Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 16/05/2012 à 16:49
» Dernière mise à jour le 04/09/2015 à 23:17

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[F-S1] Bonus I : La promesse d'un frère
_____Raichu s'étira longuement, fatigué, avant de s'apercevoir qu'il faisait encore nuit. Le feu était éteint, les alentours sombres et inquiétants. La pointe recourbée du Mont Corne dessinait une effrayante forme noire sur le ciel nocturne, telle une gigantesque griffe, il préféra faire briller légèrement sa queue pour qu'elle serve de veilleuse le temps qu'il s'endorme à nouveau.

_____Elle éclaira aussi un peu les visages de ses équipiers qui réagirent à peine, voire pas du tout à cette douce lueur dorée. Il les observa, les uns après les autres, comme le ferait un enfant curieux.

_____Tout d'abord Rosélia dont le teint terne reprenait des couleurs grâce à la photosynthèse. Ses roses commencèrent timidement à s'épanouir. Il éloigna sa source de lumière, craignant à force de la réveiller.

_____Cependant, cela illumina davantage Cresselia qui eut pour réaction très étonnante de soudain lancer une vague psychique juste assez puissante pour envoyer ce qui la gênait dans la figure du responsable – sans doute sans le faire exprès, n'oublions pas qu'elle dort.

_____L'appendice en forme d'éclair et le museau endoloris, la souris n'insista pas de ce côté-ci, se disant que la prochaine fois, peut-être qu'elle réagirait si violemment qu'elle l'enverrait léviter jusqu'au fond du système solaire. Il reporta donc son attention sur Gardevoir qu'une goutte de bave décorait le coin de la lèvre, ce qui lui donnait autant un air pitoyable que mignon.

_____Enfin il se tourna vers Damon qui alors marmonna quelque chose d'incompréhensible avant de se retourner et de ne plus émettre un seul son, comme s'il ne s'était jamais rien passé. On aurait pu le croire mort si son flanc ne se soulevait pas de façon lente et régulière.


_____« Ils dorment tous comme des Abra*. En même temps, ils en ont tous fait beaucoup aujourd'hui, avec l'histoire de l'empoisonnement. Y a que moi qui n'ai servi à rien... »


_____Il se demanda si cela avait vraiment valu le coup de s'enfuir de la Guilde de Grodoudou. Il était parti parce qu'il jugeait être inutile aux membres de l'école, non ? Eh bien voilà qu'il devenait à nouveau un fardeau, pour d'autres personnes cette fois.

_____Il soupira de dépit, se sentant terriblement seul, tout à coup.


_____« ... Est-ce que... j'ai ma place ici ? »


_____Des nuages s'écartèrent dans le ciel, dévoilant la Grande Ursaring**. Le jeune Pokémon la contempla, le regard voilé de tristesse. Il lui semblait qu'elle scintillait plus que sa pauvre électricité qu'il avait tant de mal à maîtriser pour qu'elle n'éblouisse ou ne s'estompe pas.

_____Soudain, une nouvelle étoile apparut au milieu de la constellation, l'explorateur se redressa pour mieux voir l'évènement.


_____« Whoua ! Ce n'est pas tous les jours que l'on assiste à la naissance de... Mais ça grossit ! »


_____En effet, le point étincelant gonflait à vue d'œil, ou plus justement se rapprochait de plus en plus de la Forêt de l'Oubli, laissant derrière lui une traînée de poussière cosmique et mystérieuse, qui en retombant recouvrit les branches les plus hautes.

_____Il tomba loin dans le bois autour du Donjon, inhabité, et en s'écrasant créa une onde de choc qui fit plier les ramures voire déracina quelques arbres. Cela engendra de fortes secousses qui alertèrent l'équipe d'exploration dont les membres se réveillèrent en sursaut, prêts à se défendre contre d'éventuels ennemis.


_______Regardez là-bas, un début d'incendie ! s'exclama Gardevoir en pointant du doigt une masse de fumée grisâtre prenant des reflets mauves prononcés à sa base.

_______Tout cela ne me dit rien qui vaille, je propose qu'on s'en aille très loin tout de suite, gémit Rosélia que les flammes n'enchantaient guère.

_______C'est pas du feu, c'est autre chose, étrange... marmonna Cresselia qui avait sorti des jumelles de son sac. J'ai envie d'aller voir, moi.

_______Nous ferions mieux d'y aller tous.


_____Les intéressés se tournèrent vers Damon qui semblait chercher quelque chose. Le séisme s'était calmé, mais il régnait maintenant dans l'air une odeur singulière, indéfinissable, et la température avait étonnamment grimpé, si bien que l'humain renonça à enfiler sa chemise qu'il jeta au pied du rocher où il s'était adossé auparavant. Il se serait presque cru en été, sans que ce soit la canicule pour autant.


_______Je ne vois pas pourquoi on s'impliquerait, répliqua la plante en haussant les épaules. Si elle veut se rendre si loin, c'est pas notre problème...

_______En plus, vous allez m'encombrer, restez là à pioncer, c'est le mieux que vous puissiez faire pour m'aider, grogna la nymphe lunaire.

_______Ce n'est pas pour t'accompagner, riposta-t-il. Regardez autour de vous, vous n'avez rien remarqué ? Sérieusement ?


_____Il fallut un certain temps avant que la doctoresse ne s'aperçoive de quelque chose et qu'elle ne dise, un brin inquiète :


_______Où est Raichu ?



_____"Viens m'aider, toi qui m'as vu ! Je t'en supplie, au secours !"


_____Raichu courait à perdre haleine dans la forêt, ses pas le guidant tous seuls, comme portés par un instinct infaillible. Il s'écorchait sur les ronces de certains buissons et trébuchait sur les racines qui dépassaient, mais il se relevait aussitôt et poursuivait vaillamment sa route.


_____« Cet espèce de caillou brillant m'a appelé en tombant, j'en suis sûr ! Quelqu'un a besoin de moi là-bas ! Je dois savoir qui et pourquoi ! »


_______Grr, c'est pas vrai ! Pff, pff, que je suis lent ! s'énerva-t-il en s'arrêtant pour reprendre son souffle.


_____Il était en colère d'être si faible, si rien par rapport aux autres. Pourtant, c'était lui que cette pierre appelait, lui et lui seul. Il devait s'en montrer digne, bon sang ! En temps qu'explorateur, c'était son devoir que de secourir les personnes en détresse.


_______Je dois me remuer ! Allez feignasse, bouge tes fesses ! se gronda-t-il tout seul pour se motiver et reprendre sa course folle.


_____Les feuilles mortes bruissaient sous ses pas lourds, les yeux des Hoothoot et autres créatures nocturnes se braquaient sur lui dès qu'il passait près d'eux, tant il était peu discret.

_____Mais c'était peine perdue : le sport et lui ne faisaient pas bon ménage. Il finit par se dire qu'il valait mieux continuer en marchant, qu'il finirait bien par trouver le lieu où s'était écrasé la comète vivante. C'est alors qu'il entendit le craquement d'une brindille sèche derrière lui.

_______Qui est là ? s'exclama-t-il, le cœur battant.

_______Oh, on te cherchait, lui répondit-on.


_____Arriva à portée du halo de lumière produit par sa queue Damon, ils se détendirent tous les deux : l'un soulagé de ne pas avoir vu apparaître un monstre, l'autre satisfait d'avoir retrouvé son compagnon de voyage.


_______Que fais-tu ? lui demanda le jeune homme, étonné. On a été réveillé par un tremblement de terre et on s'est rendu compte que tu n'étais plus avec nous.


_____« Enfin, disons plutôt que c'est moi qui ai dû le faire remarquer aux autres... », ajouta-t-il pour lui-même.


_______u vas me croire dingue, mais je suis certain que le caillou qui est tombé du ciel m'a appelé à l'aide... avoua la créature de foudre.

_______Tu as vu une météorite ? s'exclama l'autre garçon. Et tu affirmes qu'elle t'a demandé du secours, c'est ça ?


_____L'intéressé coucha ses oreilles de honte, ce qui mit mal à l'aise son interlocuteur qui se rattrapa :


_______Je te crois, je te crois. Ce doit être un organisme extraterrestre arrivé en même temps que le météore...

_______Je m'en moque, tout ce que je veux, c'est lui porter secours ! coupa le rongeur, déterminé. Mais je ne suis pas très endurant, je cours et je m'arrête toutes les deux secondes, alors je n'avance pas...


_____L'humain s'agenouilla en lui présentant son dos. Il tourna la tête pour lui décocher un demi-sourire confiant en disant d'une voix innocente :


_______Tu as peut-être besoin d'un taxi...



_____Ils arrivèrent en moins d'une demi-heure devant un profond cratère, où la chaleur était suffocante et l'air imprégné d'une très forte odeur impossible à définir, qui ne rappelait absolument rien de connu sur Terre. Il était même difficile de savoir si elle était agréable ou insupportable. Aucun nez au monde n'avait encore pu humer pareille essence.

_____Au fond du gouffre clignotait à intervalles réguliers quelque chose, en teintant de nuances mauves l'épaisse masse de fumée dégagée par la fournaise. Damon posa la souris à terre en disant qu'il reviendrait dans un instant, juste le temps d'aller voir de plus près l'étrangeté venue de l'espace.

_____Il sauta et glissa le long de la paroi noirâtre et friable de l'immense fosse, en parfait équilibre sur ses talons, avant de buter sur un vulgaire rocher plus dur que le reste et de se sentir partir en avant. Heureusement, il se réceptionna sur ses deux pieds au centre de l'entonnoir géant après une série de saltos.

_____Il découvrit, un peu recouverte de cendres ardentes, la météorite qu'avait vue son coéquipier. Il craignit de la toucher, sûr de se brûler les mains. Et il n'était pas certain que, même refroidie, il soit sain de s'en approcher. Peut-être était-ce radioactif ou toxique de quelque manière que ce soit...


_____« Si les vapeurs sont empoisonnées, plusieurs hectares seront atteints, et nous sommes foutus... Comme si je n'avais pas assez entendu parler de poison aujourd'hui », pensa-t-il, un peu tendu.

_____Il allait rejoindre le Pokémon Électrique quand il s'aperçut qu'il avait été vraiment stupide sur ce coup-là.


_______Eh, Raichu, tu vas rire ! cria-t-il pour que ce dernier l'entende.

_______Quoi ? C'est pas vivant ? J'ai rêvé ? demanda-t-il avec dans sa voix forte une légère appréhension.

_______Non, j'ai pas encore pu vérifier ça. En fait, je viens de réaliser que les rebords du trou ne supportent pas mon poids.

_______Et alors ?

_______... Je suis coincé en bas.



_____Au bout d'un quart d'heure très pénible pour Damon qui avait l'impression de cuire, Cresselia parvint à son tour sur les lieux. Elle avait pris son temps pour venir, raison pour laquelle elle était arrivée après les deux garçons. Raichu lui fit signe, elle soupira :


_______Tout le monde te cherche sauf moi, et comme par hasard je te trouve.

_______Damon m'a trouvé avant toi, et c'est même lui qui m'a aidé à venir ici, grogna le concerné.

_______Et il est où, ton héros ? grinça-t-elle.


_____La souris regarda du côté du profond entonnoir, ce qui fit sourire la nymphe qui mit ses pattes en porte-voix :


_______T'es au fond du trou, c'est le cas de le dire, boulet !

_______Oh, ma bouée de sauvetage m'appelle... ironisa l'humain qui mourrait d'envie de se mettre en caleçon – et allait le faire justement, avant que l'oiselle ne l'appelle et n'interrompe son mouvement.

_______Pour qui tu me prends, bouffon ? tempêta-t-elle. Pour la peine, je te laisse dans ce four, histoire que tes derniers neurones grillent à point !

_______Mince, moi qui ai en ma possession une mystérieuse comète tombée du ciel... minauda-t-il en souriant à demi.

_______... Humpf, ok, je viens te chercher. Tu as de la chance que la fumée m'empêche de voir cette météorite, sinon je l'aurais remontée avec Psyko en t'ignorant complètement, siffla-t-elle.


_____Elle se laissa descendre dans l'épais brouillard au parfum curieux, clignant souvent des yeux à cause de l'atmosphère caniculaire, avant de réussir à distinguer la silhouette du jeune homme qui l'attendait, avec à ses pieds ladite météorite.

_____Elle se mit à sa hauteur et il grimpa sur son dos, se cramponnant à la base de son cou sans pour autant aller jusqu'à l'étrangler – pourtant, Arceus*** sait combien de personnes en rêveraient à sa place. Elle l'emporta dans les airs avec la roche cosmique flottant à ses côtés – elle cessa de clignoter dès que Psyko l'eût enveloppé, le novice sut que c'était la fin de son signal SOS –, puis retourna en dehors du gouffre.

_____Après avoir posé – limite jeté – à terre son "colis indésirable", elle marmonna un vague "attention" puis elle prit l'initiative d'utiliser une puissante Onde Boréale pour faire baisser la température de la fosse. De la vapeur bouillante s'en dégagea tandis qu'elle opérait à distance pour s'en protéger. Les deux autres personnes présentes avaient juste eu le temps de s'éloigner.

_____Une bonne demi-heure s'écoula avant qu'elle n'eût achevé cette tâche. L'intégralité du cratère était à présent visible, demeurait par endroit de la glace qui n'avait pas encore pu fondre, la chaleur s'étant volatilisée avec la chape brumeuse.

_____Alors que la créature lunaire allait geler le météore pour pouvoir le toucher sans risque, une voix paniquée s'éleva dans l'esprit du rongeur qui s'interposa aussitôt entre la roche et l'oiselle qui rouspéta puis se tût quand il lui hurla :


_______Tu lui fais peur !


_____Elle partit alors d'un rire puissant et moqueur, et soudain redevint on ne peut plus sérieuse :


_______N'essaie pas de me faire croire que ce truc est vivant.

_______Je l'entends dans ma tête, et il me dit que tu représentes un danger pour lui ! riposta-t-il. Alors tu ne l'approcheras pas !


_____Pour toute réponse, il eut droit à un roulement d'yeux puis à un coup de tête qui l'envoya glisser sur quelque distance avant que Damon ne le rattrape et n'intervienne à son tour en observant rapidement le ciel :


_______Peut-être que de l'eau serait préférable pour le refroidir, proposa-t-il. Est-ce qu'il dit quelque chose à ce sujet, Raichu ?

_______Parce que tu le crois quand il dit qu'un vulgaire caillou parle ? s'étonna-t-elle.

_______Pourquoi pas, dit-il en haussant les épaules.


_____Le concerné se massa le front endolori par l'attaque Psykoud'Boul avant de répondre :


_______L'idée lui convient, apparemment.

_______Oui, génial, la caillasse est d'accord ! Elle sait faire la danse de la pluie, peut-être ? grimaça Cresselia.

_______Que la pluie tombe, ordonna le pseudo humain.

_______Cherche pas, crétin, c'est pas comme ça qu'il va tomber des trombes d'eau.


_____À peine eût-elle fini sa phrase que des gouttes se firent sentir sur sa peau, d'abord timidement, ensuite de plus en plus grosses et serrées, jusqu'à ce que l'on puisse prendre aisément une douche.


_______... Wouah ! Tu sais invoquer la pluie ! T'es trop un ouf ! s'exclama la souris de foudre.
_______Je t'assure qu'il n'y a pas de magie là-dedans, tempéra son coéquipier.

_______Ça va, j'ai compris... c'est la vapeur dégagée par le trou quand je l'ai à moitié congelé qui s'est condensée... bougonna la Pokémon Psy.



_______Flûte, voilà qu'il pleut ! se plaignit Gardevoir en s'abritant sous un arbre qui n'avait pas encore perdu trop de feuilles. J'espère que ce n'est pas un orage, je ne voudrais pas me prendre la foudre...


_____Heureusement pour elle, ce n'était qu'une ondée passagère, elle put bientôt repartir en direction de son compagnon de route dont elle percevait l'aura, en plus de celle de Damon et de Cresselia.

_____Elle ressentait aussi une présence étrange, elle ne pouvait dire si elle était vivante ou non. Elle s'étendait sur une grande partie de la forêt, et aurait pu être imperceptible tant elle était faible. Mais elle était si bizarre, si étrangère...

_____Elle la contrôla davantage et se rendit compte qu'il y avait effectivement un peu de vie s'en dégageant, et que cet immense esprit avait un "cœur", plus intense que le reste. Intriguée, la demoiselle pressa le pas pour voir de ses propres yeux l'origine de cette âme particulière, si c'en était bien une.

_____Elle était si concentrée qu'à présent, elle percevait les alentours aussi bien que les Lucario, c'est-à-dire que les auras de chaque chose prenaient sa forme. Elle savait donc que le point ardent de cet être était une espèce de comète, et que l'humain la tenait dans ses mains, tandis que Raichu semblait la regarder attentivement.

_____Ce qu'elle "vit" ensuite dépassait de si loin tout ce à quoi elle s'attendait qu'elle courut à perdre haleine en espérant que ce n'était qu'un cauchemar. Il y avait hélas peu de chances.



_____Quand la pluie cessa, la roche était juste tiède, il était donc possible de la prendre, ce que Damon fit en s'asseyant en tailleur à même le sol. Elle était grosse comme un ballon de rugby et pesait assez lourd.


_____« Poids conséquent, couleur de l'asphalte, mais avec par endroits des cristaux mauves... », se dit-il.


_______Je n'avais jamais vu quoi que ce soit de tel, avoua-t-il en retournant la météorite. Tiens, qu'est-ce que c'est ?


_____Il y avait ce qui ressemblait fort à une graine, et effectivement, en regardant de plus près, il aperçut de petites pousses enroulées autours des trois cristaux qui la retenaient en place. Ces racines blanc crème s'enfonçaient ensuite dans le spath, et l'on pouvait voir, en observant bien, les petites extrémités ressortir à l'intérieur même des "quartz".


_______C'est incroyable... murmura-t-il, fasciné. Une plante venue d'une autre planète...

_______Je comprends maintenant pourquoi je ne devais pas approcher. Les plantes craignent la glace, c'est connu, raisonna Cresselia, tout aussi intéressée.

_______Euh... Elle veut que je lui apporte mon aide tout de suite, parce qu'elle sent qu'elle est en train de mourir... prévint Raichu qui avait de nouveau entendu la voix. Elle demande l'autorisation de germer ici.

_______Nous ne savons pas si l'écosystème est adapté... marmonna le jeune homme. Elle pourrait très bien signer son arrêt de mort au lieu d'être sauvée.

_______Mais de toute façon elle va y passer, elle n'a rien à perdre ! répliqua la nymphe de la Lune. Autorise-la à faire ce qu'elle veut, j'aimerais bien étudier son arbre ou sa fleur une fois que ça aura grandi.

_______Je me disais aussi que tu ne pensais pas vraiment à sa survie mais plutôt à ta curiosité. Bon, je suis d'accord aussi, acquiesça à son tour l'humain.



_____La voix résonnant dans la tête de Raichu était immatérielle, faite de plusieurs timbres à la fois dissonants et harmonieux, il était malaisé de définir ce qui pouvait plaire ou non dans cette particularité. D'un côté il était agressé par les aigus et les graves, mais de l'autre des tons doux ou envoûtants l'apaisaient. Toutefois, les rôles s'inversaient de temps en temps, c'était une sensation indescriptible que de préférer ce qu'il était censé détester.


_______Alors, est-ce que je peux germer ici ? lui demanda-t-elle.


_____« Pas de problème ! », répondit-il en pensée, heureux de sauver cette plante.


_____Elle lui avait expliqué qu'il fallait qu'il formule dans son esprit les phrases pour qu'elle les entende, car elle n'avait pas accès aux sons ou aux images de l'extérieur, elle n'avait que les sensations, ainsi qu'une espèce de radar détectant les corps alentours.


_______Mais j'ai besoin d'aide ! Il faut me retirer l'affreuse roche dégoûtante qui m'étouffe, s'il te plaît !


_____« Euh, oui, je vais essayer ! »


_______Il faut d'abord enlever la caillasse noire ! expliqua-t-il brièvement à ses deux acolytes.

_______Ça, je m'en charge, annonça Cresselia.

_______Fais attention à ne pas abîmer le violet... la prévint Damon qui appréhendait qu'elle ne soit trop brusque, ce qui ne serait pas étonnant.

_______Je sais être minutieuse si je veux, grogna-t-elle. Tiens, regarde.


_____Elle frotta ses pattes et les fit durcir, en vue d'utiliser Tranche, sauf qu'au lieu de donner un grand coup dans la pierre au risque de la faire éclater, elle gratta frénétiquement l'asphalte, qui s'émiettait et tombait en gravillons sur le sol.

_____Ce fut assez long de nettoyer la météorite mauve, mais le résultat fut stupéfiant : elle se révéla être une boule entièrement hérissée de pointes plus ou moins volumineuses en cristaux étincelants, s'élevant en pavé et terminés en pyramide. Elle faisait à présent juste la taille d'une balle de tennis et sa légèreté défiait celle d'une pierre ponce.


_______Elle veut peut-être que je la pose, maintenant, dit l'humain.

_______Elle me dit qu'au contraire, il faudrait l'élever un peu, s'étonna la souris.


_____Ne posant pas de questions, l'autre garçon la souleva plus haut, jusqu'à ce que l'explorateur débutant le prévienne que ça suffisait. Il dut ensuite l'orienter comme l'exigeait le végétal extraterrestre par l'entremise de l'adolescent, en faisant attention à ne pas la tenir trop loin ou trop près de lui. Il regarda le météore, et le fait que la graine soit dirigée vers son cœur le mit soudain très mal à l'aise.

_____Au moment où il allait la reposer parce qu'il commençait sérieusement à se méfier de ce que cet organisme avait l'intention de faire, la bogue brunâtre étendit ses racines en perçant le sommet de chacun des étranges quartz.

_____Ceci fait, elle éclata et en sortirent à une vitesse affolante de fines lianes gris cendré perforantes qui se fichèrent dans la poitrine du jeune homme, les plus souples s'enroulant autour des côtes et les trois plus robustes se greffant directement dans l'orgasme de vie qui battait à tout rompre.
_____Il poussa une exclamation de douleur qui fut noyé par le flot d'hémoglobine qui jaillit de sa bouche. Les câbles vivants rétrécirent, tractant le noyau de la graine coincée dans la sphère violacé et irrégulière qui brisa le sternum et s'y logea non sans effusion de sang, dépassant encore à moitié.

_____Il tomba vers l'arrière, secoué de spasmes. Alors seulement réagirent ses deux coéquipiers ; le drame s'était produit en moins d'une seconde. Même la vision qui avait débuté un peu avant la croissance de la plante n'avait pas pu s'achever, la zone du cerveau responsable du Cri Dimensionnel tombée en léthargie à l'instant même où le buste du jeune homme avait été transpercé.

_____Gardevoir arriva à cet instant précis, déjà en état d'alerte, mais impuissante face à une créature inconnue.

_____Les convulsions s'affaiblissaient peu à peu.

_____Le pouls aussi.



_____Rosélia était retournée au campement par le côté normal du Mont Corne****, lassée de chercher le Pokémon foudre. Seule, allongée près des restes du feu, elle regardait les étoiles, ne trouvant pas le sommeil. Était-elle inquiète ? Peut-être un peu, mais...

_____Elle se releva, grimpa au sommet de la montagne cornue pour contempler le bois dans son intégralité. Étrangement, la cime des arbres scintillait un peu, comme recouverte de phosphore. Elle trouva cela inquiétant à cause du côté spectral que cela donnait à la Forêt de l'Oubli.

_____Elle aperçut alors un immense cratère gelé qui l'impressionna fortement. Et soudain, une fine colonne d'électricité s'élever péniblement, n'atteignant même pas le ciel.


_______Ça, c'est Raichu... soupira-t-elle en descendant de l'imposant pic recourbé, finalement décidée à aller le rejoindre – manquerait plus qu'on ne l'accuse de n'avoir fait aucun effort.



_____Damon gisait, inerte, le sang ne s'écoulait plus de ses atroces blessures. Une espèce de liquide rose bonbon luisant légèrement les recouvrait petit à petit, sécrété par les racines blanchâtres qui s'étaient encore étendues puis collées à sa peau meurtrie.

_____Il n'était pas mort, loin de là. Le pouls battait sous le pouce de Gardevoir. Il était lent comme celui d'une personne endormie, certes, mais régulier et rassurant.

_____La météorite enfoncée dans son torse avait perdu sa couleur éclatante, passée à un noir intense, rehaussé à chaque pulsation cardiaque d'un bref éclat violet sombre.


_______Je ne sais pas du tout quoi faire, avoua la doctoresse en reposant le poignet de l'humain.

_______On n'a qu'à exploser le caillou qui a causé tout ce cinéma et voir ce qui se passe, grogna Cresselia.

_______Non ! protesta Raichu.

_______Mais tu vois bien que ce machin est un problème ! brailla-t-elle.

_______Je suis d'accord avec lui, trancha l'autre demoiselle. Mieux vaut ne rien toucher pour l'instant. En plus, on dirait que son cœur et cette... chose... sont connectées. J'ai peur que détruire l'un n'entraîne la chute de l'autre.

_______Quelle misère... Tu peux pas demander à cette foutue plante ce qu'elle fiche ? grinça la créature lunaire.

_______Elle ne répond pas... marmonna le concerné en baissant les oreilles, dépité.


_____Il eut alors une idée. Il se concentra au maximum, décidé à réussir sa manœuvre. Ses joues et sa queue crépitèrent et il relâcha l'énergie emmagasinée vers le ciel. Il n'y en eut pas beaucoup, mais il espérait que cela suffise ; il avait fait du mieux qu'il pouvait.


_______Pourquoi tu as envoyé un éclair ? demanda la femme médecin.

_______Peut-être que Rosélia pourrait nous aider. C'est une plante aussi, même si elle ne vient pas de l'espace, alors si ça se trouve elle saura quelque chose. J'espère qu'elle a vu mon signal...


_____C'est alors que les cristaux s'illuminèrent à nouveau, plus encore qu'auparavant, teintés cette fois de gris de lin...



_____Loin au-dessus des nuages, dans une navette au design très futuriste, un radar s'alluma en émettant une série de "bip" sonores. Un point rouge apparut, s'éloignant petit à petit du centre de l'écran de contrôle. L'homme aux commandes de l'appareil rectifia sa trajectoire avec un sourire confiant, afin de se rapprocher de l'élément détecté.

_____Derrière lui, une jeune demoiselle aux longs cheveux blonds rassemblés en un chignon à la base de la nuque, au teint de porcelaine, habillée en servante gothique, c'est-à-dire un serre-tête de tissu ondulé, un corset, une jupe bombée ainsi qu'un collier prenant tout le cou terminés en dentelle, des manchettes de satin puis en tulle au niveau des mains, des bas et des chaussures plates fermées par des scratchs, le tout d'un noir corbeau relevé de petits nœuds blancs par endroits.

_____Elle apportait sur un plateau doré un verre à cocktail rempli d'un alcool rose pâle dans lequel flottait une cerise, qu'elle posa sur une petite table. Ses yeux de Chacripan***** s'égarèrent sur le voyant écarlate clignotant à présent sur la carte transparente de la région d'Esmeïa, affichée en grand sur le cockpit. Elle pinça ses lèvres finement maquillées mais ne fit pas de commentaire, retournant dans la cuisine du vaisseau où elle s'affairait.

_____En ouvrant un placard, elle écarta deux casseroles, dévoilant la cachette d'un talkie-walkie à très longue portée dont elle s'empara.


_______Mot de passe, Gothique lolita. Au rapport.

_______... Crrrrshhh... Mot de passe, Comète lointaine. Nous vous recevons cinq sur cinq. Où en est-il ?

_______Je vous reçois aussi cinq sur cinq. Il a une piste, je suis en attente de précisions. Ce n'est apparemment pas une fausse alerte.

_______Très bien, continuez d'observer jusqu'à ce qu'il ait l'objet en sa possession. Ensuite, prenez-en une photo et faites-la-nous parvenir par le moyen habituel. Terminé. Clic !


_____Elle rangea l'appareil à un endroit différent tout aussi discret, puis reprit ses activités de domestique, s'attaquant à la plonge.



_____Environ une heure après l'illumination du météore, les yeux de Damon s'ouvrirent doucement, Gardevoir s'agenouilla et se pencha vers lui. Il la dévisagea un instant, semblant réfléchir, puis eut une réaction très surprenante qui laissa la demoiselle sans voix : sa bouche s'étira, mais ce n'était pas le rictus habituel. Il arborait un véritable sourire, qui laissait voir ses dents d'un blanc pur aux canines imperceptiblement proéminentes.

_____Ce qu'il dit ensuite l'interloqua davantage :


_______Tu es très jolie.


_____Apparemment, la concernée n'était pas la seule stupéfiée. Raichu et Cresselia le fixaient avec des yeux écarquillés, et Rosélia, arrivée à l'instant, n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait d'entendre avant de s'être pincé la joue.

_____Le temps que la doctoresse réalise pleinement la situation, le jeune homme aurait pu s'enfuir sans aucun problème. Mais il semblait ne pas saisir sa chance. Bientôt, il fut trop tard pour y penser : la main de la jeune femme s'éleva et retomba en émettant un claquement sec.


_______Oh, je comprends maintenant pourquoi il ne fallait pas le dire, ne trouva-t-il qu'à ajouter en frottant du bout des doigts sa joue rougie et endolorie par la baffe.

_______Enfoiré ! On a tous cru pendant un moment que tu étais mort et tout ce que tu trouves à faire c'est... c'est... me draguer ! bafouilla-t-elle, pivoine.

_______... Effectivement, en reconsidérant mes propos, je m'aperçois que cela pouvait être perçu comme une tentative de séduction. Mais ce n'était pas mon but, navré de m'être mal fait comprendre. J'essayais juste d'être poli, s'excusa-t-il.

_______T'en veux une deuxième ou quoi ? s'énerva-t-elle en réarmant son bras. Arrête de me prendre pour une idiote !

_______Calme-toi ! coupa la plante en retenant le membre menaçant avec ses lianes. Je ressens une force anormale autour de lui, comme celle d'un végétal...

_______Ah, te voilà ! s'exclama le rongeur. Pour faire court, le truc enfoncé dans sa poitrine est une plante venue de l'espace et on ne sait pas ce qu'elle fabrique !

_______Bah ça me paraît évident... fit l'adolescente en haussant les épaules. Elle le parasite pour survivre, point. Je ressens des échanges d'énergie entre cette roche étrange et lui. C'est peut-être sa fleur, j'ai du mal à l'identifier... La structure et le rôle des différentes parties de son "corps" ne me sont pas familières.

_______Ce n'est pas ma fleur, c'est mon esprit. Et je ne suis pas un parasite, mais un... zut, il n'y a pas de traduction pour me définir... hum... on va dire "donneur de sentiments", corrigea alors l'humain en se mettant debout. Ah, il est grand, heureusement que je n'ai pas le vertige...


_____Un silence lourd de significations tomba sur ses compagnons. Raichu fut le premier à le briser :


_______T'es celui qui m'a appelé ?


_____L'intéressé, qui inspectait ses blessures qui cicatrisaient rapidement sous la gelée produite par ses racines, baissa les yeux vers lui avant de répondre :


_______Ah, c'est à ça que tu ressembles ? Il y a des individus bizarres dans le coin, tu ne fais pas exception. J'ai cru un instant que j'avais établi un contact avec la fille qui m'a giflé. Mais maintenant que j'inspecte mieux les souvenirs de ce... Damon, je me rends compte que c'est bien toi qui m'a entendu. Raichu, si je ne m'abuse ?

_______Ne me dites pas que ce que je pense viens de nous parler, réussit à prononcer l'oiselle de la Lune, réellement choquée.


_____Personne ne le lui dit. Mais tout le monde le pensait. L'extraterrestre qui avait pris possession de leur ami les balaya d'un regard exprimant très nettement de la curiosité infantile, ce qui sur un visage habituellement neutre ne manquait pas d'être spectaculaire.


_______... Je ne vois nulle part dans les souvenirs de mon hôte que garder la bouche ouverte est d'usage pour saluer quelqu'un. Vous êtes sincèrement étranges.

_______C'est toi qui dis ça ? s'énervèrent-ils à l'unisson.

_______Pourquoi tu m'as parlé à moi ? intervint juste après ça la souris.

_______Tu étais à ce moment la seule présence que j'ai détectée, alors je me suis relié à toi. D'ailleurs, je suis surpris que tu ne sois pas seul. J'ai bien ressenti à un moment un danger, mais je ne le pensais pas animé de vie. J'étais peut-être trop faible pour juger correctement mon environnement... Mais maintenant tout va bien, je suis en pleine santé ! s'enthousiasma l'interrogé, montrant encore une expression faciale déstabilisante et inédite.

_______Oui, tant mieux pour toi, se réjouit quand même un peu le médecin. Mais quand comptes-tu nous rendre notre coéquipier ? Nous en avons besoin, en fait, et puis être possédé doit lui déplaire.


_____Il sembla ne pas comprendre, fronçant les sourcils – dont un ne se voyant pas derrière les mèches de cheveux du côté droit.


_______Le rendre ? Vous voulez dire quitter son corps ? Pourquoi ferais-je ça ? Vous m'avez autorisé à germer ici, non ? C'est ce que j'ai fait. Il n'a jamais été question de me retirer par la suite. Et puis je ne vois pas comment il pourrait aimer ou détester quoi que ce soit. Il n'avait pas de "donneur de sentiments" avant moi, comment pourrait-il donc éprouver des émotions ?

_______Tu es en train de dire que tu as l'intention de squatter éternellement, c'est ça ? grinça la seconde créature psychique. Je ne peux pas laisser ça passer. Je ne sais pas d'où tu sors, mais ici, il y a des lois, et tu es en train d'en transgresser une. Les possessions permanentes ou autres emprises définitives sur l'esprit d'autrui sont passibles d'une peine de prison équivalente à la durée de la possession ou emprise – il va sans dire qu'il faut l'annuler, bien entendu –, ainsi que d'une forte amende à reverser à la victime.

_______Vous m'aviez donné votre accord, et maintenant vous revenez dessus ? gémit-il, nettement frustré. De toute façon, ce que vous dites n'a aucun sens et va contre la logique, puisque je n'ai pas choisi quelqu'un appartenant déjà à un "donneur de sentiments". Je n'influe donc sur aucun esprit !

_______Je vois, refus de coopérer, marmonna-t-elle. Onde Boréale !

_____Le faisceau arc-en-ciel s'élança droit sur le joyau de l'espace qui passa tout à coup de son violet extrêmement clair à un pourpre profond. Les prolongations blanc crème occupées à soigner les plaies engendrées par l'incrustation de ce corps étranger se rétractèrent à l'intérieur de ce dernier.

_____La lumière qu'il émettait l'engloba entièrement et la capacité Glace, au moment de le frapper, disparut tout simplement en entrant à son contact, désintégrée ou absorbée, impossible de le savoir. La bulle grenat sombre s'opacifia un instant, puis plus rien, elle se dissipa. Les cristaux devinrent alors vermillon.

_____Les racines sortirent à nouveau, tournées cette fois vers l'ennemie. Elles virèrent de la même couleur éclatante puis aux extrémités de chacune se concentrèrent séparément les unes des autres des attaques mystérieuses. Chargées au maximum, elles furent lancées en même temps, toutes d'un rouge différent, s'entremêlant pour former un rayon tressé d'une finesse inégalable.

_____Cresselia n'eut pas le temps d'utiliser Abri. La riposte avait été fulgurante, quasiment invisible à l'œil nu. Malgré l'aspect faible de celle-ci, elle arracha un petit hoquet de douleur à sa cible en lui traversant un poumon de part en part, ne laissant de son passage qu'un trou aussi minuscule que si c'avait été l'œuvre d'une aiguille de pin. Cela saignait presque au goutte à goutte.

_____Elle demeura muette, se sachant vaincue avant même d'avoir achevé le combat. Pour la première fois depuis longtemps, elle leva les deux pattes en signe de reddition et esquissa un mouvement de recul prudent, tête basse, humiliée, voire même intimidée. Sa poitrine l'élançait, Rosélia voulut la soigner mais elle se fit envoyer sur les roses (le dieu des jeux de mots soûlants est toujours avec moi on dirait).


_____« Manquerait plus que je dépende de quelqu'un et ma honte serait totale », songea-t-elle amèrement en se posant à terre pour exécuter une Rayon Lune dont le résultat fut optimal en pleine nuit, la régénérant intégralement.


_______J'espère avoir été suffisamment convaincant, l'offensive n'étant pas ma spécialité, je préfèrerais ne pas avoir à en mener une autre, je risquerais de blesser quelqu'un plus que je ne le souhaiterais, s'excusa le vainqueur, sa météorite reprenant son ton violacé un peu métallique. J'ai eu peine contenir ma réplique, je ne sais pas si j'y parviendrais deux fois.


_____Il n'obtint pas de contestations, et en déduisit qu'il s'était parfaitement fait comprendre. Il s'éloigna tranquillement, ne prêtant plus du tout attention au petit groupe. Mais l'un des membres n'était pas du tout d'accord avec la tournure que prenaient les événements.

_____Damon l'avait cru au sujet de la voix qu'il avait entendu, et il lui avait apporté son aide. Maintenant, à cause de lui, le jeune homme subissait ce qui à ses yeux ressemblait fort à une espèce de prise d'otage. Il devait y remédier.


_______Attends-moi, je viens ! lança-t-il en le rattrapant, faisant signe aux autres de ne pas venir. Où comptes-tu aller ?

_______Partout ! fit le végétal.

_______Tu devrais me parler de l'endroit d'où tu viens, la vie y semble différente...

_______Je n'ai pas envie.

_______... Ah... J'ai pourtant plein de questions...

_______Garde-les pour toi, aujourd'hui, je ne suis pas disposé à aborder ce sujet.


_____« C'est mal parti... Il va pourtant falloir que je sache ce qu'il vaut dire par "donneur de sentiments" pour lui expliquer que sur Terre, ça fonctionne pas comme ça... »



_____Cette dimension était en apparence semblable à la sienne, mais ces habitants l'intriguaient beaucoup. Là d'où il venait, il n'y avait que son espèce et des bipèdes exactement comme celui qu'il "occupe" en ce moment même. Quoique s'il devait noter une différence, ce serait la capacité du cerveau de ce dernier comparé aux êtres qui lui ressemblent dans l'autre espace-temps.

_____Non pas que dans son ancien monde ils étaient stupides, loin de lui cette idée. Mais sur ce qui, d'après les souvenirs de l'humain à sa disposition, s'appelle la Terre, ils avaient quelque chose en plus qu'il ne parvenait pas à définir, mais qui le mettait étrangement mal à l'aise, comme s'il était en trop.

_____Il repensa à ce que disait l'étrange créature colorée au mauvais caractère. Il est interdit d'asservir un esprit de façon définitive, apparemment. Pour lui, la règle la plus proche qu'il connaisse est qu'aucun "donneur de sentiments" n'est autorisé à s'emparer de l'hôte d'un de ses congénères. Il avait respecté cette loi, en veillant à demander l'autorisation de germer, alors pourquoi était-il en infraction ?

_____Il avait toute une réserve de questions sans réponses, et justement quelqu'un à côté de lui certainement capable de l'éclairer.


_______Raichu, dis-moi, pourquoi cette... – il fouilla dans la mémoire de Damon – Cresselia m'a tenu responsable d'un délit ?

_______Si je réponds à tes questions, tu réponds aux miennes ? demanda malicieusement le rongeur.

_______Tu m'as piégé. Soit, si tu y tiens tant que ça ! rit-il de bon cœur.

_______Tu viens d'où ? D'une autre planète ?

_______Oui... et non. Je viens d'un univers alternatif où cette Terre est peuplée différemment. Des humains, pour reprendre vos termes, et des "donneurs de sentiments", ainsi que vos plantes de base, comme les arbres ou les fleurs sans conscience. Pas de... Pokémon.

_______Ici, on n'a jamais rien vu te ressemblant.

_______... Je... j'aurais dû m'en douter ! C'est pour ça qu'il n'y a pas de traduction de notre nom disponible dans cette dimension ! Et aussi pourquoi vous aviez tous l'air ahuris... Mon espèce n'existe pas ici... Mais alors, j'aimerais te demander... comment les humains font-ils pour ressentir, dans ce cas ?

_______Gné ?


_____Le Pokémon Électrique s'arrêta pour dévisager son interlocuteur qui fit de même, curieux. Chacun se demandait ce à quoi pensait l'autre. Au bout d'un moment, le visage de la créature de foudre se déforma : ses yeux se crispèrent, sa bouche se tordit en une mimique crispée, son museau se retroussa.


_______Quelque chose ne va pas ? l'interrogea l'extraterrestre, un brin inquiet.

_______... Damon est trop grand... Je me suis fait un torticolis en levant la tête pour te voir... gémit l'autre en baissant doucement la tête, à grand renfort de grimaces.


_____La plante parasite s'esclaffa en le regardant faire, ce qui fit grogner l'explorateur qui finalement se mit à glousser à son tour, jusqu'à en avoir les larmes aux yeux.


_______Ouh, ouh... haleta-t-il, tentant de retrouver son sérieux. Je n'ai pas... ouh... compris ta question.

_______Hum... comment les humains ont-ils des... Attends, j'ai l'impression qu'un appareil gigantesque est en approche...


_____Il leva les yeux vers le ciel nocturne et ne tarda pas à distinguer des lumières blanches très vives en approche rapide de la Forêt de l'Oubli. Apparut peu de temps après leur source : une immense navette blanche barrée de courbes bleu ciel de chaque côté. Elle descendit peu à peu pour se poser là où se trouve le cratère.

_____D'un commun accord, les deux témoins retournèrent en courant sur leurs pas.



_______Une belle arnaque, cette histoire d'aide ! râla Cresselia.

_______Je me demande quelles sont les intentions de cette plante étrange, maintenant qu'elle dispose de ce corps, pensa à voix haute la seconde Pokémon Psy.

_______Le parasiter pour survivre, ça, c'est sûr, ajouta Rosélia en haussant les épaules dont les petites feuilles bruissèrent. Après, peut-être qu'elle va vivre avec les humains et quand le sien mourra, elle en trouvera un autre.

_______Tu es négative... gronda la demoiselle.

_______Je suis réaliste, contesta la fleur.

_______Quelque chose arrive, planquons-nous ! prévint la nymphe lunaire en se cachant derrière un buisson pas trop ravagé par l'automne et bien caché dans l'ombre, suivi par les deux autres.


_____Bientôt, il commença à faire de plus en plus chaud et clair, comme si le soleil se levait en pleine nuit. Mais au-dessus des têtes des filles ne figurait pas l'astre solaire, mais un immense vaisseau immaculé dont les phares rendaient aveugles pendant plusieurs secondes si on les fixait, décorés de plusieurs serpentins azurs, qui en se posant dans le cratère faisait fondre le reste de glace qui avait servi à le refroidir.

_____Trois pinces énormes sortirent en guise de train d'atterrissage, s'enfonçant dans le sol si profondément qu'il ne s'effrita pas, telles les serres d'un rapace affamé piégeant une proie par le cou. Elles élevèrent ensuite l'appareil au niveau du sol, avec lenteur et précision.

_____Les lumières perdirent un peu de leur intensité, les propulseurs brûlants dirigés vers le bas pour la pose de la machine se turent progressivement. Le vent tiède et nauséabond qu'ils soulevaient se calma jusqu'à ne plus être. Le silence revint dans la clairière.

_____Alors une porte s'ouvrit en glissant vers le haut, tandis qu'un pont mécanique s'étendait jusqu'à atteindre le bord du gouffre au-dessus duquel stationnait l'impressionnante navette. Deux personnes s'y engagèrent, un homme et une femme, chacun devant avoir dans les trente ans.

_____Si l'une était habillée en domestique, l'autre arborait sous sa blouse de scientifique des vêtements de vieux baron un peu extravagant, mais pas autant que sa longue chevelure d'un vert électrique nuancé de mèches plus foncées hérissée vers l'arrière, figée, comme si, dans un mauvais cartoon, un produit radioactif lui avait explosé au visage.

_____Ils atteignirent la terre meuble et fertile de la zone normale de la Forêt de l'Oubli, puis installèrent du matériel apporté dans une mallette grise par la demoiselle blonde. Une petite table, des éprouvettes dont le bouchon comportait une tige pour les prélèvements, etc. L'apparemment chercheur s'empara d'une lampe de poche étrange, en forme de sèche-cheveux, qui émit une lueur bleutée tandis qu'il inspectait le sol.

_____Il s'arrêta sur les débris noirâtres que la créature croissant de Lune avait grattés autour de la météorite de cristaux, avant d'en saisir un morceau du bout de ses doigts protégés par ses gants blancs d'une matière caoutchouteuse.


_______Prends ces roches et prépare le microscope ainsi que le produit révélateur, ordonna-t-il à son assistante habillée de noir qui s'exécuta sur-le-champ, ses mains gantées elles aussi.


_____Gardevoir, curieuse, voulait absolument en savoir plus, et elle en avait les moyens. Sa sœur de Type était tout autant intriguée mais aussi clairement dégoûtée par les deux humains. Quant à la rose, elle semblait reporter son attention sur les arbres derrière elles, l'air dérangée par quelque chose.


_______Je vais vérifier un truc de ce côté, dit-elle discrètement en s'éloignant, même si de toute façon elle n'aurait pas été comprise par les deux étrangers si elle avait été entendue, et qu'elle n'est à leurs yeux qu'un Pokémon comme tant d'autres.

_______D'accord, chuchota la demoiselle en réfléchissant un instant, puis en se téléportant au campement, laissant l'oiselle seule en observation.


_____Elle revint l'instant d'après, sauf qu'elle avait enfilé un pantacourt et un veston en jean foncé sur son tee-shirt blanc. Elle tenait dans ses bras une paire de ballerines assorties à son maillot.


_______Pourquoi tu t'habilles alors que tu n'es pas sous apparence humaine ? l'interrogea son équipière. Ce truc bleu que tu portes aux jambes fait faire des plis bizarres à ta robe. Et puis tu es trop fine, ça va finir par tomber. En bref, tu es ridicule.


_____La concernée détendit tous ses muscles, laissant la brume habituelle l'envelopper. Une fois tran
sformée, elle répondit à voix basse :

_______Comme ça je ne suis pas toute nue. Bon, allons nous renseigner sans en avoir l'air.

_______Ça me plaît comme plan.


_____Elles sortirent de leur cachette naturellement, comme si elles ne faisaient que se promener. L'homme leva les yeux vers elles puis pointa un doigt accusateur dans leur direction :


_______Qui êtes-vous ? Ne troublez pas mon travail ! Je mène des recherches importantes, moi ! Trop importantes pour que vous en saisissiez le sens, sans doute. Tout le monde n'a pas la chance d'être brillant... fit-il, sous-entendant clairement sa supériorité intellectuelle.


_____« Misère, un plouc... Bon, avec ce genre de prétentieux débile, y a pas trente-six moyens d'approche... », grimaça intérieurement Célia.


_______Oh, je suis sincèrement désolée de la gêne que j'occasionne... s'excusa-t-elle sans en penser le moindre mot, évidemment. C'est une navette bien imposante que vous avez là, et tout ce matériel étincelant... Vous devez être vraiment consciencieux dans vos activités, cela m'impressionne beaucoup.

_______En effet, je suis sans conteste l'un des meilleurs de ma génération... Peut-être même le meilleur, qui sait. Je suis Erik Jacob, ravi d'être un modèle de sérieux pour vous... Vous avez dû déjà voir mon nom dans les revues scientifiques les plus réputées, si vous en lisez, bien sûr...


_____« Je ne te connais pas du tout, boulet... », répliqua-t-elle mentalement.


_______Erik Jacob, le grand, le vrai ? Je suis votre plus grande fan ! s'exclama-t-elle toutefois. Vous êtes le premier nom qui me vient dans le monde de la science !

_______Hum, c'est normal, je suis connu un peu partout depuis bien longtemps, et mes thèses sont des plus abouties... Mais où avais-je la tête ! Je ne vous ai pas demandé votre nom, mademoiselle.

_______Oh, je ne suis pas si importante vous savez...

_______Il faut bien que je mette un mot sur une charmante créature telle que vous...


_____Il lui prit la main pour y déposer un baiser.


_______Vous êtes un vrai gentleman... murmura-t-elle en l'essuyant discrètement sur sa fesse droite, l'esquisse d'un sourire factice sur les lèvres tandis qu'elle se mettait à rougir – de colère, bien sûr. Je m'appelle Célia Ketsui... et voici ma dévouée Cresselia.

_______Ta dévouée Cresselia ? s'insurgea celle-ci. Tu oses prétendre que je suis à toi ? Poufiasse !


_____Erik n'entendit là que le nom de son espèce répété plusieurs fois avec insistance et moult roucoulements sur les "r". La Pokémon le toisa avec dédain mais n'en fit pas davantage ; elle savait qu'elle devait se cantonner au rôle qu'on venait de lui attribuer, même si cela ne l'enchantaient guère. Cependant, elle devait reconnaître que celui que la pseudo humaine s'était confié n'était largement pas plus enviable.


_______Bon, voilà... puisque les présentations sont faites, je ne vais pas m'attarder, les génies ont besoin d'espace et je crois que je dérange... soupira la jeune femme.

_______Non non, attendez, coupa-t-il. Si vous le souhaitez, vous pouvez m'observer. Ce sera l'occasion pour vous de voir un célèbre scientifique à l'œuvre...

_______Ce sera avec grand plaisir ! s'enthousiasma-t-elle.


_____« Le Magicarpe a mordu à l'hameçon... », songea-t-elle avec satisfaction.


_______Sur quoi travaillez-vous aujourd'hui ? questionna-t-elle innocemment.

_______C'est confidentiel. tant que je n'aurai pas terminé je n'en parlerai à personne, navré.

_______Quel dommage... S'il vous plaît, je tiendrai ma langue ! Le village d'où je viens n'est peuplé que de paysans, alors de toute manière ils s'en moqueraient. Il n'est pas très loin d'ici et je m'y ennuie ferme. Je suis venue dans les environs parce que j'ai cru voir tomber quelque chose du ciel...

_______Vraiment ? Est-ce que cette chose émettait une lueur plutôt mauve ?

_______Oui, c'est bien ça.

_______Je le savais ! Je savais que j'avais raison ! Je vais leur apprendre à l'académie ! Ils ne se moqueront plus jamais de mes découvertes...

_______C'est là-dessus que portent vos recherches ? Je suis très heureuse d'y avoir légèrement contribué...

_______Oui, je vous remercie aussi de m'avoir conforté dans mes certitudes. Pour vous montrer ma gratitude, je peux vous inviter à vous restaurer dans mon vaisseau... Vous en apprendrez peut-être un peu plus sur moi et mes exploits...

_______C'est trop d'honneur...


_____La damoiselle lui emboîta le pas et traversa le pont menant à la navette. La porte se referma sur elle.



_____« L'odeur que dégage cette poussière... me dérange... », se dit Rosélia en humant l'air du sommet d'un arbre.


_____Ladite poussière qu'avait répandue la météorite avant de s'écraser luisait plus faiblement qu'auparavant, mais la Pokémon Plante gardait la vague impression d'être dans une forêt hantée. Elle décida de redescendre en sautant de branchage en branchage, et elle bondit sur le premier en dessous d'elle.

_____Soudain, il se brisa, précipitant l'adolescente dans sa chute vertigineuse. Heureusement, elle étendit ses lianes et en attrapa un autre. Elle demeura pendue dans le vide, choquée. Un craquement se fit entendre, et la revoici se rapprochant à grande vitesse du sol.

_____Elle étendit encore ces appendices mais cette fois en spirale vers le bas. Ils servirent de ressort et amortirent le choc, l'envoyant dans les airs pour la laisser retomber dans un tas de feuilles qu'elle avait réussi à viser.

_____Rassurée de n'avoir au final que des égratignures et un cœur battant la chamade, elle reporta son attention sur les branches responsables de la peur bleue qu'elle s'était faite. Elles étaient si grosses, elles auraient dû supporter son faible poids aisément...

_____La plante remarqua alors les pigments brillants incrustés dans les nervures du bois pourrissant. Elle demeura paralysée pendant plusieurs secondes, puis toucha le tronc du pommier où elle était perchée. L'écorce à peine effleurée tomba aux pointes de ses jambes.

_____Elle recula puis se jeta contre l'imposant végétal qui sembla gémir. Des racines apparurent, perçant le sol.


_____« C'est pas possible... »


_____Elle mesurait trente centimètres pour deux kilos, et avec quelques pas d'élan seulement, elle venait d'incliner un arbre d'un âge avancé. Celui-ci acheva de se déraciner, s'écroulant sur deux de ses congénères qui suivirent son exemple.

_____Angoissée, elle baissa lentement les yeux vers ses roses, et les secoua de toutes ses forces en s'apercevant qu'elles étaient couvertes de cette dangereuse poudre cosmique. Elle ne parvint pas à s'en débarrasser, car elle s'était infiltrée à l'intérieur même de ses pétales dont certaines moururent et voletèrent autour d'elle.

_____Elle hurla de terreur.



_____Installée dans un luxueux salon dont le lustre couvert de pierreries translucides éclairait en émettant selon l'angle de vue de faibles rayons arc-en-ciel, Célia supportait avec une mine faussement captivée les monologues d'Erik portant sur lui et toujours lui.

_____Cresselia bâillait en s'amusant à couler la cerise du cocktail de sa prétendue Dresseuse puis à la laisser remonter pour recommencer encore et encore son petit manège autant inutile qu'idiot, elle le savait bien. Mais que faire d'autre ? Écouter ce Monsieur Jacob ? C'est sûr que le récit de ses études et de ses premières expériences, narré de telle sorte à ce qu'on les crût absolument parfaites dès le départ, était d'un passionnant...


_____« ... et alors que j'hésitais entre la soude et le magnésium... la réaction a été impressionnante... j'ai marqué l'Histoire de la chimie... », entendait-elle distraitement.


_______S'il n'aborde pas dans moins de trente secondes le sujet qui nous intéresse, je n'hésiterai pas à faire réagir mon poing avec sa figure qui sera marquée à vie, brailla-t-elle.

_______Votre Cresselia me paraît incommodée par quelque chose, remarqua le chimiste qui n'avait évidemment pas compris un traître mot.

_______Les espaces clos la stressent beaucoup si elle y reste trop longtemps. Raison pour laquelle elle refuse sa Poké Ball, justifia la demoiselle en ouvrant un hublot. L'air frais la calmera un peu, mais ce ne sera pas suffisant je pense, il va me falloir partir bientôt.

_______Bien dommage, soupira-t-il.


_____« Je ne crois pas, non », songea-t-elle.


_______Je suis vraiment peinée de ne pas avoir réussi à en savoir plus sur vos recherches actuelles, moi qui me faisais une joie de savoir avant tout le monde et de pouvoir me dire, quand la nouvelle éclatera, que j'étais déjà au courant... gémit-elle en prenant un air déçu.

_______... Je pourrais peut-être faire une exception, si vous acceptez de rester un peu plus longtemps... murmura-t-il en la prenant par une épaule, ce qui évidemment la rendit rouge de rage.

_______A-avec plaisir... bredouilla-t-elle en tentant de conserver un ton calme – l'homme dut sans doute prendre cela pour de la timidité car il ne releva pas.


_____« Pas trop tôt ! », pensa la nymphe lunaire, soulagée.


_______Il y a treize ans, commença-t-il, alors que je n'étais encore qu'un adolescent passionné par les sciences, j'observais les astres ce fameux soir où la fin du monde était soi-disant annoncée – beaucoup de bruit et d'argent dépensé dans des films et des émissions sans intérêt pour rien. J'ai alors fait une découverte étonnante : l'espace d'un instant, non loin de la Lune, l'espace a semblé se distordre, formant comme un entonnoir, et j'ai aperçu des objets mystérieux s'en échapper avant qu'il ne disparaisse mystérieusement.

_____» J'ai poursuivi mes études et je suis entré dans une académie réputée, où pourtant on s'est moqué de moi quand j'ai raconté mes observations. Vexé, je n'ai pas insisté, me concentrant sur des recherches disons "banales", que tous mes collègues menaient déjà. Je me suis arrangée pour en finir un maximum avant tout les autres, sans pour autant bâcler. J'ai ainsi pu réunir des fonds et acquérir, en même temps que ce vaisseau et ce matériel perfectionné, une notoriété.

_____» Mais je n'ai jamais oublié le phénomène inconnu dont j'avais été témoin. J'ai entamé en secret des fouilles, et un jour béni, j'ai localisé des masses anormales coincées sur les restes d'un satellite envoyé avant 2005. Seulement, il m'était impossible de m'en approcher, car de nombreux débris l'entourait et menaçait d'abîmer le cockpit. Déçu, je suis retourné sur la terre ferme afin de reprendre mes activités normales et réfléchir à une solution pour approcher l'épave.

_____» Quelques années plus tard, j'apprends que les débris d'un spoutnik de plus de vingt ans sont retombés sur Hoenn. N'osant y croire, je m'y suis rendu de nuit et en effet, voici que je retrouvais celui qui me causait tant de soucis en piégeant mes précieuses roches inconnues. Nulle trace de celles-ci hélas, et fouiller toute la région ne me tentait que très peu. J'ai donc repris mon radar grâce auquel je les avais repérés la première fois, mais à ma grande surprise, je n'ai reçu qu'un seul signal venant de la plage au sud de Poivresel. C'était mieux que rien vous allez me dire. Sauf qu'il s'est éteint juste après.

_____» J'ai volé jusque là-bas en moins de deux minutes et j'ai trouvé sur la plage le cadavre d'un vieil homme dont la cage thoracique avait été enfoncée. À ces côtés, j'ai trouvé une météorite couverte de sang d'où dépassaient des cristaux d'une pure transparence. Le pauvre avait dû la recevoir dans la poitrine alors qu'elle avait encore trop de vitesse. Je l'ai prise et longuement étudié au microscope, pour m'apercevoir que cette chose avait été vivante ! Incroyable, n'est-ce pas ?


_____Il cessa un instant son récit, visiblement ému en se rappelant l'étonnement et l'émerveillement ressentis à cet instant. Célia et Cresselia se regardaient sans faire de commentaire, mais avaient buté sur le même détail : la cage thoracique enfoncée. Est-ce que le météore dont parlait Erik avait réservé le même sort qu'à Damon à ce vieillard puis l'avait finalement tué ?


_______Il y a toutefois quelque chose que je ne m'explique pas, reprit-il. J'ai parfois retrouvé ces mêmes roches ailleurs dans la région, mais elles n'émettaient pas de signal, et étaient déjà mortes, si elles étaient encore en vie en tombant du satellite. C'est le hasard seul qui a fait qu'elles sont entrées en ma possession. Et voici qu'aujourd'hui, mon radar capte l'une d'elles, tombée du ciel ! Je dois absolument la retrouver. Mais je trouve ce cratère, rien d'autre... Pourtant, regardez-vous-même cet écran : le point rouge est toujours là ! Ce qui signifie que l'objet de tant d'années de labeur est quelque part dans un rayon d'un kilomètre à peine...

_______Et dites-moi, qu'avez-vous encore conclu de cette plante durant vos analyses ? demanda la jeune femme.

_______Imbécile ! Tu viens de te vendre ! s'exclama soudain la créature psychique en lui lançant un regard noir.

_______Je n'ai jamais précisé qu'il s'agissait d'un végétal, grinça le trentenaire en se redressant, suspicieux, une Poké Ball sortie de sa poche à la main. Vous en savez trop pour une simple villageoise aimant les sciences. Qui êtes-vous ? Vous m'espionnez ?

_______Non... je... ne trouva-t-elle qu'à dire, démasquée.


_____C'est alors qu'un cri déchirant retentit, quelque part dans la forêt. Les pupilles de la demoiselle s'étrécirent : Rosélia.


_______Qu'est-ce que c'était ? l'interrogea le chercheur, qui avait noté qu'elle avait réagi à la plainte.

_______C'est... un autre de mes Pokémon que j'avais laissé vadrouiller... Il a dû lui arriver quelque chose, laissez-moi aller voir !

_______Je viens avec vous. Peut-être a-t-il trouvé ce que je cherche, et je veux en savoir plus sur vous.


_____La domestique ouvrit la porte et actionna le pont. Elle les laissa l'emprunter et s'éloigner, puis les suivit de très loin silencieusement, pour ne pas être vue, un appareil photo et le talkie-walkie dans un petit sac en bandoulière. Elle négligea de refermer la navette derrière elle.



_____Quelques minutes plus tard, Raichu et son ami très spécial arrivèrent aux abords du cratère, découvrant le vaisseau étincelant. Ils trouvèrent l'entrée et sans hésiter la plante s'engagea sur le pont pour explorer cet intriguant appareil. La souris avait voulu la retenir, pas certain que c'était prudent, mais rien à faire. Il soupira et la rejoignit à l'intérieur.

_____Il fut surpris de voir qu'elle n'avait pas hésité une seconde sur le choix de la salle qu'elle visiterait. Elle était dans une espèce de laboratoire, figée devant une vitrine où étaient entreposés des cristaux sans couleur, encrassés de roche noirâtre, comme elle-même précédemment.


_______Qu'est-ce qu'il y a ? lui demanda le rongeur en tirant un pan du pantalon de l'humain pour obtenir de l'attention.


_____L'extraterrestre, par l'entremise de son hôte, posa une main craintive sur la paroi transparente, avant de la serrer et d'abattre le poing dessus, sans parvenir à la briser. La haine se lisait clairement dans son regard embué de larmes qui roulèrent impunément le long de ses joues jusqu'au menton, avant d'entamer leur chute vers le sol.

_____Les veines saillaient de ses tempes et de son cou, il tremblait tout entier. Pris d'un accès de rage plus intense, il passa violemment un bras sur une table où trônait la verrerie utile aux expériences chimiques. Les éprouvettes et autres béchers explosèrent en touchant le carrelage, le parsemant de fragments dangereusement coupants.

_____Il les écrasa sans y prêter attention, protégé par ses chaussures, pour quitter la pièce.


_______Où est-ce que tu vas ? s'exclama le Pokémon foudre, perturbé, en essayant de le suivre.

_______Retrouver celui à qui appartient cet endroit et le tuer. Ce ne sera que lui renvoyer l'ascenseur, pour utiliser une de vos expressions, grinça-t-il, déterminé.


_____Il s'enfonça dans les bois dont les arbres se dépouillaient très vite, trop vite de leurs feuilles, la créature électrique sur ses talons pour tenter de le raisonner et une fois de plus lui expliquer que les choses sont différentes sur Terre, qu'on ne peut pas tuer quelqu'un comme ça, par vengeance ! Et en représailles de quoi, d'ailleurs ?


_______Explique-moi ce qui se passe ! Arrête-toi ! De toute façon, comment comptes-tu le retrouver ? Cette forêt est immense ! lui cria-t-elle.

_______... Oui, tu as raison, attendons plutôt près de la navette, il reviendra forcément, grogna-t-il en ralentissant puis en faisant demi-tour.

_______Je ne comprends pas pourquoi tu es en colère...

_______Je t'expliquerai ensuite. Laisse-moi... me calmer. Le cœur de ce jeune homme bat trop vite à mon goût. Ça rend mes pensées confuses.


_____Il s'adossa contre un arbre de la clairière et bondit soudain en avant pour ne pas tomber avec celui-ci. Il observa ses épaisses racines à l'air libre, pourrissantes. Son compagnon demeura bouche entrouverte, avant de balbutier :


_______Euh, fais gaffe à te contrôler, si tu es capable de déraciner un chêne...

_______... Justement, je ne suis pas responsable, ma force physique est la même que celle de cet humain, je ne peux pas la modifier. Je n'ai pas eu à faire d'effort, il a juste cédé sous mon poids...



_______La forêt est en train de mourir ! C'est la faute à cette poudre brillante ! Et regarde, je meure aussi ! Fais quelque chose, soigne-moi ! paniquait Rosélia tandis que la doctoresse essayait de l'immobiliser pour l'examiner.


_____La pauvre était si affolée qu'elle ne remarqua même pas que celle-ci était sous forme humaine, ce qui normalement aurait dû la choquer. Elle ne la reconnaissait qu'à son odeur et s'y fiait complètement, pas besoin de ses yeux.


_______Hum, étrange... je devrais prendre un échantillon de cette poussière... marmonnait Erik, ne comprenant pas la gravité de la situation, puisqu'il ne saisissait pas les dires de la jeune plante.

_______S'il vous plaît, venez voir ! Il y en a aussi sur le corps de ma Pokémon et elle semble malade ! l'interpela Célia en feignant la surprise, même si elle savait très bien que la rose était contaminée par cette substance.

_______Ramenons-la au labo, je vais voir de plus près, dit le scientifique. Mais qu'est-ce que...


_____Cresselia avait à peine touché un arbre que celui-ci était tombé raide. Elle le regardait avec une expression ahurie, avant de se tourner vers sa coéquipière et de marmonner :


_______Je te jure que là, ce n'était pas intentionnel.

_______Ce pommier a littéralement pourri à l'intérieur... se désola le chercheur. Nous ferions mieux de retourner vite dans ma navette, elle filtre l'air. Peut-être que cette poussière non identifiée peut s'attaquer à d'autres types d'êtres vivants plutôt que seulement les végétaux.


_____La jeune femme acquiesça et lui emboîta le pas, l'adolescente gémissant dans ses bras. La nymphe lunaire les devança un peu, prenant la tête. Elle aperçut alors une ombre filer devant elle, elle força l'allure pour la rattraper, mais trop tard : elle vit toutefois, coincé dans une brindille basse, plusieurs fins fils de couleur clair qu'elle identifia comme étant des cheveux. Elle se maudit de ne pas avoir pris son sac pour les ranger dans une boîte.

_____Ils arrivèrent dans la clairière au cratère, et la domestique les attendait au bout du pont, étrangement raide. Ne s'en souciant pas, ils traversèrent, et se figèrent en arrivant dans le sas d'entrée.



_______Ces roches entreposées dans cette vitrine sont d'autres "donneurs de sentiments". Sauf qu'ils sont morts, grinça l'extraterrestre. C'est facile de s'en apercevoir parce qu'ils ont perdu leur couleur.

_______Je vois... Mais c'est étrange, je t'assure qu'il n'existe pas de créatures pareilles ici ! affirma Raichu.

_______Je te crois. Ils sont arrivés en même temps que moi dans cette dimension. Nous étions plusieurs à voyager contre notre gré, suite à une perturbation dans notre espace-temps. Cela arrive au moins une fois par décennie, mais il me semble que chez vous, cela représente plusieurs millénaires.

_______Ah... Mais je n'ai vu que toi tomber.

_______Ça, c'est parce que j'étais coincé en orbite, je pense. Je ne sais pas trop, j'avais la sensation de flotter. Les autres sont tombés avant moi, je ne ressentais plus leur présence. J'étais seul, et couvert de crasse. Au bout d'un moment, je suis devenu trop lourd, et quelque chose m'a percuté. J'ai été précipité vers la Terre, brûlé en entrant dans l'atmosphère. J'ai cru mourir, mais heureusement, ce corps m'a permis de me régénérer.

_______Mais maintenant, pourquoi ne le quittes-tu pas ?

_______... Tu ne te rends pas compte à quel point voir et entendre sont quelque chose de fantastique pour nous qui ne vivons que dans le silence de notre esprit et dans l'incertitude des sensations extérieures. Là d'où je viens, notre seul but est qu'un humain nous choisisse, afin de nous sentir vivant à travers eux.


_____Raichu fronça le nez sans comprendre, il demanda donc des précisions qu'il obtint :


_______Les humains que je connais sont des êtres à l'âme incomplète. Ils ressentent certaines émotions mais pas d'autres. Et ils sont tous guidés par le même instinct tôt ou tard : se savoir entier, que plus aucun sentiment ne soit un mystère pour eux.

_______Tu dis qu'on peut vous appeler sur notre Terre les "donneurs de sentiments", donc ça veut dire que c'est vous qui les... euh... complétez ?

_______C'est ça. Nous offrons les sentiments manquants en nous greffant à eux. Nos corps et nos âmes fusionnent, et nous ne sommes plus qu'une unique entité. À la mort de l'hôte, nous retombons à ces côtés et nous patientons jusqu'à ce que quelqu'un d'autre nous utilise. En espérant ne pas avoir à attendre trop longtemps avant d'avoir épuisé nos forces et de mourir à notre tour.


_____Il soupira en repensant au stress qu'il avait subi en se disant qu'il avait échappé de peu à la catastrophe.


_______... Désolé de te le dire, mais tu n'as pas de rôle ici... marmonna le rongeur après une hésitation.

_______Hum ? s'étonna le parasite. Ça me renvoie à la question que je voulais te poser depuis un moment. Comment les humains font-ils pour ressentir ici ?

_______... Ben... c'est de naissance, comme pour les Pokémon. Ils apprennent en grandissant.

_______... Je vois. Donc comme disait Rosélia, je ne suis qu'un parasite. Je ne fais qu'empêcher votre ami de s'exprimer et de vivre. J'étouffe son âme, puisque je ne peux pas fusionner avec. C'est ce que Cresselia me reproche, n'est-ce pas ?

_______O-oui, mais tu sais, on ne pense pas que tu sois mauvais...

_______... Une fois que j'aurai tué celui qui a osé s'approprier ainsi mes compagnons, je m'en irai. Je n'ai pas de raison d'être, alors autant me laisser mourir quelque part plutôt que de passer mon existence dans cet hôte en regrettant mon acte d'égoïsme.

_______Mais tu n'es pas obligé de le tuer ! Il les a peut-être trouvés déjà morts, et par curiosité il les a pris... Vous ressemblez à des pierres, et ce n'est en général pas vivant...

_______Je lui donnerai une chance de s'expliquer, si tu y tiens. On sera vite fixé, voilà quelqu'un qui approche.


_____Damon se releva, les cristaux de sa poitrine virèrent à l'écarlate tandis qu'une racine chargeait un rayon plus intense que ceux visant la nymphe lunaire auparavant. La domestique s'arrêta dans l'encadrement de la porte et s'y appuya pour reprendre son souffle, maudissant son chignon qui s'état défait en accrochant une branche. Elle se redressa pour le refaire et s'immobilisa instantanément en voyant l'humain.


_______Les spaths dans votre laboratoire, ce sont les vôtres ? demanda-t-il.

_______Non... ce sont ceux de mon employeur... Il va revenir bientôt... bégaya-t-elle en louchant sur l'énergie se concentrant au bout de l'appendice pointée sur son cœur.

_______Attendez-le sagement devant la porte, j'aurais des questions à lui poser.



_____Damon était en face d'eux, le joyau dans son torse dégageant une aura meurtrière écarlate. Une de ses racines était pointée vers le dos de la servante, retenant avec peine sa charge, qui paraissait autrement plus puissante que les "attaques-ficelles" qu'avait subi la Pokémon Psy en se battant contre lui. Une autre jaillit d'un cristal pour viser Monsieur Jacob qui leva les mains en l'air, autant effrayé que fasciné.

_____Les yeux lapis-lazuli de l'hôte se posèrent sur Célia et Cresselia. Toutes deux s'étaient rapprochées d'Erik pour faire obstacle au rayon qui menaçait de jaillir.


_______On sait beaucoup de choses sur toi, maintenant. Apparemment, tu n'es pas le premier de ton espèce à avoir atterri sur Terre, grinça l'humaine.

_______Certes, mais je suis à ce que je vois le dernier encore en vie. J'ai retrouvé mes congénères inertes dans ce vaisseau. J'aimerais savoir ce qu'ils y font, d'ailleurs, rangés derrière une vitrine, répliqua le concerné.

_______C'est... c'est moi qui les ai ramassés, reconnut le scientifique.

_______Leur couleur au moment où vous les avez trouvés ? demanda l'autre en plissant les yeux, prêt à agir en fonction de sa réponse.

_______Transparent.


_____Les appendices rougeoyants retrouvèrent leur blancheur et se rétractèrent dans la météorite reprenant sa teinte gris de lin.


_______Vous n'êtes donc pas responsable de leur mort. J'ai bien fait d'écouter Raichu et de vous laisser une chance de vous expliquer.


_____Ce dernier salua tout le petit monde d'un geste de la patte – il lança un regard surpris à l'humaine en reconnaissant Gardevoir, elle formula sur ses lèvres la phrase "je t'expliquerai plus tard pourquoi je suis sous cette forme" –, assis sur le canapé en grignotant des gâteaux apéritifs abandonnés dans une coupelle sur la table basse.

_____Les autres ne s'accordèrent pas ce luxe, préoccupés par Rosélia dont l'état était loin de s'améliorer. Au dehors, les arbres commençaient à chuter d'eux-mêmes, leurs feuilles brunâtres les ayant précédés depuis longtemps. L'adolescente l'avait prédit : la Forêt de l'Oubli était bel et bien en train de mourir.


_______J'ai analysé dans mon laboratoire – soit dit en passant que j'ai bien fait de prendre de la verrerie de rechange – la poudre à priori responsable du pourrissement de la végétation. Il s'agit d'une moisissure particulière, je pense qu'elle s'est formée suite à une réaction entre... la roche vivante ci-présente et les déchets noirâtres qui la recouvraient.

_______Je suis vraiment un oiseau de malheur, soupira l'intéressé.


_____Celui-ci avait réexpliqué sa nature et ses origines afin que tous soient au courant. Le plus captivé était certainement le jeune chercheur, mais pas seulement. Dans un coin discret, l'étrange domestique écoutait attentivement, un enregistreur dissimulé dans sa main, son minuscule appareil photo mitraillant silencieusement dans l'autre.

_____Son sac vibra, ce qui attira l'attention de tous. Elle rougit et après avoir bredouillé un vague "c'est mon copain qui m'appelle sur mon portable", elle fila s'isoler. La Pokémon de la Lune, suspicieuse, la suivit discrètement, puis lui fit une peur bleue en surgissant derrière son dos alors qu'elle prenait son talkie-walkie.


_______Je me demande ce que tu fabriques, blondasse... Ce sont tes cheveux que j'ai retrouvés dehors, siffla la nymphe par télépathie directe, c'est-à-dire que seule l'interlocutrice était capable de l'entendre.

_______Je dois être en train de rêver... bégaya la servante en reculant.

_______Non non, je t'ai bien parlé, sale humaine. Qu'est-ce que tu fiches ? De l'espionnage, visiblement. Ne nie pas, je ne suis pas miro.

_______Je... J'ai été envoyée par l'académie des sciences où travaille Monsieur Jacob... Ses dépenses excessives et ses petits secrets font qu'il est considéré comme potentiellement dangereux, mon but est de savoir si ses recherches peuvent nous nuire...

_______Selon vous, est-ce le cas ?

_______Je ne sais pas... Non, je ne pense pas... Erik est très vaniteux aux premiers abords mais sinon, il est très agréable et facile à vivre... De plus, tout ce qu'il entreprend est plus par passion que par intérêt.

_______Bien. Et en sachant cela, vous allez quand même fournir toutes ses données à cette académie et lui attirer nombre d'ennuis qui ruineront son existence ? Bien, bravo, je respecte...

_______... Euh...


_____La créature psychique allait quitter la pièce quand elle ajouta :


_______Je me moque bien du sort de ce blaireau en blouse blanche. C'est plutôt au sujet du parasite que je m'inquiète. Connaissant la nature humaine, il est probable que suite à vos révélations, il se retrouve sur une table de dissection.


_____Elle s'en alla sur ces mots, laissant l'espionne gothique à ses réflexions et à son trouble. Elle fixa l'appareil de communication, hésita à appuyer sur le bouton qui l'allume.

_____Par un hublot, elle aperçut au dehors Damon, où plutôt son corps possédé par l'extraterrestre. La souris de foudre qui ne cessait de le suivre partout jusqu'à présent était littéralement collée à sa jambe, l'air profondément chagrinée.

_____Elle pensa aux clichés qu'elle avait pris, aux explications de la plante venue d'un autre espace-temps sur ses particularités. Elle se rappela aussi la somme qu'on lui avait promise en échange des renseignements fournis.

_____Elle prit sa décision et rapprocha le communicateur à longue portée de sa bouche.




_______Mais qu'est-ce que tu as l'intention de faire ? questionna Raichu, qui ne comprenait pas pourquoi la plante avait insisté pour que tous aillent dehors avec lui.

_______Mes adieux, répondit-elle simplement.


_____Cela le choqua profondément, il s'accrocha à sa jambe en gémissant :


_______Mais attends ! Pourquoi maintenant ? Enfin, dans ces circonstances, comme ça ?

_______Je me sens coupable de tout. Inutile de me chercher des excuses. De toute façon, comme tu me l'as si bien fait comprendre, je n'ai pas ma place dans votre dimension. Du moins, pas en vie. J'ai l'intention de rendre sa liberté de penser et d'agir à cet hôte et d'offrir ma pierre au scientifique qui semble si passionné par notre espèce. Il en fera ce que bon lui semblera, qu'importe.

_______Tu n'as pas le droit d'être aussi négatif ! Tu me donnes l'impression de t'avoir poussé au suicide !


_____L'explorateur sanglota, refusant de lâcher l'humain. Il ne connaissait pas depuis longtemps l'être qui l'habite. Mais la solitude qu'il a dû ressentir seul dans l'espace, ça, il lui semblait l'avoir toujours éprouvé, quelque part. Dès le premier contact avec lui, il avait perçu le vide qui le hantait.

_____Lui, avait-il perçu le sien ?

_____Soudain, la météorite tomba au sol, couverte de sang, aussi simplement que si quelqu'un avait lâché une balle de tennis. La poitrine de Damon se régénéra instantanément grâce au fluide rosâtre recouvrant le trou, lequel disparut en quelques minutes après qu'il eût chuté vers l'arrière, inconscient, rattrapé de justesse par Célia qui en était tombée lourdement sur le coccyx.



_____« ... Dans combien de temps vas-tu mourir ? », demanda mentalement la souris tandis que des larmes roulaient sur ses joues.


_______Dans trois ou quatre mois, peut-être plus, lui répondit le météore. Cependant... Je vais essayer quelque chose.


_____« Quoi ? Qu'est-ce que tu vas faire ? »


_______Je viens de remarquer une autre différence entre votre monde et le mien. Et elle vient de me redonner espoir. J'ai trouvé mon rôle sur cette Terre, Raichu, alors que je m'étais résigné à ne jamais en avoir.


_____« De quoi tu parles ? »


_______Trouve ton rôle, toi aussi, ne baisse pas les bras. C'est un peu un conseil de grand frère que je te donne. Vois les efforts que je vais faire pour me sentir utile sur cette terre, et n'oublie pas le message que mon acte laisse entendre rien que pour toi.


_____« Mais enfin, qu'est-ce que tu as encore remarqué de différent ici ? »


_______Les "donneurs de sentiments" convoitent la vue et l'ouïe pour profiter de ce qui les entourent. Les êtres vivants sont les seuls capables à la fois de nous faire ressentir cette liberté et de nous permettre de ne pas mourir d'épuisement. Mais chez vous, le sol lui-même est empli de vie, donc de sensations... C'est très différent que ce qu'offrent les Hommes mais après tout... me sentir vivant de quelque manière que ce soit, ce n'est pas un peu ce que je souhaite ?


_____« Que dois-je comprendre ? Tu parles de choses si compliquées... »


_______Tu comprendras bientôt. Mais s'il te plaît, il faut me poser au centre du cratère après avoir éloigné la navette. Finalement, je ne peux pas rester entre les mains du chercheur. Fais passer le message à Célia pour qu'elle le dise à tous.



_____La navette se stabilisa en douceur loin au-dessus du sol, une échelle en cordage tomba de la porte à défaut de pouvoir abaisser le pont. Les passagers descendirent tous, sauf Damon qui n'avait pas encore repris ses esprits, et la domestique qui le veillait.

_____Le spectacle n'était plus celui du bois ravagé par la poudre brillante, ni des Pokémon sauvages terrorisés esquivant les arbres menaçants de les écraser en tombant. Ceci n'était plus qu'un lointain souvenir, et Raichu observait la quiétude des lieux avec bien plus d'émotions que tous les autres.

_____Il sauta dans le cratère pour s'approcher de la petite sphère hérissée en son centre. Elle était teintée d'un vert d'eau étincelant, comme la majorité de la zone normale du Donjon nommé "Forêt de l'Oubli". Ses racines s'enfonçaient profondément dans le sol pour y puiser de quoi survivre.

_____Elles étaient si grandes qu'elles ressortaient et s'enroulaient autour de chaque végétaux sur plusieurs hectares, des cristaux bourgeonnant par endroits pour purifier les écorces de la moisissure dont il n'y avait à présent plus de traces, pas même sur Rosélia qui pourtant n'avait pas été touchée par le moindre quartz. Peut-être que la simple aura de soin dégagée par ceux-ci avait suffi à la soigner.

_____L'adolescent savait que désormais, il ne pourrait plus jamais communiquer avec son ami, son frère venu d'un autre univers. Son âme s'était fondue dans la terre et était en harmonie avec elle, maintenant. Mais il n'oublierait jamais les derniers mots qu'il lui avait soufflé alors qu'il s'attelait à vivre à travers la nature :


_____"Je te promets qu'ainsi, je serai éternel. Tu n'auras jamais à déplorer le suicide que tu craignais tant. Tu peux au contraire te féliciter d'avoir permis ma renaissance. Je te remercie."



_____Soutenu par la servante qu'il avait retrouvée à son chevet et qui lui avait brièvement expliqué les évènements récents, dont il ne conservait aucun souvenir, Damon observait la forêt depuis le ciel. Il eut un sourire faible avant de dire :


_______Ce lieu deviendra un jour très populaire et sera infesté d'êtres humains venus prendre de stupides photos. Leur pas lourds et leurs gestes brusques perturberont cette plante qui demeure fragile, et ce sera le début de la fin...

_______... Non, ça n'arrivera pas, murmura la jeune femme aux cheveux blonds tombant en cascade dans son dos, puisqu'elle n'avait pas eu le temps de se recoiffer. Je peux vous le garantir.


_____Le garçon la fixa sans comprendre, puis n'insista pas, préférant perdre son regard dans le paysage fantastique en contrebas. C'était comme si des milliers de Muciole demeuraient cachés dans les branches, et ce pour toujours. Les premières lueurs de l'aube éclairaient peu à peu la scène.

_____Il ricana intérieurement en se disant que cette pierre avait exploré de fond en comble sa mémoire pour y cueillir des informations. Cela signifiait certainement qu'elle n'ignorait pas avoir pris le corps d'un criminel doublé d'un fugitif. Ou alors elle n'avait pas tant cherché que ça et s'était contentée de l'utile... Il n'y songea plus.

_____La demoiselle avisa son appareil photo et son enregistreur écrasés par ses soins sous une casserole, ainsi que le talkie-walkie qu'elle avait vidé de ses composants après avoir fait son dernier rapport qui ne comprenait que trois mots : rien à signaler.

_____Elle avait tout avoué à Erik qui ne l'avait pas mal pris. À présent, leur seul but était de mesurer l'évolution de l'écosystème à présent que cet organisme extraterrestre s'y était implanté, et lui permettre de se développer en toute sécurité en convainquant les gouvernements de protéger cet environnement exceptionnel.

_____Quand bien même l'académie s'en apercevrait par la suite, elle n'aurait pas son mot à dire.


_____« Pas de dissection prévue. C'est sans doute mieux ainsi. »



_______Dites-moi, vous n'auriez pas vu mademoiselle Ketsui ? Je voulais savoir une bonne fois pour toutes ce qu'elle faisait vraiment dans les environs pour en savoir autant sur cette roche vivante.


_____Erik avait raccompagné à son campement Damon ainsi qu'une Gardevoir qu'il prétendait être la sienne, en plus de Raichu. Il s'était juste rendu l'espace d'un instant dans son vaisseau pour récupérer les cristaux sans vie afin de les déposer autour de leur congénère en pleine santé, un peu comme un hommage, mais cela avait suffi pour qu'en retournant sur la terre ferme, il n'y ait plus de traces de Célia, de Rosélia et de Cresselia. Juste cette nymphette humanoïde qui faisait de grands signes à son soi-disant Dresseur dans la navette.


_______Je ne la connaissais pas, je ne suis qu'un randonneur après tout, mentit le frêle jeune homme.

_______Hum... Tant pis... se résigna le chercheur. Les femmes font partie des multiples choses que la science n'explique pas. Je vous souhaite un bon voyage ! De mon côté, je vais m'établir dans une autre clairière que j'ai repéré, pas trop loin de la plante mais suffisamment cependant pour ne pas la troubler. Repassez dans le coin un jour, si le cœur vous en dit.

_______Peut-être.


_____Son immense appareil de vol s'éloigna du Mont Corne, retournant vers les environs du cratère qui en une seule nuit s'était tapissé de cristaux. Surgirent alors la Pokémon lunaire et la jeune fleur, qui étaient restées cachées pour vraiment faire croire à Monsieur Jacob que la jeune femme qu'il cherchait avait vraiment disparue, alors qu'elle était devant lui depuis le début.

_____Les questions fusèrent de la part des deux adolescents, la mettant mal à l'aise. Voilà qu'elle allait devoir expliquer comment elle faisait pour changer d'apparence. Soudain, Damon les approcha et posa ses mains sur le haut de leurs têtes.


_____« Il ne va quand même pas... », songea l'elfe psychique.


_____Ses doutes se confirmèrent, il était bel et bien en train de modifier leurs souvenirs. Il les persuada qu'ils avaient vu la demoiselle aux cheveux vert pomme à côté de la nymphe, et qu'elle était effectivement repartie en demandant à la rose de ne pas se montrer pour ne pas éveiller les soupçons d'Erik.

_____Ceci fait, le pseudo humain les laissa à leur hébétude passagère avant de se questionner sur ce qu'il était sur le point de demander, puis de ne plus y penser.


_______Tu n'avais pas envie de lui dire au revoir ? s'enquit-il discrètement.

_______Non... Il n'entendra de toute façon plus jamais parler de moi, répondit-elle en haussant les épaules. Je ne ferai pas long feu dans ses souvenirs, et ce serait d'ailleurs préférable. Bon, on va au Village Shaymin ou pas ?

_______... Pas tout de suite, regarde...


_____La tête appuyée contre un sac, le rongeur sommeillait à présent tranquillement. Si son coéquipier avait eu l'impolitesse de fouiller ses rêves, il n'y aurait trouvé que des flashs de souvenirs plus ou moins vieux de tous les moments heureux de sa vie, et dans chaque scène, une étoile en trop dans la Grande Ursaring, semblant scintiller davantage que les autres, rassurante et familière comme un frère aîné, chuchotant dans le silence nocturne :


_______Je t'ai promis de vivre éternellement. Que me promets-tu en échange ?



_____Raichu se réveilla, et s'aperçut que le soleil était plutôt haut dans le ciel. Ses compagnons de route, qui l'attendaient en discutant, se tournèrent vers lui, il se mit à rougir.


_______Pardon de vous avoir retardés... marmonna-t-il en prenant à la hâte sa besace d'explorateur.

_______Y a pas de mal, andouille, railla Gardevoir. De toute façon, regarde à côté de toi.

_____Cresselia était avachie sur un rocher, somnolente. Elle redressa la tête en bredouillant quelque chose comme "c'est le matin, là ?" avant de se reprendre et d'endosser son sac à son tour, menaçant de donner un coup de crâne à quiconque se moquerait d'elle.

_____Ils reprirent la route dans la bonne humeur, reparlant un peu de ce qui s'était passé tant c'était incroyable, et d'un commun accord choisirent de garder ça entre eux. Notamment la souris qui en plus, songea très fort :


_____« Je promets de faire comme toi, grand frère. Trouver ma place et m'y sentir bien. »



_____Suite à ses études laborieuses, Erik Jacob, avec l'aide de Rebecca Grâce, son assistante, prouvera les mois suivants que l'organisme extraterrestre établi dans la Forêt de l'Oubli est de la même famille que l'Arbre de Vie situé à Hoenn******, et permettra ainsi de le classer dans les espèces protégées.

_____Cela lui garantira sa place dans les livres d'Histoire, car il permettra au monde scientifique de se poser de nouvelles questions, révolutionnaires : s'ils sont de la même famille, cela signifierait-il que tous deux viennent du même espace différent ? Et si c'est le cas, d'autres plantes sont-elle dans le même cas ? Voire les Pokémon ? Les humains ?

_____Suite à tous ces bouleversements, ces portes ouvertes sur des recherches nouvelles, et surtout grâce à la longue aventure qu'aura été de prouver qu'il n'avait pas rêvé ce qu'il avait vu dans le ciel quand il était adolescent, le jeune scientifique décidera de baptiser lui-même cette merveille de la nature, grandissant de jour en jour.

_____L'Arbre du Mystère.


_____*Équivalent de dormir comme des bébés (les Abra dorment dix-huit heures par jour).

_____**La Grande Ourse, bien sûr !

_____***Bah... Dieu, quoi.

_____****Les zones "normales" des Donjons sont les parties qui... ne sont pas des Donjons. Escalader le Mont Corne par cette zone, c'est exactement comme escalader une montagne normale dans la vraie vie... En général, il n'est pas facile d'accéder à la partie normale d'un Donjon, il faut l'avoir fait une fois et ne pas s'en être trop éloigné.

_____*****Ses yeux de chat.

_____******Voir le huitième film Pokémon "Lucario et le mystère de Mew".