Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 26/05/2011 à 21:33
» Dernière mise à jour le 18/02/2017 à 17:43

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 11 : Croisement
Célérité avait gagné le pari, songea Trutos. L'homme devant lui, attaché à des entraves magnétiques, gémissait et pleurait alors que son torse et ses bras dégoulinaient de sang.

- Répète-moi ce que tu as dit, gronda Trutos.

- Je... je vous le jure, monsieur... pleurnicha le villageois. C'est elle... Eryl Sybel... elle s'est coupée les cheveux et les a teints... mais c'est elle...

Trutos jubilait silencieusement.

- La gamine qui m'a répondu ? Celle qui a dit connaître la Gardienne ?

- Celle-là même, monsieur ! Certifia l'interrogé. Pitié... je vous en supplie...

- Sais-tu comment elle s'y prend pour aller voir Ea, et où est-il caché ?

- Non, monsieur. Je le jure ! Seul le Gardien et le maire sont au courant. Le secret se transmet de maire en maire et de Gardien en Gardien.

- A-t-elle des proches ici ?

- Son oncle David Sybel... il l'a élevé depuis des années, depuis que ses parents ont disparu personne ne sait où.

- Et elle tient à son oncle, hein ? demanda Trutos. C'est sa seule famille.

- Oui... oui... Je vous en supplie, monsieur...

- Tu t'es montré très coopératif, mon brave. Tu seras récompensé... par une mort rapide.

Il fit claquer sa pince une fois de plus, cette fois sur la gorge de sa victime. Tout à sa joie, il ne contrôla pas sa force et lui coupa proprement la tête alors qu'il souhaitait simplement lui briser la nuque. Le sang qui gicla sur ses habits le fit grimacer. Ce fut cet instant que choisit Apogée pour pénétrer dans les quartiers que Trutos s'était choisis. Il ne fit aucun commentaire sur l'homme décapité, et se contenta de s'agenouiller devant son chef.

- Monsieur, je vous présente mes plus humbles excuses, mais des Rockets ont survécu au crash de leur appareil, et sont encore en vie.

- Et puis-je savoir pourquoi ils le sont, alors que je t'ai expressément ordonné de les liquider ?

- Car mes hommes et moi avons fait preuve de faiblesse en les laissant nous battre en combat Pokemon, monsieur.

En temps normal, un tel échec se serait soldé pour Apogée en un claquement sec et brutal de la pince de Trutos sur l'un de ses membres. Mais le boss de la Team Cisaille était tellement de bonne humeur qu'il laissa passer.

- Peu importe, j'aurai bientôt ce que je veux. Qui étaient ces Rockets au fait ?

- Deux d'entre eux étaient les jeunes hommes que nous avons capturés il y a deux jours. Les trois autres portaient le même uniforme, ce qui implique qu'ils soient une sorte d'unité spéciale.

- Une unité de cinq personnes, se moqua Trutos. Qu'ils soient doués en combat Pokemon ne change rien. S'ils osent me défier à nouveau, ils ne vivront pas assez longtemps pour assister à la chute finale de la Team Rocket !

- Monsieur, fit Apogée, je pense que leur objectif premier sera de localiser et de détruire les nepticons pour permettre à leurs forces derrière d'arriver. Il serait prudent de les faire garder de près.

- Fais donc. En attendant, amène-moi un des villageois. La gamine qui m'a tenu tête quand je suis arrivé ici. C'est elle que je veux.

- La Gardienne, monsieur ?

Le boss eut un sourire de prédateur.

- Ces villageois sont des pleutres, expliqua Trutos en désignant le cadavre sans tête. Ils nous ont bien saoulé avec leurs « nous ne trahirons jamais Ea », mais le premier que j'interroge m'a tout de même révélé l'identité de leur Gardienne. Au rythme où vont les choses, j'imagine même qu'il ne serait guère compliqué de la convaincre de me mener à Ea, surtout que je détiens un otage en la personne de son oncle. Ah, et fait passer le mot : interdiction de lui faire le moindre mal tant qu'Ea n'est pas en ma possession. Ce serait assez embêtant de faire disparaitre la dernière personne qui sait où est Ea et comment parvenir jusqu'à lui.

- Bien compris, monsieur. Je vais vous la faire chercher immédiatement.

Quand Apogée fut sorti, Trutos regarda sa pince et sembla s'adresser à elle.

- Encore un peu de patience, partenaire. Vous aurez vos trois Pokemon, et moi, j'aurai le monde entier, comme convenu.


***


Eryl sombrait peu à peu dans un insondable désespoir. L'homme que le Boss des Cisailles avait fait amener pour l'interroger n'était pas encore revenu, et ses cris de douleurs avaient cessé, ce qui en soi n'était pas bon signe. Les villageois, de plus en plus hystériques à force d'être enfermés de la sorte, commençaient à envisager de vendre Eryl et Ea pour sauver leur peau. Quel Pokemon méritait qu'on meure pour lui après tout, disaient-ils. Sans le maire pour les raisonner, quelqu'un allait vite dénoncer Eryl, ce n'était qu'une question de temps.

Ensuite, Trutos se chargerait personnellement de l'interroger, une perspective qui effrayait Eryl. Même si elle n'avait aucune envie de mourir, elle pensait pouvoir faire passer Ea avant elle. Mais elle ne pouvait prédire ce qu'elle ferait si Pince Rouge se mettait à la torturer ou à tuer devant elle tous ceux qui lui étaient chers. Et même si par une quelconque chance et un courage qu'elle ne se connaissait pas, elle ne révélait rien, la Team Cisaille finirait bien par comprendre que le gant qu'elle portait, sur lequel était cousue une feuille, était la clé pour accéder à Ea. Elle n'avait plus aucun espoir auquel s'accrocher. Rien ni personne ne pourrait la sauver, ni sauver Ea.

La porte de la mairie grinça et s'ouvrit. Tout le monde recula instinctivement face au sbire Cisaille au regard mauvais qui apparut. Il dévisagea chaque personne présente, cherchant apparemment quelqu'un. Eryl pensait qu'il choisissait celui qui avait le plus peur comme future personne à interroger, mais elle comprit qui était sa cible quand son regard vicieux tomba sur le sien. Avec un rictus, il la désigna du doigt.

- Cette fille ! C'est bien Eryl Sybel, votre Gardienne ? Ne le niez pas !

Personne ne répondit, mais personne ne le nia non plus. Quelques têtes effectuèrent même un semblant d'hochement affirmatif. Eryl déglutit, puis se résigna à se lever et à faire face. Son oncle David, à côté d'elle, la retint par le bras en secouant la tête négativement. Le sbire le vit, et donna un coup de pied en pleine tête à son oncle.

- Arrêtez ! cria Eryl. Je vous suis, ne lui faites pas de mal !

Le sbire eut un rictus un rien condescendant.

- Ça, c'est le Boss qui en décidera selon ce que tu auras à lui dire.

Le message était très clair : coopère, ou ton oncle en subira les conséquences. Si Eryl avait pu pleurer, elle aurait éclaté en larmes à la seconde, mais son désarroi était au-delà des simples larmes. Le sbire la prit par le bras et la tira au dehors. Il semblait à Eryl que ses pieds la portaient sans qu'elle les contrôle. Elle ne pouvait plus penser à quoi que ce soit sans que le plus profond désespoir l'envahisse. Pourquoi tout cela lui arrivait-il à elle ? N'avait-elle pas assez souffert avec la disparition de ses parents il y a dix ans ? Eryl songea quand même à quelque chose qu'elle avait honteusement perdu d'esprit.

- Mes Pokemon ? fit-elle au sbire. Où sont-ils ? Qu'en avez-vous fait ?

En guise de réponse, le sbire la tira encore plus.

- Tu ferais mieux de penser à toi pour l'instant, fillette. On ne roule pas impunément le Boss ainsi. Mais je suis sûr que si tu te montres coopérative avec lui, tes Pokemon auront la chance de survivre pour servir la glorieuse Team Cisaille !

Loin de la rassurer, cette réponse acheva de plonger la jeune fille dans la plus complète des noirceurs. Elle était tellement submergée par le désespoir qu'elle ne remarqua que trois secondes après que le sbire ne la tirait plus. Le mur d'une des maisons derrière lui venait étrangement d'exploser à l'endroit précis où le Cisaille se trouvait. Abasourdi par le choc et les gravats, il gisait désormais à terre sans connaissance. Eryl, ne comprenant pas ce qui était en train de se passer, cligna des yeux pour distinguer le responsable derrière la fumée.

- Niveau discrétion, tu repasseras, dit une voix masculine et au timbre agréable. J'aurais pu tout aussi bien amener Galatea avec moi pour le même résultat.

- Hariyama était le seul Pokemon à notre disposition susceptible de réussir ce genre d'embuscade sans qu'on donne l'alarme, dit une autre voix, une voix de fille cette fois. Les Cisailles mettront sans doute un certain temps avant de remarquer qu'un mur a explosé.

- J'en doute, alors ne traînons pas plus.

La fumée se dissipa, et Eryl pu enfin voir ses mystérieux sauveurs. Un adolescent de son âge qui portait un uniforme blanc et noir marqué d'un R rouge. Il portait une espèce de béret blanc qui recouvrait des cheveux d'un bleu foncé virant au violet et coiffés en queue de cheval. La fille qui était avec lui portait la même sorte d'uniforme, et avait des cheveux couleurs lavande qui descendait en deux courte couettes de chaque côté. Avec eux se trouvait l'Hariyama qui venait de détruire le mur. Le garçon posa ses yeux d'un bleu marine profond sur Eryl.

- Nous sommes là pour vous aider, affirma-t-il. Viens avec nous. Il nous faut sortir de ce village.

Eryl était prise au dépourvu. Alors qu'elle avait abandonné tout espoir, voilà que deux individus pas plus vieux qu'elle, habillés comme des super-héros, arrivaient devant elle.

- Je... mais... Qui êtes-vous, enfin ?!

- Plus tard les présentations, dit le garçon. Tu veux qu'on te tire de là ou pas ?

- Mais... les autres villageois...

- Plus tard. On est pas venu délivrer tout le monde à deux seulement. Juste une seule personne qui pourra nous faire un rapport sur la situation. On fera le reste ensuite.

Eryl ignorait tout de ces mystérieux individus, mais en l'occurrence, étant donné sa situation, elle n'hésita pas plus longtemps. Si un quelconque espoir se présentait à elle, elle devait s'y accrocher de toutes ses forces.

- Où voulez-vous aller ? demanda-t-elle.

- Connaitrais-tu l'endroit où se trouve Ea ?

Soudain, Eryl se fit plus méfiante. Ces gens étaient-ils des Cisailles déguisés avec un plan tordu pour qu'elle les mène jusqu'à Ea ?

- Ea ? répéta la jeune fille, prudente.

- Le Pokemon que recherche Trutos. Il a envahi votre village pour ça, la renseigna la fille aux cheveux lavandes.

Eryl supposa que Trutos devait être Pince Rouge. Et elle doutait que ses propres sbires l'appellent par son nom.

- Que voulez-vous à ce Pokemon ? Voulut néanmoins savoir Eryl.

- Pour l'instant, seulement l'empêcher de tomber entre la pince de Trutos, dit le garçon. On ignore ce qu'il veut faire avec, mais quelques soient ses objectifs, les nôtres sont d'empêcher les siens d'aboutir.

Eryl se surprit encore à hésiter. Elle était pratiquement certaine que ces deux adolescents à l'uniforme si étrange n'étaient pas de mèche avec Pince Rouge, mais pouvait-elle leur faire confiance concernant Ea, d'autant plus que seul le Gardien était autorisé à poser les yeux sur lui ? Mais elle doutait d'avoir le choix. Faute de mieux, faire confiance à ces étranges personnes était tout ce qui lui restait pour se sauver de cette situation.

- Très bien, je vais vous mener à lui, dit-elle. Mais le village est bloqué par un champ rouge qui...

- Pas de soucis de ce côté-là, la rassura le jeune homme aux cheveux bleus. On s'en est occupé.

Le garçon leva la main comme s'il faisait signe à quelqu'un. Presque aussitôt, une explosion se produisit au niveau de deux des appareils volants de la Team Cisaille, posés sur un toit, qui produisaient le champ de blocage. Plus soutenu que par deux lasers au lieu de quatre, le champ commença à perdre de sa structure, puis s'évapora totalement. Bien entendu, l'explosion fit sortir tous les sbires Cisailles des maisons qu'ils s'étaient appropriés. La fille aux cheveux lavande lança sur eux son Hariyama qui en désarçonna plusieurs avant qu'ils ne se rendent compte de ce qui se passait.

Depuis le toit où les appareils avaient explosé venait de sauter un étrange Pokemon à quatre pattes, de toute évidence de type Spectre, avec une armure faite en ossements. Ce Pokemon semblait appartenir au garçon aux cheveux bleus foncés, qui le dirigea contre les sbires d'une façon qu'Eryl n'avait jamais vu de toute sa carrière de dresseur. Il était évident que ces deux adolescents étaient des maîtres dans l'art du combat Pokemon. En toute modestie, Eryl pensait se débrouiller pas trop mal dans le dressage, mais comparé à ces deux-là, elle était loin derrière. C'était là encore une preuve que ces gens n'avaient rien à voir avec la Team Cisaille ; de ce qu'elle en avait vu, les soldats de Pince Rouge se servaient de Pokemon comme un Chenipan se serait servi d'une batte de baseball.

- Allez, on file, déclara le garçon tandis que les sbires Cisailles commençaient à se regrouper pour les prendre en charge.

Avant de se retourner, sa partenaire ordonna à son Hariyama une attaque Séisme qui fit proprement s'écrouler tous les sbires derrière eux, laissant largement le temps aux trois fuyards de les distancer jusqu'à la prairie avoisinante.


***


Après que Mercutio et Siena eurent traversé le champ rouge qui gardait le village prisonnier, Galatea se tourna vers le commandant Tuno et Zeff.

- Alors ? Une idée d'où pourrait se trouver ce qui perturbe nos vaisseaux et nous empêche d'utiliser nos flingues ?

- Je doute que Trutos ait installé un truc de ce genre dans le village, répondit Tuno. Il nous faut chercher aux alentours. Vos Pokemon pourraient sans doute nous aider.

- Comment cela ?

- Il parle de mon Scalproie. Un Pokemon Acier qui peut repérer les champs magnétiques, fit Zeff.

- Et du Kirlia de Galatea aussi, continua Tuno. Un Pokemon psy peut aussi sentir ce genre de chose.

- Ça marche, approuva la jeune fille en appelant son Kirlia.

Mais il y avait un problème. Tandis qu'après que Galatea lui ait expliqué ce qu'ils cherchaient, Kirlia désignait une direction, le Scalproie de Zeff en désigna une autre, totalement opposée.

- Sans vouloir vexer personne, commença Zeff, je fais plus confiance à mon Scalproie qu'au Pokemon de cette pimbêche qui n'est même pas à son dernier stade d'évolution.

- Tout ça sans aucune intention de vouloir vexer, c'est fort, ironisa Galatea.

- On ne peut pas encore se séparer, décréta Tuno. On suivra donc les deux chemins à tour de rôle.

- Et vaut mieux commencer par le mien, ajouta Zeff. Comme ça, on aura plus de chance de trouver le générateur immédiatement et éviter de perdre du temps à suivre le chemin inutile indiqué par ce Pokemon de seconde catégorie.

D'ordinaire, les insultes et les piques rebondissaient sur Galatea sans la toucher. Elle n'était pas comme son frère Mercutio, si susceptible qu'il pouvait provoquer une bagarre pour une petite vanne inoffensive. Mais elle devait avouer qu'elle en avait assez de ce Zeff qui restait imperméable à toute forme de tentative pour nouer une quelconque relation, pas forcément amicale mais au moins de bonne entente.

- Il n'est pas exclu que ce champ de brouillage soit généré en plusieurs endroits, comme celui qui entoure le village, objecta Tuno. Alors dépêchons-nous. Il ne faudra pas longtemps avant que le général Tender nous déclare perdus et soit qu'il envoie d'autres forces malgré le champ, soit qu'il quitte les lieux pour réévaluer la situation.

Scalproie en tête, ils avancèrent donc à travers la clairière entourant Surocal. Ils tombèrent sur trois sbires qui patrouillaient dans le secteur. Personne n'eut besoin d'appeler d'autres Pokemon car le Scalproie de Zeff fut plus que suffisant pour venir à bout de ces pseudos-dresseurs. Galatea n'avait pu se retenir d'éclater de rire quand l'un d'entre eux avait ordonné une attaque Choc Mental sur Scalproie, qui, étant un Pokemon à la fois Ténèbres et Acier, était totalement immunisé face aux attaques psychiques.

Zeff proposa de les tuer pour ne courir aucun risque qu'ils donnent l'alerte. Galatea émit une opposition marquée. Elle n'aimait guère la violence et deux de ces sbires ne devaient être bien plus âgé qu'elle-même. Détruire une vie seulement parce qu'un jeune homme insouciant et ambitieux s'est laissé embobiner par les promesses mensongères de Trutos était injuste et inutile. Tuno donna raison à Galatea et lui demanda de les endormir avec Kirlia. Zeff vint lui parler tandis qu'ils avaient repris leur chemin.

- À quoi tu t'attendais en rejoignant la Team Rocket, gamine ? fit-il de son éternel ton méprisant. Nous sommes des criminels. Nous nous débarrassons de nos ennemis. Arrivera un jour où tu y seras forcée.

- Je serais capable de tuer pour défendre ma vie ou celle de mes amis et de mes proches, et j'en serais aussi capable s'il s'agit d'un ordre direct, riposta le jeune fille. J'ai été formée et élevée par le commandant Penan, tu te rappelles ? Pour autant, rien ne m'oblige à aimer ça, comme tu sembles le faire toi. S'il y a moyen d'éviter de prendre une vie pour rien, ça me convient.

- Ces gars qu'on a épargnés, quand ils se réveilleront, ils reviendront à l'ennemi et on les aura une fois de plus face à nous.

- Peut-être, admit Galatea. Et nous les rebattrons aussi facilement que la première fois.

- Laisser un ennemi en vie est stupide, s'acharna Zeff.

- Tout ne se résout pas par un meurtre, Zeff, intervint le commandant Tuno. Ces Cisailles là étaient battus, ils n'avaient plus de Pokemon capables de se battre. Les tuer aurait été de la simple barbarie. Ne te mets pas à penser comme Trutos.

- S'il gagne contre nous, ça signifiera qu'il avait raison de penser ainsi, rechigna Zeff.

- Gagner contre nous ? se moqua Galatea. Tu veux dire qu'il peut gagner alors que toi-même tu le combats ? Ah oui, suis-je bête, il l'a déjà fait.

Le visage de Zeff se décomposa et il s'apprêtait à lancer une réplique cinglante quand Tuno leur fit signe de se taire et de s'arrêter. Scalproie aussi venait de s'immobiliser. Il y avait une lumière étrange un peu plus loin d'eux. Après quelques pas de marche silencieux, ils découvrirent un cristal géant sur un appareil électronique branché à une espèce de chaise des plus étranges. Un homme était à terre, inconscient. Un sbire Cisaille. Un autre était debout, la crosse d'un pistolet en main. Vêtu d'un imperméable en cuir, un air toujours aussi sérieux et professionnel sur son visage, c'était quelqu'un que Galatea ne pouvait oublier si rapidement.

- Monsieur Beladonis ?

L'agent de la Police Internationale les dévisagea avec un fin sourire.

- Vous voilà enfin, unité de la Team Rocket X-Squad. Remuez-vous un peu, nous avons du pain sur la planche.