Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Entre deux époques de PeterCynthia



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : PeterCynthia - Voir le profil
» Créé le 25/11/2010 à 22:34
» Dernière mise à jour le 21/12/2010 à 17:22

» Mots-clés :   Action   Aventure   Présence de poké-humains   Sinnoh

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
17: Par delà les limites de l'espace-temps
Le bateau glissait lentement sur l'eau claire du canal de Joliberges. Ce canal avait été construit pendant la période du Grand Communisme, il reliait le Lac Vérité à Joliberges puis juste avant la mer Safran il bifurquait et se jetait à l'ouest de Joliberges. Le couvent des sœurs de la Joie se situait entre Joliberges et le déversoir du canal. L'eau de mer et l'eau douce du canal était déjà rentré en contact et de puissant courant parcourait cette zone. Il y avait de nombreuse falaises et le canal c'était creusé un canyon dans le lit de l'ancienne rivière Safran. Le couvent se trouvait sur un promontoire qui surplombait le canal d'un côté et l'immense mer de l'autre. L'énorme falaise de granit, majestueuse faisait penser aux magnifiques îles montagneuses de la Grèce. Sorbier, Seko, Chen, Orme et les assistants se dirigeaient vers le couvent car les sœurs, persécutaient par la Team Galaxy avait projet de fuir Sinnoh pour se réfugier à Fiore qui était depuis longtemps peuplé par la religion chrétienne et les professeurs avaient comme projet de partir avec elles. Le bateau pénétra dans le canyon et les professeurs furent éberlués par la splendeur du lieu. Soudain un cri se fit entendre dans les buissons accrochés au mur de granit et un petit être vert, avec des ailes, appelé Célebi apparut. Il tournoya au dessus du bateau et poussa un cri, là une intense lumière rayonna de partout et une femme apparut. C'était Claire Araragi !

- CLAIRE ! Dire les professeurs avec grand étonnement
- Hun ! Que est ce que je fou ici ? se demanda-t-elle. AAAHHHHHHH !!!! Vous ! Mais je suis retourné dans le futur où plutôt dans le présent ! Enfin bref sinon je vais m'embrouillé.
- Célebi t'as ramené pour on ne sait qu'elle raison. Lui avoua Orme.
- Ah ! Ok et on va où comme ça ? S'interrogea Claire
- Au couvent des sœurs de la Joie. Lui répondit encore une fois Orme
- Ok. Allez c'est partit faites comme si je n'étais pas là. Ordonna le professeur féminin

Le bateau reprit sa course vers le couvent. Le canal s'élargissait et la lumière de l'immense astre lunaire illuminait les roches blanches. Un petit ponton de bois se dessina à l'horizon et un immense escalier de pierre grimpait jusqu'au couvent, 150 mètres plus haut (je ne sais pas si c'est cohérant). L'embarcation s'arrêta et les hommes l'accrochèrent. Tous descendirent et ils commencèrent leur montée. Seul Araragi et Chen n'avait pas commencé à monter.

- Tu es partit car tu refusais de m'aimer, n'est ce pas ? demanda Chen
- Mais pas du tout, Arceus me l'a demandé mais……j'ai accepté pour m'éloigner de toi. Avoua Claire
- Pourquoi ? lui demanda Chen d'une voix grave. Tu ne m'aimes pas c'est ça.
- Ecoute Christian (prénom inventé car je ne sais pas comment s'appelle en vrai le professeur Chen) calme-toi. Tu as 15ans de plus que moi et fût un temps ou nous aimions, mais j'avais 20 ans et toi 35, tu as quitté Isshu pour te marier et reprendre le cabinet du professeur Marronnier. J'étais enceinte de toi et j'ai essayé de te contacter mais à chaque fois tu refusais de décrocher et de me répondre. Puis le communisme est arrivé et je t'ai oublié. Tu as abandonné ma fille Gabrielle et moi. Tu as gagné la partie en me faisant élever seul l'enfant. Le gagnant remporte la mise ! Le gagnant remporte tout. Tu as misé sur l'abandon donc tu gagnes l'abandon.


Sur ses mots elle monta les escaliers et laissa Chen seul. A mi-chemin entre le sommet se trouvait une immense prairie où l'herbe verdoyante et grasse attirait les Galopa et leurs enfants affamer. Puis les escaliers continuaient à monter à flan de la montagne pour arriver dans la petite cour à l'entrée de la minuscule chapelle où seules les 20 sœurs pouvaient tenir. Claire continua à monter sans se retourner. Plus d'une fois elle s'écroula dans les escaliers pour pleurer, on aurait pu remplir une piscine avec tout ce qu'elle fabriquait comme larme. Mais ce n'était pas qu'à cause de Christian Chen qu'elle pleurait mais aussi à cause des quatre jours qu'elle avait passé dans le passé, la perte de Carabaffe, les marches interminables pour accéder à une foutu montagne et les nombreuses épreuves qu'elle avait vécu durant ce dernier moi (récapitulatif : Sinnoh plongé dans le noir, Sorbier enlevé, la fille Pumokami violé, les quatre jours dans le passé et maintenant Chen) c'était en quelques sortes la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Arrivé devant l'arcade en pierre peinte à la chaux signifiant l'entré du couvent elle se retourna enfin pour regarder Christian implorant de tout son cœur.


Cela faisait dix minutes que Sorbier, Seko, Orme et les assistants poireautait dans la petite chapelle en pierre. Enfin Claire entra et quelques instants plus tard Chen la suivait. Soudain la mère suivit de deux sœurs les accueillirent chaleureusement. Elles les firent pénétrer dans l'enceinte du couvent. La bibliothèque était une salle énorme où une multitude de livres et de parchemins anciens sur les écrits saints et les innombrables mythes de l'archipel japonais s'entassaient dans de magnifiques étagères en bois sombres. D'énormes fauteuils pourpres étaient disposés ça et là pour que les sœurs qui voulaient venir lire soient assises confortablement. Une petite baie vitrée montrait la vue sur l'immense mer Safran qui séparait la côte ouest de Sinnoh à l'île Alorize à Almia. Des lampes en bronze étaient mises près des fauteuils pour la lecture. Une sœur entra et déposa sur un guéridon un plateau en argent avec dix tasses pour chaque personne assise dans cette bibliothèque. Une magnifique théière en argent elle aussi était remplie d'un délicieux thé aromatisé qui fumait encore et qui était un délice pour les papilles gustatives. La mère supérieure entama la conversation :

- Ainsi mon cher Daniel (elle parle de Sorbier) vous voulez nous suivre pour aller à Fiore n'est ce pas ?
- Non, ce n'est pas vraiment ça. Lui répondit Daniel Sorbier
- En faites, ma chère mère, Peter a contacté Sorbier pour lui dire qu'il lui donnait rendez-vous à Balnéaria sur l'île Solphiana à Oblivia. Dit Orme
- Mais le problème c'est que les ferries passant par là-bas pour rejoindre Tokyo où Johto où même Hoenn sont surveiller 24H/24. Continua Seko
- Vous voulez dire que le Saint Anne, L'Océane, le Marina et l'Aquaria sont tout le temps surveiller ! s'exclama la mère supérieur
- Il faut pas oublier le Royal Isshu ! Ne put s'empêcher de dire Claire
- Bref, les voies maritimes sont donc bloquées. Reprit la sœur principale en versant un peu de thé dans chaque tasse
- On est donc dans la merde ! s'exclama Sorbier
- Non ! Je crois que le gouvernement japonais a construit une ligne de train magnet sur le modèle de la ligne Doublon-Safra qui partait de Féli-cité et allait jusqu'à Mérouville en passant par Almia, Kanto, Johto, l'archipel Sevii, Oblivia, Fiore, les îles Oranges et enfin Hoenn. Et c'est dans l'ordre ! dit John
- !!!!!!!!!! (Surprise général)
- Ben alors, qu'est qu'on attend, direction sur Féli-cité et en vitesse ! hurla Daniel de sa voix de stentor
- Surtout que les force de Sinnoh protège la capitale donc elle n'est pas encore occupée, donc on peut partir sans crainte ! s'exclama de joie Araragi

Et tout le monde y compris les sœurs de la joie prirent le bateau pour Féli-cité mais ils ne savaient pas qu'ils marchaient droit vers leur perte. Car en effet la team Galaxy (comprenant le groupe GO-Rock, la team Rocket, les team Aqua/Magma, la team Sombre Héros, les Poké Nappers et enfin la team Galaxy unifié créant ainsi l'Union criminelle des Républiques Nippone ; idée de Pika_Shiney donc je suis pas hors la loi puisque j'ai mis son nom) avait comme projet de bombarder la ville dès le lendemain soir (la Lune étant levé il fait nuit mais comme le jour ne se lève pas sa pose problème et donc le soir commence dès que la Lune se lève car c'est la nuit complète dans tout Sinnoh, vous me suivez ?)


Féli-cité, capitale économique et politique de Sinnoh. Les magnifiques gratte-ciel, les innombrables bâtiments commerciaux, les splendides musées de l'art moderne. Bref, tous les touristes visitant l'archipel Nippon devait passer par là. Les professeurs, les sœurs de la Joie, les personnes importantes de Littorella, c'était tous rassemblée dans un petit hôtel deux étoiles dans une ruelle lumineuse. Chacun prirent une chambre et les sœurs habituée à la dureté du couvent prirent une chambre pour elle 20, dont 18 dormaient sur le sol. Tous, fatigués par les durs événements des jours précédents s'endormirent dans leurs petits lits douillets où sur les dalles froides du sol. La nuit s'annonçait agréable. Mais vers 2h00 du matin, la petite nuit tranquille qui devait se passer vira au désastre.

Sorbier fût réveille par des hurlements et des bruits de balles. Intrigué, il s'approcha de la fenêtre et ouvrit les rideaux. Là un spectacle d'horreur s'offrit à lui, la ville était en feu et des cadavres gisaient ça et là, des avions des forces de l'ordre japonaise survolaient la ville pour détruire tout avion appartenant à l'UCRN qui voulait bombarder la ville. Aussitôt, comme si mille guêpe lui avait piqué les fesses il fonça réveiller ses compatriotes et les sœurs. Après quelque temps pour réveiller Araragi, ils sortirent tous laissant les villageois se débrouiller seul. La chaleur était intense et les balles volaient de partout, de nombreux Pokémons se battaient avec acharnement à coup de griffe, de dent et autre membre du corps des animaux mystiques. Les gens couraient et hurlaient de partout. Certains tombaient en se prenant quelques balles. L'objectif du corps ennemi est de s'emparer du gouverneur de Sinnoh. Les personnes que nous suivons depuis pas mal de temps se faufiler dans les petites rues sans se faire remarquer. Car en effet si toute personne étant rechercher et se faisait prisonnier, ils étaient condamnés à mort. La gare était à quelques mètres. Les bâtiments explosaient un à un et la gare trônait, là au milieu des flammes. Personne ne surveillait ce bâtiment et ils coururent vers l'immense bâtiment de verre.

Là, de nombreux trains s'affichaient, dont le Transnippon qui partait dans une demi-heure. Heureusement les sœurs avaient réservés des places pour ce train. Soudain une voix rauque sonna dans l'interphone « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs ; suite à la fuite de fugitifs, toute ligne de chemin de fer sera coupé, si vous voulez voyager vous devez aller à une autre gare ». A ces mots, une puissante explosion se fit entendre, effectivement, l'UCRN avait fait sauter toutes les voies ferrées partant de Féli-cité et le seul moyen de prendre le TransNippon s'était de le prendre à Almia. Sachant que les trains qui étaient vide étaient tous partie, Sorbier, les sœurs et les autres devaient arriver à Almia dans trois heures avant le train. Mais comment faire ? Ils sortirent et s'assirent sur des cendres et des éclats de verres. Le gouvernement avait sauté et Sinnoh appartenait maintenant à l'UCRN, l'incendie de Féli-cité avait donc cessé. Soudain une voix résonna dans la tête de Sorbier :

-Tu as raté ton train vielle homme ? Si tu veux je peux t'aider !

Luna apparut toute souriante, elle prit sa forme Pokémon et elle commença à utiliser Téléport

-STOP ! Je dois rejoindre Alex et Cynthia ! dit Claire
- Dans ce cas ! Je vais réciter cette incantation pour t'y ramener !

Que la chose ayant voyagé
Retourne de là où elle venait
Qu'elle soit remise à sa place
A travers le temps et l'espace


- Décidemment les rimes ! ne put s'empêcher de dire Araragi avant de disparaître.



- Ah te voilà enfin on ta cherché partout ! hurla goupix à l'oreille d'Evoli
- Désolé ! soupira le Pokémon évolution


Alex et ses amis se situaient sur la partie extérieure du Mt Mistral. Lors de leur évanouissement collectif, s'était en faite une horde de Balignon qui avait utilisé leur Para Spore. Cela faisait deux jours qu'ile marchaient sur les flancs de la montagne. La tour ne se situait plus très loin. Ils continuèrent donc leur ascension. Mais les ombres avaient retrouvaient leurs traces et les attaquaient à nouveau.

- Encore ! Et l'écrivain t'en a pas marre de nous faire attaquer tout le temps !
PeterCynthia : Non, mais t'inquiète pas c'est le dernier avant longtemps
- Ah ok cool ! s'exclama Alex
- Ils ont quant enlevés la vie de Carabaffes ! soupira Gardevoir
- Oui et on va bientôt en enlevés un autre ! dit une ombre qui envoya un Vibrobscur sur Goupix qui commença à dévaler la pente rocheuse du Mont Mistral

A peine Cynthia fût tombé que Métamorph se transforma en Altaria et la rattrapa à l'aide de ses pattes. Et la ramena sur le chemin

- Qui l'aurait cru ! dit Evoli
- C'est dingue, il l'a sauvé ! Il a sauvé Goupix, la personne qu'il ne pouvait pas blairer ! s'exclama Riolu
- C'est pas pour faire les troubles faites mais les ombres sont encore là !
- Je m'en occupe ! Répétez après moi ! Dit Goupix


Aigle donne moi des ailes
Montagne donne moi l'espoir
O grands dieux du ciel
Dispersez ces ombres noirs


Un immense oiseau d'or apparut et fonça sur les ombra et brûla sur elles, toutes disparurent laissant derrière elle des cendres. L'équipe Destin fonça vers le sommet du chemin où celui-ci tournait subitement vers l'ouest. Une immense cascade apparut devant eu, le chemin l'évitait puis il arrivait au dessus de la chute par un chemin vertical de 70°. Au dessus un pont enjambait le bras d'eau. L'équipe Destin arriva au pont et un magnifique spectacle s'offrait à eu. Une immense forêt de chênes se tenait là devant eux et au dessus, une pagode trônait au dessus des arbres. Mais le vent soufflait et les feuilles mordorés et de couleurs automnales virevoltaient dans tous les sens. La tour Mistral était là devant eux, splendide, droite et fière. Alex , Claire et Cynthia eurent tous trois un pressentiment : « Seule trois humains en parfaite harmonies pourront le vaincre ; ils iront par delà les limites de l'espace-temps ! ». C'était ça ! Par delà les limites de l'espace temps. Ils le sentirent tous trois, le dénouement était proche.




A suivre....