Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 13/09/2010 à 19:09
» Dernière mise à jour le 10/06/2015 à 13:32

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[S1] Chapitre VII : Le Diable en personne [2/2]
_____Une détonation se fit entendre, mais préparé à esquiver, Damon se jeta à terre. Joëlle porta sa main à la bouche, horrifiée. Se tenant le bras gauche, à moitié brûlé, maculé de son sang, le pseudo humain n'avait pas entièrement évité l'attaque, car il s'attendait à une balle toute simple. L'écorce de l'arbre derrière lui était complètement carbonisée. Il se releva péniblement, les paupières closes, crispées.


_______... Tu crois vraiment que je vais prendre des pincettes avec toi ? Bien joué l'esquive, toutefois, reconnut-elle. Mais vu l'état de ton bras, cette petite galipette n'a pas suffi.


_____Miranda s'avança d'un pas lent, ce qui aurait laissé tout le temps à sa cible de fuir. Mais elle resta paralysée par la douleur.


_____« ... Je ne peux... plus bouger... », songea celle-ci, rudement affaiblie.


_____La jeune femme attrapa son cou dans sa main puis le plaqua violemment contre le tronc calciné. Elle avait la force d'une femme qui travaille dans les champs. Il se préparait à lui décocher une droite quand quelque chose lui mordit férocement le poignet. Le Granbull d'un des Aubiais, évidemment. Un Mastouffe venait de réserver le même sort à son poignet gauche.

_____Cette fois, le pauvre jeune homme ne put s'empêcher de pousser un bref cri de douleur. Ce fut suffisant pour que l'humaine lui enfonce le canon de son fusil dans la bouche. Elle marmonna :


_______En général, les mauvais esprits, on les brûle. Malheureusement, tu as esquivé ma dernière balle incendiaire. Celles qui me restent n'ont pas d'effets particuliers...


_____Elle resserra son étreinte autour du cou de Damon qui commença à suffoquer.


_______... si ce n'est faire de gros trous, finit-elle.

_______... Tu... ne m'intimides... en rien... réussit-il à articuler.

_______Vraiment ? ricana-t-elle. Ce doit être frustrant pour un Pokémon, Légendaire de surcroît, d'être soumis à une simple petite humaine comme moi, hum ?

_______Une... petite humaine qui... ne doit sa victoire... qu'à des sbires... riposta-t-il en désignant du regard les deux créatures mâchonnant ses bras.

_______Pff, je me fous de ton avis, grogna-t-elle.

_______Je t'attendrai... en enfer... pour te l'exposer, ironisa-t-il.

_______Salaud.


_____La demoiselle chargea son tir, tandis que la foule derrière elle, impatiente, retenait son souffle. La pluie désormais tombait franchement, Joëlle était complètement trempée. Mais elle n'y prêta pas attention. Elle était décidée à aller lui porter secours. Mais comment ? Le dénouement tragique semblait inéluctable. Soudain, elle eut une idée. Elle sortit une Poké Ball de la poche de son tablier, et elle se précipita vers les habitants qui, s'apercevant de sa présence, se ruèrent sur elle pour la retenir.


_______Leveinard, go ! cria-t-elle en lançant la petite balle rouge et blanche.


_____Elle s'ouvrit en plein vol, et sa Pokémon fétiche, rose et de la même forme que l'œuf qu'elle porte dans une poche sur le ventre, apparue dans une lumière rougeoyante.


_______Qu'est-ce que c'est, qu'est-ce qui se passe ? Joëlle, comment es-tu sortie de chez moi ? s'exclama Miranda, surprise, alors qu'elle allait appuyer sur la détente.


_____« __Mais qu'est-ce qu'elle fabrique ? Sauve-toi ! » hurla mentalement le blessé.


_______Leveinard, attaque Berceuse ! lâcha sa dresseuse.


_____Son alliée s'exécuta immédiatement, et entonna un doux chant hypnotique, dont les notes se matérialisèrent sous forme de grosses bulles opaques et luisantes, de toutes les couleurs. Presque aussitôt, les Hommes s'écroulèrent au sol, endormis, la plupart à côté de leurs Pokémon.

_____En voyant cela, la jeune femme qui retenait prisonnier Damon tenta de le tuer avant de succomber à son tour, mais trop tard. Elle chuta vers l'arrière, sa main glissant doucement le long de son arme qu'elle n'avait plus la force de tenir.

_____Ce fut au tour de Granbull et de Mastouffe de flancher, relâchant les poignets du Pokémon ombre qui soupira de soulagement en recrachant le canon du fusil.


_______Bravo... fit-il d'une voix faible, à l'intention de l'infirmière, mais aussi de Leveinard, quand il constata que tous dormaient.

_____Elle lui rendit un sourire, qu'il entrevit avant que tous deux ne sombrent eux aussi dans l'inconscience, subissant comme les autres les effets de Berceuse.

_____Mais c'était sans compter sur le Pokémon en forme d'œuf.


_______Réveille-toi ! Mais réveille-toi je te dis ! Hé ho !... Eh ben ça, pour pioncer, elle pionce, celle-là, hein ! Allez, debout, Joëlle, réveille-toi pour m'aider à secouer l'autre, il est dans les vapes !

_____Joëlle ouvrit les yeux, pour découvrir Leveinard s'agitant devant elle en répétant son propre nom, comme elle ne pouvait décoder ses paroles. Elle se releva, découvrant qu'elle était la première éveillée. Sa Pokémon tira sur sa robe en lui montrant une masse allongée plus loin, sur Miranda qui ne semblait pas vraiment gênée, puisqu'elle était profondément endormie.


_______Damon !... Leveinard, attaque Réveil Forcé !

_______Je ne suis pas convaincue... marmonna celle-ci, bien que sa dresseuse fut incapable de comprendre.


_____Elle obéit tout de même. À peine eut-elle le temps de le gifler une fois qu'elle fut propulsée une bonne dizaine de mètres plus loin par un coup de talon d'une rare violence. Malheureusement, les Leveinard ayant une Défense en carton, même une attaque humaine l'étourdit fortement.


_______... Pardonne-moi, j'ai cru qu'on m'agressait, s'excusa le jeune homme en se redressant, chancelant un peu, puis manifestant clairement son écœurement par un geignement dégoûté, en constatant qu'il avait dormi sur Miranda.

_______Beuh, pas grave... marmonna sa pauvre victime avant d'être absorbée par la Poké Ball qu'avait enclenchée l'infirmière.


_____Celle-ci se jeta dans les bras de Damon qui faillit retomber au sol. Mais il ne rouspéta pas. À vrai dire, si elle n'avait pas pris les devants, c'est lui qui serait venu la prendre contre lui – avec plus de douceur quand même.


_______Tu m'as fait si peur ! sanglota-t-elle.

_______Et toi donc, répondit-il simplement.

_______Tu vas bien, Miranda ne t'a rien fait d'autre ? demanda-t-elle en l'inspectant sous toutes les coutures.

_______Non, rien d'autre, mis à part que maintenant, j'ai l'affreux goût acerbe du métal dans la bouche. Sans compter le reste de poudre de la capsule incendiaire, beuh... gémit-il.

_______... Tu parles du goût de l'acier alors qu'un peu plus elle allait te faire exploser le crâne ? s'exclama Joëlle, un peu décontenancée par le calme de son ami. Bon, je vais soigner ton bras, tes poignets, finir de m'occuper de cette Gardevoir, et on part tous les deux très vite. Tu n'y vois plus d'inconvénients, maintenant, hum ?

_______... Non, plus vraiment. Je crois même que c'est une nécessité, reconnut-il en posant ses mains sur les hanches de la demoiselle, masquant son inquiétude.

_______Ah, Monsieur ne rechigne plus le contact, alors il va neiger sur le Cratère Obscur, ricana-t-elle.

_______Très amusant, soupira-t-il, son regard s'assombrissant légèrement pourtant, comme toujours lorsque quelqu'un mentionne le nom de ce lieu.



___... Joëlle, je pensais pouvoir te raisonner. Mais voilà que tu nous trahis tous, pour le protéger. Et à présent, tu le soignes, nous mettant en péril. Je pense que plus rien ne pourra te sauver. Mais ce n'est pas de ta faute, je le sais. Je suis ton amie d'enfance, nul ne te connaît mieux que moi. Et en tant que telle...

_Miranda chargea son tir et visa, cachée derrière la porte de la chambre d'hôpital qu'occupaient ses opposants, ne craignant pas d'être découverte, ceux-ci lui tournant le dos. Les larmes qu'elle déversait ne l'empêchaient pas d'avoir dans sa ligne de mire une cible immobile.

___... j'estime que ta mort ne sera que soulagement pour ton âme déjà défunte.



_____De la haine. C'était tout ce qu'il ressentait envers elle. Une haine profonde, une rage sourde qui ne tarderait pas à se faire entendre. Elle l'a tuée. Ce n'est même pas lui qu'elle a visé. Elle lui a directement tiré dessus. Au nom de quoi ? Au nom de quoi a-t-elle pris la liberté de décider de la vie ou de la mort de quelqu'un ?

_____Il baissa les paupières de ces yeux dont la lueur s'était éteinte définitivement. Ce n'étaient plus là que des corindons sans éclat, sans valeur. Sans plus de vie que le corps inerte de la seule femme qu'il n'ait jamais aimée. De la seule humaine ayant réussi à obtenir sa confiance, son estime, son amour... son enfant. Et peut-être même l'abandon de ses projets en solitaire. Au nom de quoi lui avait-on arraché ce bonheur naissant ?

_____Il posa sur le lit de la pièce ce cadavre qu'il n'avait jusque-là cessé d'étreindre. Alors seulement il remarqua l'arme sur sa tempe.


_______Ne vas pas me faire croire que tu as de la peine, Darkrai. Tout est de ta faute. C'était ma meilleure amie, c'est toi qui l'a tuée avant moi, dit Miranda, la voix un peu tremblante.


_____Quand soudain il se mit à luire, elle ferma les yeux et tira. Quand elle les rouvrit, ils s'écarquillèrent. Il était toujours en vie. La balle s'était logée dans le plafond, la lampe se balançait encore. Il avait tordu le canon du fusil d'une seule puissante main, noire comme le charbon. Celle de son bras blessé, de surcroît. L'acier formait à présent un angle droit.

_____Désarmée, la jeune femme recula prudemment, ne quittant pas du regard cet être spectral qui s'approcha d'elle à la même vitesse que ses pas, ses vêtements à présent inutiles jetés au sol, tout en gardant la tête basse, l'empêchant de voir son visage.


_______... N-n-ne t'approche pas de moi, d-démon. Il... il suffit que je crie et... t-tous les autres viendront à mon secours. Tu es perdu, alors... abandonne, balbutia-t-elle, s'apercevant qu'elle approchait du coin de la chambre.

_______... Tu es bien naïve... je dirais même idiote.


_____Darkrai releva la tête, elle eut un haut-le-corps. Tandis que ses pupilles fendues la transperçaient, son iris n'était plus teinté du bleu ciel ordinaire. Il était désormais d'une couleur plus ténébreuse, plus soutenue, obscure et profonde comme la nuit. Les jambes de la demoiselle tremblèrent malgré elle. Ses doigts se crispèrent, comme tentant de traverser le béton du mur qui entravait sa fuite.


_______... Tu es... un monstre... bredouilla-t-elle encore, se ratatinant sur elle-même à mesure que la silhouette fantomatique se rapprochait.

_______... C'est bien possible...


_____Il disparut d'un coup, sans raison. Elle se redressa, s'éloigna du mur, apeurée. Où est-il passé ? Elle s'aperçut que c'était peut-être sa seule chance de s'échapper. Elle sortit précipitamment, abandonnant là Joëlle, morte, et son fusil, hors d'usage. Elle était bien trop effrayée pour prêter attention aux hurlements dehors. Elle quitta le Centre, hors d'haleine, s'attendant à retrouver les villageois.

_____Ce qu'elle vit l'horrifia. Les trombes d'eau s'écrasant sur le sol ne suffisaient pas à le laver du liquide vermeil s'écoulant des multiples plaies des Aubiais. Leurs dépouilles étaient éparpillées dans toute la place, où se dressait la fontaine précédemment, mais dont il ne restait maintenant que des gravats, colorés de rouge.

_____Des éclairs illuminaient à intervalles quasi-réguliers l'odieuse scène. Pétrifiée d'effroi, quand Miranda fit enfin un pas en avant, ce fut pour marcher sur un bras détaché du reste du corps. S'en apercevoir la figea de nouveau. Nulle trace du Pokémon ombre.


_____« ... Partir... Je dois partir... tout de suite... », songea-t-elle, complètement paniquée, peinant dans un premier temps à mettre un pied devant l'autre.


_____Mais alors qu'elle allait courir franchement, une voix glaciale résonna dans son crâne, lui infligeant une terrible migraine :


_______Où crois-tu donc aller ainsi ?


_____Elle comprit trop tard d'où ces paroles provenaient, car elle ressentit une vive douleur entre les omoplates. Puis dans le torse tout entier. Quelque chose venait de la transpercer de part en part. Elle pensait savoir quoi, mais elle n'osa pas vérifier. Mais ses forces la quittant rapidement, sa tête pencha vers l'avant, ses yeux s'exorbitèrent.

_____Trois griffes plus noires qu'une nuit sans Lune lui avaient traversé la cage thoracique comme une simple motte de beurre. Sa vue se brouilla, elle sentit ses bronches se remplir de son sang, qu'elle se força à vomir, dans une tentative de survie. Elle s'étonna d'être toujours consciente. Mais elle comprit que son cœur n'était pas atteint. Volontairement, sans doute.


_______... Une hémoptysie, rien de plus ? Pas même un cri de douleur ? Que faut-il que je fasse d'autre hormis te détruire un poumon pour que tu exprimes ta souffrance ? siffla Darkrai derrière elle, tandis qu'il retirait son bras droit de sa poitrine d'un geste sec et précis, laissant sa victime s'écrouler au sol.


_____Il porta ses doigts à la bouche, sa langue râpeuse comme celle des félins venant lécher les gouttes rougeoyantes perlant de ses ongles effilés comme des rasoirs.


_______... Que... j'exprime... ma souffrance ? articula celle-ci avec difficulté, essayant de paraître indignée.

_______Exactement. Je veux que tu puisses ressentir physiquement la douleur psychologique que tu m'as infligée. Jusqu'à ce que mort s'ensuive. Mais tu penses bien que je vais m'arranger pour qu'elle soit relativement lente, parce que ce serait dommage qu'elle t'enlève trop vite, je viens juste de commencer à jouer avec toi, grinça-t-il en la saisissant par les cheveux.

_______Vous n'êtes pas un monstre... Vous êtes le Diable...


_____Dans les minutes qui suivirent, les coups de tonnerre les plus assourdissants ne purent étouffer les hurlements de Miranda.


_______... Oui, le Diable, Miranda. En personne.


_____Il transporta son corps brûlé, mutilé, mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, toujours vivant, et il l'empala sur un pieu, en travers pour que le cœur soit une nouvelle fois épargné. Elle ne cria pas. Ses plaintes avaient fini par exaspérer son tortionnaire qui lui avait donc tout simplement arraché les cordes vocales.

_____Il plaça son visage au niveau de celui de la demoiselle que le sang, les hématomes et les lambeaux de chair roussie rendaient méconnaissable. Le Pokémon reprit la parole, en la fixant de ses angoissants yeux bleu lapis :


_______Tu penses bien que j'aurais apprécié t'accorder plus de temps pour te dépecer. Mais bon... de toute façon, je disposerai bientôt de ce corps à part entière, sans être nullement entravé par "l'autre".

_Ce furent les derniers mots qu'elle entendit avant de succomber à ses blessures. D'ailleurs, ce furent les derniers que Darkrai prononça avant que son regard ne s'éclaircisse, redevenant aussi lumineux que l'azur. Il tomba au ralenti, face contre terre, inconscient.