Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Entre deux époques de PeterCynthia



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : PeterCynthia - Voir le profil
» Créé le 22/09/2010 à 21:43
» Dernière mise à jour le 13/12/2010 à 20:34

» Mots-clés :   Action   Aventure   Présence de poké-humains   Sinnoh

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
14: Fugitifs [3/3]
Donc maintenant il nous reste la mission d'Araragi à voir enfin à lire si vous préférez et je vous en supplie laissez des commentaires ! Revenons à nos Wattouat.



Araragi se tenait droite et fière sur le toit du bâtiment, elle attendait avec impatience le signal d'Orme pour qu'elle puisse enfin se défouler sur les pauvres sbires Galaxie qui avait été lobotomisé. Mais bon restons sérieux. Soudain le doux cri du Chaffreux retentit. La femme qui commençait à s'endormir sursauta et fut à nouveau au taquet. Elle fit une petite bise à Sorbier avant de sauter rapidement du toit en interpellant les assistants :

- Allez les jeunes sautez ! Le temps nous est compté !

Après ces mots les assistants la suivirent et ils enjambèrent la fameuse clôture délimitant le parc du professeur de Sinnoh. Ils traversèrent le champ de fleur derrière le Labo avant de courir comme des malades dans les près de fleurs qui somnolaient en attendant le retour de l'astre solaire (qui n'apparaitra plus jamais). On aurait dit des réfugies juifs poursuivies par la gestapo. Le disque lunaire commençait peu à peu sa course vers le jour. Araragi s'arrêta pour admirer le magnifique spectacle qui s'offrait à ses yeux. Sous l'effet de la lumière blafarde, les plantes se réveillèrent petit à petit pour laisser apparaître leurs magnifiques pétales colorés. Les Mucioles et les Lumivoles commençaient à danser sous le rythme des rayons lunaires. Mais un assistant nommé John la tira de ses rêveries et l'entraîna vers la ferme Meuhmeuh du village, ce qui signifiait l'entrée de la bourgade. Deux cents mètres séparaient la petite troupe de la ferme. Mais les Ecremeuh qui étaient devenu folle à cause de la disparition de lumière chargeaient sur tout ce qui bougeait. Il fallait donc que notre charmante rousse ne se fasse pas voir par les vaches enragées. Les assistants avaient traversé le champ à toute vitesse et donc n'avait rien eu sauf un qui était partie vers d'autre cieux et qui avait atterris dans le réservoir de bouse. Elle réfléchissait donc a un moyen de passer les stupides créatures sans y laisser sa vie. Elle enjamba la clôture électrique et avança discrètement en rampant entre les bouses et les fleurs. Les Ecremeuh qui broutaient ne la remarquèrent et elle put avancer en toute sécurité vers la bourgade.

- Ah enfin ! Ces vaches c'est vraiment des malades ! dit-elle
- Nous sommes désolé professeur mais c'est le seul chemin que les sbires ne surveillent pas.
- Ouais c'est ce qu'on dit mais à cause de ça mon magnifique tailleur scientifique de chez Dior est complètement bousillé ! hurla Araragi
- Excusez nous ! Dire les assistants en cœur
- Je vous pardonne pour cette fois.


Après sa, la petite troupe s'avança sur les routes en direction de Littorella centre. Le quartier pavillonnaire se trouvait à quelques kilomètres et Wooguru allait s'envoler dans 3 heures, bref ils avaient largement le temps de faire évacuer toute la ville. Ils arrivèrent dans le centre du village avec ces petits immeubles de quatre étages et ces pittoresques petits parcs. Eh ! Non, le centre était tout à fait moderne ne laissant paraître aucune trace de végétation, certes il y avait des immeubles mais ils étaient moches comme des culs. Ils étaient en béton antisismique. Au moins il ne vibrait presque jamais. Soudain, la jeune femme fonça sur une boutique. La nouvelle collection JCDC se présentait derrière la vitrine et Araragi qui devait être fasciné avait les pupilles qui se dilataient.

- Euh professeur ? Vous allaient bien ? demanda John
- Gue !? Exprima Araragi
- A non elle va pas bien. Insinua un des assistants
- T'es perspicace dis donc ! Coupa John
- Bon chope lui le bras, et emmène la vers la place-centrale

Un jeune assistant saisie le professeur et l'emmena pendant que les autres assistants les suivaient. Ils arrivèrent près de la fontaine centrale qui représentait 4 Carapuce utilisant pistolet à O, John aspergea Araragi qui reprit aussitôt ses esprits.

- Eah ! Je me sens mal ! J'ai la tête qui tourne
- D'autre c'est l'alcool et vous c'est les vitrines des boutiques JCDC chacun son truc !
- O toi ! Ta G***** (les étoiles sont le reste du mot qui ont été censuré)

John se fit défoncer par Araragi et continua son chemin en boudant et ronchonnant. Les habitants avaient rendez-vous avec le groupe de professeur dans le parc Eoliennes qui se situait tout près du centre. Le groupe marchait tranquillement en regardant les mères aux foyers ayant une haute crise d'angoisse qui faisaient le comptage des membres de sa famille toute les minutes qui passaient. Ils pouvaient voir aussi des personnes entourées de pancartes hurlant que c'était la fin du monde et qu'il fallait se repentir, juste pour que les mères stressent encore plus devant ses annonces morbides. Araragi était toute souriante et tous les maris des mères stressées essayaient de la courtiser, bien évidement elle les envoyait promener (c'est pour ne pas dire qu'elle les envoyait se faire foutre mais si je disais sa, ça pourrait choquer certains lecteur donc je dis pas). Une estrade était dressé et surplombait l'assemblé, de là Araragi fit l'appel pour savoir si tout le monde était là avant d'évacuer.
Elle monta les marches et s'arrêta trente secondes, hésitante :

- Professeur vous allez bien ?
- J'ai des bouffés de chaleur je ne comprends pas trop
- Vous êtes sur que vous n'avez pas besoin qu'on vous remplace ?
- Non ! Non ! Ca va aller.

Soudain une voix résonna dans la tête d'Araragi :

Quand le moment
Sera venu
Tu le sentiras


Elle avait un regard interrogateur mais continua son chemin vers l'estrade. Elle s'approcha du pupitre et commença à faire l'appel. Elle appela toutes les personnes qui avaient un nom de famille en –a et ainsi de suite jusqu'à arrivé au P :

- Pokirasu ?
- Présent ! La voix du meneur de la famille résonna dans le jardin
- Pumokami ?
- ………
- Euh je répète PUMOKAMI ??
-…….
- C'est vrai ça je les ai pas vus sortir de chez eux pourtant on est voisin
- Arg ! Etat d'urgence ! Achtung ! Achtung ! hurla le professeur. Toi, toi et toi !
- Moi ?
- Oui toi tu viens avec moi on va chez ses Pumokami

Elle se précipita hors du par cet fonça vers la grande rue. Les Pumokami habitaient juste à coté et c'était anormal qu'il ne soit pas là. La maison se situait entre deux grands immeubles et était assez grande. M. Pumokami était très riche, il était directeur de Féli_ TV. Ils entrèrent dans la vaste demeure. Dans l'entée, d'immenses colonnes de marbre soutenaient le haut plafond. De magnifique boiserie entourait le mur crème et de nombreux tableaux pendaient au mur. Un éblouissant lustre de cristal était accroché et reflétait la douce lumière qui émanait de celui-ci.
Soudain un son grave sortit du salon, les scientifiques (Araragi et 3 assistants pour ceux qui n'avaient pas suivit) entrèrent dans la salle et là un horrible spectacle s'offrit à leurs yeux. Les membres de la famille Pumokami étaient tous ligotés par quatre sbires qui se trouvaient ici-même. Une des filles du directeur de féli_TV était mise en évidence, son corps était recouvert de sang et de nombreuses entailles le parcouraient. Araragi ne pût s'empêcher d'hurler ce qui alerta les sbires qui foncèrent sur celle-ci

- STOP !! On règle ça à la loyale ! dit elle
- Si vous voulez. Dit un sbire. Mais on va vous niquer !
- PARDON !!!! ne pût s'empêcher de lâcher Araragi
- Ca te dérange que je dise niquer ?
- Non, non, non pas du tout ! Continuez faites comme si je n'étais pas là !
- Bon allez combat !
- C'est partit ! dit-elle joyeuse. Mentali GO !!!!
- Coatox GO !!!

Que le combat commence :

Mentali commença par une attaque rafale psy que le crapaud évita avant de la frapper avec un direct toxik.
Mentali réplique avec un Psyko qui frappe Coatox de plein fouet.
Celui-ci renvoi un mach punch que Mentali evite de justesse.
Mentali utilise Plénitude.
Coatox utlise toxik, Mentali souffre du poison et commence à faiblir, sa peau mauve prit une couleur jambon de parme moisie qui pourrissait au fur et à mesure des tours
Mentali qui commence à mourire utilise Psyko comme dernière ressource, Coatox se prend un pieu qui le transperce, celui-ci est à terre en train d'agoniser (le pieu c'est Mentali qui lui a lancé grâce à Psyko)

Combat terminé !

- Mon pokémon ! Espèce de Salope !
- On ne dit pas salope mais espèce de bougresse !
- J'en ai rien à foutre, de toutes manières c'est moi qui gagne !

Le sbire sorti un pistolet qu'il chargea droit sur Araragi. Il chargea et……..
- Yaaaaaaaahh !
Le sbire se prit un énorme coup de pied du professeur Chen, tandis que les autres se firent tabassés par Sorbier qui faisait des prises de catch sur ces pauvres petits sbires
- Chen ! Sorbier ! Quelle joie de vous voir ! Dit Araragi
- Oh mais ce n'est rien, les villageois nous on dit ou vous étiez alors on vous a rejoins. Dit Sorbier.
- Les assistants n'auront pas la peine de vous le dire. Soupira Araragi
- De quoi ?! dirent les deux professeurs en chœur
- Mon départ ! dit elle
- ????? (Surprise général)
- Je sais pas comment dire mais je sens qu'il faut que j'y aille !
- Ou ça ? dirent tous les hommes en chœur

Sans dire un mot, Araragi s'approcha du mur et sortit une craie de sa poche, elle commença à dessiner sur le mur un immense symbole, au grand étonnement de l'assistance.

- Mais que fais-tu ? demanda Chen

Elle continua son symbole sans dire un mot.

- C'est un symbole magique que la plus part des personnes utilisant la magie connaissent, les sorcières ont un tatouage de ce signes sur elle. Je ne sais pas comment il s'appelle mais il possède une grande puissance magique.
- On se croirait dans Charmed, une série que je regardais quand j'étais petit ! dit John
- C'est à peu près ça ! dit Araragi

Elle sortit un bout de papier de sa poche et récita une incantation :

Entendez ma voix
Esprit de l'au-delà
Ecoutez mes chants et mes rimes
Et ramenez moi au temps de l'ultime crime

Une voix retentit, sa devait surement être celle d'Arceus :

Tu as reçus mon appel
Je te laisse donc l'accès à ce portail

Le symbole qu'Araragi avait dessiné s'illumina et elle commença à y entrer mais Chen la retenue :

- Attends ne part pas ! dit-il hésitant
- Je suis désolé Chen mais Arceus me demande de l'aide et je dois y aller ! Adieu !


Araragi entra dans le portail temporel en laissant là Chen et tous les autres la regardé partir

- Mais je t'aime ! chuchota Chen en retenant son sanglot


A suivre…………