Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

A Guy and his Thundering Destiny de Silver Zekrom



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Silver Zekrom - Voir le profil
» Créé le 28/07/2011 à 17:16
» Dernière mise à jour le 24/08/2017 à 17:11

» Mots-clés :   Action   Aventure   Humour   Présence de personnages du jeu vidéo

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
XV - La Ligue Pokémon Mondiale match 2 : H2O is beautiful
Après quelques minutes de marche à pied mouvementée par les félicitations, les fans trop enjoués (c'est vrai quoi, j'ai juste gagné un match au plus grand tournoi mondial de cette époque) et les frissons quant au prochain combat, l'unique Centre Pokémon de cette planète nous apparut. J'avais à peine poussé la porte que des tonnes d'exclamations sortirent du bâtiment. Jusqu'à ce que je me rende compte que le match contre Tanguy avait été diffusé dans ce Centre Pokémon, ici, dans le hall principal. J'étais un peu fixé par tout le monde, c'était un peu flippant et ça me stressait. Mais juste un peu, hein.

- Euh... Bonjour ! saluai-je, gêné.

Rien. On me fixe toujours. Bon. Au moins, on ne me fait aucune remarque quant au fait qu'il y ait les Pokémon Eon derrière moi, et qu'ils ne soient pas dans une Ball. Je me dirige vers le comptoir :

- Bonjour madame ! C'est pour soigner mes Pokémon... Vous savez, je suis...

Elle sautillait de joie sur place :

- Oui ! On sait tous ! Vous êtes le formidable dresseur qui a vaincu Tanguy, le premier membre du Conseil 4 ! Vous faites maintenant partie des Cinq !

C'est quoi encore cette merde ?

- Les Cinq ?

- Ah oui oui, remarqua Julia. Tu fais partie des cinq dresseurs sur cette planète à avoir atteint un tel niveau dans l'ascension de la Ligue !

- QUOI ?! Mais... Enfin... Je veux dire, y a forcément des dresseurs plus forts que moi, non ? Je veux dire...

Et ils continuaient tous à me regarder avec des grands yeux pour les badauds, et avec admiration pour les Rebelles et l'Infirmière. Quel monde de merde. Y a même plus assez de gens pour que quelqu'un puisse atteindre mon niveau facilement. Eh bé. Quand, au moment où je tendais mes Poké Ball à Joëlle, on entendit, venant des dortoirs du Centre Pokémon :

- Sacrebleu !

- Ah Ha ! Encore égalité !

- Oui, mais j'avais quand même un léger avantage !

- Tss tss ! Egalité, c'est égalité ! Je garde ma place !

Quand les deux protagonistes de cette discussion sortirent, et, toujours en se disputant pour savoir qui des deux avaient gagné, entrèrent dans le hall principal. Je devrais être habitué, pourtant, à voir des personnes importantes de débouler de nulle part à cette époque, pourtant. Pour résumer, les protagonistes en question, c'était Wallace (enfin, Marc pour les frenchies à donf), un des Maîtres de la Ligue Hoenn, et son mentor, Juan, Champion de l'Arène d'Atalanopolis, tous deux aussi fringués joliment qu'à leurs habitudes. Ils se gueulaient dessus toujours, et j'avais l'impression d'être le seul étonné de leur comportement.

- Ah, mais ça, c'est devenu habituel depuis la création de la Ligue Pokémon Mondiale, m'expliqua Sacha. Régis avait fait son choix quant au deuxième membre de son Conseil 4, mais l'autre n'était pas d'accord...

Je demandai :

- Et... Qui est le deuxième membre ?

Sacha leva les épaules, me rappelant que je devais le découvrir par moi-même. Quand, Marc, qui avait entendu, se tourna vers moi :

- C'est moi, le membre officiel ! se glorifia-t-il.

Juan gueula :

- Mais c'est une calomnie ! Ce bougre est mon élève, et il a été choisi à ma place !

Marc leva les épaules :

- Eh oui. L'élève a dépassé le maître, tu devrais t'y faire, pourtant. Et, tu as eu beau me combattre à chaque fois, à n'importe quel jeu, nous tombions sur une égalité. Dire qu'il te faut seulement une victoire à n'importe quel jeu reconnu officiel pour prendre ma place de Conseil 4...

Je demandai, chuchotant, à tout hasard :

- Euh... Quels jeux officiels ?

Juliette me répondit, à voix basse toujours :

- A peu près n'importe quoi qui est considéré par un jeu. Blue en a fait une liste « officielle », qui recense tous les jeux ayant une importance quelconque. Et, dans une des clauses du Conseil 4 de « sa » Ligue, il est stipulé que n'importe qui arrive à battre un membre du Conseil à n'importe quel jeu officiel en ayant l'intention de prendre sa place devient Conseil 4 à la place de l'autre.

Ouais. Encore une règle à la con de Gary Motherfucking Oak. Quand, au moment où Marc s'approcha des écrans pour chercher du regard dans le générique de fin de première partie du tournoi le nom de son futur adversaire talentueux (moi, au rappel), Juan se décida, déterminé :

- Bon. Je perçois que tu me pousse dans mes derniers retranchements !

Exclamations dans la salle. Marc se retourna :

- Oui ? Quoi encore ?

Juan semblait complètement sûr de lui.

- J'ai eu beau t'affronter dans des dizaines de moyens officiels... Je peux encore tenter ma chance dans le jeu ULTIME !

Exclamations de surprise venant de tout le monde, sauf, moi, complètement largué. Marc était également confiant :

- En es-tu vraiment certain ?

Juan continua sa provocation dans ce fameux duel de-la-mort-qui-tue dont j'allais connaître la nature dans peu de temps :

- Oui, évidemment. Aurais-tu peur de perdre ?

Le gars aux cheveux bleus ciel riposta :

- Bien sûr que non ! Je te vaincrais ! Et, comme tout le monde le sait, à ce jeu, il ne peut pas y avoir d'égalité ! Mais si tu perds, du devras renoncer à prendre ma place...

- Je le sais bien, je suis conscient de mes actes ! répondit le gars aux cheveux poivre et sel.

Les deux s'approchèrent, se mirent l'un en face de l'autre. La tension était palpable dans la salle, tout le monde retenait son souffle. Les deux Champions de hiérarchie différente se tinrent la main, et se regardaient droit dans les yeux. Moi, boulet total, je demande discrètement :

- Euh... Est-ce qu'on peut m'expliquer ?

- Ils vont se livrer à l'ULTIME jeu officiel... murmura un badaud.

Puis, tous en chœur :

- LE COMBAT DE POUCE !

Et les dresseurs-coordinateurs-charmeurs se mirent à gesticuler leur pouce de toute part, l'un cherchant à écraser le pouce de l'autre avec le sien, tous deux concentrés sur ce combat final. Tout le monde suivait la fight assidûment, moi, j'étais éberlué, en mode « WTF ?! ».


Après des retournements de situations incroyables et passionnants dans la fantastique baston de pouce (douce ironie), Juan tendis habilement et furtivement son cinquième doigt de la main, le passa juste par-dessus celui de Marc qui n'avait pas vu l'assaut venir, se fit écraser le sien durant cinq secondes épiques. Puis il hurla, de désespoir, et Juan hurla, de joie. Des applaudissements dans la salle, des sifflements, et Juan remercia :

- Merci, mes chers amis ! Nous savions tous qui méritait réellement cette place de vainqueur !

Marc se retira, triste et abattu, et sortit du Centre Pokémon. Juan prit alors aussi bien la place de Marc dans la hiérarchie des dresseurs, que devant les écrans à chercher le nom de son premier adversaire à la Ligue Pokémon Mondiale. Je m'avançai :

- Je crois que c'est moi que vous cherchez.

Il se retourna avec élégance :

- Oh ! Tu es donc Chris, n'est-il pas ?

- Oui ! Assurément ! répondis-je, confiant, et fier de moi.

Il tourna les talons, et se dirigea vers la sortie :

- Bien ! Sois donc à l'heure pour notre duel ! J'espère bien que ce sera une magnifique représentation, alors donne tout ce que tu as, je te le demande sincèrement !

Puis s'éloigna d'un pas avec tout autant de grâce, ne cachant pas sa joie d'avoir vaincu son élève. Latias souffla :

- Comparé au premier, il a pas l'air si terrible, ce gars.

- Ne le sous-estime pas, assurai-je, savant à qui j'avais à faire. C'est un dresseur et coordinateur de grand talent, et il maîtrise avec classe tous ces Pokémon, Ceriz sur le gâteau. C'est un grand professionnel du type eau.

Latios ajouta :

- Bon ! Au moins, tu peux préparer ton équipe, pour faire face à ce type !

- Au contraire, assurai-je. Je dois me préparer à toutes sortes de situations. Il y a une grande quantité de Pokémon Eau avec des double-types qui compensent leur faiblesse... Et, vu le nombre de Pokémon Eau existant, je pense bien que je ne suis pas au bout de mes surprises.

Je l'entendis râler disant que je faisais mon chiant, j'entendis Latias qui le rouspétait, j'entendis les Rebelles qui n'en n'avaient rien à foutre « tant que je gagnais », et j'entendis une voix déjà entendue, après des bruits de talons qui courent :

- Chris, c'est toi, non ? T'es génial ! Tu lui as mis la pâté !

Je me retourne, un peu brusqué, et me retrouvai face à face avec Inezia.

- Tu l'as bien fait morflé ! sourit-elle. Depuis le temps qu'il fallait le remettre à sa place !

Je balbutiai :

- Euh... Tanguy ?

Elle continuait dans sa poussée de bonne humeur :

- Oui ! Il commençait à prendre la grosse tête, et j'espère qu'il va se calmer, avec ce que tu lui as mis !

En parlant du loup...

- CHRIS ! J'EN N'AI PAS FINI AVEC TOI !

Je me retourne vivement (oui, je sais, je ne fais que me retourner ces temps-ci) et aperçois Tanguy arriver au pas de charge vers moi. Je flippe. Il arrive enfin. Je flippe toujours. Il ouvre la bouche, et :

- Merci ! J'avais pas fait de combat aussi vivifiant depuis longtemps !

Ah. Moi qui m'attendais à ce que je me prenne un pain, j'ai eu tort. Inezia pouffa :

- Ah ! Un combat vivifiant ! Vu comment tu t'es fait niqué, tu m'étonnes que ça a dû te vivifier ! Un Mygavolt dans la tronche, c'est pas trop douloureux ?

Tanguy se fâcha, s'approchant de la (l'ex-) Championne d'Arène :

- Oh, ça va, hein ! Toi, tu commences pas ! C'est moi le membre du Conseil 4, ici !

Inezia contre-attaqua :

- Ouais, peut-être, mais t'as bien utilisé MA technique de faire chier avec Change-Eclair lors du combat ! Alors, merci qui ?

- Et ! Fais pas ta maligne ! C'est moi qui rapporte à bouffer, alors voilà, hein !

Moi, au beau milieu de cette dispute de mœurs, j'avais peur de comprendre :

- Euh... Excusez-moi ?

Les deux s'arrêtèrent de se gueuler dessus.

- OUI ?

- Euh... Je comprends pas trop bien... Comment ça, Tanguy « rapporte à bouffer » ?

Le champion en question souffla :

- Bah oui, qu'est-ce tu crois, ça gagne bien, le Conseil 4.

Inezia le foudroya du regard :

- Hé hé, mais tu t'en sors pas mal, pour un salaire de PREMIER membre...

Tanguy reprit la baston :

- Ouais, mais moi au moins, j'ai un boulot !

- Je te rappelle que tu me l'as pris, mon ancien boulot ! riposta la blonde.

Le blond se justifia :

- Faut que tu t'habitues à rester à la maison, si un jour, on a un gosse...

J'ai eu TRÈS peur de comprendre. Inezia provoqua encore plus :

- Ouais, bah ça... Faudrait déjà que tu y mettes du tien.

Et c'est repartit pour l'engueulade. Je réussis à m'en extirper, et courus être éclairci sur le pourquoi du comment par Julie, qui me renseigna :

- Ah oui, c'est vrai, tu le sais pas.

- De quoi ? DIS-MOI !

- Ils sont mariés depuis trois ans.



O_o



Je balbutiai :

- Mais... Je croyais que Tanguy avait... L'arène de Méanville...

Julie continua :

- Oh, tu sais, quand ils s'engueulent, ça finit toujours en méga baston, et puis, pour cette fois-là, ils avaient mis l'arène en jeu.

Eh bah dis donc. C'est assez surprenant. Latios murmura :

- Oh, avec moi, y aurait pas de problème, pour le gosse...

Je me retournai vivement, sarcastique :

- Oui ? Tu disais ?

Il fut soudain très gêné, pensant que personne ne l'avait entendu :

- Oh ! Euh... Je... Hum... Parlais tout seul.

Ouais, ouais. C'est ça. Il se mit à siffloter, et Latias comprit à ce moment là qu'elle avait loupé un truc.


- Mesdames et messieurs ! Bienvenue à la deuxième manche de cette nouvelle édition de la Ligue Pokémon Mondiale !

Spectateurs en furie, ambiance de folie. Je sortais tout juste de l'ascenseur, qui m'avait amené au vingtième étage, et où je me trouvais maintenant, face à un énorme bassin rempli d'eau claire. Des plateformes flottantes était ci et là, pour laisser une petite chance aux Pokémon terrestres. Mais bon, c'était pas gagné, ces plateformes ayant une taille assez réduite et une stabilité assez bancale. Le stress était toujours présent, mais peut être un peu moins par rapport au premier match. Ici, je connaissais mon adversaire depuis quinze minutes. Et je l'avais déjà combattu, il y a cinquante deux ans de cela.

- Le deuxième membre du Conseil 4 va faire son entrée ! Un tonnerre d'applaudissements, je vous prie !

Sortant lui aussi d'un ascenseur, à l'opposé du bassin, je vis l'élégant Champion d'Arène sortir en envoyant des baisers à la foule.

- Merci, mes chers amis, merci !

Puis, se tournant vers moi :

- Chris, je compte sur toi pour me donner ta plus belle performance ! Sois créatif, plein d'audace et resplendissant en compagnie de tes Pokémon !

Je restais confiant :

- Comptez sur moi, Juan ! J'ai plus d'un tour dans mon sac, et j'ai décidé d'aller vaincre Blue, et c'est ce que je ferais !

Il sourit :

- Bien, bien. La confiance en soi est primordiale. Mais ne soit pas si certain, je suis un membre du Conseil 4 de la Ligue Pokémon Mondiale, et ce n'est pas pour rien !

Puis, en tournoyant sur lui-même :

- Ah... La beauté des Pokémon Eau et la grâce de leurs attaques... Tu vas assister à ma plus somptueuse représentation, en compagnie d'incroyables Pokémon aquatiques !

Latias cria, depuis les tribunes :

- OUAIS ! TE LAISSE PAS IMPRESSIONNER !

Non, aucunement. Je le laisse faire son speech. Puis je répondis :

- Je ne suis pas là pour faire un spectacle ! Je suis là pour gagner et accomplir ma tâche, parce que j'en ai raz-le-cul de tout ce bordel !

Juan s'arrêta soudain, et, dans une pose toujours aussi élégante :

- Bien. Je t'ai cerné. Mais tu verras que, ébloui par le charisme incroyable de mes Pokémon, tu ne feras pas long feu !

- Je demande à voir, allez !

Et le speaker s'égosilla :

- Que le combat... COMMENCE !

Juan envoya sa première Poké Ball vers les cieux :

- Ma beauté ! Sors de là, et éblouis nous au combat !

Sa Ball s'ouvrit dans un déclic, et le rayon bleu laissa s'échapper un magnifique Milobellus, qui, en chantant superbement, plongea dans le bassin. Je ne me déconcentrai pas :

- Ok ! A moi !

Je me tournai vivement :

- Drak ! C'est ton tour !

Il parut surpris, et un peu intimidé. J'insistai :

- Allez ! Montre-moi de quoi tu es capable !

Il s'approcha timidement, et une fois devant moi, je l'assurai que tout irait bien. Je lui redonnai un peu de confiance en lui, et il s'envola au-dessus du bassin. Et Juan commença :

- Parfait ! Milobellus, Laser Glace !

Aïe. J'aurais dû m'en douter. Le Pokémon Tendre surgit hors de l'eau, et envoya un rayon de glace vers mon Dragon qui volait, et qui avait vu venir.

- Drak, esquive !

Il esquiva, en voyant parfaitement qu'il n'avait pas intérêt à se prendre la susdite attaque. J'ordonnai :

- Allez, comme à l'entraînement ! Intimidation !

Il piqua, et, se retrouvant face à la créature, tête hors de l'eau, la fixa droit dans les yeux et la regarda avec un terrifiant sourire machiavélique. Je ne vous l'avais pas dit, qu'il avait apprit cette attaque ? Ah. J'ai dû oublier. Milobellus fut donc paralysé par la peur, ce qui m'avantagea énormément.

- A l'attaque ! Dracogriffe, Dracogriffe, Dracogriffe !

Drak lacérait incessamment le Pokémon de ses griffes aiguisées devenues violettes. Juan ordonnai d'esquiver, mais la paralysie de son Pokémon prenait le dessus. Quand, soudain :

- Ne te laisse pas faire, ma belle ! Hydrocanon !

Milobellus dirigea sa tête vers Drak, et lui envoya une trombe d'eau dans la gueule. Drak fut envoyé dans les airs, avant de retomber à l'eau. Chiottes !

- Drak ! Sors de là !

Mais mon Pokémon pesant lourd, et ne savant apparemment pas nager (soupir) coulait lamentablement comme une pierre. Je l'encourageai, mais rien n'y faisait. Juan en profita :

- Bien ! C'est l'heure de la riposte ! Milobellus, Ultralaser !

WAIT. WHAT ? Le Pokémon tout compte fait pas si Tendre que ça nagea jusqu'au Pokémon Caverne qui sombrait, chargea, et tira un magnifique laser d'énergie... euh... normale (?) en sa direction. Drak ne put l'éviter (of course), et, dans une formidable explosion sous-marine, il fut à nouveau éjecté vers les cieux.

- Drak ! Remets-toi à voler ! Saisis l'opportunité !

Mais, il retombait toujours vers l'eau où se trouvait son redoutable adversaire. Je criai :

- Tu peux le faire, aller !

Il se retourna soudain, se stabilisa dans les airs avec ses ailes, et piqua droit sur Milobellus, utilisant ses dernières forces. J'en profitai :

- Excellent ! Drak, Surpuissance !

Il rugit fortement, montrant à l'adversaire qu'il n'était pas totalement encore vaincu. Il s'entoura d'une aura rose, et fonça droit sur Milobellus. Juan saisit également l'opportunité :

- Il ne la touchera pas ! Ma belle, Laser glace !

La créature, qui avait eu le temps de se recharger, envoya une nouvelle fois le rayon gelé dans la direction de mon Pokémon dragon, qui piquait droit sur elle. Mais je continuais :

- Fonce, droit devant ! Ne t'en fais pas !

Le rayon l'atteignit, lui attaquant toujours. Le gel s'empara peu à peu de son corps, le recouvrant de glace et l'enfermant dans un glaçon géant. Mais ce que j'avais prévu arriva : bien qu'il fut totalement congelé, il tombait toujours vers Milobellus, et il s'écrasa EN PLEIN DANS SA GUEULE (niark niark niark), et le choc fut tel qu'il projeta les morceaux de la prison de glace dans lequel il avait été enfermé. Résultat des courses par le speaker :

- MILOBELLUS ET DRAKKARMIN SONT K.O. !

Effectivement, ils flottaient tous les deux à la surface, complètement Knock Out. Mon adversaire et moi les rappelâmes en les félicitant comme il se doit, et Juan ne cacha pas sa surprise :

- Eh bien ! Jamais je n'aurais cru que tu arriverais à battre Milobellus avec ce seul Pokémon ! Mais maintenant, je ne vais pas te laisser de chance ! A toi !

Il envoya une Filet Ball en jeu, elle s'ouvrit, et un superbe spécimen de Kaïmorse en sortit en grognant, avant de plonger tête baissée dans l'eau. Cette fois, je DEVAIS l'utiliser. Je sortis une de mes Compèt'Ball, ne sachant vraiment quelle serait l'issue de ce combat. Mais, il fallait bien que je vois de quoi il serait capable. Je pris une profonde inspiration.

- Bien. Nous allons voir ce que tu vaux ! Montre-nous de quel bois tu te chauffes, Kaïminus !

J'envoyai ma Ball qui s'ouvrit, et laissa sortir le Pokémon Mâchoire dans l'exclamation des Rebelles qui ne pensaient pas le voir sortir en combat. Il sauta dans l'eau, tout content de retrouver son élément, et ne tenait toujours pas en place, comme à son habitude. Juan commenta :

- Oh ! Un Pokémon si petit... Tu ne comptes vraiment pas jouer sérieusement avec lui ?

Je protestai :

- Ce n'est pas parce qu'il n'a jamais évolué qu'il est faible ! Kaïminus, Morsure !

Il plongea, et se dirigea à toute vitesse vers la Kaïmorse qui nageait. Il lui asséna une terrible Morsure, et Juan répliqua :

- Si tu le prends comme ça ! Kaïmorse, attaque Vibraqua !

Le gros Pokémon Brise Glace envoya une onde aquatique vers Kaïminus, qui se la prit. Il secoua la tête après l'impact, voulant se remettre du choc.

- Kaïminus, Morsure, encore !

Il se remit à nager, mâchoire ouverte pour mordre du premier coup son adversaire, et fonça droit dans le mur.

- Non ! Kaïminus, il est derrière toi !

Il se remit de l'impact, et chargea une nouvelle fois complètement à côté. Mais merde à la fin ! Putain de Vibraqua de mes deux ! Juan leva les épaules, fier de lui :

- On dirait que ton Kaïminus est quelque peu confus, n'est-il pas ?

- OH, VOUS, ON VOUS A RIEN DEMANDÉ, HEIN ! criai-je. Kaïminus ! Concentre-toi !

Rien n'y faisait, il se prenait toujours les bords du bassin. Juan se décida :

- Bon, Kaïmorse ? On en finit ? Plaquage, s'il te plaît.

L'imposant Pokémon se rua sur mon minuscule Pokémon, et l'aplatit de tout son poids. Kaïminus fut écrasé par les 150 kilos de muscles et d'Isograisse de Kaïmorse, et fut coulé jusqu'au fond du bassin.

- Non ! criai-je. Kaïminus !

Brise Glace se retira, et Mâchoire remontait lentement à la surface, à bout de force. Je devais faire quelque chose.

- Va sur une plateforme !

Il nagea tant qu'il le put, et Juan ordonna :

- Ne le laisse pas sortir ! Crocs Givre, mon gros !

Kaïmorse nagea rapidement, suivant Kaïminus qui remontait doucement. Il voulu le retenir en l'attrapant de ses crocs givrés, justement, mais le petit Pokémon, voyant le danger, accéléra et agrippa le bord de la plateforme. Il grimpa dessus, et se mit à rugir vers le gros. Et il se mit soudain à piétiner sur place, en bougeant tout son corps, s'entourant d'une lueur violette. Julie demanda :

- Mais... Pourquoi est-ce qu'il danse la salsa ?

Juliette souffla :

- En plus, il est tout seul dans son délire.

Mais qu'est-ce que c'est que cette attaque de merde ?

- Kaïminus ! Tu fous quoi !?

Il ne m'écoutait pas, il bougeait toujours son corps sur un rythme endiablé. Attendez... Me dites pas que... Je le laissais faire, et Juan s'esclaffa :

- Qu'est-ce que c'est pitoyable ! Bon, Kaïmorse, Plaquage, encore une fois.

Brise Glace sortit en grognant de l'eau, juste derrière Kaïminus qui dansait toujours. Et je demandai :

- Bien ! Kaïminus, Morsure !

Il se retourna vivement, bondit à la vitesse de l'éclair sur la gros Pokémon, et lui mordit la tête à pleine puissance. La prochaine fois, si pouvait me signaler qu'un tel Pokémon pouvait avoir Danse Draco, ce serait sympa. Vitesse montée tout autant que l'attaque, Kaïmorse ne pouvait pas faire grand-chose. Il tomba dans l'eau, après que Kaïminus, toujours aussi enjoué, lui ai porté le coup final.

- KAÏMORSE EST K.O. ! hurla le speaker.

Juan s'exclama :

- Diantre ! Quelle puissance !

Je me glorifiai :

- Eh hé, je t'avais prévenu ! Mon Kaïminus est spécial !

Ce dernier continuait à répétition « Kaï ! Kaï ! » en sautillant tout seul sur sa plateforme au milieu du bassin. Je ne m'étais décidément pas tromper sur son compte, c'est un excellent Pokémon. Juan ordonna soudain :

- Mais ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan ! Envoyez la pluie !

Des systèmes d'arrosage automatique, suspendus au-dessus de nos têtes, se mirent en marche, créant une pluie artificielle. Je sais pas vous, mais je trouve que ça sent le coup de pute.

- Bien ! Le terrain est à mon avantage, maintenant ! rit-il. Ce sera d'autant plus facile pour mettre un terme à ce combat en ma faveur ! A toi de jouer, mon beau !

Juan lança une Scuba Ball, qui s'ouvrit, et laissa apparaître un formidable Hyporoi. Chiottes, je le sens mal. Kaïminus pouvait aussi profiter de la pluie, vous me direz, mais bon :

- Hyporoi, Dracochoc !

Le Pokémon qui allait apparemment m'emmerder longtemps bondit hors de l'eau, et envoya un rayon lumineux violet vers Kaïminus. Il n'eut pas le temps de faire un pas qu'il se le prit de plein fouet, valdingua et retomba dans l'eau violemment.

- KAÏMINUS EST K.O. !

Merde. Je le rappelai, en le félicitant des prouesses accomplies, et regardait autour de moi : tout le monde me fixait, attendant que j'envoie mon avant-dernier Pokémon, Juan était très sûr de lui, Hyporoi nageait avec grâce dans le bassin arrosé et boosté par l'eau tombante. Cette pluie de mes deux me faisait chier, il fallait que j'y mette un terme.

- Vaututrice ! A toi !

Je lançai ma Ball, et Vostour en sortit en craillant. J'ordonnai immédiatement :

- Vole, et va me détruire son équipe !

Elle prit de l'altitude en battant de ses ailes jusqu'aux arroseurs, et je lui demandai :

- Utilise Charge-Os !

Vaututrice brandit des os de sa parure, et elle les envoya fortement vers le dispositif cheaté. Juan cria :

- Non ! Ne la laisse pas faire ! Hydrocanon !

Hyporoi tira de suite la fantastique trombe d'eau vers l'oiseau, qui, au vu de la distance les séparant, avait vu venir et pût esquiver.

- Très bien ! Continue de me saboter ses trucs en esquivant !

Elle envoya tour à tour des os vers les arroseurs, qui explosaient, crépitaient, où se décrochaient. Elle faisait ça avec beaucoup de technique, visant juste à chaque fois. Enfin, sauf la fois où Latios s'en prit un dans la gueule par inadvertance, mais bon, je verrais ça après, hein. Au moment où il fallait s'y attendre :

- Hyporoi, Laser Glace !

Et le rayon gelé tiré depuis le bassin frappa Vaututrice de plein fouet. Elle tomba en croassant, et Juan acheva :

- Hydrocanon !

Hyporoi fit un strike, Vostour fut atteint en pleine chute. Elle se fit éjecter contre le mur, et tomba dans l'eau, ayant accompli sa mission d'en détruire suffisamment.

- VAUTUTRICE EST K.O. !

Deux Pokémon K.O. avec un seul. Bordel. Cet Hyporoi me courait sur le haricot. Je ne devais ABSOLUMENT pas me tromper sur mon prochain, celui qui devra battre Hyporoi en pleine forme + un autre type eau totalement inconnu. C'était décisif. Plus personne dans le public ne réagissait depuis l'annonce du hors-jeu de Vaututrice, que je rappelai. Même les Rebelles ne disant plus rien. Juan s'avança, au bord du bassin :

- Alors ? Le match n'est pas fini ! Enfin... A moins que tu ne baisses les bras... Ce serait vraiment dommage, tu peux au moins essayer de mettre Hyporoi hors combat... Bien que je crois que ce soit impossible ! La beauté de l'eau et sa puissance te feront couler au fond du trou, j'en ai bien peur !

Je devais me décider. Mais qui envoyer ? Qui ? J'entendis Julia murmurer :

- Faudrait qu'il envoie un Pokémon à l'aise sur ce terrain, pour qu'il ait toutes ses chances...

Sacha souffla :

- Oh, tu sais, ce n'est pas parce qu'un Pokémon est désavantagé qu'il est condamné à perdre ! (après une profonde réflexion) Mais je dois avouer qu'à ce stade, il ferait mieux, effectivement. Mais il a déjà utilisé son unique Pokémon Eau et ses deux Pokémon volants... Un de ses Pokémon qui lévitent serait alors le choix le plus judic...

J'hurlai, envoyant ma Poké Ball, confiant comme jamais :

- BASTIODON ! JE TE CHOISIS !

Dans l'assemblée générale, un « WTF ?! » monumental retentit, le speaker étant de la partie. Bastiodon apparut sur une des plateformes flottantes, pour le coup juste assez grande pour qu'il y tienne debout. Bien qu'impressionné, il ne se laissa pas déstabiliser, et trouva vite un équilibre pour ne pas chavirer. Juan fut surpris (comme la plupart des gens, bien sûr) :

- Tiens ! Quel spectacle ! Tu comptes battre la moitié de mon équipe aquatique avec un Pokémon Roche et Acier qui coule comme une pierre et est aussi rapide et vif qu'un pétrolier ?

Je me contentai :

- Eh bien ? Je ne vois pas où est le problème !

Juan sourit :

- Moi qui pensais voir une présentation digne du plus bel artiste... Enfin ! Hyporoi, Hydrocanon !

- Bastiodon, Malédiction ! Abuses-en !

Pendant que Bastiodon augmentait ses stats, Hyporoi bondit hors de l'eau, et envoya la redoutable trombe d'eau vers Bouclier. Il se la prit en pleine face, lui qui se maudissait toujours. Il ne bougea pas d'un pouce, la plateforme seulement ayant été envoyé au bord du bassin, poussée par la force du jet. Et Bastiodon résista, toujours aussi immobile.

- Mais comment ?! cria Juan.

- T'oublie Fermeté ! criai-je. Maintenant, débarrassons-nous de cette eau !

Stupéfaction du côté du camp adverse. Je criai, assuré :

- EBOULEMENT !

Bastiodon ouvrit les yeux, rugit formidablement, et des dizaines et des dizaines de rochers apparurent et tombèrent du ciel, droit vers le bassin. Ils fusaient et tombaient violemment dans l'eau tels des météores qui faisait gicler l'eau à l'impact. Hyporoi étant au beau milieu, essayant d'esquiver tant bien que mal. Les rochers, boostés en plus par les Malédictions précédentes, remplissaient peu à peu le bassin, en évacuant l'eau sur les côtés. Au final, il ne restait plus que quelques flaques entre les rochers, le tour entier du bassin étant rempli d'eau (heureusement qu'ils avaient pris des précautions). Bastiodon était passé de sa frêle plateforme à un des rochers qui avaient virés l'eau pour la remplacer. Hyporoi gesticulait lamentablement sur ce sol de roches, ne pouvant plus nager et très affaibli par Eboulement.

- HYPOROI NE PEUT PLUS SE BATTRE ! IL EST HORS-JEU !

Exclamations en furie dans le public. Moi, je ne perdais pas de temps :

- Bastiodon, Repos !

Il s'endormit pour reprendre des forces, et se réveilla aussitôt grâce à la Baie Maron que je lui avais donné. Classique, mais tellement utile ! Juan rappela son Hyporoi, et me félicita :

- Eh bien ! Effectivement, je ne m'attendais mais alors pas du tout à ce que tu renverses le terrain à ton avantage. Mais...

Et il sortit une Luxe Ball de sa poche.

- Tu n'a pas encore affronté mon plus gracieux et mon plus beau partenaire.

Bastiodon et moi nous concentrâmes sur le discours du « Champion d'Arène à la beauté pure ». Il s'élança, en envoyant son ultime Pokémon :

- Ce combat va se finir ! Mon millésime ! Montre-nous ta puissance, Manaphy !

Gosh. La Luxe Ball s'ouvrit, et le Pokémon Voyagenmer en sortit, tout mimi qu'il était. A peine fut-il envoyé au combat que Juan commença :

- Permucoeur !

Manaphy créa un cœur entre ses nageoires, et un autre sur Bastiodon. Il cria, et les deux s'échangèrent dans une trainée rose. Bastiodon gémit, et s'en remit. Mais ça me faisait BEAUCOUP chier de m'être fait voler les augmentations de stats de mon partenaire. A propos de statistiques, Juan continua à jouer avec :

- Bien ! Maintenant, Lumiqueue, et ne lésine pas sur la quantité !

Manaphy jouaient avec ces queues (en espérant que ce soit clair une bonne fois pour toutes) qui brillaient à l'extrémité et lévitaient en se croisant. C'était beau à voir, mais c'était de mauvaise augure pour la suite. Je regardai Bastiodon, inquiet pour la fin du combat, lui était tout à fait confiant. Il savait ce qu'il faisait. Puis Juan ordonna :

- Réveille-toi ! Tu es à la Ligue Pokémon Mondiale... Enfin, tu y étais ! Finissons-en ! Manaphy, Surf !

Merde. Avec les Lumiqueue, la puissance de Manaphy et la faiblesse de Bastiodon, ça allait faire mal. Voyagenmer cria, lévita, et souleva toute l'eau précédemment expulsée qui entourait tout le bassin. Il forma une vague immense, qui s'élevait au maximum, ne laissant pas une goutte d'eau à terre. Le raz-de-marée s'approcha vers Bastiodon, et s'abattit avec violence sur le sol. Elle explosa littéralement à l'impact, et pulvérisa quelques rochers au lieu du choc, Bastiodon en étant le destinataire. L'eau se dissipa, et Bastiodon, trempé jusqu'aux os, résista avec un PV, tête baissée, Fermeté oblige.

- Cette capacité spéciale est vraiment ennuyeuse ! s'exclama Juan. Mais tu ne peux plus récupérer rapidement, et tant mieux !

Je ne savais effectivement plus quoi faire. Eboulement serait trop faible pour le mettre K.O. en un coup, Tête de Fer ne serait pas très efficace, et il allait se prendre rapidement une autre attaque. Juan ordonna :

- Finissons-en ! Manaphy, Sur...

Quand Bastiodon releva soudain la tête. Il se mit à briller d'une forte lumière métallique, et rugit extraordinairement. La couleur acier s'intensifia jusqu'à éblouissement, et, ouvrant la gueule, Bastiodon envoya un pharamineux faisceau argenté vers Manaphy, en utilisant toute sa puissance. Manaphy se le prit en pleine gueule, et fut projeté aux pieds de Juan. Il était hors combat, en un coup, après qu'il eût infligé d'impressionnants dégâts à Bastiodon, qui avait résisté de justesse avec Fermeté et qui avait riposté de lui-même en envoyant quasiment le double de dégâts grâce à Fulmifer. J'avais envie de pleurer de joie.

- HOURRA !

Je m'élançai sur les rochers empilés, et sautait sur Bastiodon, le louant de ce combat et des ses incroyables capacités cachées. Il souriait, bien qu'épuisé après un tel exploit. Les spectateurs scandaient mon nom et celui de mon Pokémon, au moins, ils étaient là pour le spectacle. C'était un fabuleux moment. Juan fit revenir son Pokémon, et, bien que vexé, me complimenta :

- Quelle prouesse ! Tu as de la stratégie et tu sais improviser, tu es un très bon dresseur. Si je devais te comparer à moi, je dirais que tu manques un peu d'élégance. Mais tu as la rage de vaincre, et si c'est ce qui t'importes dans cette compétition, apparemment, alors félicitations ! Tu serais même capable de vaincre mon élève, à n'en point douter !

Je le laissais palabrer, hochant la tête et savourant ma deuxième victoire. C'était une récompense personnelle de plus. Juan tourna les talons, et se retira dans l'ascenseur, qui descendit, avec le second membre du Conseil 4 de la Ligue Pokémon Mondiale vaincu à l'intérieur. Le speaker reprit :

- Félicitations au Challenger ! C'est une compétition historique que nous avons là, mesdames et messieurs, étant donné que Chris est la deuxième personne à avoir atteint ce niveau dans la compétition ! Nous verrons donc le troisième membre en action, pour une fois ! Nous allons nous quitter un moment, et retrouvez-nous cet après-midi, 14h00, pour le troisième match de cette palpitante édition de la Ligue Pokémon Mondiale !





- Bah alors ? Tu finis pas ?

Non.

- Pourquoi ça ?

Il suffit que j'arrive deux minutes en retard pour qu'on commence sans moi, et puis, la fin, cet abruti de commentateur vient de tout dire. Alors, moi, j'ai plus rien à faire.

- Bah... Si ! Tu dis quoi, normalement ?

Je pose des questions rhétoriques et existentielles, je dis « la suite au prochain chapitre ! », gna gna gna, bref je passe pour un con après lui.

- Oh mais non ! T'as qu'à changer un peu !

Vraiment ?

- Je te fais une fleur.

Merci ! Alors, je vais tout vous dire, en fait, Chris, eh bah il va p...

- MAIS TA GUEULE ! *ZBLAF*


Suite à un problème technique, nous arrêtons ce chapitre sans transaction. Pour vous rendre impatient de lire la suite, nous vous demandons juste de lire le manuel du Shooter Miracle, au cas où vous auriez besoin de vous en servir en combat contre un mec totalement... mystérieux. Et surtout TRES cheaté. Merci de votre soutien. Et TO BE CONTINUED.