Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

A Guy and his Thundering Destiny de Silver Zekrom



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Silver Zekrom - Voir le profil
» Créé le 13/08/2011 à 16:24
» Dernière mise à jour le 05/07/2014 à 17:16

» Mots-clés :   Action   Aventure   Humour   Présence de personnages du jeu vidéo

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
XVII - La Ligue Pokémon Mondiale match 4 : Vs the godfather
- Alors ? Comment va-t-elle ?

- Ne vous en faites pas. Elle n'est pas en très grand danger. Il lui faut juste beaucoup de repos, assurai-je.

Je me tournai vers la vitre qui séparait le couloir de la chambre de soins de Gardevoir. Elle dormait, très affaiblie. Latios était à ses côtés, et avait insisté pour rester dans sa chambre. L'infirmière, qui venait de lui prescrire d'autres herbes médicinales, sortit à son tour dans le couloir. Julie lui demanda :

- Alors ? Qu'est-ce qu'elle a ?

Joëlle, se tournant vers le lit de la blessée, expliqua :

- Ce Pokémon n'a pas eu de chance. Très rarement, il arrive que les attaques mettant K.O. en un coup infligent un coup critique. Et elle s'en est prit un.

Sacha souffla « Ah oui quand même », Zekrom (la tête baissée, cf la hauteur de plafond dans les Centres Pokémon), demanda ce qu'était un coup critique.

- En gros, tu morfles grave, expliqua brièvement Latias. Mais frérot va rester là longtemps ?

J'affirmais :

- Je pense que oui. Le fait que Gardevoir soit dans un tel état l'a beaucoup touché, apparemment.

Zekrom se pencha à la vitre, et rejoignit Drak, qui épiait lui aussi.

- Ouais. J'espère que c'est seulement pour cette raison.

L'infirmière, qui ne cherchait pas à en savoir plus, nous laissa avec nos soucis, avant d'ajouter :

- D'habitude, je vous aurais laissé la réutiliser pour votre prochain combat, naturellement. Mais là, ses blessures sont si graves qu'elle sera incapable d'utiliser le moindre pouvoir psychique durant les prochaines heures. Alors elle ne vous servira à rien.

Puis elle partit, nous laissant avec ses propos scandaleux pour un gars comme moi, n'étant pas habitué à la condition qu'ont les Pokémon ici. On se décida à sortir du Centre, le match contre le dernier membre du Conseil 4 n'allait pas tarder à être annoncé.


- Bon, va falloir que je trouve quelqu'un d'autre pour mon combat contre Blue...

Julia s'écria :

- Attends ! Ça veut dire que t'avais mis Gardevoir sur ta fiche pour le dernier combat ?

- Bah... Oui.

- ... Merde.

Je sursautai :

- Quoi, « merde » ?

Juliette haussa les épaules :

- T'as écris « Gardevoir », alors ils te laisseront pas utiliser d'autres Pokémon. C'est comme ça.

Je fus scandalisé :

- Mais ils se foutent de ma gueule ?

- Bah... Oui.

- C'est de leur faute si Gardevoir a été blessée ! C'est pas la mienne !

- Bref, ajouta Julia, faut que tu trouves un truc pour contrer ça, voire trouver un autre Pokémon pour remplacer Gardevoir, si ton truc marche.

Drak se mit à regarder le sol, cherchant comme moi un moyen quelconque.

- J'en vois pas...

Sacha leva le poing :

- Hé ho, là, maintenant, il faut que tu te concentres pour ton prochain match ! Solarius, tu peux y songer quand t'auras vaincu celui-là !

Les filles le regardèrent en mode « t'es sérieux là ? », moi j'éclatai de rire :

- Faut dire que les autres étaient tellement difficiles...

Le dresseur du Bourg-Palette continua :

- T'emporte pas trop, tu gagnais à chaque fois sur un coup de chance...

Je me tournai vivement vers lui :

- Ça veut dire quoi, ça ?

Il haussa les épaules :

- Bah, on peut pas dire que tes combats étaient gagnés d'avance...

- Pardon ?!

Il aggrava son cas :

- Je dis juste qu'à chaque fois, t'as failli perdre. C'est tout.

Je gueulais :

- OUAIS, BON BAH EXCUSE-MOI D'AVOIR ATTEINT UN TEL NIVEAU DANS LA PLUS PUISSANTE LIGUE SUR CETTE PLANÈTE !

Il haussa les épaules :

- En même temps, y en a qu'une, ligue, hein...

Je lui bondis dessus, et une baston s'en suivi :

- JE VAIS TE MONTRER CE QU'IL SAIT FAIRE, LE GARS QUI PASSE A DEUX DOIGTS DE PERDRE !

- ET BAH TU L'AS ÉCHAPPÉE BELLE ! T'AURAIS PU PERDRE, EFFECTIVEMENT !

Les Rebelles féminines et Latias cherchaient à nous calmer, Drak m'encourageait à côté, et Zekrom se pencha vers nous :

- Vous voulez peut être que j'intervienne ?

- NON !

- Je prends ça pour un oui.

Son générateur se mit à tourner, et, se couvrant d'électricité bleue, il planta sa main électrifiée en plein dans la baston. Je peux vous dire que ça calme direct, une telle décharge, et qu'on mit un moment avant de pouvoir retrouver nos sens. Aidés par les Juli's, on se dirigea vers le bâtiment au centre de toute attraction, Drak continuant à me soutenir moralement, et Zekrom en tête, fier de lui.


- Comment ça, le leader n'est pas prêt ?

La fille de l'accueil répliqua :

- Faut le comprendre. Il n'a jamais été défié à la Ligue Pokémon Mondiale, alors c'était pas aujourd'hui qu'il allait s'y préparer. Je n'en sais pas plus, à part que le combat est retardé de trente minutes maximum.

C'était bien ma veine.

- Et on fait quoi, nous, en attendant ?

- Qu'est-ce que j'en sais, moi ? Je suis seulement là pour vous annoncer ça, c'est tout ! Démerdez-vous, patientez comme tout le monde !

On sortit alors du Hall d'accueil des Challengers, les Rebelles étant partis chercher le pop corn en se défendant qu' « au moins, on fera pas la queue. »


Zekrom (qui avait envie de sortir), Latias, Drak et moi nous retrouvâmes plantés dans les rues du Grand Refuge, à ne pas savoir quoi foutre durant les vingt-neuf minutes restantes. Patienter. Alors que je suis ici pour sauver le monde. On se fout de ma gueule.

- Je crois, répondis Latias, en me regardant désespérément.

Il me fallut un moment pour me rendre compte de ce qu'il s'était passé.

- Hé ! Depuis quand tu lis dans les pensées des gens, toi ?

- Depuis toujours, sourit-elle. Mais j'évite de l'ouvrir, quand je vois certains scandales dans les esprits de certains.



[...]



Merde alors. Zekrom sursauta :

- Depuis toujours ? Mais alors... Ça veut dire que...

Latias voltigea jusqu'à se trouver face à lui, et lui fit un clin d'œil :

- T'en fais pas, Zekrominou ! Je dirais rien de ce que tu penses comme... Choses !

- De toute façon, je pense que personne n'aimerait savoir se qu'il se trame dans sa tête, assurai-je.

Drak approuva d'un signe de tête. Et, à ce moment, Shaymin sortit toute seule de sa Compèt'Ball, en remuant le couteau dans la plaie quand elle le pouvait quand il s'agissait de Zekrom, apparemment :

- C'est vrai que ça doit être du joli. Surtout dans l'esprit d'un amnésique.

Zekrom se mit sur ses grands Galopa :

- Vous insinuez quoi, là ?

Je haussai les épaules, Drak m'imitant :

- Je sais pas, moi. Ça doit être tout en désordre. Et donc du coup, pas superbe. Voire même...

- Complètement catastrophique. Et/ou pervers, rajouta Shaymin, me singeant également.

Zekrom gueula sur le Pokémon Gratitude:

- QUAND J'AURAIS BESOIN D'UN CONSEIL JARDINAGE, LE BUISSON DE MES DEUX, JE T'APPELLERAI, OK ?

Shaymin sourit :

- Tu ferais mieux d'appeler Jardiland. En ce moment, y a des promos. Ça devrait aller, pour le budget d'un gars comme toi.

Noir idéal se pencha, se mit nez à nez avec la provocatrice, et riposta, tout aussi sarcastique :

- Et alors ? Qu'est-ce qui nous dit que c'est mieux, dans ton esprit diabolique ?

Shaymin se tourna, d'un air de dédain :

- Pff ! Parce qu'une brave demoiselle comme moi ne se contente pas de pensées grossières et sans intérêt comme les simples d'esprit par ici... (elle fait mine de chercher du regard, pour finalement le poser sur Zekrom) Oh, toutes mes excuses, je n'en vois qu'un.

Latias se jeta sur Zekrom, qui n'allait pas tarder à empoigner la « brave demoiselle », tendant les bras furieusement vers cette dernière :

- RETENEZ-MOI ! RETENEZ-MOI OU JE L'ÉTRIPE, ELLE ET SON CARACTÈRE DE MERDE !

Je m'interposai :

- Bon, on va se calmer, ok ? Shaymin, retour, s'il te plaît. (je la fais revenir dans sa Ball, elle gardant son air de vainqueur) Zekrom, doucement, hein ? J'ai pas très envie de me retrouver avec des Grand Refugeois grillés sur les bras, hm ?

Il se releva, croisant les bras :

- Oh, ça va, hein. Je sais contrôler mes pulsions de carnage.

Je soupirai :

- Encore heureux que celles d'envie de meurtres fonctionnent encore.

J'ai gaffé peut-être un peu. Zekrom se tourna vivement vers moi :

- Et les autres aussi, non ?

J'étais gêné. Je balbutiai :

- Bah... Dans le passé, au lac, tu m'avais dit que...

Il se rua sur moi, et, me prenant dans ses bras, me mettant la main sur la bouche (limite alerte SOS étouffement, quand même) :

- NON ! TA GUEULE !

Trop tard. Latias avait lu dans mes pensées. Elle fit une tête incroyablement surprise, puis partit dans un éclat de rire en rougissant. Zekrom soupira, le plus embarrassé d'entre nous :

- Merci beaucoup, franchement. Je t'aurais pas demandé mieux.

- Désolé...

Latias voltigea à sa manière virevoltante du genre « Alors alors alors ! On me cache des choses ? » jusqu'à notre hauteur, et donna un coup de coude à Zekrom :

- T'as pas changé, Zekrominou ! Allez, à tout à l'heure !

Puis elle partit en tourbillonnant dans les airs vers le stade, d'un sourire satisfait, allant probablement rejoindre les Rebelles. Quand une voix enregistrée émergea de nombreux haut-parleurs, annonçant d'une voix mielleuse :

- Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, le combat qui oppose notre grand challenger du jour au dernier membre du Conseil 4 de notre fabuleuse Ligue va commencer dans dix secondes. S'il y a un retardataire, il sera disqualifié automatiquement. Huit secondes restantes.

J'hurlai, toujours entre les pattes de Zekrom :

- Bordel ! Encore un coup foireux de Solarius ! J'y serais jamais en sept secondes !

Zekrom regarda Drak. Puis moi. Puis Drak.

- Tu penses à ce que je pense, pote Dragon ?

Drakkarmin secoua ses ailes, et acquiesça d'un signe de tête. J'eus peur de comprendre :

- Euh... On me demande pas mon avis ?

Zekrom me regarda :

- Tu me fais confiance ?

- Vu qu'il reste cinq secondes, oui ?

- Je prends ça pour un oui !

Il prit son élan, et décolla à la vitesse de l'éclair vers les cieux bleus rosés. La poussée de l'air me tirait vers le sol, mais Zekrom me tenait fermement entre ses pattes. J'avais envie de hurler, mais tout se passait tellement vite que je n'en trouvais pas les moyens. Noir idéal décompta :

- QUATRE !

On prenait peu à peu de l'altitude à cette vitesse complètement dingue (qui n'était pas terrible pour les organes internes, je dois dire). Zekrom continua, une fois arrivés au-dessus du stade, à une altitude à se pisser dessus :

- TROIS !

Puis on piqua à une vitesse vertigineuse vers les terrains découverts de la Ligue Pokémon. Il se dirigea droit vers le plus agité, toujours aussi rapidement.

- DEUX !

Il se mit à une distance raisonnable de la surface, et me lâcha. Oui, oui, en plein vol.

- UN ! Merci d'avoir choisi AirLégendes !

Et il retourna de lui-même dans sa Ball, moi, je chutai, et atterris comme une merde à ma place de challenger.

- ZÉRO ! cria le speaker. Bien ! Le challenge est en place ! Le leader va entrer sur le terrain !


Z'auraient quand même pu attendre que je me remette les jambes à leurs places ; parce que la chute, c'était pas sur du velours. Bon, après, je me pris une nouvelle fois Drak sur la gueule, lui qui avait suivi Zekrom en volant comme il le pouvait, mais là n'est pas la question. A l'opposé du terrain (qui n'avait aucune particularité, je dois ajouter), l'ascenseur arriva. Et le speaker rajouta :

- J'ai une annonce à vous faire ! Etant donné la nature historique de ce combat, Solarius notre maître assistera EN PERSONNE au combat ! Un tonnerre d'applaudissements !

Et là, dans les tribunes (ou plutôt dans une hutte dorée sertie de pierres précieuses), je LE vis, levant les bras au ciel, profitant de sa gloire :

- Merci, peuple adoré ! Merci ! Vous êtes tout pour moi, votre maître bien aimé !

Mouais. Il a pas changé. Quand il se tourna vers moi, et, en me pointant du doigt :

- TE FAIS PAS D'IDÉES, CHRIS ! MÊME SI JE N'OSE PAS IMAGINER QUE TU PUISSES GAGNER MAINTENANT, JE M'OCCUPERAI PERSONNELLEMENT DE TON CAS ! TU VAS CREVER, CHRIS !

C'est bien ce que je disais. L'a pas changé. Bon, revenons-en au moment fort de l'heure grâce au speaker :

- Le leader arrive ! Applaudissements, s'il vous plaît, pour... (se rend compte qu'il ne le connaît pas non plus) Eh bien, nous allons le voir tout de suite, hé hé !

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent. Il ne parut pas tout de suite. Puis il s'avança, les mains croisées derrière le dos, en mode je-me-fais-trop-désirer-j'ai-trop-la-classe. Shit. J'y aurais pas pensé. En tenue grise et noire, un « G » jaune cousu sur le buste, quelques rides apparentes, les cheveux bleus et courts en pétard. Hélio.

- Quelle surprise, mesdames et messieurs ! Le dernier membre de ce formidable Conseil 4 n'est autre que le mentor de notre maître à tous ! C'est incroyable !

Juliette, dans les tribunes, se leva et s'exclama, trépignant sur place et maudissant Blue à distance :

- SOLARIUS ! ESPÈCE DE MISOGYNE ! NE PAS FOUTRE UNE SEULE FEMME DANS TA LIGUE DE MERDE ! T'ES VRAIMENT QU'UN CONNARD !

Le misogyne ordonna à des membres de la sécurité de faire évacuer ce problème, ce qu'il fut fait. Juliette, emportée par les gorilles, s'écria, traînée de force :

- MAIS LÂCHEZ-MOI, VOUS AUTRES ! NON ! CHRIS ! DÉROUILLE CE CONNARD !

Et les portes se refermèrent. Le GDSICFDR commençait sérieusement à se diminuer, ils n'étaient plus que quatre. Je me retournai vers mon prochain adversaire, et accueillis :

- Eh bien ! Quelle surpri...

Il leva soudain un bras au ciel, tout le monde se tut, même moi. Il était assez flippant.

- Arrêtons les présentations. Je suis ici pour t'arrêter, car tu as en toi le pouvoir de détruire mon monde parfait. Alors c'est ce que je ferais. Je ne me ferais pas marcher sur les pieds une seconde fois dans mes plans. Pour sauver mon honneur, et dans une moindre mesure, celui de mon cher successeur, Solarius. Prépare-toi à perdre !

Je commence déjà à détester ce gars. Il mit la main dans sa poche, et en sortit une Poké Ball. Il la lança sur le terrain :

- Corboss !

Le crieur de mauvais augure sortit en croassant lugubrement, avant de se poser, et de relever son borsalino de plumes, me défiant du regard. Je ne me laissai pas impressionner (trop l'habitude), et j'envoyai :

- Charkos ! Montre-leur qui est le plus fort !

Le Pokémon Coud'Boule (qu'on appellera ici plus « Gros Bourrin » qu'autre chose) arriva en faisant trembler le sol de son poids musculaire important, avant de rugir férocement. Le speaker, bien qu'un peu en retard, choppa son moment :

- Que le combat... COMMENCE !

Hélio ordonna très posément :

- Machination.

Corboss réfléchis calmement un certain temps, avant de s'exclamer, d'un genre « Eurêka ! ». Je ne perdis pas de temps avec de telles conneries, je voulais gagner, hein :

- Fracass'Tête !

Charkos vociféra, son crâne brilla d'une scintillante lumière bleue, et il chargea Big Boss en s'entourant d'une aura toute aussi bleue. Il atteignit le Corboss d'une taille ridicule comparée à lui, et en plein poitrail. Le piaf fut expatrié direction les étoiles, avant de retomber violemment au sol. Et de se relever, bien que très courageusement. COMMENT ÇA, SE RELEVER ? Avant que je ne m'aperçoive que, noué autour de l'une de ses pattes, se trouvait une Ceinture Force. Damned.

- Maintenant, Vibrobscur.

Corboss grailla à plein poumons, s'envola, et envoya de par son bec un rayon de cercles noirs et violets. Charkos, déjà grandement affaibli par Fracass'Tête super efficace, se prit l'attaque, et tomba à terre.

- CHARKOS EST K.O. ! HÉLIO REMPORTE CETTE MANCHE !

Hélio ne réagit pas, son Pokémon non plus, moi j'étais trop choqué de me faire mettre Charkos hors-jeu aussi vite pour réagir. Blue, lui, ne se fit pas prier :

- OUAIS ! VAS-Y GRAND PAPA ! TU VAS LE NIQUER !

C'est triste, quand même, de renier sa famille biologique pour un type comme lui, et se considérer comme son petit-fils. Moi, en attendant, j'étais bien dans la merde. Mais, plus qu'un coup, et je foutais K.O. son Pokémon.

- Ok ! Kaïminus, à toi !

Ouais, je pense qu'il fait le poids, d'abord. Faut pas sous-estimer ce petit gars. Il fit son entrée tout aussi gaiement qu'à son habitude, en sautillant et gesticulant joyeusement sur place. Gary motherfucking Oak pouffa de rire dans sa boîte de pop-corn, avant de s'esclaffer aux éclats :

- HA HA HA ! TROP LOL ! TU CROIS QUAND MÊME PAS QUE TU VAS RÉUSSIR À LE BATTRE AVEC UNE TELLE MERDE ? JE TE PENSAIS MEILLEUR STRATÈGE, CHRIS !

J'hurlai dans sa direction ; déjà que j'abhorre les gens qui dise « LOL » à tout bout de champ, s'il commençait en plus à me courir sur le haricot :

- HÉ HO, SI J'AI BESOIN D'UN ABRUTI POUR AMUSER LA GALERIE, JE T'APPELLERAI, OK ? TU ME LAISSES ME BATTRE TRANQUILLE !

Hélio s'en foutait pas mal, que je sois déconcentré, voire en profita (ce %@*$£§ de mes deux) :

- Revenons-en à sa défaite. Pique, Corboss.

Big Boss s'enveloppa d'un éclat blanc, chargea son énergie. Je clamai :

- Danse-Draco !

Sur un rythme de cumbia effréné, Kaïminus effectua quelques pas de danse bizarres, une clarté orangée émanant de son petit corps. Corboss s'envola, puis fusa en rase-mottes vers Mâchoire, qui attendait que je fasse quelque chose pour le sortir de là. Je sollicitai :

- Hydrocanon !

Kaïminus arrêta de danser, emplit sa gueule d'eau, et déchargea un magnifique torrent en direction du piaf arrivant à toute allure. Il l'atteignit, Corboss fut déstabilisé et touché, avant de faire un atterrissage forcé dans un nuage de poussières.

- CORBOSS EST K.O. !

Blue s'étouffa entre deux pop-corn, Hélio restait impassible, Kaïminus continuait à sautiller de joie. Blue cria au scandale, insistant que mon Pokémon devait être dopé, qu'on fasse des analyses. Je ripostai, expliquant :

- Non, non, il n'est pas dopé. Mais les Pokémon préhistoriques comme celui-ci ont une fâcheuse tendance à être redoutables. Alors ne cherche pas d'excuses !

- OUAIS, BAH ÇA N'EMPÊCHE QU'IL VA QUAND MÊME TE FOUTRE UNE RACLÉE ! s'égosilla-t-il en encourageant de plus belle son mentor.

Hélio ne l'ouvrait toujours pas, que se soit pour me féliciter, pour ma maudire ou même éternuer. Il est vraiment chiant. Il déclama, après avoir rappelé son Corboss trempé jusqu'aux os :

- Nostenfer ! Poison-Croix !

Et chiottes. Si l'autre abruti de connard de merde ne m'avait pas parlé, j'aurais eu le temps de placer une Danse-Draco ou deux, en attendant. Chovsouris fila à une incroyable vitesse jusqu'à Kaïminus, qui se prit Poison-Croix de plein fouet, et fit quelques tourné-boulés sur le terrain, avant de se remettre sur ses pattes. Soudain, en criant, des étincelles violettes émanèrent de sa peau, et il prit un teint maladif. Le commentateur prit une voix désespérée :

- Oh là là ! Kaïminus a été empoisonné ! Mais que va-t-il se passer ? Le challenger va-t-il réussir à contourner ce problème ?

J'avais envie de les étrangler, tous ceux qui faisaient des commentaires. J'hurlai :

- C'EST PAS ÇA QUI VA NOUS ARRÊTER ! CROCS GIVRE !

Kaïminus bondit la gueule ouverte givrée sur Nostenfer, qui était resté planté là. Il le mordit de ses canines glacées, et le Pokémon défaillit, avant de tomber au sol. Hélio cria :

- Allez, Nostenfer ! Plus vite que ça, voyons ! Dépêchons !

Le Pokémon se mit sur ses petites pattes atrophiées, mais, touché précédemment aux ailes qui se couvraient de givre, il ne pouvait plus voler très bien. Hélio fut satisfait :

- Bien ! Attaque Rapace, maintenant.

A croire qu'il éprouvait un certain sadisme à exécuter les attaques qui blessent quand ses Pokémon sont prêts à tomber à la prochaine attaque. Comment ça, c'est logique ? Moi, je trouve ça dégueulasse, mais bon... Ressemblant assez à un Fracass'Tête de type vol, Nostenfer scintilla de bleu, et se recouvrit d'une lumière de même couleur, en filant au raz des pâquerettes en direction de Kaïminus, bien que volant un peu de traviole à cause du givre. Trop beau pour ne pas recommencer.

- Hydrocanon !

- Abri !

Shit. Nostenfer s'entoura d'un bouclier protecteur, et la trombe d'eau n'eut comme effet que de faire de jolis jets d'eau déviés dans tous les sens. Puis Mâchoire s'essouffla, Nostenfer arrêta son Abri, et, Rapace toujours d'actualité, chargea Kaïminus. Quel combo cheaté. Kaïminus s'envola, et retomba à mes pieds, sur le terrain sablonneux.

- KAÏMINUS EST HORS-J...

- ATTENDEZ ! hurlai-je.

Kaïminus, face contre terre, mit ses pattes avant à terre. S'appuyant contre le sol, il se remit debout avec difficulté, plein de haine vers le Pokémon qui l'avait foutu dans cet état. Un rayonnement bleu océan le recouvrit dans sa remarquable remise au combat. Torrent était avec moi. J'ordonnai :

- Parfait ! Hydroca...!

Mais il ne bougea point. Il s'illumina tout à coup. Un fantastique éclaircissement provenant de mon Pokémon nous aveugla, Nostenfer, Hélio, et moi. Et Kaïminus poussa un rugissement. Il se mit à grandir soudain, à se développer en tout point de vue, à évoluer. Le flash se dissipa en poussière éclatante, laissant place à Crocrodil. J'étais émerveillé.

- Kaïminus a évolué ! s'égosilla le commentateur. Quel retournement de situation !

Blue ne manqua pas cette occasion de beugler, et de protester, envoyant valser son carton de pop-corn :

- IL EST DOPÉ, JE VOUS DIS ! C'EST PAS POSSIBLE !

Nostenfer flippai un peu, Hélio ne réagissait pas (pour changer). Je jubilai :

- Parfait ! Crocrodil, Hydrocanon !

Toujours illuminé par la fabuleuse capacité Torrent, il envoya un merveilleux Hydrocanon boosté en direction de Chovsouris, et l'envoya valdinguer avec la force de la trombe d'eau.

- NOSTENFER EST K.O. ! CROCRODIL REMPORTE LA MANCHE !

- Hourra ! m'exclamai-je. Formidable, Crocrodil !

Malgré le fait qu'il ne lui reste pas beaucoup de forces, il me sourit de toutes ses dents, et se mit à sauter de partout, n'avant pas perdu son habituelle gaieté. Blue criait au meurtre depuis sa tribune, les Rebelles-1 et Latias se félicitaient que mon Pokémon ait évolué, et Hélio rappela calmement son Nostenfer. Il continuait à se prendre pour le plus fort, néanmoins notre égalité :

- Tu es très fort, dresseur. Mais tu ne me battras pas, je peux t'en assurer. Je me suis entraîné à ne plus jamais me faire battre. Voici mon troisième Pokémon.

Il envoya toujours aussi flegmatiquement une Speed Ball :

- Dimoret !

Je me précipitai, évitant de répondre aux dénonciations calomnieuses de l'autre abruti dans sa tribune dorée :

- Danse-Draco !

- Eclats Glace !

Crocrodil eut à peine le temps de lever une patte que, en sortant subrepticement de sa Ball, Dimoret créa et envoya brusquement une petite sphère gelée vers Mâchoire. L'attaque n'ayant que faire de la vitesse augmentée ou non, elle frappa mon Pokémon affaibli précédemment, et Crocrodil tomba définitivement K.O.

- CROCRODIL EST HORS-JEU ! DIMORET REMPORTE LA MANCHE !

Bon. Fallait pas trop s'en étonner. Blue repassa un coup de fil au Service de Vérification des Pokémon, en leur disant de tout compte fait ne pas passer pour un cas de dopage, que c'était une erreur. Je rappelai Crocrodil dans sa Ball en le félicitant de son boulot, et Hélio, me regardant faire, m'interrogea :

- Pourquoi ?

Je fus surpris, déjà qu'il accepte me parler convenablement, ensuite d'une telle question en plein match :

- Euh... Pourquoi quoi ?

- Pourquoi as-tu félicité ton Pokémon ?

Je répondis en haussant les épaules et en le prenant pour un con, comme si c'était évident :

- Bah, il a fait de son mieux et s'est battu jusqu'au bout pour moi, alors c'est la moindre des choses de le remercier et de louer ses capacités, non ?

Hélio se la ferma un moment (dommage que ce ne soit qu'un moment), réfléchis, et lança :

- Les Pokémon ne sont fait que pour être assouvis par les humains. Ils sont faibles et sans défenses réelles. Les humains se doivent d'exploiter leur puissance afin d'arriver à leurs fins. S'ils cachaient une véritable puissance ou un véritable potentiel, les Pokémon auraient conquis et nous auraient détruits depuis longtemps. Ils ne peuvent donc exister que pour nous servir, nous qui avons su dominer ce monde. Nous sommes supérieurs aux Pokémon, et eux sont nés pour être nos esclaves.

Je fus scandalisé :

- Mais t'es con ! Nous vivons grâce à eux ! En harmonie avec eux ! Ils nous accompagnent dans notre vie ! Nous sommes tous égaux, humains comme Pokémon !

Hélio ordonna :

- J'en ai fini avec ça. Envoie ton Pokémon, que je m'occupe de te remettre à ta place.

J'en avais plein le cul, vraiment, de cette époque de merde. Je brandis une de mes nombreuses Compèt'Ball, la regardais, et, l'envoyant sur le terrain :

- Lançargot ! Montre-lui la force des liens entre un dresseur et son équipe !

- Dégommage.

Et je m'aperçus à ce moment (ne cherchez pas, jamais je ne m'achèterais de lunettes) que Dimoret tenait fermement, entre ses griffes aiguisées, une Balle Fer. Il fit tourner rapidement son bras, et envoya tel un joueur de bowling professionnel le projectile vers Lançargot.

- Abri !

Le Pokémon Chevalier créa un bouclier vert juste à temps, qui repoussa le projectile envoyé et qui allait faire bien mal.

- Bien ! Maintenant, Mégacorne !

Lançargot grandit et durcit son pique d'acier (sa lance, hein) et fondit sur Grifacérée, Mégacorne au devant.

- Esquive.

Dimoret esquiva (SHIT !).

- Balayage.

Après une esquive parfaitement réalisée, il se précipita sur Lançargot, et lui asséna furieux un coup de pied sur l'abdomen. Il se prit le coup, mais, lévitant toujours, se reprépara à combattre. Je réagis au quart de tour :


- Danse-Lames !

Il pointa ses lances aux cieux, cria, et tourna sur lui-même en rougeoyant, exécutant ainsi la danse qu'il fallait. Hélio continua de s'en branler :

- Balayage.

Dimoret se rua encore une fois sur Chevalier, et le frappa à nouveau. Lançargot tomba au sol cette fois, mais se releva, pouvant continuer. Je jugeais que c'était assez pour m'en débarrasser :

- Attaque Contre !

Mon Pokémon se jeta tout de bleu brillant sur le Pokémon Glace/Ténèbres ; autant vous dire que ce fut vachement efficace. Grifacérée se prit Contre, et mordit la poussière, vidé de ses forces.

- DIMORET NE PEUT PLUS SE BATTRE !

Lançargot lévitait toujours, fatigué, mais fier quand même de l'avoir finalement mis hors-jeu. Hélio rappela son Pokémon sans aucun mot à l'égard de quiconque, et Blue beugla que ce n'était pas juste, que j'étais en position de supériorité à la fin de ce combat, et que ce ne devait pas se passer comme ça. Je m'adressai à mon adversaire :

- Alors ? Qu'est-ce que tu dis de ça ? Il ne te reste qu'un Pokémon, et moi, deux.

Lançargot se tourna vers moi, me fusillant du regard, du genre « PUTAIN MAIS TU DÉCONNES ?! ».

- Oh ! Pardon... Euh, il m'en reste un et demi, mais ça vaut quand même plus que toi ! gonflai-je le torse.

Le chef de l'ancienne Team Galaxie prit sa dernière Ball entre ses mains. Puis il sourit. Merde. Pour sûr, que ça sentait pas bon. Il me fixa ensuite droit dans les yeux :

- Je te l'ai déjà dit. Tu ne pourras pas gagner ce combat.

Puis il envoya sa Poké Ball ultime au combat. OMG ! Qu'est-ce que ça va être cette fois comme Pokémon cheaté ? Un autre légendaire ? Mais lequel ? Déjà que, ça allait en crescendo de puissance jusqu'à Mewtwo, alors... Qu'est-ce qui allait être plus puissant qu'un Mewtwo ? O_o Je flippai grave, et Lançargot, frémissant, sentit qu'il allait s'en prendre plein la gueule. Hélio s'exclama :

- Démolosse !



[...]



Ah. D'accord. Hem. Bon, bah, allons-y. Le Pokémon Sombre entra sur le stade en grognant face à mon Pokémon. Quand, cette fois juste à temps, je remarquai que lui aussi avait un objet. Bon, faut dire que des lunettes aussi cheap que le trip des petites soleils jaunes en guise de monture et des verres rouges en guise de... euh... verres, ça passait pas inaperçu sur un Pokémon aussi dark que celui-ci. Et puis ; le grognement méchant + les lunettes idiotes = Pokémon ridicule. Je m'exclamai, souriant :

- Bon ! Eh bien, Lançargot, Contre !

Lançargot fonça droit sur Démolosse, et Hélio attendit qu'il soit à quelques mètres pour riposter :

- Déflagration.

Hélas. Trop fier et sûr de moi, j'étais. Sombre n'eut qu'à ouvrir la gueule, et un invraisemblable déluge de flammes ardentes jaillit et atteignit en pleine face Lançargot. Il se retrouva au beau milieu de cette Déflagration boostée par ces Lunettes Choix de mes deux. Quand Démolosse jugea que la cuisson était à point, il ferma la gueule, laissant tomber mon Lançargot qui ne demandait que ça, carbonisé jusqu'à son cimier.

- LANÇARGOT EST K.O. ! DÉMOLOSSE REMPORTE CETTE MANCHE !

Je m'y attendais, et Lançargot aussi, alors ça ne nous bouleversa pas plus que ça. Je le rappelais, en prenant soin de le glorifier à voix haute pour qu'Hélio en prenne note (mais il continuait de s'en branler monumentalement, ce %§€*£$@). Il attendait patiemment que j'envoie mon ultime Pokémon. Je n'en voyais qu'un pour me sortir de là. Je sortis une de mes Compèt'Ball (encore, oui je sais) de ma poche, celle que je n'avais pas utilisée encore. En espérant qu'elle me fasse gagner.

- A toi d'en finir, Shaymin !

Exclamation dans le public, dans le GDSICFDR-1, et dans la pièce du commentateur. Blue se foutait de ma gueule (pour changer), et Hélio ne tremblait pas d'un pouce (pour changer). Shaymin, arrivée sur place, se tourna vers moi :

- Tu sais, je commençais à me demander si t'allais me sortir !

- Plaisante pas ! T'as voulu venir nous montrer ce que tu valais, c'est le moment !

Elle fixa droit dans les yeux Démolosse :

- Prépare-toi à finir knock-out, bébé !

Hélio, confiant (enfin, je crois, vu qu'il n'apparaît aucune fucking expression sur son visage depuis un moment), fit la seule chose qu'il pouvait faire, mais sacrément bien préparée :

- Déflagration.

Démolosse renvoya l'invraisemblable déluge de flammes, j'ordonnais :

- Esquive !

- Hop là ! lança ma coéquipière, en sautant sur la droite, de manière à éviter de finir grillée.

- Très bien ! Maintenant, Attraction !

Elle sautilla, fit un irrésistible clin d'œil à l'autre d'en face, et de multiples petits cœurs roses virevoltèrent jusqu'à venir entourer Démolosse, avant de l'effleurer afin de le faire succomber au romantisme de mon Pokémon. Mais il ne se passa rien. Démolosse resta impassible.

- FUCK ! Me dites pas que ce Démolosse est une nana ? s'exclama Shaymin.

Je ne répondis pas. Ou plutôt, monsieur-je-me-la-ferme-parce-que-je-suis-le-parrain-mais-quand-je-l'ouvre-j'ai-trop-la-classe répondit à ma place :

- J'ai bien peur que si.

Gosh. Qu'est-ce que je pouvais faire, mainten...

- Déflagration.

Démolosse envoya sa spécialité du jour encore une fois vers Shaymin, et, voyant qu'elle allait se le prendre, j'ordonnai :

- FULMIGRAINE !

Shaymin chargea son énergie, rayonna de vert, s'écria « A MORT LA CONNASSE ! » et se prit de plein fouet la Déflagration adverse. Avant de tomber sur le sable, littéralement calcinée.

- SHAYMIN EST K.O. ! DÉMOLOSSE REMPORTE CETTE MANCHE ! LA VICTOIRE REVIENT DONC À HÉLIO, QUATRIÈME ET DERNIER MEMBRE DU CONSEIL 4 DE CETTE LIGUE POKÉMON MONDIALE !

Silence de mort. Jamais un stade n'a été aussi silencieux dans toute l'histoire des combats épiques. Je ne le croyais pas. Hélio baissa la tête, et rappela son Démolosse :

- Bien. Comme prévu. Toi, reviens.

Ma toute première réaction de désemparé fut de courir vers Shaymin, à terre, et de la prendre dans mes bras :

- Ça va ? Dis-moi que ça va !

Elle me sourit, bien que très efflanquée :

- Oh... Tu sais, j'en ai vu d'autres, hein... Mais... Je t'ai fait perdre, non ?

- Mais non... Ne t'inquiète pas... C'est... C'est moi... Mais...

Le chagrin arrivait. Je fondis en larmes peu à peu :

- C'est... C'est fini... Je... J'ai perdu... Je... Je vous ai perdus... Vous... Vous allez...

- M'APPARTENIR ! s'écria Blue depuis sa tribune, dans un silence complet. AH HA ! T'as perdu, et, comme c'est indiqué sur CETTE feuille que tu as gentiment proposée de concevoir, TOUS TES POKÉMON M'APPARTIENNENT ! Et, toi... Niark, niark, niark... JE VAIS T'ÉLIMINER SUR-LE-CHAMP !



[...]



(il se rend compte qu'il est tout seul dans son délire)

- Et alors ? Tout le monde ? Vous me soutenez, ou quoi ?

C'est alors qu'Hélio, resté songeur jusque là, déclara :

- Amenez des médicaments pour l'équipe de Chris. Tout de suite.

Aussitôt, des gars en blouse blanche avec des armoires blanches à roulettes arrivèrent par les ascenseurs des combattants, et se précipitèrent sur moi :

- Monsieur ? C'est pour soigner vos Pokémon.

Complètement déboussolé et largué par ce qu'il se passait, je leur tendis Shaymin et mes Ball. Ils mirent les Ball dans une de ces machines dans les Centres Pokémon qui les restaurent complètement en quelques secondes, et soignèrent Shaymin avec les produits apportés dans les armoires à Pharmacie roulantes. Drak courut me rejoindre sur le terrain, voulant rester avec toute l'équipe. Les infirmiers me tendirent ensuite Shaymin, puis toutes mes Ball, et repartirent comme ils étaient venus, par les mêmes ascenseurs. Blue ne disait mot, et restait estomaqué. Puis il beugla :

- HÉLIO ?! TU PEUX ME DIRE À QUOI TU JOUES ?!

Son mentor se tourna vers lui, toujours aussi tranquillement :

- La finale aura lieu. Je considère que Chris est apte à t'affronter.

Exclamations dans le stade, tout le monde étant inclus. Son « petit fils » répliqua, hurlant toujours :

- AH NON NON NON ! JE SUIS PAS D'ACCORD ! C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC QUE CHRIS DOIT M'AFFRONTER UNIQUEMENT S'IL A BATTU TOUT LE CONSEIL ! OR, IL NE T'AS PAS BATTU, À CE QUE JE SACHE ! ALORS IL A PERDU ! TOUT PERDU !

Le parrain riposta :

- Bien. Ce sont tes règles. Je m'incline. Mais je ne savais pas que tu avais aussi peur de ce dresseur.

- J'AI PAS PEUR DE CETTE PETITE MERDE ! brailla-t-il. IL N'EST RIEN COMPARÉ À MA TOUTE PUISSANCE !

- Alors affronte-le ! s'écria Hélio. Prouve-moi que tu peux vaincre ce dresseur ! Je veux voir si j'ai bien fait de te choisir comme élève. Mes choix sont indiscutables, mais il n'y a que moi qui puisse les remettre en cause. Alors, affronte ce...

Il se tourne vers moi :

- Ton nom, déjà ?

Moi, complètement à la ramasse et entre la vie et la mort spirituelle depuis un certain temps, je répondis :

- Euh... Chris.

- Affronte Chris ! continua-t-il. Et, alors, si tu gagnes, ce dresseur devra s'incliner. Mais, dans la dimension temporelle parallèle, où, dans un certain cas, il s'avérerait qu'il se retrouve, par le plus bizarre des hasards, en position de vainqueur à la fin de votre duel, tu devras faire ce qu'il est écrit. Considérez l'issu de mon combat contre ce dresseur comme non pas une victoire ni un abandon, mais une égalité. Il n'est pas mentionné que les égalités sont considérées comme des défaites, n'est-ce pas ?

Gary motherfucking Oak l'avait dans le cul.

- Euh... Eh bien...

Hélio fut satisfait :

- Bon. Alors soit. Combattez, pour la finale de cette Ligue Pokémon Mondiale.

Puis, se tournant vers moi, qui n'en revenais toujours pas :

- Je regarderai attentivement ce duel. J'espère que je ne me suis pas trompé sur ton cas, et que tu vas nous donner le meilleur de toi-même. Evidemment, je ne songe pas une seconde que tu gagnes, c'est tout bonnement impossible. Mais je veux juste voir en combien de temps Solarius peut mettre hors-jeu un adversaire comme toi.

Il tourna les talons, et se dirigea vers son ascenseur. Il disparut ainsi.


Personne ne l'avait ouvert durant cette annonce. Le GSICFDR-1 était sur le cul, comme Shaymin, Drak et moi. Gary motherfucking Oak aussi. Il se remit droit et présentable, enjamba fièrement sa tribune, sauta jusqu'au terrain, se cassa la gueule (bah oui, c'est haut), se remit droit et présentable, et marcha fièrement jusqu'à son ascenseur. Il l'appela, et, se retournant vivement :

- T'as de la chance, Chris ! Tu vas être ATOMISÉ par le maître de ce monde EN PERSONNE – moi, hein – et tu vas savoir pourquoi je suis aussi craint et respecté ! T'as INTÉRÊT à être sur MON terrain DANS CINQ MINUTES ! Sinon, t'es DISQUALIFIÉ ! PAROLE DE SOLARIUS !

Et il pénétra dans sa cage de métal, gonflant le torse, et se félicitant que ce n'était tout de même pas une mauvaise idée, cette finale, que ça le permettrait de m'occuper de mon cas personnellement, que comme ça, il me tuerait, et bla, bla, bla... Un fois l'ascenseur descendu, des exclamations en furie firent vibrer le stade, la joie éclata parmi mon groupe de soutien intensif, et mon équipe aussi. Le destin m'avait laissé une chance de ne pas me faire éliminer par ce Conseil 4. Il fallait que je la saisisse, elle qui est si rare, et vaincre Gary motherfucking Oak. Dans quatre minutes et trente neuf secondes.