Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Le Phénix d'Argent de Yûn



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Yûn - Voir le profil
» Créé le 09/03/2012 à 12:36
» Dernière mise à jour le 21/03/2013 à 18:34

» Mots-clés :   Absence de poké balls   Action   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 2. Annonce Cornaline
Sibylle, son sac à la main, courut les derniers mètres la séparant du Tunnel Mérazon. Mais, au lieu d'y entrer, elle bifurqua à droite et grimpa la petite pente qui faisait le tour de la montagne. Elle arriva alors à une grotte, invisible depuis le bas. Aussitôt, il y eut un bruissement d'ailes, et un oiseau orangé de la taille d'un cygne vint à sa rencontre en poussant de petits cris joyeux.

Bien qu'il se soit rétabli assez rapidement, elle n'avait pas osé le relâcher. Il était trop fragile, il n'aurait jamais survécu seul. Elle avait bien pensé trouver une horde de son espèce afin qu'ils s'occupent de lui. Mais malgré ses nombreuses recherches –et cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas passé autant de temps dans une bibliothèque-, elle n'avait pas réussi à déterminer l'espèce de son petit protégé. De toute façon, l'oisillon s'était attaché à elle, il n'aurait certainement pas accepté de partir comme ça. Aussi avait-elle décidé de l'adopter.
Elle lui avait donné le nom de Takibi, en référence aux vives flammes que l'oiseau était capable de produire. Heureusement pour elle, ils s'étaient trouvés sur la plage lorsque cet aspect de son potentiel s'était manifesté.
Depuis lors, et également parce qu'il avait énormément grandi en un temps record, il lui était impossible de le demeurer cacher dans sa chambre. Surtout que sa croissance semblait encore loin d'être achevée, le cygne au plumage d'opale gagnant chaque jour quelques centimètres...

Takibi se posa devant elle et tendit son cou, avide de caresses. Son bec argenté claqua de plaisir quand les mains parcoururent doucement son beau plumage d'ocre. Sibylle sourit. A chaque fois qu'il agissait ainsi, elle s'attendait presque à ce qu'il se mette à ronronner comme un Miaouss.
Quand enfin il consentit à s'écarter un peu d'elle, il regarda le sac de la jeune fille avec des yeux affamés... Et ne se gêna pas pour tenter de passer la tête dedans pour se saisir de ce qu'il contenait.


- Hey ! Espèce de glouton, tu pourrais au moins attendre !

Le cygne orangé retira sa tête en poussant un sifflement frustré. Mais son sentiment ne resta pas bien longtemps. Sibylle venait en effet de poser les victuailles qu'elle avait apportées. Aussitôt, il se rua dessus sous le regard amusé de celle qui l'avait sauvé.
Pendant qu'il se restaurait, elle s'assit contre un rocher et en profita pour le contempler.
L'oisillon faiblard qu'elle avait recueilli était vraiment devenu magnifique. Son plumage, au fur et à mesure qu'il avait grandi, s'était fait plus soyeux et flamboyant. Ses ailes, aux rectrices d'un vermeil plus prononcé sur leur extrémité, faisaient penser à la robe chatoyante que revêtait l'astre céleste lorsqu'il laissait place à son épouse nocturne. Contrastant, les plumes infinies de sa queue semblaient avoir été façonnées avec l'argent le plus fin, tout comme son bec et la huppe sur sa tête fine, tandis que le duvet de son ventre avait conservé sa blancheur immaculée. Son habit raffiné était complété par une marque qui encerclait subtilement son long cou gracile, lui conférant ainsi un discret collier de grenat. Ses grands yeux d'or étaient constamment maquillés d'un khôl délicat, le dotant ainsi d'un loup mystérieux qui habillait magnifiquement son regard.

Néanmoins, sous cette apparence idyllique, Sibylle se doutait que l'espèce à laquelle appartenait son protégé n'était pas aussi angélique.
En effet, lorsqu'elle avait commencé à vouloir le nourrir avec des aliments plus consistants que de la mie de pain, elle s'était étonnée qu'il délaissât les différents fruits juteux. C'était à peine s'il tolérait les baies épicées. La jeune fille, inquiète de le voir réagir ainsi, lui avait alors proposé diverses denrées. Ce ne fut qu'au bout de plusieurs jours qu'elle constata avec étonnement que le cygne orangé raffolait de viande et de poisson, en particulier cru.
Devant de telles préférences alimentaires, et aussi au vu de la taille de plus en plus imposante qu'il acquérait, elle devina assez tôt qu'il devait certainement être un oiseau de proie, qui ne se contentait pas de quelques insectes ou miettes de pain. Par ailleurs, depuis qu'elle l'avait fait s'installer dans cet endroit, elle avait plusieurs fois remarqué de petits squelettes dans sa caverne. Ses instincts naturels avaient dû se manifester et s'affiner, la taille des ossements augmentant peu à peu. Quelques temps auparavant, elle avait même vu une carcasse d'Hélédelle partiellement dévorée. Bientôt, elle n'allait même plus avoir besoin de lui apporter de quoi manger, il semblait se débrouiller très bien tout seul. Mais il s'agissait surtout d'un prétexte pour venir le voir, et ainsi échapper un moment à l'enfer qu'était son école.

Quelque chose lui frappa brièvement le haut du crâne. Sibylle releva aussitôt la tête. Son oiseau avait vraisemblablement fini son repas et, impatient de jouer, l'avait cognée de son bec d'argent pour la sortir de ses pensées. Il la considéra de ses yeux dorés, la tête légèrement penchée sur le côté. Tendant son cou vers elle, il claqua du bec pour lui demander de venir, cette fois-ci d'une façon plus pacifique. Sibylle en profita pour se venger en lui ébouriffant sa fière huppe.


- Ah là là... Il va vraiment falloir que t'apprennes la politesse et la patience. Oui oui, on va jouer.

Takibi n'attendit même pas la fin de la phrase. Il avait déjà déployé ses ailes et pris son envol. La jeune fille éclata de rire et se jeta à sa poursuite.


***
Sibylle réprima un bâillement. L'atmosphère lourde qui régnait dans la salle de classe lui donnait envie de dormir. Pour ne rien arranger, la voix monotone du professeur agissait comme une berceuse sur elle.
Mais elle ne céda pas à la tentation de faire un bon somme. Ca n'aurait fait que trop plaisir à la classe entière qu'elle soit encore une fois réprimandée. De plus, il s'agissait du dernier cours, après elle pourrait rendre visite à son protégé. Mais les aiguilles de sa montre semblaient avancer bien capricieusement...
Des coups frappés à la porte rompirent la torpeur ambiante. L'attention des élèves augmenta notablement au vu la personne qui franchit le seuil de la salle. Une grande personnalité de Mérouville, idole de bon nombre d'élèves : Roxanne, la championne locale.


- Ah ! Parfait, je vous attendais Mlle Roxanne, salua le professeur avec un sourire chaleureux. Mesdemoiselles, je suppose que je n'ai pas besoin de vous la présenter. Néanmoins, si Mlle Roxanne est parmi nous aujourd'hui, ce n'est pas pour vous donner quelques leçons de combat. Mais, je vais vous laisser la parole.
- Eh bien, merci. Voyez-vous, bon nombre de gens aspirent à devenir un jour coordinateur. Mais, parce que la concurrence est rude, par manque de temps, d'occasion ou de confiance en soi, bien peu parviennent à se faire une place ou à garder leur motivation. Aussi, en accord avec la mairie de Mérouville et grâce à l'appui financier de la Devon SARL, nous avons décidé d'organiser un concours spécialement pour les débutants, sans frais de participation. A ce titre, toutes les élèves de cette école pourront également participer et...

Le murmure qui s'était élevé progressivement dans la classe se mua en petites exclamations de joie. Le professeur dut même hausser la voix pour que le silence revienne. La championne aux créatures de roche put enfin reprendre, avec un petit sourire amusé.

- Je me doutais que cette proposition vous réjouirait. Bien évidemment, comme pour un concours classique, cela se déroulera en deux phases : une de prestation libre, l'autre de combats. Mais, je vous rassure, ce n'est pas pour tout de suite. La décision a été officiellement prise il y a une semaine. Le concours se déroulera dans un mois, pour laisser le temps à tous les participants potentiels de préparer leur prestation. Tout ce que vous avez à faire, c'est remplir le formulaire d'inscription que mes Racaillou sont en train de distribuer.

En effet, deux créatures de roche jaillirent de nulle part, leurs bras puissants chargés de feuillets qu'ils s'empressèrent de distribuer.

- Le jury sera très certainement composé du maire, du directeur de la Devon SARL, d'un éminent coordinateur professionnel et de moi-même. Vous n'aurez le droit d'utiliser qu'un seul pokémon, aussi choisissez-le bien ! J'espère vous voir toutes participer et que vous nous éblouirez !


***
Pour la énième fois, Sibylle relut le formulaire d'inscription. La classe finie, elle avait filé jusqu'à la caverne abritant le cygne orangé. Elle était adossée contre un rocher, caressant doucement la tête de son bel oiseau endormi à côté d'elle. Comme d'habitude lorsque le soleil se faisait timide, Takibi était moins dynamique, ce qui leur permettait à tout deux de se reposer. Il était d'ailleurs étonnant de voir à quel point les humeurs changeantes de l'astre céleste influençaient le comportement de l'oiseau manipulateur de feu.

Le formulaire était très simple à remplir. On ne demandait rien d'autre que le nom, l'adresse, bref les indications basiques. Ce n'était pas vraiment ça qui tracassait la jeune fille. Juste qu'une telle occasion ne s'était jamais présentée. Elle n'avait jamais combattu, non pas parce qu'elle n'aimait pas ça, mais plus parce qu'elle ne possédait pas de créatures et que l'Ecole n'en fournissait pas pour les entrainements, chaque élève étant supposée en posséder déjà un. Ce n'était pas une règle clairement définie mais plus une tradition. Pour les concours, c'était la même chose. Elle en avait vaguement entendu parler, mais elle ne s'y était jamais vraiment intéressée. Alors, pourquoi ne pas essayer ? Si ça se trouvait, ça allait même lui plaire ! Mais elle hésitait à montrer son oiseau, le seul avec qui elle pouvait concourir. Après tout, elle ne connaissait même pas son espèce et avait juste une vague idée de ses pouvoirs, sans même être capable de les nommer. Heureusement, le formulaire ne demandait pas de préciser avec quelle créature les participants souhaitaient concourir. Certainement pour laisser la surprise au public et au jury, le but étant, si elle avait bien compris, de leur offrir la prestation la plus originale possible.
Elle sentit quelque chose de chaud contre son bras. Takibi avait posé sa tête sur son membre et la regardait avec des yeux interrogateurs.


- Bah, t'en fais pas, c'est rien. Juste que... Il y a un concours auquel je pourrais participer avec toi. Mais, j'hésite... Qu'est-ce que tu en penses ?

Comme à son habitude lorsqu'il ne comprenait pas ou ne savait pas quelque chose, le cygne orangé tourna la tête sur le côté en claquant du bec. Sibylle entreprit alors de lui expliquer en quoi consistait un concours.

- A la rigueur, on pourrait essayer de bricoler quelque chose pour la prestation de départ. Mais je sais vraiment pas si t'es fait pour le combat, si on arrive à la deuxième phase, par le plus grand des miracles... Aïe !

Takibi l'avait une fois de plus frappée avec son bec. Puis il s'éloigna d'elle la tête haute, visiblement vexé. Arrivé à un arbre mort à proximité, il déploya l'une de ses larges ailes. Celle-ci revêtit un habit de métal. L'oiseau au plumage d'ocre effectua un mouvement circulaire. Les plumes, devenues mille couteaux aiguisés, tranchèrent nettement le tronc de l'être sylvestre. Satisfait de sa besogne, il replia son aile et adressa un regard fier à son amie, accompagné d'un claquement de bec. Sibylle éclata de rire, ce qui fit prendre encore plus la mouche à son protégé à plumes qui poussa un sifflement de protestation. Elle le rejoignit alors, pour lui ébouriffer sa huppe d'argent.

- C'est bon, j'ai compris, tu n'es plus un petit oisillon sans défense. On va y participer, à ce fichu concours !