Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Pokamen Rider: Gotta Ride'Em All! de Totor999/Quivering Star



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Totor999/Quivering Star - Voir le profil
» Créé le 18/09/2011 à 18:28
» Dernière mise à jour le 20/09/2011 à 18:19

» Mots-clés :   Action   Aventure   Cross over   Humour   Présence d'armes

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 6: Retour à OOO.
-Ryuga a été détruit... Et je venais juste de le localiser. maugréa un homme au visage dissimulé dans l'ombre en observant un écran.

Une grosse croix rouge clignotait par-dessus l'image de Ryuga affichée sur l'écran, qui passa rapidement à autre chose et fit défiler de nombreuses images d'autres Riders tout en rassemblant des informations à leur sujet...

L'homme en costume noir et rouge se leva de son fauteuil rotatif et se dirigea vers la grande table ronde mal éclairée au centre de la grande pièce qui lui servait à la fois de bureau et de salle de réunion.

Plusieurs nouveaux Riders étaient assis tout autour, à l'exception d'un humain. Les Riders étaient probablement humains sous leurs armures eux-aussi, mais le civil assis parmi-eux faisait contraste. Mais c'était sans doute à cause de l'étrange poupée chauve et vêtue de blanc qu'il portait son bras comme s'il s'agissait d'un aigle dressé.

-Ce n'est pas bien grave. continua l'homme au visage perpétuellement ombré, comme si la lumière refusait d'éclairer son visage. Ryuga n'avait rien de particulier. Tous ceux d'entre vous que j'ai recruté sont plus que de simples jumeaux maléfiques du « héros » de leur dimension.
-Mouais. répondit d'un air inintéressé un Rider à l'armure mauve dont la forme du casque faisait penser à la tête d'un cobra. J'espère que vous nous avez ramené d'entre les morts et rassemblés sous votre commandement pour faire autre chose que rester assis autour d'une table.
-Je sais à quel point tu aimes la violence gratuite, Ohja. Mais moi, je compte m'y prendre d'une manière plus organisée. Seulement, les résultats pourraient se révéler bien plus intenses que l'extermination de cibles individuelles dépourvues de liens. Et si les choses se passent comme prévu, chacun d'entre vous devrait obtenir son petit paradis personnel contenant exactement ce qu'il désire le plus dans la vie.
-Un monde sans lois et plein de gens à tuer ? demanda Ohja d'un air à la fois moqueur et menaçant, comme s'il ne croyait pas un mot de ce qu'on lui disait et était prêt à trancher la gorge de la première personne lui sortant un mensonge trop gros.
-Le monde dans lequel nous sommes est l'œuvre de notre hôte. intervint le civil à la poupée, à qui il s'adressait justement, plutôt que de parler vers qui que ce soit de vivant. Le retour à la vie de tous les Riders présents ici est aussi dû à lui. Ne sous-estimez pas quelqu'un capable de telles choses.
-T'es un membre de son fan-club ?! demanda Ohja qui semblait avoir détourné ses pulsions meurtrières vers l'homme qui préférait fixer sa marionnette plutôt que lui.

Les yeux noirs et vides d'expression de l'homme se tournèrent soudain vers le Rider-serpent et semblèrent le sonder de derrière leur paire de lunettes rondes.

Ses pupilles noires s'illuminèrent d'un éclat mauve et tout le monde dans la salle crut entendre l'écho lointain d'un cri strident résonner depuis l'air qui entourait le marionnettiste. Suivi d'une explosion plus lointaine qui fit vibrer la pièce.

-Qu'est-ce qu'il a fait ?! s'exclama Ohja en se levant et en regardant nerveusement autour de lui tout en arrêtant plusieurs fois son regard sur le maître-poupée.
-Qu'est-ce que vous avez fait ? demanda à son tour l'homme au visage ombré.
-... Je crois que votre autre invité a réagi à ma tentative d'intimidation. Répondit l'intéressé tout en parlant à sa poupée qui semblait lui rendre un regard à la fois surpris et réprobateur. Nous sommes liés, lui et moi, et utiliser mes pouvoirs près de lui a tendance à agiter les siens.
-Je n'aurais peut-être pas dû l'enfermer dans la pièce d'à côté, dans ce cas... commenta l'hôte dont on pouvait deviner l'expression gênée même dans les ténèbres.

L'écran présent dans la salle afficha soudain l'image d'un mur fraîchement pulvérisé, et d'un individu aux goûts vestimentaires peu orthodoxes en train de courir sur une longue route parsemée de bâtiments tordus.

-Abyss, César, attrapez-moi ce hippie en cavale. ordonna visage d'ombre au travers d'un micro installé à côté de l'écran.
-Vous avez aussi recruté Kamen Rider Abyss ?! s'interrogea Ohja.
-Non, juste Abyss, rien à voir avec le Kamen Rider du même nom. De toutes façons il était non-canon et je déteste les Riders aquatiques.



Eiji Hino, un jeune vagabond aux vêtements bariolés et surdimensionnés ; courait sur une route au sol noir de jais passant entre les sommets de buildings sombres dont les fenêtres laissaient échapper une lumière pâle.

Le monde dans lequel il venait de se réveiller ressemblait à une ville terriblement assombrie et tordue par des événements surnaturels. Le peu de lumière qui lui permettait de distinguer les bords de la route par laquelle il fuyait, semblait froide et inquiétante. Le ciel était lui aussi totalement obscurci, soit parce que quelque chose le cachait, soit parce qu'il était réellement noir et sans étoiles.

Alors qu'il s'éloignait aussi vite qu'il le pouvait de l'endroit dont il venait de s'échapper, certain que quiconque l'avait emmené là tenterait de le poursuivre, les bâtiments qui longeaient la route semblèrent se tordre comme s'ils voulaient lui bloquer le chemin, lui tomber dessus et le broyer entre leurs murs...

Mais une puissante aura mauve se dégagea de son corps et souffla les bâtiments si fort qu'ils basculèrent dans la direction opposée, formant une fleur géante de gratte-ciels obscurs autour de lui.

Ce tour de force fut suffisamment impressionnant pour révéler sa position à ses poursuivants...

Une ombre gigantesque en forme d'oiseau passa au-dessus de lui et le bruit de quelque chose frappant le sol se fit entendre dans son dos.

-Kamen Rider OOO... Nous vous pensions plus courageux. lança une voix sonnant comme un parquet qui craque.

Eiji s'arrêta et se retourna vers son interlocuteur, l'air suffisamment déterminé pour être intimidant malgré son apparence. Puis il afficha un sourire chaleureux

-Je pensais bien que je n'irais pas très loin avant d'être rattrapé, mais bon, j'aurais essayé. expliqua-t-il d'un air calme et aimable. Et vous êtes ?
-César. répondit simplement son interlocuteur en s'approchant pour être visible dans la lumière faible.

Le dénommé César ne ressemblait pas à un empereur romain, ni à un humain quelconque. Son corps était certes humanoïde, mais à la place de vêtements et de peau, il était recouvert d'une épaisse carapace sombre semblable à celle d'un crustacé. Au lieu de mains, d'énormes pinces se trouvaient au bout de ses bras, des pattes de crabe géantes se trouvaient au niveau de ses côtes et étaient repliées contre son torse. Ses yeux à facette fixaient Eiji tandis qu'une queue de scorpion étrangement placée à l'arrière de sa tête se dressait derrière lui, prête à piquer...

-Un Yummy créé par Uva ? demanda Eiji. Si la victime se trouve par-ici, je vais peut-être devoir rester plus longtemps...

César éclata d'un rire ressemblant à une série de craquements inquiétants, puis fixa à nouveau Eiji, ses mandibules formant ce qui s'apparentait à un sourire moqueur.

-Un Yummy ? Je suis un Greeed. Rectifia-t-il.

Eiji écarquilla les yeux et voulut laisser échapper un cri de surprise, mais une violente secousse accompagnée d'un souffle d'air provenant de derrière lui le firent chuter en avant.

Il se retourna au sol pour voir ce qui l'avait attaqué et se retrouva face à face avec le volatile géant qui était passé au-dessus de lui plus tôt. Une créature titanesque à la peau mauve, au ventre blanc et aux yeux rouges brillants. Étrangement, elle ne ressemblait pas tout à fait à un oiseau. Sa tête à la forme aérodynamique n'avait pas réellement de bec, et son corps n'était pas recouvert de plumes, juste d'une peau lisse et obscure. Ses ailes se terminaient même en « mains » composées de cinq doigts géants.

-Et lui, c'est Abyss, le Lugia domestique de mon patron. annonça César.
-... Lugia... ?! s'interrogea Eiji tout en se relevant et en observant le titan.
-Inutile de chercher. Ca ne vient du monde que tu connais. Et ça ne vient pas de ce monde-ci non plus.
-... Je ne suis pas dans mon monde ? demanda Eiji en se retournant vers l'homme-crustacé.
-Parce que ça ne te paraît pas évident ? Si tu étais resté dans ton monde, tu nous aurait posé problème, alors on t'a ramené dans le nôtre. Tu peux tenter de fuir ou de nous combattre, tu ne peux pas nous vaincre, tu ne peux pas retourner là d'où tu viens, et tu ne présentes aucun danger réel pour nos projets. Je me demande bien pourquoi le chef a décidé de te laisser en vie... Alors estime-toi heureux d'être encore en vie quand tu te réveilleras en cellule, ton corps paralysé et endolori par mon venin.

Le dard de César se cabra au-dessus de lui et plongea vers Eiji, s'allongeant suffisamment pour l'atteindre malgré la dizaine de mètres qui les séparaient.

Mais le dard se planta violemment dans le bitume car Eiji avait fait une roulade sur le côté... Et fut intercepté par Abyss qui le frappa de l'un des énormes pieds tel un ballon de football humain.

Le jeune humain roula jusque devant César, qui ouvrit l'une de ses pinces et l'abattit devant lui...

Mais sa cible eut un spasme, ses yeux brillèrent d'une lueur mauve et trois médailles de la même couleur sortirent de sa poitrine sans pour autant laisser de trou dans sa peau ou ses vêtements.

Les trois petites pièces violettes se mirent à virevolter dans toutes les directions et à une telle vitesse qu'elles parvinrent à repousser l'énorme pince qui entra en collision avec elles, puis elles vinrent toutes les trois se fixer dans les fentes d'un objet étrange qu'Eiji portait au niveau de l'abdomen.

-Je vois, c'est les seules médailles que j'ai avec moi... Je vais devoir faire avec. fit remarquer Eiji en observant le sceau.

Il tournoya au sol tel un break-dancer et balaya les pieds de César, qui tomba à la renverse ; puis se releva afin de décrocher un objet rond accroché à sa ceinture et de se préparer à le faire passer d'un coup sec devant les trois médailles insérées dans le sceau, afin de libérer leur pouvoir...

Mais un bruit étrangement familier parvint aux oreilles d'Eiji, un bruit suffisamment inattendu mais aussi porteur d'espoir pour interrompre sa transformation et chercher des yeux la source du son, qui ressemblait à une courte mélodie aiguë composée sur un synthétiseur, et qui se répétait rapidement en boucle ; donnant l'impression d'être une sirène fantaisiste.

Il vit une crevasse de couleurs tourbillonnantes s'ouvrir dans le ciel noir, et un train blanc en surgir, « volant » sur des rails qui se créaient dans le vide devant lui.

Le véhicule allait passer en rase-mottes là où Eiji, César et le Lugia obscur se trouvaient. Le monstre et le Pokémon géant eurent le réflexe de s'éloigner de la trajectoire de l'engin improbable, mais Eiji sembla vouloir se mettre dans son chemin à l'encontre du bon sens...



L'homme au visage ombré vit, sur son écran, le train blanc passer habilement entre les gratte-ciels tordus et vraisemblablement faucher le fugitif sur son passage ; mais le mystérieux recruteur de Riders malveillants savait très bien ce qu'était ce train et ce qui venait d'arriver à ce blanc-bec dépourvu de sens vestimentaire...

-DESCENDEZ-MOI CE TRUC !!! hurla-t-il d'une voix furieuse et tonitruante au travers de son micro, et son ordre résonna dans les ténèbres du monde déformé autour du bâtiment aux formes imprécises dans lequel lui et ses recrues se trouvaient...

Malgré le fait qu'il ait lui-même donné l'ordre à ses unités à l'extérieur de se charger du train, qui était déjà en train de repartir en chandelle pour retourner dans le tourbillon d'où il était sorti ; l'homme sans visage rapprocha ses mains, créant une sphère énergie semblable à de la fumée noire entre ses doigts.

Au même moment, à l'extérieur, le train avait presque atteint son point de sortie, mais un immense nuage de brume obscure se forma autour de lui.

La sphère noire entre les mains du leader énigmatique se parcourut d'éclairs violets.

Le train, ralenti dans la brume comme s'il s'était s'agit d'un nuage de mélasse, subit soudainement une tempête électrique qui le fit trembler si fort que ses wagons manquèrent de se détacher les uns des autres.

César avait profité de tout ça pour remonter sur le dos d'Abyss et de s'envoler avec lui afin d'attaquer à l'unisson. L'oiseau géant cracha littéralement une tornade droit devant lui, et César donna de grands coups de pince dans le vide devant lui, créant des croissants d'énergie noire qui se mêlèrent à la tornade et foncèrent en vrille vers la cible toujours aux prises avec la fumée noire et les éclairs.

L'explosion qui s'ensuivit aurait dû réduire le véhicule en une pluie de bouts de ferraille destinés à tomber dans les profondeurs obscures de cette dimension, mais toute la ferraille qui composait le train parvint à rester unie malgré les dégâts. Par-contre, l'ensemble tomba malgré tout droit vers les abysses noires situées en-dessous.

Enfin, ça aurait été le cas si un autre tourbillon de couleur n'avait pas eu la bonne idée d'apparaître juste là où il fallait pour aspirer le train en chute libre et disparaître l'instant d'après.

-FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFUUUUUUUUUU- résonna la voix du maître des lieux depuis l'intérieur du bâtiment central.



A peine après avoir décliné son identité, Kamen Rider Blast s'était précipité droit vers Zen, Kalyzto et Tsukasa, mais il semblait avoir pris ce dernier en cible.

Heureusement, il fut arrêté dans on élan par une sorte de boomerang XXL aux bords tranchants que Gotou avait invoqué grâce à son système d'armes à base de pièces.

En fait, il ne fut pas réellement arrêté, c'était plutôt lui qui avait freiné pour se pencher en arrière et habilement éviter les lames tournoyantes.

-LASER, MAXIMUM DRIVE ! hurla la nouvelle clé USB installée au niveau de sa hanche droite après qu'il ait donné un coup sec dessus avec la paume de sa main.

Il tendit une main vers Gotou et l'autre vers le boomerang qui virevoltait encore dans les airs et effectuait un demi-tour, des faisceaux d'énergie d'un bleu clair presque blanc furent projetés du bout de ses doigts et frappèrent le Rider ainsi que son projectile, projetant les deux au sol et rebondissant après le contact pour tous converger droit sur Tsukasa...

Par réflexe, Kalyzto créa une barrière psychique autour de lui et de ses compagnons, et les rayons rebondirent de façon désorganisée sur les dalles hexagonales éthérées qui composaient la barrière.

Par contre, il n'avait protégé que Tsukasa et lui-même, car Zen avait pris l'initiative de foncer sur Blast un instant avant que la protection ne soit créée.

Le Kamen Rider bleu tourna la tête juste à temps pour voir plusieurs bestioles se matérialiser devant lui à partir de faisceaux d'énergie rouge sortis de sphères étranges, et l'attaquer de diverses façons.

Un gros rapace noir, gris et blanc à la tête ornée d'une étrange crête se mit à lui asséner des coups de serre répétés au visage, un chimpanzé à la fourrure ardente le frappa dans l'estomac d'un poing enflammé, et une chose semblable à un canard au corps polygonal le canarda d'une série de projectiles électriques.

L'enchaînement d'attaques fit reculer Blast, mais il parvint à se reprendre malgré les quelques tout et se mit subitement à tournoyer sur lui-même, sans pour autant bouger les pieds, au point de créer une mini-tornade bleue autour de lui.

Il cessa de faire la toupie au bout de quelques courtes secondes et fit un grand mouvement de bras comme pour lancer quelque chose. La tornade qui l'entourait fut le quelque chose en question et elle partit droit sur les trois Pokémons, les emmenant dans son sillage puis les projetant de part et d'autre.

Zen se frappa le visage avec le plat de la main.

-Pourquoi est-ce que je fais encore confiance à ces bestioles dans un moment pareil ? se plaignit-il. Même dans les fics Pokémon dans lesquelles je joue, ils perdent de leur utilité et je dois toujours tout faire moi-même.
-Si tu as des talents en combat supérieur à ces vermines, n'hésite pas à me les montrer. suggéra Blast d'un ton parfaitement calme et aimable.
-Je vais faire ça, tiens. répondit Zen en prenant une pose martiale basée sur un jeu de jambes constant même en sur-place. Fais gaffe, je suis ceinture noire en Jeet Kune Do, en Karaté Shotokan, et j'ai des notions de Hokuto Shinken.

Un bang supersonique retentit. Blast se tenait à présent quelques mètres derrière Zen. Enfin, plutôt derrière le point où il se trouvait, car il avait été violemment été projeté en arrière par l'impact et était à présent enseveli sous les restes d'un mur à l'autre bout de la place.

-Je peux me déplacer à la vitesse du son. Ca rend toutes ces compétences obsolètes, je crois. annonça Blast.
-J'aurais dû un peu plus étudier le Hokuto, ils ont certainement des techniques pour ça... répondit Zen d'une voix endolorie.
-Solide, pour un humain sans équipement. remarqua Blast qui ne s'attendait pas à ce que son adversaire soit encore en état de parler après avoir encaissé une charge sonique.
-Je suis un personnage fictif, un peu comme tout le monde ici. Les lois de la physique et de la logique ont tendance à être diminuées, voire annulées pour les gens comme moi.
-Ce n'est pas une endurance améliorée qui va te permettre de gagner. Il faudra que tu retentes ta chance plus tard. répondit Blast en tournant sa tête vers Tsukasa.
-Minute papillon. T'as une armure de combat, c'est pas du jeu. Par-contre j'ai de quoi égaliser les chances... HENSHIN !

Tsukasa, Blast et Gotou tournèrent tous les trois la tête vers le tas de ciment écroulé et écarquillèrent les yeux. Enfin, seul Tsukasa écarquilla visiblement les yeux, les deux autres portant des casques intégraux.

Le singe de feu, toujours à terre après le coup de la tornade, se transforma en un faisceau d'énergie rouge qui partit droit vers les restes du mur et disparut sous les décombres.

L'instant d'après, une explosion de lumière et de flammes blanches projeta des morceaux de béton de part et d'autre, et Zen réapparut, dans une pose de gorille en colère et équipé d'une armure de combat basée sur l'apparence d'un Chimpenfeu. Il ressemblait à une version agrandie du primate incandescent en question, mais au lieu d'être affublé d'un visage simiesque, son vrai visage était en partie visible, une visière semi-opaque lui couvrant les yeux, et le reste étant à l'air libre.

-... Il a dit Henshin, il s'est transformé... Mais ce n'est clairement pas un Kamen Rider. murmura Tsukasa, incrédule. Qu'est-ce que c'est que cette affaire ?!
-Les Poké-armures comme la sienne ont été inventées par un fan de Kamen Riders. expliqua poliment Kalyzto.
-Oh.
-Hé, les filles, faudra penser à me donner un coup de main, au lieu de papoter ! intervint Zen en leur adressant un signe de bras entouré de flammes tandis qu'il chargeait le Rider.

Gotou reprit de sa contenance et se redressa, son arme à feu en main, et Kalyzto décida d'aider le groupe à prendre l'avantage en s'envolant et en projetant des décharges psychiques vers Blast.

Mais Tsukasa resta sur-place à regarder les trois compagnons de fortune partir à l'assaut.

Blast voulut éviter la mêlée générale mais la pluie de tirs mentaux invisibles frappaient le sol autour de lui et les disques tirés par Gotou fusaient près de lui. Il parvenait à effectuer de petits déplacements et des esquives rapides pour éviter la grenaille, mais un seul faux pas et il aurait à encaisser une pluie de tirs concentrés sur lui.

Les attaques s'arrêtèrent une demi-seconde pour permettre à Zen de tenter un dropkick brûlant sans risquer de recevoir une balle perdue, mais Blast repoussa les deux pieds de feu d'un revers d'avant-bras, uniquement pour sentir une grosse perceuse le frapper dans le dos et tenter de percer son armure qui offrit une résistance surprenante.

Il pivota sur lui-même, la pointe de la perceuse restant en contact avec son armure et provoquant des étincelles, et repoussa Gotou d'un vif coup de pied latéral.

Le jeune Rider, jamais à court d'outils, parvint à reprendre son équilibre avant de s'écrouler par-terre, et inversa son élan pour frapper son adversaire à l'aide d'une pince métallique massive greffée sur son autre bras.

La gifle de métal lourd projeta Blast pieds par-dessus tête, mais il parvint à prendre appui sur ses bras lors de la chute, comme s'il faisait une pompe en plein milieu du combat, et se projeta lui-même en l'air par la seule force de ses biceps pour se remettre debout.

Malheureusement, il aurait dû éviter de se redresser sur toute sa corpulence, car un poing enflammé lui était destiné, de la part d'un adversaire assez petit pour le frapper là où ça fait mal sans avoir à beaucoup se baisser.

Même avec un blindage, un choc violent accompagné d'une chaleur intense fait plutôt mal. D'ailleurs, le blindage de son armure n'était pas spécialement épais à cet endroit.

Le coup le projeta en arrière sans pour autant le faire tomber par-terre. Il resta bien debout sur ses pieds, mais manqua de tomber à genoux en se tenant l'entrejambe. Son expression n'était pas visible, mais l'espèce de gémissement presque inaudible qui résonnait depuis l'intérieur de son casque laissait croire que le coup dans les noix avait porté ses fruits.

-Ah, tu fais moins le fier maint- voulut dire Zen.
-BLAST, MAXIMUM DRIVE ! hurla la clé USB insérée à l'avant de la ceinture de Blast.
-Vous allez le regretter ! lança Blast d'une voix endurante, comme s'il parlait entre ses dents, et légèrement plus aiguë, mais encore assez grave pour lui donner un air sérieux.

Il cessa de se tenir les parties sensibles, reprit un appui assuré mais encore un peu endolori sur ses jambes, puis se mit à courir. En cercles. Tout autour du groupe plus au moins rassemblé au centre de la place. De plus en plus vite, au point de rapidement devenir une forme floue puis un anneau bleu entourant ses adversaires. Le vent s'intensifiait.

-Il va créer une vraie tornade ! signala Gotou.
-On a remarqué, merci ! répondit Zen tout en sachant que son commentaire n'aidait pas plus.

Kalyzto tenta de créer plusieurs barrières psychiques dans le chemin de Blast pour arrêter son attaque, mais il traversa comme un bulldozer à réaction traverserait un mur en papier.

-Amateurs... soupira Tsukasa en sortant une carte de sa poche. HENSHIN ! lança-t-il en tendant la carte devant lui d'un air dramatique pour ensuite l'insérer dans un appareil apparu mystérieusement à sa taille.
-KAMEN RIDE, DECADE ! lança une voix de présentateur d'émission télé surexcité provenant de l'appareil au moment où il pivota d'un quart de tour sur lui-même après avoir accepté la carte.

Une série d'hologrammes gris apparurent autour de Tsukasa et convergèrent sur lui, se solidifiant à son contact pour matérialiser une armure monochrome. Mais une série de « plaques » holographiques vinrent s'enfoncer dans son casque pour lui donner un look strié, et provoquer la colorisation de l'armure... Qui se trouvait être rose.

-... C'est... C'est le type que Totor a attaqué ?! s'exclama Kalyzto en reconnaissant le personnage au look insectoïde qui avait failli lui tirer dessus.
-ATTACK RIDE, CLOCK UP ! lança la ceinture de Kamen Rider Decade après qu'il y aie inséré une nouvelle carte.

L'instant d'après, il avait disparu.

Ou plutôt, il allait à présent trop vite pour être visible à l'oeil nu.

Blast ne le vit même pas se placer dans sa trajectoire en marchant tranquillement. Aux yeux de Decade, le temps était presque immobilisé. En réalité, tout était soixante fois plus lent. Une seconde durait une minute pour lui, et Blast donnait juste l'impression de faire un sprint à vitesse humaine.

Decade décrocha une arme rectangulaire fixée à sa hanche, déplia une poignée d'un côté, ce qui provoqua l'apparition d'une lame au coin opposé, et il inséra une nouvelle carte dans sa ceinture.

-FINAL ATTACK RIDE, DE-DE-DE-DECADE ! lança la ceinture dont la voix n'était pas ralentie, tandis que Tsukasa exécutait un grand mouvement latéral avec son épée, faisant passer la lame au travers de panneaux holographiques jaunes qui étaient apparus dans la trajectoire de son mouvement. Et entre lesquels passa Blast juste au bon moment pour recevoir le coup de lame, qui provoqua une explosion de carrés holographiques rouges.

Aux yeux des autres personnes présentes sur les lieux du combat, une violente explosion survint à peine une demi-seconde après que Tsukasa se soit volatilisé, l'attaque de Blast s'interrompit complètement et ce dernier fit plusieurs tonneaux au sol, alors que Tsukasa était debout là où il aurait dû passer, en train de tranquillement frotter une main sur la lame de son arme comme s'il pensait que ses doigts pouvaient l'aiguiser.

-J'ai réussi à stopper ce qui semblait être ta plus puissante attaque. dit Tsukasa. Je suppose que cette histoire de « niveau de menace » doit avoir une échelle sur 5, si je parvient à te stopper alors que tu me considères de niveau 4.
-Elle est sur dix. répondit Blast d'un air réprobateur tout en tentant de se relever.

Tsukasa laissa tomber son épée par-terre, mais garda sa pose comme s'il était toujours en train de la frotter.

-Ha ! Ha ! lança Zen en tendant un doigt moqueur vers Tsukasa.

Un bruit comme celui d'une radio mal réglée se fit entendre depuis le casque de Blast, pour finalement laisser place à une voix agacée.

-Blast, tire-toi de là, je ne sais pas ce que tu fais mais l'ordi me dit que tu as encaissé de gros dégâts. Tu as déjà la Chaos Memory que tu devais aller chercher, t'as pas de raisons de rester là plus longtemps. Et profites-en pour récupérer Katsumi, cet idiot est apparemment en train de se battre tout seul sans son armure contre je-ne-sais-qui près du point d'extraction.
-Ca me semble être une bonne suite d'action. Par-contre, il faudra peut-être légèrement rehausser le niveau de menace de Decade. 4,2 devrait être plus approprié.
-Qu'est-ce que tu racontes ?! Arrête de raconter des banalités et retourne à la base avec la Chaos Memory et Katsumi, et que ça saute !
-Reçu, retour estimé dans 3 minutes si Katsumi ne me retarde pas.

Blast se redressa finalement malgré les dégâts qui lui avaient été infligés, et partit en courant à toute vitesse, même si moins vite qu'il ne le pouvait réellement, vers la forêt où se trouvaient Katsumi et le portail dimensionnel.

-Hé, mais le laisse pas partir, vas-y, utilise de nouveau ta super-vitesse ! lança Zen à Tsukasa, toujours immobile.
-... Parce que leur classement se compte aussi en décimales... ? murmura Tsukasa, toujours stupéfait d'être aussi mal noté.
-Toi, là, tu vas devoir nous donner quelques explications ! lança Kalyzto en se dirigeant d'une démarche déterminée et colérique vers le Rider rose, prêt à lui toucher quelques mots sur ce qui s'était passé à Totorville.

Malheureusement, le débat dut attendre car un tourbillon de couleur s'ouvrit dans le ciel au-dessus du groupe et un train tout entier en sortit pour tomber droit sur eux...

A suivre...

BONUS:

Kamen Rider Ohja:



Docteur Maki:



Eiji Hino:



Le train:



Kamen Rider Decade: