Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 11/10/2010 à 18:44
» Dernière mise à jour le 10/06/2015 à 14:37

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[S1] Chapitre XI : Tombe le masque
_____« ... J'ai deux heures pour trouver des indices sur son identité... », songea Célia, satisfaite.


_____Elle s'approcha du sac à dos du jeune homme, l'ouvrit, et commença à fouiller à l'intérieur – n'était-ce pas elle qui avait sermonné Damon quand il s'intéressait à ses livres ? Ce qu'elle en sortit ne l'aida pas beaucoup. Des vêtements de rechange, toujours de couleur sombre, un gros ouvrage qu'elle lira peut-être après, avant qu'il ne revienne, une bouteille d'eau presque vide.

_____Elle grimaça en inspectant le fond. Caché dans une poche intérieure, une deuxième boîte de ces pilules qu'il avait prises précédemment, ainsi qu'un paquet de cigarettes sans filtre et un briquet.


_______Peuh, manquerait plus que je trouve la gourde contenant le whisky, eh... marmonna-t-elle, cependant un peu surprise.


_____Elle comprenait qu'il ait bu autant quand elle l'a récupéré. Si elle avait eu envie d'oublier, même l'espace d'un instant, les évènements tragiques dont il a dû être témoin, elle aurait fait pareil, parce que c'est une méthode qui fonctionne. Mais elle n'imaginait pas qu'il puisse avoir besoin de fumer. Elle l'imaginait plutôt comme étant quelqu'un de posé. Et ces étranges médicaments dont il ne veut pas se séparer...

_____Elle savait de quoi il s'agissait. On les utilise comme des tranquillisants un peu particuliers, qui stabilisent les régions du cerveau régissant le caractère. Pris en petite dose, environ une gélule par mois, ils limitent les sautes d'humeur trop violentes, réduisant considérablement, chez les hommes, les cas de femmes battues, par exemple.

_____Mais ils servent aussi à des fins malhonnêtes. Les Dodrio font partie des meilleurs dans les courses de Pokémon, à condition que leurs trois têtes ne se disputent pas. Pendant les Pokéathlons, de nombreux contrôles de dopage ont révélé dans l'organisme de ces oiseaux des traces trop importantes de ce produit.

_____Chez ce genre de créatures possédant plusieurs consciences, comme les Nœunœuf ou les Diamat, l'absorption trop brutale de cette substance provoque l'endormissement total de ceux qui ne l'ont pas avalé directement. Par exemple, si on donne le calmant spécial à la tête gauche d'un Doduo, la tête droite va perdre connaissance pendant au moins un mois.

_____Célia ne comprenait donc pas pourquoi le jeune homme avait besoin d'en prendre, et surtout, trois par trois. Elle avait beau réfléchir, elle ne trouvait aucun Pokémon pluri-conscients lui ressemblant physiquement.


_____« Et je doute que l'expérience de Gallame ait pu réussir si bien avec un Pokémon ayant deux ou plus de têtes... au mieux, il aurait obtenu des siamois. Au pire... la transformation aurait détruit le cobaye... », pensa-t-elle amèrement.


_____Elle fixa longuement le gros livre qu'elle avait trouvé dans les affaires de Damon. Pourquoi s'encombrer d'un tel pavé ? Elle se releva, le prit et le posa lourdement sur le matelas. Il était bien trop lourd pour qu'elle veuille se donner la peine de débarrasser la table pour le lire assise à son bureau.

_____Regardant son réveil pour savoir le temps qu'il lui restait avant le retour de son colocataire temporaire, elle entreprit de le feuilleter un peu, histoire de comprendre ce que gros recueil de légendes a de si différent pour qu'il vaille la peine de le transporter sur son dos.



_____Ayant repris forme humaine, Damon était allongé dans l'herbe sèche, torse nu, seul, humant l'air avec nonchalance, une douce et agréable sensation de chaleur au niveau du ventre.

_____Tout autour de lui semblait irréel, défilant au ralenti. Les nuages prenaient des couleurs et des formes étranges, le vent paraissait s'attarder dans ses cheveux. Ses sens étaient brouillés, alors il restait là, immobile, un peu absent, appréciant pleinement l'instant, comme s'il avait pris une puissante drogue.

_____Il savait en avoir trop fait, qu'il s'était précipité à l'aveuglette, mais tant pis, le mal était fait. Après plus d'un demi-siècle d'abstinence, il avait oublié à quel point se sustenter ainsi était grisant. Même si au départ, la simple idée de se remettre à chasser le répugnait au plus haut point, maintenant qu'il en avait terminé, le soulagement était immense.

_____Il aurait bien pu se contenter d'une petite proie, mais il s'était laissé emporter. Puis il finit par se dire qu'il n'avait rien à regretter. La nature est faite ainsi, et les Étourmi n'ont pas autant d'état d'âme en avalant un Chenipotte. S'attaquer à un Haydaim tant que cela lui suffisait était bien mieux que d'attendre en espérant que ça se calme. Il aurait fini par ne plus répondre de rien et causer une catastrophe, et pas des moindres.

_____Il soupira, se persuadant lui-même qu'il avait bien fait d'agir tout de suite. Qui sait, s'il avait renoncé, à cette heure-ci, il aurait très bien pu s'en prendre à Célia. Cette simple idée le fit frissonner. Il ne pouvait pas avoir faim au point de... de... Il secoua la tête afin de faire disparaître cette vision affreuse. Pourtant, avant de fermer la porte de la maison, il se serait bien vu effleurer sa gorge... y enfoncer les ongles...


_____« N'importe quoi, faut que j'arrête d'envisager des choses pareilles », finit-il par se dire.


_____Il tourna doucement la tête, regardant dans la direction où il avait laissé les restes du cerf.


_____« Je ferais mieux de penser à enterrer ses ossements. »


_____Sur le moment, il était trop groggy pour s'en préoccuper. Mais il devait rester discret, et cette erreur d'attention pouvait lui coûter cher. Il fixa un instant le ciel. Le soleil déclinait peu à peu. Il devait être environ deux heures de l'après-midi. Le temps de retourner chez la demoiselle, il s'écoulerait sans doute une demi-heure.

_____Le jeune homme se releva, titubant légèrement, migraineux. Trop de viande crue n'a pas que des effets plaisants. Surtout quand on n'en a plus mangé pendant longtemps. Il se dirigea donc lentement vers le vieux chêne, tout en enfilant sa chemise, sans prendre la peine de la boutonner.



_______Aaah, c'est écœurant... geignit Rosélia, livide. On s'en va, viens.


_____Elle dut enlacer l'une des pattes avant de Raichu avec la liane cachée dans sa fleur bleue pour le contraindre à la suivre. Mais il avançait au radar, la bouche entrouverte, le regard fixe, choqué. Si ça se trouve, les Ursaring qui les avaient attaqués sont responsables de ce... festin sanglant...

_____Elle déglutit. Heureusement pour elle, elle n'était pas plus consistante qu'une salade verte. Et Raichu... il possède plus de gras que de chair, à première vue. Sa liane se tendit brusquement, la déséquilibrant. Elle tomba vers l'arrière. Elle se redressa et se retourna, constatant que ce dernier s'était écroulé, son poids bloquant son appendice végétal.


_______Oh non, c'est pas le moment de perdre connaissance ! Ressaisis-toi, je ne vais tout de même pas te traîner !


_____Elle tira de toutes ses forces, en vain. Elle était bloquée. Elle se rapprocha de lui et utilisa Fouet Lianes, avec celle qui est dissimulée dans sa fleur rouge. Aucun effet.


_______Ah, et combien de temps compte-t-il roupiller comme ça, hein ? Oh ! debout !... Quelqu'un pourrait m'aider ? Hé ho, y a quelqu'un ?


_____Elle se tut, réalisant que ce n'était pas une bonne idée d'appeler à l'aide. Elle et la souris venaient à peine de récupérer leurs affaires, et ce n'était pas le moment de se les faire revoler. Sans compter que les agresseurs auraient peut-être besoin d'un digestif...


_______Quelqu'un a appelé ?


_____L'adolescente entendit le bruit d'une porte qui s'ouvre. Elle n'osa plus faire un seul geste. Peu de temps après, une ombre se dessina à ses pieds, elle leva timidement la tête. Devant elle se tenait un grand et svelte Pokémon, d'apparence féminine dès le premier coup d'œil, bien qu'elle n'en soit pas sûre.

_____Il était drapé dans une grande robe blanche, fermée à la poitrine par ce qui ressemble à un gilet vert clair, transpercé d'une corne rouge coquelicot. Son visage aussi blanc que l'albâtre était un peu caché par la mèche en pointe de ses cheveux, de couleur pomme, passant derrière ses oreilles à trois branches, pour finir par former comme deux croissants de lune.


_______Tu me sembles dans une bien mauvaise posture... susurra-t-elle – Rosélia eut la confirmation qu'il s'agissait bien d'une femelle en entendant sa voix –, semblant amusée par le spectacle qu'offrait une pauvre créature d'herbe piégée stupidement par le poids d'une souris trois fois plus grande qu'elle.

_______Au lieu de sourire bêtement, tire-moi de là, euh...

_______... Gardevoir, dit l'inconnue, reprenant un air on ne peut plus sérieux, en la dévisageant de ses yeux rougeoyants. Et je ne souriais que pour paraître aimable, inutile de réagir ainsi.


_____Grâce à une attaque Psyko parfaitement maîtrisée, Raichu fut soulevé aussi facilement qu'une plume. La jeune fille en profita pour dégager sa liane endolorie.


_______Vous feriez mieux de venir chez moi vous reposer. Il y a des auras pas très avenantes dans le coin, ajouta ensuite Gardevoir.

_______Mais c'est que j'habite au premier, et j'aimerais rentrer chez moi... Vous n'avez qu'à ramener seulement l'autre, proposa la plante en montrant le Pokémon Électrique.

_______C'est comme tu voudras, répondit la nymphe. Mais ce ne serait pas de chance de tomber sur les types qui sont passés en courant devant chez moi tout à l'heure. L'un d'eux est blessé, mais il en reste quatre valides, et solidement bâtis, en plus. Ça ne me gêne pas de vous offrir le gîte en attendant qu'ils quittent les lieux. Ils ne vont pas tarder, ne t'en fais pas.

_______... Bon, d'accord, je viens. Mais pas longtemps, hein, je ne vous connais pas.

_______C'est parce que tu n'es pas souvent malade.

_______Comment ?

_______Tu comprendras chez moi... Pourquoi tu me regardes comme ça ? Eh, je pense que tu as mal interprété ce que je veux dire. Ce n'est pas parce que tu ne m'as jamais connue et que tu n'as jamais été malade que maintenant que tu me connais je vais t'intoxiquer...



_______Bon, voilà, c'est chez moi. Je sais que c'est petit, mais bon, je suis seule, en général. Installe-toi sur le bord du matelas. Je vais poser Raichu dessus.


_____Celui-ci atterrit en douceur sur ledit matelas. Rosélia remarqua bien vite que c'était la seule surface dégagée dans l'océan du fatras de papier encombrant les lieux.


_______Vous m'aviez dit que je comprendrais quelque chose en venant chez vous, mais je ne vois rien de plus qu'un fourbi pas possible.

_______Tss tss tss, Rosélia, tes parents savent parfaitement qui je suis. La plupart des habitants du Donjon me connaissent eux aussi. Même si tu n'es jamais venue me voir, ça m'étonne que tu n'ais jamais entendu parler de moi. Et dire que je croyais ma renommée faite... plaisanta Gardevoir en s'asseyant sur une chaise.

_______Ce que vous dites ne m'avance pas, tout ce que je sais maintenant, c'est que vous connaissez mon espèce et celle de l'autre qui pionce, répliqua la Pokémon Plante.

_______Peuh, mauvaise langue, va. Je suis le médecin du coin, si tu veux tout savoir. Voilà, c'est dit, je ne suis pas une terrible psychopathe enlevant les jeunes filles pour les empoisonner.

_______Sauf s'il te prend l'envie folle de leur faire goûter ta cuisine, fit une voix. À qui tu parles ?


_____La fleur eut un haut-le-corps. Dans l'encadrement de la porte ouverte venait d'apparaître un jeune homme. L'épaule appuyée contre un rebord, il était plutôt grand, et bien frêle par rapport à ceux qu'elle avait pu voir de temps en temps aux abords de la forêt. Son teint pâle contrastait fortement avec ses vêtements noirs, lui donnant une allure fantomatique. Sans compter ses cheveux ivoire, assez longs et indisciplinés.

_____Mais il avait un de ses regards qui ne s'oublient pas. Son seul œil visible, le gauche, d'un bleu ciel pénétrant, réussissait à illuminer son visage fermé à lui seul. Et la mélancolie qui s'en dégageait le rendait fascinant à observer.


_______... Peux-tu m'expliquer où je vais poser les pieds pour entrer, maintenant ? ricana-t-il.

_______Que... qu'est-ce qu'un humain fabrique ici ? bafouilla la rose.

_______Un humain ?... Oh, non, en fait, il s'agit d'un...


_____Elle s'interrompit en constatant la mine sérieuse et agacée de Damon.


_______... d'un type un peu bizarre qui aurait aimé être un Pokémon. Et qui nous comprend, je tiens à l'ajouter. Il est de notre côté, je précise.


_____« Un type un peu bizarre... », se répéta intérieurement le garçon, ne sachant que penser de cette allusion plus ou moins subtile.


_______Ah, alors ça explique ce que font ces vêtements là-bas, dit Rosélia en montrant le tas de linge. Je croyais au départ qu'ils servaient de chiffons...


_____La créature psychique lança un regard noir à l'humain, tendit qu'il pouffait le plus discrètement possible. S'il y a bien une chose à ne pas faire, c'est critiquer la garde-robe de la demoiselle. Et voilà qu'on reléguait toutes ses tenues au rang de torchons.


_______... mais en fin de compte, ce sont les vôtres. Ben oui, si un humain loge ici, c'est logique.


_____Ce fut au tour de Gardevoir de rire en silence, tandis que de son côté, le jeune homme s'était figé brusquement, muet, interloqué. Il faut dire que les habits de cette dernière sont essentiellement des robes. Même s'il n'avait pas la notion de pudeur physique, il savait très bien faire la différence entre ce qui définit les deux sexes du point de vue vestimentaire.


_______Hum hum... toussota-t-il. J'attends toujours le moyen d'entrer.


_____La Pokémon Psy, usant de télékinésie, écarta doucement les piles de livres, pour former un étroit passage jusqu'à la couche.


_______Le tapis rouge de Monsieur – le trav' – est avancé. S'il veut bien se permettre d'emprunter cette modeste voie... minauda-t-elle d'un ton faussement solennel.


_____Or, elle remarqua bien vite que "Monsieur" appréhendait cette espèce de sentier tortueux entre divers tas de papiers. Elle finit par s'y engouffrer pour le rejoindre, le saisir par le bras et l'attirer vers l'extérieur. Elle s'adressa à Rosélia :


_______J'ai deux ou trois choses à lui dire, je reviens tout de suite.


_____Claquant la porte, l'emmenant dans l'angle mort de la fenêtre, elle se planta devant lui, la mine grave, levant la tête afin de le fixer droit dans les yeux. Il ne comprit pas assez vite que, dans son intérêt, il aurait dû esquiver ses prunelles vigilantes.


_______Tes pupilles sont complètement dilatées, siffla-t-elle. Qu'est-ce que tu es allé faire pendant deux heures ? Après l'alcool, les cigarettes et les tranquillisants, tu vas te mettre à quoi ? La cocaïne ? L'ecstasy ?

_______Je ne suis pas drogué, riposta-t-il. Et cette histoire de cigarettes... comment as-tu su ? Tu n'aurais pas fouillé dans...

_______Là n'est pas la question, coupa-t-elle. Je ne te connais que depuis quelques heures, d'accord. Je me mêle de ce qui ne me regarde pas, d'accord. Mais je ne veux pas de ça sous mon toit.

_______Je te jure que je ne prends pas de stupéfiants.


_____Elle porta la main à son nez, caché sous sa longue frange triangulaire.


_______... Ton haleine... elle empeste la chair crue...


_____Le sang de Damon se glaça.


_______Je comprends maintenant pourquoi tu avais envie de sortir, tu ne peux pas te contenter d'une purée de pommes de terre, ce n'est donc pas la drogue qui te met dans cet état, mais la satiété...

_______Évite de pousser plus loin ta réflexion.

_______Et ta peau pâle me laisse entendre que tu ne t'exposes pas beaucoup aux rayons du soleil, ou que tu ne bronzes pas facilement.

_______Aller au fond des choses n'est pas toujours une bonne idée, je t'en prie...

_______Mais bien sûr, maintenant que j'ai tous ces éléments, cela se recoupe parfaitement avec l'hypothèse que j'avais faite à partir de ton physique ! Je crois que je viens de mettre à jour ton identité... souffla Gardevoir.

_______Mmmh... gémit le jeune homme, résigné.

_______... Tu ne serais pas un Oniglali par hasard ?


_____Il mit un très long temps à répondre, les yeux exorbités, désemparé face à cette réponse inattendue.


_______Ben oui, tu as les yeux bleus, les cheveux blancs comme la neige, tu ne sembles pas aimer t'exposer à la chaleur de la journée, et tu manges de la viande. Mais tu n'as pas dû la congeler correctement, d'où tes troubles. Logique imparable, non ?


_____Il soupira. La comédie pouvait encore durer, en fin de compte. Il s'assit lourdement et leva la tête vers la nymphe. Un demi-sourire étira ses lèvres quand il répondit :


_______Je suis découvert.

_______Hi hi, j'étais sûre de mon coup ! rit-elle. Seulement, je ne vois pas pourquoi tu ne voulais pas me le dire, alors !

_______... J'ai un passé un peu houleux, lui intima-t-il.

_______Mais tu as aussi sauvé des vies, dont la mienne. Il n'est jamais trop tard pour se repentir. Allez, je vais t'aider à rentrer chez moi. Ça te dit un baptême de l'air ?

_______Non !


_____Trop tard. Un frisson étrange venait de parcourir son corps tout entier. La lueur bleutée qui avait commencé à l'entourer se dissipa dans un claquement sec, un peu comme une vitre qui se brise. La créature psychique se tint là, stupéfaite. La lueur azur dans ses yeux se volatilisa en même temps que sa bonne humeur.


_______... J'avais préféré mettre de côté cette autre théorie, car j'espérais qu'elle soit fausse, mais...


_____Le garçon baissa les paupières. Le loup sous lequel il avait dissimulé son vrai visage venait de se fissurer.


_______... cette attaque Psy contrée naturellement par ton organisme... révèle ton type opposé au mien. Ce simple détail change la donne du tout au tout.


_____Il sentit son regard se poser sur lui. Mélange de haine et de peur. Le dernier sentiment paraissait l'emporter, car c'est en reculant doucement, la respiration saccadée, qu'elle ajouta d'une voix tremblante :


_______Ai-je tort, Darkrai ?


_____L'intéressé se remit debout. Il se mit à luire faiblement, l'air tiédit, il y eut comme des particules argentées fuyant vers le lointain – les éclats du masque qu'elle lui avait arraché. Il retira ses vêtements, à présent superflus, tandis que l'intrigue mise en place autour de son personnage s'écroulait. Son œil lapis croisa les rubis de la demoiselle. N'y voyant plus que la frayeur, il songea tristement :


_____« Quoi que je fasse, chaque scène de ma vie tourne au tragique. Rideau. »