Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 09/10/2011 à 09:07
» Dernière mise à jour le 27/10/2017 à 21:41

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 55 : Une victoire éclatante
Plus de trois cents hommes de la Team Rocket, la plupart des dresseurs, avec une vingtaines de machines de guerre, étaient en route pour Carmin sur Mer, dirigés par le colonel Bouledisco. Siena en faisait partie, de même que Tuno. Aussi, la plupart des dutteliens capables de tenir une arme étaient venus. Il y avait Djosan et Acpeturo bien sûr, qui ne manqueraient une occasion de découper quelques vriffiens pour rien au monde, que ce soit à Elebla ou à Kanto. Mais il y avait aussi le prince Octave, et plus étonnant encore, le roi Antyos. Siena ne l'avait jamais vu se battre, pourtant il possédait de façon très visible une Pokeball à la ceinture, de même qu'une fort belle épée. La Pokeball était étrange. Elle était dorée avec des bandes bleues. C'était soit une Pokeball encore inconnue de Siena, soit seulement du plaqué décoratif.

Siena était anxieuse. Non à cause de la bataille à venir, mais parce qu'ils allaient devoir se battre aux cotés des forces du gouvernement, menées par leur général légendaire, Peter Lance. Tous les Rocket tremblaient à son nom seul, et à juste titre. Près du quart de la Team Rocket était derrière les barreaux ou dans la tombe uniquement grâce à lui. Mais en dehors de la peur qu'il personnifiait, Siena avait aussi hâte de le rencontrer en chair et en os. On disait qu'en plus d'être le dresseur le plus puissant du continent, il était aussi un stratège infaillible et un meneur d'homme exemplaire. Il serait intéressant de voir ce que le général Lance et le colonel Bouledisco pourraient faire en travaillant ensemble.

Le groupe était en train de passer devant la Cave Taupiqueur. Ils étaient partis à pied depuis la base pour rejoindre Carmin sur Mer. Bouledisco avait tenu à ça, bien que Siena ne voyait pas trop bien la stratégie qui pourrait découler de plusieurs ampoules aux pieds. Enfin, ils seraient à Carmin dans peu de temps. Pas trop tôt, vu qu'ils avaient perdu un temps fou avec les nombreuses inepties de Bouledisco. Le prince Octave, qui marchait en tête du petit groupe dutellien, vint retrouver Siena, en lançant en coin un regard inquiet au colonel qui marchait à coté de ses Ludicolo, en bougeant inutilement les fesses à chaque pas.

- Il est vraiment pas net, votre colonel, murmura-t-il à Siena. Vous êtes sûre que c'est ce type qui doit sauver votre région des vriffiens ?!

Octave faisait sans doute référence à ce qui s'était passé il y'a quelques heures. Durant leur marche dans une petite clairière, Bouledisco s'était arrêté d'un coup devant un arbre, très grand et apparemment très vieux. Sur ce, il avait déclaré que l'arbre lui avait manqué de respect, et que son regard ne lui convenait pas. Il avait donc ordonné qu'on l'abatte. Ça avait dû prendre bien une heure, même à plusieurs, tellement l'arbre était épais et solide. Et Bouledisco avait interdit l'usage des explosifs, car bien sûr, ce n'était pas groove, selon ses propres termes, et ça perturberait la nature.

Mais le pire dans tout ça, ce n'était pas d'avoir coupé l'arbre. Car après que les Rockets eurent sué eaux et sang pour le mettre à terre, le colonel Bouledisco avait soudain été bouleversé par ce qu'ils avaient fait, et dans son délire, leur avait ordonné de creuser une tombe pour le pauvre arbre. Siena n'avait jamais encore enterré un arbre. Elle se doutait que peu de personne l'avait fait aussi, et elle pouvait leur dire maintenant que c'était épuisant, long et surtout terriblement inutile, d'autant plus quand l'arbre était un séquoia centenaire qui devait bien faire dans les cinquante mêtres. Et ensuite, le colonel avait tenu à se recueillir un moment devant la tombe de sa victime ; une bonne demi-heure.

Les Rocket, informés de la nature un peu... bizarre du colonel, avaient obéi sans trop paraître surpris, mais les dutteliens avaient été passablement décontenancés devant un tel étalage de désordre mental. Tous semblaient à présent très inquiets qu'un homme capable de couper un arbre parce qu'il "l'avait regardé de travers" et ensuite de l'enterrer puisse leur donner des ordres lors d'une bataille. Siena, elle, s'en fichait. Du moment que le génie militaire du colonel était tel qu'on le décrivait, et qu'il leur fasse gagner la bataille à venir, Siena lui couperait et lui enterrerait tous les arbres qu'il voulait.

Enfin, ils gagnèrent Carmin sur Mer par le port. Les soldats des Dignitaires les laissèrent passer sans un mot, mais Siena put clairement lire la révulsion dans leurs yeux. Admettre qu'ils avaient besoin d'eux pour se battre devait leur couter cher en fierté. La plus grande partie de la ville avait été transformée en QG géant, et la salle des opérations était apparemment l'arène Pokemon de la ville. Bouledisco y entra, et demanda à tous les gradés ainsi qu'aux chefs dutteliens de le suivre. Se rappelant qu'elle était lieutenant, Siena entra à la suite d'Octave.

L'arène était assez sombre, seulement éclairé par quelques arcs électriques qui sortaient ci et là des endroits des plus inattendus. Plusieurs personnes étaient déjà présente, dont le commandant de l'armée du gouvernement. Siena put voir enfin le général Lance pour la première fois en vrai. Il se dégageait incontestablement de lui une aura de grandeur et de puissance. Et sa tenue de super-héros, avec sa cape voyante et son épée, ajoutait encore plus à cette impression.

Lance était entouré de son état-major, ainsi que de gens que Siena connaissait de vue comme étant des champions d'arène de Kanto. Mais il y avait aussi, à coté du champion de Jadielle Régis Chen, une fille que Siena mit un certain temps à reconnaître, car elle l'avait connu avec les cheveux bruns et courts, tandis qu'ils étaient maintenant long et d'une belle couleur violette. C'était Eryl, la jeune dresseuse qui avait été pourchassé par Trutos de la Team Cisaille, et que la X-Squad, plus particulièrement Mercutio, avait sauvé.

Siena se demandait ce qu'elle fichait ici. Mais elle l'avait vu se battre avec ses Pokemon lors de la bataille de Surocal, contre les robots Cisayox de Trutos, et elle ne serait sûrement pas de trop dans la bataille qui s'annonçait. Eryl la vit et la reconnu, évidement. Mais elle se retint de se précipiter vers elle pour aller lui parler, ce dont Siena la remerciait mentalement. Ce serait gênant au milieu de tous ces gens, surtout que les deux camps n'étaient pas les meilleurs amis du monde.

- Yo les mecs, lança le colonel Bouledisco. Vos sauveurs sont arrivés !

Il avait dit cela comme s'il s'attendait à ce que Lance et les autres sautent de joie en les accueillant sous les vivats, mais il ne reçu en réponse que plusieurs regards noirs. Lance leva la tête de la carte qu'il étudiait, puis s'intéressa enfin aux Rocket.

- Vous êtes en retard.

- Un p'tit souci dendrologique en chemin, répondit Bouledisco. Mais les bouffeurs de Pokemon n'sont pas encore là, so we have the time. Montrez-moi vot' plan les mecs.

Bouledisco s'approcha de la carte de Lance, qui se mit à lui expliquer la composition de l'armée vriffienne, puis les défenses positionnées dans la ville et enfin le plan d'attaque. Bouledisco secoua la tête.

- Mais non mec, tu t'goures complètement ! Ça manque de groove ça ! Attends voir...

Il prit le feutre des mains du second de Lance et commença à gribouiller sur le carte. Curieux, la plupart des hommes de Lance, et les Rockets aussi, s'avancèrent pour voir leur légendaire colonel à l'œuvre dans son domaine. Siena parvint à voir un bout de la carte, avec à présent dessus plusieurs flèches et ronds qui représentait un plan global incompréhensible. Mais il avait apparemment un sens pour Lance, qui cligna des yeux, impressionné.

- En effet, ça serait mieux. Mais pourquoi avoir placé vos machines en zone B ? Elles seront plus utiles au versant du port.

- Trop pas, mec ! Si vot' groupe 3 retient assez longtemps le gros de leur force sur la droite, elles feront un carnage là où elles sont ! Un critical hit, mec !

- Possible en effet, admit le Major Bob. Et ça, qu'est-ce que ça représente ?

- Un Abra, répondit Bouledisco. Ça représente un rassemblement de Pokemon Psy. Que tous ceux qui en ont les positionnent en B-6 pour qu'ils arrêtent les flèches et les canons vriffiens. Ainsi vot' groupe Beta et mes unités 6 et 7 seront couvertes. Là, je veux tous les Pokemon Sol qu'on pourra rassembler, pour arrêter leurs espèces de chars miniatures mobiles qu'il ne manqueront pas d'envoyer ici, vu qu'ils s'attendront à ce que notre artillerie se trouve en contrebat. Et ils auront raison, oh yeah ! Il faudra mettre environs dix pièces lourdes ici et là, pour contenir l'avancée ouest et couvrir nos tireurs. Là, il me faudrait environs cinquante Pokemon qui peuvent tenir au corps à corps contre les vriffiens. En D-9, il faudra...

Siena était un peu perdue, mais soulagée. La réputation du colonel n'était pas usurpée. C'était vraiment un génie de la guerre. Après environs une demi-heure d'explications, il eut enfin terminé, mais Ondine, la championne aquatique d'Azuria, demanda :

- Et dans la mer, c'est un Magicarpe que vous avez dessiné ? Ça veut dire qu'on va devoir mettre nos Pokemon eaux à cet endroit ?

- Pas du tout, girl.

- Mais alors...

- J'ai dessiné un Magicarpe ici, car y'a plein de Magicarpe dans le mer. Ça ajoute du réalisme, yo !

Ondine s'abstint de tout autre commentaire, jugeant inutile de résonner avec un type comme Bouledisco. Le colonel Rocket se tourna vers Lance.

- Alors on fait comme j'l'ai dit, mec. Donne les ordres à tes boys.

Lance n'appréciait apparemment pas qu'un soldat Rocket, en plus moins gradé que lui, lui donne des ordres, mais s'exécuta quand même.

- Ah ouais aussi j'y pense, mec, ajouta Bouledisco. Toi et ta copine aux silver hair ( il désigna Marion du doigt ), vous êtes des humans with big power, non ?

Lance hocha la tête.

- Alors j'ai une good idea pour exploiter ça au max, mec. Viens voir par là que j't'explique.

Pendant ce temps, le major Bob et le colonel Tuno passaient dans les rangs pour récupérer les Pokemon de types choisis pour le plan de Bouledisco. Siena donna à Tuno tous les siens, mais garda Drakoroc avec elle. Elle voulait se battre à ses cotés pour cette première fois. Quand Eryl eut donné quelques uns de ses Pokemon, elle vint à la rencontre de Siena.

- J'avais espéré que vous seriez là, avoua-t-elle avec un sourire. Ça me fait plaisir de me battre à nouveau avec la X-Squad.

- Le colonel Tuno et moi, nous sommes les seuls de l'unité présents, lui apprit Siena.

- Ah, fit Eryl, quelque peu dépitée.

À son air déçu, Siena comprit que c'était Mercutio qu'elle aurait aimé voir. Elle lui demanda quand même de ses nouvelles, ainsi que de Galatea et de Zeff. Siena répugnait à lui apprendre que Zeff avait rejoint l'ennemi, que Galatea en était prisonnière et que Mercutio était parti les sauver seul en plein Empire de Vriff. Elle lui dit plutôt qu'ils allaient bien mais qu'ils étaient sur des missions très délicates. Les forces de Vriff déboulèrent quelques minutes après. Et ils étaient venus avec du matos...

Une dizaine de leurs Ailes du Sang, plusieurs escadrons d'Ailes de la Mort, plusieurs de leurs chars en bois bizarres, et même un Asmolé qui recouvra bientôt toute la ville d'une ombre sinistre. Quant aux soldats, ils devaient être environs quatre milles, soit quatre fois plus que les défenseurs de Carmin. Les vriffiens leur fit tout d'abord leur discourt habituel : qu'ils étaient tous des infidèles voués au malheur et à la damnation dans l'autre vie, qu'ils devaient se repentir en servant fidèlement l'Empire et Dieu, et autre joyeusetés de ce genre. Siena reconnut la voix amplifiée provenant de l'Asmolé qui proférait ces absurdités.

C'était celle du Seigneur Ues, l'Elu aux pouvoirs plantes et au visage d'un lépreux. Siena était surpris qu'ils commencent enfin à se déplacer en personne durant les batailles. La jeune Rocket s'était laissé entendre que ces gars là étaient tous des lâches et des pleutres, dont leur misérable vie était la seule chose qui comptait en ce monde. Mais sans doute étaient-ils aussi trop arrogants pour penser que les infidèles de Kanto pouvaient leur poser problème. Il était inutile de répondre à ça, mais le général Lance y tenu. On lui donna un micro et sa voix grave et puissante retenti dans toute la ville et jusqu'aux oreilles des vriffiens.

- Aucun homme, aucune femme, aucun Pokemon de Kanto n'abdiqueront leur liberté face à vos menaces ridicules. Vous avez attaqué un Etat souverain, sans provocation ni acte de guerre. Rentrez chez vous, et vos vies seront épargnées.

Siena sut que c'était inutile ; les vriffiens méprisaient la vie. Ils ne vivaient que pour la mort. Pour l'attendre et surtout pour pour la donner. La bataille commença. Les canons des appareils vriffiens se mirent à chanter, mais leurs boulets se heurtèrent à la protection psychique qui entourait toute la ville. Bouledisco avait fait placer plusieurs Pokemon maîtrisant Protection, Mur Lumière et Voile Miroir à différents points de Carmin. En revanche, cette couche protectrice n'empêcha pas les tirs des alliés de sortir et de submerger les vriffiens. Deux de leurs Aile du Sang s'écrasèrent après la première salve.

Ayant comprit qu'ils ne passeraient pas ainsi, les autres vaisseaux s'éloignèrent pour se mettre hors de porté des tirs. Pendant ce temps, leurs Ailes de la Mort, elles, plongèrent sur la ville, et l'infanterie commença à avancer. Avant de rencontrer le groupe de Pokemon que Lance et Bouledisco avaient placé là sachant très bien que les vriffiens prendraient ce chemin, ces derniers durent subir les mines préalablement enterrées là où ils marchaient. Quand ils arrivèrent enfin devant les Pokemon, leur groupe était bien plus réduit.

Siena était placée dans la ville elle-même, où elle pouvait voir le déroulement de la bataille, mais sans y participer. Pas encore. Bouledisco les avait tous placé selon leur capacité et leurs Pokemon. Siena ne devait en aucun cas briser la formation. Elle devait attendre que les vriffiens arrivent jusqu'à elle. Bien qu'elle n'avait pas l'habitude de regarder une bataille sans y participer, elle prenait son mal en patience faisant confiance à la stratégie du colonel.

Les soldats du gouvernement aussi en étaient tenus à des ordres stricts, mais leurs alliés dresseurs, menés par les champions d'arènes, n'étant pas des militaires, se lancèrent immédiatement dans la mêlée. Siena pouvoir voir Eryl, aux coté du champion de Jadielle, qui commandait à son Feunard et à Ea. Le petit Pokemon plante avait une allure inoffensive, mais les racines qu'il fit pousser du sol et qui emprisonna plusieurs vriffiens dans une étreinte mortelle prouvait qu'il ne fallait pas se fier à l'apparence.

À lui tout seul, le légendaire Sulfura, que chevauchait Auguste, décima une vingtaine de lignes. Une puissance extraordinaire, digne d'un Pokemon Légendaire tel que lui. Ce n'était pas le premier que Siena voyait. Etant enfant, elle avait eu l'occasion de croiser le chemin de Suicune, qui personnifiait le Vent du Nord. Mais c'était un souvenir douloureux qu'elle ne voulait pas se remémorer. Pas en pleine bataille. Les Pokemon Roche de Forrest, champion d'Argenta, et les Pokemon Eau d'Ondine, celle d'Azuria, furent responsables de la plus grande partie du désordre dans les rangs vriffiens. Siena vit, impressionnée, le Steelix de Forrest se saisir avec sa gueule de la moitié d'une Aile du Sang et de la jeter sur les rangs vriffiens, tandis que le Léviator d'Ondine s'était à lui seul débarrassé de tout un groupe d'ennemi avec une attaque Draco-rage des plus effrayantes.

Enfin, la dresseuse la plus remarquable n'était autre que Marion du Conseil des 4, qui disparaissait en un flash ténébreux pour réapparaître derrière un des vriffiens, qu'elle égorgea avec une courte dague. Puis sa sinistre tâche accomplie, elle recommença. Les vriffiens, qui n'arrivait pas à voir Marion et qui ne comprenaient pas pourquoi d'un coup leurs amis tombaient la gorge ouverte, étaient totalement désorganisés. Le premier groupe fut vite vaincu, sans trop de pertes du coté des défenseurs. Hélas, ce n'était que le premier d'une longue série. La bataille dura bien deux heures pleines avant que des vriffiens parviennent à pénétrer dans la ville. Siena libéra son Drakoroc, et sorti son pistolet.

- C'est à nous, Drakoroc, dit-elle.

C'était la première fois que le vieux Pokemon quittait sa grotte, et se retrouver d'un coup sous le ciel et en pleine bataille l'agita fortement. Prudente, Siena le renseigna tout de même sur l'identité de leurs ennemis. Il pouvait démembrer et manger tous ceux qui portaient une armure rouge. Le Pokemon Dragon s'en donna à cœur joie. Les quelques rares vriffiens qui parvinrent à l'attaquer furent bien vite désenchantés en constatant que leurs épées n'avaient aucun effet sur les écailles rocheuses de Drakoroc.

Très vite, les vriffiens apprirent à éviter d'un grand écart l'endroit où se tenaient Siena et Drakoroc. La jeune Rocket pouvait dès lors exercer ses talents de tireuse sans trop de gène. Mais décidément, elle n'aimait pas tirer. Non pas qu'elle n'était pas douée dans le maniement des armes, mais c'était un mode de combat qu'elle n'appréciait pas. N'importe quel abruti pouvait viser et appuyer sur une gâchette. Ça ne le distinguait pas outre mesure, qu'importe le nombre d'ennemi qu'il tuerai. Le corps à corps, en revanche, était un mode de combat qui prouvait la valeur de celui qui l'utilisait. Bien entendu, Siena n'était pas taillée pour aller cogner ces géants en armure, ni pour utiliser une épée comme Mercutio le faisait. Mais elle décida que prochainement, elle allait se trouver une arme à sa hauteur.

Voyant que ses troupes aux sols avaient des difficultés pour avancer dans la ville, Ues avaient fait s'approcher ses Ailes du Sang restantes et son propre Asmolé. Grossière erreur ; c'était juste ce qu'attendait le général Lance pour agir. Siena l'entendit avant de le voir. Sans un seul Pokemon pour voler, le Maître G-Man avait décollé du sol comme un avion à réaction vers les vaisseaux ennemi. L'air semblait bouillonner à proximité de Peter Lance. L'immense pouvoir qui se dégageait de son corps était ressentit de tout le monde au sol. Arrivée à hauteur des Ailes du Sang, le général leva la main, et un tourbillon se créa soudain, emportant trois des Ailes du Sang. D'un autre revers du bras, Peter Lance envoya une décharge de vent qui désintégra l'escadron d'Ailes de la Mort qui avaient tenté de l'intercepter. Puis une boule d'énergie violette partit de sa main gauche pour aller exploser sur la dernière Aile du Sang.

Cette homme venait de détruire à lui tout seul et en moins de trente secondes la moitié de la flotte aérienne vriffienne. Siena comprenait pourquoi tous les Rockets tremblaient devant son nom. Mais le Maître n'en resta pas là. Il traversa comme du beurre l'Asmolé de part en part, avant d'invoquer un torrent d'énergie violette qui réduisit le bois et l'acier de l'immense vaisseau en masse informe. Ce qui resta alla s'écraser au sol. Lance retomba à son tour, son corps luisant d'une lueur violette, et ses yeux dorés plus brillants que le soleil. Il fut accueillit par ses hommes avec grands cris d'admiration, de respect et de crainte.

Siena avait reconnu plusieurs attaques de type Dragon dans celles que Lance avait exécutées. Les mêmes que Solaris avait utilisé contre eux. Si Solaris possédait les pouvoirs de Dracoraure, il ne faisait aucun doute que Lance était le G-Man d'un autre Pokemon Dragon. Le Dragon craignant le Dragon, Lance était-il le seul en ce monde capable de défier et de vaincre l'Impératrice de Vriff ? En tous cas, avant son intervention, les vriffiens étaient dans la mouise. Maintenant, ils avaient perdu, tout simplement. Et ils le savaient, pourtant, ils ne connaissaient pas le sens du verbe « se rendre ». Ils continuèrent à se battre, pour le seul but de rechercher cette mort qu'ils désiraient tant et pour tenter d'amener avec eux un infidèle de plus.

Le secteur qu'elle avait à défendre ne courant plus un seul danger, Siena se rendit vers les ruines de l'Asmolé, son Drakoroc à sa suite. Le Seigneur Ues avait-il péri ? Les Elus étaient-ils réduits à quatre, à présent ? Hélas, ça n'était pas encore le cas quand Siena vit que ce qui restait de l'Asmolé avait été recouvert d'immenses racines. Au centre de cet enchevêtrement se trouvait le Seigneur Ues, sa toge verte en grande partie déchirée, et son visage brouillé rendu encore plus repoussant par de nouvelles blessures. Mais il était vivant. Apparemment, il avait utiliser ses pouvoirs floraux avant l'impact pour se protéger du choc. L'humiliation et la rage le faisait bien plus bouillir que la peur ou la douleur, actuellement.

- Impardonnable... marmonna-t-il. C'est impardonnable ! Nous... qui sommes les Elus de Dieu... Oser nous défier de la sorte !

Et il marmonna d'autre malédiction dont Siena ne saisi que quelques mots, comme « damnation éternelle » ou « souffrance purificatrice ». Siena n'avait plus de munitions pour son pistolet, mais comptait bien débarrasser la Terre de cette raclure de l'humanité. Elle fit un signe de tête à Drakoroc. Il n'en fallu pas plus au Pokemon pour deviner le sens de sa demande informulée. Mais Ues était encore vif. Dès que Drakoroc approcha sa large gueule garnie de crocs, il leva une barrière d'épaisses racines devant lui pour se protéger. Puis des feuilles tranchantes comme des lames de rasoir poussèrent sur ces même racines. Siena avait reconnu les feuilles de l'attaque Tranch'herbe une seconde avant qu'elles ne se précipitent sur elle et Drakoroc. Elle se baissa juste à temps, mais deux vinrent quand mêmes lui entailler la peau du cou et son épaule gauche.

Par réflexe plus que par autre chose, Siena saisit une de ses grenades et la lança dans l'entrelacs de racines d'Ues. Puis elle recula tandis que l'explosion se produisait, et porta la main à son cou qui saignait abondamment. Elle avait eu de la chance. Si elle avait réagit une fraction de seconde trop tard, elle aurait eu la gorge coupée. Toutefois, la blessure était assez sérieuse. La trachée-artère avait sans doute été percée, pas de façon irrémédiable et définitive, mais si Siena continuait à perdre autant de sang, elle ne tarderait pas à s'évanouir pour ensuite mourir.

Le Seigneur Ues émergea de la fumée provoquait par l'explosion. Il semblait intact, mais toute ses racines avaient été détruites. Avec un sourire mauvais, il tendit la main vers Siena qui se sentait d'un coup fébrile. Ses jambes ne pouvaient plus supporter son poids, et sa vision devenait floue. Elle était en train de perdre toute son énergie, qui était aspirée par l'attaque Giga-Sangsue d'Ues. Lui au contraire, était en train de se régénérer grâce à la force vitale qu'il était en train de voler. Ses cicatrices au visage se refermèrent, et ses quelques brûlures disparurent.

Siena ne voyait plus rien à présent, et l'ouï se dérobait peu à peu à elle. Elle allait mourir. Elle le savait grâce au peu de faculté de penser qui lui restait. Mourir au combat, ce n'était si mal. Surtout pour elle. Et puis, ils avaient gagné la bataille, c'était tout ce qui importait. Mais elle était triste pourtant. Elle ne s'était jamais autant rendu compte, plus qu'à cet instant où elle allait la perdre, que la vie était quelque chose de formidable, et que ces idiots de vriffiens se trompaient quand ils disaient qu'elle n'avait aucune importance.

Mais soudain, alors que Siena était sur le point de sombrer irrémédiablement dans les ténèbres qui s'offraient à elle, sa force vitale cessa d'être ponctionnée. Elle entendit un cri de douleur et de surprise du Seigneur Ues. Elle ouvrit difficilement les paupières pour voir que l'Elu, gémissant, se tenait le moignon droit de son bras avec lequel il utilisait Giga-Sangsue. Drakoroc avait surgi pour lui arracher le bras d'un coup de dent, et il venait de l'avaler entièrement. Furieux plus que de raison, Ues tapa du sol avec son bras restant. Aussitôt, la terre trembla, et d'immenses racines pointues et épaisses surgirent de partout. Végé-Attak. La plus puissante des attaques plantes. Drakoroc fut rapidement envahit par les racines et ne put plus bouger. Siena elle serait sans doute brisée et broyée.

Mais avant que les racines ne l'atteignent, un jet de glace les figèrent d'un coup. Puis elles explosèrent, libérant Drakoroc de leur étreinte. Octave arrivait en courant, son Dimoret devant. Comprenant qu'il n'aurait plus l'avantage face à un Pokemon glace, Ues choisit la fuite et l'humiliation plutôt que la mort ou la capture. Tout son corps sembla se flétrir, comme si sa peau se transformait en écorce. Puis il s'enfonça sous terre, complètement. Sa fuite fut visible, car il provoquait un reflux de terre partout où il passait.

Epuisée, blessée mais finalement contente d'être en vie, Siena se laissa tomber dans les bras d'Octave qui accourue pour l'aider. Partout dans la ville, les cris de joies des défenseurs de Kanto ; dresseurs comme soldats du gouvernement, dutteliens et Rocket, retentirent, sonnant le signal de la première grande victoire des forces de la liberté sur l'Empire du mal.