Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Dies Irae (One-shot) de dragibus57



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : dragibus57 - Voir le profil
» Créé le 18/08/2009 à 22:43
» Dernière mise à jour le 30/12/2009 à 12:22

» Mots-clés :   Action   One-shot   Présence de poké-humains

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
DIES IRAE
http://www.youtube.com/watch?v=j1C-GXQ1LdY Ouvrir le lien sans un nouvel onglet

Il jeta un regard en arrière : aucune porte, aucune issue. Son adversaire s'avançait avec lenteur. Lourd, massif, haineux. Il recula. Un instant il fut frappé par la beauté de la scène : les lourdes tentures rouges étouffant tout bruit de l'extérieur, les lustres faisant miroiter le mince serpent d'eau autour de lui, les dorures de la déco baroque renvoyant la lumière aux quatre coins du Palace.

Il n'éprouvait aucune peur. A tort peut-être, l'absence de peur conduit parfois à l'imprudence. Cet affrontement, c'était SON heure de vérité. Il l'attendait depuis si longtemps. Il allait enfin prouver sa vraie valeur. Seul, sans contrainte, sans maître pour lui imposer sa tactique.

Un pas encore. Il vit l'un des pieds adverses se lever et amorcer un mouvement dans sa direction. Il était trop tard. Pour l'autre. Il bondit et frappa du tranchant de la main. La montagne de muscles fut touchée net à la gorge et s'affaissa légèrement. Peu de dégâts. Pas assez.

Un coup violent le renversa. Une onde de souffrance l'irradia. Il tenta de se relever sur un genou, mais un nouveau choc l'atteignit au visage et sa bouche s'inonda de sang. Non, pas maintenant, pas déjà !

L'ennemi armait à nouveau son poing vers lui. Il esquiva d'un déhanchement et décocha une attaque du coude, droit dans les côtes. Le craquement et le hurlement qui s'en suivirent le renseignèrent sur l'efficacité de son geste. Mais rien n'était encore joué, l'autre avait encore suffisamment de ressources pour continuer le combat.

Soudain les coups se mirent à pleuvoir sur lui : bombardement de poings serrés visant sa tête, son torse. L'un d'eux le cueillit en plein foie, coupant net sa respiration. L'étouffement envahit tout son être. Pur instant de néant, abolition du temps et de l'espace ! Il s'écroula, en boule, les coudes levés au niveau du visage, en un dérisoire réflexe de défense.
La vie s'écoulait hors de lui à la vitesse des grains d'un gigantesque sablier.

Sa dernière pensée avant de sombrer dans l'inconscience fut pour son dresseur : il avait failli. Il s'était montré bien trop présomptueux envers ce maître qui lui avait tout appris.

LA TENACITE ! Son maître lui avait tout appris, y compris la ténacité !
Il vida son esprit et ne bougea plus : cette technique particulière de combat était basée sur l'économie de souffle et de gestes, permettant ainsi de tenir, même dans les moments les plus critiques.

Quand son adversaire se pencha pour l'achever d'une ultime attaque, il roula sur lui-même, concentra ses forces sur un point précis de son corps et détendit sa jambe en coup de pied retourné. L'autre fut propulsé en arrière avec une violence telle qu'il alla percuter, tête la première, la rembarde du ring et retomba inanimé.

Le combat était terminé. Il avait vaincu.
Miaouss, son dresseur, le rappela dans sa pokéball : il pouvait être fier de lui.
Le togepi-infirmier annonça : « Je vais soigner vos pokehom. L'adversaire n° 2 est prêt. On continue ? »