbe, résonna la voix caverneuse.

Zelan était en sueur, de tous ses souvenirs, c'était bien là ce qu'il aimait le moins se remémorer. Tout ce qu'il voulait éviter...cet instant il l'avait tant redouté. Si son fidèle bras droit n'avait pas été là, il n'aurait peut-être pas supporté toute cette pression et aurait succombé à une folie totale. Mais peu à peu il avait dompté cette peur, cette image qui le hantait à chaque fois qu'il repensait à Siena....il ne pouvait plus s'imaginer son futur avec elle, il en avait trop peur. La perdre était impensable, la voir mourir insupportable. Tout ceci n'arriverait pas. Lors de son réveil, Zelan était attaché à une table à mi-chemin entre la table de torture et d'opération. Il ne pouvait identifier que deux personnes autour de lui, Crenden, et un autre homme au regard rouge. Oui, c'est de lui qu'était venu cet éclat, il pouvait le sentir.

- Quelle démonstration, sous-humain. Nous n'en attendions pas autant, ta puissance est grande. Mais elle m'insupporte vois-tu...nous n'en perçons pas le secret.

- Que voulez-vous que ça me fasse ?

- Et bien vois-tu, je suis en quelque sortes, un collectionneur de pouvoirs. Si quelqu'un sort du lot, il m'intéresse. Et si son pouvoir survit à mon arène...je me le procure ! Cela dit, ce que je ne peux obtenir...alors personne ne doit l'avoir.

- Alors vous devriez trembler, à moins de vouloir mourir.

- Pauvre fou. Je peux te maîtriser juste par la pensée, tu viens déjà d'en avoir l'exemple. Laisse-moi te dire que tu t'apprêtes à partir dans un endroit d'où tu ne reviendras jamais, tu pourrais être moins présomptueux.

- L'Ailleurs ? C'est donc ça....

- Tu parles trop Crenden, je t'avais dit de ne pas mettre les détenus au courant il me semble.

- Excusez-moi Maitre Ravik, mais étant donné qu'il me semblait condamné quoi qu'il arrive...

- Je n'ai que faire de tes excuses, débarrasse-moi de ça et viens m'apporter le résultat du dossier L.S.

L'homme partit, Zelan allait quitter ce monde qu'il n'avait pas pu sauver. Emmenant avec lui son maitre qui était la seule chance de salut pour l'humanité. Cela ne se pouvait. Il devait agir... mais il se sentait si faible... quelque chose lui brouillait l'esprit, l'empêchant de faire ressurgir la noirceur, comme dans l'arène. Il ne parvenait même pas à communiquer avec Horrorscor. La fin s'approchait doucement. Crenden commençait à pianoter sur son tableau de commande. Un dossier, de quoi s'agissait-il pour que ce soit plus important que lui ? Il entendait les mécanismes commencer à tourner, l'énergie commençait à circuler. Et ces initiales....elles lui étaient familières, mais il n'aurait pas su dire d'où elles venaient.

Tout allait s'enclencher, jusqu'à ce qu'une explosion retentisse. Crenden semblait se mettre à paniquer, les mécanismes semblaient s'emballer. Une alarme retentit au loin, des barrières semblaient se fermer. Il n'aurait pas su dire ce qui se passait au loin, mais le spectacle devant ses yeux le captiva. Un portail apparu devant ses yeux. N'importe qui aurait vu un vide insondable, mais pas lui. Zelan y voyait ce monde parfait dont il rêvait tant... oui... il devait créer un nouveau monde. Celui-ci ne pouvait plus être sauvé, il devait devenir un créateur, il devait... remplacer les Dieux.

Mais tout cessa, le portail se tordit brusquement, et un cri l'arracha de sa rêverie. Il vit Crenden se faire happer par un vortex devenu fou. Paradoxalement, cette table le maintenant solidement attaché le sauva. Mais l'aspiration était de plus en plus forte. Il allait quand même y plonger... il ne pouvait plus rien pour ce monde. Il ne pouvait plus rien pour... Quelque chose se brisa. Un barrage implosa en lui, il sentit une puissance déferler, la noirceur revenir. La voix réapparut, un seul mot d'ordre. Détruire.

La noirceur de Zelan commença à pénétrer le portail avant de faire exploser toute la machinerie. Le vortex avait disparu. Il ne restait plus rien à part lui dans la salle. Il ressentait Ravik plus haut. Il allait mourir. Zelan se précipita dans le couloir. Il finit par arriver dans ce qui semblait être une simulation du chaos. Tous les captifs de Ravik avaient été libérés. Ils combattaient des pokémon mutants et des gardes, qui semblaient bien impuissants. Zelan allait continuer sa route mais quelqu'un se plaça devant lui. Il s'agissait de l'homme qu'il avait vu combattre dans l'arène.

- Toi, j'ai vu ta puissance ! Battons-nous, je rêve d'avoir enfin un vrai adversaire !

- Nous n'avons pas le temps, je dois tuer Ravik avant qu'il ne s'enfuit. Nous combattrons après.

- Hors de question, tu ne sens pas son sang bouillir ? L'ardeur du combat monte, l'affrontement approche !

- Si Ravik meurt, on pourra partir, et tu pourras m'aider à détruire ce monde, n'est-ce pas plus alléchant ?

- Tu veux... détruire le monde ? Le... détruire ? Haha.... quelle folie ! Tu me plais bien, je suis avec toi. Tu peux compter sur Vaxatos !

Zelan eut un fin sourire. Il demanda à son nouvel allié de tuer tous les hommes de main de Ravik pendant qu'il s'occuperait de lui. Vaxatos aquiesça et le laissa progresser. Il parvenait à ressentir le maitre des lieux, car ce dernier lui avait pris la pierre. Il l'avait perçu lors de leur discussion. En la suivant, il ne mit donc pas longtemps à le retrouver. Ravik était à sa loge privée de l'arène, assis dans son fauteuil comme si de rien était. Il esquissa tout de même un semblant de surprise en voyant arriver Zelan.

- Tu as donc survécu... Quel chaos n'est-ce pas ? Ces personnes s'entretuent et ne savent pas pourquoi... Des pouvoirs ? Ridicule, ils ne savent même pas quoi en faire. Moi je possède l'ambition nécessaire à leur bonne utilisation.

- Vous jouez avec des puissances qui vous dépassent Ravik. Vous n'allez pas tarder à le comprendre. Préparez-vous à mourir.

- Ces puissances me dépassent ? Tu n'as même pas idée de ce qui a eu lieu ici, cette arène n'est qu'un prétexte servant à réunir tous ces pouvoirs ! Servant à les faire mien ! Je ne crains aucune puissance misérable être inférieur, je suis la puissance !

L'œil gauche jusqu'alors fermé de Ravik s'ouvrit. Il s'agissait d'un œil mécanique rougeoyant, reflétant les pouvoirs et les ambitions de cet être. Ce combat entre deux borgnes en quête de pouvoir allait pouvoir commencer, amusant se dit Zelan. Lui n'avait pas encore pensé à remplacer son œil. Il avait peut-être trouvé une solution.

- Grâce à mon œil et à une puce, je contrôle toutes les créatures ici présentes. Je voix avec leurs yeux, je ressens ce qu'ils perçoivent. Ils sont mes armes. Et toi, un vulgaire insecte. Disparait.

Il tira un rayon rouge que Zelan n'eut aucun mal à parer. Après quoi il fit surgir des tentacules noirs de son aura noire. Les émanations projetèrent Ravik contre le mur, ce dernier semblait décontenancé, et de la peur pouvait commencer à se lire dans son unique œil organique.

- Comment... mais tu résistes à mon contrôle ? Comment peux-tu faire ça ? C'est impossible !

- On ne contrôle pas la corruption, misérable avorton, déclama Zelan d'une voix sombre et étrange, comme si deux personnes parlaient en même temps. Tu as défié un pouvoir que tu n'imagines même pas. Nous n'avons rien à voir, moi, je m'apprête à créer un nouveau monde parfait, toi tu es un être impur qui va simplement... être effacé de cet univers.

Zelan s'avança vers l'homme tremblotant et tendit sa main vers son visage. Et dans un accès de violence, il lui arracha son œil bionique. Ravik en poussa un hurlement de douleur. Il tremblait, envahit par la peur et la douleur face à un être qu'il n'aurait jamais dû provoquer. Zelan serra le poing face à cet être qui s'était cru le maitre du monde durant un instant, et qui l'instant suivant n'était plus qu'une pitoyable créature faible et sans intérêt.

- Non attend... Pitié ! Ne me tues pas ! Je... je te donnerais beaucoup d'argent ! Tout ce que tu veux ! Pitié ! L'implora Ravik.

- Pitié ? Une notion intéressante... qui caractérise les faibles.

Une sphère noire apparue dans la main de Zelan. Ravik tenta de partir en courant, mais la sphère le rattrapa et l'engloba totalement. Il disparut dans les ténèbres en poussant un énième cri. Voilà ce qu'était la véritable puissance, que Noir Zénith le fasse disparaître dans les ténèbres les plus noirs qui soient. Tout était fini, cet homme avait totalement disparu... ou presque. Seul son œil rouge trainait au sol, après que Zelan l'ait relâché. Il eut un grand éclat de rire. Avant d'être ramené à la réalité par Vaxatos. Tous les gardes étaient morts ainsi que les mutants et les anciens captifs attendaient Zelan dans l'arène. Depuis sa loge, il s'adressa à eux.

- Humains, je m'apprête à créer un monde parfait. Un monde sans Pokémon. J'ai besoin des meilleurs éléments avec moi. Les autres peuvent... disparaitre.

Une vague de ténèbres partit de Zelan et envahit l'arène. Il entendit cet ensemble de cri qu'il adorait tant. Giratina recevait de nouvelles âmes, qu'il en profite, bientôt il ne serait plus. Lorsque le nuage se dissipa, Zelan fut relativement surpris. Seul Vaxatos était encore debout au centre de l'arène, les vêtements et le visage recouvert de sang.

- Je n'avais pas besoin de ton aide pour porter mon jugement.

- Je n'aime pas les peureux, je les ai tous tués. De toute façon j'étais le champion donc vous n'aviez besoin que de moi.

- Tu me vouvoies maintenant ?

- Après une telle démonstration, je ne peux que faire ça... maître.

Zelan eut un rictus et partit rejoindre Vaxatos. Ils descendirent dans les laboratoires de Ravik. En revenant dans la salle de L'Ailleurs, quelle ne fut pas sa surprise en retrouvant un Crenden qui semblait dans une panique totale. Il l'avait pourtant vu se faire avaler par le vortex....

- Toi, mais que fais-tu là ?

- Je... je ne sais pas. Comme vous avez fait exploser la machine, je crois que mon transfert n'a pas eu lieu entièrement. Et comme un peu de votre énergie a été absorbée, j'ai un point d'ancrage dans les deux mondes... en quelque sortes, votre pouvoir me permet d'exister à deux endroits en même temps.

- Très intéressant. Tu à l'air d'être un bon scientifique. Mets toi à mon service alors, puisque tu me dois la vie.

L'homme haussa les épaules.

- C'est pas comme si j'avais autre chose à faire. Du moment que vous me promettez de voir et de faire des choses nouvelles et intéressantes, je suis votre homme.

Ils passèrent quelques heures à essayer de stabiliser Crenden. Mais visiblement, celui-ci continuait à se dématérialiser de temps en temps. Qu'importe, il s'y habituerait. Le scientifique leur expliqua que Ravik avait pour ambition d'augmenter son armée en donnant artificiellement des pouvoirs à des humains normaux. Mais qu'il n'avait jamais réussi, les cobayes succombant toujours à leurs injections. Toutefois, la dernière expérience avait survécu, et cela avait donné de grands espoirs à Crenden, c'était d'ailleurs le dernier dossier qu'il devait apporter à son maitre avant tout ces évènements. Il devait d'ailleurs rapporter le rapport de la dernière expérience en cours à Ravik, même s'il n'avait pas de plus grands espoirs, quand il l'avait quitté, ses derniers signes vitaux allaient la quitter.

- Le dossier L.S. ? Questionna Zelan.

- Oui, les initiales du cobaye. On la capturée récemment, sur le point de mourir. Elle s'appelle...

Quelque chose surgit des décombres devant eux. Une jeune femme qui n'était pas inconnue à Zelan. Mais elle ne pouvait se trouver là, il l'avait vu mourir devant ses yeux, agressés par des Pokémon fou furieux qui ne lui laissèrent aucune chance ! Ce fut la plus grande surprise que Zelan n'ait jamais eu, elle avait survécu, Licia Spionie. C'était elle qui avait été le cobaye de Ravik. Elle les informa que c'est elle qui avait libéré les captifs et déclenché toutes ces explosions. Elle était en fait parvenue à se libérer, d'après Crenden, cette injection de pouvoir avait visiblement dépassé toutes leurs espérances. Non seulement elle avait survécu, mais ses capacités physiques et psychiques semblaient décuplées. En quelques discussions, la jeune femme accepta de se joindre au projet de Zelan, lui insufflant même une idée pour se donner une direction.

- Je sais ce que tu cherches, en fouillant dans les dossiers de Ravik, j'ai vu qu'il convoitait un pouvoir en particulier, l'informa Licia.

- Ah oui, le Flux, poursuivit Crenden, un pouvoir mentionné dans certaines histoires, qui serait utilisé par les légendaires Mélénis. Mais ce ne sont que des légendes, même les historiens remettent tout ça en doute... mais Ravik n'en a jamais démordu.

- Toutes les légendes ont leur part de vérité, sans quoi elles ne prendraient pas forme, sourit Zelan.

- Et bien d'après les dossiers de Ravik, Crenden, il en aurait retrouvé la trace. Et c'est par là que nous nous orienterons, dit-elle en tendant un dossier orné d'un R rouge à Zelan.

Le souvenir cessa là. Zelan eut un rictus, c'est de la que tout était parti. La machine s'était alors mise en route et plus rien ne pourrait l'arrêter. Grâce à Licia, il put organiser le plan prévu par Horrorscor, réunir son âme, dont un fragment était caché dans un monde parallèle. L'Elysium. Mais aussi réunir les Pierres d'Obscurité, dispersées de par le monde. Ils décidèrent de se séparer les tâches. Zelan infiltra d'abord la Team Rocket, il aurait besoin des Mélénis... mais aussi d'elle.

Pour ce faire, il détruisit une base de la Rocket afin d'attirer directement l'attention du Boss. Ce dernier avait peur de Zelan, à raison, mais pour faire preuve de bonne volonté, il lui propose de résoudre les conflits qu'il avait avec des indigènes dans un pays lointain. Et Zelan ne fit pas semblant, emmenant Vaxatos avec lui, ils rasèrent littéralement le pays, ne laissant aucun survivant. Plus aucun bâtiment debout. Ils ne ramenèrent qu'un souvenir, un étrange homme du nom de Xan que Vaxatos n'avait pas réussi à tuer, après s'en être servi de punching-ball pendant trois jours. Impressionné, Giovanni donna directement à Zelan le titre d'Agent 002. Surtout pour le garder à l'œil, confia-t-il alors à Estelle, toujours garder les menaces près de soi, on les voyait plus facilement venir. Après tout, il faisait déjà ça en quelque sorte avec son Agent 001...

Crenden parvint de son côté avec les restes du fluide mis au point pour Ravik à créer une meilleure formule de pouvoirs artificiels, malheureusement, il ne pouvait plus en créer plus, Zelan ayant tué tous les captifs ayant servi à le créer. Ils prirent un couple de pauvres prêts à gober n'importe quelle promesse de richesse pour servir de test. Et l'expérience fut concluante, Ils n'eurent chacun qu'un seul pouvoir mais à un stade très évolué, pouvoir tout pourrir, et pouvoir contrôler les hormones à la perfection.

Mais Zelan ne leur accordait pas sa confiance. Il se fit donc implanter l'œil de Ravik par Crenden, afin tout comme lui de pouvoir garder le contrôle sur ses Armes Humaines. Il pourrait ainsi voir tout ce qu'ils faisaient et ce qu'ils pensaient.. tous sauf Licia. Zelan ne lui implanta pas de puce. Elle était sa confidente, la seule personne qui avait en fait gagné sa confiance. Zelan lui confia ensuite la mission de récupérer les pierres, et pour ce faire de créer une Team rivale à la Team Rocket. Il devait créer une simulation de guerre pour contrôler totalement ses proies Mélénis, et surtout étendre sa main mise sur la Team Rocket. Car son influence y grandissait, grâce à sa nouvelle arme Jensel, il avait réussi à abaisser toutes les méfiances autour de lui, et grâce à son efficacité et son dévouement, il s'était rendu indispensable à Giovanni.

Il ne restait qu'une seule chose qu'il ne pouvait pas contrôler, les Mélénis. Il lui fallait un pion supplémentaire. Licia lui suggéra après avoir fouillé les archives un certain Zeff Feurning, parrain de Siena Crust et adopté par la mère des Mélénis. Zelan fut ravi d'avoir à nouveau à faire à sa vieille amie. Il n'avait jamais cessé de penser à elle. Seul lui pouvait lui apporter tout ce dont elle avait besoin. Licia retrouva Zeff en train de voyager de part le monde, et le manipuler fut aisé pour Zelan, le sachant très attaché à la mère des Crust et obnubilé par une vengeance personnelle. Il profita donc de la création de la X-Squad pour y implanter sa nouvelle et dernière arme.

- Et aujourd'hui, nous n'avons jamais été aussi proche du but, déclara la sombre voix d'Horrorscor.

- Rien ne m'arrêtera, rien ne nous arrêtera ! J'ai été faible et je suis maintenant fort, j'étais perdu et maintenant je guide les autres vers un monde meilleur. Je réaliserai mon destin, car c'est ce pour quoi j'ai été choisi !

Une dernière image apparut à Zelan. Il ne s'agissait pas d'un souvenir cette fois. Plutôt d'un ancien désir. Il se voyait juste souriant, menant une vie de famille parfaite avec Siena. Il aurait intégré normalement la Team Rocket, ils auraient monté en grade, auraient eu des postes importants. Il serait devenu ami avec le frère et la sœur de Siena. Il serait devenu un dresseur de... Zelan eut un sourire mauvais.

- Quelle faiblesse... souhaiter se contenter d'amour quand on peut changer le monde ? Ce destin que j'ai jadis souhaité, aujourd'hui il est perdu à jamais ! Siena, nous n'avons pas besoin de ces Pokemon, je vais te le prouver. Venamia sera notre monde ! Tu seras fière de moi !

Un ricanement put se faire entendre dans les noirceurs, Zelan tendit la main vers ce destin perdu, et le brisa dans un éclat de ténèbres.